L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS


31/08/2008
0 Poster un commentaire

Naissance de Paris

Naissance de Paris

 

 

lutèce

 

 

 

 

Au IIIe siècle avant JC, la tribu des Parisii s'installe sur l'actuelle île de la Cité. Le village de pêcheurs celtes devient une ville fortifiée et prend le nom de Lutetia ou Lutèce

 

 

 

vieux plans paris

 

 

 

 

A sa naissance, Paris s'appelait Lutèce. La cité gallo-romaine a bien grandi au fil des siècles. Issue de la collection Rhyner, géographe suisse, cette carte serait la première de la ville de Lutèce peu après l'invasion romaine de 52 av. JC.

 

 

 

naissance de paris

 

 

 

Vers 300 av. Jésus Christ, Lutèce prend le nom de Paris, du nom des Parisii.C'est à cette époque qu'est construit un rempart autour de l'île de la Cité pour la protéger des envahisseurs. Ici, un plan de Paris non daté (sûrement après le XVIIIe siècle)

 

 

aux mains des romains

 

 

 

Lors de la bataille de Lutèce de mai 52 avant Jésus Christ, Lutèce tombe sous contrôle des Romains. La cité s'étend sur la rive gauche de la Seine. C'est à cette époque que sont construits les thermes de Cluny et les arènes de Lutèce

 

 

influence romaine

 

 

 

Les Romains ont agrandi la cité notamment sur la montagne Sainte-Geneviève. Construction d'un aqueduc, de monuments publics, de maisons luxueuses... Lutèce possède seulement 10 000 habitants mais se distingue par son identité. Ici, une vue du "Valle de Grace du côté des Jardins" (l'orthographe a évolué pour devenir Val de Grace)

 

 


19/01/2016
0 Poster un commentaire

Naissance de Paris - partie 2

 

 

 

grandes invasions

 

 

 

L'histoire de Lutèce est faite de batailles parfois terribles. A partir de 451, la cité subit les grandes invasions barbares notamment d'Attila. Les habitants résistent, réfugiés sur l'île de la Cité. Ici, le palais des Tuileries depuis les Jardins

 

 

clovis choisit paris

 

 

 

En 486, les Francs reprennent la ville. Clovis en fait la capitale de son royaume en 508. Ici, la porte Saint-Martin érigée en 1674 par Louis XIV

 

 

notre dame de paris

 

 

 

Dans la collection, outre les cartes anciennes, figurent également des gravures des célèbres monuments parisiens. Ici, le parvis de Notre Dame sur une lithographie non datée, sûrement le XVIIe siècle. Sa première pierre est posée en 1163

 

 

au moyen-age

 

 

 

 

Capitale du royaume des Francs, Paris s'étend au cours du Moyen-âge notamment sur la rive droite. Mais elle subit de nombreux pillages et incendies. Les Rois préfèrent Orléans pour leur résidence. Ici, le château du Louvre, depuis la cour, en 1705

 

 

paris, petite ville

 

 

 

 

Pendant de nombreuses années, la cité était petite par sa taille et par le nombre des ses habitants, estimés à 50 000 habitants à la fin du XIIe siècle. Ici, la place de Louis XV dédiée au Roi, en 1763. Elle a été rebaptisée place de la Concorde en 1795

 

 

la croissance au 12e et 13e siècles

 

 

Eglises, universités, entrepôts pour les denrées et produits du commerce... Paris devient le lieu politique, économique et financier de grande envergure au cours du 12e et 13e siècles. Ici, l'église royale des Invalides, en 1705

 

 

première municipalité

 

 

Avec l'importance du commerce et l'influence des marchands sur la ville, ceux-ci élisent en 1263 une première municipalité composée d'un "prévôt des marchands". Il devait veiller aussi bien sur le règlement des impôts que sur le bon approvisionnement des populations

 

 

construction de notre dame

 

 

 

Evangélisée à partir du IIIe siècle, Paris est devenue au fil des siècles une des villes les plus chrétiennes du royaume de France. Elu évêque en 1160, Maurice de Sully propose la construction d'une église dédiée à la Vierge Marie, à la place de l'église Saint-Etienne. Ici, le parvis de Notre Dame de Paris au XVIIe siècle

 

 

palais des tuileries

 

 

 

A l'origine, les Tuileries étaient un quartier de Paris où se trouvaient des fabriques de tuiles. Au XVIe siècle, la reine Catherine de Médicis fait raser un hôtel particulier pour y ériger le Palais des Tuileries. Jardin dessiné par André Le Nôtre, orangerie, fontaine, ménagerie... Les Tuileries est le symbole du faste royal. Il finira brûlé en 1791

 

 

paris grandit

 

 

 

La ville a connu sept enceintes successives. Elles servaient de protection et ont symbolisé son évolution urbaine. Ainsi, les Grands Boulevards actuels se situent sur l'ancienne enceinte Louis XIII, les boulevards Saint-Jacques, Raspail et du Montparnasse notamment sont situés sur l'ancien mur des Fermiers Généraux. Sur cette carte de 1775 figurent Saint-Germain et Poissy

 

 

pont neuf et henri iv

 

 

Inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, le pont Neuf de Paris est le plus ancien de la ville. Il date de la fin du XVIe siècle. Il traverse la Seine à la pointe de l'Île de la Cité. Devant lui figurait une statue équestre d'Henri IV commandée après son assassinat. L'actuelle statue est une copie car l'originale fut fondue lors de la Révolution

 

palais du luxembourg

 

 

Le palais du Luxembourg a été construit pour Marie de Médicis à partir de 1615. Le Sénat y est installé depuis 1799. Le monument historique est également célèbre pour ses jardins et son orangerie

 

 

sous la révolution

 

 

 

L'année 1789 secoue la capitale. Le 14 juillet, les révolutionnaires s'emparent de la Bastille (où sont confinés sept prisonniers). Puis le 6 octobre, la famille royale est forcée de s'installer au Palais des Tuileries

 

 

cartographier paris

 

 

Cette carte représente le département de Paris à la fin du XVIIIe siècle. Les 83 départements français ont été créés après la Révolution, par décret du 9 décembre 1789. Il regroupait à l'époque Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne

 

 

place vendome

 

 

Avec sa statue équestre en bronze de Louis XIV, cette place royale au c�ur de la capitale date de la fin du XVIIe siècle. Le mouvement révolutionnaire détruit la statue le 13 août 1789. Dix ans plus tard, elle est rebaptisée place Vendôme

 

 

premier maire

 

 

Le 15 juillet 1789, Jean-Sylvain Bailly est élu premier maire de Paris. L'astronome, président du Tiers-Etat puis de l'Assemblée nationale, a joué un grand rôle dans la Révolution. Il finira guillotiné en 1793 pour avoir refusé de témoigner au procès de Marie-Antoinette. Sur cette image, au second plan la porte Saint Bernard et au fond l'île Notre Dame

 

 

palais royal

 

 

Edifié au XVIIe siècle sous l'impulsion du cardinal de Richelieu, le Palais Royal doit son nom lorsque Louis XIV, encore enfant, l'habite avec sa mère Anne d'Autriche. Il fut un des grands lieux de la Révolution pour y accueillir sous ses galeries les foules en colère avant chaque événement. Ici, une vue depuis les jardins

 

 

disparus

 

 

Lors des événements de 1789 et des mois qui ont suivi, principalement sous la Terreur, de nombreux sites d'exception ont été saccagés, pillés voire détruits car ils rappelaient l'Ancien Régime et le pouvoir royal. C'est le cas de la porte Saint-Bernard, arc de triomphe élevé en l'honneur de Louis XIV, qui se trouvait quai Saint-Bernard dans le Ve arrondissement

 

 

12 arrondissements

 

 

A chaque agrandissement son découpage administratif. Paris compte 12 arrondissements à partir du 11 octobre 1795, divisés eux-mêmes en 48 quartiers. En 1859, le nombre est porté à 20 arrondissements en raison de l'extension de la cité jusqu'à l'enceinte de Thiers, actuelle délimitation entre la capitale et la petite couronne

 

 

paris capitale de l'europe

 

 

Lorsque le général Napoléon Bonaparte est sacré empereur des Français le 2 décembre 1804, il formule un doux rêve : faire de Paris la capitale de son Empire européen, devant Rome et Amsterdam. Le projet ne verra jamais le jour

 

 

paris et haussmann

 

 

Sous le Second Empire, la cité voit son urbanisme et son architecture profondément modifiés. Le baron Haussmann y réalise des travaux titanesques pour la doter de larges avenues et d'immeubles de pierre de taille. Ici, l'arc de triomphe du Faubourg Saint Antoine, dit Porte Saint Antoine, édifiée sous Charles V au XIVe siècle et aujourd'hui disparue

 


29/11/2010
0 Poster un commentaire

naissance de cet article en juillet 2016

 

 

Les heures sombres du terrorisme qui frappe l'Europe et le monde 

 

 

 

Des attentats qui s'intensifient en Europe et qui touchent le monde entier. Déjà un triste bilan, et une liste qui continue de s'allonger...

 

 

 

drapeau-Union-Europeenne-etoileb-014.gif

 

 

 

 

 

 CHRONOLOGIE - 2012

 

 

 

- 11 mars 2012 - Mohammed Merah abat le maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten sur un parking situé devant le gymnase du Château de l'Hers dans le quartier de Montaudran, au sud-est de Toulouse

 

 

 

- 15 mars 2012 - Deux militaires sont tués et un troisième grièvement blessé à proximité de la caserne où ils étaient cantonnés à Montauban

 

 

 

 

-

 

 


22/07/2016
0 Poster un commentaire

2014

 

 

 

 

- 24 mai 2014 - Mehdi Nemmouche abat quatre personnes à Bruxelles au  Musée juif de Belgique

 

 

 

 

- 20 décembre 2014 - Des policiers agressés au commissariat à Joué-Lès-Tours, en Indre-et-Loire

 

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2015

 

 

 

- 7 janvier 2015 - Vers 11 h 30, les frères Chérif et Saïd Kouachi commettent un attentat à Charlie Hebdo à Paris

 

 

 

 

- 8 janvier 2015 - Amedy Coulibaly, assassine une policière municipale à Montrouge

 

 

 

 

- 3 février 2015 - Agression de militaires de l'opération Sentinelle en faction hier à Nice devant un centre communautaire juif par un homme armé de deux couteaux. L'attaquant a été arrêté. Il avait été refoulé de Turquie une semaine plus tôt, alors qu'il tentait de se rendre en Syrie.

 

 

 

- 14 février 2015 - Une fusillade se produit lors d'une conférence publique dont le thème est « Art, blasphème et liberté d'expression » au Danemark à Copenhague

 

 

 

- 15 février 2015 - Le même assassin tue une personne et blesse deux policiers devant la grande synagogue de Copenhague au Danemark

 

 

 

 

- Avril 2015 - Sid ahmad Ghlam, un étudiant algérien de 24 ans soupçonné d'avoir voulu attaquer les églises de Villejuif (Val-de-Marne) mais aussi le Sacré-Coeur à Paris. Il a tué sur son passage, Aurélie Chatelain, professeur de fitness

 

 

 

 

- 26 juin 2015 - attaque terroriste islamiste perpétrée par Yassin Salhi. Les enquêteurs découvrent le corps décapité à l’aplomb du véhicule puis la tête de la victime accrochée au grillage de l'enceinte du site à Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère en région Rhône-Alpes.

 

 

 

 

- 13 novembre 2015 - Trois fusillades ont éclaté à trois endroits de la capitale avant 22 heures : devant la station de métro Charonne où un homme a ouvert le feu sur une terrasse de café depuis une voiture, dans un bar-restaurant du dixième arrondissement proche de la salle de spectacle Le Bataclan où deux hommes jaillis d'une voiture ont fait feu sur la foule qui assistait à un concert de rock californien qui se jouait à guichet fermé. Et enfin sur un boulevard du onzième arrondissement de PARIS. Les auteurs : Abdelhamid Abaaoud - Salah Abdeslam

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2016

 

 

 

- 1er janvier 2016 - Une voiture fonce sur quatre militaires de Sentinelle en surveillance devant la grande mosquée de Valence (Drôme). Les soldats ouvrent le feu après sommations, blessant grièvement le conducteur du véhicule. L'assaillant qui a crié "Allah est grand" a déclaré qu'il voulait tuer des militaires et mourir en martyr.

 

 

 

- 22 mars 2016 - Attaque de l'aéroport de Zaventem en Belgique et la station de métro de Maelbeek, où s'est produite la deuxième explosion mortelle.

 

 

 

- 13 juin 2016 - Larossi ABBALLA, tueur des deux fonctionnaires de police chez eux, à Magnanville - Yvelines

 

 

- 14 juillet 2016 - Attentat sur la promenade des Anglais à Nice, perpétré par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel -  84 morts et 331 blessés 

 

 

 

 

- 18 juillet 2016 - Un réfugié Afghan de 17 ans a attaqué lundi soir les passagers d'un train en Bavière avec une hache et un couteau.

 

 

 

 

- 24 juillet 2016 - Dans le centre l'Ansbach en Bavière. Un réfugié syrien de 27 ans s'est fait exploser à proximité d'un festival de musique accueillant 2 500 personnes. Le kamikaze a été tué dans la déflagration. Quinze personnes ont été blessées, dont quatre grièvement, mais aucune des victimes n'est en danger de mort.

 

 

 

 

- 26 juillet 2016 - Deux terroristes, dont l'un des deux Adel Kermiche, ont pénétré dans une église catholique située dans la banlieue de Rouen à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine Maritime). Le prêtre auxiliaire Jacques Hamel a été égorgé, un paroissien touché au thorax mais sa vie n'est pas en danger. Le deuxième terroriste vient d'être identifié il s'agit d'Abdel Malik Petitjean.

 

 

 

- 19 décembre 2016 - Un terroriste, Anis Amri au volant d'un 38 tonnes, a percuté des passants au niveau du marché de Noël, sur la Breitscheidplatz, face au Ku'Damm, l'équivalent des Champs-Élysées de la capitale allemande.

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2017

 

 

► 3 février 2017 : Un Égyptien armé d'une machette attaque une patrouille Sentinelle près d'une entrée du musée du Louvre à Paris en criant "Allah Akbar".

 

 

 

 

► 18 mars 2017 : Un homme de 39 ans est abattu après avoir pointé une arme sur une militaire en patrouille à l'aéroport d'Orly et tenté de s'emparer de son Famas. "Je suis là pour mourir par Allah. Je suis là pour mourir par Allah De toute faon, il va y avoir des morts", lance l'assaillant. La nuit précédant l'attaque, l'homme connu pour vols à main armée et trafic de drogue avait tiré sur un policier après avoir été arrêté pour excès de vitesse.

 

 

 

 

► 22 mars 2017, Royaume-Uni : Attentat de Westminster à Londres : un policier est poignardé devant le parlement, et une voiture fonce dans les jardins du Palais de Westminster. L'attaque fait 4 morts et 44 blessés. L'état islamique revendique l'attentat au lendemain de l'attaque. Son auteur : Khalid Masood. Attentat de Londres : une cinquième victime (le Progrès du samedi 8 avril 2017) - Scotland Yard a annoncé hier le décès de Andreea Cristea, une Roumaine de 31 ans qui était tombée dans la Tamise lors de l'attaque le 22 mars, portant à cinq le nombre de morts.

 

 

 

 

► 7 avril 2017, Suède : Attaque au camion bélier, dans une rue piétonne. 15 personnes blessées et 4 tuées. L'Ouzbek de 39 ans, identifié comme étant Rakhmat Akilov, a affirmé avoir reçu un ordre de Daech.

 

 

 

► 11 avril 2017, Allemagne : attaque du car transportant les joueurs de foot de l'équipe allemande de Dormund pour le match Dortmund-Monaco. La piste islamiste examinée. Ni islamiste, ni extrémiste. Un attentat pour spéculer.

 

 

 

 

► 20 avril 2017 - Attaque sur les Champs Élysées à Paris. Meurtre d'un policier.

 

 

 

 

► 22 mai 2017 - Attentat à la Manchester Arena, Angleterre, lors d'un concert de la star américaine Ariana Grande. L'attentat-suicide a fait au moins 22 morts et 59 blessés.

 

 

 

 

► 3 juin 2017 - Attentat sur le London Bridge en Angleterre à 22 h heures locale (23 h, heure française). 7 morts et 48 blessés perpétrés par trois hommes.

 

 

 

 

► 5 août 2017 - Un jeune homme de 18 ans armé d'un couteau est arrêté par une patrouille Sentinelle, alors qu'il vient de franchir un portique de sécurité de la Tour Eiffel à Paris en bousculant un agent de sécurité et en criant "Allah Akbar". Déjà condamné pour apologie du terrorisme et souffrant de problèmes psychiatriques, le jeune homme a expliqué en garde à vue qu'il voulait commettre un attentat contre un militaire et était en lien avec un membre de Daech qui l'aurait poussé à passer à l'acte.

 

 

 

 

► 9 août 2017 - Six soldats ont été renversés par une voiture qui a délibérément foncé sur un groupe de militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Le conducteur présumé, un Algérien de 36 ans, a été arrêté quelques heures plus tard près de Calais. L'homme a été grièvement blessé.

 

 

 

 

► 17 août 2017 - Attaque à Barcelone sur les Ramblas cet après-midi : toujours en cours à 19 h 46. Une camionnette blanche s'est engouffrée à 17 h dans las Ramblas. La police recherche l'auteur qui serait retranché dans un bar. Bilan provisoire : 1 mort, 32 blessés. Opération de police toujours en cours à 20 h30. Un suspect arrêté (on ne sait pas si c'était le conducteur de la camionnette). Le bilan augmente : 13 morts, 50 blessés dont 10 graves. Chasse à l'homme dans les rues de Barcelone. Bilan au lendemain de l'attentat : 14 morts plus d'une centaine de blessés. Le bilan est passé à 16 morts (le Progrès du lundi 28 août)

 

 

 

 

► 18 août 2017 - Minuit - Minuit et demi, attaque à Crambrils (Espagne), station balnéaire catalane à 120 km au sud de Barcelone. Une voiture a foncé sur la foule. Bilan : 6 blessés civils, un policier. Les 5 assaillants ont été tués. Ils portaient des ceintures d'explosifs factices.

 

 

 

 

► 18 août 2017 - Une attaque au couteau : 2 morts dans l'ouest de la Finlande à Turku perpétrée par un Marocain de 18 ans. Au total, deux hommes et huit femmes ont été attaqués.

 

 

 

 

► 15 septembre 2017 - Explosion à Londres, sur la ligne de métro de la District Line, à hauteur de la station de Parsons Green, dans le sud-ouest de la capitale britannique

 

 

 

 

► 1er octobre 2017 - Attaque au couteau sur le parvis de la gare à Marseille. Deux jeunes femmes tuées.

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

Les voyages de l'AIR DU TEMPS - AFRIQUE

 

 

 
 
Afrique
 
afrique_carte_petite-470ff.jpg

 
 
Capturem.PNG
 
 
 
 PAYS  Villes
BÉNIN Cotonou
   
BURKINA FASO Ouagadougou
   
BURUNDI Bujumbura
   
CAMEROUN Douala (Littoral)
  Yaoundé (Centre)
   
CONGO Brazzaville
  Kinshasa
  Lubumbashi
   
GABON Libreville (Estuaire)
   
GUINÉE Conakry
   
LA RÉUNION Sainte-Marie
   
MADAGASCAR Antananarvo
  Antisranana
   
MALI Bamako
   
   
SÉNÉGAL Dakar
   
TOGO Lom
   
   
   
   
   
   
 
 
 

 

 

 

 

carte_aafex-1.gif
 


11/07/2017
0 Poster un commentaire

Chronologie des temps

 

 

  

      espace_044.gif


 

Au commencement

 

 

 

-13,7 Milliards d'années - Le Big Bang et l'expansion de l'univers - terme cosmologique désignant le phénomène initial qui serait responsable de la création de l'Univers

 

 

 

temps0.jpg

 

 

 

-4,5 Milliards d'années - Naissance du Système solaire. Le système solaire est le nom donné au système planétaire composé du Soleil et des objets célestes gravitant autour de lui. Notre système solaire, constitué du Soleil et de neuf planètes, dont la Terre, avec leurs satellites, ainsi que d'astéroïdes et de comètes, est resté le seul connu jusqu'à la fin du XXe siècle. C'est pourquoi le terme système solaire suffit à le désigner.

 

Précambrien - naissance de la Terre  Le Précambrien désigne de façon informelle une période géologique regroupant les trois éons (Un éon est une très longue période de temps) avant celui du Phanérozoïque, c'est-à-dire la très longue période de la formation de la Terre.

 

 

 

slide_1.jpg

 

 

 

 

-3,8 Milliards d'années - Apparition des procaryotes (premières cellules simples sans noyau) - Apparition des premières formes de vie (bactéries). Début de l'Archéen (Période la plus ancienne des temps géologiques). L'archéen est un éon géologique comprenant 4 ères ; il suit l'Hadéen et précède le Protérozoïque. Bien que quelques fragments de roche plus anciens soient connus, les premières formations rocheuses datent de cette époque. Ces formations se rencontrent au Groenland, dans le Bouclier canadien, au nord-ouest de l'Australie et au sud de l'Afrique.

 

 

 

index.jpg

 

 

 

 

-3,25 Milliards d'années -  Impact d'une météorite géante (Fig Tree) - 1ère extinction

 

 

 

krcpgjd7oidrrbvz4gs0.jpg

 

 

 

■ -3,2 Milliards d'années - Apparition des algues bleues et de la Photosynthèse (c'est la fabrication de matière organique à partir de matière minérale en présence de lumière. Une conséquence importante est la libération de molécules de dioxygène)

 

 

 

-2,5 Milliards d'années - Début du Protérozoïque, développement des stromatolites (Fossile du précambrien supérieur). Le Protérozoïque est un éon précédant l'apparition de formes de vie complexe sur terre.

 

 

 

-2,33 Milliards d'années - Apparition de bactéries coccoïdes (ancêtres du phytoplancton)

 

 

 

 

-2,33 - Glaciation huronienne 2nde extinction

 

 

snowball.gif

 

 

 

-2,1 Milliards d'années - Apparition des premiers métazoaires (êtres pluricellulaires). Les métazoaires est le nom moderne du taxon (un ordre) constitué par les animaux (membres du règne animal) multicellulaires. Apparition des eucaryotes (premières cellules avec noyau).

 

 

 

-2 Milliards - Début du Règne des Acritarches (Algues Vertes) (Jusque vers -1 000 000). Les Acritarches sont des microfossiles à parois organique, c'est-à-dire des palynomorphes, auxquels il n'est pas possible d'attribuer une affinité biologique avec certitude.

 

 

-1 milliard d'années : apparition d'une vie multicellulaire

 

 

-760  (Ma) millions d'années : glaciation (jusqu'en -700 000 000)

 

 

-620 millions d'années : nouvelle glaciation (jusqu'en -590 000 000)

 

 

-600 millions d'années : apparition d'animaux simples

 

 

-580 millions d'années : apparition des premiers vers

 

 

-570 millions d'années : apparition des Arthropodes

 

 

-565 millions d'années : nouvelle extinction massive

 

 

-555 millions d'années - La vie explose en diversité

 

 

-550 millions d'années : apparition d'animaux complexes

 

 

 

 

 -540 Millions d'années - Paléozoïque (Ère Primaire)

 

 

-540 millions d'années - Paléozoïque. Son début correspond classiquement à l'apparition de nombreux fossiles à coquilles dures, bien que l'on sache maintenant que de tels animaux existent depuis l'ère précédente.

 

 

 

-500 millions d'années : apparition des poissons et des proto-amphibiens. Début de l'Ordovicien, apparition des premiers poissons et des mollusques céphalopodes. L'Ordovicien est le second des six systèmes géologiques (sept en Amérique du Nord) constituant le Paléozoïque. Il s'étend de 500 à 435 millions d'années avant l'ère chrétienne. Il est suivi par le Silurien et précédé par le Cambrien.

 

 

-435 millions d'années : début du Silurien, apparition des poissons cuirassés. Le Silurien est un système géologique qui s'étend de 443,7 à 416 millions d'années avant l'ère chrétienne. La datation de début et de fin, bien que définie avec précision par les couches stratigraphiques de référence, est connu à seulement quelques millions d'années près. Il est suivi par le Dévonien et est précédé par l'Ordovicien. Le début du Silurien est marqué par une extinction massive ou près de 60% des espèces marines ont disparu.

 

 

-408 millions d'années : début du Dévonien, apparition des fougères, des premiers insectes et des amphibiens. Le Dévonien est un système géologique s'étendant de 408 à 365 millions d'années avant notre ère. Il est suivi par le Carbonifère et précédé par le Silurien. La datation de début et de fin de cette période sont approximatives de 5 à 15 millions d'années bien que les couches stratigraphiques de référence soient connues avec précision. Le dévonien est nommé d'après le Devonshire en Angleterre ou les affleurements de couche datant de cette époque sont communs.

 

 

-355 millions d'années : début du Carbonifère, apparition des conifères, des insectes ailés, des arachnides, des myriapodes des premiers reptiles.

 

 

Tiktaalic.jpg

 

 

 

-299 millions d'années : Début du Permien, extinctions massives de végétaux et d'animaux. Le Permien est un système géologique qui s'étend de 299 à 251 millions d'années avant l'ère chrétienne. Le niveau moyen de la mer est resté assez bas durant le Permien et la vie maritime côtière est resté limitée par le rassemblement de toutes les masses continentales majeures en un seul supercontinent, la Pangée : un seul continent - même un très grand continent -

 

 

svt-1ere-cours-7-pangee.png

 

 

-251 000 000 - Mésozoïque (Ère Secondaire)

 

-251 millions d'années : Le Mésozoïque est une ère géologique qui s'étend de -251 à -65,5 millions d'années, et au cours de laquelle apparaissent des espèces de Mammifères et de dinosaures. au début du Mésozoïque, la totalité des terres émergées était rassemblée dans un supercontinent, la Pangée. Pendant cette ère, la Pangée se divise en deux ensembles continentaux, Laurasia et Gondwana. Laurasia se divise à son tour en Amérique du Nord et Eurasie tandis que Gondwana se sépare en quatre continents : Amérique du Sud, Afrique, Australie et Antarctique. Le Mésozoïque est connu sous le nom plus familier d'âge des dinosaures. Il a vu aussi le développement des premiers oiseaux, des Mammifères et des plantes Angiospermes. A la fin de cette ère, toutes les formes de vie modernes existent ; bien que, dans certains cas, en particulier celui des Mammifères, ce sont des formes primitives.

 

 

 

GobiconodonWeb.jpg

 

 

 

■ -251 millions d'années : début du Trias, apparition des dinosaures et des mammifères. Le Trias est un système géologique, subdivision de l'ère Mésozoïque comprise entre -251 et -199,6 millions d'années. Le Trias est remarquable pour son calme tectonique, notamment en France. C'est d'ailleurs à partir de dépôts du Trias que les sédimentologues ont pu mettre en évidence les principes de stratigraphie. Les premiers dinosaures, Ptérosaures et Mammifères apparaissent au cours de cette période.

 

 

 

996890_10201685142073682_56368855_n.jpg

­

 

-220 millions d'années : extinction "mineure" du Trias, apparition des mammifères

 

 

-199,6 millions d'années : début du Jurassique, apparition des dinosaures aériens et marins et de la famille des palmiers

 

 

-160 millions d'années : apparition des euthériens

 

 

-145 millions d'années : début du Crétacé, apparition des oiseaux et des marsupiaux. Le Crétacé est une période géologique qui s'étend de -145,5 à -65,5 millions d'années. Elle se termine avec la disparition des dinosaures et d'un grande nombre d'autres formes de vie. Cette période est le troisième et dernier système de l'ère Mésozoïque

 

 

-135 millions d'années : apparition des fleurs

 

 

 

cover-r4x3w1000-57e17ad894195-graines.png

 

 

Collection de graines et de fruits du Crétacé. Photo - Else Marie Friis

 

 

Ces graines appartiennent aux premières plantes à fleurs apparues sur Terre et révèlent leur apparence.

 

 

ANGIOSPERME. Les angiospermes, ou plantes à fleurs, se sont diversifiés au début du Crétacé, il y a 100 à 130 millions d’années. Les spécialistes estiment que ces premières plantes devaient être de petite taille et non ligneuses. La découverte, au Portugal et Amérique du Nord, de dizaines de graines fossiles correspondant à 75 taxons a donné l’occasion aux scientifiques du Musée d’histoire naturelle de Stockholm, en Suède, de confirmer cette hypothèse.

 

 

 

 

-65,5 : Cénozoïque (Ère Tertiaire & Quaternaire)

 

 

 

-65 millions d'années : Extinction du Crétacé - Nouvelle extinction massive marquant la fin des dinosaures. Cénozoïque (Ère Tertiaire & Quaternaire). Le Cénozoïque est une ère géologique qui débute il y a 65,5 millions d'années, soit juste après la disparition des dinosaures à la fin du Crétacé. Il est précédé du Mésozoïque et se poursuit de nos jours. Début de l'ère Tertiaire et du Paléocène, apparition des insectivores et des plantes à fleurs. Le Paléocène est la première époque de l'ère Cénozoïque. Cette dernière est la plus courte de l'histoire terrestre. C'est dans cette dernière étape avant la période actuelle que se mettent en place les masses continentales ainsi que les courants océaniques que l'on connaît. Du côté de la biosphère, c'est l'émergence des mammifères, des oiseaux, des angiospermes et, tardivement de l'homme qui caractérisent cette époque. Le Miocène constituera par la suite, le principal tournant dans cette longue évolution vers le monde moderne. Le Paléocène consiste principalement en une période de transition entre deux ères. Il est précédé du Crétacé et suivi de l'Éocène. Il débute par un événement bien connu : la limite Crétacé-Tertiaire, il y a 65 millions d'années.

 

 

 

-55,8 millions d'années : Début de l'Éocène, apparition des premiers primates, explosion des mammifères.

 

 

 

-33,9 millions d'années : Début de l'Oligocène, apparitions des rhinocéridés. L'Oligocène est une époque géologique qui s'étend de 33,9 à 23,03 millions d'années avant l'ère chrétienne. Le début de l'Oligocène est marqué par une extinction massive qui est peut être reliée à l'impact d'un météorite dans la baie de Chesapeake en Sibérie. Sa limite supérieure avec le Miocène est moins précisément définie par un événement global, mais plutôt par le climat relativement plus froid durant le Miocène. La dérive des continents continue à les rapprocher de leurs positions actuelles. Le climat est chaud bien qu'ayant tendance à se refroidir lentement, tendance qui va se poursuivre durant le Néogène pour probablement conduire à la glaciation du Pléistocène. Les montagnes présentes en Amérique du Nord-Ouest continuent leur formation ainsi que les Alpes. Une incursion brève de la mer a marqué le début de l'Oligocène en Europe. Les faunes d'Europe et d'Amérique du Nord étant très similaires, ces deux continents étaient probablement reliés au début de cette époque.

 

 

 

-23 millions d'années : Début du Miocène (Division stratigraphique de l'ère tertiaire, subdivisée généralement aujourd'hui en Miocène inférieur (Aquitanien et Burdigalien), moyen (Langhien et Serravallien), et supérieur (Tortonien et Messinien). Les continents ont poursuivi leur mise en place. La principale différence avec la géographie actelle est la séparation de l'Amérique du Nord avec l'Amérique du Sud. Le climat est relativement chaud tout en continuant à se refroidir. Les montagnes jeunes du nord-ouest de l'Amérique et en Europe ont continué leur formation. Les dépôts datant du miocène sont communs partout dans le monde. Les affleurements marins se retrouvent dans des zones proches des côtes modernes. Les faunes marine et terrestre sont quasiment modernes : on peut reconnaître des loups, chevaux, castors, cerfs, chameaux, corbeaux, canards, hiboux, baleines vivant à cette époque. Seules l'Amérique du Sud et l'Australie présentent des faunes différenciées.

 

 

 

 

-20 millions d'année : Apparition du Proconsul. Le proconsul est peut être l'un de nos ancêtres, mais plutôt un ancêtre des singes. Il ressemble à un gorille ou à un chimpanzé. Il a été découvert en Afrique.

 

 

 

Proconsul_skeleton_reconstitution_(University_of_Zurich).JPG

 

 

 

02-mya-05.jpg

 

 

-15 millions d'années : Apparition du Kenyapithèque. Le Kenyapithèque est un primate fossile trouvé au Kenya datant du Miocène. Il peut avoir été un ancêtre de l'homme.

 

 

 

 

-8 millions d'années : Séparation de la lignée des Primates et de Hominidés, début de l'"East Side Story". Primates, d'une manière simpliste, le terme primate désigne les hommes, les singes et les lémuriens. Les primates forment un taxon (un ordre) des mammifères placentaires, caractérisés par une vie en général arboricole, des ongles aux doigts et orteils, la préhension par opposition du pouce, une prédominance de la vision sur l'olfaction. On aime y ajouter un cerveau plus développé que chez les autres mammifères, mais cela ne s'applique qu'aux hominoïdes, et tient la comparaison avec les dauphins. À ces évolutions s'ajoute chez l'homme le passage de la marche quadrupède à la bipédie. Les hominidés sont les primates les plus grands, leur poids variant de 50 à 250 kg. Ils sont caractérisés par une marche bipède (parfois imparfaite), une musculature robuste, un gros cerveau et une face prognathe (sauf chez l'homme moderne).

 

 

 

 

-6 millions d'années : La fabuleuse aventure des pré-humains est en route. Bientôt ils seront parfaitement bipèdes. Leur cerveau grandit, leur conscience se développe. lis fabriquent des outils, domestiquent le feu, inventent le langage articulé, découvrent les sentiments, deviennent artistes. Organisés en clans, nos lointains ancêtres partent vaillamment à la conquête du monde. Cinq cent mille générations nous séparent de ces origines. Si certaines espèces, tels les Australopithèques ou les Néandertaliens, se sont éteintes, d'autres ont évolué pour finalement donner naissance, il y a 50 000 ans, aux Homo sapiens, nos grands-parents directs. Tout a commencé en Afrique, là où ont été retrouvées les traces de lointains ancêtres de l'homme. En 2000, au Kenya, l'équipe de paléontologues dirigée par Martin Pickford et Brigitte Senut découvre les ossements d'un préhumain. Baptisé Orrorin, ce préhumain grimpait aux arbres, marchait sur deux pieds et mesurait 1,50 mètre de hauteur. Il serait mort sous les griffes d'un léopard. Son âge : 6 millions d'années. Sa découverte exceptionnelle a été le point de départ d'une remise en cause des théories sur l'évolution de l'homme. On suppose que la première divergence entre les grands singes et l'homme remonte à 8 millions d'années…

 

 

 

-5,332 millions d'annéesDébut du Pliocène. Au début de cette époque les continents sont à moins de 250 km de leur position actuelle pour se situer à moins de 70 km vers la fin. Le principal changement est la connexion de l'Amérique du Nord et de l'Amérique du Sud conduisant à une extinction presque complète des marsupiaux distinctifs de l'Amérique du Sud. L'Antarctique se recouvre de glace, des glaciers apparaissent probablement aux latitudes moyennes vers la fin du Pliocène. On trouve des terrains de cette époque en Méditerranée, Inde et Chine. On en trouve aussi ailleurs non loin des côtes actuelles.

 

 

 

-5 millions d'années : Premiers Australopithèques. Un australopithèque est une espèce du taxon hominidé, ayant vécu entre 5 millions et 1 million d'années avant notre ère. Il présente des caractères simiens, ne maîtrise pas parfaitement la station debout, mais appartient tout de même à la lignée humaine. Les découvertes successives d'ossements fossiles dans plusieurs régions d'Afrique, les progrès réalisés dans la lecture des formules chromosomiques et la biologie du développement, qui relie le programme génétique aux modifications de formes des espèces au cours de leur évolution, permettent une meilleure compréhension de l'évolution des singes supérieurs et de l'homme. Les origines de l'homme. Les premiers primates bipèdes connus, les australopithèques apparaissent vers environ 5 millions d'années. Diversifiés en plusieurs espèces selon leurs anatomies et leur mode de vie, ce sont des chimpanzés qui marchent debout comme Ramidus (-4,4) et Lucy (-3,1). Ils grimpent encore aux arbres. Les premiers humains "homo habilis" (homme habile) semblent dater de -3 millions, mais leurs premiers outils connus datent de -2,5 millions, armés de haches et de couteaux de pierre rudimentaires ils chassent collectivement les animaux et établissent des camps. Vers -1,6 millions d'années, les "homo erectus" (homme debout) sortent d'Afrique pour poursuivre les troupeaux au Proche-Orient, en Europe, en Chine et en Indonésie. Ils sont de plus grande taille, mais conservent les mêmes outils. Il y a environ -600 000 ans, la Terre entre dans la première d'une série de périodes glaciaires exigeant de toutes les espèces un effort accru d'adaptation. Pour se protéger l'homo erectus se vêt de fourrures, il se bâtit des huttes et s'installe dans des cavernes. Vers -500 000 ans, il domestique le feu, depuis cette époque la maîtrise de l'énergie est devenue l'un des problèmes dominants de l'évolution de la civilisation et de ses relations avec l'environnement. Elle le demeure du reste encore aujourd'hui.

 

 

 

1evolution.jpg

 

 

 

-5 millions d'annéesApparition de l'Australopithecus Anamensis. Australopithecus anamensis est le nom d'un hominidé bipède. Le premier Australopithecus anamensis a été découvert en 1965 par une expédition de l'université Harvard. Yonas Beyene, Directeur du patrimoine en Éthiopie et membre de l'équipe d'Henry de Lumley (Institut de paléontologie humaine) a découvert les restes d'un très ancien Hominidé dans la vallée de l'Omo, rivière qui se jette dans le Lac Turkana. C'est sur le site FxJj-50 que les restes du fossile ont été retrouvés : un morceau de crâne, un autre de mandibule et une molaire. Ces quelques éléments ont permis de définir l'espèce Australopithecus anamensis. C'est le plus vieil hominidé fossile retrouvé en Éthiopie. Ce sont les couches de tuf volcaniques, dont le fossile a été libéré, qui ont permis de dater les ossements. Les premières estimations font remonter la découverte à une période comprise entre 4,2 et 5 millions d'années. Cet hominidé est donc plus ancien que son congénère retrouvé au Kenya ainsi que la célèbre Lucy, un Australopithecus afarensis trouvé dans la région de l'Afar en Éthiopie également.

 

 

 

 

slide_7.jpg

 

 

 

- 4 millions d'annéesPrésence de l'Australopithecus Ramidus dans la vallée de L'awash. Ardipithecus ramidus est le nom donné au plus vieil hominidé bipède découvert à ce jour, âgé de 3,8 à 4 millions d'années (certains hominidés sont plus âgés, mais soit leur bipédie n'est pas avérée, soit ils sont manifestement quadrupèdes).

 

 

 

-3,7 millions d'années : Première présence de l'Australopithecus Afarensis près de Laetoli. Australopithecus afarensis est le nom d'un hominidé bipède découvert dans l'est de l'Afrique (principalement au Kenya et en Tanzanie). Son nom provient de l'Afar, région du nord-est de l'Éthiopie, considérée par certains scientifiques comme "le berceau de l'humanité" ; c'est en effet là qu'avait été découvert le squelette de Lucy en 1974.

 

 

 

-3,18 millions d'années : Présence de l'Australopithecus Afarensis (Lucy) près de Hadar. Lucy est un primate hominidé dont le squelette fut découvert en Éthiopie, le 24 novembre 1974, par un groupe de chercheurs de différentes nationalités dont Yves Coppens, Donald Johanson et Maurice Taïeb. Elle a vécu il y a 3,18 millions d'années. Elle a longtemps été considérée comme la grand-mère de l'humanité. Depuis, d'autres primates plus anciens ont été découverts. Lucy appartient donc à la famille des primates et fait partie des australopithèques. Plus précisément, il s'agit d'un Australopithecus afarensis (australopithèque de l'Afar). Les découvertes les plus récentes nous font pencher pour l'hypothèse selon laquelle Lucy serait une cousine éloignée, plutôt que la fondatrice du genre Homo.

 

 

 

 

-3 millions d'années - Paléolithique (Âge de la pierre ancienne), (-650 000 à -10 000)

 

 

 

-3 millions d'années : Paléolithique vient du grec lithos (pierre), littéralement par "âge de la pierre ancienne". Ce terme a été inventé en 1865 par le préhistorien John Lubbock par opposition au Néolithique, "âge de la pierre nouvelle". Dans les faits, le Paléolithique est la période culturelle la plus longue de la préhistoire et commence avec l'apparition de l'homme. Durant toute cette période la technologie principale des hommes est celle des outils en pierre taillée.  D'une part, les Néandertaliens se limitent à l'Europe et au Proche-Orient, ils s'adaptent aux climats glaciaires. D'autre part, les hommes modernes (les Homo sapiens) sont originaires d'Afrique et n'ont conquis les régions froides que plus tard, arrivent en Europe vers -40 000 (Cro-Magnon). Leur passage en Australie commence vers -50 000, après la Chine. L'arrivée en Amérique semble antérieure à -40 000. Vers -40 000 au Paléolithique se manifestent les premières gravures et les sculptures de l'âge de la pierre taillée. Il faudra attendre -31 000 ans pour voir apparaître des peintures (grottes Chauvet, Lascaux, Altamira) et des indices plus précis de rites, de superstitions et de religions : c'est le début d'une vision relationnelle du monde. Entre -15 000 et -9 000 les chasseurs passent de la récolte à la culture à la fois au Proche-Orient (blé, orge), en Afrique (sorgho), en Asie (riz et millet) et en Amérique (maïs). Les premiers animaux à être domestiqués sont les chiens, puis vers    -12 000 ans les chèvres dont ils obtiennent le lait et font du fromage. Les effectifs des populations croissent considérablement. L'Âge de la pierre est la période de la Préhistoire durant laquelle les humains créèrent des outils en pierre. Le bois et les os étaient aussi utilisés mais la pierre, et notamment le silex, était travaillée pour créer des outils coupants et des armes. "Âge de la pierre" est désormais une expression légèrement désuète et on lui préfère l'une de ses subdivisions : Paléolithique, Mésolithique ou Néolithique; ces périodes sont elles-mêmes souvent subdivisées. Les limites chronologiques de cette période varient selon la région concernée et selon les critères que l'on retient. Bien qu'il soit possible de parler d'un Âge de la pierre global pour toute l'humanité, certains groupes n'ont jamais développé de technologies métallurgiques et restèrent donc dans un âge de la pierre jusqu'à ce qu'ils rencontrent des cultures technologiquement plus développées. Néanmoins, on considère en général que cette période débute il y a environ 3 Millions d'années lorsque les premiers humains commencèrent à fabriquer des outils. Elle fut suivie par l'Âge de bronze, durant lequel les outils en bronze devinrent communs.

 

 

 

paleolithique5.jpg

 

 

 

 

-3 millions d'années : Histoire des sciences de la préhistoire, historiquement la technique précède la science. En s'appuyant sur une démarche empirique, l'homme invente très tôt des outils et découvre le feu, c'est la période du paléolithique (qui commence il y a environ 2,5 millions d'années et s'achève vers 10 000 ans avant notre ère). Aucune science à proprement parler n'existe à cette époque. La science et la magie ont été durant plusieurs millénaires très liées l'une à l'autre. Cela peut être à première vue très surprenant, principalement au vu de nos connaissances actuelles. La magie se base sur des croyances, contrairement à la science qui elle repose sur une démarche expérimentale, autrement dit les faits. Mais les deux partagent le but d'une "explication du monde". Au vu des connaissances de l'époque, attribuer des événements naturels comme la foudre, les tremblements de terre ou encore les maladies, à une colère divine est tout à fait compréhensible et cohérent avec une vision animiste, où tout est d'essence divine. Cette démarche purement intellectuelle, car ne se basant sur aucun fait, n'était pas la seule forme de "science". Lorsque l'homme se sédentarise et entre ainsi dans le néolithique, il change radicalement son mode de vie. Il se rassemble pour former des groupes de plus en plus nombreux (qui deviendront avec le temps les premières civilisations), ce qui pousse à plus d'échanges et à l'établissement de règles pour la vie en communauté. Cette sédentarisation oblige le chasseur-cueilleur qu'est l'homme à trouver un moyen de nourrir une population importante, dans un minimum d'espace. Pour cela, il ne peut plus se contenter de ce que lui offre la Nature. C'est ainsi que l'agriculture et l'élevage apparaissent. Ces deux activités nécessitent d'amasser une somme de connaissances sur le mode vie des animaux, leurs entretiens, sur l'utilité de telle ou telle plante, la meilleure façon de la cultiver et de l'utiliser, etc. Toutes ces connaissances ont bien sûr un usage purement pratique, mais cela marque le début de l'accumulation du savoir, qui est une des bases de toute démarche scientifique. Le développement de l'agriculture et de l'élevage entraîne un nouveau besoin, celui de compter. Il faut en effet compter les animaux, le nombre de végétaux que l'on produit, déterminer quand il faut mettre en graine et récolter (ce dernier point est plus du domaine de l'astronomie, mais les mathématiques sont utilisées)… C'est à cette époque qu'apparaît le calcul.

 

 

 

image003.gif

 

 

 

-2,5 millions d'années : Début de l'âge de la pierre

 

 

 

-2,5 millions d'annéesElle fut suivie par l'Âge de bronze, durant lequel les outils en bronze devinrent communs, il y a environ 8000 à 4500 ans.

 

 

-2,2 millions d'années : Première présence de l'Australopithecus Robustus. Australopithecus robustus est le nom d'un hominidé âgé de 2,2 à 1 million d'années.

 

 

-2,2  millions d'années : Apparition de l'Homo ergaster. Homo ergaster est un représentant disparu du genre Homo. La plupart des fossiles aujourd'hui attribués à ce taxon étaient anciennement attribués à Homo erectus mais celui-ci est désormais considéré comme exclusivement eurasiatique. Homo ergaster vivait en Afrique, entre 2,2 millions d'années et 1 million d'années avant notre ère. Il descendrait directement d'Homo habilis. Son cerveau atteint 850 cm³, ce qui implique une consommation régulière de viande. On peut supposer qu'il devient plus chasseur que charognard. Les spécimens découverts mesuraient entre 1,55 m et 1,70 m, pour un poids de 50 à 65 kg. Le dimorphisme sexuel de cette espèce est plus réduit que chez Homo habilis. L'Homo ergaster reste cependant très archaïque de faciès, avec un nez absent et une mâchoire très prognathe. D'après l'hypothèse la plus couramment acceptée actuellement, Homo ergaster est l'ancêtre d'Homo erectus. Il est probable qu'il soit aussi l'ancêtre d'Homo antecessor.

 

 

 

homo_ergaster__knm_er_3733__by_romanyevseyev-d8c94iy.jpg

 

 

 

 

-2 millions d'années : Nous voilà arrivés à moins deux millions d'années. L'homme va quitter sa terre natale : l'Afrique tropicale, berceau de l'humanité. Son corps s'est adapté à la marche et aux longs voyages, ses outils se perfectionnent. Homo ergaster se met en route et commence à peupler la Terre, et plus précisément le reste de l'Afrique, le Proche-Orient, l'Europe et l'Asie. Au fil du temps, il s'adapte à de nouvelles conditions climatiques. Il devient Homo erectus, l'homme dressé, celui qui va soumettre encore un peu plus la nature, qui invente l'outil symétrique, le percuteur tendre, et qui maîtrise le feu. L'évolution se poursuit, graduelle et continue. Et voilà qu'apparaît, au Proche-Orient et en Europe, un homme robuste au cerveau impressionnant : Homo sapiens neandertalis, l'Homme de Neandertal...

 


20/02/2017
0 Poster un commentaire

Suite de l'aventure : à partir de - 1 999 millions d'années

 

 

Poursuivons l'aventure humaine...

 

 

 

chronologie.jpg

 

 

-1 806 millions d'années : Début de l'ère Quaternaire et du Pléistocène. Le Pléistocène est une époque du système Néogène. Il a débuté entre 1,806 millions d'années avant l'ère chrétienne et se finit en -10 000 ans. Il couvre la plupart des récentes glaciations incluant le Dryas récent qui interrompit momentanément la dernière déglaciation.  Le climat est caractérisé par les cycles de glaciation pendant lesquels des glaciers continentaux sont descendu jusqu'au 40ème parallèle. Il y a eu quatre glaciations majeures : Günz / Nebraska ; Mindel / Kansas ; Riss / Illinois ; Würm / Wisconsin. Il peut y avoir eu quatorze autres avancées des glaces qui n'ont pas été nommées et dont les traces ont été largement érodées par les glaciations suivantes. Chaque glaciation a produit des glaciers continentaux de grandes tailles dont l'épaisseur a pu aller jusqu'à 3 km résultant en des changements du niveau de la mer de 100 m ou plus. Les faunes marine et continentale étaient essentiellement modernes et c'est durant cette période que l'homme a évolué dans sa forme moderne. Plusieurs espèces de grands mammifères telles que les mammouths, les mastodontes et les tigres à dents de sabre, ont disparu durant le pléistocène. Les extinctions ont été plus nombreuses en Amérique du Nord où, par exemple, les chevaux et les chameaux ont été éliminés. Les dépôts continentaux de cette période sont trouvés principalement dans les grottes et le fonds des lacs ainsi que dans les grandes quantités de matériaux déplacés par les glaciers. Les dépôts marins sont localisés dans une zone de quelques dizaines de kilomètres des côtes actuelles. Dans quelques zones géologiques actives comme la côte sud de la Californie ces dépôts marins peuvent se retrouver à une altitude de plusieurs centaines de mètres. La fin du Pléistocène correspond à la fin du Paléolithique utilisé en archéologie.

 

 

 

-1,8 millions d'années : Première présence d'outils (Galets) en France (Chilhac, Haute-Loire), aparition des premiers outils symétriques (bifaces) (Lac de Turkana, Kenya)

 

 

 

-1,6 : Apparition de l'Homo Erectus. Homo erectus est un homme préhistorique. On retrouve ses restes sur une période qui va de moins 2 Ma à moins 250 000 ans. Il s'agit du premier être terrestre à avoir domestiqué le feu, il y a de ça un million d'années. Il a amélioré les techniques de frappe, étendu la gamme des outils: il a réalisé les premiers bifaces et créé une hache (hachereau), dont on a trouvé de nombreux spécimens en Afrique et en Eurasie. Les outils façonnés par Homo erectus révèlent l'existence de comportements nouveaux dans la lignée humaine: l'élaboration d'outils symétriques et une forte adaptation des outils aux conditions locales et aux besoins humains.

 

 

 

-1,3 millions d'années : Disparition de l'Homo Habilis

 

 

 

-1,2 millions d'années : Apparition de l'Homo Erectus dans le sud de la France millions d'années. Disparition de l'Australopithecus Robustus

 

 

 

-950 000 ans : Début du pré paléolithique, début de la glaciation de Günz (Première glaciation du Quaternaire dans les régions alpines)

 

 

 

-500 000 ans : Domestication du feu. Domestiqué par Homo erectus il y a environs 500 000 ans, le feu est à la fois un bienfait et un terrible ennemi. Il permet de se chauffer, cuire la nourriture – ce qui entre autre tue les microbes et rend comestible certaines plantes –, transformer les matériaux (métallurgie), éclairer la nuit. Il peut aussi tuer, ravager et détruire (incendie).

 

 

 

15_Rainaut_erectus.jpg

 

-400 000 ans : Début de la glaciation de Mindel (deuxième épisode de glaciation du Quaternaire dans les régions alpines)

 

 

 

-300 000 ans : Début de la glaciation de Riss (Troisième épisode de glaciation du Quaternaire dans les régions alpines)

 

 

 

-300 000 ans : début du Paléolithique moyen qui s'achève autour de 30 000 ans avec la disparition de l'homme de Néandertal et l'arrivée des Humains anatomiquement modernes (Homo sapiens) venus du Proche-Orient. Cette période est marquée par l'apparition d'un ensemble de traits culturels nouveaux : elle voit par exemple se généraliser et se diversifier l'utilisation des outils retouchés (racloirs, denticulés, etc.). Ces outils sont réalisés à partir d'éclats débités aux dépens de blocs de matière première préparés, appelés nucléus. Apparition des premiers Hommes de Néandertal (Atapuerca, Espagne). L'homme de Néandertal est un homme préhistorique, dit aussi néandertalien. Cette appellation signifie "vallée de Neander" en allemand. Il s'agit d'un lieu proche de Düsseldorf où des fragments de squelettes furent découverts en 1856. Les premières traces de peuplement néandertalien en Europe remontent à 300 000 ans. Cette espèce humaine, très spécialisée, semble n'avoir existé qu'en Europe et au Proche-Orient. Elle a disparu, il y a près de 35 000 ans, après avoir cohabité durant leurs derniers millénaires avec l'Homo sapiens. L'homme de Neandertal conçoit les premières sépultures, ce qui laisse supposer qu'il croit déjà en un au-delà. L'odyssée de notre espèce est pourtant loin d'être achevée, car voici qu'intervient un nouvel arrivant qui se révélera être un redoutable concurrent pour les neandertaliens : Homo sapiens sapiens. C'est l'homme qui sait qu'il sait, c'est-à-dire l'homme moderne.

 

 

L'homme de Neandertal conçoit les premières sépultures, ce qui laisse supposer qu'il croit déjà en un au-delà. L'odyssée de notre espèce est pourtant loin d'être achevée, car voici qu'intervient un nouvel arrivant qui se révélera être un redoutable concurrent pour les neandertaliens : Homo sapiens sapiens. C'est l'homme qui sait qu'il sait, c'est-à-dire l'homme moderne. Nous sommes à moins 300 000 ans. Homo sapiens sapiens, représenté en Europe par le célèbre Homme de Cro-Magnon, a évincé son cousin neandertalien. Désormais, seul représentant du genre humain, il se lance dans une nouvelle expansion planétaire, conquiert les Amériques et atteint l'Australie. Il fabrique de nouveaux outils, invente de nouveaux rites et, pour finir, découvre le beau et crée l'art. Cette conquête du monde imaginaire et spirituel le mènera, il y a maintenant 10 000 ans, à la sédentarisation, l'élevage, l'agriculture puis à l'écriture... bref à la civilisation et à la fin de la préhistoire. Commence alors l'histoire…

 

 

 

72513618.gif

 

 

 

-200 000 ans : apparition de l'homo sapiens sapiens. Homo sapiens est une espèce de primate et le seul membre actuel du genre Homo. On désigne l'espèce entière sous le nom humanité et on peut aussi employer Homme (avec une majuscule) pour parler des caractères généraux des êtres humains. En 2003 la deuxième sous-espèce Homo sapiens, qu'était Homo sapiens neanderthalensis, a été relevée au rang d'espèce à part entière, Homo neanderthalensis, ce qui a entraîné l'abandon de la subdivision de l'espèce Homo sapiens en sous-espèce, et donc l'abandon de la classification de l'homme moderne et de ses ancêtres comme sous-espèce Homo sapiens sapiens.

 

 

 

- 130 000 ans : Fin de la glaciation de Riss.

 

 

 

- 80 000 ans : Début de la glaciation de Würm (Quatrième et dernière glaciation du Quaternaire dans les régions alpines). Premières sépultures

 

 

 

- 75 000 ans : Dotés d'armes et de techniques de chasses perfectionnées les chasseurs s'attaquent à de grands mammifères comme le mammouth

 

 

 

-70 000 ansCivilisation Moustérienne (jusqu'à -35 000). (Le nom de cette civilisation est tirée du site situé dans la vallée de la Vézère, non loin des Eyzies, sur la commune de Peyzac-le-Moustier où le surplomb de la falaise protège deux abris superposés). Le Moustérien est la principale manifestation culturelle du Paléolithique moyen en Eurasie (environ -300 000 à -30 000 avant le présent). Il est principalement l'oeuvre de l'Homme de Néandertal. Il a été défini en 1872 par G. de Mortillet à partir de l'industrie lithique de l'abri du Moustier, situé dans la vallée de la Vézère en Dordogne. Il succède à l'acheuléen et précède le Châtelperronien.

 

 

 

-50 000 ans : Apparition des premières peintures rupestres. Art préhistorique, si les premières manifestations discrètes de l'art préhistorique datent de la fin du Paléolithique moyen, celui-ci ne prend une réelle ampleur qu'au début du Paléolithique supérieur (-30 000 à -12 000 ans avant J.-C.). Il est alors très diversifié dans ses thématiques, ses techniques et ses supports. Il inclut des représentations figuratives animales, des représentations anthropomorphes souvent schématiques, ainsi que de nombreux signes. Au Mésolithique (-12 000 à -8 000 avant J.-C.), les manifestations artistiques figuratives sont rares. De cette époque sont connus des galets peints ou gravés de figures géométriques. Au Néolithique (-8 000 /à- 3 000 avant J.-C.), l'art rupestre se développe, incluant des éléments figuratifs et notamment des animaux domestiques. Il se développe également sur de nouveaux supports, par exemple lors du décor de poteries en céramique.

 

 

 

-50 000 ans : Origine des langues

 

 

 

-40 000 ans : Arrivée de l'Homo Sapiens (l'homme de Cro-Magnon) en Europe. L'homme de Cro-Magnon est un homme préhistorique. Le nom de "Cro-Magnon" vient de l'abri de Cro-Magnon, un petit abri sous roche situé dans la commune des Eyzies-de-Tayac (Dordogne, France) où Louis Lartet a découvert cinq squelettes de cette espèce en 1868. Actuellement, la communauté scientifique a pratiquement abandonné l'expression vieillissante d'"homme de Cro-Magnon" au profit de celles d'"hommes anatomiquement modernes" et d'Homo sapiens.

 

 

 

-35 000 ans : Début du Paléolithique supérieur. Le Paléolithique supérieur est la période de la Préhistoire qui est caractérisée par l'arrivée de l'Homme moderne en Europe, le développement de nouvelles techniques (lames, industrie osseuse, propulseur, etc.) et l'explosion de l'art préhistorique. Il se situe entre 35 000 et 10 000 ans avant notre ère et correspond à la fin de la dernière période glaciaire. Il est précédé par le Paléolithique moyen et est suivi du Mésolithique. Le Paléolithique supérieur débute à l'arrivée en Europe de l'Homme moderne (Homo Sapiens). Venu de l'Est (Proche-Orient, Asie ou Afrique ?), il a profité d'une amélioration temporaire du climat vers -35 000 pour coloniser l'Europe. Il cohabite avec l'Homme de Néandertal jusqu'à l'extinction de ce dernier vers -30 000 en Espagne. L'existence de métissages entre les deux espèces a été évoquée mais n'a pas été réellement démontrée. Les raisons de l'extinction de l'Homme de Néandertal ne sont pas connues précisément.

 

 

 

-30 000 ans : Premiers signes arbitraires. Ils sont destinés à compter ou à identifier des objets. Le plus souvent pictographiques, ces signes ne composent pas des systèmes complets d'écriture. L'écriture réelle remonte à 4000 ans, selon les épigraphistes. L'homme aurait donc vécu longtemps avant de songer à consigner son savoir pour les générations futures...

 

 

 

-30 000 ans : L'homme prend progressivement conscience de lui-même. A la naissance du conscient correspond celle de l'inconscient : La partie du cerveau que l'homme utilise et ressent mais à laquelle il n'a pas un accès direct. Elle ne lui est pas accessible et pourtant elle est en lui, elle pèse en permanence dans sa vie, elle est là dans ses rêves, dans ses intuitions, dans ses souvenirs refoulés. Cette partie inconsciente de la raison, ajoutée à son ignorance du lendemain, de la nature et ses phénomènes, a rapidement créé chez l'humain un malaise diffus, un besoin que l'on pourrait peut-être appeler aujourd'hui "un mal existentiel". Qu'a-t-il fait ? Il s'est posé des questions sur l'au-delà et les puissances supérieures et il a essayé de les dessiner ou de les sculpter. Ainsi sont nées les premières religions... C'est l'époque des premières sépultures, des premières peintures et expressions artistiques. La plupart de ces dessins ont une vocation religieuse.

 

 

-25 000 ans : Disparition de l'Homme de Néandertal

 

 

-20 000 ans : Fin de la glaciation de Würm

 

 

-19 000 ans : Civilisation Magdalénienne (jusqu'à -11 000). La civilisation magdalénienne, en Europe occidentale domine la civilisation magdalénienne, qui s'est répandue ensuite dans l'Europe de l'Est et, dans sa phase finale, à travers les plaines du Nord. L'art paléolithique trouve alors son apogée; une grande variété de techniques existe: gravure, dans les grottes, sur plaquette en pierre, sur os ou sur bois de cervidés; peinture; modelage d'argile. On connaît plus de 150 grottes ornées. Elles sont toutes situées en France et en Espagne (Lascaux, Fond-de-Gaume, Les Combarelles, Rouffignac, en Dordogne, Niaux dans les Pyrénées, Altamira en Espagne), alors que l'art mobilier se rencontre dans toute l'Europe. L'outillage lithique magdalénien est caractérisé par l'abondance de burins, de grattoirs, de perçoirs, de lames et de lamelles à dos. Mais c'est l'industrie osseuse qui est particulièrement remarquable, par ses sagaies de différents types, ses propulseurs et ses harpons.

 

 

 

Red Lady of el Miron.jpg

 


Deux études sur la sépulture de la grotte d'El Mirón (Espagne) nous en apprennent un peu plus sur la vie et la mort des Magdaléniens.

 

 

 

 

-17 000 ans : Peintures rupestres de la Grotte de Lascaux en Dordogne. La grotte de Lascaux est l'une des plus importantes grottes ornées paléolithiques par le nombre et la qualité esthétique de ses oeuvres. Les peintures et les gravures qu'elle renferme n'ont pas pu faire l'objet de datations directes précises : leur âge est estimé entre environ  18 000 et 15 000 ans avant le présent à partir de datations et d'études réalisées sur les objets découverts dans la grotte. Elles ont longtemps été associées au Magdalénien ancien, mais les dernières études montrent qu'elles pourraient dater du Solutréen qui le précède.

 

 

 

-13 500 ans à -10 000 ans : Fin du dernier âge glaciaire

 

 

 

-10 800 ans : Apparition des Natoufiens. Le Natoufien est le nom donné à une culture de l'Épipaléolithique final, attestée au Levant entre 10 800 et 8 200 av. J.-C. et caractérisée par les premières expériences de sédentarisation. La Natoufien est une culture du Proche-Orient dont les sites ont été découverts dans les régions bordant la côte méditerranéenne de l'Asie (notamment près du Mont Carmel et dans le Néguev). Les Natoufiens semblent avoir été à l'origine des premiers villages occupés de manière permanente. On y trouvaient de petites maisons de plan circulaire ou ovale (de 3 à 4 mètres de diamètre), plus ou moins creusées dans le sol et généralement construites en bois et en terre. Cet habitat édifié en dur paraît témoigner d'une volonté de continuité dans l'installation incompatible avec le nomadisme permanent (mais pas forcément avec le semi-nomadisme). La présence de lames de faucilles en assez grand nombre montre que les Natoufiens avaient coutume de couper des plantes. On a donc longtemps pensé qu'ils avaient été les premiers agriculteurs du Proche-Orient. On perçoit plutôt aujourd'hui les Natoufiens comme des chasseurs-cueilleurs pratiquant abondamment la récolte de céréales sauvages comme l'amidonnier (ou blé emmer). Outre ces céréales, les Natoufiens se nourrissaient aussi des produits de la chasse (gazelles, boeufs, sangliers) et de la pêche (les villages étaient souvent proche de plans d'eau).

 

 

 

525px-Natufian-Burial-ElWad.jpg

 

Sépulture natoufienne à El Wad, sur le flanc ouest du Mont Carmel

 

 

 

-10 000 ans : Début de Holocène (Partie supérieure de l'ère quaternaire). L'Holocène est la dernière époque géologique s'étendant sur les 10 000 dernières années. Le nom est dérivé du grec holos, "entier(ement)" et ceno, "nouveau". Le début de l'Holocène correspond à la fin d'une brève période froide (fin du Pléistocène) marquant le retrait des grands glaciers, aux alentours de 9 600 av. J.-C. Cela marque aussi le début du Mésolithique en archéologie. L'Holocène est la quatrième et dernière époque du Néogène.

 

 

 

Holocene 5.jpg

 

 

 

Des blogs à découvrir sur le sujet (mes sources concernant mes articles sur le sujet) : Chronologie et évolution de la planète Terre - Du big bang à nos jours

 

et Chronologie encyclopédique


02/03/2017
0 Poster un commentaire

et on arrive après un long périple à - 10 000 ans

 

 

 

■ -10 000 : Mésolithique (-10 000 à -7 500)

 

 

 

-10 000 ans : Le Mésolithique est une période de transition de la Préhistoire qui succède, à la fin du Paléolithique et qui dure jusqu'au Néolithique. Le Mésolithique est surtout caractérisé par des innovations techniques qui concernent les "armatures microlithiques" en silex. C'est-à-dire que de petits éclats de silex sont de plus en plus employés pour réaliser les outils. Ces éclats sont fixés sur de l'os ou du bois. Le Mésolithique connaît, entre autres, un développement des armes de jet. L'emploi de l'arc et de la flèche, en particulier, se généralise sur le continent européen. Cela correspond à des changements importants dans la nature du gibier (disparition des grands migrateurs), changements qui s'expliquent par un climat en réchauffement. L'Europe devient au Mésolithique une région tempérée dans laquelle l'Homme, adapté à un nouvel environnement de forêts, connaît une croissance démographique sans précédent.

 

 

 

wir.skyrock.net.jpg

 

 

 

-10 000 ans : On commence à domestiquer les chiens

 

 

 

-8000 ans : Fondation de Jéricho. Dès le début du millénaire, la ville de Er Riha (Jéricho), constitue une des plus anciennes cités du monde. Dans la région, le blé, l'orge et divers légumes sont cultivés, et leurs cultures s'étendent en moins d'un millénaire depuis l'asie mineure jusqu'au Pakistan, le mouton et la chèvre sont complètement domestiqués dès 8 000 av. J.-C., et leurs élevages s'étendent aussi en moins d'un millénaire depuis l'asie mineure jusqu'au Pakistan. Jéricho est une ville de Cisjordanie (Moyen-Orient), située sur la rive ouest du Jourdain ; c'est la ville la plus basse du monde avec une altitude proche de -240 m. Jéricho est une des plus anciennes cités du monde, dont la fondation remonterait au VIIIe millénaire avant JC, donc à une période où le niveau de la Mer Morte était vraisemblablement beaucoup plus élevé qu'aujourd'hui.

 

 

 

-8000 : La fin de l'époque glaciaire change complètement le climat et le paysage, la raréfaction de la faune oblige les chasseurs à s'installer sur les rivages des lacs et sur les littoraux, et à vivre de la pêche. C'est aussi l'époque de la domestication du mouton, puis du bouc, du porc et du chien. Au Proche-Orient, c'est le début de l'agriculture néolithique. L'agriculture a fixé les nomades, elle est devenue autant religieuse qu'économique, ce sont les récurrences annuelles des phases de la vie laborieuse qui ont engendré les dates des fêtes religieuses. Création de la ville de Jéricho, sans doute la première (4000 ans avant la création de l'Univers, de la Terre et de l'homme selon les créationnistes).

 

 

 

neolithique_030-17945e2.jpg

 

 

 

-8000 : Pyramide de Cuicuilco. Cette pyramide est située au Mexique à proximité du mont Xitli, un volcan qui est entré en éruption maintes fois dans le passé, et dont la lave a recouvert trois des faces de l'édifice. A l'heure actuelle, nous ne savons toujours pas qui a construit cette pyramide. Elle a été découverte en 1920, par l'archéologue américain Byron S. Cummins. Celui-ci découvrit la base de la pyramide enterrée sous 4,50 m à 6 m de débris, qui avaient été à leur tour recouverts par trois coulées successives de lave qui n'ont pas endommagé la pyramide, puisque déjà à l'époque de la première éruption du volcan, elle était si profondément ensevelie sous les débris, que la lave ne parvint jamais jusqu'à elle. Cuicuilco est un site archéologique précolombien situé dans le sud du district fédéral de Mexico, au sud de la réserve écologique du Pedregal. Ce fut la première cité à s'installer sur les rives du lac Texcoco et fut aussi, pendant Ier millénaire av. J.-C., la plus importante ville de la vallée de Mexico.

 

 

Vista-aérea-de-la-pirámide-de-Cuicuilco.jpg

 

 

 

 

-7500 ans : Néolithique (Âge de la pierre polie ou Âge de la pierre nouvelle), (-7500 à -5800)

 

 

-7500 ans :  Le néolithique. L'aurore des civilisations commence en Mésopotamie, en particulier dans la région de Djeziré en Syrie. Après la maîtrise du feu, c'est la domestication des plantes : apprendre à cultiver le blé et l'orge. L'homme fait ainsi un bond considérable dans son évolution, l'agriculture provoque la sédentarisation, les tribus s'installent près des côtes et des lacsLa miniaturisation de l'outillage permet la fabrication des premiers tissus. Au Néolitique la guerre fait son entrée dans la vie de l'humanité. Obligés de combattre la convoitise des nomades, les cultivateurs doivent se défendre et se regroupent en bourgades bâties sur des hauteurs. Les villages deviennent des villes, la société se structure, ainsi apparaissent des artisans, des soldats, des marchands et des gouvernants. Jéricho en Jordanie et Jarmo en Iraq sont les plus vieilles cités du monde.

 

 

 

 

lpq35-le-neolithique.jpg

 

 

Dès -7000 l'humanité étend son emprise dans la région de la Mésopotamie, le long de trois fleuves : l'Euphrate, le Tigre et le Nil. Les agriculteurs creusent des canaux d'irrigation pour cultiver des régions inhospitalières.

 

 

 

Autour de -6000 la pratique de l'agriculture s'est étendue vers le sud-est de l'Europe et l'Asie Mineure, la culture du riz est l'un des principaux aliments. L'invention de la poterie répond au besoin qu'avaient les hommes de pouvoir transporter la nourriture et les objets et de cuire les aliments. En tressant les fibres de lin, on obtient un fil continu qui révolutionne l'habillement. La maîtrise de la navigation est un nouveau moyen d'accroître le pouvoir de l'homme. Les peuplades sont devenues étrangères les unes aux autres par la distance, la diversité des langages, des croyances et des moeurs. Mais dès le début de l'humanité, l'homme s'est comporté comme un être cohérent, logique, total et complet. Au -IVe millénaire, la population mondiale est de 7 millions.

 

 

 

Le Néolithique (Âge de la pierre polie ou Âge de la pierre nouvelle), terme inventé en 1865 par le préhistorien John Lubbock, est la dernière période de la préhistoire et la plus courte. Il succède au Mésolithique, dont il est séparé par la révolution néolithique, qui introduit de nombreux changements dans les modes de vie humains: sédentarisation le plus souvent, introduction de l'élevage et de l'agriculture. Selon les régions, le néolithique débute à des périodes différentes; dans les premières régions touchées, il commence il y a 10 000 ans et coïncide avec la fin des glaciations. Il se termine avec la protohistoire, soit au moment de l'invention de la métallurgie pour les premiers peuples avant l'invention de l'écriture, ou avec la description des peuples néolithiques par des cultures connaissant l'écriture. On peut donc dire que le néolithique est fini partout actuellement. La Mésopotamie (désigne le pays "entre des fleuves") est une région du Moyen-Orient située entre le Tigre et l'Euphrate. Elle correspond pour sa plus grande part à l'Iraq actuel. Elle comprend au nord une région de plateaux, qui est une zone de cultures pluviales, et au sud, une région de plaines où l'on pratique une agriculture qui repose exclusivement sur l'irrigation.

 

 

 

Le Croissant fertile est une région du Moyen-Orient comprenant les actuels Israël, Cisjordanie, et Liban ainsi que des parties de la Jordanie, de la Syrie, de l'Irak, de l'Égypte et le sud-est de la Turquie. Irriguée par le Jourdain, l'Euphrate, le Tigre et le Nil (quatre fleuves du Moyen-Orient), couvrant quelques 400 000 à 500 000 km², et peuplée de 40 à 50 million d'individus, la région s'étend des plaines alluviales du Nil, continuant sur la rive est de la Méditerranée, autour du nord du Désert syrien et à travers la Péninsule arabique et la Mésopotamie, jusqu'au Golfe Persique.

 

 

 

 

le-croissant-fertile-zoomed-43798047.jpg

 

 

Mode de vie sédentaire, d'un point de vue culturel et historique, le mode de vie sédentaire caractérise les civilisations modernes (particulièrement dans les civilisations occidentales). Lorsqu'elle ne se rapporte pas à l'individu mais aux peuples, l'expression "mode de vie sédentaire" a une acception opposée à "nomadisme" : avoir un mode de vie sédentaire signifie avoir un habitat fixe. Ce mode de vie est apparu avec le Néolithique, il y a environ 10 000 ans. Il est caractérisé par une diminution progressive de l'importance de la chasse, de la cueillette et de la pêche au profit de la production de nourriture par l'agriculture et l'élevage,ce qui à pour effet de stabiliser la population en un lieu fixe. Il est à noter toutefois que certaines sociétés dont la subsistance est basée sur le pastoralisme sont également nomades.

 

 

 

 

-4241 ans : Apparition du calendrier de l'Égypte antique. Le calendrier de l'Égypte antique, (également appelé calendrier nilotique) était axé sur les fluctuations annuelles du Nil et avait comme but premier la régulation des travaux agricoles au cours de l'année. Les Égyptiens définissaient d'ailleurs l'année comme "le temps nécessaire pour une récolte" et le hiéroglyphe qui la désigne est une jeune pousse avec un bourgeon (renpet). Le calendrier égyptien était basé sur les cycles lunaires (30 jours à peu près) et la récurrence annuelle du lever héliaque de l'étoile Sothis (Sirius), vers le 19 juillet de notre calendrier.

 

 

saisons-cycle.jpg

 

 

L'année était divisée en 3 saisons en fonction de la crue du Nil et de son impact sur l'environnement : Akhet (Akhit) "Inondation". Peret (Perit) "Émergence (des terres)" (décrue du Nil, germination, saison fraîche). Chemou (Shemou) "Chaleur" (été, saison des récoltes et de leur taxation). Chaque saison comprenait 4 mois de 30 jours chacun. Les cinq jours restants (six à partir de l'époque romaine) étaient appelés jours additionnels ou épagomènes. Ils étaient ajoutés à la fin du calendrier, entre le dernier jour de la saison Shemou et le premier jour de la saison Akhet.

 

 

denderah-saisons.jpg

 

 

Les jours épagomènes étaient considérés comme jours de naissance des grands dieux d'État qu'étaient, dans l'ordre, Osiris, Isis, Horus, Seth et Nephthys. Chaque mois était découpé en trois périodes de dix jours, les décades. Les journées avaient une durée de vingt-quatre heures. Le premier jour de la saison Akhet correspondait approximativement au début de l'inondation. Pour les Égyptiens, la montée des eaux était un événement majeur à plus d'un titre : d'une part, elle mettait fin à la saison sèche, et d'autre part, de son importance dépendait la qualité des récoltes, une crue trop faible pouvant entraîner une famine alors qu'une crue trop forte pouvait causer des inondations dévastatrices. La montée des eaux intervenait peu de temps après le lever héliaque de l'étoile Sothis (Sirius) dans le ciel égyptien. L'apparition de l'étoile constituait un repère indispensable au paysan égyptien, qui ne pouvait se fier au calendrier civil en raison d'un décalage de plus en plus important entre l'année civile de 365 jours et l'année solaire, année de 365 jours et 6 heures à peu près.

 

 

 

debuts-agriculture-web.jpg

 

 

 

-4000 ans : Entre le Tigre et l'Euphrate, des hommes venus de l'Est fonde la civilisation de Sumer (Akkad). Les Sumériens inventent l'écriture, les bateaux, l'art de bâtir en briques, la roue, l'école, la démocratie, la justice, la monnaie, les impôts et la médecine. Ils fondent des cités avec un prêtre-roi. Ce sont eux qui ont inventé le système sexagésimal de l'heure, la minute et la seconde.

 

 

 

-3500 ans : Apparition des menhirs. Un menhir est une pierre dressée, plantée en terre à la préhistoire récente (environ 3500 à 2000 av. J.-C.) ou beaucoup plus rarement à la protohistoire (en France par ex.: menhir d'Ensérune, Hérault & menhirs gaulois de l'Âge de fer en Bretagne). Elle peut être implantée en isolée ou en alignement, parfois, plus rarement plusieurs menhirs peuvent être disposés en cercle, on parle alors de "cercle de pierres" ou de "cromlech". Cette pierre peut être taillée (colonne, amande, dalle anthropomorphe, etc.) ou avoir été plantée plus ou moins brute ; dans ce dernier cas on parle plutôt de "pierre levée" que de menhir.

 

 

 

47023810.jpg

 

Menhir la Pierre du Champ Dolent

 

 

 

 

 

-3500 à 3200 ans

 

 

 

-3500 à -3200 ans - en Égypte - Période dite gerzéenne. Elle est dite aussi phase de Nagada II et précède directement l'unification pharaonique. Les villages se multiplient en Haute-Égypte, de la région d'Assiout aux frontières de la Nubie. L'époque gerzéenne. Avant son unification, la Haute-Égypte (Sud) était divisée entre trois confédérations, ou protoroyaumes: Thinis (Abydos), Noubt (Nagada IIb, c et d) et Nékhen (Hiérakonpolis). Elles luttèrent entre elles pour la suprématie et ce fut la confédération de Nékhen qui prit le dessus et put partir ainsi à la conquête progressive de l'ensemble de l'Égypte.

 

 

Les rois de la dynastie 0 étaient ceux de Hiérakonpolis, et se firent enterrer en Abydos. Durant la fin de la période prédynastique, l'Égypte se trouve divisée en deux royaumes : un roi pour le Nord (Basse-Égypte) et un pour le Sud (Haute-Égypte). Nagada II, à partir de -3500 commence la culture de Nagada II : les traits culturels de Nagada évoluent et s'étendent progressivement au nord de la vallée (Maadi). Apparaît une céramique de décors sombre sur une pâte claire, représentant toujours la chasse de la steppe savanicole, mais développant surtout le thème de la navigation soulignant l'intensité de la vie de relation par le fleuve, thème essentiel que l'on retrouve dans les fresques de la grande tombe de Hiérakonpolis. L'architecture de terre et brique crue se développe (nécropoles des Nagada II et III). Nubie, région du nord-est de l'Afrique située entre le confluent du Nil et la Haute-Égypte près de Khartoum, et entre le désert de Libye et la mer rouge. La Nubie, désignée sous le nom d'Éthiopie ou de Koush dans l'antiquité fut conquise par les pharaons, attirés par ses richesses minières et par la route vers le reste de l'Afrique. Pendant longtemps elle subira l'influence égyptienne. Hiérakonpolis, depuis plus d'un siècle, les fouilles de Hiérakonpolis, l'ancienne Nekhen, à 100 km au Sud de Louxor ont fait reculer les limites de l'Histoire et modifier les opinions sur l'Époque prédynastique. Le site reste surtout connu pour avoir livré la Palette de Narmer. Or ce merveilleux objet représente en fait l'aboutissement d'une extraordinaire évolution qui a commencé au moins 500 ans avant la naissance de Narmer.

 

 

 

 

-3500 ans : Apparition des Sumériens, premières villes (cités-États : Uruk, Lagash, Umma, Larsa, Eridou). Le sud de la Mésopotamie est peuplé de Sumériens entre Nippur et le golfe persique, de Sémites entre Nippur et Bagdad (Akkad) et d'un autre peuple dont nous ignorons le nom. Ces populations partagent les mêmes institutions, le même mode de vie, les mêmes techniques et certaines croyances mais parlent des langues différentes. Sumer ou Shumer désigne une région de la basse Mésopotamie antique (actuellement la partie Sud de l'Irak) en bordure du golfe Persique (situé à cette époque au nord-ouest de l'actuel golfe). Il a donné son nom aux Sumériens, peuple non sémitique d'origine mal connue, qui y était établi au IVe millénaire av. J.-C.. Elle constitue la première civilisation véritablement urbaine et marque la fin de la préhistoire au Moyen-Orient, la plupart des cultures de cette région seront plus ou moins influencées pendant toute la haute antiquité et la moyenne antiquité.

 

 

 

carte1.jpg

 

 

 

-3500 ans : invention de l'écriture cunéiforme par les Sumériens. (Il y a environ 5500 ans naissaient, quelque part entre le Tigre et l'Euphrate, les germes de ce qui allait devenir la première forme d'écriture de l'humanité. Devenus agriculteurs, les Sumériens durent en effet concevoir un système de comptabilité et d'inventaire durable afin de gérer les surplus de nourriture. Ils se servirent donc de l'argile, matériau abondant dans ce territoire fluvial, pour garder des traces de leurs récoltes et troupeaux). Le cunéiforme est une des plus anciennes formes d'écriture. Il a été inventé dans l'ancien Sumer aux environs de la moitié du IVe millénaire avant l'ère chrétienne. Le système était à l'origine pictographique, mais en s'adaptant aux autres langues de la région, il a évolué vers un système phonétique. Le nom cunéiforme signifie "en forme en coins" (latin cuneus), à cause de la forme du stylet utilisé. Le cunéiforme était principalement écrit avec un calame en roseau sur des tablettes d'argile. L'écriture sumérienne originale fut adaptée à l'akkadien, à l'élamite, au hittite et au louvite. Considérablement simplifiée, elle a inspiré le syllabaire vieux perse et, au moins en ce qui concerne la technique du calame, si ce n'est pour la forme de certains signes, elle a influencé l'alphabet ougaritique.

 

 

0c75beb2.jpg

 

 

 

-3500 ans : Histoire des sciences mésopotamienne et babylonienne, C'est le sumérien qui devient pour la première fois une langue écrite, vers 3300 av J.-C. Cette écriture fut utilisée au début pour le commerce. Des pictogrammes représentaient des objets et petit à petit, le besoin s'est fait sentir d'étendre le système. L'étape suivante, qui fut le début de l'établissement d'une véritable langue écrite, fut d'associer les sons à des pictogrammes et enfin de ne les associer qu'à des sons, offrant ainsi l'équivalent écrit d'une langue parlée. L'invention de l'écriture est une chose très importante pour la préservation et la transmission des idées. Le support d'écriture en Mésopotamie était l'argile présente sous de nombreuses formes, en tablette bien sûr, mais aussi en forme de cylindres ou de prismes. C'est sur des tablettes d'argile babyloniennes qu'on trouve la trace des premières mathématiques. Les quatre opérations de base se faisaient à l'aide de tables et la résolution de problèmes pratiques à l'aide de mots détaillant toutes les étapes. Bien que ces méthodes n'étaient pas pratiques à l'usage, elles avaient le mérite de fonctionner et de permettre de résoudre des équations allant jusqu'au troisième degré.

 

 

jpg_alphabet_sumerien_0.jpg

 

 

 

Les mésopotamiens connaissaient plusieurs maladies et avaient des remèdes pour chacune d'entre elles. Des textes et manuels médicaux avaient même été écrits, mais il semblerait que l'expérience du médecin était la plus importante. Les remèdes, à base de drogues végétales comme des racines mais aussi de minéraux comme le sel, côtoyaient la magie.  À cette époque, on pensait par exemple que certaines plantes devaient être cueillies à certaines dates, administrées un certain nombre de fois (des chiffres comme le 3, le 7 et leurs multiples étaient très prisés). La récitation d'incantations faisait aussi partie du remède. Tout cela s'explique très logiquement par le fait qu'en ces temps, on pensait que les maladies étaient d'origine divine. Ainsi, si l'on désirait soigner le malade, il fallait apaiser les dieux. Des cartes géographiques sont également réalisées, comme celle de la ville de Nippour (qui fut même utilisée par les archéologues explorant les vestiges de la cité). Une carte du monde fut même retrouvée, plaçant Babylone au centre et les distances représentées par la durée du voyage et non par les distances réelles.

 

 

 

-3500 ans - Invention de la roue par les sumériens. La roue est un organe ou pièce mécanique de forme circulaire tournant autour d'un axe passant par son centre. Cette invention très ancienne constitue un des fondements de nos technologies des transports. Elle permet de déplacer sur terre des charges importantes, en réduisant les forces de friction. Elle est employée dans la plupart des moyens de transport terrestres. On situe généralement l'invention de la roue vers 3500 avant J.-C. à Sumer en basse Mésopotamie. Son usage est inconnu dans l'Amérique précolombienne, bien que l'on y ait retrouvé des objets en pierre en forme de roue et considérés comme des jouets (datés de 1500 ans avant J.-C.) mais pas d'engins utilisant la roue.

 

 

 

Ce paradoxe est retenu comme exemple par le Alain Gras pour illustrer le refus d'engagement dans des trajectoires technologiques données bien qu'accessibles en terme de faisabilité. La roue était également inconnue en Afrique sub-saharienne, Amerique Latine (les civilisations Incas, Maya...) et en Océanie jusqu'à une époque récente. Les premières roues étaient pleines, en pierre d'une seule pièce, ou en bois souvent constituées de trois à quatre pièces assemblées. Les roues à rayons et à jantes, plus légères, seraient apparues environ 2000 ans av. J.-C. Ces roues étaient solidaires de l'essieu dans un premier temps, celui-ci constituant alors un axe reliant deux roues situées de part et d'autre de la caisse. Pour réduire le frottement entre l'axe et le châssis reposant sur lui divers procédés ont été mis au point, dont notamment un trou dans un madrier faisant office de membrure, ce trou étant garni de galets lubrifiés avec de l'huile (l'ancêtre du roulement à billes). Désormais les roues sont montées sur leur axe à l'aide de roulements à billes, à rouleaux ou de palier hydraulique. Ces derniers assurent une liaison mécanique fiable, avec un minimum de frottements.

 

8ab186a0-a12b-42d2-a99a-24b5c5b406eb.png

 

 

-3500 ans : La Préhistoire et la haute Antiquité. Triomphe de la cité. En l'espace de quelques millénaires, nos ancêtres ont successivement découvert l'art (Lascaux), l'agriculture puis l'écriture,... L'anthropologie récente montre que nos ancêtres ont très tôt goûté l'avantage de vivre en société, dans des villages, plutôt qu'isolés. L'agriculture est venue plus tard, comme une conséquence naturelle de la première urbanisation. Il y a 5000 ans, après les premiers villages et l'agriculture, apparaissaient à Sumer les premières cités-États, en corrélation avec l'invention de l'écriture. L'Histoire témoigne ainsi d'une progression constante des cités et des villes, jusqu'à nos métropoles géantes.

 

 

 

-3200 ans - En Égypte, le pharaon Ménès (premier pharaon d'Égypte) unifie les royaumes du Nord et du Sud. Ménès est un pharaon considéré comme le fondateur de la Ière dynastie thinite vers -3190. Son règne se perd dans l'origine des mythes égyptiens qui font de lui le premier homme à avoir régné sur l'Égypte après le dieu Horus et les demi-dieux. Ménès serait à l'origine de l'unification des royaumes de Haute et de Basse-Égypte. Il est parfois assimilé au roi Narmer (son prédécesseur). Narmer est le nom d'un roi égyptien de la période prédynastique qui passe pour être l'unificateur des deux royaumes d'Égypte (le Nord et le Sud) au début du IIIe millénaire avant notre ère. Narmer est incontestablement le souverain qui à donné à l'Égypte une pulsion de prospérité et de puissance. Par contre, on connaît peu de chose sur la personnalité du pharaon. Horus est l'appellation grecque d'une des plus anciennes divinités égyptiennes, le dieu faucon, dont le nom signifie probablement Celui qui est au-dessus ou Celui qui est lointain. Le culte d'Horus remonte sans doute à la préhistoire, car la liste royale du papyrus de Turin qualifie de Suivants d'Horus les rois légendaires qui gouvernèrent l'Égypte après le règne des dieux. Aux débuts de l'époque historique, le faucon sacré est figuré sur la palette du roi Narmer et dès lors il sera constamment associé à la monarchie pharaonique.

 

 

 

■ -3200 ans à -3100 - en Égypte - Période archaïque ou de Nagada III. Dans la dernière partie du IVe millénaire, trois proto-royaumes sont en compétition pour faire l'unité de la Haute-Égypte. Ils sont organisés autour de Hiérakonpolis, de Nagada et d'Abydos. C'est à cette époque que l'on place "la dynastie zéro" identifiée par les chercheurs au cours des deux dernières décennies. On ignore le nombre précis de souverains qui l'ont constituée dans la mesure où elle précède ceux qui sont mentionnés dans l'Histoire de Manéthon mais quatre sont incontestables: Scorpion, Iry Hor (ou Ro Hor), Ka (ou Zekhen) et Ménès qui est à la fois le dernier souverain de la dynastie zéro et le premier pharaon de la première dynastie.

 

 

Dès cette époque, l'existence d'un territoire défini, d'une autorité unique, d'une idéologie royale, d'une écriture, d'un artisanat de luxe et d'échanges commerciaux avec des pays assez lointains tels que la Palestine, d'un système fiscal et d'une administration hiérarchisée conduit à conclure que l'Égypte est bien entrée dans l'histoire durant cette période de transition qui sépare, entre -3200 et -3100, la culture de Nagada II et la première dynastie. C'est par la soumission du Delta - obtenue sans doute par la force, ce que semble confirmer la palette de Narmer - que s'est réalisée l'unité. Nagada III, la culture de Nagada III (-3300 / -3150) voit l'unification des traits culturels dans la vallée du Nil et le delta. A la fin de Nagada III, la structure du schéma décoratif se modifie, les scènes s'organisent en registres, les premières notations hiéroglyphiques apparaissent. Les thèmes évoluent l'affirmation de la prééminence d'un chef incarnant le groupe entier, dont la force et la puissance peuvent être exprimées à travers l'image du lion ou du taureau.

 

 

 

adm.jpg

 

 Adam et Eve – gravure sumérienne

 

 

 

-3200 ans : Égypte antique, bien que l'on puisse définir temporellement l'Égypte antique comme la période de l'histoire égyptienne allant de l'invention de l'écriture à la fin de l'Antiquité, cette notion se rapporte plus particulièrement à la civilisation qui vécut sur les bords du Nil durant cette période de près de quatre mille ans d'Histoire. Du rassemblement des tribus égyptiennes pour la création du premier empire pharaonique jusqu'à son effondrement au début de l'ère chrétienne, l'Égypte antique a été le théâtre d'événements majeurs qui ont profondément influencé la culture d'une grande partie des peuples d'Afrique, de la Méditerranée et du Moyen Orient.

 

 

C'est vers la fin du Néolithique que des tribus commencent à se rassembler dans la fertile vallée du Nil, pour aboutir à la constitution de deux royaumes distincts politiquement mais étroitement liés par une culture commune : la Haute-Égypte, au Sud, et la Basse-Égypte, au Nord. La tradition attribue au royaume du Sud l'unification du pays (qui devient ainsi le premier état du monde) et l'établissement des premières institutions pharaoniques (par le Pharaon Narmer, pensent de nombreux spécialistes).

 

 

C'est vers la fin du Néolithique que des tribus commencent à se rassembler dans la fertile vallée du Nil, pour aboutir à la constitution de deux royaumes politiquement distincts mais étroitement liés par une culture commune : la Haute-Égypte, au Sud, et la Basse-Égypte, au Nord (le Nil coule du Sud vers le Nord, d'où ces appellations). La tradition attribue au royaume du Sud l'unification du pays (qui devient ainsi le premier état du monde) et l'établissement des premières institutions pharaoniques (par le pharaon Narmer, pensent de nombreux spécialistes).

 

 

Le découpage de l'histoire de l'Égypte en grandes périodes et en trente et une dynasties est hérité du prêtre-historien Manéthon IIIe siècle av. J.-C., même si les Égyptiens antérieurs ne faisaient pas cette distinction : pour eux la monarchie était continuelle.

 

 

- Période prédynastique : période précédant l'unification du pays ;

 

- Période thinite : les premières dynasties pharaoniques (capitale This, près d'Abydos) ;

 

- Ancien Empire : considéré par les anciens Égyptiens eux-mêmes comme l'Âge d'or de leur civilisation avec, entre autre, la construction des plus grandes pyramides ;

 

- Ière période intermédiaire : période d'instabilité politique et de morcellement du pays en deux royaumes rivaux ;

 

- Moyen Empire : période faste, stable et de grande activité artistique ;

 

- IIe période intermédiaire : période de troubles graves, occupation du pays par les Hyksôs, libération du pays par Amosis ;

 

- Nouvel Empire : période la plus prospère de toute l'histoire égyptienne ; elle se caractérise par un renouveau culturel et artistique dont l'apogée est atteinte avec les XVIIIe et XIXe dynasties ; c'est l'époque des Thoutmôsis, des Amenhotep (en grec : Aménophis) et des Ramessides (dont Ramsès II) ;

 

- IIIe période intermédiaire : période de guerre civile, les rois-prêtres, domination libyenne puis éthiopienne (royaume de Koush), invasion assyrienne ;

 

- Basse époque : dynastie saïte, occupation perse, dernières dynasties autochtones puis domination hellénistique (Alexandre, les Ptolémées).

 

La fin de l'histoire égyptienne antique varie en fonction du point de vue adopté. Elle s'achève : d'un point de vue ethnologique, à la mort du dernier pharaon autochtone, Nectanébo II en -343 ; d'un point de vue politique, à la mort du dernier souverain autonome, Ptolémée XV Césarion en -30 ; d'un point de vue culturel, lors de la conversion du dernier temple égyptien en église copte, le temple d'Isis à Philae en 535 (fermeture en 551).

 

 

 

 

egypteRepereHistorique.jpg

 

 

 

-3200 ansLes sciences égyptiennes, l'Égypte ancienne, tout comme la Mésopotamie, est issue de la lointaine civilisation du Néolithique. Son existence et son maintien s'étendent sur plus de 3 000 ans. La civilisation égyptienne est liée à un lieu géographique unique qui la fonde entièrement : la vallée du Nil. C'est le Nil qui, par sa crue, apporte l'eau et le limon, c'est-à-dire la vie. L'irrigation/ drainage, technologie sophistiquée pensée à l'échelle du pays tout entier, permet le contrôle de l'inondation.

 

 

L'existence d'une alternance entre années de bonnes et de mauvaises crues nécessite le stockage et la redistribution à l'échelle du pays, donc, dès -3000, l'écriture. L'État s'organise à partir de nombreux fonctionnaires (scribes, prêtres, militaires) formés dans des écoles (l'école d'élite du kep fournit même un enseignement de haut niveau). Certains fonctionnaires, dans les Maisons de Vie, sont de véritables chercheurs pluridisciplinaires, en mathématiques, en astronomie, en médecine.

 

 

Les scribes ne se cantonnent pas à l'empirisme, ils procèdent à une certaine conceptualisation des problèmes. En mathématiques, le nombre pi est utilisé, depuis le Moyen Empire et probablement bien avant sous l'Ancien Empire, pour calculer le périmètre du cercle et sa surface : on lui attribue la valeur de 4 × (8 / 9) × (8 / 9), soit 3,16, ce qui donne sur pi une précision de 0,6%.

 

 

Les pyramides sont orientées par rapport à la course du Soleil (équinoxe) avec une précision de quelques minutes d'arc. C'est à Alexandrie, justement, que viendront se former les scientifiques grecs, et Euclide passera sa vie en Égypte, Thalès et Pythagore y étaient venus, Platon aussi semble-t-il. Certes, ce n'est qu'avec les Grecs qu'apparaîtront les démonstrations. Mais, s'il est vrai que les Égyptiens valorisent l'abord pratique des problèmes (construction architecturale, administration), l'examen attentif des papyri mathématiques (Papyrus Rhind, Papyrus de Moscou, Papyri Kahun, Papyrus d'Akhmim) montre qu'ils connaissaient les lois fondamentales des mathématiques et les utilisaient couramment.

 

 

Les équations ne sont pas écrites, mais elles sous-tendent les explications données. L'ingénierie égyptienne atteint une impressionnante efficacité : les Égyptiens ne mettent que trente ans à construire chacune des grandes pyramides. Le nombre d'ouvriers nécessaires, le volume de pierre à amener, le transport depuis les carrières, l'infrastructure nécessaire à la réalisation (rampes), la quantité de nourriture à apporter aux ouvriers, tout est calculé. La précision de la technique de taille des pierres, aussi, est réellement impressionnante et on ne comprend toujours pas comment les 20 000 ouvriers de la pyramide de Khéphren (que nous connaissons désormais par les fouilles) sont parvenus à rendre parfaitement jointifs des blocs aussi énormes en les montant là où ils se trouvent.

 

 

 

532230928.jpg

 

Scribes

 

 

 

Les temples, les obélisques et les tombeaux sont tout aussi impressionnants. Les scribes calculaient vite et bien, les ouvriers travaillaient vite et bien. Contrairement à une croyance tenace, l'esclavage n'existait pas en Égypte : ces ouvriers, détenteurs d'une haute technicité, sont particulièrement choyés par les pharaons. Du fait de la pratique de l'embaumement, les médecins égyptiens ont une connaissance approfondie de l'intérieur du corps humain. Ils ont identifié et ont décrit un grand nombre de maladies dont ils ont trouvé ainsi les traces. Ils sont compétents en médecine cardiologique, gynécologique, des yeux, des voies intestinales et urinaires.

 

 

Ils pratiquent avec succès des opérations. Ils sont les plus réputés de leur époque et on fait largement appel à eux, y compris depuis l'étranger. Comme pour les mathématiques, ils ont enseigné leur savoir oralement et au moyen d'un certain nombre de papyri (Papyrus Ebers, Papyrus Edwin Smith, Papyrus Carlsberg). Ce n'est pas un hasard si les médecins grecs, comme leurs collègues mathématiciens ou astronomes, sont venus se former dans la Maison de Vie de la célèbre bibliothèque d'Alexandrie.

 

 

L'astronomie égyptienne, outre la cartographie du ciel, maîtrise la description précise du mouvement du Soleil et le calcul exact des éphémérides. Le zodiaque, dont nous avons hérité, n'est autre que le calendrier des saisons égyptiennes. Le calendrier pratique de 365 jours 1/4 est différent du calendrier administratif civil de 365 jours, le moment le plus important en est le lever héliaque de Sothis (Sirius), qui coïncide avec le début de la crue du Nil (le Verseau). Il s'agit bien d'astronomie, sans aucune arrière-pensée liée à l'astrologie, pratique qui sera introduite sur le tard par les Grecs. On sous-estime encore trop souvent la science égyptienne, alors que c'est elle qui a nourri la science grecque à Alexandrie. Les Égyptiens, doués d'un esprit scientifique aussi bien théorique que pratique, sont, via les Grecs, une source essentielle de la science moderne.

 

 

img-3-small473.jpg

 

Le « disque » de Chevroches (cliché INRAP)

 

 

 

-3200 ans : invention du papyrus et de l'écriture en hiéroglyphes en Égypte. Le papyrus (Cyperus papyrus) est une plante qui pousse notamment sur les rives du Nil et de son delta. Il est constitué d'une tige ligneuse de section triangulaire supportant des feuilles disposées en étoile à son sommet. Le papyrus a été utilisé pendant longtemps comme matière première pour fabriquer une forme de papier.

 

 

Le papier de papyrus fut probablement inventé il y a 5000 ans, en utilisant la tige de la plante Cyperus papyrus, et fut largement utilisé en Égypte et dans d'autres régions voisines pour fabriquer les rouleaux manuscrits. Plus tard, lors de l'invention du codex et du livre, on a commencé à en faire des feuilles de papier. Le principe de fabrication du papier de papyrus réside dans la superposition de fines tranches de la tige de la plante, humidifiées, placées en couches et positionnées perpendiculairement les unes sur les autres et compressées.

 

 

Seul un côté du papier était utilisé, sur lequel un traitement à base de colle (fabriquée à partir de la sève elle-même de la plante) était appliqué afin d'éviter que l'encre ne coule. Chaque morceau ne dépassait pas un demi-mètre de longueur, mais on pouvait assembler de nombreuses feuilles les unes aux autres, pour former de longs rouleaux (comme le papyrus Harris, qui mesure 40 mètres de long). Un hiéroglyphe est la représentation graphique d'un caractère du système d'écriture de l'Égypte antique servant à noter la langue égyptienne. L'écriture hiéroglyphique est attestée dès la fin du IVe millénaire av. J.-C. À l'époque de l'Ancien, du Moyen et du Nouvel Empire, il existait environ 700 hiéroglyphes, alors qu'à l'époque gréco-romaine on en dénombrait plus de 5000.

 

 

Les hiéroglyphes sont des pictogrammes : ils représentent quelque chose de tangible, souvent facilement reconnaissable, même pour quelqu'un qui ignore le sens du signe. Pour le dessin des hiéroglyphes, les Égyptiens s'inspirèrent de leur environnement : objets de la vie quotidienne, animaux, plantes, parties du corps. L'écriture hiéroglyphique fut employée pendant plus de 3000 ans. L'utilisation des hiéroglyphes gravés se limitait aux domaines où l'esthétique et/ou la valeur magique des mots avaient de l'importance : formules d'offrandes et fresques funéraires, textes religieux, inscriptions officielles.

 

 

L'écriture hiératique en est la forme cursive. Réservée aux documents administratifs et aux documents privés, elle avait pour support le papyrus, les ostraca (tessons de poterie ou de calcaire), le parchemin ou encore des tablettes de bois. Écriture hiératique, dans l'Égypte antique, l'écriture hiératique permettait aux scribes d'écrire rapidement en simplifiant les hiéroglyphes et était utilisée dans l'administration. L'écriture hiératique est en fait le deuxième niveau de simplification des hiéroglyphes, le premier étant les hiéroglyphes linéaires, qui sont des versions simplifiées des hiéroglyphes, mais qui gardent leur valeur représentative. Les caractères hiératiques, eux, ne représentent plus des objets, mais uniquement des signes arbitraires à la manière des lettres d'un alphabet.

 

 

 

 

1102211B-1-z.jpg

 

 

 

-3100 ans : en Égypte - L'unité est faite de la Méditerranée. L'unification des Deux Terres. Narmer (également appelé Ménès) unifie la Haute et la Basse Égypte. Il donne ainsi naissance à la première dynastie des pharaons, la dynastie thinite. Durant cette période, l'écriture hiéroglyphique se développera. On découvrira bien plus tard une palette de schiste sur laquelle Ménès porte le pschent, la fameuse couronne symbolisant l'union des Deux Terres.

 

 

C'est à cette époque qu'apparaissent les premiers documents écrits et les palettes sculptées telles que celle de Narmer. Cette phase correspondrait à la Ière dynastie, qui aurait régné de -3100 à -2900 et aurait compté huit souverains. Aha et Djer, les descendants supposés de Narmer, longtemps présenté comme l'unificateur du pays - l'unité est en fait antérieure à son règne -, auraient conduit des expéditions contre les Libyens et les Nubiens et auraient entretenu des relations avec le Proche-Orient. La première dynastie égyptienne marque le début de près de trois millénaires d'institution pharaonique, bien que le terme pharaon, utilisé avant le Nouvel Empire soit en réalité anachronique.

 

 

Elle débute avec l'unification de l'Égypte, autrefois divisée en deux royaumes distincts, celui du Nord et celui du Sud et dure des alentours de -3150 (Grimal) à -2926 (Grimal) ou -2850 (Krauss) ou -2828 (von Beckerath) ou -2793 (Malek). On attribue au roi Narmer cette réunification, même s'il ne fait pas partie de la Ière dynastie, et est généralement classé dans la période prédynastique. La première dynastie ouvre la Période thinite, du nom Grec de la capitale des pharaons des deux premières dynasties, Thinis (Tjene en égyptien).

 

 

 

 

egypte9.jpg


02/03/2017
0 Poster un commentaire

- 3000 Début de l'Âge de CUIVRE

 

 

 

-3000 Début de l'Âge de cuivre

 

 

-3000 : L'âge de cuivre, correspond dans un sens plus restrictif et dans une acception culturelle au chalcolithique des préhistoriens français. Il désigne souvent - abusivement - une période intermédiaire de la préhistoire, étape de transition entre les industries lithiques et osseuses caractéristiques du néolithique final et l'industrie métallurgique naissante qui les supplante ensuite à l'âge de bronze. En réalité, dans les cultures du chalcolithique, des minerais tels que l'or, l'argent et le cuivre sont exploités dans le cadre d'un artisanat secondaire, l'essentiel de la production demeurant en pierre et en os.

 

 

Le nom Chalcolithique a été forgé par les préhistoriens à partir des racines grecques khalkos (cuivre) et lithos (pierre). Ainsi, le chalcolithique désigne la "période où un outillage principalement en pierre peut être complété par des objets en cuivre", ce qui est caractéristique, en archéologie, de certaines cultures ayant existé à la fin du Néolithique ou au début de l'Âge de bronze (vers -2300 à -1800 en Europe occidentale). Cuivre, métal de couleur rougeâtre, il possède une haute conductivité thermique et électrique (à température ambiante, le seul métal pur ayant une meilleure conductivité électrique est l'argent). Le cuivre pourrait bien être le premier métal à avoir été utilisé, étant donné que des pièces datant de 8700 avant J.-C. ont été trouvées. Le cuivre est un des rares métaux qui existe à l'état natif. Ce fait d'ailleurs expliquant probablement qu'il fut le premier métal utilisé par les hommes.

 

 

 

chauffage-5-g.jpg

 

 

 

-3000 : Civilisation cananéenne (La civilisation cananéenne a duré pendant environ 6000 ans. Elle était très avancée sur le plan administratif, artistique, et de la langue). Canaan, ancien nom de la Palestine, avant que celle-ci ne fût occupée par les Hébreux vers -1200 et territoire qui s'étendait de l'Égypte aux montagnes du Liban. Les habitants de Canaan, en majorité des Sémites installés dans le pays vers -3000 étaient organisés en petites communautés ayant chacune son propre souverain. De grandes cités ont malgré tout vu le jour dès le néolithique, la plus ancienne de toutes étant Jéricho.

 

 

Sémites, le mot sémite a été créé au XVIIIe siècle pour regrouper, non des races, mais des langues qui avaient une origine commune. Le mot vient du nom propre Sem (en hébreu "Nom, renommée, prospérité") désignant un des fils de Noé, duquel, selon la Bible, seraient issus plusieurs peuples (Hébreux, Arabes, Elamites, Araméens, Assyriens et Phéniciens) et dont les représentants modernes sont les Arabes, les Juifs, les Assyro-Chaldéens, les Syriaques...

 

 

 

A_reconstructed_israelite_house_Monarchy_period3.jpg

 

 

 

■ -3000 : Un cataclysme est relaté par de nombreuses civilisations du bassin méditerranéen. Se pourrait-il que ce soit l'ouverture brutale du détroit de la Mer Noire ? Des civilisations disparaissent... Le mythe du déluge naît chez les Sumériens, repris par les Babyloniens : Dieu prévient Utnapishtim et lui conseille de construire un bateau pour sauver un certain nombre d'animaux. Puis vient une pluie torrentielle pendant sept jours, puis le bateau débarque sur le mont Nishir. Utnapishtim lâche une colombe et, peu après, une hirondelle mais les oiseaux reviennent. Finalement il lâche un corbeau qui ne revient plus. Le Veda indien reprend le mythe, puis les Grecs et les chrétiens qui recopie cette légende dans la bible.

 

 

 

-3000 : La population mondiale atteint 14 millions

 

 

 

-2900 : à -2700 - en Égypte - Deuxième dynastie. Elle aurait compté neuf souverains. La IIe dynastie pharaonique s'étant de vers : -2850 (Krauss, Redford) ou -2828 (von Beckerath) ou -2793 (Malek) à : -2687 (Redford) ou -2740 (Krauss) ou -2682 (von Beckerath) ou -2663 (Dodson) ou -2647 (Malek). Elle est reportée sur les colonnes deux et trois du papyrus de Turin. Les noms, le nombre et l'ordre des Rois sont incertains car les sources se contredisent et nous manquons de documentation. Seuls les quatre premiers souverains et le dernier sont sûrs pour leurs noms et leurs ordres. Aucune tombe royale n'a été formellement identifiée. Cette dynastie marque un renforcement d'un pouvoir absolu qui repose sur une organisation centralisée et l'utilisation plus intensive de l'écriture.

 

 

 

plan-d-4egypte.jpeg

 

 

 

-2660 à -2180 - en Égypte - ancien empire. L'Ancien Empire égyptien est considéré par beaucoup, et même par les égyptiens des périodes antiques plus tardives, comme l'âge d'or de la civilisation pharaonique. La centralisation amorcée sous les dynasties thinites, va permettre des développements artistiques et architecturaux, tandis que se sont regroupées autour du roi toutes les ressources du pays. L'Ancien empire couvre une période allant des environs de -2700 à -2200 avant l'ère chrétienne et est formé de quatre dynasties : IIIe dynastie (-2700 à -2620). IVe dynastie (-2620 à -2508). Ve dynastie (-2508 à -2350). VIe dynastie (-2350 à -2200).

 

 

C'est l'époque des premières pyramides. D'abord de la pyramide à degrés à Saqquarah sous le règne Djoser, puis des trois pyramides monumentales du plateau de Gizeh (celle de Khéops, Khéphren et Mykérinos). Il s'agit aussi d'une période d'expansion territoriale avec vers 2650 avant l'ère chrétienne la conquête du Sinaï par Djoser et vers -2300, la conquête de la Nubie par Pépi Ier. On considère cette période comme une période de fermeture sur l'extérieur mais qui n'empêchera pas les égyptiens de se développer d'eux-mêmes.

 

 

Les nobles et les notables sont enterrés dans des mastabas, et l'on y voit un art raffiné, sans toutefois égaler celui du Nouvel Empire égyptien. La capitale est à Memphis et le dieu impérial est Ptah, mais aussi le dieu soleil Rê, auquel les pharaons s'identifient lors de sa course quotidienne et son combat contre les forces destructrices de la nuit. Les rois sont enterrés surtout à Saqqarah et en Abydos, cité sainte d'Ounnéfer-Osiris. Des temples solaires, "les demeures des millions d'années", sont édifiés pour rendre hommage aux rois en adorant son Ka durant et après sa vie. Vers 2350 avant l'ère chrétienne, apparaissent les premières traces des textes des pyramides à Saqqarah sous le règne du roi Ounas. Cette période est marquée par la montée en puissance des nomarques et princes locaux par rapport au pouvoir central usé, entre autres, par le long règne de Pépi II. Commence alors une période de décadence qui mènera l'Égypte, après le règne de la mystérieuse pharaonne Nitokris, à la Ière période intermédiaire. L'invasion du Delta par un peuple asiatique marquera la fin de l'Ancien Empire.

 

 

Un mastaba est une construction funéraire rectangulaire utilisée dans l'Égypte antique pour enterrer les pharaons, les nobles et les notables. Nomarque, dans l'antiquité égyptienne, les nomarques étaient les fonctionnaires qui administraient les nomes (provinces) au nom du pharaon. Bien que les nomarques fussent normalement nommés par le pharaon, l'affaiblissement du pouvoir central conduisit souvent à la création de dynasties locales ; la fonction se transmettait alors héréditairement. Durant les "périodes intermédiaires" (périodes de troubles profonds) les nomarques devenaient de véritables petits roitelets qui allaient parfois jusqu'à utiliser les attributs du pharaon sur les décors de leurs sépultures. Les Nomes sont les divisions territoriales qui permettaient, dans l'antiquité, de découper l'Égypte en provinces. La première division territoriale était la limite qui séparait le nord du sud, la Haute et la Basse-Égypte. Les nomes, au nombre de trente-huit à quarante-deux (selon les époques) avaient leur capitale et leur propre emblème. Aux époques ptolémaïque et romaine, les nomes devinrent des régions administratives. Les nomes étaient administrés au nom de pharaon par des gouverneurs appelés les Nomarques.

 

 

 

pyramides.jpg

 

 

 

-2660 : en Égypte - IIIe dynastie. Règnes des pharaons Djoser, Horus Sekhemkhet, Horus Sanakht, Horus Khaba, Neferka et Houni. Le personnage le plus marquant de cette époque est le vizir Imhotep, architecte du roi Djoser, à qui l'on doit la pyramide à degrés de Saqqarah. C'est à la fin de cette dynastie qu'est édifiée la pyramide de Meïdoum. La capitale de l'État pharaonique est alors établie à Memphis. La pierre remplace la brique et le modèle du tombeau-mastaba s'impose. La religion égyptienne ancienne se met alors en place, le panthéon est constitué et les rituels sont établis en même temps que s'impose la prépondérance du culte solaire de Rê honoré à Héliopolis.

 

 

 

-2600 : en Égypte - IVe dynastie. Elle correspond aux règnes de Snéfrou, Khéops, Djedefrê, Khéphren, Mykérinos et Chepseskaf. Durant cette époque, les pharaons organisent des expéditions en direction du Sinaï et de la Nubie. Après les premières expériences contemporaines de la IIIe dynastie, la IVe correspond à l'apogée du "temps des pyramides". S'élèvent en effet alors, après celle de Dashour, celles de Gizeh et d'Abou Roash, alors que les mastabas reçoivent de brillants décors funéraires. La IVe dynastie égyptienne faisant parti de l'Ancien Empire, est la dynastie qui a laissé les plus célèbres de tous les monuments : les pyramides de Gizeh, sans oublier le Sphinx.

 

 

 

pyramide2.jpg

 

 

-2600 à 650 - le Volumen, dont le nom est dérivé du verbe latin "volvere - rouler, dérouler", désigna la forme principale qu'a connue le livre dans l'Antiquité classique. Les Égyptiens, disposant de papyrus, une plante poussant dans le delta du Nil, développèrent l'ancêtre de nos livres actuels, le livre en rouleau. Cette forme s'est imposée tout au long des époques qu'elle a traversées. Pour constituer ce livre en rouleau, les tiges de papyrus étaient débitées en lamelles étroites, disposées perpendiculairement les unes sur les autres puis compressées, martelées et polies. Ensuite les feuilles obtenues étaient collées les unes aux autres pour former un rouleau dont la longueur pouvait atteindre entre 6 et 15 mètres sur 30 à 40 centimètres de hauteur. Jusqu'au VIIe siècle de notre ère, l'Égypte fournira le bassin méditerranéen en matière première sous forme de rouleau vierge. Le volumen est une bande de matière support d'une écriture –le plus souvent à base de papyrus– qui s'enroule naturellement. La longueur d'un rouleau peut être de quelques mètres tandis que sa largeur/hauteur est de 30 à 40 centimètres. Si l'écriture est verticale, le lecteur tient la partie du rouleau qui correspond au début du texte dans la main gauche, la fin dans la main droite. Si l'écriture est horizontale, le début est dans le rouleau supérieur, la fin dans le rouleau inférieur. La source quasi unique de roseau produisant le papyrus étant la vallée du Nil, elle s'est tarie pour l'Europe à l'invasion des Arabes au VIIIe siècle, après une trentaine de siècles d'usage du volumen.

 

 

 

 

cyperus-papyrus-papyrus-du-nil.jpg

 

papyrus du Nil

 

 

 

-2600 : en Grèce - Début de la civilisation Minoenne en Crète. La civilisation minoenne se développe en Crète de 2700 à 1200 av. J.-C. Les premiers témoignages de la présence humaine en Crète remontent au VIe millénaire av. J.-C. L'île ne paraît pas avoir été habitée avant le néolithique. On retrouve principalement des traces d'une présence humaine dans les grottes de l'île. Des niveaux stratigraphiques d'occupation humaine existent cependant à Cnossos et à Phaistos. L'usage des métaux y apparaît plus tard que sur le continent, vers 2500 av. J.-C. La civilisation minoenne s'est développée en Crète pendant l'âge de bronze, avant l'arrivée de la culture de la Grèce classique. Les Minoens furent principalement un peuple commerçant qui s'engagea dans le commerce d'outre-mer. Beaucoup d'historiens et d'archéologues croient que les Minoens étaient très impliqués dans le commerce de l'étain qui était très important lors de l'âge de bronze (l'étain étant utilisé pour la production de bronze). Le déclin de la civilisation minoenne semble correspondre à celui de l'utilisation des outils en bronze. L'absence de déchiffrement de l'écriture minoenne, le linéaire A, restreint considérablement la connaissance que nous avons de cette brillante civilisation.

 

 

 

MinoanWorld936Fr.jpg

 

 

 

 

 

-2500 ans : Début de l'Âge de bronze

 

 

 

-2500 : L'âge de bronze désigne une période de la préhistoire ou de la protohistoire européenne caractérisée par l'usage de la métallurgie du bronze. L'invention d'un "âge de bronze" est due au chercheur danois C.J. Thomsen qui eut en 1816 l'intuition de l'emploi successif par l'humanité de la pierre, du bronze et du fer, alors qu'il devait classer les antiquités nationales. Aujourd'hui, il est admis que cette période succède à l'âge de cuivre et précède l'âge de fer. Par convention, il est admis que l'âge de bronze s'étend de -2500 à -1000. Toutefois, comme pour les autres périodes de la préhistoire, les limites chronologiques de l'âge de bronze varient considérablement selon l'aire culturelle et selon l'aire géographique considérées.

 

 

Ainsi, dans le sud de la France, l'âge de bronze débute il y a 4000 ans, lorsque les communautés paysannes intègrent un mouvement d'unification européenne, et dure jusque vers -800, alors que des bouleversements sociaux venus de l'Est amènent la montée en puissance d'une aristocratie guerrière. La production d'outils et d'autres objets à l'aide de bronze permet aux archéologues d'individualiser les groupes humains d'alors, à côté du reste de la culture matérielle (essentiellement constituée par les céramiques).

 

 

La production en bronze permet également d'établir des chronologies et des délimitations de populations, à défaut d'autres indices. La Protohistoire s'insère entre la Préhistoire et l'Histoire. C'est la période pendant laquelle une civilisation ne possède pas encore d'écriture mais apparaît déjà dans les écrits d'autres civilisations. Par exemple, en Europe, les Celtes et les Germains sont ainsi considérés comme protohistoriques dès lors que les auteurs grecs et romains parlent d'eux. Les limites entre la Protohistoire, la Préhistoire et l'Histoire sont alors assez facile à différencier: l'Histoire est le fait d'écrire ; lorsque un peuple n'écrit pas mais que l'on parle de lui, c'est la Protohistoire...

 

 

Le bronze est le nom générique des alliages de cuivre et d'étain. Leurs caractéristiques principales sont une bonne résistance à l'usure et à la corrosion et une bonne conductivité électrique. On les utilise souvent comme matériau de frottement en face de l'acier. Ces alliages ont été pour la première fois utilisés pendant l'Âge de bronze pour fabriquer des outils, des armes, des instruments de musique et des armures plus robustes et résistants que leurs prédécesseurs en cuivre ou en pierre. Pendant l'âge de bronze, de l'arsenic était souvent ajouté au bronze (principalement sous forme d'impuretés) ce qui en augmentait la dureté.

 

 

24.jpg

 

 

- 2500 : Domestication du cheval en Asie centrale

 

 

 

- 2500 : Entre 2500 et 1800 av. J.-C., une civilisation s'est développée dans la vallée de l'Indus (aujourd'hui dans l'ouest de l'Inde et au Pakistan). Les vestiges des cités de Mohenjo-Daro et Harappa ont révélés que cette civilisation maîtrisait de nombreuses techniques : maisons à étages, réseaux d'égouts, systèmes d'irrigation, connaissance de l'écriture et du calcul. La civilisation de la vallée de l'Indus (-5000 - -1900), était une civilisation de l'Antiquité dont l'aire géographique s'étendait principalement le long du fleuve Sarasvati, rivière assèchée aux alentours de -2200, qui se situait entre le Pakistan, le Pendjab, le Rajasthan, et le Sind c'est-à-dire dans la zone de l'Indus actuel. Bien que probable, l'influence qu'elle a pu avoir sur la culture hindoue contemporaine n'est pas clairement établie.

 

 

 

-2480 en Égypte - Ve dynastie. Elle correspond aux règnes des pharaons Ouserkaf, Sahouré, Neferirkaré, Shepseskaré, Menkaouhor, Isei-Djedkaré et Ounas. Cette période voit les pharaons tenir à distance les Libyens et établir des contacts, sur la côte de la future Phénicie, avec le port de Byblos avec lequel l'Égypte ancienne entretiendra des relations commerciales régulières. Le culte du dieu Osiris se développe à Abydos.

 

 

La pyramide d'Abousir, le temple solaire d'Abu Gourab, 'le scribe accroupi' du Louvre et le cheikh-el-Beled datent de cette période. La Ve dynastie égyptienne couvre la période de vers : -2513 à -2374 (Redford) ou -2500 à -2350 (Krauss) ou -2494 à -2345 (Shaw) ou -2479 à -2322 (von Beckerath) ou -2471 à -2355 (Dodson) ou -2465 à -2323 (Allen) ou -2454 à -2311 (Malek). Cette dynastie va abandonner les pyramides monumentales pour des pyramides de dimension plus modestes, car le pays n'a plus besoin de grands projets pour l'unifier.

 

 

Le plus connus des souverains de cette dynastie est Ounas, en raison des Textes des pyramides que Gaston Maspero a trouvé dans son monument et qui donne une idée des croyances des anciens Égyptiens sous l'Ancien Empire. Sous cette dynastie un nouvel emplacement est choisi pour la nécropole royale à Abousir au nord de Saqqarah. Cinq pharaons parmi neuf s'y firent édifier leur sépulture avec celles des reines, et plus au nord édifièrent au moins deux temples solaires à Abou Ghorab (Ouserkaf et Niouserré).

 

 

Une légende fait référence à une prophétie qui aurait été annoncée par un vieux mage à Khéops, selon laquelle le dieu Ré en personne choisirait une prêtresse d'Héliopolis afin de mettre au monde les princes qui règneront à la suite de la IVe dynastie. Ouserkaf est le premier souverain de la Ve dynastie (Ancien Empire). Il succéda à Chepseskaf et précéda Sahourê. Ouserkaf est surtout connu pour avoir édifié pour la première fois un temple solaire à Abousir, site situé au nord de Saqqarah inaugurant ainsi une série de sanctuaires dédié au dieu Rê que l'on croit conçus sur le modèle du grand temple du dieu à Héliopolis sur ce site qui sera choisi par ses successeurs comme nécropole royale.

 

 

Byblos, la ville était située sur un promontoire à 37 km au nord de ce qui est aujourd'hui Beyrouth. Pour les cananéens Byblos avait été créée par le dieu El lui-même, et les fouilles ont révélé des fondations datant du VIIème millénaire. Ancien port phénicien, c'est l'une des plus anciennes villes du monde : elle est habitée de manière continue depuis plus de 7000 ans.

 

 

Des traces du premier village de pêcheurs du Néolithique dateraient de 7000 avant J.-C. Dès le IVe millénaire av. J.-C., Byblos est un port actif qui envoie les bois du Liban vers l'Égypte et inversement, distribue le papyrus égyptien vers le reste de la Méditerranée. C'est également un important site religieux où l'on vénère Osiris et Isis. C'est de la ville de Byblos que provient le nom Bible : très vite, les Grecs appellent le papyrus byblos, en raison de sa provenance. En dérive ensuite le mot biblion, "livre", auquel les traducteurs grecs de la Bible hébraïque recourent pour rendre le mot hébreu sepher, employé par exemple dans les expressions "livre de l'Alliance" ou "livre de la Loi" – d'où la "Bible" moderne.

 

 

Phénicie, le territoire de la Phénicie correspond au Liban auquel il faudrait ajouter certaines portions de la Syrie et de la Palestine. D'origine cananéenne, les Phéniciens étaient un peuple antique d'habiles navigateurs et commerçants. Partis de leurs cité-états en Phénicie, ils fondèrent dès 3000 avant Jésus-Christ de nombreux comptoirs en bordure de la Méditerranée orientale, notamment Carthage (en 814 avant Jésus-Christ).

 

 

Rivaux des Mycéniens pour la navigation en méditerranée à l'époque archaïque, les anciens s'accordèrent cependant à dire qu'ils furent les meilleurs navigateurs de l'antiquité. Le phénicien est une langue sémitique aujourd'hui disparue. Elle est apparue en Phénicie puis s'est répandue dans le monde méditerranéen, notamment à Carthage. Elle a constitué le substrat de plusieurs langues issues de l'arabe. Le phénicien s'écrivait au moyen de l'alphabet phénicien, qui a évolué pour donner notamment les alphabets grec et araméen.

 

 

Abydos est une ancienne ville sainte d'Égypte vouée au culte du dieu Osiris, et située à 70 km au nord-ouest de Thèbes. Aujourd'hui sur le territoire de l'antique Abydos s'élève l'actuelle ville de Madfounek. Les prêtres d'Abydos prétendaient posséder une relique de toute première importance : la tête du dieu Osiris. On y a découvert les tables d'Abydos qui mentionnent deux séries de noms de pharaons allant jusqu'à la XVIIIe dynastie. Des temples y furent érigés en l'honneur de ce dieu de la résurrection ; Sésostris III y entreprit la construction d'édifices et de temples funéraires, qui seront poursuivis, entre autres, par Séthi Ier et son fils Ramsès II.

 

 

Osiris est le nom grec d'un dieu de la mythologie égyptienne. C'est le dieu des morts et le garant de la survie du défunt dans le monde souterrain. Son symbole est le pilier Djed, ses attributs sont la barbe postiche, la crosse Heka, le flagellum Nekhekh et la couronne Atef. Dans les textes des Pyramides, le roi défunt est identifié à Osiris. Au Moyen Empire, l'immortalité n'est plus le privilège du souverain : chaque défunt pouvait accéder à la vie éternelle, devenant lui-même pareil à Osiris.

 

 

 

 

-2330 : en Égypte - VIe dynastie. Règnes de Téti, Ouserkaré, Pépi Ier, Merenrê et Pépi II. Les pharaons s'efforcent de soumettre la basse Nubie. L'autonomie qu'ils laissent aux nomarques, c'est-à-dire aux pouvoirs locaux, ne peut qu'affaiblir à terme leur pouvoir. La VIe dynastie égyptienne couvre la période de vers : -2374 à -2197 (Redford) ou -2345 à -2181 (Shaw) ou -2323 à -2150 (Allen) ou -2322 à -2191 (von Beckerath) ou -2318 à -2180 (Krauss & Franke) ou -2311 à -2140 (Malek). Elle est la dernière de l'Ancien Empire.

 

 

La toute puissance du Roi sans être remise en cause, est perçue différemment. Il faut sans doute y voir également un changement dans les aspirations religieuses, ainsi que dans l'organisation de l'état. Cette période va être marquée par le règne très long de Pépi II (on lui prête la bagatelle de 96 années d'exercice du pouvoir, ce qui paraît sans doute exagéré). C'est à cette époque que l'on assiste à un morcellement du pouvoir central au profit des Nomarques, tendance déjà amorcée à la Ve dynastie égyptienne. La charge se transmet de père en fils formant ainsi de véritable dynasties locales sans pour autant usurper le pouvoir royal. Les prérogatives royales sont peu à peu "empruntées" par ces Nomarques, comme en attestent les tombes des nécropoles d'Assouan et également la pratique de la momification.

 

 

 

 

-2300 : Sargon d'Akkad unifie les cités-États de Mésopotamie, et forme un premier empire. Sargon d'Akkad dit aussi Sargon l'Ancien, fondateur de l'empire d'Akkad. Il règne de 2334 à 2279 av. J.-C. Son nom, Sharru-kin, signifie "le roi (est) stable/fidèle", plutôt que "Roi légitime" comme on a tendance à le considérer. L'empire d'Akkad (ou empire akkadien) est un grand État fondé par Sargon d'Akkad (2334–2279 av. J.-C.) qui domina la Mésopotamie de la fin du XXIVe au début du XXIIe siècle. Akkad, les akkadiens sont un très ancien peuple de basse-Mésopotamie qui se fixa au nord de Sumer sur les rives de l'Euphrate. Leur premier roi fut Sargon d'Akkad, succédé par Sargon Ier (vers -2350) qui conquit toute la Mésopotamie, Elam, une partie de la Syrie et de l'Asie Mineure créant ainsi le premier grand empire sémitique de l'histoire. Akkad devint la cité la plus puissante et la plus prospère de la région, mais pour peu de temps car environ 200 ans plus tard, il semble qu'une invasion d'un peuple originaire du Zagros, les Guti, provoqua la chute du royaume. L'akkadien, s'est malgré tout maintenu près du sumérien en tant que langue écrite, notariée, et religieuse.

 

 

 

 

-2300 : Stèle de Naram-Sin, roi d'Akkad: première évocation d'un paysage. Cette stèle de victoire d'époque d'Akkad a été apportée de la ville de Sippar à Suse en butin de guerre. Naram-Sin ("aîné de Sîn") est roi d'Akkad de 2254 à 2218 av. J.-C. Sîn, Nanna ou Sîn sont les noms les plus courants du dieu mésopotamien de la Lune. Il s'agit d'une des plus importantes divinités des panthéons du Proche-orient ancien.

 

 

 

 

-2205 à -1767 - Chine - dynastie Xia. Dynastie Xia, selon l'historiographie traditionnelle chinoise, la dynastie Xia a été la première de l'histoire de la Chine. Elle aurait régné de -2205 à -1767. On peut toutefois avoir quelques doutes sur cette tradition, car la première mention des Xia se trouve dans le Shujing ("Livre des Documents"), ouvrage qui date du début du Ier millénaire av. J.-C. selon la plupart des spécialistes, et qui est donc très postérieur au règne supposé des Xia. Le document en question s'appelle le "Serment de Tang". C'est le discours que Tang, le fondateur de la Dynastie Shang, aurait prononcé devant ses troupes pour les encourager à se battre contre le dernier souverain des Xia.

 

 

Tang expliquait pourquoi ce roi devait être renversé. Ce document a été rédigé par des annalistes de la dynastie Zhou, qui a remplacé celle des Shang vers -1046. Il s'agit sûrement d'une oeuvre de propagande: les Zhou expliquaient qu'ils avaient renversé les Shang pour la même raison que les Shang avaient renversé les Xia. Ils disaient avoir été eux-mêmes d'anciens vassaux des Xia. L'un de leurs ancêtres avait dû se réfugier chez les Barbares parce qu'un mauvais souverain des Xia avait supprimé sa charge. Plus grave, dans aucune des sources écrites antérieures au Shujing, on ne trouve de mention des Xia. Il s'agit des inscriptions sur bronze et des inscriptions sur os et écaille de tortues, qui remontent à la fin du IIe millénaire av. J.-C. et ont été rédigées par les Shang. Elles forment un corpus pourtant immense. On remarque aussi que Yu le Grand, le fondateur de la dynastie Xia, est présenté par les textes chinois comme un souverain de l'âge de bronze, puisqu'il aurait fondu des chaudrons en bronze, or l'âge de bronze ne commence en Chine qu'après -1700.

 

 

china-xia1G.gif

 

 

 

 

-2180 : en Égypte - VIIe et VIIIe dynasties. Début de la première période intermédiaire. Autrefois immense et rayonnant, le royaume est morcelé par des guerres de pouvoir entre nomarques. C'est le début de ce que l'on nommera plus tard la Première période intermédiaire. Elle s'achèvera avec le règne de Montouhotep II qui parviendra à réunifier les Terres et à conquérir la Nubie et la Syrie. Il mourra vers 1982 av. J.-C. et reposera pendant des millénaires dans le grand temple de Deir el-Bahari.

 

 

VIIe dynastie égyptienne, selon Manéthon, la VIIe dynastie pharaonique voit soixante-dix rois gouverner l'Égypte en soixante-dix jours. Il ne faut pas y voir une réalité historique, mais plutôt le reflet d'une période trouble, connue sous le nom de Première période intermédiaire, dont la postérité n'a gardé que très peu de traces. Durant la VIe dynastie le contrôle du Roi est de plus en plus amoindri et certaines institutions : villes de pyramides, temples régionaux, obtiennent un statut d'immunité, les exemptant d'impôts. Les nomarques s'érigent en potentats locaux, s'attribuant des titres au détriment du Roi qui est obligé de composer avec eux et va perdre son pouvoir.

 

 

La VIIIe dynastie des pharaons d'Égypte antique se situe au commencement de la première période intermédiaire. Elle surgit des luttes de succession dynastique à la mort de Nitokris. La liste royale du papyrus de Turin mentionne dix sept noms, d'autres documents vingt-cinq. Elle couvre la période de vers -2181 ou -2165 à vers -2160 ou -2150 ou -2140 ou -2130. La liste des Rois de la VIIIe dynastie est donc très incertaine. Les Souverains ne peuvent rétablir l'ordre, car ils exercent leur pouvoir le plus souvent de manière éphémère. Ils règnent à Memphis, peut-être en même temps que ceux de la VIIe dynastie, exerçant semble-t-il un pouvoir limité, tandis qu'abydos fonctionne comme centre administratif de la Haute-Égypte. Les Rois essaient tout de même de perpétuer les traditions de l'ancien Empire. Ils doivent composer avec de puissantes familles, comme celle de Coptos, du Vizir Chemay (ou Shemay), gouverneur de Haute-Égypte qui épouse Neber la fille du Roi Néferkaouhor.

 

 

La Première période intermédiaire (environ de 2180/2150/2140 à 2022 avant J.-C.) est cette partie de l'histoire de l'Égypte antique se situant entre l'Ancien Empire et le Moyen Empire. On lui attribue généralement les Dynasties VII à X. Cette période est caractérisée par l'effacement de l'importance du roi sur la scène politique au profit des nomarques, chefs de provinces (nomes), originalement désignés par le souverain, mais devenus héréditaires avec le temps. Ce gain de pouvoir de ces élites locales se serait surtout fait sous le long règne du roi Pépi II, dont la vieillesse l'empêchait de contrôler le pays adéquatement. Vint ensuite le règne de son fils Mérenrê II, qui dura à peine un an, vite remplacé par la femme de celui-ci, la reine Nitokris.

 

 

Ce règne d'une femme a sûrement porté un coup à la crédibilité du divin roi, permettant aux dynasties solidement implantées dans les nomes de diriger personnellement leurs régions. Le Moyen Empire est une période de l'histoire antique de l'Égypte qui suit la Ière période intermédiaire et précède la IIe période intermédiaire. Le Moyen Empire couvre une période allant des environs de -2033 à -1786 et est formé de deux dynasties : XIe dynastie (-2106 à -1963) Ce n'est que sous Montouhotep II, vers -2033, lorsque le pays est réunifié, qu'on considère que la première période intermédiaire prend fin et, par voie de conséquence, que débute le Moyen Empire. XIIe dynastie (-1963 à -1786). C'est une période prospère. La capitale principale est souvent Thèbes (puis à Itshtaouy), d'où sont originaires les rois, dont Montouhotep II, qui réunifia le pays. Le dieu impérial de l'époque est Montou, le faucon belliqueux adoré à Erment et à Thèbes, mais aussi Amon. La première construction thébaine à lieu sur la rive ouest de Thèbes, avec le temple funéraire de Montouhotep II qui bâtit son temple funéraire dans le cirque rocheux de Deir el-Bahari.

 

 

 

 

-2140 à -2040 - en Égypte - IXe et Xe dynasties, installées à Hérakléopolis en Moyenne Égypte. Ces périodes troublées et mal connues voient une évolution religieuse marquée par le succès grandissant du culte d'Osiris. Les derniers souverains héracléopolitains, Ouakharé et Merikaré, sont contemporains de la XIe dynastie thébaine (de la ville de Thèbes). La IXe dynastie égyptienne des pharaons d'Égypte antique se situe pendant une époque appelée première période intermédiaire, une période d'instabilité politique dans le pays. Les IXe et Xe dynasties sont souvent fusionnées. La IXe dynastie couvrirait la période -2160/-2140 à -2040. Il est très difficile d'attribuer les Rois avec précision à une dynastie ou à une autre. Elles ont comme capitale Héracléopolis (ou Hérakléopolis) au Sud du Fayoum, qui est la capitale du 20ème Nome de Haute-Égypte. La IXe dynastie est fondée par Khéty Ier ; outre ce dernier la dynastie comprend six autres Rois relativement connus, dont un Néferkarê VII, mentionné par le Nomarque Ankhtyfy. La dynastie semble s'étendre sur plusieurs générations à en juger d'après les généalogies des Hauts Dignitaires, mais son pouvoir ne s'étend pas sur toute l'Égypte. Elle sera sans cesse en lute, ainsi que la Xe dynastie contre les Princes et Rois Thébains de la XIe dynastie. La Xe dynastie pharaonique est la dernière dynastie de l'époque que l'on nomme la première période intermédiaire, période d'instabilité politique dans le pays. Les IXe et Xe dynastie égyptiennes sont souvent fusionnées. La Xe dynastie couvrirait la période de vers : -2100 ou -2090 à -2040 ou -2022 ou -2017. Il est très difficile d'attribuer un ordre chronologique aux rois avec précision sur une dynastie ou sur une autre, encore moins de les dater. Ils sont ignorés dans les tables d'Abydos et de Saqqarah. Ces dynasties ont comme capitale Héracléopolis (ou Hérakléopolis) au Sud du Fayoum, qui est la capitale du 20ème Nome de Haute-Égypte.

 

 

 

-2105 Babylone, cité principale de Sumer et d'Orient. Babylone, ancienne ville de Mésopotamie fondée au IIIème millénaire sur l'Euphrate par les Akkadiens, même si ce n'est que vers -1750 qu'elle prend une réelle importance sous le règne d'Hammourabi. Centre de la civilisation assyro-babylonienne, elle fut la ville la plus peuplée et la plus riche du monde ancien avant de voir ensuite s'installer de nombreux envahisseurs successifs: Hittites, Kassites, Elamites, Assyriens. Détruite puis reconstruite par les Chaldéens, il faudra attendre le règne de Nabuchodonosor II vers -650 pour qu'elle retrouve de sa splendeur passée. La religion babylonienne est l'héritage des anciennes traditions sumériennes et Akkadiennes mais une divinité propre à Babylone va peu à peu dominer: "Marduk". Aujourd'hui, Babylone serait située au sud de l'Iraq. Marduk ou Mardouk, il est le dieu de la ville de Babylone, où il siégeait dans son temple "au pinacle surélevé" (Esagil), auquel était adjoint la ziggourat Etemenanki, passée à la postérité comme la Tour de babel. en Sa parèdre était Zarpanîtu, ou Sapanîtu. Les mésopotamiens en faisaient le fils aîné d'Ea et de la déesse Damkina.

 

 

Dieu agraire d'importance secondaire à l'origine, il acquiert toute son importance sous le règne de Nabuchodonosor (XIIe siècle av. J.-C.). Une ziggourat, ou ziggurat, est un édifice religieux mésopotamien en forme de pyramide à étages, dont le sommet pouvait servir à l'observation des astres, et comportait un sanctuaire. Ces grands temples urbains de Babylonie furent érigés dans la plupart des grandes villes, depuis Sippar au nord, siège du sanctuaire du dieu du soleil, Shamash, jusqu'à Ur au sud, où résidait le dieu de la lune, Sîn, sans oublier Uruk et son temple dédié à la déesse Ishtar. Le plus ambitieux fut sans doute celui de Babylone dédié au dieu Mardouk.

 

 

Tour de Babel, le mythe de la tour de Babel a probablement pour origine un édifice qui a réellement existé. Il s'agirait d'Etemenanki ("la maison-fondement du ciel et de la terre"), une ziggourat dédiée au dieu Mardouk à Babylone. Édifiée par la première dynastie babylonnienne (-1894 à -1595 av. J.-C.), elle devait mesurer 90m. de hauteur. Cependant sa forme n'était pas circulaire. Les fouilles archéologiques du site de Babylone ont prouvé que cette ziggourat avait une base rectangulaire commune à la majorité de ces ziggourats. Cependant on peut se poser la question : "Pourquoi est-elle représentée comme une tour ?" La réponse la plus plausible reste celle de la confusion des peintres de l'époque : en effet, se trouve non loin du site une mosquée de forme très originale qui n'est ni plus ni moins celle que l'on peut admirer dans la majorité des représentations de la "tour" de Babylone. Cependant cette mosquée date du XVIIIe siècle, donc elle n'a vraisemblablement aucun lien avec Babylone.

 


06/03/2017
1 Poster un commentaire