L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

VESTIGES DU PASSE

De belles contructions, de beaux édifices, de belles pièces datant d'un passé plus ou mons lointain. De beaux vestiges de par le monde qui ont toute un histoire....

 A découvrir (cliquez sur les mots soulignés, vous accéder alors à plus de détails)...


Naissance de Paris

Naissance de Paris

 

 

lutèce

 

 

 

 

Au IIIe siècle avant JC, la tribu des Parisii s'installe sur l'actuelle île de la Cité. Le village de pêcheurs celtes devient une ville fortifiée et prend le nom de Lutetia ou Lutèce

 

 

 

vieux plans paris

 

 

 

 

A sa naissance, Paris s'appelait Lutèce. La cité gallo-romaine a bien grandi au fil des siècles. Issue de la collection Rhyner, géographe suisse, cette carte serait la première de la ville de Lutèce peu après l'invasion romaine de 52 av. JC.

 

 

 

naissance de paris

 

 

 

Vers 300 av. Jésus Christ, Lutèce prend le nom de Paris, du nom des Parisii.C'est à cette époque qu'est construit un rempart autour de l'île de la Cité pour la protéger des envahisseurs. Ici, un plan de Paris non daté (sûrement après le XVIIIe siècle)

 

 

aux mains des romains

 

 

 

Lors de la bataille de Lutèce de mai 52 avant Jésus Christ, Lutèce tombe sous contrôle des Romains. La cité s'étend sur la rive gauche de la Seine. C'est à cette époque que sont construits les thermes de Cluny et les arènes de Lutèce

 

 

influence romaine

 

 

 

Les Romains ont agrandi la cité notamment sur la montagne Sainte-Geneviève. Construction d'un aqueduc, de monuments publics, de maisons luxueuses... Lutèce possède seulement 10 000 habitants mais se distingue par son identité. Ici, une vue du "Valle de Grace du côté des Jardins" (l'orthographe a évolué pour devenir Val de Grace)

 

 


19/01/2016
0 Poster un commentaire

Naissance de Paris - partie 2

 

 

 

grandes invasions

 

 

 

L'histoire de Lutèce est faite de batailles parfois terribles. A partir de 451, la cité subit les grandes invasions barbares notamment d'Attila. Les habitants résistent, réfugiés sur l'île de la Cité. Ici, le palais des Tuileries depuis les Jardins

 

 

clovis choisit paris

 

 

 

En 486, les Francs reprennent la ville. Clovis en fait la capitale de son royaume en 508. Ici, la porte Saint-Martin érigée en 1674 par Louis XIV

 

 

notre dame de paris

 

 

 

Dans la collection, outre les cartes anciennes, figurent également des gravures des célèbres monuments parisiens. Ici, le parvis de Notre Dame sur une lithographie non datée, sûrement le XVIIe siècle. Sa première pierre est posée en 1163

 

 

au moyen-age

 

 

 

 

Capitale du royaume des Francs, Paris s'étend au cours du Moyen-âge notamment sur la rive droite. Mais elle subit de nombreux pillages et incendies. Les Rois préfèrent Orléans pour leur résidence. Ici, le château du Louvre, depuis la cour, en 1705

 

 

paris, petite ville

 

 

 

 

Pendant de nombreuses années, la cité était petite par sa taille et par le nombre des ses habitants, estimés à 50 000 habitants à la fin du XIIe siècle. Ici, la place de Louis XV dédiée au Roi, en 1763. Elle a été rebaptisée place de la Concorde en 1795

 

 

la croissance au 12e et 13e siècles

 

 

Eglises, universités, entrepôts pour les denrées et produits du commerce... Paris devient le lieu politique, économique et financier de grande envergure au cours du 12e et 13e siècles. Ici, l'église royale des Invalides, en 1705

 

 

première municipalité

 

 

Avec l'importance du commerce et l'influence des marchands sur la ville, ceux-ci élisent en 1263 une première municipalité composée d'un "prévôt des marchands". Il devait veiller aussi bien sur le règlement des impôts que sur le bon approvisionnement des populations

 

 

construction de notre dame

 

 

 

Evangélisée à partir du IIIe siècle, Paris est devenue au fil des siècles une des villes les plus chrétiennes du royaume de France. Elu évêque en 1160, Maurice de Sully propose la construction d'une église dédiée à la Vierge Marie, à la place de l'église Saint-Etienne. Ici, le parvis de Notre Dame de Paris au XVIIe siècle

 

 

palais des tuileries

 

 

 

A l'origine, les Tuileries étaient un quartier de Paris où se trouvaient des fabriques de tuiles. Au XVIe siècle, la reine Catherine de Médicis fait raser un hôtel particulier pour y ériger le Palais des Tuileries. Jardin dessiné par André Le Nôtre, orangerie, fontaine, ménagerie... Les Tuileries est le symbole du faste royal. Il finira brûlé en 1791

 

 

paris grandit

 

 

 

La ville a connu sept enceintes successives. Elles servaient de protection et ont symbolisé son évolution urbaine. Ainsi, les Grands Boulevards actuels se situent sur l'ancienne enceinte Louis XIII, les boulevards Saint-Jacques, Raspail et du Montparnasse notamment sont situés sur l'ancien mur des Fermiers Généraux. Sur cette carte de 1775 figurent Saint-Germain et Poissy

 

 

pont neuf et henri iv

 

 

Inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, le pont Neuf de Paris est le plus ancien de la ville. Il date de la fin du XVIe siècle. Il traverse la Seine à la pointe de l'Île de la Cité. Devant lui figurait une statue équestre d'Henri IV commandée après son assassinat. L'actuelle statue est une copie car l'originale fut fondue lors de la Révolution

 

palais du luxembourg

 

 

Le palais du Luxembourg a été construit pour Marie de Médicis à partir de 1615. Le Sénat y est installé depuis 1799. Le monument historique est également célèbre pour ses jardins et son orangerie

 

 

sous la révolution

 

 

 

L'année 1789 secoue la capitale. Le 14 juillet, les révolutionnaires s'emparent de la Bastille (où sont confinés sept prisonniers). Puis le 6 octobre, la famille royale est forcée de s'installer au Palais des Tuileries

 

 

cartographier paris

 

 

Cette carte représente le département de Paris à la fin du XVIIIe siècle. Les 83 départements français ont été créés après la Révolution, par décret du 9 décembre 1789. Il regroupait à l'époque Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne

 

 

place vendome

 

 

Avec sa statue équestre en bronze de Louis XIV, cette place royale au c�ur de la capitale date de la fin du XVIIe siècle. Le mouvement révolutionnaire détruit la statue le 13 août 1789. Dix ans plus tard, elle est rebaptisée place Vendôme

 

 

premier maire

 

 

Le 15 juillet 1789, Jean-Sylvain Bailly est élu premier maire de Paris. L'astronome, président du Tiers-Etat puis de l'Assemblée nationale, a joué un grand rôle dans la Révolution. Il finira guillotiné en 1793 pour avoir refusé de témoigner au procès de Marie-Antoinette. Sur cette image, au second plan la porte Saint Bernard et au fond l'île Notre Dame

 

 

palais royal

 

 

Edifié au XVIIe siècle sous l'impulsion du cardinal de Richelieu, le Palais Royal doit son nom lorsque Louis XIV, encore enfant, l'habite avec sa mère Anne d'Autriche. Il fut un des grands lieux de la Révolution pour y accueillir sous ses galeries les foules en colère avant chaque événement. Ici, une vue depuis les jardins

 

 

disparus

 

 

Lors des événements de 1789 et des mois qui ont suivi, principalement sous la Terreur, de nombreux sites d'exception ont été saccagés, pillés voire détruits car ils rappelaient l'Ancien Régime et le pouvoir royal. C'est le cas de la porte Saint-Bernard, arc de triomphe élevé en l'honneur de Louis XIV, qui se trouvait quai Saint-Bernard dans le Ve arrondissement

 

 

12 arrondissements

 

 

A chaque agrandissement son découpage administratif. Paris compte 12 arrondissements à partir du 11 octobre 1795, divisés eux-mêmes en 48 quartiers. En 1859, le nombre est porté à 20 arrondissements en raison de l'extension de la cité jusqu'à l'enceinte de Thiers, actuelle délimitation entre la capitale et la petite couronne

 

 

paris capitale de l'europe

 

 

Lorsque le général Napoléon Bonaparte est sacré empereur des Français le 2 décembre 1804, il formule un doux rêve : faire de Paris la capitale de son Empire européen, devant Rome et Amsterdam. Le projet ne verra jamais le jour

 

 

paris et haussmann

 

 

Sous le Second Empire, la cité voit son urbanisme et son architecture profondément modifiés. Le baron Haussmann y réalise des travaux titanesques pour la doter de larges avenues et d'immeubles de pierre de taille. Ici, l'arc de triomphe du Faubourg Saint Antoine, dit Porte Saint Antoine, édifiée sous Charles V au XIVe siècle et aujourd'hui disparue

 


29/11/2010
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 10 avril 2019

 

 

Des chercheurs affirment avoir découvert une nouvelle espèce humaine aux Philippines

 

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

L'équipe internationale de scientifiques, dont le Français Florent Détroit, a baptisé cette nouvelle espèce "Homo luzonensis". Les chercheurs estiment qu'elle vivait il y a  50 000 ans à 60 000 ans sur l'île de Luçon

 

 

 

17375319.jpg

 

La grotte de Callao (Philippines) où ont été retrouvés les restes fossiles d'Homo luzonensis, ici le 9 août 2011. (FLORENT DETROIT / FLORENT DETROIT )

 

 

 

Il pourrait s'agir d'un nouveau membre de la famille Homo. Une équipe de chercheurs internationaux estime avoir découvert une nouvelle espèce humaine, aux caractères morphologiques singuliers, qui vivait sur l'île de Luçon, aux Philippines, il y a plus de 50 000 ans, ont annoncé les scientifiques mercredi dans la revue Nature.

 

 

L'analyse de treize restes fossiles (dents, phalanges de pied et de main, fragments de fémur), trouvés dans la grotte de Callao, a conduit les chercheurs à considérer qu'il s'agissait d'une nouvelle espèce, qu'ils ont nommée Homo luzonensis, annoncent-ils, mercredi 10 mai, dans la revue scientifique Nature (en anglais).

 

 

Cette espèce présente à la fois "des éléments ou caractères très primitifs ressemblant à ceux des Australopithèques et d'autres, modernes, proches de ceux des Homo sapiens", souligne le Français Florent Détroit, paléoanthropologue au musée de l'Homme, à Paris, et principal auteur de l'étude. Cela en fait une espèce "mosaïque", dit-il.

 

 

Cet Homo luzonensis "était probablement petit si on en juge par la taille de ses dents", même si "ce n'est pas un argument suffisant" pour l'affirmer, tempère le chercheur. Homo luzonensis, qui n'est pas un ancêtre direct de l'homme moderne, serait une espèce voisine, contemporaine d'Homo sapiens (qui est apparu il y a 300 000 ans). Ce serait donc un de nos cousins, tout comme l'homme de Néandertal. Deux des fossiles analysés ont été datés directement par la méthode des séries de l'uranium et sont âgés respectivement de 50 000 ans et de 67 000 ans. Il s'agit des plus anciens restes humains connus aux Philippines, précédant les premiers Homo sapiens qui sont arrivés sur l'archipel il y a 30 000 à 40 000 ans, selon des ossements mis au jour sur l'île de Palawan.

 

 

 

Une molaire qui ressemble aux nôtres

L'analyse morphologique des restes fossiles de la grotte de Callao a réservé des surprises. D'abord au niveau des dents : les prémolaires d'Homo luzonensis présentent des ressemblances avec celles des Australopithèques (disparus il y a deux millions d'années, et qui vivaient en Afrique) et d'autre espèces anciennes du genre Homo comme Homo habilis ou Homo erectus. Entre autres, ces dents ont deux ou trois racines alors que celles d'Homo sapiens en ont généralement une, parfois deux, soulignent les chercheurs.

 

 

En revanche, les molaires sont très petites et leur morphologie très simple ressemble à celle des hommes modernes. "Un individu possédant ces caractéristiques combinées ne peut être classé dans aucune des espèces connues aujourd'hui", relève Florent Détroit.

 

 

Les os du pied aussi sont surprenants : une phalange proximale (située au milieu du doigt de pied) présente une courbure très marquée et des insertions très développées pour les muscles assurant la flexion du pied. Cela ne ressemble pas à une phalange d'Homo sapiens, mais plutôt à celle d'un Australopithèque, qui était probablement à la fois bipède et arboricole.

 

 

 

Nouvelle espèce ou pas ? 

"Nous ne disons pas du tout que Homo luzonensis vivait dans les arbres car l'évolution du genre Homo montre que ce genre est caractérisé par une stricte bipédie depuis 2 millions d'années", souligne Florent Détroit. La "réapparition" de caractéristiques primitives chez Homo luzonensis s'explique peut-être par l'endémisme insulaire, selon lui. Pendant le Quaternaire, l'île de Luçon n'a jamais été accessible à pied sec. Si des hommes se trouvaient là, il faut qu'ils aient trouvé un moyen de traverser la mer. Aux yeux du chercheur, les résultats de l'étude "montrent très clairement que l'évolution de l'espèce humaine n'est pas linéaire". "Elle est plus complexe qu'on ne le pensait jusqu'à récemment."

 

 

Il s'agit d'"une découverte remarquable" qui "va sans aucun doute susciter beaucoup de débats scientifiques", estime Matthew Tocheri de l'université Lakehead au Canada, dans un commentaire publié dans Nature.

 

 

Le Français Florent Détroit s'attend à ce que certains collègues "s'interrogent sur la légitimité à décrire une nouvelle espèce à partir d'un si petit assemblage de fossiles." Et le chercheur ajoute : "Si, dans le futur, des collègues montrent que l'on s'est trompé et que ces restes correspondent à une espèce que l'on connaissait déjà, tant pis, ce n'est pas grave, on oubliera"...

 


11/04/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 10 mars 2019

 

 

Tchad : les archéologues travaillent malgré les troubles

 

 

avatar
Laurent Ribadeau DumasRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

 

Voisin notamment du Nigeria, du Soudan et de la Libye, le Tchad est situé dans une région très instable. En janvier 2018, des rebelles sont entrés dans le pays venant de Libye avant d’être stoppés par des frappes françaises. Ce qui n’empêche pas les archéologues d’y mener des fouilles. Interview de Vincent Mourre, responsable français de ces recherches

 

 

 

17140615.jpg

 

 Archéologues tchadiens et français à l'œuvre dans la région des lacs Ounianga. (Vincent Mourre - Inrap)

 

 

 

 

Franceinfo Afrique : la situation géopolitique difficile de la région ne complique-elle pas les opérations archéologiques ?

 

 

Vincent Mourre : en fait, le Tchad est un peu l’œil du cyclone. Il est pourvu d’un régime fort et c’est l’un des pays les plus stables de la région. Effectivement, il y a des incursions de Boko Haram dans la zone du lac Tchad (sud-ouest). Mais il n’y a pas de risques terroristes majeurs.

 

 

Pour autant, l’ambassade de France exige que nous travaillions avec une escorte de l’armée tchadienne. Les risques sont plus liés à des problèmes de droit commun. Il y a aussi eu des cas d’enlèvements très ponctuels. Personnellement, je n’ai jamais eu l’impression d’être en insécurité.

 

 

 

17143841.jpg

 

Sondage archéologique dans la région des lacs d'Ounianga (nord du Tchad) (Vincent Mourre - Inrap)

 

 

 

Pour l’instant, nous renonçons à des opérations dans la région des lacs d’Ounianga (nord), où nous avons fouillé à deux reprises en 2015 et 2016. De fait, cet endroit est proche de la frontière libyenne. Mais les raisons logistiques et financières comptent plus que les raisons sécuritaires : il faut cinq jours de piste pour s’y rendre et en revenir.

 

 

 

Qu’avez-vous découvert ?

 

 

La région des lacs d'Ounianga, dans le désert du Sahara, possède un fort potentiel. Le sol y est en jonché d’une quantité phénoménale de bifaces et de pointes de flèche. Mais ces objets sont difficiles à dater avec précision dans la mesure où il n’y a que peu d’éléments (charbons, ossements…) qui permettraient de les resituer dans leur contexte. C’est un peu frustrant !

 

 

On a découvert sur des parois de grès des gravures, très fragiles, vieilles de 5 000 ans et caractéristiques de l’art des pasteurs-nomades à l’époque du néolithique. Il s’agit d’un ensemble majeur avec des figures de grands animaux africains : girafes, éléphants, grands bovidés… Lesquels ne sont pas présents aujourd’hui dans cette zone.

 

 

 

17140801.jpg

 

Gravures représentant des girafes sur des parois de grès au sud du lac Teli, dans la région d'Ounianga. (Vincent Mourre - Inrap)

 

 

Nous avons aussi mis à jour des structures de stockage d’aliments, constituées de trous creusés entre 500 et 1 500 de notre ère. Mais ces silos sont peut-être nettement plus anciens. Dans deux d’entre eux, on a trouvé des noyaux de datte et des petites graines de graminées consommables.

 

 

On découvre également des traces d’activité et de travail du fer qui n’étaient pas documentées pour cette zone. Je vous détaille là le fruit de seulement un mois cumulé de découvertes, parfois compliquées à mettre en œuvre. C'est dire s'il y a encore à faire...

 

 

 

En 2017, vous avez fouillé dans le massif granitique du Guéra, dans le centre-sud du pays…

 

 

Nous y avons mis à jour des cupules, petites cuvettes ovales creusées dans le sol, peut-être utilisées pour piler ou broyer des aliments. Celles-ci sont datées de 500 avant notre ère jusqu’à 1 500 de notre ère. Par ailleurs, dans de petits abris du massif, nous avons retrouvé des peintures : éléments géométriques, traces de doigts…

 

 

 

Qu’apportent ces découvertes à l’histoire du Tchad, et au-delà, à celle de l’Afrique ?

 

 

En matière de découvertes, il y a encore un énorme potentiel. Ce qui est excitant. Mais aussi rageant car nous aimerions pouvoir faire davantage. Au-delà des fouilles, nous participons aussi à la formation d’étudiants tchadiens. Ce qui va permettre à de jeunes collègues efficaces de prendre le relais et de relancer les opérations sur le terrain. Et ça, c'est vraiment positif.

 

 

 

17140817.jpg

 

Eléphants et girafes gravés, remontant à l'époque néolithique, se promènent sur une paroi de grès au sud du lac Teli, dans la région d'Ounianga (Tchad).

(Vincent Mourre - Inrap)

 

 

 

Quant au résultat de vos opérations archéologiques, où en est-on ?

 

 

Elles confirment la continuité et la pérennité des occupations du Sahara même après le néolithique, quand la région d’Ounianga est devenue une oasis. A toutes les époques, des populations ont évolué dans ces régions, y compris quand elles sont devenues difficiles car désertiques. Cela donne de la profondeur historique à ce continent. Ce qui contredit le propos selon lequel "l’homme africain n'est pas assez entré dans l’Histoire"

 

 



Comment réagit la population tchadienne à vos fouilles ?

 

 

Nos collègues tchadiens sont très contents de nous voir. Il faut savoir que c’est l’ex-recteur de l’université de N’Djaména, Ali Abderrahmane Haggar, qui est à l’origine de notre mission. Sur le terrain, nous sommes bien perçus. A Ounianga, nous formions une grosse équipe, ce qui avait des retombées pour la population locale en terme d’emplois : guides, cuisiniers…

 

 

Certains pensent parfois que nous sommes là pour des motivations financières, pour découvrir des richesses matérielles. Ce n’est pas toujours évident de faire comprendre que nous sommes là pour faire progresser les connaissances.

 

 

 

17140897.jpg

 

Dans la région des lacs d'Ounianga, région inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco. (Vincent Mourre - Inrap)

 

 

 

Vincent Mourre, qui dirige la mission archéologique franco-tchadienne (ArRéLaT), est archéologue préhistorien à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) et chercheur (UMR 5608 Traces).Il intervient au Tchad depuis 2014.

 


11/03/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 22 décembre 2018

 

 

La Bible, best-seller de tous les temps

 

 

 

Encore aujourd'hui, la Bible est le livre le plus vendu au monde

 

 

 

Il a traversé les siècles. On l'appelle le livre des livres. La Bible est le livre le plus lu au monde, écrit en araméen, hébreu, grec. Depuis les premiers textes au Ier siècle après Jésus-Christ, la couverture et la langue ont un peu changé, mais le succès est toujours le même. Dans la librairie "La Procure", rien que ce mois-ci, il s'en est vendu des centaines. Le premier prix est à 1,90 €, alors que l'ouvrage en cuir atteint les 179 €.

 

 

 

4 milliards d'exemplaires vendus

La Bible est le livre le plus vendu à ce jour : 4 milliards d'exemplaires, devant le Coran, 3 milliards, Don Quichotte, 500 millions, et la saga Harry Potter et ses 450 millions d'exemplaires vendus. Pour ses lecteurs, la Bible n'est pas un livre comme les autres. "Ça ne se démode pas, on peut l'ouvrir à n’importe quelle page. On peut lire une ligne, dix pages... Il faut l'avoir", confie une cliente de la librairie à France 2. La Bible se diffuse également en forme numérique. Aujourd'hui, 1 Bible sur 5 est diffusée en ligne.

 


24/12/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 21 décembre 2018 - mis à jour le 22.12.18

 

 

Normandie : un sarcophage de l'époque médiévale découvert à la cathédrale de Bayeux

 

 

avatar
avec France Bleu NormandiefranceinfoRadio France
 

 

 

Une découverte inédite dans la région

 

 

 

16709831.jpg

 

Le sarcophage découvert à Bayeux, le 21 décembre 2018. (LÉA DUBOST / RADIOFRANCE)

 

 

 

Un sarcophage scellé a été découvert à plus de deux mètres de profondeur dans la cathédrale de Bayeux, annonce vendredi 21 décembre France Bleu Normandie. C'est une découverte inédite dans la région. "Dans le cadre des travaux de mise en accessibilité de la cathédrale, on voulait mettre en place une plateforme élévatrice. Et en creusant, on a commencé à découvrir une partie de la cathédrale romane du 11e siècle, puis un mur pré-roman et enfin un couvercle de sarcophage", explique Jérôme Bonnet, conservateur de la cathédrale de Bayeux.

 

 

 

Boucliers, lances et inscriptions médiévales

Le sarcophage a été fouillé cette semaine et il est exceptionnel selon Jérôme Bonnet, notamment en termes de décor : "On a des inscriptions, mais aussi des graffitis" restés intacts comme des boucliers, des lances, des étoiles et des inscriptions médiévales. Selon les archéologues, il y a deux séries de graffitis, qui pourraient correspondre à deux périodes différentes. Les ossements des deux personnes enterrées dans le sarcophage devraient maintenant donner des réponses sur la datation. "À l'intérieur, nous avons retrouvé les ossements de deux sujets : un squelette de femme relativement complet et un deuxième moins bien conservé dont le sexe est indéterminé", explique Cécile De Séréville, chercheuse au CNRS et au CRHAM de Caen.

 

 

 

Prélèvements ADN

Des prélèvements d'ADN sur les dents et les os ont été effectués afin d'en savoir plus sur ces deux sujets. Les premières investigations les datent entre le VIIIe et le XIe siècle, rapporte France Bleu Normandie. Les résultats des prélèvements ADN seront connus dans quelques mois. En attendant, les chercheurs vont maintenant se pencher sur les graffitis à l'intérieur du sarcophage qui sera déplacé et peut-être visible dans la cathédrale courant 2019. Quant aux travaux, qui devaient être livrés à Noël, ils sont retardés par cette découverte inédite.

 


23/12/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 16 décembre 2018

 

 

Égypte : découverte exceptionnelle d'un tombeau de 4 400 ans

 

 

avatar
France 3France Télévisions

 

 

 

Au sud du Caire (Égypte), des archéologues égyptiens ont mis au jour un tombeau exceptionnellement bien conservé, vieux de 4 400 ans

 

 

 

egypte-saqqarah-archeologie-tombe.jpg

 

Image - radio Canada

 

 

 

Près du Caire en Égypte, une mission archéologique égyptienne a mis au jour un tombeau de 4 400 ans exceptionnellement bien conservé. À Saqqarah, c'est presque incroyable de pénétrer à l'intérieur du tombeau. C'est la chambre funéraire d'un prêtre. On y découvre des peintures murales colorées ou des sculptures taillées à même la pierre dans un état de conservation exceptionnel.

 

 

 

Que le début de l'aventure

18 niches, 24 statues en bas-relief, des représentations magnifiques du défunt et de ses proches sont présentes. "C'est la tombe d'un prêtre qui officiait durant la cinquième dynastie des pharaons", explique Dr Khaled Al-Anani, ministre égyptien des Antiquités. Les archéologues n'en reviennent pas. Et cette découverte n'est que le début de l'aventure puisqu'ils sont persuadés que d'autres trésors se cachent sous des trappes au sol.

 


18/12/2018
0 Poster un commentaire

l'Abbaye de Fontenay

 

 

10982502.jpg

 

 

Au nord de la Bourgogne, l'Abbaye de Fontenay, fondée en 1118 par Saint Bernard de Clairvaux, est l'un des plus anciens monastères cisterciens d'Europe. Figurant parmi les premiers monuments français à figurer sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, cette merveille de l'architecture romane bâtie au XIIe siècle, offre à travers la visite de l'église, du cloître, du dortoir des moines, de salle du chapitre, du scriptorium à la grande forge, un remarquable aperçu de la vie monastique au Moyen-âge.©  Massimo Santi - Adobe Stock

 


23/11/2018
0 Poster un commentaire

la Conciergerie

 

 

10982508.jpg

 

 

Palais médiéval bâti sur l'île de la Cité devenu tribunal révolutionnaire et prison de Marie-Antoinette, la Conciergerie est la première résidence Royale de Paris jusqu'à ce que les rois de France lui préfèrent le Louvre et Vincennes. De l'édifice médiéval subsistent encore la salle des Gardes et l'immense salle des Gens d'armes érigées sous Philippe le Bel ainsi que les cuisines édifiées sous Jean le Bon.©  burgueyre - Adobe Stock

 


23/11/2018
0 Poster un commentaire

l'Abbaye de Royaumont

 

 

10982503.jpg

 

 

Abbaye royale fondée en 1228 par le jeune Louis IX, futur Saint Louis, et sa mère Blanche de Castille, l'Abbaye de Royaumont marqua le Moyen-âge de son rayonnement spirituel. Après avoir été transformée en filature, village et noviciat, l'abbaye deviendra au cours du XXe siècle un lieu dédié à la culture qui accueille aujourd'hui des artistes en résidence.©  PackShot - Adobe Stock

 


23/11/2018
0 Poster un commentaire

l'abbaye bénédictine Saint-Martin-du-Canigou

 

 

10982501.jpg

 

 

Au cœur du massif du Canigou, l'abbaye bénédictine Saint-Martin-du-Canigou surplombe du nid d'aigle sur lequel a été bâtie au XIe siècle la vallée du Cady. Un site unique mais également un concentré d'art roman méridional que l'on découvre à travers son clocher lombard, ses chapiteaux de marbre, son abbatiale et sa crypte voûtées.©  Yvann K - Adobe Stock

 


23/11/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le

 

 

Mission patrimoine : cinq questions pour tout comprendre à la loterie de Stéphane Bern, qui permettra de rénover des monuments en péril

 

avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

 

 

Les premiers tickets sont disponibles depuis lundi. Près de 270 sites historiques, dont 18 sont jugés prioritaires, pourraient être restaurés

 

 

 

15697527.jpg

 

L'aqueduc du Gier (Rhône) fait partie des "18 sites emblématiques" sélectionnés pour bénéficier en priorité des gains générés par le Loto du patrimoine. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

 

 

Coup d'envoi du Loto du patrimoine. Les premiers tickets de la loterie destinée à restaurer une centaine de monuments emblématiques en péril sont disponibles depuis lundi 3 septembre. Les joueurs peuvent se les procurer dans les bureaux de tabac, les maisons de la presse et sur Internet. Organisée par La Française des jeux (FDJ) et l'animateur Stéphane Bern, la loterie permettra de récolter entre 15 et 20 millions d'euros pour le patrimoine, selon le ministère de la Culture. Franceinfo vous explique ce qu'il faut savoir sur ce jeu. 

 

 

1 - Comment jouer ?

Deux possibilités s'offrent à vous. A partir du 3 septembre, vous pourrez acheter des tickets à gratter "Mission patrimoine" chez votre buraliste (ou devant l'Elysée lors des prochaines Journées européennes du patrimoine, les 15 et 16 septembre). Ces tickets sont au format XXL : 15,2 cm de large sur 20,3 cm de haut. Si sa taille est exceptionnelle, son prix l'est également : 15 euros par ticket. Il en existe trois versions différentes, illustrées par des lieux emblématiques du patrimoine français : le Mont-Saint-Michel, la cité fortifiée de Carcassonne ou le château de Chambord. A chaque fois, vous y trouverez trois jeux différents, mais aux règles similaires. Vous devez gratter des bâtiments pour découvrir si ce qui se cache dessous correspond aux symboles gagnants.

 

 

Un tirage exceptionnel du Loto sera également organisé le 14 septembre, la veille du week-end des Journées du patrimoine. Le coût d'une grille sera de 3 euros.

 

 

2 - Combien on gagne ?

Pour le jeu de grattage, les gains peuvent atteindre jusqu'à 1,5 million d'euros, soit 500 000 euros de plus que le gain maximal des jeux de grattage en France. Six tickets seulement, sur les 12 millions imprimés, permettent de remporter cette somme. Huit autres permettent de gagner 150 000 euros et vingt correspondent à un lot de 15 000 euros. Les joueurs auront une chance sur trois de gagner au minimum 15 euros et de rembourser leur ticket. 

 

 

Le tirage du Loto du 14 septembre sera, lui, doté d'un jackpot de 13 millions d'euros.

 

 

3 - Combien va rapporter cette loterie ?

Les deux jeux devraient permettre de récolter 15 à 20 millions d'euros – correspondant à la part que l'Etat touche sur les ventes de jeux – qui seront affectés à un fonds spécifique baptisé "Patrimoine en péril".

 

 

Pour chaque ticket à gratter acheté, 10% du prix sera reversé au fonds spécifique de la Fondation du patrimoine. Cela correspond aux prélèvements publics "qui seraient allés dans le budget général de l'Etat et qui, là, sont affectés à la Fondation du patrimoine", explique Stéphane Pallez, la patronne de la Française des jeux, dans Le Parisien

 

 

Dans le détail, sur un ticket de grattage vendu 15 euros, 1,52 euro (soit 10,13% du prix du ticket) sera pour la Fondation du patrimoine ; 0,86 euro (soit 5,73%) pour la Française des Jeux ; 0,78 euro (soit 5,2%) pour les détaillants ; 1,04 euro (soit 6,93%) de taxes ; et 10,80 euros (soit 72%) iront dans la poche des gagnants.

 

 

4 - Quels lieux seront sauvegardés ?

Passionné d'histoire, Stéphane Bern, que le président a nommé chargé de mission sur le patrimoine, a reçu 2 000 dossiers et en a sélectionné 269. Parmi eux, en concertation avec le ministère, 18 lieux "emblématiques" sont considérés comme prioritaires, un par région, outre-mer compris.

 

 

Ils reflètent les différentes facettes du patrimoine : religieux, industriel, architectural, monumental. Parmi eux figurent la maison de Pierre Loti à Rochefort (Charente-Maritime), le Fort-Cigogne de Fouesnant (Finistère), le domaine de Maison Rouge à Saint-Louis (La Réunion), l'hôtel de Polignac à Condom (Gers), la maison d'Aimé Césaire à Fort-de-France (Martinique), la Rotonde ferroviaire de Montabon (Sarthe) ou la villa Viardot à Bougival (Yvelines)...

 

 

5 - Comment les gains vont-ils être redistribués ?

Ce sont les 18 sites sélectionnés qui vont d'abord bénéficier de ce coup de pouce. Ils recevront entre 100 000 et un million d'euros chacun. "On va leur dire immédiatement de combien ils vont pouvoir disposer et cela va leur permettre de démarrer", explique sur franceinfo Célia Vérot, directrice générale de la Fondation du patrimoine. Mais les 251 autres ne seront pas oubliés pour autant, même si l'on ignore dans quelle mesure. "Ces 18 sites qu'on va aider au démarrage ne représentent pas la majorité de l'enveloppe, donc il va rester de l'argent pour les autres, on peut les rassurer", poursuit la directrice.

 


05/09/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 15 juin 2018

 

 

Palais de justice de Paris : 1 700 ans d'histoire

 

 

Le Palais de justice de Paris abrite une très grande histoire. Ce fut une résidence impériale puis royale. Aujourd'hui c'est un haut lieu de justice qui abrite la cour d'appel de Paris et la Cour de cassation

 

 

 

depositphotos_53646501-stock-photo-castle-conciergerie-former-royal-palace.jpg

 

 

 

À Paris, sur l'île de la Cité, le Palais de justice raconte 1 700 ans d'histoire. Il fut le lieu de résidence des rois. Dès le VIe siècle, l'empereur romain Julien y introduit la notion de présomption d'innocence. Aujourd'hui, les costumes d'audience côtoient des bustes des grands rédacteurs du Code civil. Partout il y a des symboles comme la balance ou le serpent. Une tradition irritée de l'époque médiévale quand Louis XI, dit Saint-Louis, rendait ici la justice royale.

 

 

Lieu de détention pendant la Révolution française

 

C'est dans la grand-chambre de la Cour de cassation que le capitaine Dreyfus, accusé d'intelligence avec une puissance étrangère contre la France, a été réhabilité en 1906. La scène s'est déroulée sous le regard de Charlemagne et de Napoléon, à l'origine du Code civil. Le Palais de justice abrite aussi la Conciergerie, haut lieu de détention pendant la Révolution française. Malgré l'inauguration d'un nouveau Palais de justice, la cour d'appel de Paris et la Cour de cassation vont continuer à écrire leur histoire sur l'île de la Cité.

 


29/06/2018
0 Poster un commentaire