L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le samedi 19 octobre 2019

 

 

"Je n'ai jamais rien vu de pareil à Barcelone" : pour la première fois, la police a utilisé un canon à eau pour disperser les manifestants indépendantistes

 

avatar

Juliette Geay, Édité par Thomas PontillonfranceinfoRadio France

 

 

Après une manifestation pacifique, Barcelone a connu une nuit de violences entre des indépendantistes et les forces de l'ordre

 

 

 

20264951

 

Une rue de Barcelone après les affrontements entre policiers et manifestants dans la nuit du 18 octobre. (JOSEP LAGO / AFP)

 

 

 

De violents affrontements dans les rues de Barcelone. Après une manifestation pacifique vendredi 18 octobre, qui a réuni plus de 500 000 personnes, la tension est montée dans la soirée. Dans la nuit de vendredi à samedi 19 octobre, des indépendantistes radicaux ont dressé des barricades face aux forces de l'ordre qui tentaient de les disperser avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes. Des scènes inédites selon de nombreux Barcelonais. 

 

 

 

Canon à eau, balles en caoutchouc et gaz lacrymogène 

Vers 23 heures, les forces de l’ordre sortent pour la première fois un canon à eau pour éteindre les barricades en feu. Durant quatre heures, ils affrontent des groupes de casseurs expérimentés, suivi par des jeunes indépendantistes radicalisés. Les policiers tirent des balles en caoutchouc et lancent du gaz lacrymogène pour répondre aux jets de pierre et aux vitrines brisées. "J'ai 26 ans et je n'ai jamais rien vu de pareil à Barcelone, raconte Joan. Je n'ai jamais vu tant de disproportion".  

 

 

 

Juliette Geay@geay_juliette
 

Affrontements place d'Urquinaona

Vidéo intégrée
Voir les autres Tweets de Juliette Geay
 

 

Plus tôt dans la soirée, au moins 525 000 personnes selon la police municipale, se sont rassemblées pacifiquement pour dénoncer l'emprisonnement de leurs ex-dirigeants. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance familiale et festive. Dans le cortège, Marina, n'approuve pas la violence qui a suivi. "Ça ne me plait pas du tout qu'on en soit arrivé là. Je pense que ce n'est pas la solution". 

 

 

La solution c'est une réponse politique, pas une guérilla urbaine. Les policiers sont là pour nous défendre, pas pour nous affronter. Marina à franceinfo

 

 

Au total, 52 personnes ont été blessées et 41 autres ont été arrêtées à Barcelone dans la soirée. C'est aussi le signe que la cause indépendantiste a désormais du mal à préserver son caractère pacifique. 

 



19/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres