L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

SCANDALES POLITIQUES et AUTRES...


Franceinfo - les mercredi 11 et jeudi 12 novembre 2020

 

Affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy : on vous explique pourquoi le revirement de Ziad Takieddine est sujet à caution

 

 

scene-97966_1920

 

 

Image par Gerd Altmann de Pixabay 

 

 

 

Financement libyen de la campagne de 2007 : en fuite au Liban, Ziad Takieddine retire ses accusations à l'encontre de Nicolas Sarkozy

 


14/11/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 20 octobre 2020

 

 

ENQUÊTE FRANCEINFO. Présidentielle 1995 : comment le Conseil constitutionnel a validé les comptes de campagne irréguliers de Chirac et Balladur

 


20/10/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 16 octobre 2020

 

 

Financement libyen de la campagne de 2007 : Nicolas Sarkozy est mis en examen pour "association de malfaiteurs", annonce le Parquet national financier

 


16/10/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 1er octobre 2020

 

 

"Je vois bien qu'il me faut porter la honte et le poids de tout cela" : ce que le cardinal Barbarin confie dans son livre sur l'affaire Preynat

 

 

church-1645414_1920

 

 

Image par Rudy and Peter Skitterians de Pixabay 


02/10/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 4 septembre 2020

 

 

Affaire des passeports : le parquet demande un procès contre Alexandre Benalla, notamment pour "faux" et "usage de faux"

 

 

buffer-1143491_1920

 

 

Image par jacqueline macou de Pixabay 


04/09/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 17 août 2020

 

 

L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos, soupçonné de malversations, a trouvé refuge aux Emirats arabes unis

 


24/08/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 5 août 2020 - mis à jour^le 06.08.2020

 

 

Accusation de viol : "La victime, c'est moi", répond Gérald Darmanin, qui dénonce une "calomnie"

 

 

businessman-3042273_1920

 

 

Image par Gerd Altmann de Pixabay


06/08/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 24 juillet 2020

 

 

Patrick Balkany, soupçonné d'avoir utilisé des employés de la mairie de Levallois comme chauffeurs privés, est mis en examen pour "détournement de fonds publics"

 

 

euro-3317432_1920

 

 

Image par Gerd Altmann de Pixabay


27/07/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 17 juillet 2020

 

 

"Présomption d'innocence" contre "principe de précaution" : pourquoi la nomination de Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur divise-t-elle autant?

 

Le changement de portefeuille de l'ancien ministre de l'Action et des comptes publics, accusé de viol, a provoqué des manifestations à Paris et en région. Analyse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les membres du gouvernement ne devraient-ils pas faire preuve d'exemplarité ? Ne serait-ce pas le B, A, BA de la fonction ?

 

 

 


20/07/2020
0 Poster un commentaire

De Franceinfo - le lundi 29 juin 2020

 

 

cliquez sur le lien ci-dessous pour accéder à l'article de Franceinfo

 

 

Emplois fictifs : François Fillon condamné à 5 ans de prison dont deux ferme, une amende de 375 000 euros et une peine d'inéligibilité de 10 ans.

 

30/06/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 18 juin 2020

 

 

Affaire Fillon : l'ancienne procureure dit avoir subi des "pressions" de sa hiérarchie, des responsables politiques s'en émeuvent

 

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

Eliane Houlette, qui a depuis quitté la tête du Parquet national financier, a affirmé devant des parlementaires se poser des "questions" sur le contrôle "étroit" exercé par le parquet général, lui-même sous l'autorité directe du ministère de la Justice

 

 

21704743

 

Penelope et François Fillon au palais de justice de Paris lors de leur procès, le 10 mars 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

 

 

 

"On ne peut que se poser des questions, c'est un contrôle très étroit et c'est une pression très lourde". L'ancienne cheffe du parquet national financier (PNF) a affirmé avoir subi des "pressions" lors de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs visant François Fillon, en 2017, venues de son instance de tutelle, le parquet général. Eliane Houlette, qui a pris sa retraite en 2019, a fait ces déclarations lors de son audition par une commission parlementaire mercredi 10 juin (visionnable en ligne), avant qu'elles soient repérées par Le Point.

 

 

Face à la commission d'enquête parlementaire sur l'indépendance de la justice, Eliane Houlette a réaffirmé avoir décidé en toute indépendance d'ouvrir, en janvier 2017, une enquête préliminaire visant les époux Fillon après les révélations du Canard enchaîné, alors que François Fillon était en campagne pour l'élection présidentielle.

 

 

Mais elle explique avoir reçu de sa hiérarchie "des demandes de transmission rapide" sur les actes d'investigation ou les auditions réalisées dans le cadre de cette enquête, dans des délais inhabituellement courts et en nombre particulièrement important.

 

 

 

Aucune incitation directe d'un ministre

Elle affirme également avoir été convoquée par le parquet général, le 15 février 2017, pour lui demander d'ouvrir une information judiciaire : "Le choix procédural que j'avais adopté ne convenait pas. On m'engageait à changer de voie procédurale, c'est-à-dire à ouvrir une information judiciaire. J'ai reçu une dépêche du procureur général en ce sens".

 

 

Eliane Houlette a affirmé aux députés avoir d'abord refusé cette demande, estimant ne pas avoir "les éléments pour le faire", avant de se convaincre elle-même de la nécessité d'ouvrir une information judiciaire, ce qu'elle a finalement fait le 24 février 2017.

 

 

Autant d'éléments que l'ex-procureur dit avoir vécus comme une "pression du parquet général", placé sous la tutelle directe du ministère de la Justice. En revanche, elle a assuré à la commission d'enquête qu'aucun des ministres qui se sont succédé lorsqu'elle était à la tête du PNF "ne [l]'ont interrogée ou [l]'ont incitée à agir ou à ne pas agir dans des dossiers particuliers".

 

 

 

Vives réactions de LR, LFI et du RN

Le procès en correctionnelle de François Fillon et son épouse Penelope s'est tenu en mars 2020, et le jugement est attendu le 29 juin.

 

 

Le parti Les Républicains, qui a souvent dénoncé une "instrumentalisation" de la justice dans l'affaire Fillon, a évoqué des accusations "extrêmement graves".

 

 

Le leader de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a réagi à ces déclarations sur Twitter, tout comme la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen. Les deux partis sont actuellement visés par des enquêtes du Parquet national financier.

 

19/06/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 15 juin 2020

 

 

Affaire Karachi : les six proches d'Edouard Balladur impliqués dans le volet financier condamnés à de la prison ferme

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

Ce premier jugement sonne comme un avertissement pour l'ancien Premier ministre, dont le procès aura lieu dans les prochains mois

 

 

21684071

 

L'homme d'affaires Ziad Takieddine lors du procès du volet financier de l'affaire Karachi, le 7 octobre 2019, à Paris. (MAXPPP)

 

 

Six prévenus impliqués dans le volet financier de l'affaire Karachi ont été condamnés, lundi 15 juin, à des peines de deux à cinq ans de prison ferme. Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que ces anciens proches de l'ex-Premier ministre Edouard Balladur ne pouvaient ignorer "l'origine douteuse" des fonds versés sur le compte de la campagne présidentielle de 1995, issus de rétrocommissions illégales.

 

 

En octobre, le parquet avait requis des peines allant de 18 mois ferme à sept ans de prison contre les prévenus (un industriel, trois politiques et deux intermédiaires) poursuivis pour abus de biens sociaux, complicité ou recel de ce délit – un éventuel financement politique illégal étant prescrit.

 

 

L'accusation avait décrit "une véritable entreprise de prédation" : selon le parquet, les pots-de-vin, alors légaux, versés à des intermédiaires pour des contrats d'armement signés en 1994 avec l'Arabie saoudite et le Pakistan ont donné lieu à des rétrocommissions illégales qui ont contribué à financer la campagne d'Edouard Balladur.

 

 

 

Cinq ans ferme pour Ziad Takieddine

Dans le détail, l'homme d'affaires Ziad Takieddine, également mis en examen dans l'affaire d'un éventuel financiement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy, et l'intermédiaire Abdul Rahman El-Assir ont été condamnés à cinq ans de prison. Les deux hommes étaient absents au délibéré et des mandats d'arrêt ont été émis à leur encontre.

 

 

Renaud Donnedieu de Vabres, ex-conseiller de François Léotard au ministère de la Défense, a écopé de cinq ans de prison, dont deux avec sursis, tout comme Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet et chef de campagne d'Edouard Balladur. Thierry Gaubert, alors au ministère du Budget et impliqué dans la campagne, a reçu une peine de quatre ans d'emprisonnement, dont deux avec sursis. Enfin, Dominique Castellan, ex-dirigeant de la branche internationale de la Direction des constructions navales, a été condamné à trois ans de prison, dont un avec sursis.

 

 

Ce premier jugement sonne comme un avertissement pour Edouard Balladur, dont le procès aura lieu dans les prochains mois. L'ancien Premier ministre, dont les pourvois en cassation ont été rejetés, sera jugé devant la Cour de justice de la République, seule habilitée à juger les ministres pour des infractions commises au cours de leur mandat. L'ancien ministre de la Défense François Léotard sera également jugé.

 
 

15/06/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 2 juin 2020

 

 

L'ex-homme d'affaires Pierre Botton, déjà incarcéré au milieu des années 1990, est condamné à cinq ans de prison ferme pour abus de bien sociaux

 

avatar
franceinfoFrance Télévisions

 

 

Le tribunal de Paris est allé au-delà des réquisitions du parquet, qui avait demandé 4 ans de prison ferme lors du procès début mars

 

 

21623047

 

Pierre Botton, fondateur de l'association "Les prisons du coeur", à Paris, le 31 janvier 2013. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

 

 

 

L'ex-homme d'affaires Pierre Botton, qui avait été impliqué dans une retentissante affaire politico-financière dans les années 1990, a été condamné mardi 2 juin à 5 ans de prison ferme pour abus de biens sociaux. Il était accusé d'avoir détourné des fonds de son association contre la récidive. Un mandat d'arrêt a été prononcé à son encontre. Le tribunal de Paris est allé au-delà des réquisitions du parquet, qui avait demandé 4 ans de prison ferme lors du procès début mars. Il a assorti la peine de prison d'une amende de 150 000 euros et d'une interdiction définitive de diriger une société ou une association.

 
 

02/06/2020
0 Poster un commentaire