L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

MODE - BEAUTÉ


Les Louves Beauté Bio à Saint-Chamond

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


10/11/2020
0 Poster un commentaire

Zap'ing à Saint-Chamond

 

 

124330894_4876818379002777_6772296389683746344_n

 


10/11/2020
0 Poster un commentaire

Zap'ing à Saint-Chamond

 

 

124209425_4876819362336012_4147667270063292260_n

 

 

 

 

124775850_4876818559002759_7363988355036618315_n

 

 


10/11/2020
0 Poster un commentaire

Zap'ing à Saint-Chamond

 

 

124656328_4876818762336072_5978948311144474739_n

 

 

 

 

 

124756030_4876818925669389_1974728101457960926_n

 


10/11/2020
0 Poster un commentaire

Les Louves Beauté Bio à Saint-Chamond

 

 

 

 

 

 

 

 

 


10/11/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 12 décembre 2019 - mis à jour le 13.12.2019

 

 

Les créateurs de lingerie s'en emparent : "Body Positive", le mouvement qui prône l'estime de soi

 

avatar

Corinne JeammetRédaction CultureFrance Télévisions

 

 

De plus en plus de personnes, en grande majorité des femmes, n'hésitent plus à montrer leurs imperfections pour exercer un contre-pouvoir aux diktats de la mode et encourager leurs congénères à se débarrasser de leurs complexes.

 

 

20551415

 

Défilé Body Positive, organisé par Georgia Stein, à Paris en septembre 2019 (HARRYS BIBILA)

 

 

 

Face à la pression du corps parfait, de plus en plus de femmes ont leur réponse : #BodyPositive. Ce mouvement prône l’affirmation d’un corps non standardisé, avec ses défauts assumés. Sur Ies réseaux sociaux, les blogueurs(es) encouragent à dire adieu aux diktats de la beauté et à booster l'estime de soi. Si aux États-Unis où est né ce mouvement, il est courant de voir une femme taille 50 porter une robe moulante avec des talons et un décolleté, en France - où la population est plus mince - la mentalité et la tolérance face au surpoids sont bien différentes.



Analyse du phénomène par Jean-François Amadieu, auteur de La Société du Paraître, et par Georgia Stein, mannequin grande taille fondatrice du groupe The All Sizes Catwalk à l’initiative de défilés body positive, mais aussi découverte de marques de lingerie très impliquées. 

 

 

 

"Mouvement de fierté lié, aussi bien, à l’acceptation de son corps que de son orientation sexuelle"

Si le mouvement body positive a gagné en visibilité grâce aux réseaux sociaux, il a vu le jour avant l’apparition d’Instagram et de Facebook. Lancé par Connie Sobczak et Elizabeth Scott en 1996 aux États-Unis, ce courant féministe se focalise sur la construction de l’estime de soi. Son objectif ? Libérer les femmes de leurs (nombreux) complexes par une représentation différente du corps qui va faire évoluer les regards et les préjugés.

 

 

 

Tournage d\'un clip Body Positive pour Georgia Stein (fondatrice du groupe The All Sizes Catwalk) au Palais-Royal à Paris en 2018

Tournage d'un clip Body Positive pour Georgia Stein (fondatrice du groupe The All Sizes Catwalk) au Palais-Royal à Paris en 2018 (ANNE-CHRISTINE DECLEVE EBEYER)


 

Lors du salon international de la Lingerie & Interfilière Paris 2018 Jean-François Amadieu, Professeur à l’université Paris 1 et auteur de La Société du Paraître (Editions Odile Jacob), indiquait "C’est un mouvement très lié à la question des femmes et du genre qui vient des États-Unis et plus largement des pays anglo-saxons (...) Le body positive est une entreprise de libération de la tyrannie de la minceur, de l’âge et d’autres questions. Ça a commencé dans la presse féminine y compris en Europe".

 

 

Un point de vue que partage Georgia Stein, mannequin grande taille fondatrice du groupe The All Sizes Catwalk, pour qui le regard sur le mouvement en France et aux États-Unis se rapproche avec le temps "En un an, il y a eu énormément d‘évolution en France. Dans les mentalités, comme sur nos écrans. Toute discrimination, tout combat, ont pris leur temps". La médiatisation de la bloggeuse Daria Marx et de l’auteure Gabrielle Deydier qui a écrit "On ne naît pas gros" mais aussi la Une de Libé du 1er juin 2018 qui titrait "Place aux gros" montrent également que ce mouvement a de plus en plus de visibilité au coeur de la société française.

 

 

 

Une du journal Libération du 1er juin 2018 qui titrait \"Place aux gros\" 
Une du journal Libération du 1er juin 2018 qui titrait "Place aux gros"  (LIBERATION)

 

 

 

Mais pour Jean-François Amadieu "le body positivisme va beaucoup plus loin. Il s’inscrit dans un mouvement de fierté lié aussi bien à l’acceptation de son corps que de son orientation sexuelle. On observe aussi une mobilisation des seniors parce que les femmes vieillissantes subissent aussi des discriminations.  Une femme de plus de 50 ans, c’est un corps qui a plus de 50 ans, un corps qui a changé". Et Georgia Stein de renchérir "Presque tout le monde a des complexes. Avec le temps, les femmes voient leurs corps évoluer. Tellement de sujets tabous dont on n’a pas beaucoup parlé pendant très longtemps, trop longtemps". 

 

 

 

Les réseaux sociaux, vecteur principal de propagation

#bodypositive est l’un des hastags les plus populaires des réseaux sociaux notamment chez les femmes. Sur instagram, il recueillait 6 millions d’occurrence en 2018. "Cette libération des femmes passe, en effet, par les réseaux sociaux et les communautés dans un premier temps puis les médias s’en saisissent" confirme Jean-François Amadieu. "Certaines influenceuses sont très actives sur le sujet, quelques stars aussi. Elles sont relayées par Instagram, Twitter et par des pétitions en ligne pour lutter contre ces discriminations. Car globalement, les médias ne se sont pas encore saisis totalement de ces questions mais ce sujet intéresse-t-il les élites ?"

 

 

 

 

 

 

Ces personnalités et ces anonymes, qui s’emparent du phénomène sur les réseaux sociaux, deviennent de nouvelles icônes : Tess Munster, mannequin plus size, Winnie Harlow, mannequin atteinte d’un vitiligo (maladie de l'épiderme, ndlr), Thando Hopa, juriste et mannequin sud-africaine albinos... 



Sur instagram, beaucoup de femmes sont mobilisées à l'instar de Gaëlle Prudencio (une trentenaire qui tient un blog BP depuis 2007), de Valériane Barcia (distributrice de positivisme, dont la phrase fétiche est "Tu vas vieillir et ton corps également, c’est le seul endroit où tu passeras le reste de ta vie, alors aime toi !"), de Myla Dalbesio (top-modèle pulpeuse qui a lancé en 2019 avec la griffe belge PrimaDonna une collection capsule portant le slogan "It’s all in you"car vous pouvez être tout ce que vous voulez). 

 

 

 

Des défilés pour montrer la réalité et dénoncer le manque de diversité

Georgia Stein, mannequin grande taille fondatrice du groupe The All Sizes Catwalk, est à l’initiative de défilés body positive à Paris pour dénoncer le culte de la minceur qui fait souffrir énormément de femmes qui ne se trouvent pas normales, dans une France plutôt mince réticente aux rondeurs.

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, de plus en plus d’enseignes ont compris que la diversité et la normalité faisait vendre. Que ce soit dans le luxe, dans le prêt-à-porter, comme dans la beauté, on voit de plus en plus de diversité dans les campagnes de pub et les mannequins grande taille y ont désormais leur place. 

 

 

Avant de devenir mannequin grande taille, Georgia Stein était hôtesse de l‘air. A 22 ans, elle arrête la pilule, découvre qu'elle a des ovaires polykystiques et passe du 36 au 44. Découvrant qu'il existe une agence parisienne spécialisée grande taille, elle postule. En parallèle du mannequinat, elle organise, depuis 2018, des défilés en lingerie pour montrer la réalité et dénoncer le manque de diversité. "Nous sommes juste là pour montrer que la diversité est belle et enrichissante. Qu‘importe les morphologies, chaque personne a le droit d‘être soi ! Ne trouve-t-on pas tous ces profils par millions dans notre société ? Nous nous sommes là pour leur montrer que c‘est possible".

 

 

 

Les TASC (de gauche à droite) : Ella Saint-Honoré, Maeva Chambaz, Camille Adin, Georgia Stein, Leslie Lauthelin et Alexandra Pivard, habillées en lingerie Diva’s Boudoir, lors de happening de septembre 2019.

Les TASC (de gauche à droite) : Ella Saint-Honoré, Maeva Chambaz, Camille Adin, Georgia Stein, Leslie Lauthelin et Alexandra Pivard, habillées en lingerie Diva’s Boudoir, lors de happening de septembre 2019. (PHILIPPE VINCENT)


 

De 9 personnes en avril 2018 à 100 au dernier happening en septembre 2019, elle réunira 250 femmes et hommes, de toutes morphologies (du 34 au 60), handicapés ou non, transgenres, couples gays, homosexuels, hétérosexuels, de tous les âges, de toutes religions et de toutes cultures... en mai 2020. "Ce sera notre dernier happening, car notre communauté grandit tellement vite que nous ne pourrons plus défiler en mode sauvage. Je vais donc travailler avec la Mairie de Paris pour créer un événement ouvert à tous".

 

 

 

Défilé Body Positive, organisé par Georgia Stein, à Paris en septembre 2019

Défilé Body Positive, organisé par Georgia Stein, à Paris en septembre 2019 (ANNE-CHRISTINE DECLEVE)

 

 

 

Des marques de lingerie de plus en plus engagées

Aujourd’hui, 4 femmes sur 10 déclarent avoir des complexes avec leur corps, et les chiffres montent à 6 sur 10 lorsqu’il s’agit de leur poitrine (IFOP / décembre 2018). Même s'il y a encore peu de mannequins professionnelles de grande taille dans l'Hexagone, des femmes avec des courbes et des imperfections s'affichent  désormais dans les publicités et les acteurs de la lingerie font parties des marques les plus actives.

 

 

Sans Complexe, marque dédiée aux beautés généreuses, affiche dès 2011 sur ses publicités "La taille mannequin c’est démodé !". Dans un environnement où les messages sur l’acceptation de soi fusent, sa nouvelle campagne prône "J’ai des seins. Et alors ?". "Un visage lumineux et des formes là où il faut mais surtout une personnalité fraîche, authentique, bien dans son corps et avec une joie de vivre communicative : c’est ce que nous cherchons en priorité chez nos mannequins" explique Corinne Andrier-Duquin Directrice de l’offre et du marketing de Sans Complexe. "Nous commercialisons une lingerie décomplexée qui donne la pêche à l’image de ces femmes épanouies que sont nos clientes". Un choix en lien avec la volonté de la marque de véhiculer avant tout un état d’esprit : celui de permettre aux beautés généreuses de se sentir féminines, bien dans leur tête et dans leur corps, sans compromis sur le confort et le maintien.

 

 

 

 

 

 

Sans Complexe a fait appel à des influenceuses. Ely Killeuse - ambassadrice du mouvement Body positive en France et auteur du livre Body Positive Attitude (Éditions Marabout) - a ainsi fait campagne sur instagram. Lors de vidéo-défi utilisant les hashtags  #JeKillMonComplexe , #JaiDesSeinsetalors et #jesuissanscomplexe, elle invitait sa communauté à s’exprimer. Sachant que pour 65% des femmes ce complexe est lié au regard qu’elles portent sur elles-mêmes, l’idée étant de leur permettre d’exprimer librement qu’elles sont épanouies grâce à leur lingerie. 

 

 

La marque Sans Complexe a aussi sollicité ses clientes sous forme de vidéos témoignages diffusées sur le site internet et ses réseaux sociaux. 

 

 

 

 

 

 

"Libérer la confiance et réconcilier les femmes avec leurs corps grâce à une corseterie combinant maintien unique et élégance à la française" tel est le crédo d'Empreinte. Cette autre marque de lingerie a elle opté pour une communication différente avec la réalisation d'un film où trois femmes évoluent en apesanteur dans l'eau. L’eau, la danse, le rêve et la légèreté... un univers onirique et extraordinaire, jamais exploré par une marque de lingerie pour aider les femmes à retrouver confiance et estime de soi. "L’eau est ma source de créativité… La danse sous l’eau est le rêve de tous les danseurs car elle libère le corps de l’apesanteur. C’est cette sensation unique que je souhaitais mettre en exergue  … le lien avec la lingerie Empreinte, qui rend belle et libre toutes les femmes" explique la réalisatrice et apnéiste Julie Gautier

 

 

 

 

 

 

Enfin, la marque YSE vient de lancer son podcast Intimité, un journal sur l’exploration de notre rapport au corps, à la féminité et à la séduction. La créatrice Clara Blocman a ainsi interrogé des femmes d’univers différents (Claire Tran, Géraldine Dormoy, Elisa Gallois, Leslye Granaud, Marguerite Piard, Nami Cissé, Thérèse Sayarath) sur leur rapport au corps. Les 7 podcasts sont diffusés tous les mercredis pendant 7 semaines et sont disponibles à l’écoute sur Soundcloud, Spotify, Apple podcasts et sur le site d’Ysé.

 

 

 

 

 

 

Hors lingerie, d'autres marques tentent de déjouer la standardisation des corps en tailles. Chloé Bourgeais - jeune maman qui ne supportait plus d’être confronté au diktat de la minceur véhiculé par les grandes enseignes - a créé “Quand les filles… “, un lieu et un e-shop mode (à Nantes) dédiés aux femmes de la vraie vie. Quant à Mathidle Loubéry, elle est la fondatrice d'im-perfection, un bureau de style body positive. "im-perfection est né de l’étude sur le règne de la taille 36 que j’ai menée en 2016 (...) Afin de faciliter la compréhension entre les marques et le rapport qu’entretiennent les femmes avec leur corps, j’ai développé une méthode de matching, qui filtre les collections de prêt-à-porter, de lingerie et d’accessoires, en fonction des complexes et des atouts des femmes. Cette analyse permet aux marques de mieux s’adresser à leurs clientes, et aux femmes de se projeter dans les vêtements proposés".

 


14/12/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 20 novembre 2019

 

 

Cosmeto-textile : la tendance est au "carewear", ce vêtement qui prend soin de vous

 

avatar
Corinne JeammetRédaction CultureFrance Télévisions

 

 

Le consommateur, soucieux de l’impact environnemental des vêtements qu’il achète, l'est aussi de son propre bien-être. La technologie des tissus encapsulés, thermorégulateurs et anti-ondes répond à ce besoin de "carewear"

 

 

20457015

 

Collection Heattech Uniqlo pour l'hiver 2019 (UNIQLO)

 

 

 

Apparue au début des années 2000, l’industrie cosmeto-textile s’est développée et améliorée. Aujourd'hui, la liste des fonctionnalités est longue : amincissant, anti-odeurs, hydratant, photoprotecteur, sculptant… Certains vêtements sont dotés de tissus encapsulés qui diffusent leurs actifs tandis que d'autres privilégient la thermorégulation ou protègent des ondes. 

 

 

Ces tenues ont toutes le même objectif : procurer une utilisation et un confort optimal. Si hier le domaine était réservé aux tenues de sport, aujourd’hui, le prêt-à-porter bénéficie lui aussi d’innovations pour offrir plus de bien-être. 

 

 

 

"Améliorer le quotidien"

Cécile Poignant, Trend Forecaster, spécialiste des modes de vies contemporains et de l'évolution des tendances socio-culturelles pour UTOPIES, nous explique ce qu’est le care-wear. "C’est le besoin des gens d’améliorer leur quotidien, notamment leurs vêtements, grâce à la technologie. Vers 1990 des ingénieurs du MIT aux USA ont étudié la création de tissus conducteurs souples. Au même moment, on a trouvé des méthodes pour broder des circuits électroniques sur du textile. Ces techniques ont permis la prolifération des textiles intelligents à partir des années 2000. Ses spécificités : l'encapsulation, la thermorégulation, les anti-ondes. Il existe de multiples techniques qui donnent des bénéfices différents".

 

 

 

"Un marché très prometteur" 

"Au début des années 2000 on voit apparaître la cosmétologie textile. Grâce à l’encapsulation, les vêtements diffusent du parfum ou des actifs cosmétiques - dans des collants par exemple. Les textiles antibactériens sont utilisés pour les chaussettes ou les sous-vêtements. Pour inhiber le développement des bactéries, les textiles contiennent des agents chimiques actifs, théoriquement sans conséquence en terme de toxicité" précise Cécile Poignant.

 

 

 

 

 

 

"Les textiles thermorégulateurs sont plébiscités par les marques de sport : ils protègent la peau des variations de température et la laisse respirer en même temps, apportant un réel confort à l’utilisateur. Les tissus anti-ondes fonctionnent eux grâce à des fibres de métal enrobées dans du polyuréthane et protègent des ondes électromagnétiques. Le graphène est un matériau très prometteur. Il est particulièrement conducteur, très fin et très léger. On imagine l’utiliser pour développer des vêtements souples, thermorégulateurs et chauffants ou encore qui protégeront des piqûres d’insectes".

 

 

"Au début des années 2010, les plateformes de financement participatif ont permis à des projets de voir le jour car l’industrie est un peu frileuse. La mode et la technologie sont deux mondes qui ont un peu du mal à communiquer… pourtant, c’est un marché très prometteur. Il faudra le développer en conciliant fashion tech et responsabilité environnementale" ajoute encore Cécile Poignant.

 

 

 

Bien-être, minceur, hydratation... 

La cosméto-textile offre une variété de fonctionnalités grâce à des produits de beauté et de bien-être encapsulés qui diffusent leurs actifs lors du frottement du tissu sur la peau, comme le montre ce petit tour d'horizon des acteurs du carewear.

 

 

Nathalie Lebas-Vautier, pionnière de la mode éthique en France avec Ekyog, a lancé en 2017 Marie & Marie, marque de vêtements-cosmétique pour le bien–être intégrant une technologie sensorielle encapsulée au cœur des fibres textiles. Ses vêtements sont réalisés avec des matières 100 % naturelles (coton bio, lyocell, maille cachemire et polyester recyclé…) auxquelles sont adjointes via l’encapsulation une association d’huiles végétales et essentielles issues de l’agriculture biologique : abricot + argan + beurre de Karité pour hydrater, nourrir, régénérer et repulper la peau ; amande douce + jojoba + calendula pour protéger, apaiser, nourrir et adoucir la peau et, enfin, huile d’amande douce + beurre de karité + huiles essentielles d’Yland et géranium pour tonifier, hydrater, réparer la peau pendant l’effort.

 

 

 

Marie et Marie, marque de vêtements-cosmétique pour le bien–être

Marie et Marie, marque de vêtements-cosmétique pour le bien–être (MARIE et MARIE)


 

Géraldine Matthey avec sa marque Emotis propose foulards et étoles, plaids en soie, cachemire, lin aux fleurs de Bach anti-stress qui diffusent des bienfaits apaisants et équilibrants. "Je les utilise depuis 20 ans. J’ai été initié par Gérard Wolf, ami de très longue date, fabricant et grand spécialiste des fleurs de Bach. Leur utilisation pour ma famille et moi a toujours été un succès. C'est donc naturellement que j’ai décidé de travailler le textile avec du sens et d’y associer les fleurs de Bach". Elles sont micro-encapsulées puis appliquées sur le textile en plein bain. Ainsi imprégné, le tissu libère ses bienfaits au contact de la peau. Les fleurs de Bach aident à éliminer les tensions morales, dépasser les peurs, doutes et angoisses, surmonter les états d’esprit négatifs, faciliter la communication et retrouver le bien-être.

 

 

 

Foulard Emotis encapsulé aux fleurs de Bach anti-stress qui diffusent des bienfaits apaisants et équilibrants

Foulard Emotis encapsulé aux fleurs de Bach anti-stress qui diffusent des bienfaits apaisants et équilibrants (EMOTIS)

 

 


Le legging côtelé de Lytess permet de mincir grâce à la diffusion de cosmétiques micro-encapsulés qui se diffusent tout au long de la journée. Opaque et confortable, ce legging minceur prêt-à-porter sublime la silhouette et raffermit la peau grâce à un actif puissant 3 en 1 qui conjugue une action minceur (algue rouge et Forskoline), une action drainante (extrait de Gingembre et Poivre rose) et une action nourrissante (extrait de Bois de santal, beurre de karité et huile d’amande douce).

 

 

Le legging côtelé de Lytess permet de mincir grâce à la diffusion des cosmétiques micro-encapsulés

Le legging côtelé de Lytess permet de mincir grâce à la diffusion des cosmétiques micro-encapsulés (LYTESS)



En France, plus de 3 millions de personnes ont des problèmes de peau, dont les effets sont exacerbés par le froid, le stress, la transpiration et le contact avec les produits chimiques. Ces maladies de peau peuvent provoquer des démangeaisons intenses. dooderm, marque de textile 100 % made in France propose de retrouver  une meilleure qualité de vie avec des vêtements et sous-vêtements apaisants faits de coton et de fil d'argent antibactérien. Son but : apaiser la peau, diminuer les démangeaisons et procurer un mieux-être au quotidien.

 

 

Dooderm, des vêtements et sous-vêtements apaisants faits de coton et de fil d\'argent antibactérien.

Dooderm, des vêtements et sous-vêtements apaisants faits de coton et de fil d'argent antibactérien. (DOODERM)


 

La pression veineuse excessive et la défaillance des valvules (clapets anti-retour des veines) ralentissent le retour veineux. Le sang stagne et les jambes deviennent lourdes. La contention, par pression décroissante du pied vers la cuisse, resserre les veines dilatées, facilite le travail des valvules et améliore le retour veineux. Grâce à un tricotage spécifique offrant une compression dégressive de la cheville à la cuisse, Perfect Contention de Dim améliore le retour veineux, allège et défatigue les jambes. C’est un dispositif médical classe 1 Bas Médicaux de Contention (contention confort). Il existe aussi en mi-bas avec un bord anatomique plus large à l’arrière pour tenir sans comprimer.

 

 

 

Le collant Perfect Contention de Dim améliore le retour veineux, allège et défatigue les jambes. 

Le collant Perfect Contention de Dim améliore le retour veineux, allège et défatigue les jambes.  (DIM)

 

 

 

Des vêtements thermorégulateurs 

Les vêtements thermorégulateurs empêchent d’avoir trop chaud ou au contraire trop froid. Pour développer des matières innovantes qui transforment les vapeurs d'eau du corps en chaleur, Uniqlo s'est associé avec Toray Industries, spécialiste des matériaux composites. Le secret de sa ligne de vêtements utlisant la technologie Heattech est dans l’association de différentes matières aux vertus complémentaires. La rayonne qui encapsule la vapeur d’eau dégagée par notre corps pour la transformer en énergie, l’acrylique dont les minuscules poches d’air conservent la chaleur, le polyester qui absorbe l’humidité et garde le tissu au sec ; enfin, le polyuréthane qui lui garantit l’élasticité. La ligne Heattech à la technologie textile dotée de propriétés thermorégulatrices est adaptée aux baisses de températures. La collection comprend bonnets, cache-cou, écharpes, gants, pantalons, collants, leggings, chaussettes mais également trois sous pull à choisir en fonction de notre activité : Classic Warm, Extra Warm et Ultra Warm. 

 

 

 

Collection Heattech d\'Uniqlo pour l\'hiver 2019

Collection Heattech d'Uniqlo pour l'hiver 2019 (UNIQLO)

 

 

 

Autre spécialiste des matières intelligentes thermorégulatrices, Damart et ses vêtements underwear en Thermolactyl. Cet hiver, ce champion des textiles réchauffants développe aussi ses pouvoirs au coeur du prêt-à-porter : jeans, chemises, blouses, pulls et doudounes… 

 

 

 

Collection Damart hiver 2019

Collection Damart hiver 2019 (DAMART)

 

 

Lutter contre les ondes électromagnétiques

La technologie sans fil a changé la manière dont nous vivons. Entre le Wi-Fi et les téléphones portables, nous sommes exposés toute la journée aux ondes électromagnétiques. S’il existe une absence de consensus scientifique sur la dangerosité des ondes, des études, réalisées par des institutions scientifiques, ont démontré les effets néfastes des ondes électromagnétiques sur la santé. L’Organisation Mondiale de la Santé a d’ailleurs classé ces ondes électromagnétiques dans la catégorie "cancérogènes possibles pour l’homme". Résultat : le consommateur recherche des tissus pouvant le protéger de ces ondes.

 

 


Il y a 125 ans, Célestin Tuffery créait une poche gousset sur ses jeans. Aujourd’hui, la montre à gousset a disparu. Julien Tuffery, son petit-fils, a adapté cette poche aux besoins technologiques de notre époque avec une nouvelle poche destinée au smartphone. Amovible, elle permet de ranger son téléphone mais surtout elle est anti-ondes, grâce à l’intégration d’une toile en fil d’argent.

 

 

 

 

 

Même topo chez Smuggler avec une veste dotée d'une poche en tissu anti-ondes (T.A.O) présentée au Salon du Made in France 2019. Cette veste - qui se distingue par sa doublure bleu, blanc, rouge - s'équipe d'une poche brevetée qui permet de protéger jusqu'à 90% des ondes émises par un téléphone portable. La marque de costumes sur mesure propose déjà à ses clients de choisir les matières, les doublures et les coupes de leurs costumes. Désormais, ils pourront munir leur costume d'une poche T.A.O et en choisir l'emplacement. 

 


22/11/2019
0 Poster un commentaire

de Pinterest

 

 

4436def5e770ebb06d0fd1053b3aca1d.jpg


05/04/2019
0 Poster un commentaire

de Pinterest

 

 

1d8e5ec11edc4635bfc919bf1c6cde0c.jpg


05/04/2019
0 Poster un commentaire

de Pinterest

 

 

6851c339-0f38-4b3f-b53d-0e7d3391f338.png


01/02/2019
0 Poster un commentaire

de Pinterest

 

 

f6a1223e7dd0fbc729a417b18053b72e.jpg


07/01/2019
0 Poster un commentaire

de Pinterest

 

 

e29bbb4c16a063aa8bf05f4f06171ebd.jpg


07/01/2019
0 Poster un commentaire

de Pinterest

 

 

80940fb92ab529637f1425feb3dcbca7.jpg


07/01/2019
0 Poster un commentaire