L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

ÉTATS-UNIS


Franceinfo - Février 2019

 

 

Le sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump s'achève sans accord, annonce la Maison Blanche

 

avatar
franceinfo avec AFP et ReutersFrance Télévisions

 

 

 

"Les deux dirigeants ont évoqué divers moyens pour faire avancer la dénucléarisation et des concepts axés sur l'économie", a néanmoins indiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders

 

 

 

17107159.jpg

 

Le convoi du président américain, Donald Trump, quitte le lieu du sommet, le 28 février 2019 à Hanoï (Vietnam). (NHAC NGUYEN / AFP)

 

 

 

Donald Trump et Kim Jong-un se sont quittés sans signer d'accord. Jeudi 28 février, après deux jours de sommet à Hanoï (Vietnam) entre le président américain et le leader nord-coréen, "aucun accord n'a été conclu à ce stade", a indiqué dans un communiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders. "Mais leurs équipes respectives sont impatientes de se rencontrer de nouveau à l'avenir", a-t-elle poursuivi.

 

 

"Les deux dirigeants ont évoqué divers moyens pour faire avancer la dénucléarisation et des concepts axés sur l'économie", a encore dit la porte-parole de la Maison Blanche. Donald Trump doit tenir une conférence de presse à 8 heures (heure française), avec près de deux heures d'avance sur l'horaire initialement prévu. 

 

 

 

Donald Trump "pas pressé"

Kim Jong-un et Donald Trump ont quitté dans des convois séparés le lieu de leur sommet à Hanoï (Vietnam), sans participer à la "cérémonie publique de signature d'un accord conjoint" initialement prévue. Donald Trump a assuré, jeudi, qu'il n'était "pas pressé" et privilégiait le fait d'arriver à "un bon accord" sur le nucléaire nord-coréen. Kim Jong-un a déclaré de son côté qu'il ne serait pas venu à Hanoï pour un sommet avec Donald Trump s'il n'était pas prêt à la dénucléarisation. "Si je ne l'étais pas, je ne serais pas là", a indiqué le dirigeant nord-coréen, répondant à une question d'un journaliste.

 

 

Mais les deux parties divergent sur le sens du terme "dénucléarisation". Interrogé sur d'éventuelles mesures concrètes, le dirigeant nord-coréen est resté vague : "C'est ce que nous sommes en train de discuter." Au cours de leur premier sommet, en juin à Singapour, le président américain et le dirigeant nord-coréen avaient écrit une page d'histoire, mais signé une déclaration commune sans véritables engagements concrets.

 


28/02/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 21 février 2019

 

 

Antidouleurs : l'Amérique dévastée

 

 

avatar
France 2France Télévisions

 

 

 

Très efficaces pour soulager la douleur mais extrêmement addictifs, les opioïdes ont inondé le marché américain. Ils sont à l'origine d'une terrible crise sanitaire, avec 72 000 morts d'overdose pour la seule année 2017. Un reportage d'"Envoyé spécial"

 

 

 

 

Un couple de personnes âgées inanimées sur un banc en pleine rue, une petite fille en pleurs devant sa maman qui a perdu conscience dans les rayons d'un supermarché : un type de vidéos chocs semble-t-il de plus en plus nombreuses. Des Américains apparemment ordinaires font des overdoses…

 

 

En cause, leur addiction aux médicaments antidouleur. Tout commence souvent par un mal de dos, une douleur chronique ou des rhumatismes : leur médecin prescrit des opioïdes, des médicaments très efficaces pour soulager la douleur mais extrêmement addictifs.

 

 

 

Un terrible engrenage

Et c'est le début de l'engrenage : des mères de famille, des ouvriers, des retraités deviennent totalement dépendants. En quelques années, ce type de pilules a inondé le marché américain. Elles sont à l'origine d'une des plus graves crises sanitaires que le pays ait connue, avec 72 000 morts pour la seule année 2017. "Envoyé spécial" diffuse un document exceptionnel dans une Amérique en pleine overdose.

 

 

Un reportage de Pierre Monégier, Brice Baubit et Emmanuel Lejeune diffusé dans "Envoyé spécial" le 21 février 2019.   

 


22/02/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 19 février 2019 - mis à jour le 20.02.19

 

 

Etats-Unis : à plus de 80 ans, ils sont toujours obligés de travailler (et ils sont de plus en plus nombreux)

 

 

avatar
France 2France Télévisions
 

 

 

Aux Etats-Unis, la part des personnes âgées dans la population active a nettement augmenté. Et pour certains, travailler est devenu une question de survie

 

 

 

Il est 6 heures du matin dans l’Oklahoma (Etats-Unis). Agé de 81 ans, un homme s’apprête à aller travailler. "C’est de plus en plus dur d’aller travailler, mais je me force, confie Tom Coomer. Tous les matins je me lève et je me mets dans la tête que c’est jour de boulot", confie-t-il. Employé du mois dans le supermarché où il travaille, il fait un mi-temps. Son entreprise lui a offert un tabouret pour le soulager. Tom Coomer s’occupe de l’entrée du magasin. Il accueille la clientèle depuis neuf ans.

 

 

Aux États-Unis, les salariés comme lui touchent deux types de retraites : celle de l’État fédéral, un minimum et celles des sociétés privées dans lesquelles il a travaillé. Pour Tom Coomer, travailler est une question de survie. Dans son pays, depuis l’an 2000, la part des personnes âgées dans la population active a nettement augmenté, en particulier les plus de 80 ans. Certains secteurs de l’économie sont désormais dépendants de cette main-d’œuvre. 

 


20/02/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 14 février 2019

 

 

Etats-Unis : Donald Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière

 

 

 

 

Le président américain a également promis de promulguer le compromis budgétaire obtenu entre républicains et démocrates au Congrès, afin d'éviter un "shutdown". Ce texte a été approuvé dans la foulée à une large majorité au Sénat

 

 

 

17030887.jpg

 

Donald Trump à la Maison Blanche, le 12 février 2019, à Washington. (MANDEL NGAN / AFP)

 

 

 

Donald Trump a choisi l'option massue. Le président américain a décidé d'annoncer prochainement l'"urgence nationale" pour financer le mur qu'il a promis de construire à la frontière mexicaine, une procédure rare qui menace de provoquer une féroce bataille politico-judiciaire. Après de longues heures de suspense, il a finalement promis de promulguer un compromis budgétaire obtenu de haute lutte par des négociateurs républicains et démocrates au Congrès, afin d'éviter un "shutdown".

 

 

Ce texte a été approuvé à une large majorité au Sénat, contrôlé par les républicains, peu après l'annonce que Donald Trump le signerait. Il doit être soumis à la Chambre des représentants, à majorité démocrate, après 18h30 (minuit et demi en France) puis, après son adoption, être transmis au président américain pour sa promulgation.

 

 

 

"Le président tient sa promesse de construire le mur"

L'accord voté jeudi ne comprend qu'un quart du budget réclamé par Donald Trump pour construire son mur (1,4 milliard de dollars) et ne mentionne pas le mot "mur", préférant "barrière" ou "clôture". Certains commentateurs et élus ultra-conservateurs ont durement critiqué le texte depuis lundi soir. Et le président républicain avait fait savoir son mécontentement face au contenu de cet accord. Washington a jusqu'à vendredi minuit pour éviter une nouvelle impasse qui conduirait à l'asséchement soudain des budgets, ou "shutdown", de 25% des administrations fédérales.

 

 

En attendant, Donald Trump a aussi prévu d'agir "par décrets – avec en particulier l'urgence nationale – afin de mettre fin à la crise de sécurité nationale et humanitaire à la frontière", a indiqué Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche. "Une nouvelle fois, le président tient sa promesse de construire le mur, de protéger la frontière et d'assurer la sécurité de notre grand pays", a-t-elle souligné.

 

 

Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell a annoncé qu'il soutenait la décision du président de déclarer l'"urgence nationale". Mais cette procédure rare, autorisant le président des Etats-Unis à contourner le Congrès pour mobiliser des fonds, hérisse de nombreux parlementaires, y compris dans les rangs républicains.

 


15/02/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 8 février 2019

 

 

"La génération verte s'est levée" : des démocrates américains dévoilent un ambitieux plan environnemental

 

 

 

Emmenés par Alexandria Ocasio-Cortez, star montante du parti démocrate, ces élus proposent de réduire les émissions de carbone des Etats-Unis à zéro en dix ans

 

 

 

16988023.jpg

 

La représentante Alexandria Ocasio-Cortez et le sénateur Ed Markey (à droite), le 7 février 2019 à Washington (Etats-Unis). (SAUL LOEB / AFP)

 

 

 

Un projet ambitieux. Des élus démocrates américains ont dévoilé, jeudi 7 décembre, un plan environnemental sans précédent afin de lutter contre le changement climatique, ayant notamment pour but de réduire les émissions de carbone des Etats-Unis à zéro d'ici dix ans, grâce à des actions drastiques qui supposeraient une transformation profonde de l'économie. Une offensive contre le président Donald Trump, qui a retiré les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat et qui ne croit pas au réchauffement climatique.

 

 

Le "Green New Deal", présenté par la jeune élue à la Chambre des représentants Alexandria Ocasio-Cortez, star montante du parti démocrate, et le sénateur progressiste Ed Markey, est une déclaration d'intention – pour certains irréaliste –qui doit conduire le pays sur le chemin d'un développement plus durable. "C'est notre premier pas", a déclaré aux journalistes Alexandria Ocasio-Cortez, ajoutant qu'il n'était plus suffisant d'introduire des solutions graduelles pour s'attaquer aux problèmes énergétiques ou environnementaux. "Aujourd'hui est le jour que nous choisissons pour nous affirmer en tant que leader mondial de la transition vers 100% d'énergies renouvelables", a-t-elle dit.

 

 

 

Un sujet de l'élection 2020

Cette résolution non contraignante ne détaille pas précisément comment les Etats-Unis, qui dépendent fortement des industries gazière et pétrolière, pourront réussir à se sevrer des énergies fossiles, ni le coût total de ce "Green New Deal". Le parti républicain a vivement critiqué une "liste de voeux socialiste", avare en détails, et qui pourrait coûter jusqu'à 2 000 milliards de dollars. Le "Green New Deal" bénéficie de dizaines de soutiens au sein du Congrès américain, selon Alexandria Ocasio-Cortez. Aucun républicain n'en fait partie.

 

 

Il s'invite déjà dans la course à l'élection présidentielle de 2020, certains candidats -– ou candidats probables – de la branche progressiste du parti démocrate soutenant le projet, comme les sénatrices Kamala Harris ou Elizabeth Warren. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a déclaré "accueillir tout l'enthousiasme" manifesté autour de ce projet, après avoir semblé le discréditer la veille en le qualifiant de "rêve" écologique.

 

 

"La génération verte s'est levée", et elle dit vouloir "que ce problème soit réglé", a déclaré Ed Markey. "Cela va faire partie de l'un des deux ou trois sujets majeurs de l'élection de 2020", a-t-il prédit. Le but le plus ambitieux du plan est "d'arriver à zéro émission de gaz à effet de serre", en pourvoyant à "100% de la demande énergétique des Etats-Unis via des sources d'énergies propres et renouvelables", a-t-il martelé. Il propose également, par exemple, de "mettre à niveau tous les bâtiments existants".

 


08/02/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 29 janvier 2019

 

 

Etats-Unis : une vague de froid polaire va faire chuter les températures jusqu'à -50 °C

 

 

 

 

Ces conditions météorologiques ont provoqué des perturbations dans le trafic aérien et dans les administrations. Elles touchent pour le moment le Midwest, mais le froid va ensuite s'installer sur la côte est

 

 

 

16927159.jpg

 

Des chutes de neige à Detroit (Michigan, Etats-Unis), le 29 janvier 2019. (JEFF KOWALSKY / AFP)

 

 

 

 

Attention, vague de froid historique aux Etats-Unis ! Mardi 29 janvier, une grande partie du centre-nord des Etats-Unis subit un coup de froid avec des chutes de neige et des températures polaires de -50 °C. Ces conditions météorologiques ont provoqué des perturbations dans le trafic aérien et dans les administrations. Le vent glacial venu du nord-ouest devrait atteindre la côte est du pays plus tard dans la semaine.

 

 

L'alerte au grand froid a été donnée dès lundi dans plusieurs Etats du Midwest, du Dakota du Nord à l'Ohio, qui pourraient connaître les températures les plus basses depuis vingt ans, selon la chaîne météo Weather Channel. A l'aéroport de Minneapolis-Saint Paul (Minnesota), le mercure a atteint 0 degré Fahrenheit (-32 °C).

 

 

 

Un millier de vols annulés à Chicago

Le président Donald Trump, qui remet en cause les effets des activités humaines sur le réchauffement climatique, a mis en garde la population sur Twitter dès lundi soir. "Dans la belle région du Midwest, les températures ressenties atteignent -60 degrés (-51°C), les plus froides jamais enregistrées, a-t-il écrit, ajoutant ironiquement : Que diable se passe-t-il avec le réchauffement climatique mondial ? S'il te plaît, reviens vite, on a besoin de toi !"

 

 

La vague de froid sera accompagnée de fortes rafales de vent. La température va chuter à -50°C dans le Dakota du Nord entre mardi et jeudi. Pour les personnes qui s'aventurent à l'extérieur, cela pourrait "provoquer des engelures sur la peau découverte en quelques minutes", selon une chaîne météo. Plus d'un millier de vols ont déjà été annulés lundi dans les deux aéroports de Chicago, troisième ville des Etats-Unis et l'une des principales plateformes aéroportuaires du pays.

 


31/01/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 26 janvier 2019

 

 

États-Unis : Donald Trump a cédé sur le "shutdown"

 

 

 

Donald Trump a décidé de renoncer, au moins provisoirement, à son projet de mur à la frontière avec le Mexique afin de débloquer la situation et de mettre fin au "shutdown" aux États-Unis. Loïc de La Mornais fait le point depuis Washington

 

 

 

"La situation devenait intenable, notamment dans les aéroports. Et puis les sondages se retournaient de plus en plus contre Donald Trump, qui a fini par céder", explique Loïc de La Mornais, le correspondant de France 3 à Washington.

 

 

"Donald Trump a annoncé qu'il rouvrait le gouvernement, c'est la fin du 'shutdown'. Cela veut dire qu'un million de fonctionnaires américains vont enfin pouvoir être payés rétroactivement", ajoute le journaliste au moment d'évoquer les conséquences de la fin du "shutdown" aux États-Unis. "Donald Trump n’a pas obtenu de contrepartie, d'argent pour construire son mur à la frontière avec le Mexique. C'est clairement une victoire démocrate".

 

 

 

"L'engagement de son mandat"

Mais cela ne signifie pas non plus que le projet de mur est abandonné. "C'était juste une bataille. Le gouvernement n'ouvre que pour trois semaines. À partir du 15 février prochain, tout peut recommencer : Donald Trump peut redéclencher un nouveau "shutdown". C'est quelque chose de très important pour Donald Trump, c'est l'engagement de son mandat. S'il ne le tient pas, il sait que cela va lui être reproché et hypothéquer ses chances de réélection en 2020", conclut Loïc de La Mornais.

 


26/01/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 25 janvier 2019 - mis à jour 26.01.19

 

 

Etats-Unis : Donald Trump signe un accord avec le Congrès pour mettre fin temporairement au "shutdown" le plus long de l'histoire

 

 

 

Le président américain a promulgué une loi garantissant le financement de l'administration fédérale jusqu'au 15 février

 

 

 

16905351.jpg

 

Le président des Etats-Unis Donald Trump, le 25 janvier 2019 à Washington.  (ALEX EDELMAN / AFP

 

 

 

C'est la fin du plus long "shutdown" de l'histoire des Etats-Unis. Donald Trump a signé, vendredi 25 janvier, un accord avec le Congrès pour mettre fin temporairement à la paralysie des institutions fédérales, qui dure depuis le 22 décembre. Approuvé par le Congrès par consentement unanime, la loi signée par le président américain garantit le financement d'une partie des services fédéraux jusqu'au 15 février. 

 

 

Nous sommes parvenus à un accord pour mettre fin au 'shutdown' et rouvrir le gouvernement fédéral.Donald Trump, président des Etats-Unis.

 

 

D'ici là, une commission bipartisane sera chargée de se pencher sur la question de la sécurité à la frontière avec le Mexique, a annoncé le président américain lors d'une conférence de presse. Il a donc finalement renoncé temporairement au financement de son mur à la frontière mexicaine, à l'origine du blocage.

 

 

Ce "shutdown" – le plus long de l'histoire américaine – affecte depuis le 22 décembre quelque 800 000 agents fédéraux, mis au chômage technique et privés de salaire. Pour y mettre fin, Donald Trump exigeait jusqu'à présent le déblocage par le Congrès de 5,7 milliards de dollars pour la construction d'un mur anti-migrants à la frontière mexicaine.

 


26/01/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 20 janvier 2019

 

 

Etats-Unis : Trump propose de mieux protéger les migrants en échange du financement du mur frontalier avec le Mexique

 

 

 

Le chef d'Etat a justifié cette proposition par la nécessité de "sortir de l'impasse" du blocage budgétaire des services fédéraux, qui dure depuis près d'un mois

 

 

 

16864103.jpg

 

Le président américain Donald Trump, samedi 19 janvier à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis). (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

 

 

 

Il avait promis une "annonce majeure" au sujet du "shutdown", mais son offre n'a guère eu l'effet escompté. Le président américain Donald Trump a proposé samedi 19 janvier de prolonger des statuts de protection temporaire pour environ un million de migrants qui risquent d'être expulsés des Etats-Unis, en échange du financement par le Congrès de son mur frontalier avec le Mexique.

 

 

 

Le chef d'Etat a justifié cette proposition par la nécessité de "sortir de l'impasse" du blocage budgétaire des services fédéraux, qui dure depuis près d'un mois. Les démocrates refusent en effet d'accorder à Donald Trump les 5,7 milliards de dollars qu'il exige pour réaliser le mur, sa promesse emblématique de campagne qu'il assurait à l'époque vouloir faire financer par le Mexique.

 

 

Davantage de protection pour les migrants déjà présents aux Etats-Unis

Concrètement, le président américain s'est notamment engagé à rallonger de trois ans un permis de séjour temporaire créé par Barack Obama et supprimé après son arrivée à la Maison Blanche. Une mesure qui profiterait à quelque 700 000 clandestins auto-baptisés "Dreamers" [rêveurs], entrés illégalement sur le sol américain avec leurs parents.

 

 

Il a aussi proposé de prolonger de trois ans un statut de protection temporaire qui permet à environ 300 000 immigrants de travailler légalement sans titre de séjour. Ce statut avait été abrogé pour les ressortissants de plusieurs pays depuis l'accession à la Maison Blanche du candidat républicain.

 

 

Les démocrates dénoncent une "nouvelle prise d'otages"

Mais avant même que Donald Trump ne prenne la parole à la télévision, la chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, avait rejeté cette proposition, dont la teneur avait été dévoilée par la presse. Selon elle, ce qui est présenté comme une concession présidentielle n'est qu'une "compilation de plusieurs initiatives déjà rejetées par le passé et chacune inacceptable".

 

 

Et Chuck Schumer, le leader de la minorité démocrate au Sénat, a déclaré que Donald Trump avait lui-même dans le passé supprimé des protections pour les migrants qu'il propose à présent de protéger. "Offrir des protections en échange du mur n'est pas un compromis mais une nouvelle prise d'otages", a tweeté le dirigeant démocrate.

 


20/01/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 9 janvier 2019

 

 

Etats-Unis : Donald Trump propose "une barrière en acier plutôt qu'un mur en béton" à la frontière mexicaine

 

 

 

Le président américain n'a finalement pas eu recours au National Emergencies Act, qui lui aurait permis de contourner le Congrès pour construire son mur

 

 

 

16791991.jpg

 

Le président Donald Trump s'adresse aux Américains depuis la Maison Blanche le 8 janvier 2019, à propos du mur à la frontière mexicaine qu'il aimerait voir construire. (CARLOS BARRIA / CONSOLIDATED NEWS PHOTOS / AFP)

 

 

 

Neuf minutes pour convaincre. Donald Trump a tenté, mardi 8 janvier, de rallier les Américains à son projet de mur à la frontière avec le Mexique, lors d'une allocution retransmise en direct depuis la Maison Blanche. "Ce soir je vous parle car nous assistons à une crise humanitaire et sécuritaire grandissante à la frontière sud", a-t-il justifié. "Quelle quantité de sang américain devra encore couler avant que le Congrès ne fasse son travail ?" a-t-il lancé au 18e jour d'un "shutdown" qui paralyse les administrations.

 

 

"Au fil des ans, des milliers d'Américains ont été brutalement tués par ceux qui sont entrés illégalement dans notre pays et des milliers d'autres vies seront perdues si nous n'agissons pas tout de suite", a-t-il ajouté, réclamant une nouvelle fois 5,7 milliards de dollars (4,9 milliards d'euros) pour "une barrière en acier plutôt qu'un mur en béton". Mais Donald Trump n'a finalement pas annoncé le recours au National Emergencies Act qui lui aurait permis de contourner le Congrès.

 

 

 

Une crise migratoire "créée de toutes pièces"

Les démocrates ont immédiatement dénoncé l'absence de main tendue de Donald Trump, l'exhortant une nouvelle fois à "rouvrir le gouvernement". "Le président doit cesser de prendre les Américains en otages, doit cesser de créer de toutes pièces une crise" migratoire et humanitaire à la frontière, a ainsi lancé le présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

 

 

Depuis plus de deux semaines, quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux sont contraints soit à rester chez eux, soit à devoir attendre la fin du blocage pour être payés, les démocrates refusant de débloquant des fonds pour un mur qu'ils jugent "immoral", coûteux et inefficace.

 


09/01/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 8 janvier 2019

 

 

Pour cause de "shutdown", des fonctionnaires américains contraints de postuler à de petits boulots

 

avatar
franceinfoGrégory PhilippsRadio France
 

 

 

Les États-Unis entament leur 18ème jour de "shutdown" et 800 000 fonctionnaires restent au chômage technique. Sans salaire, certains sont forcés de trouver des petits boulots. Portrait d’Allison, rencontrée par le correspondant de franceinfo aux États-Unis

 

 

 

16787415.jpg

 

Les administrations fédérales américaines sont fermées depuis le 22 décembre, en raison du "shutdown". (ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)

 

 

 

Les États-Unis arrivent dans leur 18ème jour de "shutdown", la paralysie des administrations. La Maison Blanche réclame toujours cinq milliards de dollars pour construire un mur à la frontière mexicaine et les démocrates bloquent le vote du budget à la Chambre des représentants.

 

 

En attendant, 800 000 fonctionnaires sont au chômage technique, sans salaire. Comme beaucoup, Allison, employée fédérale à Alexandria, dans l’État de Virginie, cherche un petit boulot.

 

 

 

"J’ai du temps en semaine, j’ai postulé pour faire du dog sitting"

Car cette employée de l’agence fédérale de protection de l’environnement s’inquiète sérieusement pour ses finances. En plus de son loyer, elle rembourse son prêt étudiant, 400 dollars par mois et doit se racheter une voiture. Ce "shutdown", le premier pour elle, commence à devenir long, et pourrait bien durer encore. "Avec un président aussi peu conventionnel, on ne sait pas trop à quoi s'attendre dans les prochaines semaines", reconnaît la jeune femme.

 

 

Alors pour gagner quelques dollars, Allison est bien obligé de trouver des solutions. "J’ai postulé pour faire du dog sitting, promener des chiens. J'ai du temps pendant la semaine. Et si ça dure, et bien je devrais faire cela sans doute un peu. J'ai besoin d'argent liquide", explique-t-elle.

 

 

 

Donald Trump s’adresse à la nation ce mardi

Ce vendredi, normalement, c’est jour de paye pour les employés fédéraux comme Allison. Mais Donald Trump semble tenir bon. Le président américain pourrait le confirmer, ce mardi 8 janvier. Le président américain doit s’adresser à la nation,  lors d’une déclaration solennelle depuis son bureau ovale, à Washington. Mais après bientôt 20 jours de paralysie, Allison espère une main tendue : "Je pense que sur ce mur il faut une approche différente. Trump doit reculer un peu, accepter un compromis."

 


08/01/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 27 décembre 2018 - mis à jour le 28.12.18

 

 

Etats-Unis : pas d'accord sur le "shutdown" avant la semaine prochaine, selon le Sénat

 

 

 

Les dernières négociations entre démocrates et républicains ont encore échoué, jeudi. Déjà six jours que le pays est plongé dans une impasse budgétaire

 

 

 

16716615.jpg

 

Le Capitole à Washington (Etats-Unis), le 22 décembre 2018, à l'entrée en vigueur du troisième "shutdown" sous le mandat de Donald Trump. (JOSHUA ROBERTS / REUTERS)

 

 

 

Toujours pas. Aux Etats-Unis, les négociations entre démocrates et républicains pour mettre fin au "shutdown" ont échoué, jeudi 26 décembre. Après quelques minutes seulement dans un hémicycle quasi vide, le Sénat a décidé à l'unanimité d'ajourner la séance jusqu'à lundi matin (10 heures, heure locale). La chambre haute a aussi choisi de reprendre l'examen d'une loi budgétaire seulement mercredi après-midi (à partir de 16 heures, heure locale). 

 

 

L'impasse budgétaire dure depuis six jours. Les parlementaires et la Maison Blanche s'opposent sur un accord concernant les 5 milliards de dollars (environ 4,4 milliards d'euros) réclamés par Donald Trump pour construire un mur à la frontière mexicaine afin d'empêcher l'arrivée de migrants. Les démocrates y sont farouchement opposés. En attendant, la paralysie partielle des administrations fédérales va donc se prolonger jusqu'à la semaine prochaine.

 


29/12/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 21 décembre 2018

 

 

Etats-Unis : le chef du Pentagone claque la porte après l'annonce de Donald Trump sur le retrait de Syrie

 

 

 

 

Le secrétaire à la Défense, James Mattis, a présenté sa démission et quittera ses fonctions fin février

 

 

 

16703191.jpg

 

Le secrétaire à la Défense James Mattis et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche (Washington, Etats-Unis), le 23 octobre 2018.  (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

 

 

 

Nouvelle démission au sein de l'administration Trump. Le secrétaire à la Défense, James Mattis, a brutalement annoncé, jeudi 20 décembre, qu'il claquait la porte, au lendemain de l'annonce du retrait des troupes américaines de Syrie par Donald Trump, qui a pris de court ses alliés.

 

 

La démission de James Mattis, homme d'expérience très respecté sur la scène internationale, et qui incarnait une forme de stabilité au sein d'une administration traversée de secousses, est un coup dur pour le tempétueux président des Etats-Unis, qui apparaît de plus en plus isolé. Dans un courrier adressé au locataire de la Maison Blanche, cet ex-général des Marines de 68 ans insiste sur la nécessité pour les Etats-Unis de "traiter les alliés avec respect", marquant implicitement son désaccord avec un président qui a pris pour cible un à un au cours des derniers mois les dirigeants des principales puissances occidentales. 

 

 

"Parce que vous avez le droit d’avoir un secrétaire à la Défense dont les vues sont mieux alignées sur les vôtres (...), je pense que me retirer est la bonne chose à faire", ajoute-t-il dans ce courrier qui a eu l'effet d'un coup de tonnerre à Washington.

 

 

Nombre d'élus des deux bords ont exprimé leur déception, voire leur inquiétude. "C'est un jour très triste pour notre pays", a lancé Nancy Pelosi, cheffe des démocrates à la Chambre des représentants. "Lisez sa lettre ! Je pense que tout le monde dans le pays devrait lire sa lettre de démission", a-t-elle ajouté. En écho, Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate au Sénat, a déploré le départ de l'un des "rares symboles de force et de stabilité" au sein de l'équipe au pouvoir.

 

 

 

"Une série de graves erreurs politiques"

Dans un communiqué cinglant, le républicain Marco Rubio a jugé, à la lecture de la missive, que les Etats-Unis s'engageaient vers "une série de graves erreurs politiques" qui pourraient abîmer durablement leurs alliances.

 

 

Sur Twitter, Donald Trump n'a pas parlé de démission, indiquant simplement que James Mattis quitterait ses fonctions "à la fin février" et qu'un successeur serait "prochainement" nommé.

 

 

Dans sa lettre, le ministre démissionnaire n'évoque pas directement le dossier syrien, si ce n'est pour citer la coalition internationale contre les jihadistes du groupe Etat islamique comme exemple de l'utilité des alliances. Mais il sait que son départ sera interprété comme la marque de son clair désaccord avec Donald Trump, sur le dossier syrien comme sur d'autres.

 


21/12/2018
0 Poster un commentaire