L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

JUSTICE


Franceinfo - le mardi 12 juin 2018

 

 

Corruption : quatre ans de prison, dont deux ans et demi ferme, en appel pour l'ancien numéro deux de la PJ de Lyon, Michel Neyret

 

 

La justice lui reprochait d'avoir fourni des informations confidentielles à des membres du milieu lyonnais, présentés comme des "indics", en échange d'avantages, de cadeaux et d'argent liquide

 

 

 

15230663.jpg

 

 

Michel Neyret, à la cour d'appel de Paris, le 4 avril 2018.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

 

 

 

La cour d'appel de Paris a condamné, mardi, l'ex-numéro 2 de la PJ de Lyon, Michel Neyret, à deux ans et demi de prison ferme pour corruption. Il s'agit de la même peine que celle prononcée en première instance en 2016, mais elle est alourdie de 18 mois avec sursis. Le "super-flic" déchu a été condamné à quatre ans d'emprisonnement dont 18 mois avec sursis, ainsi qu'à une interdiction définitive d'exercer dans la police, pour corruption et d'autres délits, notamment association de malfaiteurs.

 

 

Ayant déjà passé huit mois en détention provisoire, il pourra solliciter un aménagement de peine pour ne pas retourner en prison. Michel Neyret, 62 ans, s'est dit soulagé devant la presse  : "Ça fait sept ans que j'attends ça", a-t-il déclaré. "Aujourd'hui, je pense que j'en ai presque fini avec l'institution judiciaire, sauf s'il y a un pourvoi en cassation, ce qui ne sera pas notre cas, évidemment." "J'ai encore une autre épreuve qui va m'attendre devant le juge d'application des peines, qui va décider de comment la peine s'exécutera", a ajouté Michel Neyret, qui pourrait par exemple la purger avec un bracelet électronique.

 

 

L'affaire Neyret en restera là si le parquet général, qui avait requis cette même peine de quatre ans dont 18 mois avec sursis, mais assortie de 15 000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction des droits civiques, ne forme pas de pourvoi. Michel Neyret, aujourd'hui retraité, était poursuivi pour huit délits dont corruption, trafic d'influence ou détournements de scellés de stupéfiants. Contrairement au tribunal correctionnel, la cour d'appel l'a également condamné pour association de malfaiteurs. L'ex-patron de l'antigang de Lyon encourait théoriquement dix ans de prison. 

 

 

"Une sorte d'anti-modèle pour les jeunes générations de fonctionnaires"

 

La justice lui reprochait d'avoir fourni des informations confidentielles à des membres du milieu lyonnais, présentés comme des "indics", en échange d'avantages, de cadeaux et d'argent liquide, et d'avoir prélevé sa dîme sur une saisie de stupéfiants pour rétribuer des informateurs. L'avocat général avait estimé, dans son réquisitoire en avril, que Michel Neyret avait "non seulement brisé sa vie et sa carrière mais aussi abîmé l'image de la police" et "créé une sorte d'anti-modèle pour les jeunes générations de fonctionnaires."

 

 

L'affaire avait créé un traumatisme dans la police. Après trente-deux ans de carrière dont vingt à la tête de la prestigieuse brigade antigang de Lyon, Neyret, adulé par ses équipes et ses supérieurs et décoré de la Légion d'honneur pour ses résultats, était une légende au moment de sa chute.


28/06/2018
0 Poster un commentaire

France info - le jeudi 31 mai 2018

 

 

Le bijoutier niçois qui a tuÉ un braqueur condamné à cinq ans de prison avec sursis

 

 

Le verdict est identique à la réquisition de l'avocate générale qui avait demandé une peine de cinq ans de prison avec sursis

 

 

 

15144567.jpg

 

Stéphane Turk comparaît devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes, à Nice le 28 mai 2018. (MAXPPP)

 

 

Alors que Stéphane Turk a plaidé la légitime défense, le bijoutier niçois qui a tué en 2013 un jeune braqueur qui prenait la fuite après l'avoir dévalisé a été condamné à cinq ans de prison avec sursis, jeudi 31 mai. Après trois heures de délibération, les jurés ont décidé de reconnaître coupable Stéphane Turk de "violence volontaire avec arme" et non pas d'"homicide volontaire". La légitime défense n'a donc pas été retenue.

La cour d'assises des Alpes-Maritimes a rendu une décision et a en même temps envoyé un message très fort : il n'y a pas de légitime défense dans ce dossier. Philippe Soussi avocat de proches du jeune braqueurà franceinfo

 

 

Philippe Soussi est l'avocat de proches du jeune braqueur tué. Il a expliqué, jeudi soir sur franceinfo, retenir "qu'on a fait de ce dossier, depuis 5 ans, le symbole de la légitime défense". Il a estimé avoir été "très inaudible sur ce point". Philippe Soussi a également déclaré que "dans une société civilisée, il n'y a pas de place pour la vengeance privée, l'auto-défense ou la légitime défense des biens".

 

 

Cinq ans avec sursis avaient été requis

 

L'avocate générale avait requis une peine de cinq ans de prison avec sursis, plus tôt dans la journée. Carole Chassain avait déclaré qu'"au moment où il prend son arme, il n'y a plus de danger pour lui, l'agression est terminée." Elle avait aussi estimé, dans son réquisitoire, qu'"on a beaucoup dit que c'était le procès de la légitime défense, ce n'est pas vrai, il n'y a pas d'autre solution que d'écarter la légitime défense."

 

 

Toutefois, la magistrate avait estimé que le vol avec arme dont venait d'être victime l'accusé constituait "une circonstance atténuante". "Ce n'est pas un meurtre de sang-froid", a-t-elle expliqué.

 


19/06/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 15 mai 2018

 

 

Jérôme Cahuzac condamné en appel à deux ans de prison ferme pour "fraude fiscale"

 

 

L'ancien ministre du Budget pourra demander à ce que sa peine de quatre ans de prison, dont deux ans avec sursis, soit aménagée. Dans ce cas, il ne serait pas emprisonné

 

 

 

15024329.jpg

 

 

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, peu avant l'annonce du verdict de la cour d'appel, le 15 mai 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)

 

 

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a été condamné en appel à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, mardi 15 mai, pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale". La cour d'appel de Paris l'a aussi condamné à 300 000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité. L'avocat général avait requis contre l'ex-politique trois années de prison et cinq ans de privation de droits civiques. 

 

 

"La cour, tout en le condamnant à de l'emprisonnement, permet qu'il y ait un aménagement de cette peine", a souligné à la sortie de l'audience l'avocat de l'ancien ministre, Eric Dupond-Moretti. Jérôme Cahuzac pourra effectivement demander au juge d'application des peines que sa peine de deux ans ferme soit aménagée. Dans ce cas, il ne serait pas emprisonné. 

 

 

Jérôme Cahuzac, 65 ans, avait été condamné en première instance en 2016 à trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité. L'ancien ministre du Budget risquait jusqu'à cinq ans de prison ferme et 375 000 euros d'amende. Le ministre, qui avait incarné la lutte contre la fraude fiscale, avait ouvert un premier compte en Suisse en 1992, puis en avait transféré les avoirs (600 000 euros) à Singapour via des sociétés immatriculées à Panama et aux Seychelles.

 


05/06/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundii 23 avril 2018

 

 

Salah Abdeslam condamné à 20 ans de prison pour tentative d'assassinat à caractère terroriste, pour une fusillade en Belgique en 2016

 

 

C'est ce qu'avait requis le parquet, en février, contre le jihadiste et son complice Sofiane Ayari

 

 

 

14870394.jpg

 

Dessin d'audience réalisé le 5 février 2018, lors du procès du jihadiste Salah Abdeslam, à Bruxelles (Belgique). (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

 

 

 

Le jihadiste français Salah Abdeslam et son complice tunisien Sofiane Ayari ont été jugés, lundi 23 avril, à Bruxelles (Belgique), coupables de tentative d'assassinat à caractère terroriste, pour leur participation à une fusillade avec des policiers survenue le 15 mars 2016, à Forest, commune de Bruxelles. Ils ont tous les deux été condamnés à 20 ans de prison, comme l'avait requis le parquet, en février.

 

 

Le 15 mars 2016, lors d'une perquisition de routine dans un logement supposé vide, dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13-Novembre, des policiers belges et français avaient été visés par des tirs d'armes automatiques, rue du Dries à Forest. Quatre d'entre eux avaient été blessés, et un jihadiste algérien de 35 ans tué fusil en mains en couvrant la fuite de Sofiane Ayari et de Salah Abdeslam. Ce raid avait mis fin à la cavale de celui qui était alors l'homme le plus recherché d'Europe. Abdeslam avait été arrêté le 18 mars à Molenbeek avec Sofiane Ayari.

 


15/05/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - mis à jour le mercredi 28 février 2018

 

 

Atteinte sexuelle sur une mineure de 11 ans : une enquête pour viol est finalement ouverte

 

 

Les parents d'une fille de 11 ans ayant eu des relations sexuelles avec un homme de 28 ans avaient porté plainte pour viol, mais le parquet avait jusqu'à présent retenu le délit d'"atteinte sexuelle" dans cette affaire

 

 

 

14479018.jpg

 

Le palais de justice de Pontoise (Val-d'Oise), en novembre 2013.  (MAXPPP)

 

 

 

C'est une affaire qui a ravivé les débats sur le consentement sexuel des mineurs en France. Une information judiciaire pour viol a finalement été ouverte, mardi 27 février, après la plainte pour viol des parents d'une fille de 11 ans ayant eu des relations sexuelles avec un homme de 28 ans, annonce le parquet de Pontoise (Val-d'Oise).

 

 

Estimant que la collégienne était consentante, le parquet avait dans un premier temps renvoyé l'homme devant le tribunal correctionnel pour "atteinte sexuelle". Le tribunal s'était cependant déclaré incompétent au premier jour du procès, le 13 février, et avait demandé une nouvelle enquête.

 

 

Le parquet a par conséquent ouvert une information judiciaire pour "viol sur mineur de 15 ans", un fait passible de vingt ans de prison, et requis le placement sous contrôle judiciaire de l'homme mis en cause. Ce dernier doit être présenté prochainement à un juge d'instruction, chargé de mener des investigations supplémentaires.

 

 

Débat autour d'un âge minimal de consentement

 

Les enquêteurs et le parquet avaient dans un premier temps considéré que la relation était consentie, dès lors que la jeune fille n'avait opposé aucune résistance. Ce choix avait scandalisé des associations féministes et de protection de l'enfance.

 

 

Le vif débat qui avait suivi a amené le gouvernement à annoncer un projet de loi instaurant un âge minimal de consentement sexuel. Le président de la République, Emmanuel Macron, souhaiterait le voir fixé à 15 ans. De son côté, le procureur de la République de Paris, François Molins, a estimé dimanche qu'il serait "cohérent" de le fixer à 13 ans.

 

 


22/03/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 22 février 2018

 

 

La justice décide de maintenir en détention provisoire Tariq Ramadan, poursuivi pour viols

 

 

L'islamologue suisse avait déposé une demande de remise en liberté pour raisons de santé

 

 

 

14442122.jpg

 

 

L'islamologue suisse Tariq Ramadan, lors d'une conférence au Bourget (Seine-Saint-Denis), le 7 avril 2012.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

 

 

 

La justice a décidé de maintenir en détention provisoire Tariq Ramadan, poursuivi pour viols, jeudi 22 février, a appris franceinfo de source judiciaire. L'islamologue suisse avait déposé une demande de remise en liberté pour raisons de santé.

 

 

Avant de se prononcer, la chambre de l'instruction avait désigné un expert médical, qui a jugé l'état de santé de l'intellectuel musulman compatible avec sa détention. Ecroué le 2 février, le théologien suisse de 55 ans dit souffrir d'une sclérose en plaques et d'une neuropathie. Il a refusé de comparaître à cette audience à huis clos.

 

 

La justice craint une fuite à l'étranger

 

Tariq Ramadan, 55 ans, a été mis en examen le 2 février pour viols, dont l'un sur personne vulnérable, après les plaintes de deux femmes fin octobre, qui ont débouché sur une information judiciaire confiée à trois juges d'instruction.

 

 

La justice a ordonné son placement en détention provisoire, car elle craint une fuite à l'étranger ou d'éventuelles pressions sur les plaignantes ou d'autres femmes ayant témoigné sous X – un dispositif destiné à protéger le témoin – lors de l'enquête préliminaire.

 


12/03/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 20 février 2018

 

 

Fraude fiscale : l'avocat général requiert trois ans de prison ferme contre l'ancien ministre Jérôme Cahuzac

 

 

"Ce sont des comportements qui ne doivent plus appartenir à notre société", a lancé l'avocat général, fustigeant le sentiment d'impunité de Jérôme Cahuzac

 

 

 

14423226.jpg

 

 

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac lors de son arrivée au tribunal, le 12 février 2018 à Paris.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

 

 

 

L'avocat général Jean-Christophe Muller a requis trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité à l'encontre de Jérôme Cahuzac, mardi 20 février. L'ancien ministre du Budget est jugé en appel à Paris pour fraude fiscale et blanchiment. L'accusation requiert donc la même peine que celle prononcée en première instance.

 

 

"Des comportements qui ne doivent plus appartenir à notre société"

 

"Ce sont des comportements qui ne doivent plus appartenir à notre société", a lancé l'avocat général, fustigeant le sentiment d'impunité de Jérôme Cahuzac, qui est de "penser que la loi, c'est pour les autres". Le magistrat a ensuite manié l'ironie, pour décrire les pratiques du couple, qui a ouvert des comptes en Suisse, à l'île de Man et utilisé les comptes de la mère du chirurgien pour blanchir les chèques des riches patients anglais de la clinique d'implant capillaire des époux. "Le blanchiment de fraude fiscale, c'est un peu comme la danse des sept voiles à l'envers. A chaque tour, au lieu de se défaire d'un voile, on en rajoute un, plus épais."

 

 

Jean-Christophe Muller a également insisté sur les conséquences de cette affaire, qui a contraint le ministre à la démission, en mars 2013, après la révélation de l'existence de son compte caché à l'étranger. "Les fautes cachées ont empoisonné l'air que les citoyens ont respiré", a déclaré le procureur, qui estime que la "culpabilité" de Jérôme Cahuzac est "à l'évidence établie". Selon le magistrat, les responsabilités publiques de l'ancien ministre justifient qu'il soit traité différemment de son ex-épouse, condamnée à deux ans de prison ferme. Les plaidoiries de la défense sont attendues mardi après-midi.

 


12/03/2018
0 Poster un commentaire

France info - le mercredi 14 février 2018

 

 

Attentats du 13-Novembre : Jawad Bendaoud sortira de prison ce soir, le parquet fait appel de sa relaxe

 

 

La présidente du tribunal a estimé qu'il ignorait que les personnes qu'il logeait venaient de commettre les attentats meurtriers de Paris et de Saint-Denis du 13 novembre 2015

 

 

 

Jawad Bendaoud attentats.jpg

 

 

 

Après que Jawad Bendaoud a été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris, mercredi 14 février, le parquet a fait appel de cette décision. Ce recours n'étant pas suspensif, celui que l'on surnommait le "logeur de Daech" sortira de prison, mercredi, dans la soirée.

 

 

Le prévenu était jugé pour "recel de malfaiteurs", après avoir mis à disposition un appartement, à Saint-Denis, à deux auteurs des attentats du 13-Novembre. Jawad Bendaoud avait clamé son innocence tout au long du procès. "Il n'est pas prouvé que Jawad Bendaoud a fourni un hébergement à des terroristes", a finalement déclaré la présidente, Isabelle Prévost-Desprez. Selon le tribunal, Jawad Bendaoud ignorait que les personnes qu'il hébergeait étaient des terroristes. A l'annonce du jugement, le prévenu a levé les bras, tapé sur l'épaule de gendarmes et embrassé son avocat. 

 

 

Les autres accusés condamnés

 

Après le prononcé du verdict, la ville de Saint-Denis a demandé au parquet général de faire appel de la relaxe de Jawad Bendaoud. La municipalité s'est dit "choquée par ce verdict qui ravive la douleur des victimes des attentats et des familles traumatisées par l'assaut du Raid".

 

 

Le tribunal correctionnel de Paris a en revanche condamné Youssef Aït Boulahcen, le cousin d'Abdelhamid Abaaoud et le frère d'Hasna Aït Boulahcen, à quatre ans d'emprisonnement, dont un avec sursis. Il était poursuivi pour "non dénonciation de crime terroriste". Mohamed Soumah, jugé comme Jawad Bendaoud pour "recel de malfaiteurs terroristes", a écopé de cinq ans de prison avec maintien en détention. Le parquet a également interjeté appel de leurs condamnations.

 


26/02/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 7 février 2018

 

 

L'islamologue Tariq Ramadan, accusé de viols, reste en détention provisoire

 

 

L'islamologue suisse, Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, est maintenu en détention provisoire, a appris mardi franceinfo de sources proches du dossier

 

 

 

Tariq Ramadan est maintenu en détention provisoire a appris mardi 6 février franceinfo de sources judiciaires. L'islamologue suisse avait été incarcéré dans l'attente d'un débat, qu'il a sollicité, sur son placement en détention provisoire.

 

 

 

14315514.jpg

 

 

L'islamologue suisse Tariq Ramadna, le 6 avril 2015, lors d'une conférence au Bourget (Seine-Saint-Denis). (LOIC VENANCE / AFP)

 

 

 

Mis en examen vendredi

 

Tariq Ramadan avait été mis en examen, vendredi, pour "viol et viol sur personne vulnérable". L'islamologue suisse est visé par deux plaintes pour viol en France. Une information judiciaire avait été ouverte des chefs de "viol" s'agissant des faits de 2012 à Paris et de "viol sur personne vulnérable" s'agissant des faits de 2009 à Lyon.

 

 

Dans le cadre de cette affaire, Tariq Ramadan avait été mis en congé par l'université britannique d'Oxford, où il enseigne depuis depuis 2009. Une militante des droits des femmes britannique avait lancé une pétition, dans laquelle, elle réclamait que le théologien suisse soit suspendu de ses fonctions le temps de l’enquête.

 


12/02/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 6 février 2018

 

 

Quatre ans de prison requis à l'encontre de Jawad Bendaoud, jugé pour "recel de malfaiteurs terroristes"

 

 

Le procureur a également requis quatre ans de prison contre Mohamed Soumah et cinq ans contre Youssef Aït Boulahcen, les deux autres prévenus de ce procès

 

 

 

14317882.jpg

 

Croquis de l'audience du procès de Jawad Bendaoud, au palais de justice de Paris, le 24 janvier 2018.  (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

 

 

 

Le parquet a requis, mardi 6 février, quatre ans de prison contre Jawad Bendaoud, jugé à Paris pour avoir fourni un logement à deux jihadistes auteurs des attentats du 13-Novembre. Le procureur a demandé la même peine pour Mohamed Soumah, qui avait eu un rôle d'intermédiaire.

 

 

Jugés pour "recel de malfaiteurs terroristes", ils encourent six ans de prison. Le ministère public a en revanche requis la peine maximale, cinq ans de prison avec mandat de dépôt, contre Youssef Aït Boulahcen, le cousin du cerveau présumé des attentats, jugé pour "non-dénonciation de crime terroriste".

 


12/02/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 5 février 2018

 

 

Blocs de béton, déplacements secrets, unités d'élite... Comment se prépare le procès de Salah Abdeslam à Bruxelles ?

 

 

Le palais de justice de Bruxelles s'est transformé en forteresse, pour accueillir le procès du dernier survivant du commando du 13-Novembre

 

 

 

Le dernier survivant du commando du 13-Novembre va-t-il parler ? Lundi 5 février commence le procès de Salah Abdeslam, à Bruxelles. Il sera jugé pour sa participation présumée dans une fusillade à Forest, lors de sa cavale. Un procès avant-coureur de sa présentation à la justice française, où il est mis en examen notamment pour participation à une association de malfaiteurs terroriste. Pendant quatre jours, la Belgique sera placée sous haute surveillance, pour un procès hors norme. 

 

 

 

14300794.jpg

 

Le palais de justice de Bruxelles (Belgique), le 3 février 2018. (ALEXANDROS MICHAILIDIS / SOOC)

 

 

 

Un palais de justice géant transformé en forteresse

 

Quelque 116 mètres de haut, 26 000 mètres carrés de surface au sol... l'imposant palais de justice de Bruxelles, plus vaste que la basilique Saint-Pierre de Rome, va être transformé en forteresse pour accueillir le procès de Salah Abdeslam. "Bien évidemment, les mesures de sécurité seront importantes, le palais va être extrêmement sécurisé, a expliqué Luc Hennard, le président du tribunal de première instance à BFMTV. Cela fait partie de la compétence des services de police. La compétence de la justice, c’est de juger les personnes qui comparaissent devant elle, de la manière la plus sereine et la plus normale possible." Il faut dire que le bâtiment, vétuste et perpétuellement en travaux, n'est pas aisé à sécuriser, avec ses 1 530 portes et presque autant de fenêtres.

 

 

 

Les autorités belges ne lésinent donc pas sur les moyens. Entre 100 et 200 policiers seront déployés à l'intérieur et autour du palais de justice, assisté par des hélicoptères, indique Le Figaro. Les voitures ne pourront plus accéder aux rues entourant le bâtiment, ni même se garer dans les parkings aux alentours, où des blocs de béton ont été installés. "Des moyens techniques, permettant de localiser dans le périmètre des personnes enregistrées comme radicalisées, seront mis en œuvre", précise encore le quotidien.

 

 

 

Des contrôles scrupuleux à l'entrée de la salle d'audience

 

Tout le monde devra aussi se soumettre à un double contrôle avec détecteurs de métaux : à l’entrée du bâtiment puis à l’entrée de la salle d’audience. Même les avocats, d'habitude dispensés. Les portes du palais ouvriront dès 6h30, pour pouvoir absorber le flux de visiteurs, alors que les audiences ne commenceront que trois heures plus tard.

 

 

A l'intérieur du bâtiment, la salle d'audience ne peut accueillir que 80 personnes. Selon BFMTV, les téléphones portables et les ordinateurs y seront interdits. Les débats seront également retransmis dans une autre pièce, notamment pour permettre aux journalistes de suivre le procès. Plus de 300 se sont accrédités, selon Le Soir. De son côté, Salah Abdeslam sera placé, comme à l'habitude, face au tribunal, au premier rang de la salle d'audience, tournant le dos au public, et non pas dans un box comme c'est le cas lors des procès d'assises.  

 

 

Des transfèrements très discrets

 

Salah Abdeslam fera les allers-retours tous les jours à Bruxelles, depuis Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). Ses trajets seront très surveillés, et l'administration pénitentiaire refuse de donner des détails, autant sur les horaires que sur les moyens de déplacement. Ils pourront ainsi être effectués aussi bien par la route que par hélicoptère, toujours sous escorte d'unités d'élite. La décision sera prise au dernier moment. "Il sera amené par un moyen adéquat, il y aura de la souplesse, différentes possibilités", indiquent simplement les autorités à BFMTV. 

 

 

La justice redoute notamment une tentative de suicide ou une potentielle évasion, lors de cette première comparution publique du seul survivant des attentats du 13-Novembre. En septembre, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, avait fait état de "craintes pour sa santé".

 

 

 

Une aile dédiée dans la prison de Vendin-le-Vieil

 

Au cœur de ce dispositif de sécurité : Salah Abdeslam. Le temps du procès, le prévenu devra délaisser sa cellule de Fleury-Mérogis (Essonne) pour être incarcéré dans la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), située à 130 km du palais de justice de Bruxelles. Il sera seul dans une aile entière, en cours de ré-aménagement, et isolé des autres détenus, indique l'administration pénitentiaire. Toutes les pièces auxquelles il aura accès – à savoir deux cellules, une salle de sport avec rameur, un parloir – seront sous vidéosurveillance, dans des conditions d'isolement identiques à celles de Fleury-Mérogis.

 


08/02/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 2 février 2018

 

 

L’islamologue Tariq Ramadan mis en examen pour viols

 

 

Le parquet de Paris avait requis le placement en détention de l'islamologue suisse Tariq Ramadan, à l'issue de deux jours de garde à vue et de la confrontation avec l'une de ses deux victimes présumées

 

 

 

L'islamologue suisse Tariq Ramadan a été mis en examen vendredi 2 février pour "viol et viol sur personne vulnérable", a appris franceinfo de source judiciaire. Il a été incarcéré dans l'attente d'un débat sur son placement en détention provisoire.

 

 

Une information judiciaire avait été ouverte des chefs de viol s'agissant des faits de 2012 à Paris, et de viol sur personne vulnérable s'agissant des faits de 2009 à Lyon. Tariq Ramadan est visé par deux plaintes pour viol, à Paris et Lyon. Il était entendu sous le régime de la garde à vue depuis mercredi matin et avait été déféré devant la justice dans la nuit de jeudi à vendredi. Le parquet de Paris avait requis son placement en détention.

 

 

 

14285722.jpg

 

 L'islamologue suisse Tariq Ramadan le 26 mars 2016, à Bordeaux. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

 

 

 

Tariq Ramadan avait refusé de signer le procès verbal à l'issue de la confrontation

 

Jeudi, durant sa deuxième et dernière journée de garde à vue, Tariq Ramadan a été confronté à la seconde femme qui l’accuse de viol et de violences. Elle a porté plainte le 27 octobre dernier. Ågée de 40 ans, handicapée à la jambe, Chrystelle affirme avoir été séduite courant 2009 par Tariq Ramadan sans le rencontrer, via des échanges sur internet : messages, photos, conversations sur Skype, jusqu’à leur première rencontre physique le 9 octobre 2009, lors d’une conférence. Elle affirme avoir été violée, frappée et humiliée par Tariq Ramadan dans la chambre qu’il occupait dans l’ancien hôtel Hilton de Lyon.

 

 

Cette femme avait déjà fourni aux enquêteurs des éléments matériels attestant de leur relation virtuelle : des SMS, des photos, des captures d’écrans. Jeudi, face à Tariq Ramadan, qui continue de nier le viol, Chrystelle a apporté un élément nouveau : l’existence chez l'islamologue suisse d’une cicatrice de trois centimètres entre le sexe et le pli de l’aine.

 

 

Confronté à ces éléments, Tariq Ramadan, qui nie les faits et tout acte sexuel avec cette femme, a refusé de signer le procès verbal à l’issue de cette confrontation. Les accusations de Chrystelle et celle d’Henda Ayari lui ont valu cette mise en examen.

 


08/02/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 1er février 2018

 

 

La garde à vue de l'islamologue Tariq Ramadan, accusé de viols, est prolongée

 

 

L'islamologue suisse Tariq Ramadan est entendu depuis mercredi à Paris dans le cadre d'une enquête pour viols et violences volontaires

 

 

La garde à vue de l'islamologue suisse Tariq Ramadan, accusé de viols, est prolongée jeudi 1er février, a appris franceinfo de source judiciaire. Il est entendu depuis mercredi dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte des chefs de viols et violences volontaires ayant entraîné une incapacité inférieure à huit jours. Deux femmes ont porté plainte dans le cadre de cette procédure.

 

 

 

14271386.jpg

 

L'islamologue Tariq Ramadan est en garde à vue à Paris, le 31 janvier 2018. Ci-contre Tariq Ramadan en mars 2016. (MAXPPP)

 

 

 

Deux plaintes déposées contre l'islamologue

 

Une première plainte avait été déposée contre Tariq Ramadan le 20 octobre par l'ancienne salafiste Henda Ayari. Une nouvelle victime présumée s'était faite connaître début novembre. Âgée de 42 ans et convertie à l'islam, cette dernière accuse le théologien de l'avoir violée en 2009 dans une chambre d'hôtel, selon le même mode opératoire que celui employé dans le cas de Henda Ayari.

 

 

Sur sa page Facebook, Tariq Ramadan avait dénoncé une "campagne de calomnie" orchestrée par "ses ennemies de toujours".

 


06/02/2018
0 Poster un commentaire