L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

MAGHREB

img_11324_ins_54599_600

Franceinfo - le vendredi 18 septembre 2020

 

 

Algérie : canicule, coronavirus et manque de main d’œuvre ont eu raison des vendanges

 

 

mountains-2439101_1920

 

 

 

Image par SofieLayla Thal de Pixabay 


21/09/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 14 septembre 2020

 

 

"Vous mettez un post sur Facebook, vous allez en prison" : en Algérie la répression se durcit et pousse les médias à l'autocensure

 


18/09/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 10 août 2020

 

 

Algérie : qui est le journaliste Khaled Drareni, condamné à trois ans de prison et devenu un symbole du combat pour la liberté de la presse ?

 

 

flag-2525694_960_720

 

 

Image par David Peterson de Pixabay


12/08/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 28 juillet 2020

 

 

Maroc : après 4 mois de confinement, l’économie est en récession, le gouvernement annonce un plan de relance

 

 

morocco-2809969_1920

 

 

Image par Mehmet A. de Pixabay

 


29/07/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 16 juin 2020

 

 

Tunisie : qui se cache derrière la formation "islamo-nationaliste" Al Karama ?

 

 

avatar
Avec AFPLaurent Ribadeau DumasRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

 

Ce nouveau parti a échoué à faire voter à l'Assemblée des représentants du peuple une motion contre la France

 

 

21684647

 

Deux députés de la coalition Al Karama : à gauche, l'ancien imam Ridha Jaouadi; à droite, le fondateur et chef de file du parti, Seifeddine Makhlouf. Photo prise à l'Assemblée des représentants du peuple, le Parlement tunisien, le 13 novembre 2019. (FETHI BELAID / AFP)

 

 

 

Le Parlement tunisien a rejeté, dans la nuit de 9 au 10 juin 2020, une motion qui demandait officiellement à la France de présenter des excuses à la Tunisie pour les crimes commis "pendant et après la colonisation". Cette motion était présentée par la coalition Al Karama, un parti islamo-nationaliste comptant 19 élus sur 217 députés, qui en avait fait une promesse électorale lors des législatives d'octobre 2019. Mais même si ce texte était voué à l’échec, il n’en traduit pas moins un sentiment antifrançais présent dans l’opinion tunisienne.

 

 

Après plus de 15 heures de débats, qui n'ont que peu abordé le fond de la question, le texte a recueilli 77 voix pour, loin des 109 voix nécessaires pour être voté. Présenté sans débat préalable, ni travail de préparation, le texte avait peu de chances de recueillir la majorité, dans un Parlement très divisé. Mais même s’il n’a pas obtenu la majorité nécessaire, il convient de noter que seuls cinq députés ont voté contre. Tandis que 46 autres s’abstenaient.

 

 

Les élus d’Al Karama se sont présentés au Parlement en arborant un tee-shirt sur lequel était inscrit "meurtre et torture, la brutalité du colonialisme français". Le texte proposait d'exiger des excuses de Paris, ainsi que des indemnisations pour les "assassinats", "viols", "exils forcés d'opposants", le "pillage des ressources naturelles" et le soutien à la dictature. Cela concerne "tous les crimes commis depuis 1881", date du début du protectorat, y compris le soutien apporté au régime de Zine el Abidine Ben Ali lorsque celui-ci était aux abois début 2011.

 

 

 

"Coalition pour la dignité"

Apparemment, la proposition d’Al Karama (signifiant en arabe "coalition pour la dignité") était donc d’abord un coup politique. "Nous voulons penser hors du cadre, rester hors système si on peut dire, tout en respectant les institutions. (…) Notre politique est de pousser le prochain gouvernement à être ouvert à d’autres partenaires et à d’autres idées", expliquait son chef de file, l’avocat Seifeddine Makhlouf, dans une interview à Jeune Afrique en décembre 2019.

 

 

Lequel Seifeddine Makhlouf, né en 1975, a fondé ce parti en janvier 2019. "Connu pour être proche des cercles islamistes radicaux, il s’est illustré (…)  en prenant la défense" de terroristes présumés, selon le site kapitalis. Ce qui lui vaut parfois le surnom d'"avocat des terroristes"... Ses deux grandes idées, dixit la même source : "poursuivre en justice" les dirigeants du syndicat UGTT, "qu’il accuse d’avoir détruit l’économie tunisienne, et ce pour des raisons de corruption"; "demander des excuses à la France pour les crimes commis en Tunisie durant la période coloniale".

 

 

 

Le chef de file de la coalition Al Karama, Seifeddine Makhlouf, dans un bureau de vote de Tunis lors des élections législatives du 6 octobre 2019.

Le chef de file de la coalition Al Karama, Seifeddine Makhlouf, dans un bureau de vote de Tunis lors des élections législatives du 6 octobre 2019. (AFP - NACER TALEL / ANADOLU AGENCY)

 

 

 

Qualifié par l’AFP d’"islamo-nationaliste", le petit parti semble avoir fait de la provocation l’une de ses armes favorites. Avec comme objectif la volonté de faire parler de lui. Lors du débat sur la motion, un élu issu d'Al Karama, Ridha Jaouadi, a estimé que "les centres culturels de l'occupation française sont plus dangereux que les bases militaires". Il les accuse de mener "une invasion culturelle qui détruit la morale et les valeurs" des Tunisiens. Cet ancien imam avait été limogé en 2015 de la principale mosquée de Sfax (est du pays) par les autorités tunisiennes qui l'avaient qualifié d'extrémiste, puis accusé de "collecte d'argent" sans autorisation.

 

 

 

L’élève a-t-il dépassé le maître ?

Le 26 février, jour de l’intronisation du chef du gouvernement Elyes Fakhfakh, un autre élu du parti, Mohammed Affas (cité par le site kapitalis), avait lancé au Premier ministre : "Vous êtes contre les lois criminalisant l’homosexualité et la consommation de la drogue. Vous annoncez publiquement et sans honte que vous consommez de l’alcool et vous défiez la charia de Dieu." Et d’ajouter : "Vous faites tout cela pour plaire aux Français."

 

 

Kapitalis, qui décidément n’aime visiblement pas Al Karama, n’hésite pas à le qualifier de "satellite" de la formation d’inspiration islamiste Ennahdha. Selon ce site, Ennahdha "a mis en selle la coalition Al Karama pour qu’elle s’acquitte, pour elle, des besognes pas très recommandables". Mais toujours selon la même source, le "satellite" se serait ensuite émancipé… Ce faisant, l’action des amis de Seifeddine Makhlouf les aurait "rapprochés des bases d’Ennahdha, qui retrouvent en eux la fougue perdue de leur parti devenu par trop sage". Ce qui a contribué à faire perdre des voix à ce dernier lors des législatives d’octobre 2019, analyse le site.

 

 

 

Sentiment anti-français

Dans le même temps, en s’attaquant à Paris, Seifeddine Makhlouf et ses amis savent ce qu’il font. Ils ravivent ainsi "un sentiment anti-français exprimé lors de la révolution de 2011 ; certains avaient alors hurlé 'dégage' devant l’ambassade de France", rapporte Jeune Afrique.

 

 

Le discours d'Al Karama "peut être partagé par une large frange de la population", explique Seifeddine Makhlouf dans l'interview déjà citée. Il est au moins partagé, semble-t-il, par une majorité de parlementaires… "La plupart des députés des différents groupes et ceux indépendants ont souligné lors de leurs interventions la nécessité pour la France de présenter ses excuses au peuple tunisien pour la période de colonisation, mais leurs avis ont divergé concernant le vote de cette motion", notait ainsi le grand quotidien francophone La Presse à l’issue du débat sur la motion finalement rejeté par le Parlement.

 

 

 

Rassemblement sur l\'avenue Bourguiba à Tunis de partisans de Kaïs Saïed, le (futur) chef de l\'Etat tunisien, pendant la campagne du 2e tour de la présidentielle, le 11 octobre 2019

Rassemblement sur l'avenue Bourguiba à Tunis de partisans de Kaïs Saïed, le (futur) chef de l'Etat tunisien, pendant la campagne du 2e tour de la présidentielle, le 11 octobre 2019 (FTV - Laurent Ribadeau Dumas)

 

 

 

Pendant la campagne de la présidentielle en octobre 2019, franceinfo Afrique avait observé l’émergence d’un courant anti-français en Tunisie. Devant l’envoyé spécial du site à Tunis, certains partisans du futur président Kaïs Saïed souhaitaient ainsi ouvertement que leur pays s'éloigne de l'influence de l'ancien colonisateur français. Avant le scrutin du 13 octobre, ce dernier se voulait rassurant dans une interviewL’Obs) : "Nos rapports avec la France, avec l’Europe d’une manière générale, sont dictés par la géographie et on ne changera pas la géographie. (…) Dépassons les moments tumultueux pour écrire une nouvelle histoire ensemble."

 

 

Mais avant d’être nommée chargée de sa communication, Rachida Ennaïfer, l’une de ses proches, expliquait à franceinfo Afrique : Kais Saïed "a déclaré qu'il respecterait les accords internationaux de la Tunisie tout en veillant à préserver les intérêts réciproques. Quand il y a déséquilibre, il faudra rééquilibrer." Et de préciser : "Dans certaines régions (...), la population tunisienne voit les richesses lui passer sous le nez. Il est donc temps de penser à des rééquilibrages. Mais pour autant, les relations entre la Tunisie et la France seront maintenues."

 


16/06/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 27 mars 2020

 

 

Coronavirus en Tunisie : 150 ouvrières se confinent à l'usine pour fabriquer des masques

 

avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

Elles se sont enfermées avec de quoi vivre en quasi autarcie pour aider les soignants luttant contre le nouveau coronavirus

 

 

21227767

 

Des ouvrières d'une usine de Kairouan en confinement, le 26 mars 2020.  (- / CONSOMED)

 

 

 

Confinées, oui... mais au travail : dans une usine tunisienne, 150 personnes, des ouvrières pour la plupart, se sont enfermées avec de quoi vivre en quasi autarcie, afin de continuer à fabriquer des masques et protections pour les soignants luttant contre le nouveau coronavirus.

 

 

Nous sommes les seuls à fabriquer pour les hôpitaux tunisiens : on ne peut pas prendre le risque de contaminer l'usineHamza Alouini, directeur d'usine à l'AFP

 

 

Son entreprise, Consomed, a été lancée il y a dix ans par son père et son frère près de Kairouan, dans le centre de la Tunisie, dans une zone largement rurale. Leur usine est devenue le principal site de production du pays et l'un des plus importants en Afrique pour les masques, charlottes, combinaisons stériles et autres protections.

 

 

Autant d'équipements devenus stratégiques depuis que la Chine, principal producteur de masques au monde, en a interdit l'exportation, suivie par plusieurs pays, dont la Tunisie depuis quelques semaines. L'entreprise est débordée par les demandes locales et peine à approvisionner notamment les hôpitaux.

 

 

 

Les employé(e)s fier(e)s de continuer à fabriquer des masques dans leur usine à Kairouan, le 26 mars 2020. 

Les employé(e)s fier(e)s de continuer à fabriquer des masques dans leur usine à Kairouan, le 26 mars 2020.  (- / CONSOMED)


 

Plusieurs structures de soins ont dû fermer des services hospitaliers ces derniers jours ou mettre en quarantaine des soignants ayant été en contact sans protection avec des malades, selon des médias locaux.

 

 

"Volontariat"

Pour empêcher toute contamination par le nouveau coronavirus et donc toute interruption de la production, Consomed fonctionne désormais quasiment en vase clos : 110 femmes et 40 hommes travaillent, mangent et dorment dans les 5 000 m² d'entrepôts, dont un médecin, des cuisiniers et le directeur.

 

 

Sur les réseaux sociaux, l'entreprise a publié une vidéo – hors de question d'autoriser des journalistes à aller et venir – montrant les ouvrières entrant le 20 mars dans l'usine avec valises et sacs, après un contrôle de température.

 

 

 

 

 

 

Sur les 240 employés, payés en moyenne 800 dinars par mois (270 euros), au-dessus du salaire minimum, 150 ont répondu à l'appel. Ils travaillent "sur la base du volontariat", souligne Hamza Alouini, les autres ayant des engagements ou responsabilités de famille ne leur permettant pas de s'isoler.

 

 

"Il y a parmi les couturières une fille de 22 ans qui n'avait jamais dormi en dehors de chez elle. Le quatrième jour, elle a pleuré car sa mère lui manquait, raconte encore M. Alouini par téléphone. Mais elle a finalement décidé de rester car les salariés savent l'importance de ce qu'ils fabriquent", assure-t-il.

 

 

 

Solidarité

"On s'entraide, confie Khaoula, une employée. Quand une personne se sent mal, nous essayons avec tout le monde de lui remonter le moral, la mettre dans une autre ambiance, parce qu'il y en a qui ont la nostalgie de leur famille."

 

 

"On pense avant tout à ceux qui manquent de protections" face à la maladie Covid-19, explique à l'AFP cette quadragénaire, logiquement interrogée à distance, personne ne pouvant entrer dans l'usine. 

 

 

Les premiers à me soutenir sont mon époux et ma fille : nous sommes tous motivés et convaincusKhaoula, employée à l'AFP

 

 

Les véhicules livrant les matières premières ou les produits alimentaires sont désinfectés, leurs chauffeurs priés de rester à l'intérieur avec les vitres fermées et tous les objets sont décontaminés, selon les normes strictes exigées par les certifications internationales obtenues par l'usine.

 

 

 

"Des soldats"

La journée de travail commence par l'hymne national. "Ca nous donne l'impression que nous sommes des soldats" au service des soignants, raconte Khaoula. Puis la production se met en branle : aux 8 heures de travail habituelles s'ajoutent des heures supplémentaires payées, là aussi, "sur la base du volontariat", dit Hamza Alouini. Pour beaucoup, la journée est longue : 10 à 12 heures par jour, grâce à des dérogations accordées par les autorités.

 

 

 

Les employées en confinement volontaire, dans leur usine à Kairouan, le 26 mars 2020. 

Les employées en confinement volontaire, dans leur usine à Kairouan, le 26 mars 2020.  (- / CONSOMED)

 

 

 

Un dortoir pour les hommes, différents dortoirs pour les femmes, selon les services, un espace pour jouer au football, aux cartes, et se détendre : tout semble avoir été prévu pour tenir un mois.

 

 

"On ne pourra pas faire plus", avoue Hamza Alouini. L'entreprise, qui vend ses masques à la pharmacie centrale à des prix fixés de longue date, n'aura pas la trésorerie pour continuer cette opération coûteuse. Et poursuivre ce confinement pourrait avoir un impact sur le moral des employés.

 

 

La Tunisie a détecté 173 cas du nouveau coronavirus depuis début mars, dont cinq décès selon le ministère de la Santé.


27/03/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 21 mars 2020

 

 

Coronavirus en Tunisie : "La farine, la semoule, l’eau de Javel manquent, comme le gel hydroalcoolique et les masques"

 

avatar

Laurent Ribadeau DumasRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

 

Le pays est de plus en plus touché par le Covid-19 et vit au ralenti. Récit

 

 

21182231

 

Avenue Bourguiba, dans le centre de Tunis, le 18 mars 2020 juste avant 18h, heure du couvre-feu instauré pour lutter contre le coronavirus... D'habitude, l'avenue, cœur de la capitale de la Tunisie, est noire de monde, jour et nuit, été comme hiver. (FETHI BELAID / AFP)

 

 

 

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a annoncé le 20 mars 2020 un confinement général du pays, sans donner de dates ni de modalités. Durant la journée, chacun doit rester chez soi et ne sortir que dans des cas "d'extrême nécessité", a-t-il indiqué. Les hypermarchés seront fermés mais les commerces de proximité seront approvisionnés, a-t-il souligné. Il a également décrété la fermeture des espaces industriels où travaillent un nombre important d'employés. "L’Etat va assurer les services vitaux, en terme de sécurité, de santé et de nourriture. Ces services vont continuer", a déclaré le chef de l'Etat, cité par businessnews, sans plus de précision. Des établissements spécialisés seront mis à la disposition des personnes isolées, a-t-il dit sans, là encore, donner de détails.

 

 

Le 17 mars, Kaïs Saïed avait annoncé l’instauration d’un couvre-feu de 18h à 6h. La plupart des établissements accueillant du public sont également fermés. Comme le sont les frontières terrestres, maritimes et aériennes.

 

 

Résultat : aujourd’hui, la Tunisie tourne au ralenti… Le 18 mars, lors du premier jour de couvre-feu, "au crépuscule, les voitures avaient déserté les rues emplies de l’odeur des fleurs d’oranger. On n’entendait plus que les aboiements des chiens, et au loin des récitations du Coran dans les mosquées proches", raconte, poétiquement, un journaliste de l’agence Reuters.



Depuis le 17 novembre, seuls les agents des forces de sécurité, les personnels soignants et ceux qui ont besoin d’une aide médicale d’urgence peuvent encore circuler à partir de 18 h. Mais à Tunis, en début d'après-midi, on voit encore beaucoup de monde dans les rues et dans les transports en commun, à l'heure où les fonctionnaires, dont le temps de travail a été réduit, rentrent chez eux...

 



Exemple d'activité en berne : les médias. Au grand journal francophone La Presse, il serait ainsi question d'abandonner l'édition papier et de seulement publier les articles sur le site internet du quotidien. 

 

 

 

La maladie s'étend...

Malgré ces mesures, la maladie progresse. Au 20 mars, 54 personnes étaient atteintes par le coronavirus, contre 39 la veille. La Tunisie, qui a seulement procédé à 690 tests, a annoncé le 19 mars son premier cas mortel : une femme de 72 ans, qui venait de rentrer de Turquie et souffrait de plusieurs maladies chroniques, est décédée. "Même si on trouve le plus grand nombre de cas à Tunis et dans sa banlieue, aujourd’hui, tout le pays est touché", constate un Tunisois bien informé, interviewé le 20 mars au téléphone par franceinfo Afrique.

 

 

Dans ce contexte, "les gens sont inquiets. Résultat, on trouve des files d’attente très longues devant les supermarchés, les commerces sont pris d’assaut. La farine, la semoule, l’eau de Javel manquent, comme le gel hydroalcoolique et les masques", poursuit-il.

 

 

"Pour moi, c’est difficile de m’imaginer que nous n’allons plus pouvoir nous déplacer à cause de ce virus. C’est dur d'accepter que notre mode de vie a changé de cette façon. Mais je dois respecter la loi. Le monde entier a changé", a déclaré à Reuters un commerçant rentrant rapidement chez lui avec un sac d’aliments.

 

 

Tout le monde ne se comporte pas de la même façon. "On trouve aujourd’hui des personnes qui ne respectent pas l’auto-isolement par légèreté, indiscipline, manque de responsabilité", constate l’interlocuteur de franceinfo Afrique pour qui "il faut désormais prendre des mesures très strictes, qui soient dissuasives." La police a dû intervenir à l’heure du couvre-feu pour disperser des citoyens rétifs, a rapporté Reuters. Elle a aussi interpellé plusieurs personnes revenues de l’étranger et qui avaient refusé de se soumettre à un ordre de quarantaine.

 

 

"Nous n’avons pas de travail et maintenant, on nous demande de rester à la maison. Mais moi, à cette heure-là, je ne peux pas rester chez moi. J’ai envie de passer le temps avec mes amis", a expliqué un jeune homme que le journaliste de Reuters a rencontré dans la rue une demi-heure après l’heure du couvre-feu.

 

 

 

A l\'aéroport de Tunis-Carthage, du personnel de santé attend, le 10 mars 2020, l\'arrivée de passagers pour mesurer leur température.

A l'aéroport de Tunis-Carthage, du personnel de santé attend, le 10 mars 2020, l'arrivée de passagers pour mesurer leur température. (FETHI BELAID / AFP)


 

Quels moyens ?

Dans le même temps, les services sanitaires et hospitaliers ont-il les moyens de combattre la pandémie ? "Nous avons en quelque sorte la chance d’avoir devant les yeux les exemples de pays très touchés comme l’Italie ou la France. Mais nous n’avons pas leurs moyens", répond notre interlocuteur. L’évolution de la maladie le préoccupe. "Si nous assistons à un raz-de-marée de malades, nous n’aurons pas les moyens pour y faire face. Nous n’avons pas assez de matériel, pas assez de tests. Les masques peuvent coûter jusqu’à 700 dinars (223 euros) ! C’est très, très inquiétant !", observe-t-il.

 

 

De fait, étranglées par la dette et une situation économique morose, les autorités tunisiennes n’ont pas forcément les ressources nécessaires pour combattre efficacement le virus. Selon le site Tunisie Numérique, le ministère tunisien de la Santé a budgété "une enveloppe de 12 millions de dinars" (3,8 millions d'euros) dans le cadre d'un "plan national de lutte contre le coronavirus". Soit "1 dinar par habitant" (0,32 euro), se désole le site. A tel point qu’aujourd’hui, des initiatives citoyennes organisent des collectes pour apporter des fonds au ministère de la Santé…

 

 

"Plusieurs médias ont commencé à appeler à une mobilisation citoyenne pour combattre le coronavirus à travers la collecte de dons et envisager, par la même occasion, l’organisation d’un téléthon. Ces appels oublient malheureusement que la santé publique est une responsabilité du premier ordre de l’Etat", observe Tunisie Numérique.

 


21/03/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 21 février 2020

 

 

Algérie : un an après, quels changements ?

 

avatar
franceinfoFrance Télévisions

 

 

 

Il y a un an, l'Algérie changeait de visage avec notamment le départ de son président Abdelaziz Bouteflika. Un mouvement de contestation inédit

 

 

 

Un mouvement sans structure ni leader établi… mais des collectifs de la société civile réunis pour célébrer l'anniversaire du Hirak, ce mouvement de contestation inédit qui a défié le pouvoir en place. Un an après la chute de Bouteflika, le symbole est fort en Algérie. "Nous voulons aujourd'hui, à l'occasion du premier anniversaire du Hirak, célébrer et prendre acte de l'état d'avancement des libertés", martèle Said Salhi, vice-président du collectif pour la transition démocratique.

 

 

 

Tebboune promet le changement

Il y a un an, le 22 février 2019, tout un peuple était debout et en colère dans la rue. Tous les vendredis, pendant des mois, les Algériens dénonçaient la corruption du régime. "On en a marre de ce pouvoir pourri qui nous gère d'une manière horrible", pestait une femme. De tous horizons, de tous âges, ils réclamaient un nettoyage de la classe politique. Bouteflika, premier visé, voulait un cinquième mandat. Malade, il renonça finalement pour laisser la place à un de ses proches. Si le changement démocratique n'est pas encore totalement établi, le ton a changé de la part d'Abdelmadjid Tebboune. Dans un récent entretien au Figaro, il promet pour l'Algérie un changement radical du système étatique.

 


21/02/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 29 janvier 2020

 

 

Algérie : la répression du Hirak se poursuit depuis la présidentielle

 

 

avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

Les autorités continuent d'arrêter et de poursuivre "arbitrairement" les manifestants, déplore Human Rights Watch

 

 

20859639

 

Manifestation pour un "changement de régime" à Alger, le 17 janvier 2020. (RYAD KRAMDI / AFP)

 

 

 

L'élection du nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, n'a rien changé. Les manifestants du Hirak, mouvement populaire de contestation du régime qui agite l'Algérie depuis presque un an, continuent d'être arbitrairement arrêtés et poursuivis, malgré les promesses de dialogue du nouveau chef de l'Etat, déplore Human Rights Watch (HRW, lien en anglais). Selon le Comité national de libération des détenus (CNLD), créé pour venir en aide à ceux arrêtés dans le cadre de la contestation, plus de 120 personnes sont toujours détenues – en attente de procès ou condamnées – pour avoir pris part au mouvement.

 

 

Au lieu de libérer tous ceux incarcérés pour avoir manifesté pacifiquement, les autorités continuent d'arrêter et d'emprisonner des gens qui militent pacifiquement Eric Goldstein, directeur exécutif Moyen-Orient et Afrique du Nord de HRW

 

 

Depuis la présidentielle du 12 décembre 2019, boudée par les électeurs et remportée par Abdelmadjid Tebboune, ex-fidèle du président Abdelaziz Bouteflika contraint par le Hirak à la démission le 2 avril de la même année, les autorités ont arrêté des dizaines de manifestants pacifiques, selon HRW.

 

 

Nombre d'entre eux restent incarcérés et poursuivis pour "attroupement non armé", passible d'un an de prison, ou "atteinte à l'intégrité du territoire", crime passible de dix années d'emprisonnement.

 

 

Les offres de dialogue perdent de leur crédibilité quand vous enfermez des gens simplement descendus dans la rue pour exprimer leur désaccord avec vous Eric Goldstein, directeur exécutif Moyen-Orient et Afrique du Nord de HRW

 

 

Le 2 janvier 2020, au moins 76 personnes ont été remises en liberté en une seule journée par les tribunaux, une mesure vue comme un geste d'apaisement de la part M.Tebboune. Mais les poursuites contre ceux pas encore jugés n'ont pas été abandonnées et les principales figures du mouvement restent en détention.

 

 

 

22 février, anniversaire de la Révolution du sourire

Selon le CNLD, au total 94 personnes détenues pour des faits liés au Hirak ont été remises en liberté ces dernières semaines, mais 124 autres – manifestants, militants ou journalistes – restent emprisonnées. Pour le Comité national de libération des détenus, cité par El Watan, les arrestations vont se poursuivre à Alger, à l'approche du premier anniversaire de l'inédit mouvement de contestation, le 22 février. 

 

 

Ils ont peur d’un tsunami humain à la capitale, ils ont peur d’une marche impressionnante et bien sûr ils ont peur d’entendre la capitale vibrer sous ‘‘Dawla madaniya machi 3askariya ! (Etat civil et non militaire, NDLR)Kaci Tansaout, coordinateur du CNLDà El Watan

 


02/02/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 31 janvier 2020

 

 

Premier entretien du président tunisien avec la presse : toujours plus énigmatique

 

avatar

Laurent Ribadeau DumasRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

Kaïs Saïed a accordé, le 30 janvier 2020, une interview en direct, la première du genre depuis le début de son mandat en octobre 2019, à la chaîne publique Al Wataniya 1. L’occasion de faire le bilan de ses 100 premiers jours au pouvoir

 

 

20877415

 

Les consommateurs d'un café de Tunis regardent la première interview du président tunisien Kaïs Saïed, diffusée le 30 janvier 2020 sur la chaîne publique Al Wataniya 1. (AFP - YASSINE GAIDI / ANADOLU AGENCY)

 

 

 

Pour la première fois depuis son intronisation, le chef de l’Etat tunisien, qui avait jusque-là quasiment fermé ses portes à la presse, a répondu en direct sur la chaîne de télévision publique Al Wataniya 1 à des questions visant à faire un bilan de ses trois premiers mois au pouvoir. Pour autant, en dehors de déclarations d’intention et d’une prise de position très pro-palestinienne, l’entretien (résumé ici à l’aide de sites de presse tunisiens francophones) n’a pas dévoilé de directions précises tant en matière de politique intérieure qu’extérieure. Résultat : l’énigme Kaïs Saïed persiste…

 

 

Sur la forme, celui-ci s’est exprimé "dans une langue littéraire arabe, difficile et recherchée", rapporte le site tunisienumérique, très critique dans son commentaire, là où nombre de politiques tunisiens préfèrent parler en arabe dialectal. Concernant son style de présidence, il a affirmé qu’il entendait rester fidèle à ses habitudes. Il habite toujours dans le quartier populaire où il vivait auparavant et "déteste la vie des palais", selon le compte-rendu du site businessnews"Je ne connais que quelques salles du palais (présidentiel, NDLR) de Carthage (près de Tunis, NDLR). Je peux déménager près de Carthage, mais (…) je veux rester dans mon quartier", a-t-il expliqué.

 

 

 

Les jeunes avant toute chose

Dans la feuille de route qu’il a fixée au Premier ministre Elyes Fakhfakh, nommé le 20 janvier, le président lui a enjoint de "considérer la souffrance silencieuse des chômeurs et des pauvres" dans un pays où le nombre de sans-emplois dépasse officiellement les 15%. Lors de l’émission, le chef de l’Etat tunisien a souligné avoir préparé des projets de loi "en matière économique et sociale", sans plus de précisions. Des thèmes qui lui sont chers, même si ses prérogatives portent essentiellement sur la sécurité et la politique étrangère.

 

 

Il a toutefois rappelé que pendant la campagne électorale, il n’avait fait aucune promesse. Selon les propos rapportés par businesnews, il a expliqué : "Je n’ai pas changé et je ne suis pas revenu sur mes engagements envers les jeunes". Et de préciser : "J’ai parlé des mécanismes permettant de réaliser les rêves et les aspirations des jeunes et des Tunisiens." Les premiers, notamment ceux des zones défavorisées des régions de l’intérieur du pays, qui ont très majoritairement voté pour lui selon les enquêtes, semblent être ainsi au cœur de ses préoccupations en matière économique et sociale.

 

 

 

Le président élu Kaïs Saïed arrive au palais de Carthage pour la cérémonie d\'investiture le 23 octobre 2019.  

Le président élu Kaïs Saïed arrive au palais de Carthage pour la cérémonie d'investiture le 23 octobre 2019.   (AFP - YASSINE GAIDI / ANADOLU AGENCY)



Pour autant, le chef de l’Etat, parfois ironiquement surnommé "président des câlins", n’est apparemment resté qu’au niveau des intentions. A une exception concrète près. Il a ainsi indiqué qu’il avait "un projet en cours d’étude concernant la création d’un grand centre hospitalier dans le gouvernorat de Kairouan, plus précisément à Reqqada (170 km au sud de Tunis, NDLR). C’est un projet pilote et nous cherchons des financements." "Les études sont presque prêtes pour ce projet. (…) Je ne sais pas quand exactement tout cela verra le jour, mais je veillerai à sa réalisation", a-t-il promis. Selon le site businessnews, ledit projet engloberait un hôpital financé par un don saoudien d’une valeur de 100 million de dollars (90,7 millions d’euros).

 

 

 

"Appliquer la Constitution" 

En matière politique, Kaïs Saïed a assuré qu'il n'avait aucune intention de former un parti. Il a souligné qu'en cas d'échec à former un cabinet ministériel, il devra "appliquer la Constitution". Celle-ci lui permet, en l'absence de gouvernement approuvé par les députés, de dissoudre le Parlement à partir de la mi-mars. Selon le compte-rendu de tunisienumérique, "il a pris l’exemple de la Belgique qui a fonctionné pendant deux ans avec un gouvernement de gestion des affaires courantes", comme c’est actuellement le cas en Tunisie avec l’équipe de Youssef Chahed.

 

 

Le chef de l’Etat est revenu sur les accusations concernant le mystérieux "appareil secret d’Enahdha", la formation d’inspiration islamiste. Laquelle "dément les accusations des avocats des familles de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, figures laïques assassinées en 2013, qui mettent en cause l’existence à l’époque d’une structure parallèle de renseignement", rapporte Le Monde"Ce dossier est entre les mains de la justice. Je ne veux pas m’immiscer et j’évite les calculs politiques étroits", a-t-il dit, cité par businessnews. Des propos qui peuvent être interprétés comme une façon de mettre du baume au cœur d’Ennahdha, qui lui avait porté son soutien pour le 2e tour… Arrivé en tête aux législatives d’octobre (avec seulement 52 sièges sur 217), le parti a ensuite échoué à former le gouvernement. Et le choix comme Premier ministre du centriste Elyes Fakhfakh fait fi des préférences de la formation de Rached Ghannouchi…

 

 

 

Il n’y a "pas d’isolement" du pays

En matière de politique étrangère, Kaïs Saïed a assuré qu'il n'y avait "pas d'isolement". Et ce en dépit de ses absences remarquées à plusieurs rencontres internationales, notamment à la conférence de Berlin sur la Libye (19 et 20 janvier), qui partage plus de 450 km de frontières avec la Tunisie. Selon lui, ces absences sont liées à la situation politique dans ce pays, notamment aux difficultés rencontrées pour la formation d’un gouvernement.

 

 

 

Kaïs Saïed avant le débat télévisé qui l\'a opposé à son adversaire du second tour de la présidentielle, Nabil Karoui, le 11 octobre 2019

Kaïs Saïed avant le débat télévisé qui l'a opposé à son adversaire du second tour de la présidentielle, Nabil Karoui, le 11 octobre 2019 (REUTERS - ZOUBEIR SOUISSI / X02856)



Le président est également revenu sur la visite à Tunis (le 25 décembre) du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui intervient en Libye pour soutenir le camp de Fayez al-Sarraj, chef du Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU. Cette visite a parfois été interprétée comme une prise de position tunisienne pro-al-Sarraj, estime businessnews. Selon le compte-rendu du site, Kaïs Saïed a indiqué à Al Wataniya 1 que cette visite a fait couler beaucoup d’encre inutilement, soulignant que le N°1 turc avait été reçu comme tout autre dirigeant venant en Tunisie.

 

 

Interrogé à propos de la situation au Proche-Orient, il a réaffirmé avec force la position très pro-palestinienne qu’il avait prise pendant la campagne présidentielle. Et qui avait inquiété ça et là. "Quiconque qui reconnaît ou traite avec une entité ayant déplacé un peuple entier depuis plus d’un siècle devrait être considéré comme un traître et jugé pour trahison", a-t-dit, cité par espacemanager.com"La normalisation avec Israël n’existe pas. Il s’agit tout simplement de la haute trahison. Je n’ai pas renoncé à mes propos" (cité par le site realites.com.tn).



Des propos qui ne sont pas que de circonstance, alors que le président américain Trump a rendu public un plan de paix pour la région… Selon realites.com.tn, le chef de l’Etat tunisien a "appelé à l’ouverture d’une enquête en vue de déterminer les responsabilités" suite à la participation, à un tournoi international junior à El-Menzah, près de Tunis, d’un jeune tennisman franco-israélien qui serait rentré dans le pays avec son passeport français, mais aurait joué avec sa licence israélienne. Kaïs Saïed a "rappelé la position de la Tunisie qui refuse toutes formes de relations et de normalisation" avec l’Etat hébreu, rapporte realites.com.tn.

 


02/02/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 23 décembre 2019

 

 

Qui était le général algérien Ahmed Gaïd Salah ?

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

Agé de 79 ans, le très puissant chef d'état-major de l'armée algérienne, Ahmed Gaïd Salah, est mort d'une crise cardiaque le 23 décembre 2019, quatre jours à peine après l'investiture du nouveau chef de l'Etat

 

 

20660631

 

Le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune (à droite), salue le général Ahmed Gaïd Saleh au cours de la cérémonie de son investiture le 19 décembre 2019. (AFP - FAROUK BATICHE / DPA)

 

 

 

Ahmed Gaïd Salah est mort lundi 23 décembre. Il a été le visage du haut commandement militaire algérien, au cœur d'un système au fonctionnement opaque, depuis de longues années.

 

 

Né le 13 janvier 1940, Ahmed Gaïd Salah s'était engagé dès l'âge de 17 ans au sein de l'Armée de libération nationale (ALN) combattant le pouvoir colonial français, selon sa biographie officielle. Un passé dont les dirigeants algériens ont longtemps tiré leur légitimité.



Il a gravi "les échelons (de l'ALN ) en tant que soldat, officier puis commandant moudjahid" (combattant), rappelle le quotidien gouvernemental El Moudjahid.



"Nommé chef d’état-major de l’armée en 2004 par le président Bouteflika, il détient le record de longévité à ce poste. Il préférait manœuvrer dans l’ombre, en s’abritant derrière un pouvoir civil de façade"
, observe Le Monde. Pendant 15 ans, il fut un indéfectible soutien de l'ancien chef de l'Etat et l'un des personnages les plus puissants du cercle du pouvoir. "Jamais depuis Houari Boumediene, qui régna de 1965 à 1978, un seul homme n’avait concentré autant de pouvoirs", ajoute le journal français. 

 

 

Comme un symbole, sa dernière apparition publique remontait au 19 décembre, lors de la cérémonie d'investiture du nouveau président Abdelmadjid Tebboune, élu une semaine plus tôt. Un scrutin que ce militaire de 79 ans avait imposé malgré l'opposition du mouvement populaire de contestation qui agite l'Algérie, le Hirak.

 

 

 

L'homme qui voyait l'Algérie comme "une grande caserne"

Après avoir arraché en avril la démission du président Abdelaziz Bouteflika, confronté à un mouvement populaire massif de contestation du régime, le général Gaïd Salah avait ensuite monopolisé la parole politique. Il était alors apparu comme l'homme fort de fait de l'Algérie, face à un pouvoir civil intérimaire muet.



Visage du haut commandement militaire, le pilier depuis l'indépendance en 1962 d'un régime algérien caractérisé par son opacité, il a durant plus de huit mois "suggéré" la marche à suivre au gouvernement. Tour à tour, il a félicité, admonesté ou mis en garde la contestation.



Dans l'armée, Gaïd Salah faisait "relativement consensus", étant "déjà âgé" et n'étant "pas un politique", commente Flavien Bourrat, chercheur à l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire à Paris. Mais il en allait autrement dans la rue. Un temps crédité d'avoir arraché le départ d'Abdelaziz Bouteflika, il avait été ensuite conspué pour son refus de mettre sur pied des institutions de transition réclamées par le Hirak. Mais aussi pour la multiplication des incarcérations de manifestants, militants et journalistes.



Pour Moussaab Hammoudi, chercheur doctorant à l'Ecole des Hautes études en Sciences sociales (EHESS) de Paris, Gaïd Salah n'était "pas un grand stratège" et agissait "en militaire brutal". Il voyait l'Algérie comme "une grande caserne. Pour lui, faire une concession c'est une faiblesse", estime le chercheur. Ii décrit un général qui agissait "par impulsion, sans réflexion, sans concertation".

 

 

Quelques grandes dates de la vie du général Ahmed Gaïd Salah

1940 : naissance dans la région de Batna (300 km au sud-est d'Alger).

 

1957 : il rejoint les rangs de l'Armée de libération nationale (ALN) qui combat l'armée coloniale française.

 

1962 : il intègre l'armée au moment de l'indépendance. Il était "diplômé de l’Académie militaire d’artillerie Vystrel (URSS)", rappelle le journal El Watan.

 

1994 : il devient chef d'état-major des Forces terrestres en pleine guerre civile entre l'armée et les maquis islamistes.

 

2004 : il est nommé par le président Abdelaziz Bouteflika à la tête de l'armée.

 

2013 : il devient vice-ministre de la Défense.

 

2 avril 2019 : il demande la mise à l'écart "immédiate" d'Abdelaziz Bouteflika, après avoir réclamé fin mars qu'il soit déclaré inapte ou qu'il quitte le pouvoir.

 

20 mai 2019 : il rejette les principales demandes du mouvement de contestation, à savoir le report de la présidentielle et le départ des figures du "système".

 


24/12/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 23 décembre 2019

 

 

Algérie : le général Ahmed Gaïd Salah, puissant chef d'état-major de l'armée, est mort, annonce la télévision publique

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions
 

 

Sur le devant de la scène après avoir arraché en avril la démission du président Abdelaziz Bouteflika, le général Ahmed Gaïd Salah était le visage du haut commandement militaire

 

 

20658023

 

Le général Ahmed Gaïd Salah à Alger (Algérie), le 19 décembre 2019. (RYAD KRAMDI / AFP)

 

 

 

Le général Ahmed Gaïd Salah, puissant chef d'état-major de l'armée en Algérie, est mort, lundi 23 décembre, selon l'agence Algérie Presse Service, qui cite un communiqué de la présidence de la République. Vice-ministre de la Défense nationale, il a succombé "à une crise cardiaque à l'âge de 79 ans", précise Algérie Presse Service. La télévision publique a également annoncé la mort de cet homme, pilier du régime depuis 1962, mais sans en donner les causes dans l'immédiat.

 

 

Le général a assumé ouvertement la réalité du pouvoir, jusqu'à l'élection le 12 décembre d'Abdelmadjid Tebboune comme nouveau chef de l'Etat. Visage fermé sous son képi, Ahmed Gaïd Salah est l'un des hommes les plus puissants d’Algérie, l'une des boussoles les plus scrutées depuis le début de la contestation. Il doit toute son ascension à Abdelaziz Bouteflika qui l'a nommé à ce poste et a fait de lui son "grognard", son rempart au sein d'une armée dont l'ancien président a cherché, tout au long de ses mandats, à contenir le pouvoir.

 

 

Au printemps, devant les caméras de la télévision nationale, Ahmed Gaïd Salah avait déclaré qu’il devenait "nécessaire, voire impératif, d'adopter une solution pour sortir de la crise". Il avait ainsi précipité les événements en enjoignant au conseil constitutionnel d'enclencher la procédure prévue par l'article 102 de la Constitution.

 


24/12/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 16 décembre 2019

 

 

Le nouveau président algérien à propos de Macron : "Je ne le lui répondrai pas"

 

avatar
franceinfo AfriqueRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

Les relations entre le nouveau président algérien élu Abdelmadjid Tebboune et le président français Emmanuel Macron commencent mal…

 

 

20618263

 

Le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, lors d'une conférence de presse à Alger le 13 décembre 2019.  (FAROUK BATICHE / ANADOLU AGENCY)

 

 

 

"De toutes les réactions internationales ayant suivi l’annonce officielle de la victoire de Abdelmadjid Tebboune, celle d’Emmanuel Macron a particulièrement retenu l’attention. Le président français utilise un ton sec pour transmettre un message contenant des propos à la limite des règles de bienséance, habituellement usitées en diplomatie", observe Le Soir d’AlgérieQue s'est-il passé ? A la proclamation du résultat de la présidentielle en Algérie, les félicitations n’étaient pas aussi nombreuses que par la passé. Et la réaction de la France, très scrutée en Algérie, a laissé le régime sur sa faim. "J’ai pris note de l’annonce officielle que Monsieur Tebboune a remporté l’élection présidentielle algérienne dès le premier tour", a déclaré Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à l’issue d’un Conseil européen à Bruxelles. Et d’insister sur  "le dialogue qui doit s'ouvrir entre les autorités et la population". 

 

 

Le nouveau président élu, Abdelmadjid Tebboune, n’a pas apprécié la déclaration du président français.

 

 

Concernant le président français, je ne lui répondrai pas. Il est libre de vendre la marchandise qu’il veut dans son pays, mais moi j’ai été élu par le peuple algérien et je ne reconnais que le peuple algérienAbdelmadjid Tebboune, nouveau président de l'Algérie

 

 

Les propos de nouveau président algérien ont suscité des applaudissements de la part de ses sympathisants (Vidéo en arabe ci-dessous).

 

 

 

 

Le président français n'a pas été le seul à "prendre note" de la victoire d'Abdelmadjid Tebboune. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borell Fontelles, s'est lui aussi contenté d'un service minimum. 

 

 

 

 

Face à une Algérie en pleine ébullition, la France, liée par une relation étroite et tumultueuse avec son ancienne colonie, est restée jusqu'ici très prudente. L'équilibre est difficile. Si elle tient des propos qui semblent aller dans le sens du pouvoir, elle est rejetée par la rue et si elle fait le contraire, le pouvoir l'accuse d'ingérence et accuse la contestation d'être manipulée par l'étranger.

 


17/12/2019
0 Poster un commentaire