L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

MONDE


Franceinfo - le mercredi 28 octobre 2020

 

 

 

DIRECT. Covid-19 : Plus de 43,5 millions de contaminations au virus dans le monde

 

 

Un peu moins d'un an après son apparition, la pandémie du Covid-19 a provoqué plus d'un million de décès dans le monde.

 


28/10/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 25 octobre 2020

 

 

Un traité interdisant l'arme nucléaire va entrer en vigueur, sans être signé par les pays qui la possèdent, dont la France

 

 

 

nuclear-4924092_1920

 

 

Image par Cristian Ibarra de Pixabay 


25/10/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 20 septembre 2020 - mis à jour le 21.09.2020

 

 

ENQUÊTE FRANCEINFO. FinCEN Files : des documents confidentiels révèlent les lacunes des banques dans la lutte contre le blanchiment

 

 

dollar-1443244_1920

 

 

Image par Gerd Altmann de Pixabay 


22/09/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 13 septembre 2020 - mis à jour le 14 septembre 2020

 

 

L'article à lire pour comprendre les tensions entre la Turquie, la Grèce et la France en Méditerranée orientale

 


18/09/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 5 septembre 2020 - mis à jour le 06.09.2020

 

 

Méditerranée orientale : nouvelles menaces turques envers la Grèce à la veille de manœuvres militaires

 


06/09/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 5 septembre 2020

 

 

Micro européen. Grèce, jusqu’où ira Erdogan ?

 

 

greece-1660546_1920

 

 

Image par Greg Montani de Pixabay 


05/09/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 27 août 2020

 

 

Exercice militaire européen, tensions gréco-turques… Comment la situation est devenue explosive en Méditerranée orientale

 


27/08/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 22 août 2020

 

 

"Au XXIe siècle, on ne ne peut pas laisser les gens se noyer sous nos yeux", alerte SOS Méditerranée qui exige la libération de l'Océan Viking

 


23/08/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - les vendredi 14 et jeudi 15 août 2020

 

 

Biélorussie : de la présidentielle contestée aux manifestations inédites, on vous raconte la semaine historique qu'a vécue le pays

 

 

DIRECT. Biélorussie : le Kremlin se dit "confiant" dans une sortie de crise rapide, plusieurs milliers de manifestants dans les rues de la capitale Minsk

 

 

Biélorussie : l'Union européenne donne son feu vert à de nouvelles sanctions en raison de la violente répression

 

 

Biélorussie : le footballeur international Ilya Shkurin refuse de jouer pour son pays "tant que le régime de Loukachenko est au pouvoir"

 

 

Biélorussie : les femmes manifestent contre la répression du régime

 


15/08/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 8 août 2020 - mis à jour le 09.08.2020

 

 

 

"Le peuple veut la chute du régime" : des milliers de personnes manifestent contre le gouvernement après les explosions à Beyrouth

 

 

Plus de 100 personnes ont été blessées lors de la manifestation de Beyrouth contre les autorités libanaises, et 32 ont dû être hospitalisées, selon la Croix-Rouge.

 


10/08/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 12 juin 2020

 

 

Colston, Churchill, Colomb... Quelles sont les figures historiques que les antiracistes veulent faire tomber de leur piédestal ?

 

avatar
franceinfoFrance Télévisions

 

 

Ces personnages autrefois considérés comme des héros cristallisent aujourd'hui la colère et la défiance de ceux qui luttent pour l'égalité des droits et la fin du racisme

 

 

21668711

 
La statue d'Edward Colston jetée à l'eau par des manifestants le 7 juin 2020, à Bristol au Royaume-Uni. (SOCIAL MEDIA / REUTERS)

 

 

 

La vague d'indignation suscitée par la mort de George Floyd, un homme noir mort asphyxié alors qu'il était plaqué face contre terre par un policier blanc fin mai aux Etats-Unis, a relancé le combat des militants antiracistes déterminés à supprimer de l'espace public les symboles du passé colonial. Au Royaume-Uni, en Belgique ou encore aux Etats-Unis, qui sont ces figures historiques de l'esclavage et de la traite des Noirs qui attisent aujourd'hui la colère ? 

 

 

Edward Colston, marchand d'esclaves

Dimanche 7 juin, c'est la statue d'Edward Colston, marchand d'esclaves de la fin du XVIIe siècle qui a financé de nombreuses institutions de Bristol, dans le sud-ouest de l'Angleterre, qui est tombée de son piédestal avant d'être jetée à l'eau par des manifestants. A Bristol, plusieurs lieux publics portent le nom d'Edward Colston, comme deux écoles, une rue, une avenue et même... un petit pain, le Colston Bun. Une salle de concert, le Colston Hall, est également baptisée en son honneur et a reçu des artistes aussi prestigieux que les Beatles, David Bowie ou Elton John. Cette dernière a promis une nouvelle appellation pour l'automne et va d'ores et déjà retirer toutes les signalisations extérieures l'identifiant.

 

 

Colston "est un homme responsable de l'envoi de 100 000 personnes d'Afrique vers les Caraïbes pour devenir esclaves, dont des femmes et des enfants à qui on marquait la poitrine du nom de sa compagnie", a estimé le chef de l'opposition, le travailliste Keir Starmer. L'association de protection du patrimoine Historic England a dit reconnaître que la statue était "un symbole d'injustice" : "Nous ne pensons pas qu'elle doive être réinstallée."

 

 

Le maintien de cette statue du marchand d'esclaves de la fin du XVIIe siècle, qui a financé de nombreuses institutions à Bristol, faisait débat depuis des années, sans avoir été tranché. L'artiste Banksy, originaire de la ville, a proposé de la remettre sur son socle et d'y adjoindre des statues de bronze des manifestants la déboulonnant.

 

 

 

Winston Churchill, héros de guerre aux propos controversés

A Londres, ce n'est ni plus ni moins que la statue de l'ancien Premier ministre conservateur et héros de la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill, dont divers propos sur les questions raciales avaient suscité la controverse, qui a été prise pour cible le même week-end. L'inscription "Etait un raciste" a été apposée sous son nom sur le socle, provoquant des réactions indignées dans la classe politique et la presse conservatrice.

 

 

Les militants antiracistes reprochent de longue date à Winston Churchill des déclarations très dures envers différents peuples dits alors "non-civilisés". On notera notamment cette déclaration, alors qu'il ordonne à la Royal Air Force, au tournant des années 1920, d'utiliser du gaz toxique contre les rebelles kurdes dans le nord de l'Irak : "Je ne comprends pas cette attitude délicate à l'égard de l'utilisation du gaz. Je suis fortement en faveur de l'utilisation de gaz toxiques contre les tribus non-civilisées."

Une autre déclaration raciste et lapidaire est attribuée à Churchill, lors de la famine du Bengale en Inde en 1943 : "Je hais les Indiens. C'est un peuple bestial, avec une religion bestiale", a-t-il déclaré à Leo Amery, le secrétaire d'Etat pour l'Inde et la Birmanie.

 

 

 

Cecil Rhode, suprémaciste blanc et colonisateur

Dans la ville universitaire d'Oxford, des milliers de manifestants se sont rassemblés mardi 9 juin, pendant les funérailles de George Floyd, au pied d'une statue de Cecil Rhodes, magnat minier et homme politique colonisateur, actif notamment en Afrique du Sud au XIXe siècle. Ils ont scandé "Faites la tomber !" et "Décolonisez" avant de se recueillir en silence, assis et poings levés, face au monument.

 

 

Rhodes fut l'un des artisans de l'expansion coloniale de l'Empire britannique en Afrique australe. Sous sa sculpture, qui domine l'Oriel College, l'un des établissements de la prestigieuse université, une inscription rend hommage à ce suprématiste blanc, qui a donné une partie de sa fortune à l'université. Sur internet, les pétitions pour faire retirer la statue foisonnent. L'une d'elles cumule déjà plus de 120 000 signatures.

 

 

 

Robert Miligan, planteur esclavagiste

Une statue de Robert Milligan, un planteur esclavagiste du XVIIIe siècle, a été déboulonnée sur ordre des autorités municipales mardi à Londres, où le maire Sadiq Khan a engagé une réflexion sur les rues et statues rendant hommage à des personnages ayant participé à la traite des Noirs.

 

 

La statue, érigée devant le Musée des docklands, faisait depuis longtemps l'objet d'une controverse et la municipalité a jugé qu'elle n'était plus acceptable pour la communauté locale. "La diversité de notre capitale est sa plus grande force, pourtant, nos statues, le nom des rues et des espaces publics reflètent une époque révolue", a estimé Sadiq Kahn.

 

 

"C'est une vérité désagréable, notre nation et notre ville doivent une grande part de leur richesse au commerce des esclaves et notre espace public en porte le témoignage, la contribution de beaucoup d'autres est largement passée sous silence", a regretté le maire de Londres.

 

 

 

Léopold II, ancien roi de Belgique

En Belgique, une statue de l'ex-roi Léopold II, figure controversée du passé colonial du pays, a été retirée d'un square à Anvers mardi après avoir été vandalisée. Elle a été transportée dans les réserves du Musée Middelheim, où son état doit être "examiné", selon le musée. Elle restera "probablement" dans les collections de l'établissement, connu pour ses sculptures en plein air, a affirmé un porte-parole de la mairie de la cité portuaire.

 

 

La statue du roi avec sa longue barbe et sa veste à épaulettes a été vandalisée la semaine dernière, comme plusieurs autres à travers le pays. Elle a été partiellement incendiée et recouverte de peinture rouge, couleur symbolisant le sang versé par les Congolais lors de la violente colonisation belge du Congo.

 

 

Surnommé "le roi bâtisseur", celui qui a régné de 1865 à 1909 est "un héros pour certains, mais aussi un bourreau", "il a tué plus de 10 millions de Congolais", a accusé le groupe Réparons l'Histoire, dont la pétition concernant les statues de Bruxelles avait recueilli mardi plus de 64 000 signatures.

 

 

 

Christophe Colomb, navigateur à l'origine de la colonisation

Aux Etats-Unis, ce sont les statues de Christophe Colomb qui sont prises pour cible. A Boston, une statue du célèbre navigateur, qui se trouvait dans le North End Park, a été décapitée avant d'être retirée quelques heures plus tard par la municipalité.

 

 

En Virginie, dans la ville de Richmond, une statue de Christophe Colomb a été également déboulonnée mardi. Selon le Richmond Times-Dispatch, plusieurs personnes se sont réunies en début de soirée et ont utilisé des cordes afin d'arracher la statue de son socle avant de la jeter dans un lac.

 

 

Aux Etats-Unis, les représentations de Christophe Colomb sont souvent au cœur de polémiques. Le navigateur est en effet considéré par une partie des Américains comme l'un des premiers auteurs du génocide des Indiens d'Amérique et le facilitateur de la traite des Africains. En 2006, une statue le représentant à Boston avait été décapitée. Elle avait été dégradée à nouveau en 2015 et les mots "Black Lives Matter" avaient été inscrits sur son socle.

 


12/06/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 3 juin 2020

 

 

La Russie, principal fournisseur d’armes des pays africains

 

avatar

Laurent Ribadeau DumasRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

 

Moscou a supplanté les Etats-Unis et la France sur le continent

 

 

21626695

 

Le ministre de l'Industrie et du Commerce russe, Denis Manturov, se montre en train d'essayer une arme sur le stand du groupe Kalashnikov lors de l'International Defence Exhibition à Abu Dhabi le 22 février 2015. Kalashnikov dit se concentrer sur ses marchés au Moyen-Orient et en Afrique et diversifier sa gamme de produits pour compenser l'impact des sanctions occidentales qui touchent la Russie.  (REUTERS - STRINGER . / X80002)

 

 

 

Sur la période 2014-2019, la Russie est devenue le principal pourvoyeur d’armes de l’Afrique, si l’on en croit les chiffres du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri), un observatoire international reconnu du marché de l’armement. Elle fournit ainsi presque la moitié des équipements (49%) vendus aux pays du continent. L’Algérie et l’Egypte sont aujourd’hui les deux plus importants clients africains de l’industrie militaire russe.

 

 

Moscou vend presque deux fois plus d’armes aux Africains que leurs deux autres gros fournisseurs, Etats-Unis (14%) et Chine (13%). La France est le 4e plus important, avec 6,1% du marché. Il semble que Paris "n'ait pas forcément réussi à (...) tirer profit" de la concurrence entre pays fournisseurs, "en tout cas pas autant qu'elle le faisait auparavant", analyse une chercheuse du Sipri citée par RFI. Cela tient peut être aussi au fait que "le lien avec les anciennes colonies (est) en train de se desserrer", poursuit-elle. La preuve aussi que Moscou a repris pied sur un continent où l’URSS avait su s’implanter jusqu’à sa chute en 1991.

 

 

 

Algérie, Egypte et Angola : le trio de tête

On ne trouve apparemment pas de données précises sur le montant des exportations d’armes russes vers l'Afrique. Dans une interview citée par le site defenseworld, le ministre adjoint de la Défense du Kremlin Alexander Fomin a simplement reconnu que "le volume des exportations de matériels militaires s'élevait à plus de 15,2 milliards de dollars américains" (13,58 milliards d’euros). Comprendre : "volume global". Des exportations que Moscou entend continuer à développer. En 2019, au premier sommet russo-africain de Sotchi, l’armement était "au centre de toutes les attentions", rapporte la Deutsche Welle.

 

 

L’Algérie est, et de loin, le plus gros débouché de l’industrie militaire russe en Afrique. Alger achète du "lourd". Notamment des avions, chasseurs, appareils de transport, mais aussi des hélicoptères et des sous-marins. Ainsi que des "systèmes de défense antiaérienne et antimissile sophistiqués, des chars", comme le rapportait franceinfo Afrique en 2018. Selon le Sipri, le pays achète plus que tous les autres Etats africains réunis !

 

 

 

Hélicoptères russes dans le ciel de Saint-Pétersbourg lors d\'une répétition pour le défilé aérien prévu dans le cadre de la célébration du Jour de la Victoire, le 7 mai 2020. Evènement marquant le 75e anniversaire de la victoire contre l\'Allemagne nazie, à l\'issue de la Seconde guerre mondiale.

Hélicoptères russes dans le ciel de Saint-Pétersbourg lors d'une répétition pour le défilé aérien prévu dans le cadre de la célébration du Jour de la Victoire, le 7 mai 2020. Evènement marquant le 75e anniversaire de la victoire contre l'Allemagne nazie, à l'issue de la Seconde guerre mondiale. (REUTERS - ANTON VAGANOV / X06532)



Second client de Moscou, qui a profité des tensions entre Le Caire et Washington : l’Egypte. En 2019, celle-ci a notamment signé un accord pour la fourniture de plus de 20 avions chasseurs SU-35. Montant : 2 milliards de dollars (1,78 milliard d’euros). Troisième gros client : l’Angola. Suivi et de très loin par le Nigeria, le Rwanda, le Mali, le Soudan… Et la Russie n’arrête pas de conquérir des parts de marché sur le continent. Au début des années 2000, 16 pays africains (sur 54) achetaient des armes à la Russie, constate la Deutsche Welle. Ils sont aujourd’hui 21.

 

 

 

Méthodes commerciales efficaces

Avec l’Algérie, l’Egypte et l’Angola, le Kremlin a en fait retrouvé d’anciens partenaires du temps de l’URSS. Pour autant, il a su s’y prendre pour reconquérir ses anciens marchés. "Invité à Alger en mars 2006, Poutine décide d’effacer la dette militaire algérienne, d’un montant de 4,7 milliards de dollars, mais en contrepartie de l’engagement de son hôte à acquérir 7,5 milliards de dollars d’armement russe", signale Le Monde. Même méthode avec l’Angola. En 1996, les Russes ont effacé 70% de la dette de Luanda à leur égard, d’un montant de 4,5 milliards d’euros, remontant à l’époque soviétique. A cette époque, cet argent avait déjà été prêté pour acheter… du matériel militaire.

 

 

Les armes russes sont bonnes et leur qualité est universellement reconnue. Elles sont aussi moins chères. Il n’y a pas de raison pour que les pays africains ne veulent pas en acheter. L'universitaire russe Irina Filatova citée par le site de la Deutsche Welle

 

 

De leur côté, les équipements américains ou européens sont réputés trop onéreux pour nombre de pays africains. De plus, les méthodes commerciales des Russes sont apparemment efficaces. Les négociations avec eux ont la réputation d'aboutir rapidement, ils ne posent pas de questions gênantes. Ils savent offrir des conditions financières intéressantes et se montrent moins sourcilleux sur la question des droits de l’Homme que certains pays occidentaux...

 


06/06/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 19 avril 2020

 

 

Coronavirus : près de 160 000 morts dans le monde depuis le début de la pandémie

 

 

avatar

 

 

 

Le bilan mondial des victimes du Covid-19 ne cesse d'augmenter

 

 

 

 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

 

 

La pandémie est loin d'être jugulée. Le bilan mondial des victimes du nouveau coronavirus s'élève à au moins 157 539 morts dans le monde, alors que le cap des 100 000 décès a été franchi en Europe, selon les données officielles communiquées samedi. Suivez notre direct. 

 

 

Un concert virtuel géant. Pour soutenir les soignants en première ligne dans cette épidémie, des dizaines de stars parmi lesquelles les Rolling Stones et Taylor Swift se sont mobilisées en donnant un concert virtuel géant dans la nuit de samedi à dimanche, suivi en streaming par des amateurs eux aussi confinés.

 

 

Trump appelle à braver le confinement. Alors que plus de la moitié de l'humanité reste à domicile afin de limiter la propagation du Covid-19, le président américain républicain a ouvertement appelé à braver les règles de confinement dans des Etats dirigés par des gouverneurs démocrates. Aux Etats-Unis, pays le plus touché tant en nombre de morts (au moins 38 664) que de cas (au moins 732 197), des manifestations hostiles au confinement adopté dans certains Etats ont eu lieu samedi au Texas, dans le Maryland et le New Hampshire. 

 

 

Les hospitalisations en baisse en France. Le pays a enregistré 642 morts supplémentaires du Covid-19 au cours des dernières 24 heures, portant le total à 19 323 décès (11 842 dans les hôpitaux et 7 481 dans les établissements sociaux et médico-sociaux). La bonne nouvelle vient du nombre d'hospitalisations, en baisse de 551 par rapport à la veille. Le solde de personnes admises en réanimation (- 194) est également en baisse, et ce pour le dixième jour consécutif. 

 

 

Un début de déconfinement en Europe. Quelques pays se sont engagés dans la voie d'un prudent déconfinement comme l'Autriche ou le Danemark. Berlin a jugé la pandémie désormais "sous contrôle" en Allemagne, qui apparaît comme le grand Etat européen à avoir le mieux géré la crise (moins de 4 000 morts), grâce notamment à un large recours aux tests. En Espagne, les autorités ont annoncé samedi la prolongation jusqu'au 9 mai des mesures strictes de confinement.

 


19/04/2020
0 Poster un commentaire