L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Moyen-Orient

Le Moyen-Orient (en anglais Middle East) est composé du Croissant fertile (Iran, Israël, Territoires palestiniens, Jordanie, Irak, Syrie et Liban), de la péninsule arabique (Arabie saoudite, Yémen, Oman, Émirats arabes unis, Qatar, Bahreïn et Koweït) et de la vallée du Nil (Égypte). Selon certain pays, l'Afghanistan et le Pakistan en font partie. Les États-Unis considèrent même que les pays du Maghreb (Maroc, Libye, Tunisie et Algérie) en font aussi partie. Le Moyen-Orient abrite plusieurs groupes culturels et ethniques, incluant la culture perse, turque, arabe, kurde et juive. Les trois principaux groupes linguistiques sont les langues iraniennes, les langues turques et les langues sémitiques (dont l'arabe et l'hébreu).

Captureorient

 

Depuis la défaite de l'Empire ottoman durant la Première Guerre mondiale et sa dissolution, le Moyen-Orient est devenu l'une des régions les plus dangereuses et surtout la plus instable depuis ces dernières années. Tout cela à cause de nombreux conflits en tous genres et pour différentes raisons : guerres civiles, guerres ethniques, guerres de religions, guerres d'indépendances, attaques terroristes et guerres entre les États. Sans oublier les différents intérêts économiques entre les États du monde et qui ont eu pour conséquences plusieurs interventions étrangères (mandat SDN, colonisation et décolonisation, guerres d'Irak, du Liban et d'Afghanistan...).


Franceinfo - le vendredi 13 mai 2022 - Emirats arabes unis

 

Le président des Emirats arabes unis, cheikh Khalifa, est mort

 

 

cloth-g4b384112f_1920

 

 

padrinan 


13/05/2022
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 29 mars 2022 - Dubaï

 

Dubaï devient la première ville du Moyen Orient à rejoindre le guide Michelin

 

 

downtown-ge382aaaca_1920

 

 

Olgaozik 


29/03/2022
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 12 mars 2022 - Arabie saoudite

 

Arabie saoudite : le blogueur et militant Raif Badawi est libre après dix ans de prison mais ne pourra pas quitter le pays

 


12/03/2022
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 3 janvier 2022 - Irak

 

Irak : l'armée américaine abat deux drones piégés qui visaient l'aéroport de Bagdad

 


03/01/2022
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 12 juillet 2021

 

Jordanie : 15 ans de prison pour deux anciens responsables jugés pour sédition contre le roi

 

 

amman-4329305_1920

 

 

Image par Dimitris Vetsikas de Pixabay 


12/07/2021
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 12 juin 2021

 

Covid-19 : l'Arabie saoudite va autoriser le pèlerinage à La Mecque pour 60 000 personnes vaccinées et résidant sur le territoire

 

 

kaaba-4758805_1920

 

 

Image par Konevi de Pixabay 


14/06/2021
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 14 avril 2021

 

Irak : des femmes à vélo pour lutter contre des tabous conservateurs

 

 

syria-1034467_1920

 

 

Image par ErikaWittlieb de Pixabay 


17/04/2021
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 11 novembre 2020

 

Arabie saoudite : plusieurs blessés dans une attaque à l'explosif dans un cimetière non musulman de Djeddah lors d'une cérémonie de commémoration du 11-Novembre

 

 

saudi-arabia-2697320_1920

 

 

Image par Kaufdex de Pixabay 


12/11/2020
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 14 juin 2019

 

 

Les Etats-Unis accusent l'Iran d'avoir attaqué des pétroliers dans le Golfe, Téhéran dément

 

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions
 

 

 

L'armée américaine a publié une vidéo censée montrer une patrouille des Gardiens de la révolution retirant une mine-ventouse qui n'avait pas explosé sur une paroi de l'un des deux tankers attaqués

 

 

 

19504199.jpg

 

Capture d'écran d'une vidéo diffusée par l'armée américaine, le 13 juin 2019, censée démontrer la responsabilité de l'Iran dans l'attaque du "Kokuka Courageous". (U.S. MILITARY / REUTERS)

 

 

Les Etats-Unis accusent l'Iran d'être responsable des attaques menées contre deux pétroliers dans le Golfe. "Cette conclusion s'appuie sur des renseignements, sur les armes utilisées, sur le niveau de savoir-faire nécessaire pour mener à bien l'opération", a expliqué Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, jeudi 13 juin.

 

 

Aucune organisation à la solde d'une puissance, dans la région, ne dispose des ressources et de l'efficacité requises pour passer à l'acte avec un tel degré de complexité.Mike Pompeolors d'une allocution solennelle

 

 

L'armée américaine a en outre publié une vidéo censée accabler l'Iran. La vidéo montrerait une patrouille des Gardiens de la révolution islamique, le corps d'élite de l'armée iranienne, retirant une mine-ventouse qui n'avait pas explosé sur une paroi de l'un des deux tankers attaqués jeudi dans le golfe d'Oman.

 

 

Téhéran a aussitôt répliqué en dénonçant des "affirmations incendiaires" et une "campagne anti-iranienne". "L'Iran rejette catégoriquement les accusations infondées des Etats-Unis et les condamne dans les termes les plus forts", a déclaré la mission iranienne auprès de l'ONU dans un communiqué jeudi soir. Sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères iranien a accusé Washington de "sabotage diplomatique".

 

 

 

 

 

 

Deux pétroliers, norvégien et japonais, ont été la cible jeudi d'attaques d'origine indéterminée, un mois après le sabotage de quatre navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats arabes unis. Washington avait alors déjà pointé l'Iran du doigt.

 


14/06/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 31 octobre 2018

 

 

Le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi était "prémédité", annonce le procureur turc chargé de l'enquête

 

 

Jamal Khashoggi a été tué par "strangulation" au consulat de son pays à Istanbul et son corps "démembré", précise aussi le procureur d'Istanbul

 

 

 

16072855.jpg

 

Des manifestants decant l'ambassade saoudienne, à Washington (Etats-Unis), le 8 octobre 2018.  (JIM WATSON / AFP)

 

 

 

Le journaliste Jamal Khashoggi a été tué par "strangulation" à son arrivée au consulat saoudien en Turquie, le 2 octobre, avant d'être "démembré". C'est ce qu'a annoncé le procureur d'Istanbul, mercredi 31 octobre, soulignant le caractère "prémédité" de ce meurtre. Expliquant que la visite à Istanbul du procureur général saoudien dans le cadre de l'enquête "n'a pas donné de résultat concret", le bureau du procureur d'Istanbul se dit dans un communiqué "obligé" de partager certains éléments révélés par son enquête.

 

 

Conformément à un plan prémédité, la victime Jamal Khashoggi a été étranglée à mort dès son entrée au consulat. Le corps de la victime a été démembré et on s'en est débarrassé suite à sa mort par strangulation.communiqué du bureau du procureur d'Istanbul

 

 

Selon le texte du bureau du procureur, les autorités turques ont de nouveau demandé au procureur saoudien et la délégation l'accompagnant l'extradition de 18 suspects arrêtés en Arabie saoudite dans le cadre de l'enquête sur la mort du journaliste, tué dans le consulat de son pays où il s'est rendu le 2 octobre pour des démarches administratives.

 

 

 

Ryad évoque une opération "non autorisée"

Elles ont également exigé de savoir où se trouvait le corps de Khashoggi, toujours pas retrouvé, et l'identité du "collaborateur local" mentionné par Ryad et si des éléments confirmant le caractère prémédité du meurtre avaient été mis au jour par Ryad. En guise de réponse, toujours selon le communiqué, le procureur d'Istanbul a été invité à se rendre en Arabie saoudite avec les éléments de l'enquête en sa possession. Le communiqué n'a pas précisé si le procureur turc entend donner suite à cette invitation.

 

 

Ryad a estimé, selon le texte, que seule une enquête conjointe entre les deux pays pourra permettre de déterminer ce qu'il est advenu du corps de Khashoggi et si son meurtre a été prémédité. Sous la pression internationale, Ryad a fini par reconnaître, après plusieurs jours de dénégations, le meurtre du journaliste dans son consulat lors d'une opération "non autorisée", mais a avancé plusieurs versions contradictoires qui ont suscité le scepticisme.

 

 

Plusieurs responsables et médias turcs ont directement incriminé le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, dit MBS, dans ce meurtre, alors que Ryad s'efforce de le dédouaner en insistant sur le caractère "non autorisé" de l'opération.

 


12/11/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 24 octobre 2018

 

 

Affaire Khashoggi : le prince héritier d'Arabie saoudite assure que "la justice prévaudra" après le meurtre du journaliste

 

 

Mohammed ben Salmane s'est exprimé pour la première fois sur l'affaire Kashoggi lors d'un forum international sur l'investissement à Riyad

 

 

 

16034263.jpg

 

 

Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane à Riyad, le 23 octobre 2018. (AMR NABIL/AP/SIPA / AP)

 

 

 

Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a qualifié mercredi 24 octobre de "crime haineux" le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat d'Istanbul (Turquie), affirmant que Riyad coopérait avec Ankara et que "la justice prévaudra". S'exprimant lors d'un forum international sur l'investissement à Riyad, le prince a estimé qu'il n'y aurait "pas de rupture des liens avec la Turquie", dans ses premières déclarations publiques depuis la disparition de Khashoggi le 2 octobre.

 

 

Ceux qui sont derrière ce crime devront rendre des comptes (...) et, à la fin, la justice prévaudra.Mohammed ben Salmanelors d'un forum à Riyad

Plus tôt, la présidence turque avait indiqué que le président Recep Tayyip Erdogan et Mohammed ben Salmane avaient discuté mercredi des "efforts communs" à mettre en œuvre pour élucider le meurtre de Khashoggi, un journaliste critique du prince héritier. L'Arabie saoudite avait d'abord affirmé que Khashoggi était parti librement après s'être rendu au consulat pour des démarches administratives en vue de son mariage avec une Turque.

 

 

Cependant, alors que la pression internationale montait, le royaume a admis samedi dernier qu'il était mort dans le consulat, évoquant un décès à la suite d'une "rixe". Riyad a annoncé des arrestations et des limogeages, notamment à la tête des services de renseignement. Des responsables saoudiens ont affirmé que le prince Mohammed n'avait "pas été informé" de l'opération contre Khashoggi.

 


29/10/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 23 octobre 2018 - mis à jour le mercredi 24 octobre 2018

 

 

Meurtre de Jamal Khashoggi : "tous ceux qui ont joué un rôle" doivent être punis, déclare Recep Tayyip Erdogan

 

 

 

Le président turc s'est exprimé mardi devant les parlementaires de son parti à Ankara, trois semaines après la mort du journaliste saoudien

 

 

 

16024421.jpg

 

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, le 23 octobre 2018 à Ankara (Turquie). (ERCIN TOP / ANADOLU AGENCY / AFP)

 

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé mardi 23 octobre que toutes les personnes impliquées dans le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, y compris les commanditaires, devaient être punies. "La conscience internationale ne sera apaisée que lorsque toutes les personnes impliquées, des exécutants aux commanditaires, auront été punies", a-t-il déclaré, proposant que 18 suspects arrêtés en Arabie "soient jugés à Istanbul".

 

 

Un "meurtre planifié". Dans ce discours prononcé devant le groupe parlementaire de son parti à Ankara, Erdogan a affirmé que le meurtre de Khashoggi le 2 octobre avait été "planifié" plusieurs jours à l'avance, contredisant la version saoudienne faisant état d'une rixe ayant mal tourné.

 

 

Trois agents saoudiens arrivés en Turquie la veille de la disparition. Le président turc a révélé que trois agents saoudiens étaient arrivés en Turquie la veille de la disparition du journaliste. Le trio s'est rendu dans une forêt proche d'Istanbul ainsi qu'à Yalova, une ville située sur la mer de Marmara, à 90 km au sud d'Istanbul, deux sites où la police turque a procédé à des fouilles.

 

 

La vidéosurveillance du consulat désactivée le matin même. Le président turc n'a pas donné d'éléments sur ce qui a pu se produire à l'intérieur du consulat saoudien, avant et après la mort du journaliste. Il affirme que le circuit de vidéosurveillance du consulat a été "désactivé" le matin de la disparition du journaliste et que l'enquête ne sera pas terminée tant que "toutes les questions n'auront pas de réponse".

 


29/10/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 20 octobre 2018

 

 

Mort du journaliste Jamal Khashoggi : la France "condamne ce meurtre" et réclame "une enquête exhaustive"

 

 

Le même jour, l'Arabie saoudite a fini par reconnaître la mort du journaliste, après dix-sept jours de dénégations

 

 

 

16012599.jpg

 

 

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le 6 septembre 2018 à Athènes. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

 

 

 

"La France condamne ce meurtre avec la plus grande fermeté." Samedi 20 octobre, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a réagi à la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Le même jour, l'Arabie saoudite a fini par reconnaître sa mort, après dix-sept jours de dénégations. "De nombreuses questions restent toutefois sans réponse. Elles nécessitent une enquête exhaustive", réclame le ministre, dans un communiqué.

 

 

Le procureur général Saoud Al-Mojeb a publié un communiqué sur le déroulement des faits. "Les discussions qui ont eu lieu entre lui et les personnes qui l'ont reçu au consulat saoudien à Istanbul ont débouché sur une rixe à coups de poing avec le citoyen Jamal Khashoggi, ce qui a conduit à sa mort, que son âme repose en paix", écrit-il. Il n'a, en revanche, pas précisé où se trouvait le corps de Jamal Khashoggi, alors que les enquêteurs turcs poursuivent leurs investigations.

 

 

"La France exprime une nouvelle fois ses attentes à l’égard des autorités saoudiennes pour qu’elles agissent en ce sens. Ces attentes sont d’autant plus fortes que nos deux pays sont liés par un partenariat stratégique qui implique franchise, exigence et transparence", détaille le ministre français dans son communiqué.

 


26/10/2018
0 Poster un commentaire