L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

De 1096 à 1121

 

 

 

► 1096 avril Départ d'une "armée de pèlerins", marquant le début de la première croisadeLa première croisade eut lieu de 1096 à 1100, sous le pontificat d'Urbain II : prêchée par Pierre l'Ermite, puis par Urbain lui-même, elle eut pour chefs Godefroy de Bouillon (Les Enfances de Godefroy de Bouillon), Eustache et Baudouin, ses frères; Hugues de Vermandois, Robert II, duc de Normandie, Boémond, prince de Tarente, Tancrède, son neveu, et Raymond de Toulouse. Les faits les plus importants de l'expédition sont la bataille de Dorylée (1097), où les Musulmans furent entièrement défaits; la prise de Nicée, d'Édesse (1097), d'Antioche (1098) et celle de Jérusalem (1099). Les Croisés formèrent à Jérusalem un royaume chrétien, dont ils déférèrent la couronne à Godefroy de Bouillon; et dans les villes voisines plusieurs principautés, où régnèrent les autres chefs des croisés.

 

 

 

 

► 1096 - 15 août Départ des armées régulières pour la Ière Croisade. Une armée bien organisée, avec à sa tête Godefroy de Bouillon, part pour la Terre sainte à l'instigation du pape Urbain II. Ce dernier a assuré : “Et ils deviendront des soldats, ceux qui, jusqu'à ce jour, furent des brigands ; ils combattront légitimement contre les barbares, ceux qui se battaient contre leurs frères et leurs cousins ; et ils mériteront la récompense éternelle, ceux qui se louaient comme mercenaires pour un peu d'argent”. Godefroy de Bouillon, fils d'Ide d'Ardenne, héritière des ducs de Basse-Lorraine et d'Eustache II, comte de Boulogne, au royaume de France, Godefroy de Bouillon est un descendant de Charlemagne et, comme son illustre ancêtre, un personnage de légende.

 

 

Godefroy est né fils cadet en 1060. Son oncle Godefroy III le Bossu lui lègue en 1076 son duché de Basse-Lorraine, mais l'empereur d'Allemagne le prive de cet héritage et ne lui concède que le marquisat d'Anvers, où se trouve la terre de Bouillon (1076). Godefroy se range néanmoins aux côtés d'Henri IV du Saint-Empire dans la lutte qui oppose l'empereur germanique et le pape Grégoire VII. Touché par le comportement du jeune homme et pour le récompenser de ses fidèles et loyaux services, l'empereur germanique le reconnaît duc de Basse-Lorraine, ou Lothier, en 1089. L'un des premiers à répondre à l'appel d'Urbain II, en 1095, Godefroy de Bouillon devient aussi l'un des principaux chefs de la première croisade.

 

 

En 1096, pour financer son départ, il vend son domaine de Bouillon à Otbert, prince-évêque de Liège. Les armoiries du duché de Bouillon sont visible dans le blason de la Principauté de Liège. Parti de Vézelay avec une suite nombreuse, il passe par Ratisbonne, Vienne, Belgrade et Sofia, arrive à Constantinople, et se heurte aussitôt à Alexis Comnène... Il est au premier rang lors de la prise de Jérusalem en 1099. La couronne de roi de Jérusalem lui est proposée après la prise de la ville mais il la refuse, arguant que seul le Christ est autorisé a porter ce titre. Il est donc fait Avoué du Saint-Sépulcre. Il meurt l'année suivante et son frère Baudouin, qui avait aussi participé à la croisade, devient roi.

 

 

 

 

► 1096 à 1099 - Première croisade : elle comprit deux expéditions: d'abord Pierre l'Ermite et Gautier Sans-Avoir, pauvre gentilhomme bourguignon, partirent à la tête d'une masse confuse, indisciplinée, ignorante et dénuée de tout: ces bandes à peu près désarmées et affamées, traversèrent péniblement l'Europe, trouvèrent à Constantinople un accueil qui les réconforta sans les rendre plus redoutables et passèrent en Asie où le sultan de Nicée, à la bataille de ce nom, les tailla en pièces.

 

 

La deuxième expédition ne comprenait que des gens aguerris et pourvus, en armes et en approvisionnements, de ce qui leur était nécessaire: c'était une véritable armée, qui marcha en bon ordre sous le commandement de Godefroy de Bouillon, duc de Basse-Lorraine. Cette expédition rencontra en Asie de grandes difficultés; néanmoins, après s'être emparée des villes de Nicée, Tarse, Antioche, elle assiégea et prit Jérusalem. Godefroy de Bouillon en fut proclamé roi (1099), et y promulgua, d'accord avec les seigneurs qui l'accompagnaient, les Assises de Jérusalem, qui instauraient en Asie la féodalité européenne. Le nouvel État dura jusqu'en 1187, époque à laquelle il fut détruit par le sultan Saladin.

 

 

 

 

► 1096 - 21 octobre L'armée "populaire" est anéantie par les Turcs prés de Nicée. “Croisade des pauvres”. Sous la conduite de Pierre l'Ermite et Gautier Sans Avoir, c'est une troupe de gueux qui tente de gagner la Terre sainte, où elle sera mise en pièce. Nicée est une ville d'Anatolie (Turquie)

 

 

 

 

► 1096 à 1141 - naissance et mort de Hugues de Saint-Victor. Théologien et philosophe français, auteur du 'Didascalicon' et du 'De sacramentis' qui assure le rayonnement de l'abbaye de Saint-Victor de Paris comme école.

 

 

 

 

► 1097 26 juin Les Croisés s'emparent de Nicée.

 

 

 

 

► 1097 1er juillet Victoire des Croisés à Dorylée contre les Turcs. La bataille de Dorylee opposa les croisés aux turcs en 1097.

 

 

 

 

► 1097 21 octobre Début du siège d'Antioche. Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne. Elle est située au bord du fleuve Oronte.

 

 

 

► 1098 21 mars Fondation de l'abbaye de Cîteaux. Robert de Molesme fonde l'abbaye pour y prêcher un retour à la doctrine de Saint Benoît : pauvreté, travaux des champs et uniformité. L'ordre de Cîteaux est né. L'ordre de Cîteaux, également connu sous le nom d'ordre cistercien ou encore de saint ordre de Cîteaux est un ordre monastique catholique réformé, fondé en 1098 à l'abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme pour suivre la Règle de Saint Benoît. Le plus célèbre des cisterciens n'est autre que saint-Bernard, à qui l'ordre doit son considérable développement de la première moitié du XIIe siècle.

 

 

Les monastères cisterciens se distinguent par la simplicité et la sobriété de l'architecture et des ornements. La robe est blanche avec un capuchon noir. Le symbole de l'ordre est la feuille d'eau (Cîteaux). Des couvents de religieuses cisterciennes ont été établis ; l'un des plus célèbres est celui de Port-Royal. Robert de Molesme (v.1029–1111), moine et réformateur français, considéré comme saint par l'Église catholique romaine. Règle de Cîteaux. Il s'agit de la règle bénédictine appliquée dans toute sa rigueur par les moines de l'abbaye de Cîteaux, fondée par Robert de Molesme en 1098 : retrait du monde, extrême pauvreté, culture de la terre et copie de manuscrits.

 

 

 

► 1098 - 3 juin Les Croisés s'emparent d'Antioche et se retrouvent piégés dans la ville.

 

 

 

► 1098 - 28 juin Victoire de Kerbogha, émir de Mossoul, permettant la libération des troupes assiégées dans Antioche. Kerbogha était l'Atabeg de Mossoul. C'était un chef de guerre qui jouissait d'une grande renommée mais il dut subir une cuisante défaite lors de la première croisade. Mossoul, ville d'Iraq sur les deux rives du Tigre.

 

 

 

 

► 1098 à 1179 - naissance et mort de Hildegarde von Bingen, Sainte Hildegarde. Sainte allemande, fut l'une des grandes figures du XIIe siècle, voire de tout le Moyen Âge. Hildegard (sainte Hildegard, bien qu'elle ne fut jamais canonisée) écrivit un traité de science et de médecine, qui fait preuve d'un sens de l'objectivité et de l'observation rare dans ces temps-là. Elle écrivait également des poèmes, et de la musique. Sainte Hildegarde de Bingen est confiée aux Bénédictines alors qu'elle n'a que huit ans, en 1105. Elle a des visions qu'elle note méticuleusement dans un petit carnet qui donnera son 'Livre des subtilités et des créatures divines'.

 

 

 

 

► 1099 Le roi Philippe Ier associe à la couronne son fils Louis, né de Berthe de Hollande en 1081: ce sera dans l'histoire, Louis VI le Gros, surnommé aussi le Batailleur et l'Éveillé. Louis VI de France, dit Louis le Gros, né le 1er décembre 1081 à Herbst, mort le 1er août 1137. Il fut roi de France de 1108 à 1137, cinquième de la dynastie dite des Capétiens directs.

 

 

 

► 1099 - 7  juin Les armées Croisées arrivent devant Jérusalem.

 

 

 

► 1099 - 8 juillet Procession autour de Jérusalem.

 

 

 

► 1099 - 14 juillet Échec du premier assaut contre Jérusalem.

 

 

 

► 1099 - 15 juillet Prise de Jérusalem par les croisés qui vont se livrer au pillage et au massacre de la population. Godefroy de Bouillon prend la ville sainte en ce vendredi, à trois heures de l'après-midi. Son beau-frère Baudouin de Boulogne fonde le royaume latin de Jérusalem. La population musulmane de la ville est massacrée pendant deux jours. Les Juifs sont brûlés vifs dans la synagogue où ils s'étaient réfugiés. Baudouin de Boulogne (v. 1065-2 avril 1118), comte d'Édesse de 1098 à 1100 puis roi de Jérusalem, Baudouin Ier, de 1100 à 1118. Troisième fils d'Eustache II, comte de Boulogne et de Sainte Ide de Boulogne.

 

 

 

 

► 1099 Godefroy de Bouillon proclamé roi de Jérusalem. Les croisés, après avoir pris Nicée, Antioche, Tarse, ont pris Jérusalem le 15 juillet précédent. Godefroy de Bouillon, Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, et le légat du pape écrivent au pape Urbain II : “Si vous désirez savoir ce qu'on a fait des ennemis trouvés à Jérusalem, sachez que dans le portique de Salomon et dans le temple, les nôtres chevauchaient dans le sang immonde des Sarrasins et que leurs montures en avaient jusqu'aux genoux”.

 

 

 

 

► 1099 - 12 août Victoire des armées croisées à Ascalon contre les armées égypto-turques. Ascalon site balnéaire en Israël, proche de Gaza, sur la côte méditerranéenne.

 

 

 

 

► 1100 - 15 juillet Mort de Godefroy de Bouillon, avoué du Saint-Sépulcre à Jérusalem, son frère Baudouin lui succède.

 

 

 

 

► 1100 Rattachement de Bourges et Dun-le-roi au domaine royal. Eudes Arpin, vicomte de Bourges, partant pour la Croisade, vendit son fief au roi pour 60 000 écus d'or. Depuis cette époque, les pays qui forment le département du Cher demeurèrent directement soumis à l'autorité royale.

 

 

 

 

► 1100 à 1200 - Écriture gothiqueL'écriture gothique ou lettre noire est une déformation de la minuscule caroline. On écrivait alors avec une plume à pointe coupée. Plus étroite que la caroline, donc prenant moins de place sur les parchemins coûteux, l'écriture gothique apparaît au XII° siècle en Allemagne. Ces caractères seront conservés par ce pays jusqu'au milieu du XX°. Dès la fin du XIX° siècle, les copistes florentins jugent les gothiques illisibles. Ils reprennent la caroline et la modifient. Ils créent l'humanistique (dite aussi l'italique) qui devient la base de nos écritures modernes.

 

 

 

 

► 1100 à 1532 - L'empire Inca (Pérou)L'empire inca s'étendait à son apogée de l'actuelle Colombie jusqu'à l'Argentine et au Chili, par delà l'Équateur, le Pérou, la Bolivie. Les Incas formèrent un des trois grands empires de l'Amérique précolombienne. L'empire inca regroupait de nombreux peuples différents et jusqu'à plus de 700 langues différentes furent parlées sur son territoire ; cependant les Incas imposèrent le quechua comme langue officielle. Ils vécurent du XIe siècle au XVIe siècle. La fin de l'empire inca coïncide avec la mort du dernier empereur lors de la conquête espagnole en 1533.

 

 

 

► 1100 à 1150 - naissance et mort de Marcabru, poète et troubadour. Le troubadour enchanta les cours de France et de Castille. Surtout grâce à un "tube", célèbre dans les années quarante (du XIIe siècle) et intitulé "le chant du lavoir", dont l'air et les paroles sont une exhortation à partir en croisade.

 

 

 

 

► 1100 vers - La Chanson de Roland. Elle est célèbre dès le Moyen Âge : il en existe plusieurs versions, ainsi que des remaniements datant de diverses époques. Le récit, inspiré par un référent historique, la bataille de Roncevaux (778), est savamment composé en deux fois deux parties : la mort de Roland (la trahison, la bataille) et la vengeance de l'Empereur (le châtiment des païens, le châtiment de Ganelon), encadrées par une exposition et une double conclusion. L'unité de l'ensemble est renforcée par de nombreux parallélismes, contrastes et échos.

 

 

 

Certains passages pourtant très sobres possèdent une grande intensité dramatique et sont restés justement célèbres (la mort de la belle Aude ou celle de Roland). Comme toutes les chansons de geste, la Chanson de Roland comporte une forte charge idéologique, mais c'est également une peinture assez fine des tensions internes de la société féodale (entres vassaux et suzerain, entre l'ambition personnelle et le dévouement), ainsi qu'un drame humain : en dépit du caractère un peu stylisé des personnages, la subtilité des caractères explique et implique le déroulement inéluctable des événements. 

 

 

 

La Chanson de Roland est un poème épique et une chanson de geste de la fin du XIe siècle attribué à Turold (Ci falt la geste que Turoldus declinet). Neuf manuscrits du texte nous sont parvenus, dont un (manuscrit d'Oxford) est en anglo-normand. Ce dernier, redécouvert par l'abbé de La Rue en 1834, est considéré par les historiens comme étant l'original. La Chanson de Roland comporte environ 4000 vers en ancien français répartis en laisses, transmis et diffusés par voie orale. Elle relate, trois siècles après, le combat fatal du chevalier Roland (ou Hroudland), marquis des marches de Bretagne et de ses fidèles preux contre une puissante armée maure à la bataille de Roncevaux puis la vengeance de Charlemagne.

 

 

 

 

► 1100 à 1160 - naissance et mort Pierre Lombard, ou encore Petrus Lombardus, enseignant et religieux. Plus connu sous le nom du Maître des sentences, il est né à la fin du XIe siècle près de Novarre, en Lombardie (d'où son nom). L'Abbé de Cluny le fit admettre à l'école de Reims, puis il se rendit à Paris où il fût d'abord longtemps professeur à l'Université, pour devenir ensuite évêque de Paris. Dans la cadre de son enseignement, il élabora, suite à une originale méthode basée sur les Questions / Discutions, une méthode scolastique aux fins de l'enseignement des Maîtres de l'Université, le "Livre des Sentences" (1152), où pour la première fois, dans l'enseignement universitaire, on faisait la distinction entre l'Écriture et la Théologie ; ce livre, cette Somme, servit de modèle à Thomas d'Aquin.

 

 

 

 

► 1102 La Croatie intégrée à la Hongrie. Moins de deux siècles après sa proclamation, le Royaume Croate perd sa souveraineté. Rongé de l'intérieur dès la mort de Tomislav par des guerres intestines en vue de la succession, l'État a progressivement perdu sa puissance militaire ainsi que certains territoires. Ainsi après une lourde défaite en 1097, les Croates passent un accord avec la Hongrie : les "Pacta Conventa". Ainsi, le roi de Hongrie Koloman devient-il le roi de Croatie. Toutefois celle-ci conservera un gouverneur et une assemblée autonomes. L'État autonome croate disparaît ainsi pour près de neuf cent ans. Koloman le Bibliophile Arpad, né entre 1065 et 1070, décédé le 3 février 1116, inhumé à Székesfehérvar, fut roi de Hongrie en 1095 et de Croatie en 1105. Il est le fils de Géza Ier et de Synadena Synadène.

 

 

 

 

► 1104 Abrogation de l'excommunication de Philippe Ier par le pape Pascal II. Pascal II, de son vrai nom Rainier de Bieda, est né à Ravenne vers 1050. Il fut pape du 13 août 1099 au 21 janvier 1118, lutta contre les empereurs Henri IV du Saint-Empire et Henri V du Saint-Empire et créa l'Ordre des Chevaliers teutoniques et l'Ordre des Templiers.

 

 

 

 

► 1104 Mariage de Louis (futur Louis VI), fils de Philippe Ier avec Lucienne de Rochefort. Lucienne de Rochefort-Monlhéry, appelée aussi Lucianne, est la fille de Guy Ier le Rouge, seigneur de Rochefort et d'Élisabeth de Crécy. La famille des Rochefort étant de plus en plus puissante en Ile-de-France, le roi Philippe Ier compte réduire son influence en s'emparant de leurs seigneuries, mais Bertrade de Montfort, qui compte faire alliance avec les Monlhéry pour placer sur le trône son fils, et ce au détriment de Louis, héritier du trône, propose de marier Louis VI le Gros à Lucienne.

 

 

 

Les fiancailles ont donc lieu en 1104, malgré la réticence de l'époux. Pourtant, une autre famille puissante, les Garlande font valoir à Louis VI les desseins de sa belle-mère, et celui-ci décide de casser l'alliance en faisant appel au Pape Pascal II, lors du concile de Troyes en 1107, prétextant des liens de consanguinité. Ce divorce marque la disgrâce définitive des Rochefort, cependant Lucienne aurait eu une fille avec le futur roi, Isabelle de France (v. 1105-apr. 1175) qui épouse av. 1119, un cousin, un certain Guillaume de Vermandois. Plus tard, Lucienne épouse le seigneur Guichard III († 1137), sire de Beaujeu.

 

 

 

 

► 1106 - 28 septembre La Normandie retrouve l'Angleterre à Tinchebray. Après la mort de Guillaume le Conquérant, le royaume anglo-normand fut provisoirement partagé, l'Angleterre revenant à Guillaume le Roux et la Normandie à son frère Robert Courteheuse. Mais après la mort douteuse du souverain anglais, victime d'un accident de chasse, c'est le dernier fils de Guillaume le Conquérant, Henri, qui s'empare de la couronne d'Angleterre, la soufflant à un Robert impopulaire.

 

 

 

Cette guerre fratricide se termine lors du combat de Tinchebray, en Normandie. Henri Ier d'Angleterre inflige une sévère défaite à son frère Robert, le fait prisonnier et prend le commandement de la Normandie. Celle-ci est à nouveau rattachée à l'Angleterre. La bataille de Tinchebray a eu lieu le 28 septembre 1106, dans la ville de Tinchebray en Normandie, entre des troupes de l'envahisseur Henri Ier Beauclerc, roi d'Angleterre, et celle du duc de Normandie, son frère aîné Robert Courteheuse. Cette bataille s'est soldée par une victoire décisive d'Henri Beauclerc, qui lui permit de rattacher la Normandie à l'Angleterre, ce qui n'était plus le cas depuis la mort de leur père Guillaume le Conquérant en 1087. 

 

 

 

La Normandie restera une possession de la couronne d'Angleterre jusqu'en 1204Henri Ier d'Angleterre (v. 1068 – 1er décembre 1135), appelé Beauclerc à cause de ses intérêts d'études, était le plus jeune fils de Guillaume le Conquérant. Il régna comme roi d'Angleterre de 1100 à 1135, succédant à son frère, Guillaume le Roux. Il était aussi connu comme Lion de Justice. Son règne est connu pour les limitations des pouvoirs de la couronne, ses améliorations dans les rouages du gouvernement, sa réunification des territoires de son père, et sa décision controversée de choisir sa fille comme héritière.

 

 

 

► 1107 Concile de Troyes annulant le mariage de Louis VI et Lucienne. Lucienne de Rochefort-Monlhéry (dates de vie inconnues), appelée aussi Lucianne, est la fille de Guy Ier le Rouge, seigneur de Rochefort et d'Élisabeth de Crécy.

 

 

 

► 1108 Les communes étaient les villes qui, ayant obtenu de leur suzerain une charte d'autonomie, sanctionnée par le roi, s'administraient et se gardaient elles-mêmes. Leur émancipation ne pouvait que restreindre le pouvoir féodal, aussi fut-elle toujours favorisée par les rois de France, auquel elles étaient reconnaissantes de leur appui moral. A l'émancipation des communes remonte la naissance de la bourgeoisie et la formation du Tiers État. Les premières communes affranchies furent: Le Mans en 1066, Cambrai en 1076; ensuite, parmi les plus importantes, Laon et Amiens en 1111.

 

 

 

► 1108 - 29 juillet Mort de Philippe Ier à Melun, son fils Louis VI le Gros lui succède. Diminué et impotent, le roi Philippe Ier meurt dans son château à Melun. Déjà associé au trône, son fils et successeur Louis VI gouverne seul depuis 1101.

 

 

 

► 1108  LOUIS VI le Gros (1108-1137)

 

 

 

► 1108  Louis VI le Gros l'était effectivement ses parents l'étaient déjà et son appétit fit le reste mais ses autres surnoms montrent les qualités de ce roi qu'on appela aussi - le père des communes - le batailleur - le grand - l'éveillé - le justicier. Louis VI le Gros succède à son père en 1108. Il est couronné à Orléans. Il s'attache tout d'abord à fortifier son autorité dans le domaine royal en luttant contre les seigneurs pillards tels que Hugues du Puiset dont il rasera le château en 1118 et Thomas de Marle seigneur de Coucy qui finira par se soumettre. Il interviendra également en dehors de son domaine, dans les affaires de certains fiefs notamment en Bourbonnais (1109) en Auvergne (1122 - 1126) en Flandres (1128). Certains féodaux ont refusé de lui prêter hommage lors du sacre, notamment les ducs de Normandie (Henri Ier d'Angleterre) et d'Aquitaine (Guillaume IX de Poitiers).

 

 

 

La guerre contre Henri Ier de Beauclerc duc de Normandie et roi d'Angleterre débute dès 1109 et Louis perd devant le roi d'Angleterre. Il s'en suit une succession de luttes autour de Gisors et du Vexin qui conduisent le roi d'Angleterre à s'allier à son gendre l'empereur du Saint-Empire Germanique, Henri V. La menace d'invasion étrangère, suscite un sentiment national français. Louis VI sous l'étendard de Saint Denis à la tête d'une grande armée attend Henri V. Henri V rebrousse chemin et Louis en tire un grand prestige. C'est vers 1112 que Paris prend le pas sur Orléans et devient la capitale du royaume de France.

 

 

 

C'est dans l'abbaye de Saint Denis que Louis VI dépose sa couronne. L'armée française adopte son cri de guerre "Montjoie-Saint-Denis". Le duc de Normandie, préparant sa succession, marie sa fille Mathilde au comte d'Anjou Geoffroy le Bel dit Plantagenêt (Geoffroy V d'Anjou). Il meurt en 1135. La guerre qui s'amorce entre les deux prétendants à sa succession Geoffroy V d'Anjou et Étienne de Blois (neveu du Duc) sert les intérêts de Louis VI. C'est à cette période que le duc d'Aquitaine se soumet également.

 

 

 

La paix régnant, les progrès de l'agriculture: on ferre les chevaux, le collier permet une meilleur exploitation de la force de l'animal, la charrue, l'outillage métallique, les techniques de culture, améliorent les rendements et assurent une certaine prospérité. Louis VI, conseillé par son ami l'abbé Suger excellent administrateur pressentant un mouvement d'évolution, accorde à certains villages de s'organiser autour d'un maire et de sages. Le village bénéficiera d'une assez large autonomie administrative et judiciaire.

 

 

 

En 1110 et les quelques années qui suivent on comptera 82 villages dans le domaine royal à en bénéficier. Paris reçoit sa charte en 1121. La reconstruction de l'abbaye de Saint Denis commandée par l'abbé Suger commence en 1132. Cette date marque le début du style gothique et de la diffusion des vitraux, technique mise au point en Allemagne. Le règne de Louis VI fait apparaître un affermissement du pouvoir des Capétiens Louis VI assure sa succession en faisant couronner son fils Louis (Louis VII) en 1131 (son fils aîné Philippe vient de mourir d'une chute de cheval dans les rues de Paris) et le marie à Aliénor d'Aquitaine ce qui permet d'agrandir le domaine royal jusqu'aux Pyrénées. Louis VI meurt en 1137.

 

 

 

 

► 1108 - 3 août Sacre de Louis VI le Gros. Surnommé ainsi à cause de son obésité et de sa taille de géant, le fils de Philippe Ier est sacré ce jour à Orléans. C'est un roi dans la force de l'âge, qui exerçait déjà une régence de fait sur son père depuis sept ans, qui monte sur le trône.

 

 

 

 

► 1108 Avènement de Louis VI. - Ce prince turbulent, mais brave et intelligent, passa son règne à batailler pour agrandir le royaume et affermir la royauté. Tous ses efforts tendirent à réduire, avec l'appui du clergé et des villes, les privilèges des grands vassaux, à faire régner l'ordre dans le royaume, et à établir une administration centralisatrice. Dès son avènement, il partit en guerre contre les seigneurs de Montlhéry et du Puiset qui ravageaient les campagnes à leur portée et détroussaient pèlerins et voyageurs: il s'empara de leurs repaires et les détruisit.

 

 

 

 

► 1108 à 1124 - Le règne de Louis VI fut marqué surtout par l'activité que prit le mouvement communal, qu'il favorisa et dont il fit profiter la monarchie, mais sans y prendre directement part.

 

 

 

 

► 1113 Le pape érige en ordre indépendant l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem (hospitaliers) fondé par Gérard Tencre. Ordre hospitalier, l'Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, plus communément appelé, suivant les époques, Ordre de l'Hôpital, Ordre hospitalier, Ordre de Rhodes, Religion ou Ordre de Malte, est une organisation catholique souveraine à vocation humanitaire, créée au milieu du XIe siècle par des Latins originaires d'Amalfi (Campanie) du monastère Saint-Jean-l'Aumônier à Jérusalem.

 

 

 

L'origine de l'Ordre est au monastère Sainte-Marie-des-Latins, fondé à Jérusalem au milieu du XIe siècle par des marchands amalfitains. Vers 1080, Gérard Tenque, supérieur du monastère crée un "hôpital" ou hospice, dédié à saint Jean, à côté du monastère. Le rôle de cet hospice est d'accueillir et de soigner les pèlerins chrétiens venus accomplir le "voyage de Terre Sainte". Jérusalem est alors sous domination musulmane.

 

 

 

La première Croisade de 1099 fait passer la ville sous la domination chrétienne, mais renforce l'insécurité dans la région. Les frères hospitaliers, reconnus comme ordre monastique le 15 février 1113 par le pape Pascal II, deviennent vite des chevaliers hospitaliers. C'est le second ordre militaire de Terre Sainte après les Templiers fondés vers 1120. C'est le maître Hospitalier Raymond du Puy (mort vers 1160) qui transforme l'Ordre charitable en ordre militaire. Sur sa demande le pape Innocent II attribue aux Hospitaliers le drapeau à croix blanche en 1130 pour les différencier des Templiers qui portent la croix rouge.

 

 

 

 

► 1113 Construction du temple d'Angkor Vat. Angkor Vat est le plus grand et le plus harmonieux des temples du complexe monumental d'Angkor, au Cambodge. C'est un des exemples les mieux conservés d'architecture khmère. Angkor Vat fut construit par le roi Suryavarman II dans la première moitié du XIIe siècle.

 

 

 

 

► 1113 Albertus Magnus dans son 'De vegetalis' différencie les plantes à partir de la structure de la tige. Albertus Magnus, Albert le Grand, ou encore Albrecht von Bollstädt est un savant, philosophe et théologien germanique né à Lauingen en Souabe entre 1193 et 1206 et mort à Cologne en 1280. Il a introduit dans les universités d'Europe les sciences grecques et arabes.

 

 

 

 

► 1115 Saint Bernard fonde l'abbaye de Clairvaux (fille de Cîteaux), au nord de Dijon, dans l'Aube et en devient le premier abbé. Sous sa direction, l'abbaye se développe considérablement et devient l'abbaye la plus éminente de l'ordre cistercien, essaimant elle-même rapidement en cent soixante monastères. La rumeur selon laquelle il aurait accompli de nombreux miracles et les sermons éloquents de Bernard attirent de nombreux pèlerins.

 

 

 

L'abbaye de Clairvaux a été fondée en 1115 par le moine cistercien Bernard de Clairvaux qui a été sanctifié quelques années après son décès. Le terrain dédié à l'implantation de l'abbaye fut choisi avec précaution : il fallait de l'eau et du bois. Ce terrain offert par un proche parent de Bernard comprenait ces éléments essentiels à l'organisation d'une abbaye cistercienne. En effet, les cisterciens se doivent de respecter la règle de Saint Benoît qui stipule la vie en autarcie et le respect du voeu de stabilité (enfermement).

 

 

 

 

► 1115 - 3 août Mariage de Louis VI et Adélaïde de Savoie.

 

 

 

 

► 1118 - Fondation en Palestine, par Hugues de Payens, de l'ordre militaire et religieux des Templiers. L'Ordre du Temple ou Ordre des Templiers était un ordre religieux et militaire qui fut créé lors des Croisades. Fondé en 1118, il disparaît en 1312. En 1118, neuf chevaliers francs, menés par Hugues de Payns offrent à Baudouin II, roi de Jérusalem de créer un ordre militaire qui protégerait les pèlerins, sous le nom de "Pauvres chevaliers du Christ". Le roi leur accorde une résidence dans son palais situé sur le site de l'ancien Temple de Salomon - aujourd'hui recouvert par la Mosquée Al-Aqsa - et leur nom évolue en "chevaliers du Temple" puis en Templiers. L'ordre est officialisé par la bulle pontificale Omne datum optimum le 29 mars 1139. 

 

 

 

Ordre des Templiers. Ordre militaire fondé en 1118 par Hugues de Payns et Godefroi de Saint-Amour lors de la première croisade, et qui a apporté son soutien à Philippe IV le Bel lorsqu'il a dû lutter contre le pape Boniface VIII. Mais en ce tout début du XIVe siècle, les caisses de l'État sont vides. Certains des chevaliers font montre avec ostentation de leur puissance financière. On reproche, qui plus est, à ces moines soldats de n'avoir pas su conserver la Terre sainte. Des bruits courent. On soupçonne l'ordre de contraindre ceux qui veulent y entrer à cracher sur un crucifix, à renier la croix.

 

 

 

Le 13 octobre 1307, dans tout le royaume, les Templiers sont arrêtés sur ordre du roi. Leurs biens sont confisqués. L'acte d'accusation qui est lu dans toutes les provinces du royaume, et qui dénonce aussi bien l'hérésie que les plus terribles crimes, est l'oeuvre de Guillaume de Nogaret, chancelier du royaume. Commence alors un long procès. Le grand maître Jacques de Molay, comme les autres chevaliers, est accusé et comparaît devant le tribunal de l'Inquisition entre le 19 et le 24 novembre 1307. Exemple de questions posées : "Comment les frères ont-ils été reçus au Temple ? Les a-t-on dévêtus et baisés en bout de l'échine, sous la ceinture, sur le nombril et en la bouche, puis invités à pratiquer la sodomie ?" Pour obtenir des aveux, les chevaliers sont soumis à toutes les tortures.

 

 

 

L'un d'entre eux confie : "J'avouerais que j'ai tué Dieu si on me le demandait". Le 3 avril 1312, la Bulle pontificale du pape Clément V, Vox Clamantis, dissout l'ordre des Templiers. Lorsqu'il monte sur le bûcher, le grand maître des Templiers lance, le 19 mars 1314 : "Clément, juge inique et cruel bourreau, je t'ajourne à comparaître dans quarante jours, devant le tribunal du souverain juge". Quarante jours plus tard, le pape Clément V meurt, et le 29 novembre 1314, Philippe IV le Bel meurt à son tour. La Mosquée Al-Aqsa fait partie d'un ensemble de bâtiments religieux situé à Jérusalem.

 

 

 

Selon la tradition musulmane, Mahomet est monté au paradis depuis le Mont en 621, raison pour laquelle la mosquée érigée plus tard à cet endroit est considérée comme le troisième lieu saint de l'Islam. Après le Dôme du Rocher (construit vers 690), la première mosquée fut érigée en bois par les Omeyyades et terminée en 710. Certains éléments montrent que la mosquée fut construite sur les ruines du bâtiment annexe (le Chanuyos) de l'ancien Temple. Détruite par des séismes, elle fut reconstruite au moins cinq fois, la dernière reconstruction majeure datant de 1035. La Mosquée Al-Aqsa est la plus grande de Jérusalem.

 

 

 

 

► 1118 Campagne de Louis VI contre Thomas de Marle, frappé d'anathème pour pillage d'églises par les conciles de Beauvais et de Soissons. Thomas de Marle (1078 - 1130) était sire de Coucy, seigneur de La Fère. Parti en avril 1096 pour la première croisade, Thomas s'y couvrit de gloire et participa à de nombreuses batailles. Rentré au pays, certainement frustré et déçu du peu de profit d'une si longue expédition en Terre Sainte, Thomas de Marle se mit à ravager et dévaster les régions autour de Laon, d'Amiens à Reims.

 

 

 

Il fut même excommunié par les évêques lors d'un concile tenu à Beauvais en 1114. En octobre 1130, il fut griévement blessé par le comte de Vermandois Raoul Ier le Vaillant lors du siège de Coucy ordonné par le roi Louis VI qui voulait en finir avec les exactions de son vassal. Thomas de Marle rendait l'âme le 9 novembre 1130. L'anathème est une excommunication dite "majeure", c'est-à-dire avec plus de force et de cérémonie que les autres types d'excommunication.

 

 

 

 

► 1119 - 20 août Défaite de Louis VI à Brémule face à Henri Ier d'Angleterre.

 

 

 

 

► 1119 Louis VI ayant excité Robert Courteheuse (fils de Guillaume le Conquérant) à exiger de Henri Ier d'Angleterre, le duché de Normandie, Henri s'empara par vengeance de la place de Gisors, mais il fut ensuite battu à Brenneville. La paix de Gisors mit fin à cette courte guerre.

 

 

 

 

► 1120 à 1170 - naissance et mort de Jaufré Rudel. Troubadour occitan, il est le seigneur de Blaye (surnommé le prince de Blaye), mort vers 1170. Il prit part à la deuxième croisade. Troubadour occitan, il écrit des chansons d'amour au cours de la première moitié du XIIe siècle et chante "l'amour lointain", - c'est-à-dire l'amour impossible et sans espoir, – en célébrant peut-être une dame de Tripoli, bien née et inaccessible.

 

 

 

 

► 1121 Querelle des universaux. Querelle des universaux, opposant les réalistes, menés par Guillaume de Champeaux, aux nominalistes, représentés par Roscelin, et aux conceptualistes (Pierre Abélard). Le terme "universaux" utilisé comme un nom est une notion métaphysique et plus précisément de la scolastique médiévale. Le philosophe Porphyre, dans son introduction à la Logique d'Aristote définit cinq universaux : le genre l'espèce la différence le propre l'accident. Les universaux sont des types, des propriétés ou des relations et caractérisent ce qui est invariable dans le temps et dans l'espace.

 

 

 

Les universaux s'opposent donc aux particuliers, et sont assimilables, en première approche, à des concepts. Ainsi la chevalinité, la circularité,... sont des universaux. À l'inverse, tel cheval, tel cercle sont des particuliers. Au cours du Moyen Âge, les universaux furent l'enjeu d'une querelle demeurée célèbre. Les écoles s'opposaient sur la question de savoir si les universaux sont de pures conceptions de l'esprit, c'est-à-dire de simples concepts, ou, s'ils sont des idées, assimilables à la conception platonicienne des Idées et ont à ce titre une existence propre.

 

 

 

Cette opposition traverse de part en part l'histoire de la philosophie. Platon, idéaliste, et Aristote, réaliste, ont présenté des thèses opposées. Pour Platon, les Idées existent et sont même la seule réalité. Si la thèse platonicienne a longtemps été dominante voire exclusive, elle fût remise en cause par le chanoine de Compiègne Roscelin, qui affirma que les universaux sont avant tout des abstractions, qui n'ont d'existence que dans l'esprit de celui qui les forme et aux moyens des mots ou des noms dont on les désigne ; ce qui a donné son nom à cette thèse : le Nominalisme.

 

 



04/02/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres