L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

EGYPTE


Franceinfo - le vendredi 3 septembre 2021

 

Egypte : un train à grande vitesse reliera la mer Rouge à la Méditerranée sur 660 kilomètres

 

 

sea-2150245_1920

 

 

Image par Дашка Гнатовская de Pixabay 


03/09/2021
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 2 août 2021

 

89 jihadistes tués dans le Sinaï, l’Egypte toujours en guerre contre l’EI dans le nord du pays

 

 

sinai-1947342_1920

 

 

Image par Sabine Kulau de Pixabay 


02/08/2021
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 29 mars 2021

 

Canal de Suez : "l'Ever Given", le porte-conteneurs qui bloquait la circulation, a été remis à flot, le trafic va pouvoir reprendre

 

 

container-2437260_1920

 

 

Image par Viola ' de Pixabay 


31/03/2021
0 Poster un commentaire

Franceinfo - les vendredi 26 et samedi 27 mars 2021

 

Cargo échoué dans le canal de Suez : quelles sont les conséquences économiques de l'arrêt de la circulation ?


Canal du Suez : un cargo géant bloque l'équivalent de huit milliards d'euros de marchandise chaque jour

 


29/03/2021
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 11 février 2021

 

TEMOIGNAGES. Dix ans après la chute de Moubarak, des Egyptiens exilés en France racontent leur révolution et leurs espoirs

 


13/02/2021
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 31 mars 2020

 

 

Coronavirus : la grande pyramide de Gizeh illuminée pour inciter les Égyptiens à "rester chez eux"

 

avatar

franceinfo Culture avec agencesRédaction CultureFrance Télévisions

 

 

 

La grande pyramide de Gizeh a servi d'écran de projection afin de lutter contre le Covid-19

 

 

21249335

 

La pyramide s'est illuminée pour inciter les gens à rester chez eux et honorer ceux qui les protègent. (KHALED DESOUKI / AFP)

 

 

 

Sur la pyramide de Kheops, à Gizeh, était affiché, lundi 30 mars, un message en lettres de lumière. Son objectif : pousser les Égyptiens à rester confinés, en pleine épidémie de coronavirus

 

 

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dans notre direct

 

 

 

"Merci à ceux qui veillent sur notre sécurité"

"Restez chez vous, restez en sécurité." Projeté en grandes lettres vertes sur fond rouge et rédigé en anglais, le message était accompagné d'autres, comme "Tous unis" ou, en lettres bleues : "merci à ceux qui veillent sur notre sécurité", à destination des personnels mobilisés dans la lutte contre le coronavirus. Le plateau de Gizeh est un des hauts lieux du tourisme égyptien et des spectacles son et lumière y sont régulièrement organisés pour les touristes.

 

 

Devant une petite foule de journalistes convoqués pour l'occasion, le ministre du Tourisme et des Antiquités Khaled el-Enany a qualifié l'initiative de "message au monde entier". Parallèlement, M. Enany a assuré que son ministère travaillait "très dur à l'assainissement et à la désinfection de tous les hôtels de tourisme, bateaux, monuments, musées, afin d'être prêts à accueillir" les touristes après la fin de la pandémie.

 

 

 

Le tourisme en péril face au coronavirus

L'Egypte a enregistré officiellement 656 cas de coronavirus et 41 décès. Le secteur du tourisme, longtemps moribond après les années d'instabilité politique ayant suivi la révolte de 2011, enregistrait depuis 2017 un retour progressif des visiteurs étrangers sur les bords du Nil et de la mer Rouge. Mais la pandémie de Covid-19 marque un nouveau coup dur. "Nous avons perdu des milliards de dollars mais notre priorité était très claire: la santé des Égyptiens et des touristes", a déclaré le ministre du Tourisme et des Antiquités sans donner de précisions sur les pertes liées à l'irruption de la pandémie en Égypte.

 

 

Face à la pandémie, les autorités égyptiennes ont notamment décrété l'arrêt des vols internationaux et la fermeture des musées et sites archéologiques jusqu'au 15 avril. Outre les personnels hospitaliers, l'Egypte a mobilisé des unités de l'armée dans la lutte contre le nouveau coronavirus, notamment pour des tâches de désinfection.

 


31/03/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 25 février 2020

 

 

L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

Il avait été chassé du pouvoir par un soulèvement populaire en 2011

 

 

21022263

 

Hosni Moubarak lors d'un sommet économique à Charm El-Sheikh (Egypte), le 19 janvier 2011. (AMR AHMAD / AFP)

 

 

 

L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans à l'hôpital militaire Galaa au Caire (Egypte), a annoncé son beau-frère le général Mounir Thabet, mardi 25 février, à l'AFP. Cette information a également été communiquée par la télévision d'Etat égyptienne.

 

 

D'après le général, la présidence égyptienne se chargera d'organiser les funérailles de Moubarak, qui a dirigé l'Egypte pendant trois décennies. Arrivé au pouvoir après l'assassinat d'Anouar el-Sadate en 1981, Hosni Moubarak a dirigé l'Egypte d'une main de fer jusqu'au soulèvement populaire qui l'a contraint à la démission en février 2011. 

 

 

Emprisonné au lendemain de la "révolution du Nil" pour corruption et pour avoir ordonné le meurtre de manifestants, il avait été acquitté de la plupart des charges qui pesaient contre lui après le retour au pouvoir de l'armée dirigée par l'actuel président, Abdel Fattah al Sissi, et remis en liberté en 2017.

 


27/02/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 18 septembre 2019

 

 

Egypte : une campagne sous le hashtag "ça suffit comme ça Sissi" menace le président d’un nouveau printemps

 

 

avatar
Alain ChémaliRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

 

Accusé de corruption par un entrepreneur égyptien en exil et qualifié de son "dictateur préféré" par Donald Trump, le président égyptien est confronté à un véritable soulèvement sur la toile réclamant son départ

 

 

 

20065415

 

Le président égyptien et président de l'Union africaine, Abdel Fattah al-Sissi (à gauche) et le président américain Donald Trump (à droite) lors d'une réunion bilatérale à Biarritz, dans le sud-ouest de la France, le 26 août 2019, le troisième jour du sommet annuel du G7 Sommet. (NICHOLAS KAMM / AFP)

 

 

 

En dépit d’un étroit contrôle des autorités égyptiennes sur les réseaux sociaux, le hashtag "ça suffit comme ça Sissi" s’est répandu sur la toile comme une traînée de poudre. Il augure la possibilité d'un nouveau mouvement de contestation du type printemps arabe.

 

 

 

"Sissi, tu t'en vas ou on est à nouveau dans la rue"

Avec plus d’un million de reprises en Egypte et dans d’autres pays arabes, moins de 24 heures après son apparition, cette mise en garde adressée au président Abdel Fattah al-Sissi s’est accompagnée d’un véritable déluge de slogans réclamant son départ.

 

 

"Sissi tu t'en vas ou on redescend dans la rue", "Sissi attends-moi", "Vas t'en et laisse nous vivre"... une avalanche de tweets et de messages sur Facebook menace désormais le pouvoir égyptien d'une réédition du printemps comme celui qui avait fait tomber l’ancien raïs Hosni Moubarak.

 

 

Une caricature représentant le peuple égyptien sous la forme d'une main munie d’un marteau arrachant un clou à l’effigie d’al-Sissi, une profusion de chansons dont celle des opposants historiques Cheikh Imam et Ahmad Fouad Najem, des blagues ou des insultes courent les réseaux pour dire "le dégoût" des gens et leur détermination à renverser le pouvoir en place.

 

 

 

 

     (Nous allons t'extirper) 

 

 

 

 

 

 (Tu construis tes palais avec notre sueur sur les terres agricoles)

 

 

 

A l’origine de cette mobilisation, la publication de vidéos accusant le président et l’armée de corruption. Mises en ligne par l’entrepreneur en bâtiment Mohamed Ali, qui a travaillé pendant 15 ans avec l’armée, elles révèlent des scandales financiers d’une ampleur non encore prouvée, mais qui a frappé les esprits.

 

 

 

Un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté

Exilé en Espagne, Mohamed Ali est accusé de trahison pour avoir dénoncé la construction d’un hôtel, par une entreprise de l’armée, dans la banlieue du Caire pour la somme astronomique de 110 millions d’euros. L’entrepreneur qui est également acteur cite également la somme de 12 millions d’euros pour la construction d’une résidence d’été du président sur la côte méditerranéenne, près d’Alexandrie.

 

 

Dans ses vidéos, Mohamed Ali, dont le père a dû présenter des excuses publiques à la télévision, dévoile également des dépenses faramineuses occasionnées par la femme et l’entourage du président et accuse les entreprises de l’armée de monopole sur les grands projets étatiques. Des projets qui selon lui ne rapportent rien aux caisses de l’Etat, tel que l’élargissement du Canal de Suez, alors que le tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté.

 

 

 

La petite phrase de Donald Trump

Outre ces accusations d’enrichissement personnel et de corruption, il existe une autre raison à ce soulèvement qui n’est encore que "virtuel". La petite phrase de Donald Trump prononcée sans doute sous forme de boutade, mais qui n’aura pas échappé à l’opinion publique égyptienne. Dans son édition du 13 septembre 2019, le très sérieux Wall Street Journal a révélé que lors du sommet du G7 à Biarritz, le président américain en attendant de s'entretenir avec son homologue égyptien s’était impatienté en s’interrogeant à haute voix "où est mon dictateur préféré ?"

 

 

Si le président Sissi n’a pas eu vent de cette remarque entendue par plusieurs hauts responsables américains et égyptiens présents à ce moment, elle n’a pas échappé aux internautes. Ils appellent à "la chute du dictateur d’Egypte" et la fin du régime militaire.

 


20/09/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 1er août 2019

 

 

Egypte : près d'un tiers de la population sous le seuil de pauvreté

 

 

avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

Le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en Egypte a enregistré une hausse par rapport à celui de 2015, selon le journal gouvernemental "Al-Ahram" citant des chiffres officiels

 

 

 

19797079

 

Des dizaines d'Egyptiens ont manifesté le 7 mars 2017 devant un bureau du gouvernement dans le centre-ville d'Alexandrie contre la décision du ministère de l'Approvisionnement de limiter la distribution de pain subventionné aux détenteurs d'un nouveau système de cartes numériques. (STR / AFP)

 

 

 

L'Agence centrale pour la mobilisation et les statistiques publiques (Capmas) a publié le 29 juillet 2019 le rapport sur les "revenus et dépenses" pour 2017-2018 pour donner "une idée précise sur la vie du citoyen égyptien moyen", a indiqué le journal dans son édition du 30 juillet.

 

 

 

Le seuil de pauvreté fixé à 1,30 euro par jour

"Le taux de pauvreté a atteint 32,5% à travers le pays pour 2017-2018, une hausse de 4,7 points par rapport aux 27,8%" enregistrés en 2015, a indiqué la Capmas. Cet organisme officiel fixe le seuil de pauvreté à un revenu annuel de 8827 livres égyptiennes (480 euros) ou moins, soit environ 1,30 euro par jour en moyenne. "Ces chiffres sont importants dans la mesure où ils montrent comment la pauvreté affecte la réalité vécue par la population", a expliqué Khaled Barakat, directeur de Capmas, cité par Al-Ahram.

 

 

Le salaire annuel moyen d'une famille égyptienne a augmenté pour atteindre 59 000 livres égyptiennes (3200 euros). Ces chiffres sur la pauvreté ont été publiés alors que l'Egypte s'apprête à recevoir une dernière tranche de deux milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) du Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre d'un plan de soutien de 12 milliards de dollars accordé en 2016. Le FMI a relevé la semaine dernière que la situation macroéconomique en Egypte s'est "nettement améliorée depuis 2016".

 

 

 

Une politique d'austérité très impopulaire

Au pouvoir depuis 2014, le président Abdel Fattah al-Sissi mène sous l'égide du FMI une politique d'austérité très impopulaire visant, notamment, à réduire de manière drastique les subventions de l'Etat, pour relancer une économie à genoux depuis le soulèvement populaire de 2011 contre l'ex-président Hosni Moubarak.

 

 

Les investissements étrangers directs ont atteint un niveau record, mais la dette publique a explosé et les coûts des biens de première nécessité ont flambé depuis la dévaluation en novembre 2016 de la livre égyptienne.

 

 

Les autorités ont réduit les subventions au carburant début juillet faisant monter les prix à la pompe, dans le cadre du programme de réformes mené sous l'égide du FMI. En mai, les prix de l'électricité avaient déjà augmenté de près de 15%.

 


02/08/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 12 avril 2019

 

 

Egypte : le président Sissi se retire de la stratégie de Donald Trump contre l'Iran

 

 

avatar
franceinfo Afrique avec agencesRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

 

Trois jours après le satisfecit décerné par le président américain à son homologue égyptien à la Maison Blanche, l'agence Reuters révèle le retrait de l'Egypte du projet américain visant à forger une "OTAN arabe" pour contenir le pouvoir iranien

 

 

 

17379815.jpg

 

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (3e à D) rencontre le président américain Donald Trump (3e à G) à la Maison Blanche lors de sa visite officielle à Washington aux Etats-Unis, le 10 avril 2019. (PRESIDENCY OF EGYPT / HANDOUT / ANADOLU AGENCY)

 

 

 

 

L’Egypte a annoncé sa décision aux Etats-Unis et à d’autres participants au projet d’alliance pour la sécurité du Moyen-Orient, ou MESA, avant une réunion qui doit se tenir le 14 avril 2019 à Ryad, en Arabie Saoudite, a révélé une source proche de la décision à l'agence Reuters.

 

 

 

L'Egypte doute du sérieux de l'initiative américaine

Le Caire n'avait déjà pas envoyé de délégation à la dernière réunion ayant pour but de faire avancer l'effort mené par les Etats-Unis pour intégrer leurs alliés arabes sunnites à un pacte de sécurité, politique et économique visant à contrer l'Iran chiite, a précisé cette source. L’Egypte s’est retirée parce qu’elle doute du sérieux de l’initiative, qu’elle n’avait pas encore vu un document officiel l’établir et que le projet risquait d’accroître les tensions avec l’Iran, a déclaré de son côté une source arabe qui, comme les autres, s’exprimait sous couvert d’anonymat.

 

 

L'incertitude quant à savoir si le président américain Donald Trump remportera un second mandat l'année prochaine et si un éventuel successeur pourrait abandonner l'initiative aurait également contribué à la décision égyptienne, selon une autre source arabe.

 

 

"Cela ne va pas bien", a commenté une source saoudienne à propos du projet. Proposée initialement par l’Arabie Saoudite en 2017, cette initiative vise également à limiter l’influence régionale croissante de la Russie et de la Chine, selon un document classifié de la Maison Blanche consulté par Reuters l’année dernière.

 

 

L’ambassade d’Egypte à Washington et la Maison-Blanche n’ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires. Pour l'agence iranienne PressTV, qui a aussitôt repris l'information, "l'Egypte se retire de l'OTAN arabe pour éviter tout face-à-face avec l'Iran". 

 

 

Outre les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite, parmi les participants à la MESA figurent également les Emirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn, le Qatar, Oman et la Jordanie.

 

 

Deux jours après la réunion de Ryad, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'est rendu à Washington pour des entretiens avec Trump. Avant cette rencontre, Donald Trump avait indiqué qu'il serait question de problèmes de sécurité, mais il n'était pas clair qu'ils discuteraient de la question du projet MESA.

 

 

 

Faire revenir Le Caire sur sa décision

Deux sources ont indiqué que les pays restants au sein de la MESA poursuivraient cette initiative et presseraient diplomatiquement l’Egypte de révoquer son retrait, une autre ajoutant que la décision ne semblait pas définitive. Le retrait de l'Egypte, qui compte la plus grande armée du monde arabe, constitue en tout cas un revers pour l'initiative américano-saoudienne.

 

 

Le plan était déjà compliqué en raison de l'indignation internationale provoquée par l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul en octobre 2018. Des responsables turcs et certains législateurs américains ayant accusé le prince héritier saoudien Mohammed Bin Salmane (MBS) d'avoir commandité le meurtre alors que Ryad continue de nier «des allégations».

 

 

Les querelles entre alliés arabes, notamment le boycott économique et politique du Qatar par le gouvernement saoudien, constituent un autre obstacle. A plusieurs reprises ces problèmes ont forcé le report d'une réunion au sommet aux Etats-Unis au cours de laquelle un accord préliminaire sur l'alliance devait être signé.

 

 

Selon des responsables américains, John Bolton, conseiller national pour la sécurité de Trump et architecte de la stratégie visant à contenir l'Iran, a été un farouche défenseur de ce plan.

 


12/04/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 2 février 2019

 

 

"Aidez-moi à fuir l’Egypte" : l’appel au secours d’un youtubeur athée menacé par la police

 

 

avatar
Jacques DeveauxRédaction AfriqueFrance Télévisions
 

 

 

L'Egyptien Sherif Gaber demande l’aide des internautes pour fuir son pays. Il a lancé une souscription en ligne afin de pouvoir financer l’achat d’un passeport. Seul un changement de nationalité peut lui permettre de quitter son pays, où il est régulièrement poursuivi par la police pour ses propos dans ses vidéos, jugés blasphématoires

 

 

 

16948439.jpg

Le Youtubeur égyptien Sherif Gaber (Capture d'écran du site youtube de Sherif Gaber)

 

 

Il a déjà été condamné à 40 jours de prison en 2013 pour, selon son expression, "mépris de la religion" et "défense des droits des LGBT". Une condamnation ancienne qui l’empêche de quitter le territoire. En juin 2018, il est de nouveau poursuivi devant les tribunaux pour "apologie de l’athéisme". Toute l’année 2018, raconte-il dans une vidéo mise en ligne, il a vainement tenté de quitter son pays où il ne se sent plus en sécurité, pourchassé par la police.

 

 

“Comme prévu, aujourd’hui, certains avocats musulmans m’ont dénoncé au procureur général en raison de mes vidéos. Je vais probablement être arrêté dans les prochains jours, mais je ne veux pas que vous soyez en colère. Je vais continuer à faire des vidéos quand je sors... Je vais écrire les scripts en prison.”)

 

 

Ainsi, il voulait se rendre au Liban, pays qui ne réclame pas de passeport, puis sauter de pays en pays avant de demander l’asile politique à un Etat européen. Mais il lui fallait une "autorisation de sécurité" délivrée par la Sécurité nationale égyptienne pour voyager. Ce qui bien sûr, du fait de son ancienne condamnation, a été impossible.



Puis il a tenté Dubaï. Mais son visa électronique a été refusé sans qu’il sache trop pourquoi. Dernière tentative vers les Maldives, là pas besoin de visa. Prudent, il choisit de partir depuis l’aéroport d’Alexandrie, moins sécurisé selon lui. Nouvel échec. Il est interpellé à la douane et on lui retire son passeport.

 


03/02/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 21 janvier 2019

 

 

Egypte : un présentateur TV condamné à un an de prison ferme pour avoir interviewé un homosexuel

 

 

avatar
franceinfo Afrique avec agencesRédaction AfriqueFrance Télévisions
 
 

 

 

Le présentateur vedette de la chaîne privée égyptienne LTC TV, Mohamed al-Gheiti, a écopé d'un an de prison ferme après avoir interviewé un homosexuel, en août 2018. Il a été accusé d’incitation à "l’immoralité et à la haine", d’"outrage aux religions" et de "promotion de l’homosexualité"

 

 

 

16869047.jpg

 

Capture d'écran Youtube de l'émission "Bonne nuit" de Mohamed al-Gheiti sur LTC TV (DR)

 

 

 

L’avocat Samir Sabri a "ajouté le scalp" d’une célébrité à sa collection. Mohamed al-Gheiti, qui s'était plusieurs fois dit opposé à l'homosexualité, a été reconnu coupable de promouvoir cette orientation sexuelle ainsi que d'outrage à la religion. Le présentateur a également été condamné à une mise sous surveillance d'un an et à une amende de 3000 livres égyptiennes (presque 150 euros), a indiqué Samir Sabri, l'avocat de la partie plaignante. 

 

 

Samir Sabri, avocat connu pour avoir attaqué plusieurs célébrités, avait déjà fait parler de lui en décembre 2018, en déposant plainte auprès du procureur général contre l’actrice Rania Youssef pour incitation à la débauche à cause de sa robe transparente.

 

 

Le présentateur vedette de la chaîne privée LTC TV peut faire appel et le cas échéant rester en liberté en attendant le nouveau verdict, à condition de payer une caution de 1000 livres égyptiennes (50 euros), précise Samir Sabri, sans indiquer si Mohamed al-Gheiti avait pris une décision en ce sens.

 

 

Selon Al Ahram Al-Youm (lien en arabe), l'amende est de 1000 et non 3000 livres égyptiennes. En août 2018, le présentateur avait invité un gay dans son émission télévisée et avait débattu avec lui sur le thème de l'homosexualité à l'antenne. Durant l'interview, l'invité, dont le visage était flouté pour rester anonyme, avait confié être un travailleur du sexe et avait parlé de sa relation avec un autre homme.

 

 

Après la diffusion de cet entretien, le Conseil suprême de régulation des médias, un organisme d'Etat, avait suspendu la chaîne durant deux semaines pour "violations professionnelles". Selon un communiqué du Conseil, LTC TV n'avait pas respecté l'interdiction du conseil concernant "la présence d'homosexuels ou la promotion de leurs slogans" à la télévision. Le conseil avait instauré cette interdiction après qu'un drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT, avait été brandi lors d'un concert au Caire en 2017. A l'époque, les autorités avaient lancé une large campagne de répression contre les personnes suspectées d'être homosexuelles, s'attirant les critiques des groupes de défense des droits de l'Homme.

 

 

Le code pénal égyptien ne prohibe pas explicitement l'homosexualité, mais les tribunaux utilisent les incriminations de "débauche" ou de "prostitution" pour condamner les homosexuels.

 


21/01/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le 15 janvier 2019

 

 

Egypte : leur étreinte sur un campus universitaire fait scandale

 

 

avatar
franceinfo Afrique avec agencesRédaction AfriqueFrance Télévisions

 

 

 

Deux étudiants égyptiens ont été sévèrement sanctionnés après la diffusion, sur les réseaux sociaux, d’une vidéo où on les voit s’enlacer. Ils ont été accusés de donner une mauvaise image de leurs établissements respectifs

 

 

 

16832711.png.jpg

 

Image extraite de la vidéo de l'étreinte, mise en ligne sur les réseaux sociaux. (Capture d'écran d'une vidéo Youtube)

 

 

 

Depuis la diffusion des images sur les réseaux sociaux le 2 janvier 2019, l’amour entre deux jeunes étudiants s’est transformé en une affaire publique en Egypte. Sur la vidéo devenue virale, on voit un homme d’une vingtaine d’année s’agenouiller, un bouquet de roses à la main, devant une jeune fille. Ils se regardent, se sautent au cou et s’enlacent devant des jeunes de leur âge qui semblent complices.

 

 

Une proposition indécente ?


Proposition de mariage ou surprise d'anniversaire ? Les médias égyptiens hésitent entre ces deux versions. Quoi qu'il en soit, cette scène romantique a suscité un tollé. Dans une société conservatrice comme l’Egypte, on ne s’étreint pas en public et encore moins quand on est l'étudiant d’une université islamique. Suite à la propagation de la vidéo, le Conseil de discipline de l’université Al-Azhar a décidé d’exclure la jeune femme.

 

 

 

L’intervention du grand imam

Le jeune homme, étudiant dans une autre université, a été également rappelé à l’ordre quelques jours plus tard. Accusé de "contrevenir aux règles et aux valeurs de l’université et de la société", il a été exclu deux ans de l’établissement. "Je savais qu'on nous filmait, mais je ne pensais pas que ça allait nous causer des ennuis", a déclaré Mahmoud à Egypt Today.

 

 

L’affaire "de l'étreinte", comme on l’appelle en Egypte, a pris une telle ampleur que le grand imam d'Al-Azhar Ahmed el-Tayeb, principale autorité religieuse sunnite d'Egypte, est intervenu en personne pour demander la clémence pour la jeune fille. Il a toutefois souligné que son comportement était "contraire aux traditions religieuses et orientales".

 

 

 

Des "scandales" de mœurs

La sanction a donc été retirée, mais la jeune étudiante ne pourra pas passer les examens du premier semestre. Le jeune homme est, quant à lui toujours exclu pour deux ans, mais il peut faire appel.

 

 

L'Egypte est régulièrement secouée par ce qui est perçu comme des scandales, largement relayés par les réseaux sociaux. Ainsi, plusieurs personnes accusées d'homosexualité ou de diffusion d'images impudiques voire de "débauche" sont poursuivies pour "atteinte aux bonnes mœurs".

 


20/01/2019
0 Poster un commentaire