L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le vendredi 19 juillet 2019

 

 

TRIBUNE. "Ces meurtres auraient pu être évités" : les familles et proches de 35 victimes de féminicide proposent des mesures contre les violences conjugales

 

 

 

 

Les signataires veulent inscrire le terme de "féminicide" dans le code pénal, créer un statut de victime ou encore mettre en place des formations pour les forces de l'ordre

 

 

 

19728167

 

Dans une tribune publiée vendredi 19 juillet 2019 sur franceinfo, des familles et des proches de victimes de féminicide proposent une série de mesures pour lutter contre ce fléau. (AWA SANE / FRANCEINFO)

 

 

 

En 2018, 121 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit une tous les trois jours, selon les chiffres de la délégation aux victimes, qui relève du ministère de l'Intérieur. Pour enrayer ce fléau, le gouvernement a annoncé la tenue à la rentrée d'un Grenelle des violences conjugales et promis des mesures "concrètes". C'est justement du "concret" qu'attendent les familles de victimes de féminicide. Dans une tribune publiée vendredi 19 juillet sur le site de franceinfo, 35 d'entre elles proposent une série de mesures pour combattre plus efficacement ce phénomène. "Il reste tant de femmes à sauver", clament ces familles. Elles s'expriment ici librement.


Elles s'appelaient Hélène, Johanna, Annie, Ghylaine, Marion, Evelyne... Elles sont nos mères, nos filles, nos sœurs, nos amies... Et elles ont été lâchement assassinées. La vie leur a été ôtée par leurs bourreaux, des hommes possessifs, pervers ou manipulateurs qui se sont joués d'elles. Ils laissent des familles entières dans un deuil insupportable. Ils laissent des enfants orphelins qui ont parfois assisté au pire et dont la vie est brisée à jamais.

 

 

Nous, familles et proches de victimes de féminicide, voulons dire stop et le clamer haut et fort : ces meurtres, ces assassinats auraient pu être évités.Les signataires de la tribune

 

 

Nous sommes aussi des victimes collatérales totalement oubliées des pouvoirs publics et souvent isolées, nous nous sentons méprisées. Nous pensons aussi à toutes ces femmes aujourd'hui victimes de violences conjugales. Nous le savons : elles vivent dans la peur du passage à l'acte et ne sont ni entendues ni soutenues.

 

 

Aujourd'hui, nous prenons la parole et demandons au gouvernement d'être reçues lors du Grenelle des violences conjugales qui aura lieu en septembre. Nous proposons à cette occasion des mesures concrètes et rapides à mettre en place. Nous demandons l'inscription du terme "féminicide" dans le code pénal, en tant que crime machiste et systémique : ces femmes sont tuées parce qu'elles sont des femmes par des hommes qui pensent avoir un droit de vie ou de mort sur elles. Nous exigeons aussi la mise en place de sanctions pour les membres des forces de l'ordre qui manquent à leur devoir en ne prenant pas en compte la parole des femmes qui leur signalent des violences dans leur couple. 

 

 

 

Une formation pour les policiers et les gendarmes

Nous proposons ensuite la création d'un module "violence conjugale et féminicide" lors de la formation initiale des policiers et des gendarmes, ainsi qu'une formation de rattrapage pour les membres des forces de l'ordre aujourd'hui en poste. Il faudrait également que la gendarmerie et la police échangent bien plus avec les associations sur ces questions. Nous proposons de réfléchir aussi à l'ouverture immédiate d'une procédure lorsqu'un témoin vient signaler qu'une femme subit des violences. Nous rappelons qu'il est extrêmement difficile pour ces femmes de se rendre dans un commissariat.

 

 

Nous souhaiterions voir la création d'au moins une unité médico-judiciaire dans tous les départements français afin d'accompagner et soutenir les victimes. Il nous apparaît indispensable de mettre en place une mesure d'éloignement du domicile, avec port du bracelet électronique obligatoire, pour les auteurs de violences conjugales, et ce dès la première condamnation.

 

 

C'est aux hommes violents de quitter le domicile conjugal et non à leurs victimes. Les signataires de la tribune

 

 

Nous proposons donc la création de foyers destinés à ces hommes, où ils pourraient suivre des thérapies. Il faut aussi confisquer aux auteurs de violences conjugales leurs armes à feu ou armes blanches et faire des demandes de rapatriement immédiat des assassins qui quittent le territoire pour échapper à leur peine. En Espagne, des tribunaux spécifiquement dédiés aux violences conjugales ont été créés, pourquoi ne pas s'en inspirer ? 

 

 

 

La création d'un statut de victimes

En ce qui concerne les enfants, plusieurs mesures, là encore, peuvent être appliquées : la déchéance de l'autorité parentale pour le conjoint assassin ; si les droits parentaux sont maintenus, les visites doivent être faites sous la surveillance d'une tierce personne ; relever les enfants majeurs de leur "obligation alimentaire" envers leur parent assassin.

 

 

Il est également nécessaire, outre les enfants, de mieux prendre en charge les proches et cela passe par plusieurs mesures : la reconnaissance du statut de victime pour les familles de victimes de féminicide, au même titre que les familles de victimes d'attentat terroriste, et la création d'un service d'Etat dédié au soutien psychologique, à l'assistance juridique et administrative de ces familles.

 

 

Enfin, c'est la société toute entière qu'il faut mobiliser sur ce sujet. Nous souhaitons une grande médiatisation autour de ces questions afin de mieux sensibiliser le public. L'éducation nationale doit prendre sa part et œuvrer à mieux prévenir les violences chez les jeunes. Les médias ont aussi un rôle pédagogique à jouer, il est inadmissible que ces meurtres soient traités comme des faits divers et banalisés. Il reste tant de femmes à sauver et nous le savons mieux que quiconque : cela n'arrive pas qu'aux autres.

 

 

Le collectif Féminicides se tient à disposition des familles de victimes et peut être contacté à cette adresse e-mail : feminicidesfrance@gmail.com

 

 

 

Les signataires : 

 

 

Mélanie Fabre, nièce de Yolande Azemar, tuée le 29 novembre 1998 ; Carine Adelina, nièce de Marie Ba, tuée le 15 novembre 2018 ; Aurélie Parvaud, la fille d'Annie Bailleux, tuée le 30 avril 2011 ; Emilie Jacob, sœur d'Hélène Bizieux, tuée le 5 août 2018 ; Sandrine Bouchait et Anthony Dalard, la famille de Ghylaine Bouchait, tuée le 24 septembre 2017 ; Céline, cousine de Julie Douib, tuée le 3 mars 2019 ; Lucia Bouchet, sœur de Sylvia Bouchet, tuée le 10 novembre 2018 ; Anne Tancre, fille de Françoise Coeugnet née Beugnet, tuée le 18 décembre 2016 ; Catherine Bargue, la mère de Marion Courty, retrouvée morte le 7 juin 2018 ; Christopher de Gaillande, frère de Christelle de Gaillande, tuée le 5 juillet 2019 ; Marine Dias, Delphine Jomat et Stéphanie Genois, la famille de Johanna Dias Gomes, tuée le 23 décembre 2018 ; Noujoud-Asia Ghemri, sœur de Dalila Ghemri, tuée le 6 avril 2019 ; Emilie Le Ray, fille de Gisèle Gicquel, tuée le 12 février 2017 ; Mélody Haughton et Coraline Bourret, les filles de Virgine Haughton, tuée le 15 juin 2017 ; Maud Garin, Fabienne et Laurent Facq, Isabelle Bernard, Amandine Arquillière, Sébastien Arquillière, Myriam Lira, Dorian Hinsinger et Maureen Jomard, la famille et les proches d'Evelyne Hinsinger, tuée le 1er avril 2015 ; Myriam Kabdani, sœur de Fouzia Kabdani, tuée avec ses trois enfants le 23 juin 2013 ; Annick Gauthier, Astrid Aublanc, Anne-Sophie Kahn et Céline Kahn, la famille et les proches d'Hélène Kahn, tuée le 22 mars 2017; Hauteclair Dessertine, amie de Hilal Karatas, tuée le 20 février 2019 ; Isabelle Ghilaci, sœur de Sylvie Labagnère, tuée le 25 octobre 2018 ; Françoise et Laurence Le Goff, filles de Josiane Le Goff, tuée le 11 décembre 1982 ; Anne-Sophie Weber et Emilie Mellerin, filles de Patricia Mellerin, tuée le 27 janvier 2019 ; Didier Maxel, neveu de Jeannine Mertz, tuée le 18 mars 2010 ; Emira Strasevic et Melissa Mujanovic, la famille d'Adelissa Mujanovic, tuée le 25 octobre 2018 ; Mélanie Lazzari Kruth, sœur de Johanna Lazzari, tuée le 28 juillet 2016 ; Marie-Joséphine Pastor, mère de Lisa Pastor, tuée le 16 décembre 2018 ; Manon Decombe, fille de Linda Ponsaa, tuée le 2 juillet 2018 ; Hélène de Ponsay, sœur de Marie-Alice Dibon, tuée le 22 avril 2019 ; Emmanuelle Claude, amie et mère de la filleule de Marie-Thérèse Roufosse, tuée le 15 juillet 2018 ; Sandra Roux Donato, nièce et filleule de Christiane Roux, tuée le 7 mai 1984 ; Lucie Schmitt, sœur de Laetitia Schmitt, tuée le 25 juin 2018 ; Isabelle Seva-Boismoreau, cousine de Stéphanie, tuée le 31 mars 2019 ; Cathy Thomas, sœur d'Isabelle Thomas, tuée avec ses parents le 4 août 2014 ; Jacquet Mylène, mère de Savannah Torrenti, tuée le 1er mai 2016 ; Giovanni Varlet, frère d'Aurelia Varlet, tuée le 14 août 2013 ; Aurore Zaba, fille de Laetitia Zaba, tuée le 17 novembre 2018.

 



19/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres