L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le dimanche 23 septembre 2018

 

 

Budget 2019 : le gouvernement annonce 6 milliards de baisse d'impôts pour les ménages (mais le chiffre est déjà contesté)

 

 

Le ministère de l'Economie et celui du Budget communiquent ce lundi sur une baisse "massive" des impôts. Un contre-calcul de l'OFCE évoque de son côté un chiffre deux fois plus faible

 

 

 

15839655.jpg

 

Le gouvernement annonce plusieurs mesures menant à des baisse d'impôts. (MARKUS SCHOLZ / DPA)

 

 

Six milliards d'euros. C'est le montant de baisses d'impôts que prévoit le gouvernement dans le budget 2019, comme l'indique le projet de loi de finances pour 2019, diffusé lundi 24 septembre. "Il n'y a pas eu de baisses d'impôts de cette ampleur depuis au moins dix ans en France", assure une source gouvernementale citée par Les Echos. Franceinfo vous explique comment le gouvernement arrive à ce chiffre que certains jugent "gonflé".

 

 

Les baisses pour les ménages

 

La taxe d'habitation : 3,8 milliards d'euros. La poursuite de la suppression de cette taxe est l'une des principales baisses comptabilisées par le gouvernement. Est ainsi supprimée la deuxième tranche de cette taxe, pour 80% des contribuables.

 

 

La suppression des cotisations salariales pour les actifs : 4,1 milliards d'euros. Le gouvernement table également sur le plein effet de la suppression des cotisations salariales à l’assurance chômage et à l’assurance maladie pour les actifs. Il les "a basculées sur la contribution sociale généralisée (CSG), afin de mettre à contribution l’ensemble des revenus", détaille le projet de loi de finances 2019. Mise en place en 2018, la mesure "permet un gain net de pouvoir d’achat équivalent à 1,45 % de salaire brut pour l’ensemble des salariés du privé, soit environ 266 euros pour un salaire de 1 500 euros brut par mois", assure le gouvernement, qui insiste sur sa volonté d'"encourager et valoriser le travail".

 

 

Le geste sur la CSG pour 300 000 retraités : 300 millions d'euros. Le coup de pouce annoncé jeudi 20 septembre par Edouard Philippe fait également partie du calcul. Près de 300 000 foyers fiscaux de personnes retraitées n'auront pas à payer l'augmentation de la CSG à partir du 1er janvier 2019.

 

 

L'exonération de cotisation sur les heures supplémentaires : 600 millions d'euros. Cette exonération concerne tous les salariés, du public comme du privé et concernera toutes les heures supplémentaires travaillées à compter du 1er septembre 2019. "Le gouvernement souhaite que ceux qui travaillent perçoivent une rémunération juste et incitative au regard de leurs efforts", défend-il dans son projet de loi de finances. Il estime que huit millions de salariés pourraient bénéficier de cette mesure et qu'elle se traduira par un gain de pouvoir d'achat moyen de 200 euros par an et par salarié. Double objectif pour le gouvernement : augmenter le pouvoir d'achat des actifs et inciter les salariés à augmenter leur durée de travail. 

 

 

La continuité du prélèvement forfaitaire unique : 300 millions d'euros. La réforme de la fiscalité du capital ("flat tax") mise en place début 2018 va continuer de produire ses effets. Le gouvernement estime ainsi qu'il contribuera à hauteur de 300 millions d'euros à la baisse des impôts en 2019.

 

 

Les augmentations pour les ménages

 

L'augmentation des taxes sur l'énergie : 1,9 milliard d'euros. Ce chiffre concerne principalement la hausse des prix des carburants, via la contribution climat-énergie. Plus précisément : "Les tarifs réduits de taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques dont bénéficient certains carburants polluants qui alimentent des moteurs autres que ceux utilisés pour la propulsion des véhicules sur route (gazole non routier, ou GNR) seront supprimés, tout en tenant compte de la situation particulière des exploitants agricoles et des entreprises ferroviaires", décrit le projet de loi de finances. Le gouvernement défend sa mesure, affirmant que ces tarifs réduits "sont en contradiction avec nos objectifs environnementaux", leur suppression soutenant ainsi "les comportements vertueux et pénaliser les produits polluants".

 

 

L'augmentation des taxes sur les cigarettes : 400 millions d'euros. Cette somme est calculée en tenant compte de la baisse de la consommation engendrée par la hausse régulière du prix du paquet de cigarettes.

 

 

La baisse du crédit d'impôt sur la transition écologique (CITE) : 800 millions d'euros. Jugé coûteux et peu efficace, ce crédit qui permettait notamment de financer l'isolation d'un logement, va être "recentré à la baisse", indiquent Les Echos. Au final, cela représentera pour les ménages qui l'utilisaient une augmentation du coût des travaux d'isolation.

 

 

L'addition

 

Près de six milliards d'euros, selon le gouvernement. Si l'on soustrait les hausses communiquées par le gouvernement, on obtient bien ces six milliards de baisse nette.

 

 

3,5 milliards d'euros selon l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Ce think-tank classé à gauche a lui aussi fait marcher sa calculatrice. Son calcul, jugé "plus complet" par le quotidien économique, inclut d'autres mesures sur les minima sociaux (pensions, APL, allocations familiales). Les gains sont au final bien plus limités que ceux annoncés par le gouvernement : 3,5 milliards d'euros.

 



27/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres