L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

HISTOIRE POSITIVE

L'Histoire peut aussi réserver de belles surprises. Des peuples, qui enfin font des efforts pour créer, voire recréer des liens entre eux. C'est ce qui pour moi représente l'HISTOIRE positive...  Si elle pouvait enfin prendre le pas sur la sombre Histoire des hommes qui se répète inlassablement ! Je vous propose, au fil du temps, de mettre en valeur les articles, hélas encore peu nombreux, de l'HISTOIRE POSITIVE...


Franceinfo - le dimanche 3 février 2019

 

 

"La foi en Dieu unit et ne divise pas" : François se rend dans la péninsule arabique, une première pour un pape

Le chef de l'Église catholique se rend aux Émirats arabes unis dimanche pour une visite de deux jours

 

 

 

16956151.jpg

Le pape François lors de son déplacement au Panama, le 27 janvier 2019. (JOHAN ORDONEZ / AFP)

 

 

Le pape François s'envole pour les Émirats arabes unis dimanche 3 février. Le souverain pontife va passer deux jours dans la capitale Abu Dhabi, pour une visite centrée sur le dialogue interreligieux. Ce sera le premier voyage d'un pape dans la péninsule arabique, berceau de l'islam.

 

 

Ce sont les Émirats arabes unis qui ont invité le chef de l'Église catholique parce qu'en 2019 le pays célèbre l'année de la tolérance. Le terrain est donc favorable à l'expression de la thèse de François, ce pape qui multiplie depuis le début de son pontificat les voyages en terre musulmane. La foi unit chrétiens et musulmans, soutient-il. "Je suis heureux d’écrire sur votre chère terre une nouvelle page d’histoire dans les relations entre les religions, confirmant que nous sommes des frères tout en étant différents, a déclaré François. La foi en Dieu unit et ne divise pas, elle nous rapproche malgré nos différences, elle éloigne les hostilités et l’aversion."

Messe en plein air dans un stade

Les catholiques, qui représentent 10% de la population des Émirats arabes unis, pourront suivre la messe en plein air célébrée par le pape mardi dans un stade d’Abu Dhabi. Avec 130 000 fidèles attendus, on l’annonce comme le plus grand rassemblement jamais organisé dans le pays. Enfin, en privé, le pape devrait aussi évoquer le conflit au Yémen, dans lequel les Émirats sont impliqués militairement aux côtés de l’Arabie saoudite.

 


03/02/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 6 janvier 2019

 

 

Libérés de la dictature, les journalistes veulent conforter une presse libre en Gambie

 

 

avatar
Eléonore Abou EzRédaction AfriqueFrance Télévisions
 

 

 

Deux ans après le départ du président Yahya Jammeh, le Syndicat de la presse gambienne a mis en place un organisme d’autoréglementation pour consolider la liberté de la presse et créer un climat de confiance

 

 

 

16769143.jpg

Un homme sur son vélo devant un graffiti sur un mur de Banjul, en Gambie, en janvier 2017 (photo d'illustartion).  (SYLVAIN CHERKAOUI/AP/SIPA / AP)

 

 

 

Pendant plus de 20 ans, des journalistes gambiens ont été régulièrement enlevés, torturés et assassinés. La Gambie, petit pays anglophone d'Afrique de l'Ouest, était alors dirigé d’une main de fer par Yahya Jammeh. Depuis sa défaite à la présidentielle fin 2016, et l’investiture du président Adama Barrow, les choses ont bien changé.

 

 

 

Une ouverture inédite

Chaîne de télévision privée, radios commerciales, nouvelles publications, débats politiques… La presse gambienne connaît "un essor fulgurant et une ouverture sans précédent", comme l’a souligné RSF. En 2018, la Gambie a enregistré la meilleure progression en matière de liberté de la presse, selon le classement mondial de Reporters sans Frontières.

 

 

Nous sommes dans une nouvelle ère pour la presse en GambieArnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF à Associated Press

 

 

 

Des lois liberticides

La liberté d’expression actuelle n’est pas garantie par la loi. Les journalistes peuvent toujours être poursuivis pour sédition, diffamation ou publication et diffusion de fausses informations.

 


Le ministre gambien de l’Information, Ebrima Sillah, s’est engagé à faire le nécessaire pour que les médias "continuent à fonctionner sans restrictions", rapporte l’agence Associated Press.

 

 

Vous ne pouvez pas prétendre être un représentant légitime des Gambiens s'ils ne vous font pas confianceSaikou Jammeh, secrétaire général du syndicat de la presse en Gambie à Associated Press

 

 

 

Réforme et autoréglementation

Le Syndicat de la presse gambienne (Gambia Press Union) insiste sur la révision de la loi pour garantir la liberté de la presse sur le long terme. Il mise aussi sur de nouvelles règles qui seront édictées par les journalistes eux-mêmes. Un nouveau Conseil des médias a été mis en place afin de renforcer la liberté de la presse et de gagner la confiance des Gambiens.

 


08/01/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 30 décembre 2018

 

 

Corée du Nord : Kim Jong-un promet davantage de rencontres avec la Corée du Sud en 2019

 

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

Dans une lettre adressée à la présidence sud-coréenne, Kim Jong Un a "exprimé son intention de rencontrer souvent" Moon Jae-in en 2019, afin de promouvoir la paix et de "régler ensemble le problème de la dénuclarisation" de la péninsule

 

 

 

16746615.jpg

 

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in, le 20 septembre 2018 à l'aéroport de Samijiyon (Corée du Nord).  (LIM TAEHOON / PYEONGYANG PRESS CORPS / AFP)

 

 

 

Vers une relation plus apaisée entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a promis de rencontrer "souvent" son homologue sud-coréen Moon Jae-in en 2019, afin de débattre de la dénucléarisation de la péninsule, a révélé le bureau du président de la Corée du Sud, dimanche 30 décembre. 

 

 

Dans une lettre adressée à la présidence sud-coréenne pour marquer la fin d'année, Kim Jong Un a "exprimé son intention de rencontrer souvent M. Moon en 2019", afin de promouvoir la paix et de "régler ensemble le problème de la dénuclarisation", a indiqué un porte-parole de la présidence sud-coréenne dimanche. 

 

 

Le leader nord-coréen a rencontré son homologue sud-coréen trois fois en 2018 : deux fois à Panmunjom, village frontalier entre les deux pays, et une fois en septembre à Pyongyang, la capitale nord-coréenne. 

 

 

 

Une détente historique entre les deux pays

Lors de cette dernière visite, Kim Jong-un avait promis de venir lui aussi visiter la capitale sud-coréenne, Séoul, "le plus vite possible". Des rumeurs évoquaient même une visite avait la fin de l'année. Mais le voyage n'a toujours pas eu lieu, ce que le dirigeant nord-coréen dit "beaucoup regretter" dans sa lettre, a indiqué le porte-parole du président sud-coréen. Selon ce dernier, Kim Jong-un a "exprimé une volonté ferme de venir visiter Séoul pour parler du futur".

 

 

Sur le papier, les deux pays voisins sont toujours en guerre, puisque la guerre de Corée (1950-1953) s'est achevée avec un cessez-le-feu et non un traité de paix. 

 

 

L'année 2018 a vu naître une détente spectaculaire entre les deux pays de la péninsule. qui avait débouché sur un sommet historique entre le président américain, Donald Trump, et Kim Jong-un en juin à Singapour. Les dirigeants se sont alors engagés sur la "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne". Mais depuis, les deux pays s'écharpent sur sa signification et s'accusent mutuellement de mauvaise foi et de traîner les pieds.

 


30/12/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 6 septembre 2018

 

 

Inde : la Cour suprême prend la décision historique de dépénaliser l'homosexualité

 

 

La plus haute instance judiciaire du pays a jugé illégal un vieil article du Code pénal condamnant les relations sexuelles entre personnes de même sexe

 

 

 

15725991.jpg


La Cour suprême à New Delhi (Inde), le 17 juillet 2018. (ADNAN ABIDI / REUTERS)

 

 

En Inde, la Cour suprême prend la décision historique de dépénaliser l'homosexualité, jeudi 6 septembre. Cette décision annule un jugement de 2013, qui confirmait une loi de l'ère coloniale. La plus haute instance judiciaire du pays a jugé illégal un vieil article du Code pénal condamnant les relations sexuelles entre personnes de même sexe. "La loi était devenue une arme de harcèlement contre la communauté LGBT", a déclaré le président de la Cour suprême Dipak Misra, à New Delhi. 

 

 

Des images diffusées à la télévision indienne montraient des militants de la cause homosexuelle pleurant des larmes de joie et tombant dans les bras les uns des autres durant la lecture du jugement.

 

 

Dans les faits, les poursuites étaient rarissimes

 

Selon le Code pénal indien datant de l'ère coloniale britannique, l'homosexualité était, sur le papier, passible de prison à vie. Dans les faits toutefois, les poursuites judiciaires pour relation sexuelle entre personnes de même sexe étaient devenues rarissimes.

 

 

Mais cette dépénalisation par la Cour suprême était largement escomptée par les militants des droits de l'homme et de la cause LGBT. La jurisprudence de l'institution, ces dernières années, penchait en effet en sa faveur, avec notamment la reconnaissance d'un troisième genre pour les transgenres et la sanctuarisation du droit à la vie privée.

 

 

L'Inde devient ainsi le 124e État du monde où les actes homosexuels ne sont pas ou plus criminalisés, selon des chiffres de l'Association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes.

 


06/09/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 23 juin 2018

 

 

"Elles ont toutes une hâte, c'est d'avoir leur permis" : en Arabie saoudite, les femmes sont désormais autorisées à conduire

 

 

La levée de l'interdiction de conduire en Arabie saoudite, entrée en vigueur le 24 juin, autorise les femmes à conduire des voitures, mais aussi des camions et des motos

 

 

 

15294423.jpg

 

Elena Bukaryeva, 39 ans, instructrice de moto (à gauche), se tient à côté d'une élève sur le circuit du Bikers Skills Institute, à Riyad (Arabie saoudite). (BIKERS SKILLS INSTITUTE / TOUS DROITS RÉSERVÉS)

 

 

 

C'est une révolution. En Arabie saoudite, les femmes disposant d’un permis de conduire peuvent librement prendre le volant à partir de dimanche 24 juin, après des décennies d’interdiction. Les femmes pourront conduire des voitures, mais aussi des camions et des motos. Des Saoudiennes sur de grosses cylindrées, faisant rugir le moteur de leur moto, cela aurait été inimaginable il y a seulement un an. Mais très bientôt, les femmes pourront enfourcher leurs propres engins et goûter au plaisir grisant de chatouiller le bitume.

 

 

"C'est la liberté absolue" 

 

Et elles s’y entraînent déjà. Des passionnées, pour qui la levée de l’interdiction de conduire offre une opportunité inédite. "On a six élèves femmes, avec qui l’on a des sessions toutes les semaines pour maintenir leur niveau jusqu’à ce qu’elles obtiennent leur permis moto", explique à franceinfo Elena Bukaryeva, une instructrice ukrainienne de moto au Bikers Skills Institute.

 

 

Ce centre, qui a été fondé à Riyad par le mari saoudien d'Elena, propose une formation aux femmes depuis février pour enseigner la conduite et la mécanique de base de la moto. Sa devise : "A toi de monter."

 

 

"Certaines de ces femmes roulent en moto depuis des années, mais en passagère derrière leurs maris, d’autres ont déjà roulé à l’étranger, explique Elena Bukaryeva. Elles ont toutes seulement une hâte, c’est d’avoir leur permis et de prendre la route", ajoute-t-elle. 

 

 

Elena Bukaryeva, 39 ans, au volant de sa Harley Davidson. 
Elena Bukaryeva, 39 ans, au volant de sa Harley Davidson.  (TOUS DROITS RÉSERVÉS)

 

 

"La moto est une passion depuis mon enfance", explique une de ses étudiantes saoudienne de 31 ans, à l'AFP, mais qui préfère taire son identité et se présente sous le prénom de Noura. "J'ai grandi en voyant ma famille faire de la moto. J'espère (...) pouvoir en faire dans la rue", explique-t-elle au volant d'une Yamaha Virago.

 

 

Elena, elle, a la conduite dans la peau : elle a appris à conduire une voiture dès l’âge de 11 ans ! Mais ce qui l'a fait vraiment vibrer, ce sont les motos. Cela fait plus de dix ans maintenant qu’elle maîtrise les cylindrées. 

 

 

Conduire une moto, le vent dans le visage… c’est indescriptible. Il faut en faire pour le ressentir, mais c’est la liberté absolue. Elena Bukaryeva à franceinfo

 

 

Elena trépigne elle aussi de pouvoir prendre la route. Avant qu'elle n'emménage en Arabie saoudite, il y a quatre ans, elle pouvait conduire librement sa Harley Davidson sur les routes de Dubaï, où elle a vécu pendant onze ans. Depuis, elle doit se contenter du circuit de l'école de conduite qu'elle gère avec son mari. Les routes lui étaient interdites.

 

 

Des abayas pour conduire  

 

Dans l'enceinte de l'institut privé où elles apprennent à conduire, les femmes portent des jeans moulants avec des genouillères résistant aux chocs. Mais dans la rue, seront-elles obligées de revêtir l'abaya, longue robe réglementaire ? Une tenue qui n'est vraiment pas adaptée à la moto, avec le risque que le bas du vêtement se coince dans une roue. Eman Joharjy, une styliste saoudienne, a peut-être trouvé la solution. Elle propose déjà des abayas adaptées à la pratique du vélo, qui pourraient servir à la moto.

 

 

Le 20 juin, en amont de la levée d’interdiction de conduire, elle a lancé une collection d’abayas confortables et flexibles pour la conduite, "un peu raccourcies en bas, pour ne pas s’emmêler les pieds dans le tissu alors qu’il faut appuyer sur les pédales", explique-t-elle à franceinfo. Eman a déjà un permis international, mais va attendre un peu avant d’obtenir ses papiers saoudiens. "Tout le monde se précipite en ce moment", décrit-elle. Et pour cause, "c’est tellement important que les femmes puissent aller seules où bon leur plaît... Il était temps."

 


03/07/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 28 mai 2018

 

 

Enfant sauvé d'une chute à Paris : Mamoudou Gassama recevra son titre de séjour dès mardi

 

 

L'enfant a été sauvé par Mamoudou Gassama, qui a escaladé les quatre étages d'un immeuble pour venir à son secours

 

 

 

15114678.jpg

 

 

Le président de la République, Emmanuel Macron et Mamoudou Gassama, jeune Malien sans-papiers qui a sauvé un enfant, le 28 mai 2017 à l'Elysée.  (THIBAULT CAMUS / AFP)

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

Mamoudou Gassama recevra son titre de séjour dès mardi 29 mai, a appris franceinfo auprès de la préfecture, confirmant une information de BFMTV. Après avoir sauvé un enfant d'une chute du quatrième étage d'un immeuble parisien, le jeune Malien sans papiers a été reçu lundi à l'Elysée, où Emmanuel Macron lui a annoncé qu'il allait être "naturalisé français" en raison de son "acte d'héroïsme". 

 

 

Le père de l'enfant sauvé est "effondré". "Il était parti, au moment où ça s'est passé, pour faire les courses, raconte le procureur de la République de Paris, François Molins, à BFMTV. Il a un peu tardé à rentrer, tout simplement parce que, en sortant du magasin (...), il s'est mis en tête de jouer à Pokémon Go, ce qui (...) a retardé d'autant son retour à l'appartement."

 

 

Le petit garçon va tout de même lui être remis. Il avait été placé dans une structure d'accueil le temps de la garde à vue de ce dernier. "L'enquête sociale diligentée par le parquet a permis d'écarter un risque immédiat de danger, explique une source judiciaire à franceinfo. Cette enquête sociale va cependant se poursuivre pour évaluer l'opportunité de saisir un juge des enfants en assistance éducative. Dans le cadre de cette évaluation, un suivi prévoyant l'intervention régulière d'un éducateur sera mis en place."

 

 

Mamoudou Gassama va être "naturalisé français". Emmanuel Macron l'a annoncé après avoir reçu le jeune Malien sans papiers : "C'est (...) un acte d'héroïsme. J'ai souhaité qu'on puisse prendre une décision exceptionnelle pour vous." Le jeune homme, qui intégrera les sapeurs-pompiers, est également reparti de l'Elysée avec une médaille d'or pour acte de courage et de dévouement et un certificat signé par le préfet de police de Paris.

 

 

Une exception. Le chef de l'Etat lui a cependant expliqué qu'il s'agissait d'une exception car en tant que migrant non demandeur d'asile, il n'aurait pas dû être régularisé. "On ne peut pas donner [de papiers] à tous ceux qui viennent du Mali, du Burkina. Quand ils sont en danger, on donne l'asile, mais pas pour des raisons économiques", lui a-t-il dit.

 

 

Une pétition pour réclamer sa régularisationUne pétition en ligne avait commencé à circuler dès dimanche soir pour demander que le jeune homme obtienne des papiers. Près de 6 000 personnes l'avaient signée lundi matin.

 


12/06/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 10 mai 2018

 

 

Le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un, une première historique pour la Corée du Nord et les Etats-Unis, aura lieu le 12 juin à Singapour

 

 

Le président américain a annoncé la nouvelle sur Twitter

 

 

 

14992585.jpg

 

 

Le leader nord-coréen Kim Jong-un (à gauche) rencontre le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, le 9 mai 2018 à Pyongyang (Corée du Nord). (KCNA VIA KNS / KCNA VIA KNS / AFP)

 

 

 

Après des semaines de tergiversations et de suspense, l'annonce est tombée. Le sommet entre le président américain, Donald Trump, et le numéro de la Corée du Nord, Kim Jong-un, aura lieu le 12 juin à Singapour. C'est le président américain qui l'a révélé sur Twitter jeudi 10 mai. "Nous allons essayer d'en faire un moment très spécial pour la paix dans le monde", commente Donald Trump.

 

 

Sans attendre ses conclusions, ce sommet est déjà historique : jamais un président américain en exercice n'a rencontré un dirigeant nord-coréen. Cet événement intervient quelques semaines après la rencontre, le 27 avril, entre les dirigeants des deux Corées sur la ligne de démarcation qui sépare toujours les deux pays.

 

 

L'organisation de ce rendez-vous diplomatique tranche avec les vives tensions qui dominaient il y a encore quelques mois, lorsque Donald Trump et Kim Jong-un échangeaient insultes personnelles et menaces apocalyptiques. L'objectif central de cette rencontre sera d'ailleurs de travailler à la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

 


05/06/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 27 avril 2018

 

 

Les dirigeants des deux Corées déclarent "qu'il n'y aura plus de guerre sur la péninsule coréenne"

 

 

Cette déclaration constitue le point d'orgue d'un sommet intercoréen historique, le premier depuis plus de 11 ans

 

 

 

14904185.jpg

 

Kim Jong-un et Moon Jae-in lors du sommet historique entre les deux Corées, à Panmunjom (Corée du Sud), le 27 avril 2018. (KOREA SUMMIT PRESS / AFP)

 

 

 

Les dirigeants des deux Corées, Kim Jong-un et Moon Jae-in, se sont donné l'accolade, vendredi 27 avril, après avoir signé un communiqué proclamant "qu'il n'y aura plus de guerre sur la péninsule coréenne". Cette déclaration constitue le point d'orgue d'un sommet intercoréen historique, le premier depuis plus de 11 ans et 65 ans après que le conflit se fut achevé sur un armistice plutôt qu'un traité de paix.

 

 

Les deux Corées vont chercher cette année à mettre fin à la guerre de manière permanente, précise le communiqué conjoint. Les deux voisins chercheront à rencontrer les Etats-Unis, peut-être aussi la Chine, signataires tous deux du cessez-le-feu, "en vue de déclarer la fin de la guerre et établir un régime de paix permanent et solide", dit le texte.

 


25/05/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 27 avril 2018

 

 

Poignée de main entre Kim Jong-un et Moon Jae-in avant leur sommet historique

 

 

Kim Jong-un est le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol sud-coréen depuis 65 ans

 

 

 

poignee-de-main-hautement-symbolique-sur-la-ligne-de-demarcation-militaire-qui-divise-la-peninsule.jpg

 

 

 

Un échange hautement symbolique. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in ont échangé une poignée de main sur la ligne de démarcation militaire qui divise la péninsule, vendredi 27 avril, avant l'ouverture du sommet entre les deux pays.

 

 

"Je suis heureux de vous rencontrer", a lancé Moon Jae-in à son homologue tout sourire. Celui-ci a alors franchi la ligne de démarcation en béton, devenant le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol sud-coréen depuis la guerre de Corée (1950-53).

 

 

"Au seuil d'une nouvelle histoire"

 

A l'invitation de Kim Jong-un, les deux dirigeants ont brièvement marché du côté nord-coréen de la frontière avant de se rendre à pied à la Maison de la paix, une structure de verre et de béton située dans la partie sud du village de Panmunjom, où fut signé l'armistice.

 

 

"Je suis venu ici déterminé à donner un signal de départ, au seuil d'une histoire nouvelle", a déclaré Kim Jong-un  au début du sommet, se déclarant "inondé par l'émotion". Il a fait le voeu de garder "un état d'esprit franc, sérieux et honnête".

 

 

L'arsenal atomique nord-coréen figure en bonne place du menu et Moon Jae-in a espéré conclure "un accord audacieux afin d'offrir à l'ensemble du peuple coréen et aux gens qui veulent la paix un grand cadeau".


27/04/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 21 avril 2018

 

 

La Corée du Nord annonce la fermeture de son site d'essais nucléaires et la suspension de ses tirs de missiles

 

 

Le nord va fermer un site d'essais nucléaires dans le nord du pays afin de prouver son engagement à suspendre les essais nucléaires", écrit l'agence sud-coréenne Yonhap citant l'agence officielle nord-coréenne KCNA

 

 

 

14858890.jpg

 

 

Le drapeau nord-coréen à l'ambassade de Pékin (Chine), le 9 ars 2018. (GREG BAKER / AFP)

 

 

 

La Corée du Nord annonce la fermeture de son site d'essais nucléaires et la suspension de ses tirs de missiles "balistiques intercontinentaux", rapporte l'agence sud-coréenne Yonhap, samedi 21 avril, citant l'agence officielle nord-coréenne KCNA. 

 

 

"Le nord va fermer un site d'essais nucléaires dans le nord du pays afin de prouver son engagement à suspendre les essais nucléaires", a-t-on ajouté de mêmes sources. L'agence de presse officielle KCNA précise que Pyongyang entend dialoguer avec la communauté internationale pour parvenir à la paix et développer son économie.

 

 

C'est un nouveau geste d'apaisement des tensions internationales et du réchauffement entre les deux Corées. Le président américain Donald Trump avait confirmé, mercredi, la rencontre entre le chef de la CIA et le leader nord-coréen Kim Jong-un, avant le sommet prévu entre les deux dirigeants "début juin".

 


23/04/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 20 avril 2018

 

 

L'organisation indépendantiste basque ETA demande pardon pour le "mal" qu'elle a causé

 

 

L'organisation doit annoncer sa dissolution au cours du premier week-end de mai

 

 

 

14851898.jpg

 

Lors d'un rassemblement pour saluer le désarmement de l'ETA, à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), le 8 avril 2017. (MAXPPP)

 

 

 

C'est un geste historique et inédit : l'organisation séparatiste ETA demande pardon pour le "mal" qu'elle a causé pendant sa lutte armée pour l'indépendance du Pays basque, dans un communiqué diffusé vendredi 20 avril, par le journal basque Gara (en espagnol). L'ETA annoncera sa dissolution au cours du premier week-end de mai depuis le Pays basque français, par une "déclaration très claire", avait assuré, la veille, un médiateur international.

 

 

Nous avons causé beaucoup de douleur et des dommages irréparables. Nous voulons manifester notre respect aux morts, aux blessés et aux victimes des actions de l'ETA... Nous le regrettons sincèrement.L'ETAdans un communiqué

 

 

"Un nouveau chapitre de l'histoire du Pays basque et de l'histoire de l'Espagne est clos"

 

L'ETA avait renoncé à la violence en 2011. Le 8 avril 2017, elle a déposé les armes en remettant la liste de ses caches à la justice française. "Nous entrons dans une nouvelle phase qu'on peut appeler non seulement post-désarmement, post-violence, mais post-ETA : c'est très important et cela va être clair, a expliqué jeudi Alberto Spectorovsky, professeur d'université en Israël et membre du Groupe international de contact (GIC), composé d'experts en résolution de conflit. Il va apparaître clairement qu'un chapitre de l'histoire du Pays basque et de l'histoire de l'Espagne est clos."

 

 

Le groupe armé clandestin avait été créé en 1959 en pleine dictature du dirigeant espagnol Francisco Franco. On lui attribue 829 morts et des milliers de blessés au nom de son combat indépendantiste, ainsi que des enlèvements et des rackets.

 


23/04/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 9 mars 2018

 

 

Donald Trump accepte une rencontre historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un

 

La date exacte de cette entrevue entre le 45e président des Etats-Unis et le dirigeant nord-coréen n'a pas été précisée, mais elle pourrait intervenir "d'ici à la fin mai"

 

 

 

14549114.jpg

 

Un journal télévisé affiche les images de Donald Trump et Kim Jong-un à Tokyo (Japon), le 9 mars 2018. (TOSHIFUMI KITAMURA / AFP)

 

 

 

Ce serait une première dans les relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Le président américain Donald Trump a accepté, jeudi 8 mars, de rencontrer prochainement le leader nord-coréen Kim Jong-un, a annoncé dans une brève allocution Chung Eui-yong, conseiller national sud-coréen à la Sécurité. Ce rebondissement, impensable il y a quelques semaines, intervient après deux années de très vives tensions entre Washington et Pyongyang liées au programmes nucléaire et balistique nord-coréens.

 

 

Le leader nord-coréen "a fait part de son désir de rencontrer le président Trump le plus vite possible", a déclaré Chung Eui-yong. Le président Trump a apprécié le compte-rendu et a dit qu'il rencontrerait Kim Jong-un d'ici fin mai pour parvenir à la dénucléarisation permanente". Le lieu et la date d'une telle rencontre entre le 45e président des Etats-Unis et le dirigeant nord-coréen n'ont pas été précisés.

 

 

La "dénucléarisation" au programme ?

 

Dans un tweet, Donald Trump a salué de "grands progrès" sur le dossier nord-coréen, insistant sur le fait que l'homme fort de Pyongyang avait parlé de "dénucléarisation", pas seulement d'un "gel" des activités nucléaires. "Les sanctions doivent rester en place jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé", a-t-il ajouté.

 


20/04/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 17 janvier 2018

 

 

La Corée du Nord et la Corée du Sud défileront ensemble lors de la cérémonie d'ouverture des JO d'hiver

 

 

Les deux Corées se sont également mises d'accord pour ne former qu'une seule équipe féminine de hockey sur glace

 

 

La Corée du Nord et la Corée du Sud défileront ensemble derrière un drapeau commun, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang. Les deux Corées aligneront également une seule et même équipe féminine de hockey sur glace. Une déclaration commune des deux pays a été diffusée mercredi 17 janvier par le ministère sud-coréen de l'Unification, à l'issue d'une nouvelle session de négociations.

 

 

14164539.jpg

 

 

Séoul et Pyongyang ont entamé des pourparlers sur la participation de la République populaire démocratique de Corée aux JO, qui débutent le 9 février dans la station sud-coréenne. La délégation nord-coréenne comptera au total 550 membres, dont une équipe de 230 pom-pom girls et 30 pratiquants de taekwondo, qui se livreront à une démonstration de cet art martial. Mardi, les deux Corées se sont déjà entendues sur le fait qu'un orchestre nord-coréen de 140 musiciens viendrait jouer au Sud durant les Jeux.

 


18/01/2018
0 Poster un commentaire