L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

De 1591 à 1618 (Guerre de Trente Ans)

 

 

► 1591 - février Henri IV assiège Chartres.

 

 

 

► 1591 - 19 avril Chartres capitule.

 

 

 

► 1591 août Henri IV s'empare de Noyon.

 

 

 

► 1591 - 15 novembre À Paris, désaccord et scission entre les chefs de la Ligue catholique : Brisson, nommé premier président du tribunal de Paris par les Seize est assassiné par ceux-ci à cause de sa modération. Mayenne soumet les Seize par la force et fait pendre quatre d'entre eux. Barnabé Brisson, magistrat français, né en 1531, mort en 1591 Il fut nommé par Henri III, avocat général au Parlement de Paris, puis président à mortier, et fut employé par ce prince dans plusieurs négociations importantes. Il tint une conduite fort équivoque dans la guerre civile : lorsque Henri III eut quitté Paris (1589), le Conseil des Seize, restés maîtres de la ville, donnèrent à Brisson la charge de premier président, en remplacement d'Achille de Harlay, qu'ils avaient mis à la Bastille ; mais peu après ; mécontents de ce nouveau président, qui conservait encore de l'attachement pour l'autorité royale, ils le pendirent dans la chambre même du conseil (1591).

 

 

 

 

► 1591 Guillaume du Vair traduit 'Le Manuel' d'Épictète. 'Manuel', traduit en français par Guillaume du Vair. L'indispensable manuel stoïcien ou l'on découvre ce qui dépend de nous et ce qui n'en dépend pas... Une essentielle leçon de sagesse. Guillaume du Vair (7 mars 1556 - 3 août 1621), garde des sceaux sous Louis XIII Il était ecclésiastique. Il remplit avec distinction plusieurs hauts emplois dans la magistrature, embrassa le parti des Politiques dans les discordes civiles françaises, et reçut les sceaux en 1616 sans les avoir sollicités'. Il eut à lutter contre les intrigues des courtisans. Il fut fait comte et évoque de Lisieux en 1620.

 

 

 

 

► 1592 Continuation des hostilités entre Henri IV et les armées de la Ligue. Les Seize détiennent toujours le pouvoir à Paris.

 

 

 

 

► 1592 mars Le duc de Mayenne, Charles de Guise, demande à Henri IV d'abjurer le protestantisme ce qu'il refuse.

 

 

 

 

► 1592 - 24 mai Victoire du duc de Mercoeur (Philippe-Emmanuel de Lorraine) à Craon sur l'armée du roi. Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercoeur et de Penthièvre, né à Nomeny (Lorraine) le 9 septembre 1558, mort à Nuremberg le 19 février 1602, a été duc de Mercoeur et gouverneur de Bretagne. Il est connu pour être le dernier grand ligueur rallié à Henri IV. Il est le fils de Nicolas de Lorraine, duc de Mercoeur, et de Jeanne de Savoie.

 

 

 

 

► 1592 mort de Michel de Montaigne. Il s'éteint dans son château, au milieu des siens, de la “maladie de la pierre” (colique néphrétique), juste au moment de l'élévation de la messe qu'il a fait donner dans sa chambre, sentant sa mort toute proche.

 

 

 

 

► 1593 - 26 janvier Le duc de Mayenne ouvre les États Généraux pour élire un roi. Le Conseil de la Ligue convoque les États généraux à Paris avec comme ordre du jour la réception des décisions du concile de Trente et l'élection d'un souverain catholique, quitte à remettre en cause la loi salique. Claire-Isabelle d'Espagne, le duc de Savoie, le duc de lorraine et deux Bourbons catholiques sont candidats. Henri IV prend de court les députés en annonçant son intention de revenir à la religion catholique le 17 mai. Les États généraux de 1593, en France, sont convoqués à l'initiative du duc de Mayenne (alors en guerre contre Henri IV) dans le but de voter pour un nouveau roi.

 

 

En effet, son adversaire, désigné par Henri III à sa succession n'est pas catholique, ce que la loi salique réprouve. Les États généraux s'ouvrent le 26 janvier 1593. Plusieurs prétendants se proposent au trône : le cardinal de Bourbon, le duc de Mayenne (Charles de Guise), et Isabelle, fille de Philippe II d'Espagne. Mais le 25 juillet, Henri IV abjure le protestantisme en la basilique Saint-Denis (la citation "Paris vaut bien une messe" lui est pour cela attribuée). Cette conversion au catholicisme entraîne le ralliement des parisiens à sa cause, et les États généraux se ferment le 8 août sans que soit élu l'un de ses rivaux.

 

 

 

 

► 1593 Brouille entre les Seize et le duc de Mayenne (Charles de Guise). - Les États généraux de la Ligue ne parviennent pas à se mettre d'accord sur le choix du roi que l'on veut élire à la place de Henri IV. Ce dernier constatant que sa religion est le seul obstacle qui reste debout entre lui et le trône, décide d'abjurer le protestantisme, ce qu'il fait à Saint-Denis.

 

 

 

 

► 1593 - 17 mai Henri IV fait annoncer sa conversion. Henri IV est réaliste. “Paris vaut bien une messe, lui a dit son fidèle ministre Sully, lors des États généraux qui ont posé au roi la condition de sa conversion pour sa légitimation au trône de France. Deux mois plus tard, dans la basilique de Saint-Denis, Henri abjure la religion réformée.

 

 

 

 

► 1593 - 30 mai Christopher Marlowe meurt dans une bagarre. Le poète anglais Christopher Marlowe, 29 ans, est poignardé lors d'une bagarre dans une taverne de la banlieue londonienne. Les circonstances exactes de sa mort restent un mystère. Les moralistes puritains présenteront sa mort comme le jugement de Dieu s'abattant sur un poète "obscène". Certains documents montreront que Marlowe était en conversation avec trois hommes liées à des affaires d'espionnage et qu'il était lui-même employé par les services secrets du gouvernement. Marlowe et son contemporain Shakespeare sont les plus grands auteurs de tragédies de la littérature anglaise. Christopher Marlowe (baptisé le 26 février 1564 - assassiné le 30 mai 1593), dramaturge anglais, poète et traducteur de l'ère élisabéthaine.

 

 

 

 

► 1593 - 28 juin Le Parlement déclare la loi salique inviolable.

 

 

 

 

► 1593 - 25 juillet Henri IV abjure le protestantisme à Saint Denis. Devant une foule enthousiaste, Henri IV abjure solennellement le protestantisme à Saint-Denis. Quelques jours plus tôt, le roi a écrit à sa maîtresse Gabrielle d'Estrées : “Ce sera dimanche que je ferai le saut périlleux”. Colère des protestants : “Tu fais le catholique/Mais c'est pour nous piper/Et comme un hypocrite/Tâche à nous attraper/Puis, sous bonne mine/Nous mettre en ruine”.

 

 

 

 

► 1593 - 31 juillet Trêve de trois ans entre Henri IV et le duc de Mayenne (Charles de Guise).

 

 

 

 

► 1593 Marie de Gournay écrit 'Le Promenoir de Michel de Montaigne'. Marie de Gournay, c'est grâce aux mouvements féministes de la fin du XXe siècle que cette femme remarquable, féministe avant l'heure, est sortie de son rôle de "fille d'alliance" de Montaigne pour être enfin reconnue comme écrivain, philologue, traductrice, poète et philosophe à part entière.

 

 

 

 

► 1593 à 1652 - naissance et mort de Georges de La Tour, peintre. Sa technique est particulière, ses oeuvres représentent des personnes en action dans un milieu obscur, éclairé par une fine lumière mais on ne voit pas d'où elle provient. Il décrit chaque ride de la peau, chaque usure du costume. Ses oeuvres représentent la vie quotidienne du Moyen Âge. Il s'inspire de scènes religieuses.

 

 

 

 

► 1593 mort de Giuseppe Arcimboldo.

 

 

 

 

► 1594 Par suite de l'abjuration de Henri IV, plusieurs villes le reconnaissent. Il se fait alors sacrer à Chartres. Le gouverneur de Paris, puis ceux de Rouen et du Havre, font ou vendent leur soumission. Henri IV fait son entrée à Paris en mars. En possession du pouvoir, il fait la paix avec les derniers ligueurs, et d'ailleurs il recevra du pape (l'année suivante) l'absolution qui lui ralliera les derniers dissidents catholiques.

 

 

 

 

► 1594 - 27 février Henri IV est sacré à Chartres. Le roi est sacré à Chartres parce que la Ligue catholique tient Reims. Le 22 mars, il entre à Paris qui non seulement vaut une messe, mais dont il lui faut encore acheter le gouverneur.

 

 

 

 

► 1594 - 22 mars Henri IV entre à Paris, onze provinces se rallie à lui. Après avoir abjuré le calvinisme et soumis onze provinces, le roi, sacré deux mois plus tôt à Chartres, fait son entrée dans Paris. Il lui reste à régner sur un peuple déchiré et ruiné par près de quinze ans de guerres civiles.

 

 

 

 

► 1594 - 22 juillet Capitulation de Laon occupée par les Espagnols.

 

 

 

 

► 1594 - 27 décembre Jean Châtel, élève des jésuites, tente d'assassiner Henri IV. Jean Chatel étant un élève des jésuites, le lendemain, ces derniers furent expulsés de France par une décision du parlement de Paris du 29 décembre 1594Jean Châtel (en Français Moyen Jean Chastel) (1575 - 29 décembre 1594 à Paris) est un jeune homme qui tenta d'assassiner Henri IV le 27 décembre 1594. Il fut exécuté le 29 décembre.

 

 

 

 

► 1594 Henri IV décide d'unir le palais du Louvre au palais des Tuileries construit par Catherine de Médicis : c'est le "Grand Dessein", dont la première étape est la Grande Galerie. Arrivé à la tête d'un pays ruiné, Henri IV aidé de son ministre Sully prend des mesures immédiates pour apaiser le conflit religieux qui ensanglante la France. En reprenant en main les affaires politiques, le nouveau souverain donne du même coup un nouvel élan au chantier du Louvre, dans sa volonté de relance économique par de grands travaux édilitaires.

 

 

Cette volonté d'agrandir le Louvre, qui prend le nom de Grand Dessein s'accompagne d'ailleurs d'un assainissement du quartier environnant. Le Grand Dessein poursuit plusieurs objectifs : la suppression des vestiges du Louvre médiéval; la construction d'une cour carrée sur la base de l'aile Lescot déjà édifiée (surface multipliée par quatre par rapport à celle de la cour médiévale); la réunion du Louvre aux Tuileries; l'expropriation des quartiers entre le Louvre et les Tuileries.

 

 

 

 

► 1594 à 1665 - naissance et mort de Nicolas Poussin. Peintre français. Les parents de Nicolas Poussin n'acceptent pas la carrière de peintre que celui-ci aspire à embrasser. Le jeune homme les quitte alors, ainsi que sa Normandie natale, à l'âge de dix-huit ans. S'ensuivent de douloureuses années d'errance, ponctuées de brefs passages dans plusieurs ateliers. Décorant le palais du Luxembourg avec Philippe de Champaigne, c'est cependant avec sa série de six tableaux sur la 'Vie de Saint-Ignace de Loyola' qu'il se fait remarquer.

 

 

Puis il rejoint Rome et se place sous la protection du cardinal Barberini. Il y réalise ses plus grandes oeuvres : 'Le martyre de Saint-Erasme' pour la basilique Saint-Pierre, 'L'enlèvement des Sabines'... Traitant de sujets le plus souvent historiques et religieux, il s'impose comme le maître classique du XVIIe siècle. Il passera le reste de sa vie en Italie, après un bref retour à Paris durant lequel il participe à la rénovation du Louvre, suivant la commande de Louis XIII et de Richelieu.

 

 

 

 

► 1594 mort de Le Tintoret.

 

 

 

 

► 1595 - 17 janvier La France déclare la guerre à l'Espagne.

 

 

 

 

►1595 - 29 janvier Première présentation de "Roméo et Juliette". Shakespeare fait représenter pour la première fois la tragédie amoureuse "Roméo et Juliette". L'histoire, devenue aussi universelle que Tristan et Iseult, est inspirée d'une nouvelle de Matteo Brandello, écrivain italien du XVIIème. Comme dans les tragédies grecques, deux familles sont soumises à un destin de haine, sans que chacun en connaisse les raisons et ne cherche à les comprendre. Ainsi, l'inimitié entre Capulet et Montaigu apparaît comme une fatalité qui aboutit à la mort des deux amants. Mais ce dénouement dramatique permet aussi la réconciliation des deux familles. L'histoire inspirera de nombreux compositeurs, comme Berlioz ou Bellini, mais aussi des cinéastes.

 

 

 

 

► 1595 - 5 juin Victoire de Henri IV sur les Espagnols à Fontaine-Française. Les Espagnols sont maîtres de la Bourgogne où leur présence constitue un danger permanent pour la France. Henri IV fait marcher une armée contre eux et ils sont battus dans le combat de Fontaine-Française. La Bourgogne est délivrée de l'étranger. A la suite de ce revers, le duc de Mayenne (Charles de Guise) fait sa soumission. La Bataille de Fontaine-Française se déroula le 5 juin 1595 et opposa d'un côté les troupes françaises commandées par Henri IV de France, aux troupes espagnoles de Ferdinand de Velasco et les Ligueurs dirigés par Charles de Mayenne. Fontaine-Française est une commune française, située dans le département de la Côte-d'Or et la région Bourgogne.

 

 

 

 

► 1595 - 7 octobre Les Espagnols prennent Cambrai.

 

 

 

 

► 1595 - 18 septembre Le pape lève l'excommunication de Henri IV.

 

 

 

 

► 1595 -Le pape absout Henri IV à qui se rallient la plupart des catholiques.

 

 

 

 

► 1595 Le Greco peint 'Vue de Tolède’

 

 

 

 

► 1595 invention de la chasse d'eau par John Harrington. John Harrington, en 1595, le poète anglais John Harington(1561-1612), filleul de la reine Elizabeth et ancien étudiant du collège Eton, inventa un système de chasse d'eau pour nettoyer les toilettes de sa maison de Kelston. C'était l'époque où les gens utilisaient des pots de chambre. Cette première chasse d'eau était rudimentaire, c'est-à-dire qu'il avait installé une chaudière d'eau sur le toit de la résidence et un long tube reliait la chaudière à la toilette. Il suffisait d'actionner un robinet pour laisser couler l'eau dans la toilette pour ensuite évacuer les excréments dans une fosse septique.

 

 

 

 

► 1596 avril Les Espagnols prennent Calais.

 

 

 

 

► 1596 - 24 juin La France s'allie à l'Angleterre et aux Provinces Unies contre l'Espagne.

 

 

 

 

► 1596 à 1650 - naissance et mort de René Descartes. Mathématicien et philosophe français. Fils d'un membre du parlement de Rennes, René Descartes fait ses études chez les jésuites. En 1616, diplômé d'une licence de droit, il s'enrôle dans l'armée tandis que débute la guerre de Trente Ans. C'est lors des sièges en Hollande qu'il décide de se consacrer à l'étude et aux sciences. Il parcourt alors l'Europe en spectateur et se mêle aux cercles savants.

 

 

En 1628, il s'exile en Hollande où il s'attelle à la rédaction de ses réflexions philosophiques et mathématiques. Convaincu d'une unité du savoir, réunie en une 'Mathématique universelle', il bâtit le raisonnement logique de la pensée : la déduction et l'intuition évidente pour seules guides de la raison, devenu postulat de base avec l'énonciation évidente du 'je pense, donc je suis'. Avec ses 'Discours métaphysiques', il tente de prouver l'existence de Dieu et affirme que toutes les vérités découlent de lui. Insistant sur la notion de libre arbitre, il redéfinit la morale et ses applications éthiques. Convié à s'établir à la cour de Christine de Suède, René Descartes meurt peu de temps après son arrivée.

 

 

 

 

► 1597 Les Espagnols, chassés de Bourgogne, tentent un coup de main en Picardie; ils s'emparent d'Amiens. Henri IV accourt et après une lutte acharnée leur reprend cette ville. Dans le même temps, le dernier représentant de la Ligue, le duc de Mercoeur (Philippe-Emmanuel de Lorraine), qui détenait la Bretagne, se soumet à son tour. La France est alors entièrement sous la domination de Henri IV.

 

 

 

 

► 1597 - 11 mars Chute d'Amiens. Les Espagnols prennent Amiens et menacent Paris. Il faudra six mois de siège pour que la ville retourne dans le giron du royaume de France du roi Henri IV.

 

 

 

 

► 1597 - 25 septembre Biron, maréchal de France, reprend Amiens. Amiens a été prise par les Espagnols le 13 mars, puis reconquise par Henri IV après six mois de siège, le 25 septembre. Biron, Arnaud de Gontaut, baron de Biron, dit "Biron le Boiteux" grand-maître de l'artillerie et Maréchal de France. Le maréchal de Biron, gouverneur de Bourgogne, qui avait été l'un des plus proches compagnons d'armes du roi, déçu malgré les honneurs reçus, qu'il jugeait insuffisants, commença à comploter contre Henri IV dès 1596. Il se rapprocha de l'Espagne et du duc de Savoie, et entraîna avec lui le vicomte de Turenne (duc de Bouillon) protestant irrité par la politique royale et qui, comme lui, croyait encore à une politique d'indépendance des grands seigneurs.

 

 

Ils cherchèrent peut-être à assassiner le roi, et furent trahis par un aventurier, La Nocle. Le roi mena lui-même l'enquête en juin 1602, et, devant les négations du maréchal, décida de le faire exécuter, tandis que le duc de Bouillon parvenait à s'enfuir et qu'un autre conjuré d'importance, Charles d'Angoulême, fils bâtard de Charles IX, était embastillé. Condamné à mort le 29 juillet, le maréchal de Biron fut décapité le surlendemain, tandis que Charles d'Angoulême était libéré dès le mois d'octobre. Le duc de Bouillon (Turenne) fit sa soumission au roi en 1605.

 

 

 

 

► 1598 - 7 janvier Boris Godounov tsar de Russie. Le régent Boris Fiodorovitch Godounov, beau-frère du tsar Fédor Ier, s'empare du pouvoir à la mort de ce dernier. Boris Godounov sera officiellement élu tsar de Russie à l'unanimité par les 500 délégués des états généraux, le 17 février. Boris Fedorovitch Godounov (v.1551–Moscou, 13 avril 1605), tsar de Russie (1598–1605).

 

 

 

 

► 1598 - 1 février Jacopo Peri présente le premier opéra de l'histoire. Membre de la Camerata Florentine, Jacopo Peri joue son oeuvre "Daphne" au Palazzo de Jacopo Corsi. Cette oeuvre est considérée comme le véritable premier opéra, suivant les objectifs que s'est fixée la Camerata. Il s'agit en fait de faire renaître le théâtre grec en proposant une musique insistant sur la clarté de la diction. Cet objectif qui évoque l'influence des idées de la Grèce Antique lors de la Renaissance va pourtant à l'encontre de la musique d'alors restée polyphonique.

 

 

 

 

► 1598 - 26 mars Le duc de Mercoeur (Philippe-Emmanuel de Lorraine), chef de la ligue, se soumet au roi.

 

 

 

 

► 1598 - 13 avril Édit de Nantes. Après la soumission du duc de Mercoeur (Philippe-Emmanuel de Lorraine), le roi Henri IV, présent à Nantes, y signe un édit de pacification pour rassurer ses anciens alliés protestants qui s'inquiètent depuis son abjuration. Le catholicisme est religion d'état et le protestantisme minorité reconnue. Il assurait aux protestants le libre exercice de leur culte dans les villes où il était établi, les admettait au même titre que les catholiques dans les écoles et dans les fonctions publiques, leur assurait des "places de sûreté", le droit de tenir des assemblées, et leur représentation dans les parlements.

 

 

L'Édit de Nantes mettait fin officiellement aux guerres de religion qui en fait avaient cessé depuis l'abjuration de Henri IV. L'édit de Nantes est un édit (loi) signé à Nantes le 13 avril 1598 par le roi de France Henri IV, autorisant la liberté de culte aux protestants dans certaines limites, et leur accordant certaines places fortes militaires. Henri IV lui-même était un ancien protestant et avait choisi de se convertir au catholicisme pour pouvoir accéder au trône. La promulgation de cet édit mit fin aux guerres de religion qui ont ravagé la France au XVIe siècle, avec comme point d'orgue le massacre de la Saint-Barthélemy. Le premier article est un article d'amnistie mettant fin à la guerre civile.

 

 

 

 

► 1598 - 2 mai Traité de Vervins entre Henri IV et Philippe II d'Espagne. Pour ce traité, le pape, par l'intermédiaire de son légat Alexandre de Médicis (futur Léon XI), tient lieu d'arbitre entre Henri IV et Philippe II d'Espagne. La France revient au statu quo du traité de Cateau-Cambrésis, signé le 3 avril 1559 et qui conservait Calais à la France mais mettait fin à toutes ses prétentions en Italie. La paix de Vervins fut signée, le 2 mai, à Vervins (actuelle Aisne) entre les rois Henri IV de France et Philippe II d'Espagne. Ce traité confirma notamment les clauses précédemment signées lors du traité franco-espagnol du Cateau-Cambrésis (3 avril 1559) entre le même Philippe II et le roi Henri II, en y ajoutant diverses clauses nouvelles.

 

 

Aux termes de ce traité, * l'Espagne restitua à la France le Vermandois, une partie de la Picardie, la ville de Calais et Le Blavet (Port-Louis, Bretagne), * tandis que la France rendait à l'Espagne le Charolais et diverses place fortes dont la France s'était emparée depuis le précédent traité et renonçait à la suzeraineté sur la Flandre et l'Artois (lointaines séquelles de la querelle entre Louis XI et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne). Henri IV se refusa toutefois à entériner l'annexion de la Navarre "espagnole", réalisée en 1512 par Ferdinand II d'Aragon, arrière-grand-père de Philippe II.

 

 

 

 

► 1598 Sully surintendant des finances.

 

 

 

 

► 1599 - 25 février Le Parlement enregistre l'édit de Nantes.

 

 

 

 

► 1599 - 17 décembre 1599, Henri IV obtint l'annulation de son mariage avec la reine Marguerite (la Reine Margot), et épousa, en décembre 1600, Marie de Médicis (°26 avril 1573 /-3 juillet 1642), fille de François de Médicis grand-duc de Toscane et de Jeanne de Habsbourg. Ils eurent six enfants. Marie de Médicis, 26 avril 1573 à Florence - 3 juillet 1642 à Cologne, reine de France (1600-1610). Sixième enfant de François Ier de Médicis (1541–1587), grand-duc de Toscane, et de Jeanne (1548–1578), archiduchesse d'Autriche, Marie de Médicis épousa le roi Henri IV en 1600. Son arrivée à Marseille pour épouser Henri IV fut retentissante avec les 2000 personnes qui constituaient sa suite. C'est une femme de lettres, interprète de ballets, collectionneuse, formée au dessin par Jacopo Ligozzi, proche des artistes de sa Florence natale.

 

 

 

► 1599 à 1660 - naissance et mort de Diego Vélasquez. Peintre espagnol. Figure majeure du XVIIe siècle, qui exerça une influence importante, au XIXe siècle, sur les impressionnistes et Manet en particulier. En 1618, il obtient sa licence de peintre. Dés lors dans un style hérité du Caravage, et dans une veine naturaliste, Vélazquez crée plusieurs chefs d'oeuvres dont le fameux "Aguador de Sevilla" ou l'adoration des Mages. En 1623, il est remarqué par le favori du roi Philippe IV d'Espagne, le Comte Duc d'Olivares, après un portrait du souverain très apprécié, il est nommé Peintre du roi le 6 novembre 1623. Il se lance alors dans des portraits royaux magnifiques.

 

 

En 1628, la rencontre avec Rubens sera décisive: il décide, sur les conseils du maître flamand de partir en Italie. Il s'embarque donc pour un court séjour de deux ans pendant lequel il découvrira les vénitiens (Titien le Tintoret, Véronèse). De retour à Madrid, sa palette s'est éclaircie. Il est sollicité pour décorer les palais royaux: le Buon Retiro et la Torre de la Parada, tout en peignant des oeuvres religieuses dont l'extraordinaire Christ en croix. Diego Vélasquez continue son ascension: bientôt il sera nommé valet de la Garde-Robe, il obtiendra le titre de Valet de la Chambre en 1643. Tout cela ne l'empêche pas de peindre les portraits de nains, de bouffons et de rois...

 

 

En 1649, il repart en Italie pour acheter des tableaux pour le roi Philippe IV d'Espagne et c'est à ce moment là qu'il peint la magnifique "Vénus au miroir", un des seuls nus de la peinture espagnole. De retour à Madrid, il entame une décennie triomphale, durant cette période, il peint les portraits de l'infante Marguerite et de la reine Marie-Anne. Mais c'est surtout, en 1656, le moment de la création des "Menines", chef oeuvre incomparable, véritable résumé des peintres sur la couleur, le mouvement, le temps, l'espace... Le 7 Août 1660 Vélasquez s'éteint chez lui à Madrid des suites sans doute du choléra. Oublié au XVIIIéme siècle, il sera de nouveau redécouvert par les impressionnistes dont Manet qui dira de lui qu'il est le peintre des peintres...

 

 

 

 

► 1600 Sciences au XVIIe siècle, dans l'Antiquité et jusqu'au XVIIIe siècle, la science est indissociable de la philosophie (on nommait d'ailleurs la science, la philosophie naturelle) et étroitement contrôlée par les religions. Sous la pression du savoir qui s'accumule est vient sans cesse heurter les dogmes religieux. Le contrôle de la religion sur les sciences va progressivement diminuer avec l'apparition de l'astronomie et de la physique modernes, faisant des sciences un domaine autonome et indépendant. La transition entre les sciences médiévales et la Renaissance est souvent confondue avec la révolution copernicienne.

 

 

En réalité, la révolution copernicienne, au sens propre, correspond plutôt à la transition entre la Renaissance et le siècle des Lumières, car il fallut un certain laps de temps pour que la découverte de l'héliocentrisme soit partagée et acceptée. Du point de vue scientifique, c'est en effet l'astronomie qui déclenche le changement à cette époque. Après Copernic qui vécut avant la guerre de Trente Ans (l'année 1543 correspond à la parution de son principal traité), d'autres astronomes reprirent les observations astronomiques : Tycho Brahé, puis Kepler, qui effectua un travail considérable sur l'observation des planètes du système solaire, et énonça les trois lois sur le mouvement des planètes (lois de Kepler).

 

 

On parlait depuis quelques décennies de l'héliocentrisme, mais on cherchait à la concilier avec l'ancienne théorie. Cependant, il manquait encore à Kepler l'instrument, la lunette, qui, inventée en Hollande en 1608 à des fins de lunette d'approche simple, et perfectionnée par Galilée en 1609 pour des usages en astronomie, permit à ce dernier de réaliser des observations qui confirmaient une fois de plus que la théorie géocentrique était réfutable. L'apport de Galilée fut aussi très important en sciences (cinématique, observations astronomiques, etc.). Il était moins porté sur la scolastique, et considéra que, d'un point de vue épistémologique, il était nécessaire d'expliquer en quoi l'héliocentrisme expliquait mieux le monde que la théorie des anciens (dialogue sur les deux grands systèmes du monde, 1633).

 

 

Il eut des cas de conscience au sujet de l'interprétation de la Bible (lettre à Christine de Lorraine). Son traité de 1633 lui valut le fameux procès avec les autorités religieuses (juin 1633), qui reçurent mal la théorie, jugée incompatible avec le texte de la Bible. Condamné à mort, son ami Urbain VIII commua sa peine en assignation à résidence. René Descartes fit d'abord une carrière de scientifique (travaux en analyse, géométrie, optique). Apprenant l'issue du procès de Galilée (novembre 1633), il renonça à publier un traité du monde et de la lumière (1634), et se lança dans la carrière philosophique que l'on connaît (discours de la méthode, 1637), cherchant à définir une méthode permettant d'acquérir une science juste et exacte, son principe de base étant le doute et le cogito.

 

 

Critiquant la scolastique, il poussa par la suite le doute jusqu'à remettre en cause les fondements mêmes de la philosophie de son époque (méditations sur la philosophie première, 1641). L'héliocentrisme fut confirmé par les modèles mathématiques de Newton (1687), et d'autres observations le firent finalement accepter par l'Église catholique (Benoît XIV) en 1714 et 1741, écrits de Galilée retirés de l'Index). Blaise Pascal fit des découvertes en mathématiques (probabilités), et en mécanique des fluides (expériences sur l'atmosphère). D'autres scientifiques marquèrent cette époque : Leibniz est considéré, avec Newton, comme l'inventeur du calcul infinitésimal et intégral, qui fonde la mécanique classique. Francis Bacon est considéré, avec le physicien et chimiste irlandais Robert Boyle, comme le fondateur de la méthode expérimentale. En outre, Robert Boyle est considéré comme le fondateur de la philosophie de la nature. Quoique empirique, la méthode expérimentale est extrêmement importante pour valider des théories, elle constitue l'un des fondements de la méthode scientifique moderne.

 

 

 

 

► 1600 La population mondiale atteint 545 millions.

 

 

 

 

► 1600 - 11 août Henri IV déclare la guerre à la Savoie.

 

 

 

 

► 1600 - 12 août Henri IV prend Bourg-en-Bresse.

 

 

 

 

► 1600 - 23 août Henri IV s'empare de Chambéry.

 

 

 

 

► 1600 - 5 octobre Mariage par procuration de Henri IV avec Marie de Médicis à Florence.

 

 

 

 

► 1600 - 17 décembre Mariage de Henri IV avec Marie de Médicis à Lyon. Dans la cathédrale Saint-Jean de Lyon est béni en ce jour le mariage d'Henri IV et de Marie de Médicis. Dès la fin du mois de septembre, le 27 pour être précis, naîtra le dauphin Louis (futur Louis XIII). Mais quelque temps plus tard, Henri IV écrira à son ministre Sully : “Je ne trouve ni agréable compagnie, ni réjouissance, ni satisfaction chez ma femme…”. Le roi précise encore : “… je suis contraint de dépit de la quitter là et de m'en aller chercher quelque récréation ailleurs”.

 

 

 

 

► 1600 à 1682 - naissance et mort de Le Lorrain (Claude Gellée), il est né en Lorraine, mais vécu toute sa vie en Italie. Les paysages italiens sont donc souvent présents dans ses tableaux. Le soleil du sud reflète une lumière froide sur une mer d'huile sans fin avec des rivages de port à l'architecture monumentale. Les voiliers-galions qui tanguent sur la mer, les marchands et pêcheurs qui s'activent au premier plan baignent dans la brume matinale ; atmosphère caractéristique que l'on retrouve fréquemment dans les peintures de Le Lorrain. Il est resté l'un des peintres les plus célèbres du XVIIe siècle. Avec Poussin, son aîné de quatre ans et son ami, il forme un de ces couples qui en France scandent toute l'histoire de l'art et de la littérature : on dit Le Lorrain et Poussin comme on dit Rabelais et Montaigne, Corneille et Racine, Boucher et Fragonard, Voltaire et Rousseau, Ingres et Delacroix, Braque et Picasso...

 

 

 

 

► 1600 vers - art baroque. Mouvement né en Italie en réaction au maniérisme. Il privélégie l'expression de l'émotion. Par la suite il se développera en France. Le mot baroque dont l'étymologie portugais signifie "bizarre" (barrocco désignant des perles aux formes irrégulières) est compris aujourd'hui comme qualifiant l'art de la période qui commence en Italie lors de la Contre-Réforme (milieu du XVIe siècle) et qui se diffuse dans une grande partie de l'Europe et de ses dépendances - Amérique latine - jusqu'au XVIIIe siècle. Le qualificatif s'applique à toutes les formes d'art, et principalement l'architecture, mais aussi à la peinture, la sculpture, la littérature et la musique.

 

 

Le style baroque laisse libre cours à la sensibilité et exprime souvent l'angoisse, l'exubérance, etc., par des jeux de style exagérés et parfois parodiques. Le baroque désigne le style qui nait à Rome, Mantoue, Venise et Florence à la charnière des XVIe et XVIIe siècles et se répand rapidement dans la plupart des pays d'Europe. Il touche tous les domaines artistiques, sculpture, peinture, littérature, architecture et musique et se caractérise par l'exagération du mouvement, la surcharge décorative, les effets dramatiques, la tension, l'exubérance et de la grandeur parfois pompeuse. Il poursuit le mouvement artistique de la Renaissance et le néoclassicisme lui succède à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Baroque.

 

 

Le baroque est "le changement, l'inconstance, le trompe-l'oeil et la parure, le spectacle funèbre, la vie fugitive et le monde en instabilité (...) la métamorphose et l'ostentation, le mouvement et le décor". (Rousset). Il atteint son apogée dans l'Italie du XVIIe siècle, s'éloignant des canons de pureté de l'Antiquité. A l'origine, le terme provient du portugais "barroco", qui désignait une perle de forme irrégulière. Cette acception permet des dérivations péjoratives. Ainsi, le Dictionnaire de l'Académie de 1740 le définit comme "irrégulier, bizarre, inégal". Dans tous les arts, les artistes privilégient les éléments susceptibles de sensibiliser, d'émouvoir le spectateur : mouvement, abus des contrastes de couleurs, foisonnement du détail, composition irrationnelle.

 

 

Les peintres tentent de faire éclater les limites du cadre, à "trouer le mur" par le jeu de perspectives tournantes. En littérature, la sensibilité baroque a le goût des antithèses et des images pour traduire l'impression d'instabilité et de contradiction. Leurs thèmes de prédilection sont l'eau, la fuite du temps, l'inconstance amoureuse, la métamorphose, le pathétique. Le courant baroque recherche le pittoresque par des effets de langage qui exaltent la passion, la sensualité et les extrêmes. Le baroque est une grande époque créatrice de nouvelles formes. Son esprit continue à influencer l'art du XXe siècle.

 

 

 

 

► 1600 Olivier de Serres publie en 1600 'Le théâtre d'agriculture et mesnage des champs', Paris, Jamet-Métayer, ouvrage qui peut-être considéré comme le premier cours d'agriculture et d'économie rurale et scientifique écrit en FranceOlivier de Serres (1539-1619) est un autodidacte français qui fut un des premier à étudier de manière scientifique les techniques agricoles et à en rechercher l'amélioration de manière expérimentale. De ce point de vue on peut le considérer comme le père de l'agronomie.

 

 

 

 

► 1601 Cette année se marque par une courte guerre contre le duc de Savoie (Charles-Emmanuel Ier de Savoie) que Henri IV contraint à lui céder le Bugey et la Bresse, provinces françaises de langue et de moeurs. La Bresse est une région naturelle de France, située entre la Bourgogne et le Jura. Le Bugey est une région historique située dans le sud-est de la France, entre Lyon et Genève. 

 

 

Charles-Emmanuel Ier de Savoie, dit le Grand, né au château de Rivoli le 12 janvier 1562, mort à Savigliano le 26 juillet 1630, fut duc de Savoie et prince de Piémont de 1580 à 1630. Il était fils de Emmanuel-Philibert, duc de Savoie et prince de Piémont, et de Marguerite de France. Allié à l'Espagne par son mariage, il profita des troubles religieux pour s'emparer du marquisat de Saluces (1588) et reçut des Ligueurs le titre de comte de Provence (1590). Henri IV, après avoir envahit la Savoie et le Piémont, se fit céder le Bugey, le Valromey et le pays de Gex par le traité de Lyon en 1601.

 

 

 

 

► 1601 - 17 janvier Traité de Lyon mettant fin à la guerre avec la Savoie. Traité de Lyon avec Charles-Emmanuel Ier de Savoie, négocié par le diplomate Pierre Jeannin : il met Lyon à l'abri d'éventuelles incursions de la Savoie, la France acquiert la Bresse, le Bugey, le Valromey et le Pays de Gex, intégrés à la Bourgogne. La Savoie acquiert le Marquisat de Saluces. Nice reste à la Savoie. Les Français font miroiter à la Savoie le Milanais espagnol et garantissent l'indépendance de Genève.

 

 

 

 

► 1601 à 1610 - Ces années du règne de Henri IV ne sont troublées que par deux conspirations qui sont découvertes à temps et ne peuvent aboutir. Admirablement secondé par le ministre Sully, Henri IV se consacra avec ardeur à la pacification du royaume et à sa prospérité. En 1603, on rappelle les jésuites qui devront toujours avoir l'un d'eux à la Cour, en quelque sorte comme otage ; en 1603, des Français établis en Acadie prennent possession du Canada.

 

 

En 1604 est rendu l'édit de la Paulette en vertu duquel les charges du Parlement peuvent être achetées; en 1605, commence à se construire le canal de Briare. En 1607, réunion du Béarn (patrimoine de Henri IV) à la couronne de France. Henri IV d'autre part, mûrit de grands projets, entre autres, celui de reprendre la lutte contre la Maison d'Autriche dont il importe, dans l'intérêt de la France, de ne pas laisser grandir la puissance. Henri IV rêve d'une redistribution politique de l'Europe selon le "principe des nationalités" et de manière que l'équilibre européen soit assuré pour toujours.

 

 

 

 

► 1601 - 27 septembre Naissance de Louis, (futur Louis XIII), fils de Henri IV et Marie de Médicis à Fontainebleau. Louis XIII de France (27 septembre 1601, Fontainebleau-14 mai 1643, Saint-Germain-en-Laye), roi de France et de Navarre (1610-1643).

 

 

 

 

► 1601 Shakespeare présente "Hamlet". Shakespeare fait représenter pour la première fois son célèbre drame "Hamlet", connu de tous pour son vers "être ou ne pas être, là est la question". Elle y met en scène le destin tragique d'un jeune prince Danois, Hamlet, qui doit venger son père. Le héros est marqué par son irrésolution face au destin qui doit pourtant s'accomplir. Le pourrissement de la morale féodale et l'ironie face à la mort font d'Hamlet une des tragédies les plus universelles de la littérature.

 

 

 

 

► 1601 Pierre Charron écrit 'De la Sagesse'. Pierre Charron, (1541-16 novembre 1603 à Paris), est un théologien et un philosophe célèbre en son temps. Il suit des études de philosophie et de droit. Il abandonne ses études de droit pour la théologie, entre dans les ordres et devient prédicateur itinérant. Marguerite de Navarre en fait son prédicateur.

 

 

 

 

► 1601 Antoine de Montchrestien écrit 'Sophonisbe'. Antoine de Montchrestien, sieur de Watteville (Falaise, 1575 – Tourailles, 1621) fut un poète et économiste. Antoine de Montchrestien est considéré comme le père de l'économie politique. Il eut une vie fort aventureuse d'abord consacrée à la poésie puis à l'économie politique.

 

 

 

 

► 1601 Le Caravage peint "la Conversion de saint Paul". Après une première version refusée car peu orthodoxe malgré son classicisme, Caravage peint la "Conversion de Saint-Paul". La simple mise en scène d'un soldat à terre et de son serviteur sur un fond très obscur modifie les normes de la peinture. Maître du clair-obscur, le Caravage révèle la divinité par un intense contraste lumineux. L'absence de symbole religieux autre et le réalisme du dessin confèrent au tableau ses caractéristiques baroques : goût du contraste, de la mise en scène, importance du sujet humain.

 

 

 

 

► 1602 - 29 janvier Henri IV renouvelle l'alliance avec les cantons suisses.

 

 

 

 

► 1602 - 29 juillet Le parlement condamne à mort Biron, maréchal de France, se croyant mal récompensé par ses services, il conspira contre la France. Biron, Charles de Gontaut, duc de Biron, gouverneur de Bourgogne, maréchal de France, l'un des plus fidèles compagnons d'Henri IV, est soupçonné de s'être laissé entraîner dans une conspiration contre le roi au profit de l'Espagne. Il proteste depuis des jours de son innocence. Le roi, qui l'a fait arrêter, juger et condamner à mort, lui a lancé : “Adieu, baron de Biron !” Dans la cour de la Bastille, où il va être décapité, le maréchal dit au bourreau avant de poser le tête sur le billot : “Ah ! que le roi fait aujourd'hui du bien au roi d'Espagne de lui ôter un si grand ennemi que moi”.

 

 

 

 

► 1602 - 31 juillet Exécution de Biron.

 

 

 

 

► 1602 - 12 novembre Sully est nommé surintendant des bâtiments royaux.

 

 

 

 

► 1602 - Étienne Pasquier écrit 'Catéchisme des Jésuites’

 

 

 

 

► 1602 à 1875 Période Edo au JaponLa période Edo ou ère Edo désigne une des 14 subdivisions traditionnelles de l'histoire du Japon. Cette période débute vers 1600, avec la prise de pouvoir de Tokugawa Ieyasu et se termine vers 1868, avec la restauration Meiji. Elle est dominée par le shogunat des Tokugawa dont Edo est la capitale. Cette période se caractérise notamment par une fermeture du pays sur lui-même. En effet, le Japon n'a conservé que certains liens diplomatiques avec la Corée. De plus, seules la Chine et la Hollande ont eu le privilège d'entretenir des relations commerciales. Les autres européens, qui n'étaient pas admis sur le sol du Japon, risquaient la peine de mort.

 

 

 

 

► 1602 - Création du Conseil du Commerce pour favoriser les manufac-tures et le commerce : l'économiste mercantiliste Barthélemy de Laffemas est nommé contrôleur général du commerce. Barthélemy de Laffemas (Beausemblant (Drôme), 1545 - Paris, 1612) était un économiste français. Issu de la petite noblesse protestante et valet de chambre d'Henri IV, il devint Contrôleur général du commerce en 1602. Il prônait le mercantilisme et encouragea le développement du commerce et de l'industrie (manufactures), s'opposant en cela au ministre Sully, qui privilégiait l'agriculture.

 

 

 

► 1602 Achèvement de l''Histoire universelle' d'Agrippa d'Aubigné.

 

 

 

 

► 1603 - 27 février Début d'une guerre commerciale entre la France et l'Espagne. Philippe III d'Espagne frappe d'un droit de 30% les marchandises à l'import ou à l'export, inaugurant une "guerre des tarifs" avec la France.

 

 

 

 

► 1603 - 25 juillet : Jacques Ier d'Angleterre, fils de Marie Stuart et de lord Darnley, roi d'Écosse, seul héritier légitime, est couronné à Westminster roi de Grande-Bretagne (fin en 1625). Jacques Ier d'Angleterre, Jacques Stuart (James Stuart ou Stewart ou Seumas Stiubhart en Écossais) (18 juin 1566- 27 mars 1625), d'abord roi d'Écosse sous le nom de Jacques VI d'Écosse à partir de 1567, il fut également roi d'Angleterre et d'Irlande sous le nom de Jacques Ier à partir de 1603, succèdant ainsi à Élisabeth Ière. Il est le fils de Marie Stuart, reine des Écossais et de son second mari Henri Stuart, lord Darnley (1545-1567), fils de Mathieu Stuart. Il se montre aussitôt désireux d'unir les deux couronnes.

 

 

 

 

► 1603 Samuel de Champlain prend possession de Terre-Neuve et de l'Acadie. Création de la compagnie de la Nouvelle-France. Début de la colonisation française en Amérique du Nord, Terre-Neuve, Nova Scotia et Nouvelle-France. La Nouvelle-France est le nom de l'immense territoire qui comprenait toutes les colonies françaises de l'Amérique du Nord, de l'embouchure du fleuve Saint-Laurent au delta du fleuve Mississippi, en passant par le territoire de la vallée de l'Ohio qui barrait l'expansion vers l'Ouest des treize colonies anglaises / britanniques côtières, ce qui a occasionné une guerre contre les Français et les Indiens dans laquelle s'est illustré le colonel britannique George Washington de l'"Armée continentale" avant de devenir le premier président de la jeune république des États Unis d'Amérique. 

 

 

Samuel de Champlain, né entre 1567 et 1570, mort le 25 décembre 1635 à Québec, était un explorateur, géographe, dessinateur français, fondateur de la ville de Québec, le 3 juillet 1608 et explorateur des Indes Occidentales (Nouvelle-France), en particulier des Grands Lacs.

 

 

 

 

► 1603 Inauguration du Pont Neuf à Paris.

 

 

 

 

► 1604 - 7-12 décembre Création de la paulette instituant l'hérédité des charges contre le paiement d'une taxe. La Paulette, du nom du financier Paulet, encore appelée droit annuel, est instaurée le 12 décembre 1604. Elle institue la vénalité des offices, les officiers sont tenus de payer le soixantième du prix de leur charge chaque année. Ils échappaient ainsi à la clause des quarantes jours. Ainsi, la résignation d'un office était sans effet si l'officier résignant mourait avant quarante jours. La Paulette favorise ainsi l'hérédité des offices. 

 

 

Édit de la Paulette. Ordonnance promulguée par Henri IV en 1604 et qui institue l'hérédité des offices, moyennant une taxe annuelle égale au 60ème de la valeur présumée de la charge. Elle doit son nom à son instigateur, le financier Charles Paulet. La paulette connaît un succès immédiat et reste en vigueur jusqu'à la Révolution. La tentative de l'abroger, faite en 1648, sera à l'origine de la Fronde parlementaire. Vénalité des offices.

 

 

Pratique qui consiste à pouvoir vendre et acheter une fonction publique. Ces charges sont mises en vente par des particuliers ou par l'État lui-même. La vénalité des offices, source de ressources pour le roi, devient monnaie courante en France sous Louis XII et François Ier (XVIe siècle). Ainsi, nombreux sont les bourgeois enrichis qui s'achètent un titre de noblesse. Les abus nés de cette pratique contribuent, sous Louis XVI, à discréditer la monarchie.

 

 

 

 

► 1604 - 12 octobre Traité mettant fin à la guerre commerciale entre la France et l'Espagne. Traité de commerce entre l'Espagne et la France.

 

 

 

 

► 1604 Pierre de Mons et Samuel Champlain fondent une colonie en Acadie (Nouvelle-Écosse actuelle). Pierre Dugua de Mons, premier colonisateur du Canada, est né vers 1560 au château de Mons, à Royan, il meurt en 1628. L'Acadie est le nom d'une des anciennes colonies de la France en Amérique du Nord, voisine de la Nouvelle-France. Le territoire est définitivement cédé à la Grande-Bretagne lors de la signature du traité d'Utrecht en 1713. Aujourd'hui, le territoire correspondrait à celui occupé par les trois provinces maritimes du Canada (Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard) ainsi qu'à une partie du Québec (sud de la péninsule gaspésienne et îles de la Madeleine) et des États-Unis. 

 

 

Colonisation, le Premier espace colonial français est l'espace colonial issu des conquêtes monarchiques. Il est également appelé "premier empire colonial" ou "empire royal" ou encore "empire monarchique" car il a été créé majoritairement des régimes monarchiques (Ancien régime, I'empire, la Restauration). Le mouvement de colonisation français est très long à démarrer. On peut citer au XVe siècle Jean de Béthencourt aux Canaries, Jacques Cartier engagé par François Ier au XVIe siècle, mais pas de territoire occupé durablement. Au XVIe siècle la France occupe le Canada. Pendant les guerres de religion l'amiral de Coligny envoie des protestants français coloniser l'Amérique avec pour but de s'y installer.

 

 

 

 

► 1605 - 2 février Condamnation à mort du marquis d'Entragues. Suite à une conspiration menée par François d'Entragues, père de la favorite du roi, Henriette.

 

 

 

 

► 1605 - 12 février Traité commercial entre Henri IV et Jacques Ier d'Angleterre.

 

 

 

 

► 1605 - 20 septembre Le duc de Bouillon (Henri de la Tour d'Auvergne) fait sa soumission au roi et demande son retour en grâce, apres le complot avec François d'Entragues. Henri de La Tour d'Auvergne vicomte de Turenne, duc de Bouillon naquit au château de Joze en Auvergne, le 28 septembre 1555. Sa famille descend des anciens ducs d'Aquitaine. Il est le fils de François III vicomte de Turenne et d'Eléonore, fille aînée du connétable Anne de Montmorency. Sa mère mourut en 1556 et son père fut tué l'année suivante lors de la bataille de Saint-Quentin, son grand-père est également fait prisonnier lors de cette bataille.

 

 

 

 

► 1605 Construction du canal de Briare (1605-1612). Le canal de Briare est un des plus anciens canaux de France. Il fut commandé par Sully, afin de développer le commerce des grains entre provinces, et de réduire les disettes. Sa construction commença en 1605 et ne fut achevée qu'en 1642. Entre six et douze mille ouvriers travaillaient sur ce chantier qui relie les bassins de la Loire et de la Seine (mais il s'achève dans le Loing).

 

 

 

 

► 1605 - 5 novembre Échec d'une conspiration catholique en Angleterre, "la conspiration des poudres", menée par Guy Fawkes, dans laquelle d'anciens officiers catholiques, en relation avec le gouvernement espagnol et peut-être les jésuites, envisagaient de faire sauter le Parlement de Westminster le jour même de la séance inaugurale, en présence du roi et de ses ministres. Sa découverte permet au roi de renforcer sa lutte contre catholiques et protestants. Conjuration des poudres en Angleterre. Le jour de la séance inaugurale du Parlement de Westminster à Londres, l'officier catholique Guy Fawkes est arrêté alors qu'il tentait de mettre le feu à l'assemblée avec 36 barils de poudre.

 

 

Les catholiques reprochent au roi anglican, Jacques Ier d'Angleterre, son intolérance à l'égard de leur religion. La conspiration sera déjouée avant que le roi et ses ministres n'entrent au parlement. Fawkes sera condamné à mort. La Conspiration des poudres de 1605, préparée par un groupe de catholiques sous la conduite de Robert Catesby, visait à tuer d'un seul coup le roi d'Angleterre protestant Jacques Ier d'Angleterre, sa famille et une grande partie de l'aristocratie en faisant exploser une bombe au Palais de Westminster à Londres au cours de la cérémonie d'ouverture du Parlement le 5 novembre 1605. Le complot semble avoir bénéficié de la complicité du gouvernement espagnol, et peut-être de celle des jésuites.

 

 

 

 

► 1605 Publication de la première partie de "Don Quichotte". Parfaite illustra-tion d'une Espagne alors sans lumière, l'oeuvre de Cervantès tourne également en dérision le goût des habitants pour le récit chevaleresque et l'héroïsme. Le personnage de Don Quichotte n'est autre qu'un homme d'un certain âge, en quête de justice et de vérité. Accompagné de son écuyer très censé Sancho Pança, il part affronter le monde. Mais ces illusions idéalistes lui voilent la vérité, malgré les avertissements incessants de son compagnon. Par la suite, Don Quichotte est de plus en plus confronté au réel et finit par renoncer à ses ambitions chevaleresques. La seconde partie de l'oeuvre de Cervantès sera publiée en 1615 et le personnage traversera les siècles par le biais de diverses réinterprétations.

 

 

 

 

► 1606 - 12 avril Le Royaume-Uni adopte "l'Union Jack". Le roi Jacques Ier, fils de Marie Stuart, instaure "L'Union Jack" comme drapeau officiel du royaume d'Écosse et d'Angleterre. Il est composé des croix de Saint-Georges, patron de l'Angleterre, et de Saint-André, patron de l'Écosse. La croix de Saint-Patrick sera rajoutée lorsque l'Irlande rejoindra le royaume en 1800. Le drapeau du Royaume-Uni a été créé en 1603, lors réunion des couronnes d'Angleterre et d'Écosse sous le sceptre du roi Jacques Ier d'Angleterre. Ils réunit les croix de : Saint-Georges (médiane rouge sur fond blanc ; saint Georges est le saint patron de l'Angleterre), Saint-André (obliques blanches sur fond bleu outremer ; saint André est le patron de l'Écosse) ; Saint-Patrick (obliques rouges sur fond blanc ; saint Patrick est le patron de l'Irlande). Cette croix – d'invention tardive et inusitée d'ailleurs en Irlande même – n'a été rajoutée qu'en 1801 lors de l'union avec l'Irlande.

 

 

 

 

► 1606 à 1669 - naissance et mort de Rembrandt. Peintre néerlandais. Né dans une famille modeste, son père Harmen Gerritszoon étant meunier sur le Rhin, Rembrandt a 14 ans quand il entre à l'université de Leyde. Le jeune homme étudie par la suite la peinture auprès d'artistes comme Pieter Lastman, Jacob Van Swanenburgh et Jan Lievens. Dès 1631, fort de sa notoriété, il s'installe dans un atelier à Leyde où il reçoit de jeunes élèves. Fin 1631 Rembrandt s'installe à Amsterdam chez le peintre et marchand de tableaux Hendrick Van Uylenburgh, ce qui lui ouvre les portes vers de riches mécènes qui lui commandent de nombreux portraits.

 

 

Sa carrière artistique est plutôt prospère alors que sa vie privée est malheureuse : Saskia, sa femme, meurt à l'âge de 30 ans en 1642. De 1643 à 1649, Rembrandt vit avec Geertje Dirx puis épouse Hendrickje Stoffels qui lui servira souvent de modèle. Son célèbre 'Ronde de nuit' est l'un des chefs oeuvre de cette époque. L'influence du classicisme se reflète dans de nombreux tableaux des années 1640. Mais en 1656, ses dettes le mettent en faillite, sa collection et ses oeuvres sont mises aux enchères. Le chagrin marque sa vie privée.

 

 

 

 

► 1606 Jean Nicot écrit 'Trésor de la langue française'. Jean Nicot (1530-1600) de Nîmes a donné son nom à la nicotine. Il est l'ambassadeur de France à Lisbonne parlant l'espagnol et l'italien. Il introduit le tabac (surnommé l'herbe à Nicot) à la cour du roi. Le plant de tabac Nicotiana (que lui dédie Linné) ainsi que la nicotine, ont été nommés d'après son nom. Il se mit en devoir de compléter les notes lexicales amassées par son ami le président Aimar de Ranconnet, mort en 1559. Son dictionnaire par ordre alphabétique 'Thresor de la langue françoyse tant ancienne que moderne', fut publié en 1606 par les soins d'un autre homme de loi qui en confia l'impression à un libraire nommé Douceur !

 

 

 

 

► 1606 Pierre Charron écrit 'Discours chrétiens'.

 

 

 

 

► 1606 à 1684 - naissance et mort de Pierre Corneille. Poète dramatique français. Fils de la haute bourgeoisie de robe, Pierre Corneille fait de brillantes études chez les Jésuites et exerce la charge d'avocat général à la table de marbre du Palais pendant vingt ans. Il se fait d'abord connaître et apprécier grâce à ses comédies tel 'Mélite' en 1628. Il est ensuite remarqué par Richelieu qui lui verse une pension. Cette association s'achève avec 'Le cid' qui vaut à Corneille la gloire nationale et inaugure une série de chefs-d'oeuvre.

 

 

Si Corneille a été plus tard délaissé au profit de son rival Racine, et qu'il mourut dans l'indifférence et le plus grand dénuement, il est aujourd'hui considéré comme le fondateur du théâtre classique français. Ses oeuvres au style oratoire et limpide rassemblent des personnages héroïques exceptionnels confrontés à des situations tout aussi exceptionnelles. C'est parce que Corneille croyait en la responsabilité de l'homme que ses personnages ne sont jamais submergés par la passion mais guidés par leur raison.

 

 

 

 

► 1606 Shakespeare achève sa dernière grande tragédie : "Macbeth". Après les révélations de trois sorcières qui ne sont pas sans rappeler les oracles de la tragédie grecque, Macbeth devient rongé par l'ambition. Il monte sur le trône après une série de meurtres et devient un tyran sanguinaire. Cette dernière tragédie du crime et de l'ironie de l'existence influencera beaucoup les romantiques.

 

 

 

 

► 1606 invention du thermomètre par Galilée. Galilée construit son premier thermoscope, premier appareil de l'histoire à mesurer la température. Cette même année, Galilée et deux de ses amis tombent malades le même jour d'une même maladie infectieuse. Seul Galilée survit, mais il restera perclus de rhumatismes pour le restant de ses jours

 

 

 

 

► 1607 - 26 avril : Première colonie anglaise fondée par le capitaine Newport de la Compagnie de Londres, à Jamestown, en Virginie. La ville est édifiée sur le territoire d'une confédération indienne conduite par le chef Powhatan, qui laisse les colons s'installer en paix. Les 104 colons de Jamestown seront décimés par le paludisme, les famines, minés par leurs querelles et attaqués par les Indiens. L'aventurier John Smith, fait prisonnier en décembre, ne devra la vie selon lui qu'à la supplication de la fille d'un chef de tribu âgée de douze ans, Pocahontas.

 

 

 

 

► 1607 juillet Le roi incorpore ses possessions (Navarre et Béarn) à la couronne, par héritage maternel.

 

 

 

 

► 1607 Honoré d'Urfé écrit 'L'Astrée' (1607-1627). Honoré d'Urfé est un écrivain français né en 1567, mort en 1625. Il est surtout connu pour son roman L'Astrée paru en 1632 - 1633

 

 

 

 

► 1607 Abel Grimmer peint 'Le printemps'. Abel Grimmer (Anvers, Belgique 1570-1619 Anvers) Fils de Jacob Grimmer ce peintre flamand adopta le même style de peinture que son illustre père. Il peignit à Anvers des paysages, des scènes de la vie quotidienne dans un style attrayant. Il appartint au groupe d'artistes flamands de la Renaissance du groupe de Bruegel. Contrairement à ses confrères il ne quitta pas ses Flandres natales.

 

 

 

 

► 1607 Claudio Monteverdi présente l'Orfeo. C'est à l'occasion d'une com-mande pour le carnaval annuel de Mantoue que Monteverdi compose "Orfeo" et, à défaut de faire naître l'opéra, le rend populaire. La beauté du texte d'Alessandro Striggio et la richesse musicale de l'oeuvre contribuent tant au succès d'Orpheo qu'au succès de l'opéra en général. Le public et les auteurs s'intéressent désormais à cette forme caractéristique du Baroque et qui, par ces enjeux, prolonge le projet de la Renaissance : fait renaître la beauté des représentations grecques.

 

 

 

 

► 1608 - 23 janvier Henri IV apporte son soutien au Provinces Unies contre l'Espagne.

 

 

 

 

► 1608 - 3 juillet Samuel de Champlain fonde Québec. C'est pour la pre-mière fois le 15 mars 1603 que Samuel de Champlain a quitté Honfleur pour le golfe du Saint-Laurent dont il a remonté le cours. Un an plus tard, il est revenu encore. Il est repassé par la France encore en 1607. En ce 3 juillet 1608, il fonde la ville de Québec dont il devient le gouverneur.

 

 

 

 

► 1608 Mathurin Régnier écrit 'Satires'. Mathurin Régnier, écrivain français (Chartres 1575 / Rouen 1613) Mathurin Régnier, l'un des écrivains les plus originaux du XVIe siècle, naquit à Chartres le 21 décembre 1575. A l'époque on reproche à Régnier sa vie de débauche et de bohème, ce qui l'empèchera d'avoir la célébrité qu'il méritait.

 

 

 

 

► 1608 François de Sales écrit 'Introduction à la vie dévote'. François de Sales (1567–1662) est né au château de Sales près de Thorens-Glières, à une vingtaine de kilomètres au nord d'Annecy, le 21 août 1567. Sa mère choisit le prénom "françois" en vénération pour François d'Assise. C'était un écrivain remarquable et le premier à utiliser le français contemporain afin de se rapprocher de ses lecteurs. En 1607 avec le juriste Antoine Favre, président du Sénat de Savoie, il fonde l'académie florimontane qui regroupe depuis l'élite intellectuelle et artistique de la région, 28 ans avant d'inspirer la création de l'Académie française. Il est le saint patron des journalistes et des écrivains.

 

 

 

 

► 1608 invention de la lunette astronomique (télescope) par Hans Lippershey (Hollande). Une lunette astronomique (ou lunette terrestre) est un instrument optique qui permet d'augmenter la taille apparente des objets observés ainsi que leur luminosité. Les lunettes sont dénommées lunettes terrestres comme les longues-vues quand on les utilise pour regarder des objets terrestres, ce sont des lunettes astronomiques quand on les utilise pour observer des objets du ciel.

 

 

C'est Galilée qui eut le premier l'idée de pointer cet instrument vers le ciel et les objets célestes en août 1609. Précurseur du télescope, la lunette astronomique a été conçue en Hollande vers 1608. On en attribue l'invention à l'opticien hollandais Hans Lippershey. Mais c'est en 1609 que l'astronome italien Galilée présenta la première lunette astronomique. Son confrère allemand Johannes Kepler en perfectionna le principe, en proposant une formule optique à deux lentilles convexes. Hans Lippershey est un opticien hollandais né en 1570 et décédé en 1619. Il aurait inventé la première lunette astronomique (ancêtre du télescope) en 1608.

 

 

 

 

► 1609 - 9 avril L'Espagne reconnaît l'indépendance des Provinces Unies. La trêve de douze ans entre l'Espagne et les Provinces-Unies permet aux dernières de s'assurer le contrôle de l'Asie du sud-est face aux Anglais. La Compagnie hollandaise a acquit des positions importantes : îles Amboine et Banda occupées, comptoir à Banten, traités d'amitiés avec de nombreux princes locaux, dont celui de Macassar, des agents à Bornéo (diamants). La trêve garantie la paix dans les mers d'Europe et libère une partie de la flotte pour le contrôle des îles à épices. Les actionnaires touchent des dividendes substantiels (17% en 1605, 75% en 1606, 40% en 1607, 20% en 1609, 50% en 1610). Trêve de douze ans. Statu quo signé en 1609 entre l'Espagne et les Provinces-Unies, marquant la reconnaissance de l'indépendance des Provinces-Unies.

 

 

 

 

► 1609 Réforme de Port-Royal. Le 25 septembre 1609, émotion à l'abbaye de Port-Royal. Jacqueline Arnauld (Mère Angélique pour les religieuses) refuse de recevoir son père et son frère au guichet du couvent. Cette journée dite "Journée du Guichet" marque le début d'une querelle religieuse et intellectuelle qui parcourut tout le XVIIe siècle français, que l'on qualifie parfois de "Siècle des Saints" (François de Sales, Vincent de Paul,...) tant il est en rupture avec la vague de déchristianisation et de doute du siècle précédent. L'Abbaye de Port Royal, monastère de moniales fondé en 1204, sur les conseils d'Eudes de Sully, évêque de Paris, en vallée de Chevreuse, au Sud de Paris.

 

 

Le monastère fut placé sous la juridiction du monastère cistercien des Vaulx de Cernay. Dans ses premières années, le monastère attira des vocations sérieuses et devint une communauté prospère et nombreuse. La Commende fit à Port-Royal les mêmes dégâts que dans biens d'autres monastères au XVIème et XVIIème siècles. Ainsi, en 1599, comme il n'était pas rare sous Henri IV, une fillette de sept ans fut nommée assistante de l'abbesse âgée, Jeanne de Boulehart. Cette fillette était Jacqueline Arnauld (1591-1661), seconde fille et troisième enfant d'un riche avocat de Paris. Suite à un sermon donné par un capucin à Port-Royal, l'abbesse, âgée alors de 18 ans, se convertit. Elle inaugura sa réforme par la scène rendue célèbre par ses futurs admirateurs et connue sous le nom de "la journée du guichet".

 

 

Le 25 septembre 1609 elle ferma les portes du monastère à sa famille, et rétablit ainsi la règle de la clôture. Elle restaura également, dans la lignée des réformateurs cisterciens de l'époque, le silence, l'abstinence, la pauvreté et le chant de l'Office divin à des heures régulières de jour comme de nuit. La réputation de Port-Royal grandit et les vocations affluèrent. En plus des moniales, il faut mentionner les "solitaires de Port-Royal", un groupe de disciples de Saint-Cyran. Une partie de leur vie était consacrée au travail et grâce à leurs efforts, le monastère et ses environs qui avaient été très négligés et envahis par les roseaux, furent remis en état.

 

 

Ces solitaires étaient en même temps les conseillers et confesseurs des soeurs. Angélique Arnauld, soeur du grand Arnauld et troisième des vingt enfants d'Antoine Arnauld, Jacqueline Marie Arnauld (1591-6 août 1661), en religion Mère Angélique Arnauld, religieuse française, abbesse et réformatrice de Port-Royal, et figure majeure du jansénisme. Antoine Arnauld, né à Paris en 1612, décédé à Bruxelles, le 8 août 1694, surnommé le Grand Arnauld par ses contemporains pour le distinguer de son père, est un prêtre, théologien, philosophe et mathématicien français, l'un des principaux chefs de file des jansénistes et un opposant des jésuites au XVIIe siècle.

 

 

 

 

► 1609 Kepler écrit 'Astronomia nova'. Johannes Kepler (ou Keppler), né le 27 décembre 1571 à Weil-der-Stadt, près de Stuttgart (Allemagne) et mort le 15 novembre 1630 à Ratisbonne, est un astronome célèbre pour avoir étudié et confirmé l'hypothèse héliocentrique (la Terre tourne autour du Soleil) de Nicolas Copernic mais surtout pour avoir découvert que les planètes ne tournaient pas en cercle parfait autour du Soleil mais plutôt, en ellipse.

 

 

Il a découvert les relations mathématiques (dites Lois de Kepler) qui régissent les mouvements des planètes sur leurs orbites - relations de la première importance car elles furent plus tard exploitées par Isaac Newton pour élaborer la théorie de la gravitation universelle. Notons que si Képler avait vu juste, il expliquait les mouvements des planètes non pas par la gravité mais par le magnétisme.

 

 

 

 

► 1610 - 25 avril Traité de Brusol scellant l'alliance entre la France et la Savoie contre l'Espagne.

 

 

 

 

► 1610 - 13 mai Sacre de Marie de Médicis à Saint-Denis. Curieusement c'est à la veille de sa mort qu'Henri IV se décide enfin à confier la régence du royaume à sa femme Marie de Médicis et à la faire couronner reine de France.

 

 

 

 

► 1610 - 14 mai Mort de Henri IV : le 14 mai il est assassiné à Paris par un fanatique nommé Ravaillac. Le roi quitte le Louvre pour rendre visite à son ministre Sully qui est malade. Alors que le carrosse royal est pris dans un embouteillage rue de la Ferronnerie, devant une auberge qui porte l'enseigne Au coeur percé d'une flèche, un homme saute sur le marchepied et, par la fenêtre ouverte, frappe le roi entre la cinquième et la sixième côte. “Je suis blessé”, s'écrie Henri IV. François Ravaillac, maître d'école, frappe encore deux coups. Ce dix-neuvième attentat contre le roi vient de réussir.

 

 

Le roi meurt, quelques heures plus tard, au Louvre. Henri IV a été le roi le plus populaire de France. S'il eût vécu quelques années de plus, il eût certainement porté la puissance politique et commerciale de la France à un très haut degré. La fin de son règne vit la renaissance du commerce et de l'industrie ; la marine s'augmenta ; les finances s'améliorèrent considérablement. Enfin l'agriculture connut une prospérité à laquelle elle n'avait encore pas atteint. Les personnalités qui ont le plus fortement marqué dans ce règne sont : le ministre Sully, Olivier de Serres, Malherbe et Mathurin Régnier.

 

 

Avènement de Louis XIII, fils de Henri IV et de Marie de Médicis, né en 1601. - Henri IV laisse trois autres enfants: Isabelle (qui épousera Philippe IV d'Espagne), Gaston d'Orléans et Henriette (qui épousera Charles Ier d'Angleterre). A peine Henri IV a-t-il rendu le dernier soupir, que le Parlement déclare régente la reine Marie de Médicis, sur les instances du duc d'Epernon (Jean Louis de Nogaret). Gaston d'Orléans, Gaston Jean Baptiste de France, fils de France, duc d'Orléans, parfois surnommé Gaston d'Orléans, né en 1608 à Fontainebleau, mort en 1660 à Blois, est un prince français de la branche issue des ducs de Bourbon (devenue aînée) de la dynastie capétienne.

 

 

Cultivé et raffiné mais velléitaire et paresseux, il passa sa vie à intriguer, d'abord contre le cardinal de Richelieu, puis contre le cardinal Mazarin. Ces conspirations échouèrent toujours, faute de volonté politique de Gaston, qui dénonça souvent ses complices, puis les vit exécuter. Jean Louis de Nogaret, seigneur de La Valette et de Caumont, duc d'Épernon (château de Caumont, 1554 - Loches, 13 janvier 1642), militaire français, il fut l'un des mignons du roi Henri III de France, surnommé "le Demi roi". François Ravaillac (né en 1578 et exécuté 27 mai 1610) assassina Henri IV de France, le 14 mai 1610.

 

 

 

 

► 1610 Si Henri IV a été un bon roi, il n'a pas été un mari modèle: ses nombreuses liaisons extraconjugales ont gravement indisposé contre lui Marie de Médicis. Aussi celle-ci prendra-t-elle, lui mort, le contrepied de tout ce dont il a poursuivi la réalisation. Elle commence par renvoyer l'intègre Sully qui est remplacé par un aventurier florentin, Concini, lequel, par sa femme Léonora Galigaï, la domine complètement. Autour de la régente se rallient les mécontents du précédent règne, qui profitent de sa faiblesse pour mettre le Trésor au pillage, et devenus de plus en plus exigeants réclament la convocation des États généraux desquels ils espèrent obtenir de nouvelles ressources.

 

 

 

 

► 1610 LOUIS XIII, le Juste (1610-1643)

 

 

 

 

► 1610 Louis XIII n'a que 9 ans lorsque son père Henri IV meurt. Sa mère Marie de Médicis devient régente et gouverne avec son favori Concini. Ce dernier a pour épouse Léonora Galigaï la femme de chambre que Marie de Médicis a amenée avec elle lors de son mariage. Il achète le marquisat d'Ancre puis en accèdant au pouvoir avec la régence s'enrichit très rapidement en titres et en biens. Louis XIII déclaré majeur en 1614 (il a 13 ans) laisse sa mère gouverner avec Concini. Les nobles sont las des intrigues et de la tyranie de l'Italien, ils se révoltent en 1614 -1616. Le roi décide alors d'en finir avec la régence.

 

 

En 1617, il fait arrêter Concini qui est tué lors de son arrestation. Galigaï est jugée comme sorcière décapitée et brûlée. Marie de Médicis se retire à Blois. Louis XIII qui n'a que 16 ans laisse son ami Luynes, qui sait si bien dresser les faucons, gouverner. Il ne sera pas meilleur que Concini. Il pense surtout à s'enrichir et essaie de s'attirer les bonnes graces des grands, il veut rétablir de force le catholicisme en Béarn (1620), nommé connétable en 1621, il marche contre les Huguenots du Midi. Il subit un échec honteux devant Montauban ce qui soulève l'indignation de tous, le roi commençait à se lasser, lorsque Luynes meurt emporté par une épidémie.

 

 

En 1624 commençe une longue collaboration entre le roi et un homme, un évêque qui avait été secrétaire d'état à la guerre du temps de Concini: Armand-Jean du Plessis dit Richelieu. Les deux hommes se complètent bien, le roi laisse Richelieu gouverner. Il a trois objectifs, à l'intérieur ruiner le parti huguenot et ramener à l'obeissance les nobles et à l'extérieur lutter contre la maison d'Autriche. Depuis 1618 l'Allemagne connait une guerre entre les princes protestants et la maison d'Autriche "les Habsbourg". Ceux-ci, catholiques, règnent sur un empire immense qui comprend l'Autriche, la Bohême, la Hongrie, une grande partie de l'Italie, l'Espagne et les Pays Bas espagnols.

 

 

Une telle puissance constitue une menace pour les pays voisins et notamment la France. Au cours de cette guerre, guerre de trente ans, c'est l'Allemagne qui en subira tous les frais, elle sera ravagée et perdra le tiers de sa population. Richelieu n'est pas faché de ce conflit il aide matériellement les protestants, mais lorsque ceux-ci auront tous été vaincus par l'Autriche, il devra finir le travail (1635), au début la situation ne sera pas brillante, cela commence par une défaite à Corbie en 1636, l'ennemi viendra jusqu'à 50 km de Paris mais faisant appel au sentiment nationnal, il rétablira la situation. La France prendra Arras occupera l'Artois et Louis XIII prendra Perpignan et annèxera le Roussillon à la France.

 

 

Les protestants, avec les Places de Sureté étaient un état dans l'état, Richelieu entreprend la lutte et en 1627-1628 fait le siège et prend La Rochelle, port par lequel les protestants recevaient des renforts d'Angleterre. Pour cela il fera creuser sur terre une tranchée de 12 kilomètres armée de 11 forts et de 18 redoutes, sur mer une digue en fermera l'accès aux navires anglais, 1400 mètres de long, 23 m. à la base et 7 au sommet et 200 navires la protègeront. Les assiègés tiendront 15 mois. Dés le mois de mai la famine commençe à faire des ravages, ils ne se rendront qu'en octobre. Cette lutte s'achève en 1629 par la paix d'Alès qui permet la liberté du culte aux protestants mais supprime leurs places fortes. Marié en 1615 Louis XIII n'aura son premier enfant, le futur Louis XIV qu'en 1638.

 

 

Dans l'esprit de nombreux nobles, l'héritier du trône de Louis XIII qui était de santé fragile, était son jeune frère Gaston d'Orléans. Ce dernier est l'instigateur de nombreux complots visant à renverser Richelieu et faire la paix avec l'Espagne. Richelieu qui a des espions partout réprime tous ces complots sévèrement. Plusieurs nobles y laissent la vie, Chalais (Henri de Talleyrand) en 1626, Montmorency (Henri II de Montmorency) en 1632, Cinq-Mars qui était le favori du roi et De Thou en 1642. La France s'engage de la guerre de trente ans en 1635, ce qui lui permettra d'occuper l'Artois et le Roussillon, la victoire est en vue lorsque à quelques mois d'écart Richelieu, Marie de Médicis et le roi Louis XIII meurent, ce dernier le 14 mai 1643 à Saint-Germain. Impôts écrasants, hivers très rigoureux, mauvaises récoltes, la peste endèmique, font règner un fort mécontentement parmi le peuple et suscitent des révoltes populaires.

 

 

 

 

► 1610 Le style Louis XIII voit en fait le jour dès le début du règne de Henri IV (1589) pour ne s'achever qu'à l'avènement de Louis XIV (1661). Complexe, se nourrissant d'abord de l'esthétique de la Renaissance puis d'influences étrangères (flamandes, italiennes, espagnoles), ce style manque de spécificité. La distribution et l'aménagement des pièces commencent à être conçus en fonction de leur destination, et si l'on reçoit encore dans la chambre, le salon fait son apparition, avec un mobilier approprié. Les pieds de table – réunis par une traverse dont le centre est quelquefois occupé par une "toupie" – et de siège sont tournés en spirale ou en chapelets de boules, souvent aplaties.

 

 

Les accotoirs, parfois incurvés, se terminent par une boule, une volute ou une tête humaine ou animale. Chaises à bras, chaises à dos et tabourets sont désormais agrémentés d'une garniture : un rembourrage de crin est recouvert de cuir, de velours ou de tapisserie, souvent au "point de Hongrie", c'est-à-dire ornée d'un motif à chevrons, que l'on retrouve sur les tentures des lits à colonnes. Au lit "en housse" déjà connu s'ajoute le lit "en tombeau", dont les courtines sont divisées par une flèche fixée dans le mur. Dans le domaine des arts décoratifs, Louis XIII et Richelieu favorisèrent l'essor des ateliers de tapisserie, de céramique, d'émaillerie et d'orfèvrerie.

 

 

 

 

► 1610 - 27 mai Exécution de Ravaillac place de grève. Place de grève, la place de l'Hôtel-de-Ville, ancienne place de Grève jusqu'en 1803, est une place de Paris, en France. Cette place est située sur les berges de la Seine, d'où son ancien nom (grève : terrain plat composé de graviers ou de sable en bord de mer ou de cours d'eau).

 

 

 

 

► 1610 - 17 octobre Sacre de Louis XIII à Reims.

 

 

 

 

► 1610 - 17 octobre Le Parlement accorde la régence à Marie de Médicis.

 

 

 

 

► 1610 Naissance de la préciosité (l'adjectif "précieuse" n'apparaît toutefois que vers 1650). La préciosité est le mouvement intellectuel et sentimental qui naquit et se développa dans les salons. Ouverture des premiers salons littéraires, en particulier l'hôtel de Rambouillet. La Préciosité est un des courants littéraires du XVIIe siècle. Vers la seconde moitié du XVIIe siècle, un nouveau mode de vie, une nouvelle philosophie naît, c'est la préciosité. Les femmes, principalement, mais on compte aussi des hommes, s'opposant aux manières rustres du XVIe siècle, et plus particulièrement de la cour d'Henri IV (que l'on surnommait le "Vert Galant" à cause du grand nombre de ses aventures amoureuses), s'opposant aussi à la violence baroque, vont créer ce mouvement pudique et se voulant raffiné à l'extrême.

 

 

 

 

► 1610 mort de Le Caravage.

 

 

 

 

► 1611 - 26 janvier Démission de Sully. Maximilien de Béthune, duc de Sully, ancien Premier ministre du roi Henri IV, démissionne de sa charge de surintendant des Finances. Protestant, il se sent menacé par le comité de régence présidé par la reine mère Marie de Médicis. De plus, il est en total désaccord avec sa politique pro-espagnole. A 52 ans, Sully qui était à la tête des finances de la France depuis 1538, conserve son titre de gouverneur du Poitou et reçoit une indemnité de 300 000 livres. Concini lui succèdera dès l'annonce de sa démission. Sully démissionne pour protester contre l'influence de Concino Concini et sa femme et parce qu'il est protestant, Sully, Premier ministre du roi Henri IV, n'est guère aimé à la cour.

 

 

Devenu suspect à l'entourage de Marie de Médicis, il doit démissionner et abandonner ses charges. Concino Concini, maréchal d'Ancre, né à Florence vers 1575, mort à Paris le 24 avril 1617. Favori de Marie de Médicis. Issu de la petite noblesse italienne, portant le titre de Comte della Penna, Concino Concini étudia à l'université de Pise avant de faire partie de la suite de Marie de Médicis. Il y rencontra Léonora Galigaï, soeur de lait de la reine, qu'il épousa le 12 juin 1601. Devenue Régente, Marie de Médicis en fit son favori. Concini acheta le marquisat d'Ancre et se fit nommer premier gentilhomme de la chambre, surintendant de la maison de la reine, gouverneur de Péronne, Roye, Montdidier, avant d'être finalement élevé à la dignité de maréchal de France en 1613. Détesté par la noblesse et le peuple, il vit néanmoins grandir son influence politique. Ainsi, en 1616, il obtint la disgrâce du chancelier Brulart de Sillery et fit nommer ministre Richelieu, Mangot et Barbin.

 

 

 

 

► 1611 - 30 avril Traité secret avec l'Espagne prévoyant le mariage des héritiers des deux couronnes. Après la mort d'Henri IV, Marie de Médicis décida de renverser les alliances et signa un traité secret avec l'Espagne le 30 avril 1611 afin de faire épouser à Louis XIII l'infante d'Espagne Anne d'Autriche (1601-1666) et de fiancer Élisabeth de Bourbon (1602-1644) avec l'infant Philippe (1605-1665), futur Philippe IV d'Espagne. Les fiançailles officielles sont décidées le 26 janvier 1612. Philippe IV d'Espagne (Valladolid, Castille-et-Leon, 8 avril 1605 - Madrid, 17 septembre 1665), roi des Espagnes et des Indes.

 

 

Il est l'aîné des fils du roi Philippe III d'Espagne et de son épouse l'archiduchesse Marguerite d'Autriche (1584-1611). Il épouse en 1615 Élisabeth de France (1602-1644), aînée des filles du roi Henri IV de France et de son épouse Marie de Médicis. Il épouse en secondes noces en 1649 sa nièce l'archiduchesse Marie-Anne d'Autriche (1634-1696), fille de l'empereur des Romains Ferdinand III et de son épouse l'infante Marie Anne d'Espagne (sœur puînée de Philippe IV). Il est le père de Marie-Thérèse d'Autric

 

 

 

► 1611 - 27 mai Assemblée protestante à Saumur.

 

 

 

► 1611 Parution des premiers scénarios de la commedia dell'arteCommedia dell'arte, le terme italien commedia dell'arte, utilisé dans de nombreuses langues dont le français, signifie théâtre interprété par des gens de l'art, des comédiens professionnels. Ce type de théâtre populaire italien est apparu vers 1545 avec les premières troupes de comédie avec masque. Les représentations ont alors lieu sur des tréteaux, les acteurs improvisant leur texte à partir d'un canevas (scénario réglé d'avance).

 

 

 

 

► 1611 Pierre de Bérulle fonde la congrégation de l'Oratoire de France. La Congrégation de l'Oratoire est une congrégation catholique fondée à Rome par saint Philippe Néri au XVIe siècle. Le petit oratoire du fondateur où se réunissait le groupe d'origine avait donné son nom à la congrégation. Elle fut érigée de manière canonique par le pape Grégoire XIII le 15 juillet 1575, en tant que congrégation de prêtres séculiers, sans voeux, mais vivant en commun, dans le but de travailler à la sanctification de ses membres et à celle de son prochain par la prédication et l'enseignement. Sa règle fut approuvée par Paul V en 1612.

 

 

L'Oratoire fut introduit en France par le futur cardinal Pierre de Bérulle en 1611 puis supprimé lors de la Révolution en 1792. Restauré en 1852, avant d'être à nouveau dispersé en 1880 et en 1903, il est reconsitué en 1920 par le père Courcoux. Congrégation de l'Oratoire. A l'origine, groupe de prêtres qui se réunissent dans l'oratoire de l'église de San Girolamo della Carita à Rome pour écouter la parole de saint Philippe Neri (1515-1595). En 1575, la congrégation de l'Oratoire est fondée, approuvée par le pape en 1612.

 

 

Les oratoriens vivent en communauté, sans prononcer de voeux. Chacun subvient à ses propres besoins et participe financièrement au budget de la communauté. Les prêtres sont de grands prédicateurs et musiciens. La congrégation se répand en Europe. L'Oratoire de France est fondé à Paris en 1611 par Pierre de Bérulle. Voué à l'enseignement, il dispose bientôt de plusieurs collèges destinés à former les adolescents, à l'instar des jésuites. C'est à l'Oratoire que l'on enseigne pour la première fois le français (XVIIe siècle).

 

 

 

 

► 1611 Guido Reni peint 'Le Massacre des Innocents'. Guido Reni est un peintre et décorateur italien né à Calvenzano en 1575 et mort à Bologne en 1642 ; il appartient à l'école de Bologne. Proche de Caravage puis de Raphaël, sa peinture est avant tout celle d'une sensualité élégante, qui n'exclut pas la religiosité : en effet, le Vatican lui passa plusieurs commandes, dont les fresques du palais Quirinal. Son style est celui du baroque évoluant vers le classicisme.

 

 

 

 

►1611 Rubens peint l''Érection de la Croix'. L'exécution du triptyque "l'Erection de la croix" donne à Rubens le statut de véritable maître de la peinture flamande de son époque. Rubens a en effet atteint une maturité dans sa création qui se traduit par l'harmonie des couleurs, le travail sur la lumière et le mouvement. Peignant jusqu'à sa mort sans que son talent ne décline, Rubens sera le principal représentant du Baroque flamand.

 

 

 

 

► 1612 - 26 janvier Annonce officielle des fiançailles de Louis XIII avec Anne d'Autriche et de celles d'Élisabeth, soeur du roi (Élisabeth de France) avec Philippe, prince des Asturies (Philippe IV d'Espagne). Élisabeth de France, également appelée Élisabeth de Bourbon (22 novembre 1602 à Fontainebleau - 6 octobre 1644 à Madrid) est la fille de Henri IV et de Marie de Médicis. Élisabeth épousa le roi Philippe IV d'Espagne à Bordeaux le 25 novembre 1615. Elle donna à son mari huit enfants, dont l'héritier au trône Baltasar Carlos. Parmi eux, seule sa plus jeune fille, la future Marie-Thérèse d'Autriche et femme de Louis XIV, parvint à l'âge adulte.

 

 

 

 

► 1613 - 21 février La cathédrale de l'Assomption au Kremlin rassemble le Zemski Sobor (les états généraux) pour l'élection du nouveau souverain de la Russie. Un jeune homme de 16 ans est désigné, Michel Romanov. Il est le petit-neveu de la tsarine Anastasie et le fils de Philarète qui a évincé l'usurpateur Boris Goudonov. Le 2 mai, Michel Romanov fera son entrée dans Moscou et sera couronné tsar sous le nom de Michel Ier.

 

 

Sa dynastie règnera sur la Russie jusqu'à la révolution de 1917. Début du règne de Michel III de Russie, tsar de Russie (fin en 1645) fondateur de la dynastie des Romanov. Michel III Romanov, petit-neveu d'Anastasia Romanovna Zakharine, la veuve d'Ivan le Terrible, est élu tsar à 17 ans par le zemski Sobor (États généraux) avec lequel il gouverne jusqu'en 1619. Il est couronné par Cyril de Rostov à Moscou le 11 mai. Le Sobor décide d'écarter du trône toutes les candidatures étrangères. Les Romanov régneront jusqu'en 1917.

 

 

 

► 1613 - 19 novembre Concini est nommé maréchal de France.

 

 

 

 

► 1613 à 1700 - naissance et mort de André le Nôtre, architecte et paysagiste français à qui l'on doit la création du jardin à la française. Il fut jardinier du roi Louis XIV de 1645 à 1700 et eut notamment pour tâche de concevoir l'aménagement du parc du palais de Versailles, mais aussi celui de Vaux-le-Vicomte. Il était un très fameux courtisan et réussit à se lier d'amitié avec Louis XIV. Il était l'auteur des plans de nombreux jardins à la française.

 

 

 

 

► 1613 à 1680 - naissance et mort de François de La Rochefoucauld. Moraliste et homme politique français. Appartenant à l'une des plus illustres familles de la noblesse française, le prince de Marcillac prend, très jeune, part au complot de Madame de Chevreuse contre Richelieu. Sa vie se voit dès lors ponctuée de disgrâces; embastillé, il opte pour l'exil et se retire sur ses terres. A la mort de Richelieu, il revient à la cour. Mazarin succède à Richelieu, mais l'animosité ne s'étiole pas. Blessé à plusieurs reprises au combat, il évitera de peu la cécité. Jouissant de la faveur de Louis XIV, il se consacre à la réflexion.

 

 

Après la mort de son père, il prend le titre de duc de La Rochefoucauld. Il rédige alors ses 'Mémoires' qu'il consacre à la régence d'Anne d'Autriche, mais le scandale le pousse à désavouer son oeuvre. Il fréquente dès lors les salons des "honnêtes gens" et se lie d'amitié avec la marquise de Sévigné, Madame de Sablé et plus particulièrement avec Madame de La Fayette. Ses réflexions successives l'amèneront à publier un ouvrage inédit: les 'Maximes', ponctué d'aphorismes philosophiques. La Rochefoucauld s'éteindra après avoir reçu l'extrême-onction des mains de Bossuet.

 

 

 

►1614 Révolte du prince de Condé (Henri II de Bourbon) contre Concini. Henri II de Bourbon, troisième prince de Condé (Saint-Jean-d'Angély, 1588–Paris, 1646), prince du sang français. Il fut marié à la belle Charlotte de Montmorency. Henri IV, déja âgé la poursuivit avec tant d'assiduité que le prince dut fuir à Bruxelles, provoquant le début des tensions entre la France et l'Espagne. Henri revient en France sous la régence de Marie de Médicis et formente des coalitions princières contre le gouvernement corrompus.

 

 

Pour le calmer, la régente accepte en 1615 son entrée dans le conseil royal mais quelques semaines plus tard il est arrété et conduit à la Bastille où il y reste quelques années. Libéré par Louis XIII, il se conduit comme un fidèle serviteur du roi, participant aux nombreuses campagnes menées par celui-ci. Il est le père de Louis II de Bourbon-Condé (dit le Grand Condé), vainqueur à Rocroi.

 

 

 

 

► 1614 - 15 mai Traité de Sainte-Menehould. Par ce traité, Marie de Médicis promet aux princes rebelles, dont Condé a pris la tête et qui réclament la réunion des États généraux, d'énormes avantages (450 000 livres et le gouvernement d'Amboise pour Condé). Elle s'engage à convoquer les États généraux qui seront les derniers avant ceux de 1789.

 

 

 

 

► 1614 - 2 octobre Louis XIII est déclaré majeur.

 

 

 

 

► 1614 - 17 octobre Sacre de Louis XIII. Né le 27 septembre 1601, le roi à treize ans est majeur. En ce jour, entouré de sa mère Marie de Médicis, régente du royaume, et de Concini, dont elle a fait son conseiller malgré les jalousies qu'il provoque chez les grands, le roi est sacré à Reims. Reste qu'il lui faut attendre jusqu'à l'assassinat de ce Concini par le capitaine des gardes qu'est le baron de Vitry le 24 avril 1617 pour qu'enfin le roi dise ces mots : “Loué soit Dieu ! Me voilà roi !”

 

 

 

 

► 1614 - 27 octobre Ouverture des États Généraux. Le jeune évêque Armand du Plessis de Richelieu est membre du clergé. Il fait son apparition dans la bousculade qui ouvre en ce jour, dans la grande salle de l'Hôtel de Bourbon, les États généraux convoqués par la régente Marie de Médicis. Le roi, qui a treize ans et qui est à peine majeur, est présent. Assis à la gauche de la reine, son frère Gaston d'Orléans. Au cours de la séance, confuse, dont les débats ne semblent pas permettre qu'on aboutisse à une quelconque décision, on a entendu l'évêque de Richelieu conseiller au roi de faire, plus qu'à tout autre, appel au Conseil des ecclésiastiques, “à cause des vertus de capacité et de prudence auxquelles les obligeait leur profession, outre que le célibat les dépouillait plus que les autres d'intérêt particulier”.

 

 

On remarque en outre un autre orateur, du tiers état, le prévôt des marchands Miron, qui s'exclame : “Nous représentons Votre Majesté en nos charges, et qui nous outrage viole votre autorité, voire commet en certains cas le crime de lèse-majesté”. La lutte y est vive entre le Tiers État et la noblesse, celui-là critique sévèrement l'avidité et les prétentions de celle-ci. Cette session se passe en débats passionnés, mais qui n'aboutissent à rien. (Les États généraux ne seront plus réunis qu'en 1789.)

 

 

 

 

► 1614 Traduction de Miguel de Cervantes, 'Don Quichotte' par César Houdin (1ère partie)

 

 

 

 

► 1614 Parution à Kassel (Allemagne) d'un document anonyme : 'Fama fraternitatis ou confrérie du célèbre ordre des R.-C.' racontant la vie de Christian Rosenkreutz (Chrétien Rose-Croix). Ce personnage mythique serait le fondateur de l'Ordre de la Rose-Croix. Christian Rosenkreutz ou Christian Rose-Croix ("le Chrétien à la Rose et à la Croix") est le fondateur mythique de la Rose-Croix. À ce titre, il est à l'origine de l'histoire et de l'enseignement des rosicruciens. De nationalité allemande, il serait né en 1378 et mort en 1484. La Rose-Croix est un ordre hermétiste chrétien légendaire, relevant de la "tradition ésotérique" et "initiatique", dont les premières mentions remontent au début du XVIIe siècle en Allemagne.

 

 

L'existence de l'ordre, et celle de son fondateur Christian Rosenkreutz, sont controversées. Quoi qu'il en soit, à partir du XVIIIe siècle, de nombreux mouvements se sont réclamés de l'ordre de la Rose-Croix, ou se sont référés à la "tradition rosicrucienne" ou à l' "héritage de Christian Rose-Croix". Leurs membres sont appelés les rosicruciens. Le terme "Rose-Croix" désigne, dans leur langage, un état de perfection spirituelle et morale. Enfin, comme archétype de société secrète, mystique, immémoriale et toute puissante, les Rose-Croix apparaissent dans une certaine littérature ésotérique, souvent comme successeurs des Chevaliers du Graal et des Templiers.

 

 

 

 

► 1614 mort de Le Greco.

 

 

 

 

► 1615 - 23 février : Fermeture des États généraux, les derniers avant 1789. Le pouvoir de Marie de Médicis est renforcé. Les derniers états généraux d'avant 1789 s'achèvent sur un constat d'échec. Après des années de guerre de Religion et l'assassinat d'Henri IV, la monarchie française est fortement affectée et en proie à la division. Cependant, un délégué du Poitou pour le Clergé se fait remarquer par la régente Marie de Médicis et Concini : l'évêque Armand du Plessis. Plus connu sous le nom de cardinal de Richelieu, c'est l'homme qui au cours des prochaines années redressera l'État pour le mettre sur la voie de l'absolutisme. Nommé par la régente au Conseil un an plus tard, il subira rapidement un échec auprès du roi en 1617 avant un retour en grâce en 1624.

 

 

 

 

► 1615 - 27 mars Mort de la reine Margot (Marguerite de Valois) à Paris.

 

 

 

 

► 1615 - 22 mai Remontrance du Parlement à Marie de Médicis sur son gou-vernement.

 

 

 

 

► 1615 - 9 août Manifeste du Prince de Condé, Henri II de Bourbon, contre le gouvernement.

 

 

 

 

► 1615 - 18 octobre Mariage par procuration de Louis XIII à Anne d'Autriche (infante d'Espagne). Anne d'Autriche, Anne de Habsbourg, universellement appelée Anne d'Autriche, née le 22 septembre 1601 à Valladolid, morte le 20 janvier 1666 à Paris. Par sa naissance, elle était infante d'Espagne, infante de Portugal, archiduchesse d'Autriche, princesse de Bourgogne et princesse des Pays-Bas, et devint, par mariage, reine de France et reine de Navarre (1615-1643). Elle était la fille du roi Philippe III (1578-1621), roi d'Espagne (et autres terres) (1598-1621) et de l'archiduchesse Marguerite d'Autriche (1584-1611).

 

 

 

 

► 1615 - 2 novembre Le parti protestant s'allie au prince de Condé, Henri II de Bourbon.

 

 

 

 

► 1615 - 28 novembre Mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche, infante d'Espagne, fille de Philippe III d'Espagne, née en 1601. La régente Marie de Médicis a voulu ce mariage avec la fille du très catholique roi d'Espagne Philippe III, qui est pour elle un signe de sa détermination à continuer la lutte contre les huguenots. La nuit de noces des mariés, qui n'ont pas même quatorze ans, se passe devant quelques membres de la Cour comme il convient.

 

 

Si le poète Malherbe écrit “Certes c'est à l'Espagne à produire des reines/Comme c'est à la France à produire des rois”, le dégoût qu'aura éprouvé le roi rendra leur couple stérile pendant vingt-trois ans. La noblesse, mécontente de ce mariage, se soulève. Marie de Médicis fait avec les révoltés le traité de Loudun en leur achetant à gros deniers leur neutralité. Philippe III d'Espagne, Philippe de Habsbourg, appelé Philippe III, né le 14 avril 1578 à Madrid, mort le 31 mars 1621 à Madrid, était infant d'Espagne, infant de Portugal, prince des Asturies et archiduc d'Autriche avant son accession au trône le 13 septembre 1598.

 

 

 

 

► 1615 Antoine de Montchrestien écrit 'Traité de l'Économie politique’

 

 

 

 

► 1616 - 3 mai Traité de Loudun entre Marie de Médicis et le prince de Condé, Henri II de Bourbon, nommé chef du Conseil.

 

 

 

 

► 1616 - 1er septembre Arrestation de Condé, Henri II de Bourbon, alors qu'il se rendait au Conseil.

 

 

 

 

► 1616 - 25 novembre Richelieu est nommé secrétaire d'État pour la guerre et les affaires étrangères. A la suite du traité de Loudun, la régente Marie de Médicis, pour se concilier les grands, décide de se séparer des “barbons” qui forment son conseil. Elle refuse en revanche de se défaire de Concini, qu'elle charge de réformer ce Conseil même. C'est à l'un de ses jeunes protégés devenu l'aumônier de la régente quelque temps plus tôt, l'évêque de Luçon Armand Jean du Plessis, âgé de trente et un ans, que le maréchal d'Ancre confie en ce jour le secrétariat d'État aux Affaires étrangères. En 1631, cet évêque fera l'acquisition de la terre de Richelieu ; en 1622, il reçoit le chapeau de cardinal. Le chapeau et la terre lui donneront le seul nom dont la postérité se souvienne : cardinal de Richelieu. Richelieu, Armand Jean du Plessis de Richelieu, cardinal, duc et pair de France, ministre de Louis XIII. Né à Paris le 9 septembre 1585, il meurt le 4 décembre 1642.

 

 

 

 

► 1616 Issu d'une maison noble du Poitou, il avait pour père François du Plessis, capitaine des gardes de Henri IV. Bien que vêtu d'un rouge cardinal, ce fut l'éminence grise du Roi de France.

 

 

 

 

► 1616 Agrippa d'Aubigné écrit 'Les Tragiques, Histoire universelle' (1616-1626)

 

 

 

 

► 1616 Décès de l'écrivain espagnol Miguel de Cervantes le 23 avril, le même jour que William Shakespeare.

 

 

 

 

► 1617 Louis XIII, bien que déclaré majeur depuis 1614, ne se presse pas de prendre le pouvoir, qui continue d'être exercé sous le nom de la régente, par son favori Concini, au grand scandale de la noblesse et du peuple. Auprès du jeune roi est un gentilhomme nommé Albert de Luynes, compagnon assidu de ses chasses et de ses rares plaisirs. De Luynes finit par pousser Louis XIII à secouer son apathie, et par lui inspirer le désir de régner: il faut pour cela se débarrasser du tout-puissant Concini.

 

 

On en charge le capitaine des gardes du roi, le baron de Vitry (Nicolas de L'Hospital) qui tue le favori italien d'un coup de pistolet, comme il entrait au Louvre. Marie de Médicis se retire à Blois. Louis XIII, en possession du pouvoir, prend pour premier ministre de Luynes, qui est fait duc et pair. Luynes, Charles, marquis d'Albert, duc de Luynes (5 août 1578 à Pont-Saint-Esprit - 15 décembre 1621 à Longueville près d'Agen) fut un homme d'État français. Maître de fauconnerie, favori de Louis XIII, il complota l'assassinat de Concino Concini.

 

 

 

 

► 1617 à 1624 - Cette période est marquée par de nombreux troubles. Une partie de la noblesse qui est restée fidèle à Marie de Médicis, se soulève à deux reprises en sa faveur : cette agitation donne lieu au combat des Ponts-de-Cé (1620). D'autre part, les protestants du Midi ont profité de leur supériorité numérique dans quelques provinces pour se donner une organisation grâce à laquelle ils forment dans l'État comme un État indépendant. Une expédition pour les faire rentrer dans le devoir est confiée à de Luynes qui emmène Louis XIII avec lui. La Guyenne et la Gascogne sont soulevées. De Luynes met le siège devant Montauban, centre de la révolte, mais il meurt pendant ces opérations, et Louis XIII n'arrive pas à prendre la ville (1621). En 1622, Louis XIII impose la paix aux protestants, et ne leur laisse que les deux places de Montpellier et La Rochelle.

 

 

 

 

► 1617 - 24 avril Assassinat de Concini, mari de Léonora Galigaï sur ordre du roi. L'assassinat de Concini signifie à la mère du roi Louis XIII sa disgrâce. Le roi se venge du mépris et de l'humiliation dans lesquels il avait été tenu par la régente, sa mère, et le maréchal d'Ancre (Concino Concini). Une pancarte est accrochée au cou du cadavre : “Traître au roi”. En apprenant la mort de Concini, Louis XIII dit : “Grand merci à vous. A cette heure, je suis roi”. Sous la régence de Marie de Médicis, Léonora Galigaï a presque gouverné la France.

 

 

Tapie dans sa chambre du Louvre, entourée de médecins et d'exorcistes, avalant des potions amères et se nourrissant de bave de crapaud, elle vivait le plus possible retirée de la cour. Plus fine, plus habile, plus perverse que quiconque, elle a formé un couple tout puissant et rapidement très impopulaire avec son mari, l'intrigant et arrogant Concino Concini. Celui-ci, menant grand train, âpre au gain et assoiffé d'honneurs, se crut tout permis. Jusqu'au jour où Louis XIII, désireux de s'emparer du pouvoir qui lui revenait, se résolut enfin à exercer une terrible vengeance. 

 

 

Léonara Dori dite Galigaï, était la soeur de lait de Marie de Médicis sur laquelle elle avait une forte influence malgré sa laideur. Elle était la femme de Concino Concini. Capricieuse et cupide, atteinte d'épilepsie que la médecine de l'époque ne comprenait pas elle se tourna d'abord vers la religion avec des exorcismes puis des pratiques chamaniques de désenvoutement. Elle fut enveloppée dans la disgrâce de son mari et brûlée comme sorcière en 1617. Ses juges, lui ayant demandé de quel charme elle s'était servie pour dominer l'esprit de Marie de Médicis : "Mon charme, dit-elle, fut celui des âmes fortes sur les esprits faibles".

 

 

 

 

► 1617 - 3 mai Louis XIII exile sa mère à Blois et renvoi Richelieu. L'as-sassinat de Concino Concini, favori de Marie de Médicis dont Louis XIII est l'instigateur entraîne la mise à l'écart de celle-ci de l'entourage du roi. Richelieu suivit en 1617 la reine mère à Blois, alors en disgrâce, puis il fut confiné dans son évêché.

 

 

 

 

► 1617 - 8 juillet Exécution de Léonora Galigaï pour sorcellerie.

 

 

 

 

► 1617 Agrippa d'Aubigné écrit 'Les Aventures du baron de Faeneste’

 

 

 

 

► 1617 à 1682 - naissance et mort de Bartolomé Estebàn Murillo, il est un peintre sévillan, dont l'oeuvre est dans un premier temps marquée par l'influence de Ribera et Zurbaran. C'est l'exécution d'un cycle de onze tableaux pour les franciscains de Séville qui le rend célèbre.

 

 

 

 

► 1618 - 7 avril Exil de Richelieu à Avignon sur Ordre de duc de Luynes (Albert de Luynes).

 

 

 

 

► 1618 - 23 mai : Défenestration de Prague : les nobles bohêmiens défe-nestrent les gouverneurs impériaux : début de la guerre de Trente Ans. Défenestration de Prague, le 23 mai 1618, en réaction à la fermeture de deux temples protestants à Broumov et Hrob, une délégation de protestants de Bohême, menée par le comte de Thurn, se rend à la résidence du roi Matthias à Prague, le château de Prague ou Hradshin. Successeur de son frère Rodolphe II de Habsbourg, lequel avait garanti en 1609 par un édit royal (Majestätsbrief) le droit aux protestants de pratiquer leur religion, Matthias, sans héritier direct, a choisi son cousin Ferdinand, archiduc de Styrie, pour reprendre le trône.

 

 

Or Ferdinand est un fervent catholique et milite pour la Contre-Réforme. La réunion s'envenime entre les représentants du roi et la délégation protestante. Deux gouverneurs habsbourgeois, Wilhelm Slavata et Jaroslav Martinic, ainsi que l'un de leur domestique nommé Fabricius, sont jetés par une fenêtre du palais. Ces derniers s'en tirent sans grand mal, tombant sur un tas de fumier. Quoique événement bénin et cocasse, la défenestration de Prague va, de fil en aiguille, conduire l'Europe dans la guerre de Trente Ans.

 

 

 

 

► 1618 Guerre de Trente ans (1618-1648). La guerre de Trente Ans est une suite de conflits armés qui ont déchiré l'Europe de 1618 à 1648. Les combats se déroulent initialement et principalement dans les territoires d'Europe centrale dépendant du Saint-Empire romain germanique, mais impliquent la plupart des puissances européennes, à l'exception notable de l'Angleterre et de la Russie. Dans la seconde partie de la période, les combats se portent aussi en France, dans les Pays-Bas, en Italie du nord, en Catalogne, etc. Pendant ces trente années, la guerre change progressivement de nature et d'objet : commencée en tant que conflit religieux, elle se termine en lutte politique entre la France et la Maison d'Autriche.

 

 

Ses origines sont multiples, même si la première est l'opposition religieuse et politique entre catholiques et protestants lutheriens ou calvinistes ; mais cette confrontation eut aussi d'autres ressorts : tentations hégémoniques ou d'indépendance, rivalités commerciales, ambitions personnelles, jalousies familiales y trouvent leur exutoire. Guerre de Trente Ans (1618-1648). Il s'agit d'un conflit ravageur, essentiellement localisé dans le Saint Empire ; il naît de l'opposition des catholiques et des protestants, la Réforme – à laquelle se sont ralliés certains princes allemands – menaçant la donne politique. Peu à peu, toutes les puissances européennes y participent, dont la France de Richelieu. L'Empire, vaincu, sort affaibli du traité de Westphalie et l'Allemagne morcelée.

 

 

 

 

► 1618 François de Rosset traduit 'Don Quichotte' de Miguel de Cervantes (2ème partie).

 

 

 

 

► 1618 Lope de Vega édite "Fuente ovejuna". Félix Lope de Vega, grand dramaturge du Siècle d'or espagnol, édite une pièce baroque intitulée "Fuente ovejuna" ("Font-aux-Cabres"). Il y met en scène la révolte de vassaux contre leur seigneur tyrannique. Méprisant, violent et dénué d'honneur, ce dernier est assassiné. Mais la pièce se clôt sur une réconciliation entre le pouvoir souverain et les villageois, auxquels on attribuera un nouveau seigneur. Ainsi, Lope de Vega semble chercher à valoriser le "lien social" et la solidarité entre les plus faibles. La pièce traversera les siècles et beaucoup s'accorderont à dire qu'elle peut être sujette à différentes interprétations.

 

 

 

 

► 1618 Roelandt Savery peint 'Paysage avec Orphée charmant les animaux'. Roelandt Savery (1576-1639) est un peintre flamand.

 

 



21/03/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres