L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

CHATEAUX

Là encore un petit air de passé avec de vieux châteaux au travers des âges, qui ont eu leur heure de gloire et qui il y a bien longtemps furent des constructions neuves....

 


Franceinfo - le jeudi 9 juillet 2020

 

 

artfichier_219758_5155912_201509284015678

Notre-Dame de Paris : Emmanuel Macron donne son feu vert pour "reconstruire la flèche à l'identique"

 

 

notre-dame-3840613_960_720

 

de Pixabay


10/07/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook - Corrèze tourisme

 

 

 

95260603_3417384664967927_5683450130246664192_o

 

 

Le village de Clédat : 

 

 

https://bit.ly/2YopH3a
https://www.instagram.com/cocadebrive/

 

 

 

94975536_3417385094967884_5244545773000982528_o

 


03/06/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook - Corrèze tourisme

 

 

 

95710783_3438323499540710_7737872634490126336_o

 

 

les Tours de Merle

 

http://bit.ly/1000ansdhistoireauxToursdeMerle

 


03/06/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook - Le château de Septème

 

 

96821914_2415901618670798_5961643447000498176_n

 

 

Pendant 500 ans, 400 personnes ont vécu intra-muros, au pied du château. En 1890, les dernières maisons ont été détruites, laissant place à un jardin remarquable. Seule la conciergerie a été conservée. On y voit encore une fresque de 1534. Elle représente le concierge de l’époque.


13/05/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook - Château de Septème

 

 

 

FB_IMG_1585939118687

 


26/04/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook

 

 

 

FB_IMG_1586251858551

 


26/04/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook

 

 

 

FB_IMG_1586634346138

 


26/04/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook - Château de Septème

 

 

 

FB_IMG_1586281996045

 


26/04/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook - Le château de Septème

 

 

 

FB_IMG_1586627724232

 


25/04/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook - photo Pierre Holley

 

 

 

93111223_2657419527873409_3978639415596548096_o

 

 

 Le jour des 501 ans de Catherine de Médicis, nous ne pouvions partager qu'une photo du château de Chenonceau  (Indre-et-Loire) !

 


14/04/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook et de Wipikedia

 

 

91815366_2384285928499034_68845555500974080_o

 

 

Le château de Septème

 

 

Dans la peine d’arracher du lierre au vieux fort, il y a de belles surprises. Ici un point de vue totalement méconnu en montant l’échelle : le vieux fort, 11e, le rempart et la tour de guet, 13e, le château, 15e-16e. Un beau moment hier soir...

 

 

Le château de Septème est un ancien château fort, du xive siècle, remanié aux xve et xvie siècles, qui se dresse sur la commune de Septème dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le site concentre les ruines d'un premier château du xie siècle, d'une enceinte du xiiie siècle et le château actuel dont l'origine remonte aux xive – xve siècle.

 

 

Histoire[modifier | modifier le code]

Un camp militaire romain fut construit le long de la voie romaine reliant Vienne à Milan au niveau de la « septième borne » d'où l’origine du nom « Septeme »3. C'est sur cet emplacement de ce camp romain que fut édifié un château fort au xie siècle, un château carré sans tour d'angle dont l'existence est attestée par une charte en 10664.

 

 

Le château devient la possession de la famille Beauvoir de Marc. Guillaume de Beauvoir met en gage pour 3.000 sols son château auprès de Béatricecomtesse de Viennois et d'Albon et à son fils Guigues, qui lui redonne en fief, le 4.

 

 

Selon Ulysse Chevalier (1923), en décembre 1249, le château est vendu par le seigneur Guillaume de Beauvoir à Philippe de Savoie, frère du comte5. Bernard Demotz (2000) indique l'achat par la maison de Savoie du château au cours de cette année là6, tandis qu'Eugene L. Cox (1974), reprenant le Regeste dauphinois d'Ulysse Chevalier (1923)7, indique que cet achat a été fait par Pierre, le frère du comte, au nom de l'Église de Lyon8. L'historien Thomas Mermet (1780-1846), dans son Histoire de Vienne (1853), indique que les comte de Savoie rendent hommage pour ce fief à l'archevêque de Lyon9. Philippe de Savoie se fait appeler seigneur de Septème depuis 12574.

 

 

En 1355 lors du traité de Paris, le château passe aux dauphins de Viennois10.

 

 

Sous les règnes des comtes Philippe Ier, puis Amédée V, dans la seconde moitié du xiiie siècle, le château est entourée d'une « enceinte d'un km avec archères et chemin de ronde »11. Un second donjon est édifié11. À l'intérieur du plain château fut construit au xiie siècle une maison forte, à l'origine du château « moderne ». Elle est remaniée profondément au xvie siècle par Louis Adhémar de Grignan, gouverneur du Lyonnais12. En 153512, le donjon est surélevé d'une galerie à arcade.

 

 

Cette forteresse est utilisée encore jusqu’au milieu du xvie siècle, puis les ruines des murs et des toitures ont comblé l’intérieur jusqu’au niveau du premier étage. De ce château il ne subsiste que des ruines.

 

 

Charles IX et sa mère, Catherine de Médicis, y séjournent dans la nuit du 16 au 17 juillet 1564. Le château sera ruiné à la Révolution.

 

 

Sous l'Empire, Septème appartient au comte André d'Albon, maire de Lyon et les propriétaires actuels la famille de Kergorlay sont ses descendants qui l'ont restauré en 1889.

 

 

 

Description[modifier | modifier le code]

 
 
Plan schématique du château.

 

 

Le château fort est décrit, au cours du règne savoyard, comme un « Vincennes à la savoyarde », par le médiéviste Bernard Demotz11.

 

 

Architecture castrale[modifier | modifier le code]

Une puissante enceinte d'environ 1 kilomètre de long est dressée à la fin du xiiie siècle11 ou au xive siècle12 par les comtes de Savoie. Bien conservée avec ses portes et ses archères, elle enchemise une massive forteresse du xve siècle12 présentant un plan quadrangulaire irrégulier. On pénètre dans cette enceinte par une porte située au nord. On se trouve alors à l'emplacement de l'ancien village, désormais occupé par les communs du château. Autour d'une cour intérieur sont disposés les logis que des tours rondes ou carrées dominent aux angles, dont l'une de plan carrée est un grand donjon.

 

 

À l'intérieur du plain château fut construit au xiie siècle une maison forte, à l'origine du château « moderne » construit aux xive – xve siècle et dont la salle de garde occupe tout le rez-de-chaussée. Une tour ronde a été ajoutée au xive siècle, reliée à la maison forte par une passerelle en bois. Au xvie siècle la maison forte est surélevée de deux étages devenant le donjon et la passerelle en bois remplacée par deux loggias dans le style Renaissance.

 

 

À l'intérieur de la cour se trouve encore un puits de plus de 60 mètres de profondeur.

 


02/04/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook

 

 

87154793_2611593449122684_77236044696649728_n
86738771_2611593639122665_512824652830081024_n

 

 
 
À Bruniquel (Tarn-et-Garonne), profitez de deux châteaux pour le prix d'un ! 

À 90 mètres au-dessus des gorges de l'Aveyron, ces deux extraordinaires bâtisses sont riches d'histoire et de légendes. On dit qu'au VIe siècle, la reine mérovingienne Brunehaut fonde la cité de Bruniquel. La construction du vieux château, dont il reste aujourd'hui le donjon et les remparts, date des XIIe et XIIIe siècles ! 

Au XVe siècle, Maffre de Comminges-Cousserans fait ériger son propre monument, aujourd'hui considéré comme le château jeune. Il abrite notamment une salle présentant des trésors préhistoriques découverts aux alentours de Bruniquel.

Les châteaux ont servi de décor en 1975 pour le film Le Vieux Fusil de Robert Enrico avec Romy Schneider et Philippe Noiret ! 

©️ Pierre Holley au Chateau de Bruniquel
 
 
87269766_2611593532456009_1498492116521713664_n
86986400_2611593479122681_6317580619614257152_n

 


23/02/2020
0 Poster un commentaire

De Facebook

 

 

87120990_2353972411530386_1139689749749956608_o

 


22/02/2020
0 Poster un commentaire