ANIMAUX - INSECTES - L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

ANIMAUX - INSECTES

Indissociables de la nature !


Franceinfo - le mardi 30 octobre 2018

 

 

La Terre a perdu 60% de ses populations d’animaux sauvages depuis 1970

 

 

Dans son dernier rapport Planète vivante, l'ONG WWF affirme que le rythme du déclin des espèces sauvages est aujourd'hui "100 à 1 000 fois supérieur à celui calculé au cours des temps géologiques"

 

 

 

16060391.jpg

 

Un léopard des neiges, espèce originaire d'Asie centrale, dans un zoo en Belgique, le 13 octobre 2017.  (PHILIPPE CLEMENT / BELGA MAG)

 

 

 

La biodiversité s'effondre toujours plus vite. Entre 1970 et 2014, les populations d'animaux vertébrés (poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles) ont chuté de 60% au niveau mondial, alerte l'ONG WWF, dans son rapport Planète vivante (en anglais), publié mardi 30 octobre. "Les espèces n'ont jamais décliné à un rythme si rapidequi est aujourd'hui 100 à 1 000 fois supérieur à celui calculé au cours des temps géologiques", indique WWF. Les populations d'espèces sont en déclin dans toutes les régions du monde, "mais ces diminutions sont particulièrement prononcées dans les zones tropicales". L'Amérique du Sud et l'Amérique centrale ont subi le déclin le plus important "avec une perte de 89% par rapport à 1970"

 

 

>> TRIBUNE. "Tout est ici plus fragile qu'ailleurs" : le plaidoyer du réalisateur Luc Jacquet pour la création d'un grand sanctuaire marin en Antarctique

 

 

 

Notre empreinte écologique a doublé en 50 ans

"Agriculture intensive, dégradation des sols, surpêche, dérèglement climatique, pollution plastique…" L'ONG est catégorique : "Les principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur la biodiversité sont liées aux activités humaines." La disparition massive des espèces d'animaux sauvages est même directement liée à la "grande accélération", explique WWF. C'est ainsi que des scientifiques nomment la croissance rapide de la demande d'énergie, de terres et d'eau, observée depuis les années 1950. Conséquence de cette "grande accélération" : la Terre est entrée, selon certains scientifiques, dans l'ère anthropocène, un nouvel âge géologique marqué par une transformation profonde de la Terre engendrée par une seule espèce, l'humain.

 

 

En effet, "les principaux moteurs du déclin de la biodiversité demeurent la surexploitation et l’agriculture", poursuit l'ONG dans son rapport. Au cours des 50 dernières années, "notre empreinte écologique", c'est-à-dire la consommation humaine des ressources naturelles, "a augmenté d'environ 190%". L'ensemble du globe est concerné. "A ce jour, seulement un quart des terres ont échappé aux activités humaines. Un chiffre qui devrait chuter à seulement 10% en 2050 si l'on ne change rien", avertit encore WWF. Les zones humides sont la catégorie la plus touchée, "avec une perte de 87% de leur étendue à l’ère moderne"

 

 

"Nous sommes en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis", dénonce Pascal Canfin, directeur général de WWF France. Il attend de la France une "cohérence de ses politiques en matière d'agriculture et de lutte contre la déforestation importée" et appelle notamment à mettre un coup d'arrêt au projet Montagne d'or, en Guyane.

 


09/11/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 4 octobre 2018

 

 

Pyrénées-Atlantiques : une ourse slovène a été réintroduite dans la montagne

 

 

Une première ourse femelle a été relâchée dans le Béarn "en parfaite santé", a confirmé jeudi le ministère de la Transition écologique à franceinfo

 

 

 

15907623.jpg

 

Lâcher de l'ours slovène Pyros, dans la forêt de Melles (Occitanie), le 2 mai 1997 (archives). (SAUBI JEAN-JACQUES / MAXPPP)

 

 

Une ourse slovène a été relâchée jeudi 4 octobre "aux alentours de 9h" dans le Béarn, a confirmé ce midi le cabinet du ministre de la Transition écologique  à franceinfo. L'animal est en "parfaite santé", a-t-il précisé. Dans un premier temps, des sources proches du dossier avaient confié à franceinfo que deux ourses avaient été lâchées. "L'opération de réintroduction va se poursuivre dans les prochains jours avec pour unique priorité de garantir la santé des deux ourses femelle", a pour sa part précisé le ministère.

 

 

François de Rugy avait annoncé leur réintroduction prochaine lors d'un déplacement à Pau (Pyrénées-Atlantiques) le 20 septembre dernier. Face à la grogne des opposants à la réintroduction de l'ours, il avait assumé cette décision : "Je connais les difficultés, les tensions et je ne me dérobe donc pas. Le dialogue ne permet pas toujours de mettre tout le monde d'accord. Si on attend de mettre tout le monde d'accord pour décider, on ne décide jamais rien." Il avait affirmé que "la population d'ours dans les Pyrénées sera viable une fois cette réintroduction faite".

 

 

Ce projet de réintroduction d'ours s'inscrit dans le cadre d'un "plan ours" lancé en mai par l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Il ne reste plus que deux mâles dans ce secteur.

 


11/10/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 20 septembre 2018

 

 

François de Rugy confirme la réintroduction de deux ourses slovènes dans les Pyrénées occidentales "d'ici le début du mois d'octobre"

 

 

Le successeur de Nicolas Hulot, en déplacement à Pau (Pyrénées-Atlantiques), a annoncé que deux ourses seraient réintroduites en Béarn "d'ici à début octobre"

 

 

15820423.jpg

 

Nicolas Hulot avait annoncé en mars la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques à l’automne. (FRANCK FOUQUET / MAXPPP)

 

 

Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a officialisé jeudi 20 septembre la réintroduction de deux ourses slovènes dans les Pyrénées occidentales "d'ici à début octobre", rapporte l'envoyé spécial de franceinfo sur place, Stéphane Iglésis.

 

 

Nicolas Hulot avait annoncé en mars la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques à l’automne. Mais depuis sa démission, le 28 août, le doute planait sur le maintien de cette réintroduction. L'ex-ministre avait pesé de tout son poids en faveur de l'introduction de deux femelles slovènes. Les opposants comme les partisans de l'ours étaient dans l'expectative en attendant la prise de parole de François de Rugy sur ce dossier. Le nouveau ministre a donc décidé de réserver l'un de ses premiers déplacements à ce dossier sensible pour confirmer la décision de son prédécesseur.

 

 

Face à la grogne des opposants à la réintroduction de l'ours, François de Rugy a assumé : "Je connais les difficultés, les tensions, et donc je ne me dérobe pas. Le dialogue ne permet pas toujours de mettre tout le monde d'accord. Si on attend de mettre tout le monde d'accord pour décider, on ne décide jamais rien."

 

 

Le nouveau ministre a multiplié les arguments pour expliquer sa décision de réintroduction d'ourses : "Nous considérons que la population d'ours dans les Pyrénées sera viable une fois cette réintroduction faite et si évidemment elle marche. Le projet tel qu'il est aujourd'hui, c'est celui-là", a-t-il conclu.

 


27/09/2018
0 Poster un commentaire

Papillon

 

 

a17c03b3d3423d952232ff730b99fd68.jpg


12/09/2018
0 Poster un commentaire

papillon

 

 

6fc92e2401071cfc434d5f45554549ca.jpg


28/08/2018
0 Poster un commentaire

Ours polaires

 

 

b53ca6a0897397643a09c5dae02e4b5f.jpg


23/08/2018
0 Poster un commentaire

Le cerf

 

 

bca0704d1f352d02316f03a35f4e26ae.jpg


11/05/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 26 mars 2018

 

 

Nicolas Hulot "souhaite engager la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques à l'automne"

 

 

Le ministre de l'Ecologie annonce dans "Le Parisien" qu'il demande "au préfet d'organiser un dialogue pour réussir cette réintroduction"

 

 

 

14676826.jpg

 

Un ours brun photographié dans les Hautes-Pyrénées, le 29 mai 2016.  (YANN GUICHAOUA / ONLY FRANCE / AFP)

 

 

"On ne peut pas donner de grandes leçons aux pays qui ont sur le territoire d’emblématiques animaux sauvages menacés de disparition si l’on hésite nous-mêmes à protéger les espèces qui sont en danger en France." Dans une interview au Parisien datée du lundi 26 mars, le ministre de l'Ecologie, Nicolas Hulot, annonce qu'il "souhaite engager la réintroduction de deux ours femelles dans les Pyrénées-Atlantiques à l'automne". Le ministre assure qu'il va demander au préfet "d'organiser un dialogue pour réussir cette réintroduction" et qu'il se rendra lui-même sur place pour superviser le processus. 

 

 

Nicolas Hulot explique qu'il a "décidé de passer à l'offensive" dans ce dossier car il "ne reste que deux mâles dans ce département, dont Cannellito, fils de Cannelle, qui était le dernier ours 100 % pyrénéen". Une fois la concertation achevée, la France sollicitera "plusieurs pays européens pour choisir les deux femelles". "Je ne veux pas être le ministre qui assiste à la disparition de cette lignée", insiste Nicolas Hulot.

 


26/04/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 1er mars 2018

 

 

Le Parlement européen veut interdire les tests cosmétiques sur les animaux à l'échelle mondiale

 

 

Alors que 80% des pays testent encore les produits cosmétiques sur les animaux, le Parlement européen a entrepris les démarches pour pouvoir étendre une de ses lois sur l'éthique animale à une échelle mondiale

 

 

En 2004, le nombre d'animaux tués au sein de l'Union européenne dans le cadre de tests de produits cosmétiques était estimé à 38 000. Ce type d'expérimentation a toujours été extrêmement controversé, raison pour laquelle une loi a été votée cette année-là pour les interdire totalement à partir de 2013. Mais la loi n'est pas sans faille : elle ne peut garantir que les produits vendus en Europe n'aient pas été testés sur des animaux en dehors de l'UE, et donc en toute légalité. Or 80% des pays du monde testent encore les produits cosmétiques sur les animaux.

 

 

Une volonté éthique croissante

 

Pour cette raison, le Parlement européen a entamé des démarches pour pouvoir étendre cette interdiction à l'échelle internationale. Pour cela, il faudra faire appel aux voies diplomatiques pour former un groupe aux Nations Unies qui pourra défendre cette idée.

 

 

Le Parlement vient tout juste de voter cette décision. Le but : une interdiction mondiale des tests cosmétiques sur les animaux d'ici 2023. Selon le Parlement, 90% des citoyens européens veulent qu'une éthique animale stricte soit appliquée partout dans le monde.

 


16/04/2018
0 Poster un commentaire

Oiseau

 

 

16bb1a181c085d35f0e11973a4a249c1.jpg


16/04/2018
0 Poster un commentaire

Dans la forêt

 

 

Capturenature.PNG

 

 

 

Bienvenue en Italie, dans le parc des Abruzzes.

Les arbres ne peuvent pas parler. Mais, heureusement, on peut les filmer ! C’est l’idée géniale qu’a eue le parc national des Abruzzes, en Italie. Pendant un an, il a laissé une caméra face à un arbre d’une forêt des Apennins. À chaque fois qu’un animal passait par là, l’appareil, capable de détecter les mouvements, se déclenchait. Résultat ? Des images magiques, surprenantes et pleines de poésie.
Face à l’objectif, toujours le même arbre donc, mais aussi des blaireaux, des loups, des sangliers, des cerfs, des biches, des renards… Une très belle vidéo qui nous rappelle avec bonheur tout ce qu’une forêt peut avoir de vivant. Regardez :

 

CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS

 

 

https://vimeo.com/222843606

 


07/03/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 30 janvier 2018

 

 

VIDEO. Les images d'un petit rongeur qui se lave comme un humain sont beaucoup moins mignonnes qu'il n'y paraît

 

 

Selon des spécialistes des rongeurs interrogés par "Gizmodo" et "Newsweek", il s'agirait plutôt d'une vidéo de maltraitance animale

 

 

 

Parce qu'il ressemble à Ratatouille, le personnage de dessin animé, sous la douche, ce petit rongeur a attendri les internautes. Mais cette vidéo, partagée plus de 150 000 fois, est en réalité très problématique, ont déclaré des spécialistes des rongeurs, interrogés par les sites américains Newsweek et Gizmodo, lundi 29 janvier. L'animal, qui n'est pas un rat, mais un pacarana, un rongeur commun au Pérou – où a été tournée la vidéo – n'est pas en train de se savonner comme un être humain. Au contraire, il tente de se débarrasser du savon dont il a été couvert. 

 

 

 

imagen.jpg

 

 

 

 

L'attitude du rongeur, qui se tient debout dans l'évier, n'est pas étonnante pour un pacarana, animal qui vit dans les arbres, indique Dallas Krentzel, biologiste à l'University of Chicago. "C'est normal qu'il puisse se 'laver' comme un humain, parce qu'il utilise ses pattes avant pour creuser et préparer sa nourriture", explique-t-il. Le spécialiste note par ailleurs que "ce type de nettoyage n'est pas naturel. Au contraire, c'est dangereux et potentiellement inhumain", poursuit Newsweek. 

 


08/02/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 29 janvier 2018

 

 

La reproduction des dauphins en captivité ne sera finalement pas interdite, tranche le Conseil d'Etat

 

 

Le parc Marineland d'Antibes (Alpes-Maritimes) et plusieurs parcs marins avaient déposé un recours contre cet arrêté, estimant qu'il condamnait, à terme, l'activité des delphinariums français

 

 

 

14254266.jpg


Des dauphins photographiés au large de la Polynésie Française, le 4 août 2017.  (VINCENT TRUCHET / BIOSPHOTO / AFP)

 

 

 

 

Cette annonce va provoquer la colère des associations de protection des animaux sauvages. Lundi 29 janvier, le Conseil d'Etat a annulé un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité, car il a été pris "au terme d'une procédure de consultation irrégulière". Cet arrêté pris le 3 mai dernier par Ségolène Royal, alors ministre de l'Ecologie, interdisait la reproduction en captivité de l'espèce Tursiops truncatus, les grands dauphins. Il avait été modifié avant sa publication, alors qu'il ne prévoyait au début qu'un "contrôle étroit de la reproduction des dauphins".

 

 

Le parc Marineland d'Antibes (Alpes-Maritimes), plus grand parc d'attractions marin d'Europe et plusieurs parcs marins avaient déposé un recours contre cet arrêté, estimant qu'il condamnait, à terme, l'activité des delphinariums français. Ils estimaient que cet arrêté avait été adopté "au terme d’une procédure irrégulière et qu’il portait une atteinte disproportionnée au principe de liberté du commerce et de l’industrie".

 


06/02/2018
0 Poster un commentaire