L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

OUTRE-MER


Franceinfo - le mardi 13 mars 2018

 

 

Crise à Mayotte : pourquoi l'île française est en grève générale depuis près d'un mois

 

 

Une ministre qui "n'est pas la bienvenue" à Mayotte, des maires qui menacent de fermer les écoles et des manifestants qui veulent encercler Mamoudzou : les propositions du gouvernement pour renforcer la sécurité dans l'île et lutter contre l'immigration n'ont pas calmé la mobilisation populaire

 

 

 

14560234.jpg

 

Des Mahorais manifestent lors d'une journée "île morte", vendredi 9 mars 2018, près de Koungou à Mayotte.  (ORNELLA LAMBERTI / AFP)

 

 

 

Les Mahorais sont à bout de nerfs. L'île de Mayotte, département français depuis 2011, est secouée depuis près de trois semaines par un mouvement de contestation populaire. Dénonçant notamment l'insécurité qui règne sur l'île, une manifestation a rassemblé plusieurs milliers de personnes, le 7 mars. Pour y répondre, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, est en visite sur place, lundi 12 mars. 

 

 

Peu avant, dimanche 11 mars, des manifestants ont érigé plusieurs barrages à Longoni, au nord de Mayotte, bloquant le port principal de l'île et empêchant tout ravitaillement. Les trois barrages, "hermétiques", ont été mis en place dès 8 heures, a affirmé Maoulida Momed, un des porte-parole du mouvement qui a déclaré que "rien ne rentrait, rien ne sortait".

 

 

Un durcissement du mouvement est même prévu pour lundi 12 mars, ont prévenu vendredi ses organisateurs. Ils envisagent désormais l'encerclement de la capitale, Mamoudzou. Des maires, solidaires du mouvement, menacent de fermer les écoles, voire de ne pas organiser l'élection législative partielle prévue le 18 mars. Mais quelles sont les raisons de cette colère ? 

 

 

 

32869657.gif

 

 

L'insécurité grandissante

 

L'insécurité, et notamment les actes de délinquance commis autour des établissements scolaires par des bandes, est à l'origine de ce mouvement populaire. Le 19 janvier, de violents affrontements (caillassages et bagarres entre bandes rivales) ont éclaté au lycée Kahani de Mamoudzou, nécessitant l'intervention des forces de l'ordre et l'évacuation des élèves. Les agents décident immédiatement d'exercer leur droit de retrait, raconte La 1ère. Le lendemain, ils sont rejoints par la majorité des chauffeurs de bus scolaires de Mayotte, qui se rassemblent avec leurs véhicules à Mamoudzou. 

 

 

Cette mobilisation trouve vite un écho dans la population, excédée par les vols, rackets et agressions qu'ils subissent. "Paradoxalement, selon les chiffres fournis début février 2018 par le procureur de la République de Mayotte, en 2017, la délinquance dans l'île a baissé de 9%, mais les 'violences non crapuleuses' sont en hausse de 4,7%", détaille La 1ère. Le site rappelle qu'en 2015, Mayotte détenait le taux de cambriolages le plus élevé de France. Le ministère de l'Intérieur écrivait alors : "Les infractions violentes et les cambriolages sont beaucoup plus fréquents à Mayotte qu’en métropole, et même que dans la majorité des Outre-mer. Seul le nombre de vols sans violence contre des particuliers se situe, une fois rapporté à la population, en deçà de la moyenne nationale." 

 

 

Interrogés par RFI, des Mahorais racontent vivre la peur au ventre. Ils craignent notamment "les coupeurs de route" qui arrêtent les véhicules et "rackettent les automobilistes", s'emparent des téléphones portables et "attaquent des passants à la machette." 

 

 

Une immigration clandestine chaotique 

 

Les Mahorais protestent aussi contre la forte immigration clandestine en provenance des Comores, un archipel situé à 70 km de ses côtes. Parmi les 50 mesures revendicatives présentées par les manifestants, ils exigent ainsi un "plafond d'accueil des mineurs isolés" à Mayotte, et que ceux-ci soient également pris en charge par des communes de métropole. Selon la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, Mayotte compte 45% de population étrangère en situation irrégulière. 

 

 

Les femmes comoriennes rejoignent notamment Mayotte dans des embarcations de fortune, au péril de leur vie, pour accoucher dans de bonnes conditions à la maternité de Mamoudzou, rappelle France 24

 

 

Des services publics saturés 

 

 

La population mahoraise dénonce la saturation au sein des hôpitaux, des services publics, des écoles... où faute de places, les enfants vont en cours par rotation. Toujours selon La 1ère, la population de Mayotte (qui compte aujourd'hui 256 000 habitants) a été multipliée par 11 en soixante ans. Un Mahorais sur deux à moins de 17 ans. En 2012, le nombre d'enfants par femme (indice de fécondité) était de 4,1, contre 2 enfants par femme pour l'ensemble de la France.

 

 

 

Or, l'île n'a pas les moyens pour mener à bien cette explosion démographique. Devant l'Assemblée nationale, mardi, la ministre des Outre-mer reconnaissait que "pour être au rendez-vous, il nous faudrait créer une classe par jour". Dans ce contexte très compliqué, Annick Girardin a assuré sur RMC que le gouvernement tâchait, "en priorité", de "répondre à l'organisation sécuritaire de la rentrée des classes" après les vacances, qui doit se tenir lundi. "Elle aura lieu sauf si les barrages sont maintenus et les écoles fermées, puisque certains maires aujourd'hui appellent à la fermeture des écoles", a-t-elle indiqué

 

 

La mobilisation n'arrange rien. Vendredi, le centre hospitalier de Mayotte a alerté sur la situation "extrêmement préoccupante" qu'il connaît en raison de la contestation qui paralyse l'île. Dans un courrier, l'hôpital constate que "les patients n'arrivent plus à accéder aux structures de soins publiques ou privées", en raison des barrages quotidiens. "On observe déjà l'admission de patients dans un état très dégradé", et "le bloc opératoire ne peut plus fonctionner normalement, faute de personnel", insiste-t-il. 

 

 

L'inaction du gouvernement

 

Avec un taux de chômage très élevé (26%) et 84% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté, selon un chiffre rappelé par la ministre, Mayotte est un département au bord de l'éruption. Le gouvernement a ainsi annoncé le renfort de forces de l'ordre sur place, notamment pour sécuriser les écoles, et a dit réfléchir à l'idée de modifier le statut de la maternité de Mayotte, qui compte plus de 10 000 naissances par an, dont une majorité issue de mères comoriennes. Objectif : qu'une naissance sur place n'implique pas forcément l'accès à la nationalité française.

 

 

Mais ces propositions n'ont pas suffi à calmer la population, qui se dit abandonnée par l'Etat français. Même les deux sénateurs LREM de Mayotte, Abdallah Hassani et Thani Mohamed-Soilihi, ont jugé que la réponse du gouvernement "n'était pas à la hauteur des attentes".

 

 

Vendredi, les organisateurs de la mobilisation ont prévenu que la "grève générale" ne cesserait que lorsqu'un membre du gouvernement "se mettra à la table des négociations et sortira des éléments concrets". Pour autant la venue de la ministre des Outre-mer, qui envisage de se rendre sur place après la rentrée scolaire prévue lundi, "n'est clairement pas souhaitée", ont déclaré l'intersyndicale et le Collectif des citoyens de Mayotte, à l'origine du mouvement. Ils exigent la venue de "quelqu'un qui puisse engager le gouvernement", comme le président de la République, le Premier ministre ou le ministre de l'Intérieur.

 


23/04/2018
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 23 avril 2017

 

 
 
    OUTRE-MER - UN MOIS DE BLOCAGE. ACCORD ET FIN DE CONFLIT EN GUYANE

 

 

 

Au plan d'urgence d'un milliard d'euros, validé par le gouvernement début avril, s'ajoutent désormais 2,1 milliards d'euros. La fin du conflit a permis l'ouverture du scrutin présidentiel.

 

 

Un mois après le début du mouvement social, et à la veille de l'élection présidentielle, "l'Accord de Guyane" a été signé dans la nuit de vendredi, mettant fin à la paralysie et aux barrages qui touchaient le territoire.

 


24/04/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 13 avril 2017

 

 
 
    GUYANE - BLOCAGES : LE FOSSÉ SE CREUSE

 

 

 

Mardi, 200 à 300 opposants aux blocages ont manifesté pour la première fois à Kourou, où se trouve le centre spatial, derrière une banderole "Pou La Gwiyann circulé". Une autre manifestation anti-blocage était prévue hier matin à Cayenne. De l'autre côté, les "500 frères contre la délinquance", fers de lance de la contestation, ont de leur côté été reçus comme des rock stars à Saint-Laurent-du-Maroni, la deuxième ville de Guyane, dont les jardins de la sous-préfecture sont occupés par des partisans du blocage.

 


17/04/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 4 avril 2017

 

 

 

     OUTRE-MER - GUYANE. PARIS-CAYENNE : L'ÉPREUVE DE FORCE

 

 

 

Le dialogue entre Cayenne et Paris vire au bras de fer. "Je ne m'engagerai que sur ce que je sais pourvoir tenir", a lancé le Premier ministre hier à l'issue d'une réunion à Matignon sur la crise en Guyane avec les ministres de l'Intérieur et de l'Outre-mer - Mathias Fekl et Ericka Bareigts - de retour dans la métropole ainsi qu'une bonne partie du gouvernement. "il serait [...] aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d'un montant irréaliste puis d'en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement".

 

 

Rejetant les dernières exigences des Guyanais, il les invite à "poursuivre le dialogue". Mais hier, les discussions entre la région d'outre-mer et la métropole étaient au point mort après le rejet des propositions. Dimanche soir, le collectif "Pour que la Guyane décolle" a opposé une fin de non-recevoir au chèque d'un milliard d'euros mis sur la table par Paris pour réaliser des investissements dans les domaines exigés sur place : sécurité, éducation, santé. Nous exigeons 2,5 milliards d'euros tous de suite", a lancé un porte-parole du collectif et du groupe cagoulé des "500 frères contre la délinquance".

 


08/04/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 27 mars 2017

 

 

 

SOCIAL - GRÈVE GÉNÉRALE. LES RAISONS DE LA COLÈRE DES GUYANAIS

 

 

Hier matin le vol d'Air France Paris-Cayenne, qui devait partir de l'aéroport d'Orly est resté cloué au sol. Ce matin, il ne décollera pas non plus. C'est aujourd'hui que doit débuter la grève générale votée samedi par l'UTG, principal syndicat de Guyane alors qu'une mission interministérielle a été envoyée par le Premier ministre pour apaiser les tensions.

 

 

Les manifestants, regroupés au sein de collectifs, réclament davantage de moyens pour lutter, notamment, contre la délinquance. La Guyane est le territoire français où l'on recense le plus d'homicides en 2016 mais l'insécurité n'est pas le seul motif d'exaspération. Aux voix d'un collectif contre la délinquance se sont ajoutées celles des salariés qui dénoncent le délabrement des hôpitaux, du système éducatif mais aussi le niveau de chômage. Les doléances des protestataires concernent aussi les infrastructures routières, énergétiques ou d'approvisionnement en eau.

 

 

Françoise Ringuet maire (SE) de Kourou, interrogé par France 3, souhaite "un plan de relance pour la Guyane et une réponse du président de la République". Comme lui, de nombreux édiles, qui se sentent "oubliés de la République", ont manifesté à Kourou samedi après-midi aux côtés des manifestants qui ne trouvent pas légitime la délégation composée de hauts fonctionnaires envoyée par Bernard Cazeneuve. Les collectifs exigent la venue "immédiate" des ministres du gouvernement.

 

 

 

guyanefrancaise.gif


01/04/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 26 mars 2017

 

 

 

SOCIAL - GRÈVE GÉNÉRALE. LA GUYANE PARALYSÉE

 

 

La colère est trop forte, les tensions sont trop vives. Hier, les trente-sept syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais (UTG) on voté à l'unanimité

 


30/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 4 octobre 2016

 

 

 

ONU - L'INDÉPENDANCE DIVISE LES POLYNÉSIENS

 

 

Les Nations Unies se penchent aujourd'hui sur la décolonisation de la Polynésie française et écouteront deux principaux acteurs politiques de cette collectivité d'outre-mer, le président autonomiste Édouard Fritch et le leader indépendantiste Oscar Temaru. Ce projet de résolution qui "réaffirme le droit inaliénable du peuple de Polynésie française à l'autodétermination" devrait être soumis au vote de l'Assemblée générale des Nations Unies en décembre.

 

 

 

POLYNESIE.PNG

 

 

 

L'ONU entendra aussi la voix des autonomistes, favorables au maintien de la Polynésie dans la République française. L'actuel président Édouard Fritch, devrait souligner que la Polynésie dispose d'une très large autonomie et s'est largement émancipée du colonialisme. Il rappelle souvent que les autonomistes ont remporté toutes les élections depuis dix ans et que les Polynésiens ne sont donc pas majoritairement favorables à l'indépendance.

 

 

Pour ses adversaires, l'autodétermination n'est pas l'indépendance : c'est un choix que doivent faire les Polynésiens sur leur avenir, par référendum. Avec le soutien d'associations antinucléaires et écologiques, Oscar Temaru cherchera à démontrer que l'action de la France a nui à la population polynésienne.

 


07/10/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 12 juin 2016

 

 

OUTRE-MER - PLAN MAYOTTE 2025 : ÇA AVANCE, MAIS...

 

 

 

U

n tiers des mesures du plan Mayotte 2025, visant au développement du plus jeune département français, ont été mises en oeuvre, mais des difficultés subsistent, a indiqué hier la ministre des Outre-mer. Concernant les mesures réalisées, George Pau-Langevin a notamment cité la construction de plus de 200 établissements scolaires sur un an ou la création de la ligne aérienne directe. Quant aux difficultés, elles portent sur le développement économique et la régularisation du foncier, dans une île au cadastre et à l'état civil parfois encore embryonnaire.

 

 

carte-collectivites-outre-mer.jpg


14/06/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 15 avril 2016

 

 

SOCIAL - GRÈVE GÉNÉRALE. À MAYOTTE, "ON SE SENT VRAIMENT OUBLIÉS"

 

La grève générale depuis le 30 mars pour réclamer "une égalité réelle" avec la métropole se double de violences perpétrées par des jeunes. L'île de Mayotte, département français depuis 2011 et le plus jeune de France (avec une moyenne d'âge de 17 ans) est-elle au bord de l'insurrection ? À 8 000 km de Paris, la grève générale, déclenchée le 30 mars pour revendiquer "une égalité réelle" avec la métropole, et plus de moyens pour l'éducation et dans la lutte contre l'insécurité, n'a pas faibli ces dernières heures.

 

 

Le préfet Seymour Morsi a exprimé sa volonté de faire lever les barrages qui ont empêché tout déplacement sur ce "caillou" de 374 km2. Plusieurs dizaines ont été levés hier par les forces de l'ordre. Mais l'issue du conflit semble très incertaine, tant la crise a pris ces derniers jours des accents violents.

 

 

825212--.jpg

 

10 novembre 2015

 

 

"Des jours où l'on veut s'en aller"

 

L'archipel, sur lequel vivent 220 000 Mahorais (dont un quart sous le seuil de pauvreté), est "asphyxié", décrit cette métropolitaine jointe hier, qui a créé son entreprise de loisirs sur l'île. "Il y a deux mouvements différents : les grévistes syndicaux pacifiques, et les émeutiers, des jeunes qui font du racket aux barrages, armés de machettes, de fusils de pêche, de tronçonneuses".

 

 

Cette mère de famille, bloquée chez elle depuis dix jours, avoue avoir "peur" : "Les renforts ne sont pas suffisants, tout le monde est dépassé par les événements, on se sent vraiment oubliés". Le contexte actuel pourrait même conduire sa petite société à la "faillite", craint-elle : "Quand Mayotte est devenue un département, je me suis dit que j'arrivais au bon moment. Maintenant, il y a des jours où l'on veut s'en aller".

 

 

Il y a quelques mois, la Cour des comptes avait fustigé la "fuite en avant" de la départementalisation. En 2014, François Hollande avait effectué une visite officielle, suivi de Manuel Valls en juin  2015. Dans le cadre du projet stratégique "Mayotte 2015", le premier ministre avait alors déclaré que la France avait "une grande ambition pour Mayotte", les priorités étant "la santé, la sécurité", dont l'immigration clandestine. Sans oublier le lourd volet éducation. "Il y a actuellement peu d'élèves dans les établissements, en raison des barrages" expliquait hier depuis Mayotte, Michael Henni, délégué CGT "Educ'action", "on est arrivé à un stade où tout le monde est bloqué : c'est le seul moyen d'être entendu !".

 

 

Le département d'outre-mer manque cruellement de fonctionnaires. "Les gens avec des compétences ne veulent plus venir même s'ils sont payés double", estime le représentant syndical. Mayotte devient, d'après-lui, "un territoire abandonné" : "Aucun Français métropolitain n'accepterait la situation que l'on vit ici, y compris dans la vie quotidienne. Les Mahorais sont Français et ils n'ont pas les mêmes droits que le Français de base, ce n'est pas normal. Xavier Frère

 

 

mayotte-fle-fls-langue-francaise.jpeg


16/04/2016
0 Poster un commentaire