L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

SOUS-SOL - géologie

Encore une facette de notre terre à découvrir, sa face cachée : son sous-sol qui lui aussi est riche et recèle parfois de trésors... Mais qui peut être aussi violent : volcans, séismes.... Encore de belles découvertes.


Franceinfo - le vendredi 2 août 2019

 

 

L'Indonésie lève son alerte au tsunami, après un séisme de magnitude 6,9

 

 

avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions
 

 

 

Les autorités indonésiennes avaient appelé les populations habitant près des côtes à "immédiatement évacuer vers les hauteurs"

 

 

 

19810839

 

Les autorités ont demandé aux habitants des côtes d'évacuer, après le séisme survenu le 2 août 2019 au large de l'île de Java.  (GOOGLE MAPS)

 

 

 

Un fort séisme s'est produit vers 19 heures (heure locale), vendredi 2 août, au large des côtes du sud-ouest de l'île de Java en Indonésie. Selon l'Institut de géophysique américain USGS, l'épicentre de ce tremblement de terre de magnitude 6,9 se situait à un profondeur de 42 km, à quelque 150 km au large de Labuan.

 

 

D'abord déclenchée, l'alerte au tsunami a ensuite été levée. "Il y a des zones exposées à un sérieux risque de tsunami, qui pourrait atteindre une hauteur de trois mètres", selon un responsable de l'agence indonésienne de gestion des catastrophes.

 

 

"Nous sommes dans l'attente d'informations concernant les dégâts"engendrés par le séisme, indiqué un responsable de cette agence. Les autorités indonésiennes avaient appelé les populations habitant près des côtes à "immédiatement évacuer vers les hauteurs"

 


02/08/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 4 juillet 2019

 

 

Italie : pourquoi la dernière éruption du volcan Stromboli sort de l'ordinaire

 

 

avatar

franceinfoRadio France

 

 

 

Plusieurs raisons expliquent que l'éruption mercredi du Stromboli diffère d'autres explosions volcaniques, selon les volcanologues que franceinfo a interrogés

 

 

 

19638215.jpg

 

 L'éruption du Stromboli (Italie), le 3 juillet 2019. (AFP PHOTO / @mariocalabresi / Mario CALABRESI)

 

 

 

La puissante éruption du volcan Stromboli, situé au large de la Sicile, en Italie, mercredi 3 juillet, n'est pas courante. Un randonneur est mort, et plusieurs dizaines d'habitants et de touristes ont été évacués, les images sont très impressionnantes. Pour comprendre l'aspect non habituel de l'événement, franceinfo a demandé l'expertise de deux volcanologues : Jacques-Marie Bardintzeff et Jean-Guillaume Feignon, président de l’Association volcanologique européenne.

 

 

 

Parce que l'intensité a été plus forte que les dernières fois

"C’est la première fois depuis 1985 qu’on a une telle explosion", explique Jean-Guillaume Feignon. Le Stromboli est un volcan très actif, mais ses dernières éruptions n'ont pas été aussi fortes. Les dernières se sont déroulées en 2003 et 2007, précise le volcanologue : "Ce type d’événement volcanique a déjà eu lieu, mais dans la force, on est sur quelque chose d’assez important."

 

 

En période normale, les bombes volcaniques sont projetées à 100 mètres de hauteur, parfois 200 mètres. Là, on parle de hauteur de 2 kilomètres. Cela change tout en risque humain et matériel.Jacques-Marie Bardintzeff à franceinfo

 

 

L'éruption du Stromboli de mercredi était "spectaculaire, dangereuse", explique également Jacques-Marie Bardintzeff. Si le volcan est devenu "plus explosif", c'est qu'il y a "plus de gaz qui s'est accumulé dans le réservoir", explique Jacques-Marie Bardintzeff.

 

 

 

Parce que l'éruption était impossible à prévoir

L'éruption du Stromboli mercredi n'a pas été prévue par les spécialistes. Et pour cause : "Ce genre d'éruption ne peut pas être anticipé, affirme Jacques-Marie Bardintzeff. On peut suivre la montée du magma. Mais comme le Stromboli est toujours actif, il est toujours en vibration. Rien ne permet de dire que, du jour au lendemain, il va faire une éruption plus importante que d'habitude."

 

 

"Ce sont des phénomènes appelés paroxystiques, ils sont rares. Cela s'est produit en 1919, en 1930 et récemment en 2003 et en 2007", a ainsi expliqué à la presse Giuseppe Salerno, un vulcanologue de l'Institut national italien de géophysique (INGV), précisant que le volcan, pourtant très surveillé, n'avait donné aucun signe avant-coureur de son brusque accès de colère.

 

 

C'est pour cette raison que de nombreux habitants et touristes ont dû être évacués dans l'urgence. Aucune consigne n'avait été donnée en avance. "Le gros problème, c’est qu’on n’arrive pas encore à prévoir suffisamment à l’avance, donc ça surprend toujours quand ça se produit", complète Jean-Guillaume Feignon.

 

 

Le scientifique voudrait justement tirer les leçons de cette dernière éruption : "Quand on voit les images, on aimerait bien aller voir ça pour l’étudier de plus près. C’est toujours important de récolter un maximum d’informations pour justement développer à l’avenir des modèles de prévision, pour essayer finalement de réussir à prévoir, peut-être quelques heures à l’avance, les éruptions, comme pour le Piton de la Fournaise [à la Réunion]."

 

 

 

Parce que de nombreux témoins ont assisté à l'explosion

Le Stromboli se trouve dans une zone volcanique très active, où l’Etna et le Vésuve entrent aussi régulièrement en éruption. Malgré les dangers, ces zones restent tout de même largement habitées. L'île volcanique de Stromboli, d'une superficie de 12,6 km2, compte environ 500 habitants. Elle attire chaque année de nombreux touristes dès le début du printemps.

 

 

>> VIDEO. "C’était comme un James Bond, on était sur notre bateau à fond pour échapper aux nuages noirs" : un touriste raconte l'éruption du Stromboli

 

 

"Les volcans, principalement en Italie, apportent surtout au niveau des activités touristiques", analyse Jean-Guillaume Feignon. Ce qui explique le nombre de témoins présents lors de l'éruption mercredi du Stromboli.

 

 

Les terres sont plutôt fertiles, tout dépend si on est sur des cendres ou des coulées de lave. Les volcans ont toujours attiré les gens, même s’ils sont menaçants.Jean-Guillaume Feignon à franceinfo

 

 

Le Stromboli est l'un "des volcans les plus populaires en Europe, il attire des touristes", complète Jacques-Marie Bardintzeff. Il est donc "difficile de limiter les randonnées, c'est un volcan qui se visite pas mal, que les gens aiment voir". Selon lui, il serait "dommage" d'interdire les promenades dans le secteur. "Le bon sens, c'est d'attendre plusieurs jours" pour retourner randonner près du volcan.

 


06/07/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 3 juillet - mis

 

 

Éruption du Stromboli : "Le risque zéro n'existe pas", explique un volcanologue

 

 

avatar
franceinfoRadio France

 

 

 

Une forte éruption sur l'île volcanique de Stromboli, dans l'archipel italien des Eoliennes au nord de la Sicile, a tué un randonneur mercredi

 

 

 

19634343.jpg

 

L'éruption volcanique sur l'île de Stromboli, au nord de la Sicile, le 3 juillet 2019. (GIOVANNI ISOLINO / AFP)

 

 

 

"La nature a toujours raison", a rappelé, mercredi 3 juillet sur franceinfo, le volcanologue Jacques-Marie Bardintzeff, après la forte éruption sur l'île volcanique de Stromboli, au nord de la Sicile, et qui a tué un randonneur. "Le risque zéro n'existe pas. Il faut être très vigilant." Il appelle les randonneurs à la "prudence". Le Stromboli est l'un "des volcans les plus populaires en Europe. Il attire des touristes", il est donc "difficile de limiter les randonnées. C'est un volcan qui se visite pas mal, que les gens aiment voir". Selon Jacques-Marie Bardintzeff, il serait "dommage" de l'interdire. "Le bon sens, c'est d'attendre plusieurs jours" pour retourner randonner près du volcan.

 

 

En période normale, les bombes volcaniques sont projetées à 100 mètres de hauteur, parfois 200 mètres. Là on parle de hauteur de 2 kilomètres. Cela change tout en risque humain et matériel. Jacques-Marie Bardintzeff à franceinfo

 

 

L'éruption du Stromboli de mercredi était "spectaculaire, dangereuse", admet Jacques-Marie Bardintzeff. Mais c'est une éruption "normale pour lui", qu'il fait "une fois tous les six ans". S'il est devenu "plus explosif", c'est qu'il y a "plus de gaz qui s'est accumulé dans le réservoir", explique le volcanologue.

 

 

Ce genre d'éruption ne peut pas être anticipé, affirme Jacques-Marie Bardintzeff. "On peut suivre la montée du magma. Mais comme le Stromboli est toujours actif, il est toujours en vibration. Rien ne permet de dire que, du jour au lendemain, il va faire une éruption plus importante que d'habitude."

 


04/07/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 24 juin 2019

 

 

Un violent séisme de magnitude 7,3 en Indonésie ressenti jusqu'en Australie

 

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions
 
 

 

Aucune alerte au tsunami n'a été émise après la secousse

 

 

 

19567367.jpg

 

L'île d'Ambon, en Indonésie. (GOOGLE MAPS)

 

 

 

Un violent séisme de magnitude 7,3 a frappé l'est de l'Indonésie, lundi 24 juin, a annoncé l'institut de géophysique américain USGS (en anglais). Le tremblement de terre s'est produit à une profondeur de 208 kilomètres en mer, au sud de l'île d'Ambon à 11h53 heure locale (04h53 en France métropolitaine). Le centre d'alerte tsunami pour le Pacifique n'a pas émis d'alerte après la secousse, qui s'est produite en grande profondeur.

 

 

La ville australienne de Darwin, située au sud de l'épicentre du séisme, a évacué une partie de son quartier d'affaires après la secousse, a rapporté la chaîne australienne ABC. "Wow, c'est un sacré impact pour #Darwin, j'espère que tout le monde est sain est sauf", a tweeté le bureau de météorologie des Territoires du Nord en Australie.

 

 

Peu de temps avant, une autre secousse de magnitude 6,1 avait frappé la Papouasie, à l'extrême Est de l'archipel indonésien. Cette secousse à 21 kilomètres de profondeur avait son épicentre à 240 kilomètres à l'ouest de la ville d'Abepura, selon l'institut américain.

 

 

Il n'y a pour le moment aucune information sur d'éventuelles victimes ou dégâts après ces deux séismes. L'an dernier, un séisme de 7,5 suivi d'un tsunami à Palu, sur l'île de Célèbes, a fait plus de 2 200 morts et des milliers de disparus. L'Indonésie, archipel de 17 000 îles et îlots formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques, se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

 


26/06/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo

 

 

"Il peut y avoir des répliques" : un séisme de magnitude 4,9 a été ressenti dans l'ouest de la France

 

 

 

 

 

 

Un séisme a été détecté à 25 km de Bressuire, dans les Deux-Sèvres

 

 

 

19552341.jpg

 

Vue aérienne de Bressuire, dans les Deux-Sèvres, le 20 avril 2010. (LEROY FRANCIS / HEMIS.FR / AFP)

 

 

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

La terre a tremblé dans l'ouest de la France. Vendredi 21 juin peu avant 9 heures, un séisme a été détecté à 25 km de Bressuire, dans les Deux-Sèvres. Il était de magnitude 4,9 sur l'échelle de Richter. Suivez les dernières informations et les témoignages dans notre direct.

 

 

Une large zone. L'épicentre a été localisé entre Cholet et Bressuire, à 24 km de profondeur et à 72 km de Nantes. Le séisme a ensuite été ressenti de La Rochelle (Charente-Maritime) à Nantes (Loire-Atlantique), en passant par Niort et Bressuire (Deux-Sèvres), selon le Bureau central sismologique français.

 

 

Une magnitude à 4,9. Le Réseau national de surveillance sismique (Renass) a enregistré une magnitude de 4,9 sur l'échelle ouverte de Richter. Le Bureau central sismologique français avance, de son côté, une magnitude à 5,2.

 

 

Un deuxième séisme. Peu après la première secousse, un deuxième séisme a été ressenti. De magnitude moins élevée (2,6), il a été enregistré à 8h59, toujours près de Bressuire.

 

 

Aucun dégât recensé. De nombreux habitants ont raconté, sur les réseaux sociaux notamment, avoir ressenti les tremblements. Pour le moment, aucun dégât n'a été signalé auprès des pompiers de Loire-Atlantique et de Vendée, rapporte France Bleu.

 


21/06/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 18 juin 2019

 

 

Chine : un séisme fait au moins 12 morts et 134 blessés

 

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

Le tremblement de terre s'est produit à 22h55 locales (16h55, heure de Paris) à une profondeur de 16 km, selon le Centre chinois des séismes

 

 

 

19528151.jpg

 

Un séisme a frappé la ville de Yibin (Chine), le 17 juin 2019. (STRINGER / IMAGINECHINA / AFP)

 

 

 

Un puissant séisme de magnitude 6 a frappé lundi 17 juin la province chinoise du Sichuan (sud-ouest). Le tremblement de terre a fait au moins 12 morts et 134 blessés, selon un bilan annoncé mardi par des responsables locaux et des médias d'Etat. Dans la vaste commune de Yibin, plus de 4 000 personnes ont été relogées. Au total, plus de 100 000 personnes ont été affectées par le séisme, selon les autorités.

 

 

 

Plus de 300 pompiers mobilisés

Le tremblement de terre s'est produit à 22h55 locales (16h55, heure de Paris) à une profondeur de 16 km, selon le Centre chinois des séismes. Un système d'alerte a retenti à Yibin seulement 10 secondes avant la secousse, selon l'agence de presse Chine nouvelle. Plus d'une soixantaine de répliques, dont la plus importante a été de magnitude 5,1, ont ensuite été enregistrées. Par la suite, les secours ont afflué dans les zones touchées. Plus de 300 pompiers ont été déployés sur place et du personnel de secours a été dépêché avec 5 000 tentes et d'autres équipements de secours, selon Chine nouvelle.

 


19/06/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 24 décembre 2018

 

Indonésie : au moins 281 morts après le tsunami, les secours à la recherche de survivants

 

 

avatar
Mathilde GoupilLouis BoyFrance Télévisions

 

 

 

 

L'Anak Krakatoa est entré en éruption samedi soir peu après 21 heures locales, 24 minutes avant que le tsunami ne frappe les côtes indonésiennes

 

 

 

16717781.jpg

 

Des policiers indonésiens recherchent des survivants après le passage d'un tsunami, à Carita (Indonésie), le 24 décembre 2018. (SONNY TUMBELAKA / AFP)

 

 

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

Le bilan du tsunami provoqué par une éruption volcanique en Indonésie a été porté à 281 morts et plus de 1 000 blessés, annonce lundi 24 décembre l'Agence nationale de gestion des catastrophes.

 

 

>> Indonésie : ce que l'on sait du tsunami qui a balayé les rivages du détroit de la Sonde

 

 

La vague a touché, samedi soir, les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de Java, rasant des centaines de bâtiments. Elle est survenue après l'éruption du volcan connu comme "l'enfant" du légendaire Krakatoa, l'Anak Krakatoa.

 

 

Les secouristes à la recherche de survivants. La catastrophe a fait 281 morts, plus d'un millier de blessés et 57 disparus, selon un nouveau bilan qui devrait encore s'alourdir. "L'armée et la police passent les ruines au peigne fin pour voir s'il y a d'autres victimes", a expliqué un haut responsable de l'Agence nationale de gestion des catastrophes indonésienne. Les opérations de secours devraient durer une semaine. 

 

 

Risque d'un nouveau tsunami. Les spécialistes estiment que l'épisode de samedi est dû à l'effondrement sous-marin d'une partie de l'Anak Krakatoa et préviennent que ce phénomène peut se reproduire à présent que le volcan est déstabilisé. Les autorités ont prévenu donc les habitants et les touristes des régions riveraines du détroit de la Sonde, qui sépare Java et Sumatra, de ne pas s'approcher des plages et que l'alerte forte marée restait en vigueur jusqu'à mardi.

 

 

De très nombreux dégâts. Le tsunami a laissé derrière lui un paysage de désolation, entre les arbres déracinés, toits arrachés, morceaux de bois et détritus divers. La plage de Carita, destination touristique courue de la côte occidentale de Java, est jonchée de débris.

 


24/12/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 23 décembre 2018

 

 

Indonésie : au moins 168 morts après un tsunami provoqué par une éruption volcanique

 

 

 

Selon les autorités, le tsunami a pu être déclenché par une marée montante anormale due à la nouvelle lune, conjuguée à un glissement de terrain sous-marin provoqué par l'éruption de l'Anak Krakatoa, petite île du détroit de la Sonde qui sépare Java et Sumatra

 

 

 

16714023.jpg

 

Le long de la plage de Carita, en Indonésie, maisons et voitures ont été emportées par la vague du tsunami, dimanche 23 décembre. (SEMI / AFP)

 

 

 

Le bilan risque de s'alourdir d'heures en heures. Au moins 168 personnes ont été tuées et 745 blessées lorsqu'un tsunami a déferlé, samedi 22 décembre au soir, sur les rives du détroit indonésien de la Sonde. Cette vague a été provoquée par une l'éruption d'un volcan de l'Anak Krakatoa, petite île du détroit de la Sonde qui sépare Java et Sumatra. L'arrivée de cette vague a semé la panique parmi les touristes et les habitants.

 

 

Des centaines de bâtiments ont été rasés par les flots, notamment sur les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de l'île de Java.

 

 

 

 

 

La vague a surgi vers 21h30 après l'éruption du volcan connu comme "l'enfant" du légendaire Krakatoa, l'Anak Krakatoa, selon Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence nationale de gestion des catastrophes. 

 

 

 

 

 

Sur des images de la télévision, on voit que la vague a traîné sur la plage de Carita, site touristique populaire de la côte ouest de Java, un amoncellement de détritus divers, entre plaques de toitures en ferraille ou encore des morceaux de bois. Des arbres ont également été déracinés tandis que le sol est jonché de débris.

 

 

 

Erreur de prévention des autorités 

Selon les autorités, le tsunami a pu être déclenché par une marée montante anormale due à la nouvelle lune, conjuguée à un glissement de terrain sous-marin provoqué par l'éruption  "La combinaison (des deux facteurs) a causé un tsunami soudain qui a frappé les côtes", a expliqué M. Nugroho, porte-parole de l'agence nationale de gestion des catastrophes, ajoutant que l'agence géologique indonésienne menait une enquête pour savoir ce qui s'est passé exactement.

 

 

Les autorités indonésiennes avaient dans un premier temps déclaré que la vague n'était pas un tsunami mais une marée montante, et avait appelé la population à ne pas paniquer. "C'était une erreur, nous sommes désolés", a écrit par la suite M. Nugroho sur Twitter.

 

 

Selon le Centre indonésien de la volcanologie et de la gestion des risques géologiques, l'Anak Krakatoa montrait des signes d'activité renforcée depuis une semaine. Une éruption survenue peu avant 16 heures a duré environ 13 minutes, envoyant à des centaines de mètres dans le ciel un épais panache de cendres.

 

 

 

 

 

L'Anak est une petite île volcanique qui a émergé des eaux un demi-siècle après l'éruption meurtrière du Krakatoa de 1883. C'est l'un des 127 volcans actifs d'Indonésie.

 


23/12/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 5 décembre 2018

 

 

Nouvelle-Calédonie : l'alerte au tsunami est levée sur l'archipel

 

 

 

Un séisme de magnitude 7,5 survenu au large de l'île a laissé craindre un risque de d'inondation

 

 

 

16599237.png

 

Capture d'écran d'une carte de l'Institut américain USGS montrant l'épicentre d'un séisme au large de la Nouvelle-Calédonie, le 5 décembre 2018.  (USGS)

 

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

L'alerte tsunami a été levée en Nouvelle-Calédonie, mercredi 5 décembre, annonce le haut-commissariat de la République de l'île. Un séisme de magnitude 7,5 survenu au large de l'île, a été enregistré dans la journée, poussant la gendarmerie à appeler à évacuer la côte est l'archipel.

 

 

Le tremblement de terre a été suivi d'une autre secousse, de magnitude 6,6. "Sur la foi des paramètres sismologiques préliminaires", de "dangereuses vagues de tsunami sont possibles sur les côtes situées dans les 1 000 kilomètres de l'épicentre du tremblement de terre", a alerté le Centre d'alerte au tsunami dans le Pacifique (PTWC). Les autorités calédoniennes ont appelé les habitants de l'archipel à se mettre en sécurité. Suivez la situation en direct. 

 

 

L'alerte tsunami a été déclenchée par précaution sur l'ensemble de l'île. La sécurité civile attend d’avoir plus de détails du Pacific Tsunami Warning Center de Hawaï, précise Nouvelle-Calédonie La 1ère.

 

 

 L'épicentre est situé à 150 km à l'est de l'île, à une profondeur de 10 km, d'après les données de l'Institut américain USGS. La secousse principale a duré une minute. Une autre secousse de magnitude 6 et qui avait duré trois minutes avait été enregistrée un peu plus tôt.

 


06/12/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 7 octobre 2018

 

 

Indonésie : jusqu'à 5 000 personnes présumées disparues dans deux sites dévastés par le séisme qui a frappé les Célèbes

 

 

Pour l'heure, 1 763 corps ont été retrouvés, selon un dernier bilan officiel

 

 

 

15925431.jpg

 

Un quartier dévasté par le séisme, à Palu, sur l'île des Célèbes, en Indonésie, le 6 octobre 2018. (SELMAN TUR / ANADOLU AGENCY / AFP)

 

 

Jusqu'à 5 000 personnes sont présumées disparues, après le séisme et le tsunami qui ont frappé, le 28 septembre, l'île indonésienne des Célèbes, a annoncé dimanche 7 octobre un porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes. Ce chiffre est fondé sur les estimations des chefs de villages à Petobo et Balaroa, quartiers de la localité de Palu presque rayés de la carte par la catastrophe. Pour l'heure, le dernier bilan s'élève à 1 763 morts.

 

 

Les espoirs de retrouver des survivants s'évanouissent, mais les autorités n'ont pas encore officiellement suspendu les recherches. Les sauveteurs craignent toutefois que de nombreux corps en décomposition soient toujours sous les décombres. "La plupart des corps que nous avons retrouvés ne sont pas intacts et cela présente un danger pour les sauveteurs. Nous devons faire très attention à éviter toute contamination", explique un porte-parole des secours à l'AFP.

 

 

Le ministre de la Sécurité, le général Wiranto, a déclaré que les zones les plus touchées devront être transformées en cimetière collectif et sanctuarisées. "Nous devons prendre une décision sur le moment où les recherches pour les personnes mortes vont cesser. Puis nous devrons décider quand la zone sera déclarée cimetière collectif", a-t-il déclaré à des journalistes, vendredi soir.

 


12/10/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 2 octobre 2018

 

 

Séisme et tsunami en Indonésie : le bilan s'alourdit et s'élève désormais à plus de 1 200 morts

 

 

Les dépouilles de dizaines de jeunes ont été extraits des décombres d'une église de l'île indonésienne de Célèbes tandis que deux nouveaux séismes ont frappé l'archipel mardi matin

 

 

15892117.jpg


Des secouristes recherchent, le 2 octobre 2018, des survivants à Palu, sur l'île de Célèbes (Indonésie). (ADEK BERRY / AFP)

 

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

Le bilan du séisme et du tsunami en Indonésie s'alourdit et s'élève désormais, mardi 2 octobre, à 1 234 morts, indique l'agence de gestion des catastrophes. Les secouristes indonésiens ont découvert les corps de 34 étudiants en théologie dans une église sur l'île de Célèbes. Deux nouveaux séismes ont également frappé l'archipel indonésien mardi matin. Suivez sur franceinfo l'évolution de la situation. 

 

 

86 étudiants initialement portés disparus"Trente-quatre corps au total ont été retrouvés par l'équipe" de secouristes dans une église, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la Croix-Rouge locale. Elle a précisé que 86 étudiants avaient été initialement portés disparus alors qu'ils participaient à une retraite religieuse dans le district de Sigi Biromaru, dans le nord de l'île.

 

 

Deux séismes au large de l'île de Sumba. Deux séismes de magnitude 5,9 et 6 se sont produits mardi matin à un court intervalle au large de l'île de Sumba, dans le sud de l'archipel indonésien, a annoncé l'institut géologique américain USGS. Sumba est située à 1 600 km au sud de l'île de Célèbes.

 

 

191 000 personnes ont besoin d'aide. Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Unocha) a estimé lundi à 191 000 le nombre de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire d'urgence, dont 46 000 enfants et 14 000 personnes âgées. Nombre d'entre elles vivent dans des régions qui ne sont pour l'heure pas au centre des efforts gouvernementaux pour aider les sinistrés.

 


05/10/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 30 septembre 2018

 

 

Indonésie : au moins 832 morts après le séisme et le tsunami, les autorités cherchent à localiser trois Français

 

 

avatar Pierre Godon Elise Lambert France Télévision

 

 

Les hôpitaux, dont certains ont été endommagés, peinent à faire face à l'afflux de victimes. Et de nombreux blessés sont soignés en plein air

 

 

 

15881541.jpg

 

Un hôtel de dix étages effondré après le tremblement de terre suivi d'un tsunami survenu vendredi 28 septembre 2018 sur l'île de Célèbes, en Indonésie. (AZWAR / AFP)

 

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

Le bilan du tremblement de terre suivi d'un tsunami qui a frappé l'île indonésienne de Célèbes ne cesse de s'alourdir. Selon les autorités, le nombre de morts s'établit dimanche 30 septembre à au moins 832, alors que les secours dégagent toujours de nouvelles victimes des décombres de la ville de Palu, dévastée. Suivez la situation en direct avec franceinfo.

 

 

 Les autorités disent être à la recherche de trois Français. Au moment du séisme, 71 étrangers se trouvaient à Palu, où la plupart des victimes ont été retrouvées, ont indiqué les autorités. Selon le porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes, trois Français en faisaient partie et n'ont toujours pas été localisés. Une information que ne confirme pas le Quai d'Orsay à France 2.

 

 

 Le président indonésien sur place. Le président indonésien Joko Widodo est arrivé à Palu dimanche pour observer le déploiement militaire destiné à porter assistance à la population.

 

 

Les hôpitaux débordés. Les hôpitaux, dont certains ont été endommagés, peinent à faire face à l'afflux de victimes. Et de nombreux blessés sont soignés en plein air.

 

 

Un séisme plus puissant que celui d'août. D'une magnitude de 7,5, selon l'institut géologique américain (USGS), le séisme qui a frappé l'île vendredi a été plus puissant que la série de tremblements de terre qu'a connus l'Indonésie en août et qui avaient fait plus de 500 morts et environ 1 500 blessés sur l'île de Lombok, voisine de Bali. Un raz-de-marée s'est déclenché peu après sur la côte proche de Palu.

 


03/10/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 28 septembre 2018

 

 

Indonésie : l'île de Célèbes frappée par un tsunami après un fort séisme de magnitude 7,5

 

 

Ce nouveau séisme est d'une magnitude plus importante que la série de violents tremblements de terre qui ont fait plus de 500 morts et environ 1 500 blessés cet été sur l'île de Lombok, voisine de Bali

 

 

 

15874711.jpg

 

Une maison effondrée après un séisme de magnitude 7,5 à Dongalla, dans le centre des îles Célèbes, le 28 septembre 2018. (HANDOUT / BNPB)

 

 

Un tsunami a frappé, vendredi 28 septembre, l'île de Célèbes, au centre de l'Indonésie, a annoncé l'agence de géophysique. Le phénomène intervient après un fort séisme de magnitude 7,5 qui a secoué l'île, selon le relevé de l'institut américain USGS. Ce nouveau séisme, d'une profondeur de 10 kilomètres, est d'une magnitude plus importante que la série de violents tremblements de terre qui ont fait plus de 500 morts et environ 1 500 blessés cet été sur l'île de Lombok, voisine de Bali.

 

 

Ce nouveau fort séisme a son épicentre à 78 kilomètres au nord de la ville de Palu, capitale de la province du centre de Célèbes, et a été ressenti jusque dans le sud à Makassar, la capitale de l'île. L'Indonésie, un archipel de 17 000 îles et îlots qui s'est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

 

 

Une vidéo des vagues arrivant sur la ville de Palu circule sur les réseaux sociaux. L'auteur de ces images amateures, reprises par les médias locaux, n'est pas connu, mais la vidéo a bien été tournée à Palu.

 


02/10/2018
0 Poster un commentaire