L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

De 1181 à 1226 (Louis IX)

 

 

 

► 1181 Coalition de la Flandre et de la Champagne contre Philippe Auguste.

 

 

 

► 1181 Intervention de Henri II en faveur de Philippe Auguste.

 

 

 

► 1182 Édit d'expulsion et de confiscation des biens juifs du royaume.

 

 

 

► 1182 Chrétien de Troyes écrit 'Perceval ou le Conte du Graal'.

 

 

 

► 1182 vers - Poète Conon de Béthune se plaint (dans poème Moult me semont Amors que je m'envoise) que la Reine Adèle de Champagne se moque de son parler picard - ses 'mots d'Artois' - alors qu'ils étaient très compréhensibles en français. Conon de Béthune est un trouvère né vers 1150 en Artois, et mort en 1220 à Constantinople. Il est le fils de Robert V de Béthune. Renommé pour ses chansons d'amour et de croisade, il participe à la IIIe et IVe croisade dans lesquelles il tient un rôle politique important. Il écrit aussi une satire attaquant ceux qui s'approprient les fonds rassemblés pour financer ces croisades.

 

 

 

► 1182 à 1226 - naissance et mort de François d'Assise, de son nom véritable Francesco Bernardone, fondateur de l'ordre franciscain (ou ordre des frères mineurs, o.f.m.), considéré comme saint par l'Église catholique romaine. Religieux italien. Personnage majeur du Moyen Âge occidental, François d'Assise a proposé à la chrétienté un modèle de pauvreté, de simplicité évangélique et de contestation de l'ordre social fondé sur les privilèges et l'argent. Fils d'un riche marchand, il rompt avec le monde en 1206 pour se vouer au renoncement total et à la pauvreté.

 

 

Il fonde avec ses disciples la fraternité des Pénitents d'Assise vénérant le Christ crucifié. L'ordre des franciscains s'étend alors sur toute l'Italie du Centre et du Nord mais aussi en Allemagne, en France, en Hongrie, en Angleterre, au Maroc. François d'Assise ira jusqu'en Égypte. A la fin de sa vie, il se consacre à la prédication, à la prière et à la vie d'ermite. Déjà malade et presque aveugle, il compose le 'Cantique au soleil', louange joyeuse et sublime de Dieu. Il meurt en 1226, après avoir dicté son testament. Canonisé en 1228. Sa légende revit dans les Fioretti et dans les fresques de Giotto à Assise.

 

 

 

► 1183 mort de Chrétien de Troyes.

 

 

 

► 1183 Marie de France écrit Wace.

 

 

 

► 1184 Les Vaudois sont reconnus comme hérétiques.

 

 

 

► 1185 juillet Traité de Boves avec le comte de Flandre (Philippe d'Alsace) annexant les comtés d'Amiens et de Mondidier au domaine royal. Philippe d'Alsace (° 1143 - † Saint-Jean-d'Acre, 1er août 1191), fils du comte Thierry d'Alsace (dit Thierry III de Lorraine) et de Sibylle d'Anjou (†1165). Comte de Flandre 1157 - 1191. Comte de Vermandois par mariage v. 1168 - 1186, à titre viager 1186 - 1191. Son règne correspond à l'apogée et au début du déclin de la puissance féodale flamande. Il lutta avec les visées de Philippe Auguste sur la Flandre, l'Artois et la Picardie. Le problème de sa succession fut au coeur de la politique de la fin de sa vie.

 

 

 

► 1185 Fondation de l'Ordre du CarmelOrdre du Carmel ou Carmes, ordre religieux. Les Carmes vivaient cloîtrés, observaient le silence et se livraient au jeûne et à la prière. Ils portaient une robe brune et une chape blanche avec des barres de couleur brune, d'où le nom de Barrés qu'on leur donnait aussi. Les Carmélites sont une congrégation de religieuses qui suivaient la règle des Carmes. Cette congrégation, introduite en France dès 1452; fut réformée par Thérèse d'Avila en 1562 : le cardinal de Bérulle et Madame Acarie firent adopter cette réforme en France.

 

 

C'est dans un couvent de Carmélites de Paris (rue d'Enfer) que se retira Mademoiselle de La Vallière. Ordre des Carmélites. L'ordre des Carmes est un ordre religieux mendiant fondé en 1185 par le croisé Berthold de Calabre sur le mont Carmel, où il prône la vie érémitique. Au XVe siècle, la branche féminine dite ordre des Carmélites est créée par le carme Jean Soreth. Dans les années 1560, Thérèse d'Avila et saint Jean de Croix, en quête d'une discipline plus rigoureuse, réforment l'ordre. Ils fondent les carmes déchaussés (port de sandales) fidèles à la règle primitive dominée par la solitude, la pauvreté extrême, la prière et les travaux manuels.

 

 

 

► 1186 Alliance de Philippe Auguste et Geoffroy de Bretagne contre Richard Coeur de Lion. Geoffroy II de Bretagne, (1158 - 1186), le troisième fils d'Henri II d'Angleterre et d'Aliénor d'Aquitaine, fut duc de Bretagne. Fiancé à Constance, fille du duc Conan IV et héritière du duché de Bretagne, il devient duc de Bretagne dès 1175, après la mort de Conan, donc avant même la célébration de son mariage en 1181. Il trouve la mort dans un tournoi et laisse une femme enceinte de celui qui sera Arthur de Bretagne.

 

 

 

► 1187 - 5 juillet Saladin écrase les armées chrétiennes à Hattin.

 

 

 

► 1187 - 2 octobre Prise de Jérusalem par Saladin. Le roi de Jérusalem, Guy de Lusignan, est vaincu à Tibériade par Saladin qui, magnanime, le libère. Cet épisode est l'un de ceux qui ponctuent le temps des Croisades, entre la première prêchée par Urbain II en 1095 et la dernière au cours de laquelle meurt Louis IX en 1270Guy de Lusignan (1159 † 1194), roi de Jérusalem (1186-1192), puis roi à Chypre (1192-1194), fils de Hugues VIII le Vieux, seigneur de Lusignan et comte de la Marche, et de Bourgogne de Rançon.

 

 

 

► 1187 Reprise des hostilités entre la France et l'Angleterre.

 

 

 

► 1188 Traité de paix de Gisors entre Philippe Auguste et Henri II. Au départ de la 3e croisade à Gisors, en Normandie, Philippe Auguste, Henri II d'Angleterre et le comte de Flandre (Philippe d'Alsace) conviennent de distinguer leurs hommes par couleurs. La croix de gueules (rouge) est attribuée aux Français, d'argent (blanc) aux Anglais et de sinople (vert) aux Flamands.

 

 

 

► 1189 - 4 juillet Paix d'Azay-le-Rideau. Par cette paix humiliante, le roi Henri II d'Angleterre désigne son fils Richard Coeur de Lion comme nouveau roi et abandonne à Philippe Auguste l'Auvergne, Issoudun et Châteauroux. Il meurt quelques jours plus tard. Azay-le-Rideau est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre.

 

 

 

► 1189 - 6 juillet Mort du premier souverain Plantagenêt d'Angleterre. Après dix ans de conflit de pouvoir avec ses fils Jean Sans Terre et Richard Coeur de Lion, Henri II d'Angleterre s'éteint à Chinon. Il a alors cédé le pouvoir à celui qui va devenir Richard Coeur de Lion lors d'un traité signé à Azay-le-Rideau. En constante lutte avec le roi de France Philippe Auguste lors de la fin de son règne, Henri II donna une place centrale à la Normandie et fut à l'origine de nombreuses réformes qui ont modernisé le royaume anglo-normand.

 

 

Il est également connu pour l'assassinat de Thomas Becket. Jean Sans Terre (24 décembre, 1166-18 octobre, 1216), seul roi d'Angleterre ainsi nommé, était le fils le plus jeune du roi Henri II d'Angleterre. Son sobriquet, Jean Sans Terre (en anglais, John Lackland) venait du fait que son père n'avait pas de terres à lui donner jusqu'à la mort de ses frères ainés. Isabelle d'Angoulême était la fiancée de Hugues IX de Lusignan quand Jean Sans Terre la lui ravit.

 

 

Hugues IX de Lusignan fit appel au roi de France qui se servit du refus de Jean Sans Terre de paraître devant lui pour prononcer la commise - confiscation - de ses biens continentaux. Veuve de Jean Sans Terre, Isabelle épousera Hugues X de Lusignan, fils de Hugues IX. Jean, contraint et forcé, accorde la Magna Carta en 1215, une charte limitant les pouvoirs royaux. La royauté en Angleterre n'est dorénavant plus absolue. Pour le bonheur des Anglais, ce prince cruel décède après avoir ingurgité une pêche trempée dans de la bière à moins que ce ne soit du vin...

 

 

 

► 1189 Après la mort d'Henri II, le 6 juillet 1189, Aliénor d'Aquitaine est libérée par le nouveau roi, Richard Coeur de Lion, qui est sur le point de partir pour la Troisième croisade.

 

 

 

► 1189 - 18 juillet Philippe Auguste restitue les conquêtes d'Henri II. Pour le remercier, Philippe Auguste redonne à Richard Coeur de Lion, qui monte sur le trône d'Angleterre, les territoires enlevés à son père.

 

 

 

► 1189 - 3 septembre Richard Coeur de Lion est couronné roi d'Angleterre. Roi le 6 juillet 1189 après la mort d'Henri II, Richard Ier Coeur de Lion est couronné à Westminster le 3 septembre. Mais Richard Coeur de Lion est surtout préoccupé par les faits d'armes et décide un an plus tard de partir à la conquête de Chypre. Couronné de succès lors des Croisades notamment à Saint-Jean d'Acre, il subit aussi des revers comme à Jérusalem et se fait emprisonné lors de son retour en Europe par le duc Léopold V d'Autriche.

 

 

 

► 1189 Début de la troisième croisade. La troisième croisade, de 1189 à 1193, fut entreprise sous le pontificat de Clément III, et prêchée par Guillaume, archevêque de Tyr. Il s'agissait de reconquérir Jérusalem, retombée au pouvoir des musulmans en 1187. Trois souverains partirent avec de nombreuses armées pour la Terre-Sainte : Philippe Auguste, roi de France, Richard Coeur de Lion, roi d'Angleterre, et Frédéric-Barberousse, empereur d'Allemagne. Mais le succès ne répondit point à l'espérance générale : l'armée de Frédéric fut presque entièrement détruite en Asie, et lui-même il périt en Cilicie (1190); les deux autres princes s'emparèrent de St-Jean-d'Acre, mais, une fâcheuse rivalité s'étant établie entre eux, Philippe revint bientôt en France (1191), et tout le courage de Richard n'aboutit qu'à obtenir de Saladin une trêve de 3 ans.

 

 

 

► 1189 à 1192 - Troisième croisade. - Le sultan Saladin venait en 1187, en remportant sur Guy de Lusignan la victoire de Tibériade, de détruire le royaume français de Jérusalem et de s'emparer de cette ville. Guillaume, archevêque de Tyr, vint réclamer le secours des princes d'Occident en faveur des chrétientés d'Asie menacées dans leur existence par le triomphe des musulmans. C'est à Gisors, en France, que ce prélat prêcha la croisade ; le départ eut lieu en 1189 : Philippe Auguste et Richard Coeur de Lion se mirent à sa tête.

 

 

De son côté, l'empereur d'Allemagne Frédéric Barberousse, prit la croix et partit pour les rejoindre avec une armée nombreuse. Frédéric s'empara de la ville d'Iconium et quelque temps après se noya en Cilicie. Les croisés français et anglais s'emparèrent de Saint-Jean-d'Acre. Des différents ayant surgi entre les chefs, Philippe rompit avec Richard et rentra en France en 1191, le laissant continuer seul la croisade (jusqu'en 1192). 

 

 

La troisième croisade, qui débuta en 1189 et s'acheva en 1194, fut menée par les rois de France, d'Angleterre et l'empereur d'Allemagne, dans le but de reprendre la Terre Sainte à Saladin. Frédéric Barberousse, Frédéric Ier (1122/25-1190), dit Frédéric Barberousse fut élu roi d'Allemagne le 4 mars 1152 en succédant à son oncle Conrad III de Hohenstaufen, et couronné empereur romain germanique en 1155. Prélat, membre du haut clergé investi par le Saint-Siège. Les cardinaux et les archevêques sont des prélats.

 

 

 

► 1190 - 15 mars Mort d'Isabelle de Hainaut, reine de France.

 

 

 

► 1190 - 10 juin Barberousse meurt noyé. L'empereur d'Allemagne Frédéric de Hohenstaufen, dit Barberousse, se noie en voulant se baigner dans un torrent glacé de Cilicie, au sud de l'actuelle Turquie. Il s'en allait rejoindre la troisième croisade avec son armée. Durant son règne, il tenta de consolider la position impériale en Germanie et en Italie. Il deviendra le symbole des espérances populaires et nationales du peuple allemand.

 

 

 

► 1190 - 24 juin Testament de Philippe Auguste. Sur le point de partir avec Richard Coeur de Lion pour la troisième croisade, Philippe Auguste organise par un testament ce que doit être le gouvernement pendant son absence.

 

 

 

► 1190 - 4 juillet La troisième croisade. Symboliquement, c'est sur la colline de Vézelay d'où est partie la première croisade après l'appel du pape Urbain II en 1095, c'est dans cette basilique où Pierre l'Ermite a prêché pour les pauvres en 1096, que se retrouvent Philippe Auguste et Richard Coeur de Lion avant de partir pour la troisième croisade. Celle-ci est décidée en raison de la prise de Jérusalem par Saladin, le 2 octobre 1187. L'empereur Frédéric Barberousse a déjà pris la route.

 

 

 

► 1190 - Fondation de l'ordre Teutonique. Ordre teutonique, l'ordre de la Maison de sainte Marie des Teutoniques, plus connu sous le nom d'ordre des Chevaliers teutoniques ou maison des chevaliers de l'hôpital de sainte Marie des Teutoniques à Jérusalem, est un Ordre militaire. Il fut fondé à Saint-Jean-d'Acre en 1190, lors de la troisième croisade, après la prise de Jérusalem par Saladin. il fut dénommé ainsi parceque composé pour l'essentiel de chevaliers allemands ou teutons.

 

 

A l'origine simple communauté charitable venant en aide aux pélerins chrétiens, il fut réorganisé en ordre militaire vers 1192 et obtint la reconnaissance officielle du pape Innocent III en 1198. Le premier grand-maître Heinrich Walpot fut élu en terre sainte où il fit bâtir une église et un hôpital. Un siècle plus tard, en 1291, la prise d'Acre par les Mamelouks obligea les croisés à quitter la Terre sainte et contraignit l'ordre à reconsidérer sa mission.

 

 

 

► 1190 à 1253 - naissance et mort de Uc de Saint-Circ poète, jongleur troubadour.

 

 

 

► 1190 à 1262 - naissance et mort de Gilles Le Vinier. Trouvère appartenant au puy d'Arras.

 

 

 

► 1190 - Début de la construction du Louvre à Paris. À l'origine du Louvre il y a un château fort, la Grosse tour du Louvre, érigé par le roi Philippe Auguste, en 1190. L'une de ses principales missions est la surveillance de l'aval de la Seine, qui constitue l'une des voies traditionnelles des invasions et razzias depuis l'époque des Vikings.

 

 

 

► 1191 - 8 juin Arrivée de Richard Coeur de Lion, devant Saint-Jean-d'Acre. Saint-Jean-d'Acre est une ville d'israël, située au nord de la baie de Haïfa, sur un promontoire et doté d'un port en eaux profondes.

 

 

 

► 1191 - 13 juillet Prise de Saint-Jean-d'Acre par les croisés. Malgré leur mésentente, les deux rois croisés Philippe Auguste et Richard Coeur de Lion qui ont entrepris cette troisième croisade pour délivrer Jérusalem des mains des infidèles, combattent au côté l'un de l'autre. Ils reprennent au sultan Saladin Saint-Jean-d'Acre, grâce au courage de Richard. Après cette victoire, le roi de France laisse seul en Terre Sainte le roi d'Angleterre et rentre.

 

 

 

► 1191 Retour de Philippe Auguste en France.

 

 

 

► 1191 De retour en France, Philippe Auguste voulut profiter de l'éloignement de Richard Coeur de Lion et de leur rupture, pour mettre la main sur les provinces que le roi d'Angleterre possédait en France.

 

 

 

► 1192 Ayant conclu la paix avec Saladin, Richard s'achemina vers l'Europe; mais il fut jeté par un naufrage sur la côte de Dalmatie où il fut reconnu pour avoir, pendant la croisade, insulté la bannière d'un seigneur du pays. Retenu prisonnier par le duc d'Autriche (Léopold V d'Autriche) il recouvra la liberté en payant une rançon et vint prendre en France la direction de la résistance contre Philippe Auguste. La Dalmatie est une région de Croatie qui va de l'île de Pag, au nord-ouest, à la baie de Kotor au sud-est, non loin du Monténégro. Elle s'étend sur 350 km sur la côte est de la mer Adriatique sur environ 60 km de large.

 

 

 

► 1192 à 1199 - Philippe Auguste avait été aidé dans ses projets contre Henri II, puis contre Richard Coeur de Lion, par le frère de celui-ci, Jean Sans Terre. En apprenant le retour de Richard; pour se faire pardonner de l'avoir trahi, Jean trahit le roi de France et fit massacrer par des Anglais la garnison d'Évreux. Cependant, la lutte entre les deux souverains restant indécise, un accord intervint entre eux, qui mettait fin pour le moment aux hostilités. Mais Richard voulut avoir raison de quelques seigneurs qui avaient déserté sa cause. Il alla dans ce but assiéger le château de Chalus en Limousin, et fut tué pendant cette opération (1199), laissant pour héritier de la couronne, son neveu Arthur de Bretagne, fils posthume de Geoffroy V d'Anjou.

 

 

Le déloyal Jean Sans Terre fit enfermer et plus tard (1203) assassiner dans la Tour de Rouen le prétendant Arthur, afin de monter sur le trône à sa place. Arthur Ier de Bretagne, (30 avril 1187 - 3 avril 1203), le fils posthume de Geoffroy V d'Anjou, fut proclamé duc de Bretagne par les grands en 1196. Il est élevé à la cour de Philippe Auguste, qui le protège des convoitises de Richard Coeur de Lion. Sous Jean Sans Terre, il devient le chef nominal des barons bretons qui tendent vers l'indépendance. Vaincu et pris par Jean Sans Terre à Mirabeau en 1202, il meurt en prison à Rouen, assassiné par son oncle.

 

 

 

► 1192 - 21 août Création du shogunat. Conscient de l'incapacité de l'empereur à prendre le pays en main, le samouraï Minamoto-no-Yoritomo adopte le titre de shogun ("général" en japonais). Sans supprimer le gouvernement impérial, qui reste en place à Kyoto, il édifie à Kamakura (au sud de la ville actuelle de Tokyo) un gouvernement militaire qui exercera le vrai pouvoir. Le shogunat sera le régime officiel du Japon de 1192 à 1867. Minamoto no Yoritomo (9 mai 1147 - 9 février, 1199) est le fondateur et le premier shogun du shogunat de Kamakura au Japon, il a régné de 1192 à 1199. Shogun, signifie "général", c'est la contraction de seiitaishōgun, qui veut dire "le grand général qui triomphe des sauvages".

 

 

Néanmoins, après qu'il fut attribué à Minamoto no Yoritomo, il devint un titre héréditaire de la lignée Minamoto, indiquant le dirigeant de facto du Japon (dictateur militaire), alors même que l'empereur restait le dirigeant de jure (en quelque sorte le gardien des traditions). L'équivalent français serait les Cardinaux Mazarin et Richelieu du pouvoir consulaire (potestas) par rapport à l'autorité (auctoritas) royale. Dans la tradition du droit romain, auctoritas est le pouvoir sénatorial des auteurs de la loi, potestas est le pouvoir consulaire des grands commis de l'État et potentas le pouvoir administratif de l'exécution des détails. Samouraï est un mot japonais désignant un membre de la classe guerrière qui a dirigé le Japon féodal durant près de 700 ans.

 

 

 

► 1192  Philippe Auguste s'empare de l'Artois et du Vermandois, dot d'Isabelle de Hainaut.

 

 

► 1192 - 2 septembre Traité entre Saladin et Richard Coeur de Lion instaurant une trêve.

 

 

 

► 1192 Gautier Map écrit 'Nugiae curalium'. Gautier Map, connu par le tout dernier passage de son livre, 'La Queste del Saint Graal', se dit de Salebieres. les poêtes du Graal: On connaît l'oeuvre de Chrétien de Troyes: elle a été souvent traduite, reprise, mise en scène parfois. Celle de Robert de Boron n'était connue jusque récemment que de ceux qui manient avec une suffisante dextérité le français médiéval pour pouvoir l'aborder dans le texte. Gerbert de Montreuil n'est quant à lui, jamais traduit, sinon pour de courts extraits. Gautier Map est le seul des quatre grands conteurs du Graal à avoir écrit en prose, ce qui ne nuit en rien à la poésie de son récit. Il a souvent été traduit pour les passages qui se rapportent à Galaad, personnage qui n'apparaît pas chez les autres auteurs.

 

 

 

► 1193 février Capture de Richard Coeur de Lion. Sur le chemin de retour de la croisade, le roi Richard Coeur de Lion est pris en otage par le duc Léopold V d'Autriche et livré à l'empereur Henri VI.

 

 

 

► 1193 - 14 août Mariage de Philippe Auguste avec Ingeburge de Danemark. Philippe Auguste épouse Ingeburge, soeur de Knut VI de Danemark, scellant l'alliance anti-anglaise. Il la répudie dès le lendemain du mariage (il n'aurait pas pu la déflorer) et l'accuse de sorcellerie. Ingeburge est mise dans un couvent. Philippe Auguste la reprendra en 1213.

 

 

 

► 11935 novembre Philippe Auguste répudie Ingeburge de Danemark. Ingeburge de Danemark ou encore Ingeborg ou Isambour, reine de France, née vers 1175, est la fille de Waldemar Ier. Philippe Auguste, désireux d'une alliance danoise contre l'Angleterre et veuf d'Isabelle de Hainaut, épouse Ingeburge le 14 août 1193. Les témoins s'accordent de parler de la beauté de la princesse. Néanmoins, à la fin de la nuit de noces, le roi manifeste une vive aversion pour sa jeune femme et s'enfuit. Une assemblée d'évêques et de barons, tenue à Compiègne à la fin de l'année, casse le mariage, ce que n'accepte pas le pape Innocent III, fort heureux de pouvoir se mêler des affaires du royaume.

 

 

 

► 1194 Conquête de la Normandie par Philippe Auguste.

 

 

 

► 1194 mars Libération de Richard Coeur de Lion.

 

 

 

► 1195 Averroès en exil. Le philosophe islamique est contraint à l'exil pour avoir exposé ses conceptions. Grand commentateur d'Aristote, il s'est également appuyé sur le néoplatonisme pour établir que la matière est éternelle. Le monde n'a ni début, ni fin. Dieu agit alors comme celui qui concrétise et donne un souffle aux éléments déjà existants. Au travers de ces considérations, Averroès tend à distinguer la raison de la foi, ce qui lui vaut cet exil. Il sera toutefois gracié peu de temps avant sa mort. On lui attribuera plus tard la théorie de la double vérité (révélée et rationnelle). Ses pensées influenceront fortement l'Occident médiéval et la scolastique chrétienne.

 

 

 

► 1196 Construction de Château-Gaillard (Normandie) par Richard Coeur de Lion. Château-Gaillard est une forteresse médiévale en ruine qui situe au coeur du Vexin normand, à 100 km de Paris sur la commune des Andelys (Eure). Il constitue un morceau d'histoire de France qui domine la vallée de la Seine, mêlant Richard Coeur de Lion et les rois maudits en haut d'une falaise de calcaire. Château-Gaillard a plus de 800 ans. Sa construction a coûté environ 50 000 livres.

 

 

 

chateau-gaillard-66937_1920

 

 

Château-gaillard - Image par Thomas Ulrich de Pixabay 

 

 

 

► 1196 - 13 mars Le pape Celestin III casse l'annulation du mariage de Philippe Auguste et Ingeburge.

 

 

 

► 1196 - 14 août Mariage de Philippe Auguste avec Agnès de Méranie. Agnès de Méranie ou de Meran (1172--1201), reine de France, est la fille du duc de Méranie Berthold IV. C'est elle qu'épouse Philippe Auguste en juin 1196 après avoir répudié sa deuxième femme Ingeburge de Danemark au terme de la nuit de noces. Le mariage avec Ingeburge ayant été annulé par une assemblée d'évêques complaisants, Innocent III casse la décision des évêques, somme le roi de reprendre Ingeburge et met le royaume en interdit en janvier 1200, ce qui suspend toute vie sacrementelle et liturgique.

 

 

La mesure étant de nature à soulever contre le roi ses sujets privés de sacrements et de sépultures, Philippe Auguste feint de céder, envoie Agnès au couvent de Poissy et rend à Ingeburge un rang à la cour, mais sans reprendre avec elle la vie conjugale. En revanche, le roi, inquiet d'une succession mal assurée par le seul fils qu'il a eu de sa première femme, Isabelle de Hainaut, négocie avec le pape la reconnaissance des deux enfants qu'il a d'Agnès, Philippe Hurepel, qui épouse Mathilde de Dammartin, héritière du comté de Boulogne, et Marie, qui épouse Philippe Ier de Namur puis Henri Ier de Brabant.

 

 

 

► 1197 Coalition des comtés de Flandre, Boulogne, Blois et Toulouse avec Richard Coeur de Lion contre Philippe Auguste.

 

 

 

► 1198 Le pape Innocent III lance un Interdit contre le royaume de France et menace Philippe Auguste d'excommunication.

 

 

 

► 1198  Défaite de Philippe Auguste à Gisors contre Richard Coeur de Lion.

 

 

 

► 1198 août Le pape Innocent III appelle à délivrer Jérusalem.

 

 

 

► 1199 janvier Trêve de Vernon entre Richard Coeur de Lion et Philippe Auguste.

 

 

 

► 1199 - 6 avril Mort de Richard Coeur de Lion. Libéré après le versement d'une rançon qui met l'Angleterre au bord de la faillite, Richard Coeur de Lion n'aura eu l'occasion de retourner dans son pays. Luttant contre le roi de France Philippe Auguste, notamment en Normandie où il construit sa forteresse de Château Gaillard, il est blessé lors du siège de Chalus dans le Limousin. Il meurt alors quelques jours plus tard sur les mêmes terres que son père, dix ans plus tard, à Chinon.

 

 

 

► 1199 - 25 mai Jean Sans Terre est couronné roi d'Angleterre.

 

 

 

► 1199 - 6 décembre Concile de Dijon; interdit contre Philippe Auguste (mariage irrégulier).

 

 

 

► 1199 novembre Thibaud de Champagne, comte de Champagne, prend la tête d'une prochaine croisade. Thibault de Champagne, né le 30 mai 1201, mort le 14 Juillet 1253 fut comte de Champagne de 1201 à 1253 (sous le nom de Thibault IV de Champagne), et roi de Navarre de 1234 à 1253 (sous le nom de Thibault Ier de Navarre).

 

 

 

► 1200 - 15 janvier Innocent III jette l'interdit sur le royaume. Le légat du pape Innocent III lance l'interdit sur le royaume. Philippe Auguste s'incline et reconnaît Ingeburge de Danemark pour épouse.

 

 

 

► 1200 - 22 mai Traité du Goulet entre Philippe Auguste et Jean Sans Terre sur les possessions anglaises. Conclu entre Philippe Auguste et Jean Sans Terre. Philippe garde Évreux et le Berry mais renonce à ses droits sur la Bretagne. Le traité du Goulet date du 22 mai 1200. C'est un traité entre Philippe Auguste et Jean Sans Terre, réconciliés aux dépens d'Arthur de Bretagne, après l'invasion de la Normandie par le roi de France et à la suite de la trêve de Vernon (janvier 1199).

 

 

Le Capétien y gagne le comté d'Évreux et le Berry, mais il abandonne au Plantagenêt ses droits sur la Bretagne. Arthur doit renoncer à ses prétentions sur la Normandie, l'Anjou et l'Aquitaine, et fait hommage à son oncle Jean Sans Terre pour le duché de Bretagne. Le roi d'Angleterre renonce à son alliance avec Otton IV du Saint-Empire. Un mariage scelle l'entente : le futur Louis VIII est fiancé à Blanche de Castille, nièce de Jean Sans Terre. Blanche apporte en dot Châteauroux, Issoudun et Graçay.

 

 

 

► 1200 - 23 mai Mariage de Louis, futur Louis VIII, fils de Philippe Auguste et Blanche de Castille. Pour sceller le traité du Goulet qui a été signé la veille, Louis, fils de Philippe Auguste, épouse la nièce de Jean Sans Terre, Blanche de Castille qui apporte Évreux en dot.Louis VIII de France, dit Louis le Lion, né le 5 septembre 1187 à Paris, mort le 8 novembre 1226 à Montpensier (Auvergne), fut roi de France de 1223 à 1226, huitième de la dynastie dite des Capétiens directs. Blanche de Castille, (née le 4 mars 1188 à Palencia, Espagne - morte le 27 novembre 1252 à Melun), reine de France, était la fille d'Alphonse VIII de Castille et d'Aliénor d'Angleterre, elle-même fille d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri II d'Angleterre, roi d'Angleterre. Elle fut mariée en 1200 au futur Louis VIII, fils de Philippe Auguste.

 

 

 

vente-carte-12sep-2019043

 

 

 

 

► 1200 - 30 août Jean Sans Terre enlève et épouse Isabelle d'Angoulême. Promise à Hugues X de Lusignan, comte de la Marche, la fille unique du comte d'Angoulême est conduite à l'autel le 24 août 1200 par le roi d'Angleterre, Jean Sans Terre, qui la soustrait à son fiancé et l'épouse le 30 août à Chinon. La jeune Isabelle d'Angoulême devient donc reine d'Angleterre à l'âge de 14 ans. A la mort de Jean Sans Terre, en 1216, elle épousera Hugues X de Lusignan, tandis que leur fils aîné deviendra roi d'Angleterre sous le nom d'Henri III.

 

 

 

► 1200 'Prise d'Orange' (chanson de geste). Dès la fin du XIIe siècle, des trouvères ou simplement des copistes eurent l'idée de regrouper dans un même manuscrit des poèmes épiques d'époques et d'auteurs différents, dont l'unité était cependant sauvegardée par un héros principal ou par plusieurs personnages du même lignage. Ainsi apparurent les cycles. C'est à l'un des plus célèbres d'entre eux, le cycle de Guillaume d'Orange (Guillaume de Gellone), qu'appartient 'La Prise d'Orange'.

 

 

 

► 1200 Robert de Boron écrit 'Le Roman de l'histoire du Graal'. Robert de Boron, son oeuvre, s'appuyant sur celle de Chrétien de Troyes et de Robert Wace, marque une évolution du mythe du roi Arthur principalement par sa christianisation. C'est lui qui fait du Graal une relique chrétienne.

 

 

 

► 1200 vers - Essor du fabliau. Le fabliau est la forme picarde du mot français fableau, dérivé de fable. Le fabliau est essentiellement un conte du XIIIe ou du XIVe siècle destiné à faire rire. Parmi les fabliaux, beaucoup ne sont que des récits plaisants, souvent grossiers parfois même à la limite de la pornographie. La satire vise le plus souvent les nobles, les gens de guerre, le clergé, les moines, les femmes, etc. Le comique repose sur des jeux de mots, sur des quiproquos. D'autres fabliaux, cependant, ne sont que des ingénieuses intrigues destinées à satisfaire la curiosité et à émettre un enseignement moral. Il nous est parvenu environ 150 fabliaux.

 

 

 

► 1200 vers - Jean Bodel écrit le Jeu de saint Nicolas, Congés. Jean Bodel (1165-1210) fut un trouvère ayant vécu vers la fin du XIIe siècle à Arras. Ce poète a écrit un certain nombre de chansons de geste en ancien français.

 

 

 

► 1200 Le monde paysan. Le paysan libre et sa famille sont installés sur une terre louée à un seigneur, la tenure. Les menaces de guerre l'obligent régulièrement à se réfugier au château. Durant les mois d'hiver, les paysans restent dans leurs chaumières, faites de pierres et de bois, et recouvertes d'un toit de chaume. En général, elles ne sont constituées que d'une pièce. On se tient la plupart du temps près de la cheminée, source de chaleur et de lumière.

 

 

Dans le fond, une grande paillasse fait office de lit unique. Les bêtes sont parquées dans une salle attenante, la chaleur animale s'ajoutant ainsi à celle du foyer. Le pain est la base de l'alimentation. Cuit dans le four du seigneur, il est bis, mêlé de froment et de son - ce qui lui donne une couleur brune, peu appréciée par la noblesse. Quotidiennement une soupe de légumes, souvent de chou, mijote dans la marmite, laissée dans l'âtre. Manger de la viande est rare. Parfois du Lard vient améliorer l'ordinaire.

 

 

Le cochon est une véritable richesse. Engraissé de glands à l'automne dans les forêts du seigneur, il sera tué entre la Toussaint et Mardi gras. L'absence de mouches à cette période est la garantie d'un meilleur début de conservation dans le sel. Les travaux des mois. Avec le retour des beaux jours, les paysans peuvent de nouveau s'occuper du jardin potager et préparer les semailles. Le moment est venu de tondre les moutons. Le berger leur fait traverser plusieurs fois la rivière pour bien nettoyer leur toison avant de couper la laine à l'aide de gros ciseaux à ressort, les forces.

 

 

En juin ou juillet, l'herbe a bien poussé et les paysans commencent les foins. L'herbe coupée, bien séchée au soleil puis engrangée, nourrira les bêtes durant tout l'hiver. Septembre est le mois des vendanges. C'est un dur travail mais aussi une grande fête. Les raisins sont rassemblés dans une grande cuve en bois. Hommes et femmes, pieds nus, les foulent en dansant pour en extraire le jus qui, quelques mois plus tard, donnera un bon vin. Les champs ne sont pas tous cultivés.

 

 

Un sur trois est laissé en jachère. Les blés, coupés à la faucille, sont battus sur l'aire du village, pour faire tomber les grains des épis. Une partie est réservée aux futures semailles, l'autre, portée au moulin du seigneur, donnera de la farine. Mais les menaces de guerre incitent les paysans à ne semer que le minimum et à partir à la première alerte se réfugier en un lieu sûr, fortifié le château, l'abbaye ou la ville. Les récoltes restent médiocres, sensibles aux variations climatiques. A plusieurs reprises des disettes ravagent le pays.

 

 

 

► 1200 Vivre à Paris. La ville s'est beaucoup développée depuis le XIIIe siècle. Elle représente une forte puissance économique et abrite de nombreux intellectuels. De nouvelles fortifications la protègent. La ville s'agrandit. Charles V fait construire autour de Paris une nouvelle enceinte plus grande qui protège les faubourgs. Aux portes de la ville la circulation des hommes et des marchandises est contrôlée. La nuit, les entrées sont closes et de lourdes chaînes sont tendues en travers de la Seine. Certaines portes sont plus célèbres que d'autres. Au nord, celle de Saint-Denis s'ouvre sur la route de l'abbaye du même nom. À l'est, celle de la Bastille est une vraie forteresse.

 

 

Elle peut contenir une garnison utile en cas de révolte urbaine, et le roi peut y trouver refuge s'il fuit discrètement vers Vincennes. La rive gauche de la Seine est occupée par les lettrés, c'est le quartier Latin. Les étudiants viennent de loin, bien souvent de l'étranger, pour recevoir l'enseignement de l'université de Paris. Son diplôme est le gage d'un avenir brillant au service de l'Église ou d'un prince. On y professe le droit, la médecine, la théologie, et les sept arts libéraux : la grammaire, la rhétorique ou art de bien parler, la dialectique ou art de la discussion, l'arithmétique, la musique, la géométrie et l'astronomie. Comme les chambres chez l'habitant reviennent très cher, les étudiants les plus modestes s'installent dans des collèges fondés par les ordres religieux. La vie et la discipline y sont très strictes.

 

 

La rive droite de Paris appartient aux artisans et aux marchands. Certains sont très puissants. Ils fournissent au roi et à sa cour les produits nécessaires à une vie luxueuse : viandes, épices, vins, draps, tapisseries, pièces d'orfèvrerie... Pour se défendre auprès de l'administration royale, ils élisent un prévôt des marchands. Les membres d'une même profession sont regroupés en "métiers". Ces associations organisent le travail entre maîtres, compagnons et apprentis. Elles assurent une solidarité entre tous. Chaque métier a sa propre juridiction et son saint protecteur : saint Éloi est le patron des orfèvres, saint Luc celui des peintres et des sculpteurs, appelés "les imagiers". L'atelier des artisans fait aussi office de boutique ouverte sur la rue - ce qui facilite les contrôles et garantit un travail honnête.

 

 

 

► 1200 Des divertissements violents. En ces temps mouvementés, les seigneurs restent avant tout des guerriers et aiment les jeux physiques et dangereux. Les codes de la chevalerie régissent les rapports entre joueurs. Les seigneurs cherchent à s'illustrer dans les tournois. Ces jeux militaires contribuent à l'apprentissage puis à l'entraînement à la guerre. Ce sont de grandes fêtes organisées sur deux ou trois jours. Le sol de la lice est constitué de terre et de sable, arrosé d'eau pour limiter la poussière. Les dames sont à l'honneur.

 

 

Annoncée par les hérauts, chacune conduit son chevalier, revêtu d'une armure de parade et portant ses couleurs, dans la lice. Dans Le combat à la lance, les adversaires doivent se désarçonner et ensuite s'affronter à pied à l'épée ou à la hache. Les jeux de stratégie font partie de l'éducation du jeune noble. On s'affronte aux dames, au trictrac, à la marelle, mais surtout aux échecs. Les plateaux sont, la plupart du temps, faits de bois de couleur, les pions et les figurines sculptés dans l'os ou l'ivoire. Pour les plus riches, ces jeux peuvent être taillés dans des pierres de couleur ou dans du cristal de roche. Lors d'une partie, chacun doit se comporter noblement, avec modération et galanterie.

 

 

Les jeux d'argent et de hasard, comme les dés, n'ont pas bonne réputation, mais suscitent un grand engouement. Sport princier par excellence, les chasses à courre ont lieu dans les vastes forêts royales de Vincennes et de Compiègne. Il y est interdit de braconner. On y trouve des cerfs, des renards, des sangliers et même des loups. L'animal est poursuivi par la meute et les piqueurs, qui guident les chasseurs en sonnant du cor. Le sanglier est particulièrement dangereux, car il peut faire soudain volte-face et attaquer ses poursuivants à coups de boutoir mortels. Le cavalier, muni d'une courte épée, doit le tuer, tout en protégeant son cheval. La chasse au vol a la préférence des dames. Dressés pour s'envoler du poing, les faucons fondent sur des pigeons ou des la pins.

 

 

 

► 1200 Les grands banquets. Le roi et musique, décoration et mets raffinés doivent éblouir les invités. Les grandes dates du calendrier chrétien (Noël, Pâques, la Pentecôte...) ou les événements familiaux (mariage, baptême...) fournissent de nombreuses occasions d'organiser un banquet. Le roi et les princes en profitent pour impressionner leurs invités par un étalage de luxe. Les murs de la salle choisie pour la réception sont parés des plus belles tapisseries. Dans un coin, un dressoir accueille les plus somptueuses pièces d'orfèvrerie du service de la boisson: gourdes, aiguières et bassins. À table!

 

 

On dresse la table devant la cheminée, en posant une planche sur des tréteaux, le tout recouvert d'une nappe blanche. Les invités prennent place du même côté. Le plus noble d'entre eux s'assoit dans une chaire surmontée d'un dais orné de ses armoiries. S'il est roi ou prince, une nef de table sera posée devant lui. Cet objet en forme de bateau conserve un couvert personnel à l'abri des poisons. Il s'agit d'un couteau, d'une cuillère et d'un gobelet ou d'un hanap. Il n'y a pas d'assiette. La viande est piquée avec un couteau à lame pointue puis découpée sur un tranchoir que l'on se partage à deux.

 

 

Les maîtres queux ont préparé des plats extraordinaires présentés avec art pour éblouir les convives. Les volailles, par exemple, ont le bec et les pattes dorés. Les mets sont accompagnés de sauces relevées par des épices coûteuses rapportées d'Orient comme le poivre, Le gingembre, la cannelle ou encore le safran. L'écuyer tranchant, muni de son bâton, ordonne aux pages d'apporter les plats qui seront tous disposés sur la table. Les invités ne peuvent goûter à tout. Ils ne doivent se servir que dans les plats situés devant eux. Les officiers de bouche coupent la viande avec art, tandis que l'échanson, responsable du service de la boisson, choisit le vin du maître. Il le coupe avec de l'eau et vérifie qu'il n'a pas été empoisonné. Régulièrement des acteurs et des musiciens viendront divertir l'assistance.

 

 

 

► 1200 Une grande piété. La futilité de la mode et des divertissements cache une grande ferveur chrétienne. Le temps est aux épreuves et les hommes se tournent vers Dieu pour trouver du réconfort. La religion fait partie de la vie quotidienne. Dans chaque demeure, un espace est dédié à la prière. Les plus pauvres se recueillent simplement autour d'une image pieuse ou d'une croix, les plus riches dans une chapelle ou un oratoire.

 

 

Tableaux, statuettes ou objets d'orfèvrerie à caractère religieux sont eux aussi autant de supports à la prière. Le seigneur comme le bourgeois peut en emporter dans ses déplacements. Le fidèle fortuné se tourne vers Dieu plusieurs fois par jour et trouve dans son livre d'heures une prière adaptée à chaque moment. Cet ouvrage est illustré de scènes de la vie du Christ et des saints. En ces temps de guerre, d'épidémies de peste et de famines, les hommes se tournent vers la religion avec l'espoir que Dieu entendra leurs prières.

 

 

L'art religieux met l'accent sur les souffrances et la douleur de son fils Jésus-Christ dans les scènes de la Passion. Elles rappellent le fondement de ta foi : le Christ est Dieu fait homme, descendu sur ta Terre pour racheter les péchés des hommes. Chacun doit se repentir de ses fautes s'il veut entrer au paradis après sa mort. Les reliques, conservées dans des reliquaires, sont tout particulièrement vénérées. Ce sont des parties du corps d'un saint, un objet lui ayant appartenu, ou ayant servi à son supplice. Les fidèles trouvent dans ces reliques une aide à la prière.

 

 

Depuis le règne du roi Saint Louis, Paris possède les plus sacrées : la couronne d'épines du Christ et un morceau de la croix sur laquelle il fut crucifié. Elles sont abritées au sein de la Sainte-Chapelle construite dans l'île de la Cité dans ce but. Le pèlerinage est un voyage, à pied ou à cheval, seul ou en groupe, vers un lieu sacré dans lequel sont conservées des reliques. Le pèlerinage n'est pas obligatoire mais permet d'affirmer sa foi.

 

 

Les motivations diffèrent d'un individu à l'autre demande de guérison ou d'un pardon à Dieu, remerciement pour un heureux événement... Ces pèlerins partent peu chargés : un manteau, une besace en bandoulière, un bâton et un grand chapeau suffisent. Ils se rendent en France à Saint-Denis, Tours, Vézelay, Conques, Toulouse... Certains vont même à Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne, à Rome, ou à Jérusalem.

 

 

 

► 1200 invention de la loupe par Robert Grossetête. Robert Grossetête ou Grosseteste est un érudit anglais, franciscain, évêque de Lincoln, né vers 1175 et mort en 1253. Dans son ouvrage De luce, Robert Grossetête présente la lumière (lux) comme à l'origine de toute chose: la lumière visible (lumen), la chaleur, la matière. Il développe la théorie selon laquelle tout le monde physique peut se décrire par de la géométrie. S'appuyant sur les traités d'optique d'Ibn Al-Haytham, il étudie les rayons directs, les rayons réfléchis, les rayons déviés.

 

 

Il s'intéresse à la formation de l'arc-en-ciel (De iride) et travaille sur les lentilles et les miroirs. Il découvre ainsi que les lentilles, non seulement ont la propriété de pouvoir mettre le feu, mais aussi peuvent servir plus simplement de loupe. Il étudie la réfraction de la lumière à travers un récipient sphérique rempli d'eau (De natura locorum). Il est à l'origine d'une règle (imparfaite) sur la notion de réfraction : "l'angle de réfraction est égal à la moitié de l'angle d'incidence".

 

 

 

► 1201 Philippe Auguste accepte de se séparer d'Agnès de Méranie, qu'il envoie à Senlis.

 

 

 

► 1201 - 20 juillet Mort d'Agnès de Méranie.

 

 

 

► 1202 Début de la quatrième croisade (Jusqu'en 1204). La quatrième croisade, de 1202 à 1204, prêchée par Foulques de Neuilly sous le pontificat d'Innocent III, fut dirigée par Baudouin IX, comte de Flandre, Villehardouin, sénéchal de Champagne Boniface II, marquis de Montferrat, et Enrico Dandolo, doge de Venise. L'armée des chrétiens n'alla pas plus loin que Constantinople. Elle en chassa d'abord l'usurpateur Alexis l'Ange (1203), et plaça sur le trône Alexis le Jeune; l'année suivante, elle reprit Constantinople sur un nouvel usurpateur, Ducas Murtzuphle, mais cette fois ses chefs se partagèrent l'empire grec : Baudouin eut le titre d'empereur; les Vénitiens s'emparèrent des plus belles stations maritimes.

 

knight-1514302_1920

 

 

Chevaliers croisés - Image par Alexander Lesnitsky de Pixabay 

 

 

 

► 1202 à 1204 - Quatrième croisade, qui fut prêchée par Foulques de Neuilly, curé de Neuilly-sur-Marne. La couronne n'y prit pas une part active. Elle eut pour chefs Baudouin IX, comte de Flandre, Boniface, marquis de Montferrat et Simon de Montfort. Baudouin comptait sur la marine vénitienne pour le transport de ses troupes, mais le doge Dandolo exigea pour prix de son aide que Baudouin fasse au profit des Vénitiens la conquête de Zara, en Dalmatie.

 

 

Une deuxième cause le détourna de sa route. Isaac II Ange, empereur d'Orient, que son frère Alexis III venait de détrôner en 1195, sollicita son appui pour reprendre le trône. La croisade se dirigea donc sur Constantinople dont elle s'empara, et rétablit Isaac (1203). Celui-ci ayant été assassiné quelques mois après, Baudouin fut proclamé par ses troupes, empereur de Constantinople (1204). Ce fut l'empire latin de Constantinople qui dura jusqu'en 1261, époque à laquelle les princes byzantins de la famille des Comnène recouvrèrent le trône; ce nouvel empire durera cinquante-sept ans.

 

 

Pendant ce temps, de nombreux seigneurs croisés avaient reçu en fiefs des territoires situés en Grèce, en Bulgarie et en Roumanie, et qui restèrent longtemps dans la famille de certains d'entre eux. Un des croisés, Geoffroi de Villehardouin, s'est immortalisé par le récit qu'il a laissé de la conquête de Constantinople par les croisés, et qui est un des plus anciens monuments de la prose française. Il avait reçu de grands biens en Roumanie. L'empire latin de Constantinople a été instauré suite à la quatrième croisade en 1204 et dure jusqu'en 1261.

 

 

 

► 1202 avril Confiscation de l'Aquitaine à Jean Sans Terre par Philippe Auguste.

 

 

 

► 1202 juin Philippe Auguste envahit la Normandie.

 

 

 

► 1202 juin Arrivée des troupes croisées à Venise.

 

 

 

►1202 Le doge de Venise demande aux Croisés de l'aider à reprendre Zara. Zara, port de l'Adriatique appartenant au roi de Hongrie.

 

 

 

► 1202 - 1er octobre Départ des armées croisées de Venise.

 

 

 

► 1202 - 24 novembre Prise et Pillage de Zara (hongroise) par les Croisés.

 

 

 

► 1202 - Le pape excommunie les Vénitiens pour la prise de Zara.

 

 

 

► 1202 Alexis IV demande de l'aide aux Croisés pour récupérer le trône de Constantinople aux mains d'Alexis III. Alexis IV Ange, né vers 1182, mort en 1204 à Constantinople, empereur byzantin (1203-1204), fils d'Isaac II. Il est enfermé par son oncle Alexis III, qui a détrôné son père. Il réussit à s'évader et conclut une alliance avec les chefs de la quatrième croisade, pour rétablir son père sur le trône.

 

 

En échange de l'aide des Croisés, il promet de rétablir l'union religieuse avec Rome et d'aide les Latins dans leur lutte contre les Turcs. Après le siège de Constantinople en 1203 et la prise de la ville, Isaac II est rétabli sur son trône et Alexis IV devient co-empereur. Il heurte l'opposition du peuple byzantin en pratiquant une politique favorable aux Latins. Il est renversé par Alexis V Doukas, gendre d'Alexis III. Emprisonné, il périt étranglé.

 

 

 

► 1202 Fibonacci utilise les chiffres arabes dont le zéro. Fibonacci, Leonardo Pisano (Léonard de Pise) plus connu sous le surnom de Fibonacci (v.1170-v.1250) est né en Italie à Pise mais a été éduqué en Afrique du Nord. Son père gérait les marchés de la république de Pise en Algérie, Tunisie, Maroc,... Il introduit par la suite en Europe le système de notation Arabo-Indien. Ce système est bien plus puissant que la notation romaine et Fibonacci en est pleinement conscient. Cependant, ce système a eu de la peine à s'imposer avant plusieurs siècles.

 

 

 

► 1203 Jean Sans Terre capture Arthur Ier de Bretagne et l'assassine. A la nouvelle de l'assassinat d'Arthur, fils posthume de Geoffroy V d'Anjou, les Bretons, ses sujets, se soulevèrent. Philippe Auguste cita Jean Sans Terre à comparaître devant sa cour pour être jugé.

 

 

 

► 1203 - 16 avril Entrée de Philippe Auguste dans Rouen.

 

 

 

► 1203 - 24 juin Arrivée des armées croisées devant Byzance.

 

 

 

► 1203 - 17 juillet Prise de Byzance par les Croisés.

 

 

 

► 1204 janvier Alexis V rejette l'ultimatum croisé, concernant leur promesse de rétribution. Alexis V Doukas, surnommé Murzuphle est un empereur byzantin mort en 1204. Il épouse Eudoxie Ange, troisième fille d'Alexis III. Il renverse Isaac II et Alexis IV en février 1204. Mais, il ne peut défendre Constantinople contre les croisés de la quatrième croisade, qui s'emparent une deuxième fois de la ville le 12 avril 1204.

 

 

Alexis V s'enfuit et rejoint son beau père Alexis III. Après l'avoir bien accueilli, celui-ci lui fait crever les yeux et l'emmène avec lui en Asie Mineure. C'est là qu'en novembre 1204, il est prit par les Latins et amené à Constantinople, ou l'on le précipite du haut de la colonne de Théodose.

 

 

 

► 1204 - 6 mars Philippe Auguste s'empare de Château-Gaillard.

 

 

 

► 1204 - 31 mars Mort d'Aliénor d'Aquitaine. C'est à l'abbaye de Fontevraux, où elle s'est retirée, que meurt la reine de France et d'Angleterre, épouse successive de Louis VII le Jeune et de Henri II d'Angleterre.

 

 

 

► 1204 - 12 avril Début de l'assaut des Croisés contre Constantinople.

 

 

 

► 1204 - 13 avril Prise et pillage de Constantinople par les Croisés marquant la fin de la quatrième croisade. L'empire byzantin est partagé : un quart pour le nouvel empereur, trois quarts pour Venise et les chevaliers. Isaac II Ange à nouveau renversé, les Croisés prennent Constantinople et la mettent à sac. Démembrement de l'Empire : Fondation de l'Empire latin de Constantinople. Baudouin Ier, empereur; La Morée française; Le duché d'Athènes à Othon de la Roche; Le royaume de Thessalonique à Boniface de Montferrat; L'Ionie à Venise; Le despotat d'Épire à Michel-Ange Comnène; L'Empire grec de Trébizonde à Alexis Comnène.

 

 

Début du règne de Théodore Lascaris, empereur grec de Nicée (Bithynie, Lydie, Phrygie, Archipel (fin en 1222). Venise fonde un empire maritime en Crète, Messénie, mer Noire et s'empare de l'île de Samothrace. La mer Noire est ouverte au commerce occidental. Constantinople, pillé et brûlée, est désertée par sa population qui ne reviendra qu'en 1261. Isaac II Ange (1155 † 1204) est un empereur byzantin (1185-1195 et 1203-1204), fils d'andronic Ange et d'euphrosyne Kastamonides. C'est un arrière petit-fils d'alexis Ier Comnène.

 

 

 

► 1204 - 18 juin La Normandie redevient française. Philippe Auguste, roi de France, vainc à Rouen le souverain anglais Jean Sans Terre et peut ainsi prendre possession de la Normandie. Dès 1202, Philippe Auguste avait confisqué les terres de Jean, ce qui avait donné naissance à ce sobriquet peu flatteur. Le roi de France avait frappé un grand coup en prenant le célèbre Château Gaillard construit par Richard Coeur de Lion. Philippe Auguste s'emparera ensuite par les armes de l'Anjou et de la Touraine.

 

 

 

► 1205 - La Cour prononça la confiscation des biens de la couronne d'Angleterre en France: Normandie, Maine, Anjou, Touraine, Poitou, pendant que le pape Innocent III frappait Jean Sans Terre de déchéance et chargeait Philippe d'exécuter sa sentence et de s'emparer de la personne dit criminel. Philippe Auguste faisait ses préparatifs de guerre dans ce but, lorsque Jean Sans Terre fit acte de soumission envers le pape, qui ordonna à Philippe Auguste de s'en tenir là. Mais des troupes anglaises, en France, n'en continuaient pas moins à désoler les campagnes.

 

 

 

► 1205 Conquête de la Touraine et de l'Anjou par Philippe Auguste.

 

 

 

► 1206 Annexion de la Touraine, du Maine et de l'Anjou sur les Plantagenêt.

 

 

 

► 1206 Qûtb ud-Dîn Aibak fonde le sultanat de Dehli. Gouverneur du territoire de Delhi depuis sa conquête par Muhammad Ghûrî, Qûtb ud-Dîn Aibak se proclame le Sultan et fonde la dynastie des esclaves. Ancien esclave passé au service de Ghûrî, il avait connu une ascension fulgurante et son talent de colonel lui avait donné toute la confiance de ce dernier. Le sultanat de Delhi règnera sur l'Inde pendant un peu plus de trois siècles. Qutb ud-Dîn Aibak est un gouverneur de l'Inde musulmane, puis premier sultan de Delhi (1206-1210) et fondateur de la dynastie des Esclaves, également connue sous le nom de dynastie de Muizzî.

 

 

 

► 1207 - Raymond VI, comte de Toulouse est excommunié pour sa passivité à l'égard des Cathares. Raymond VI de Toulouse, né en 1156, il est le descendant Raymond IV, principal acteur de la première Croisade en Terre Sainte, et a été de manière involontaire le personnage central de cette période. Comte de Toulouse, dès 1194, duc de Narbonne, marquis de Provence, suzerain de comté de foix, du vicomté de Bézier et de Carcassonne, c'est avec indépendance qu'il "régna" sur ses états du Midi.

 

 

Marié cinq fois, il avait des liens de parenté, non seuleument avec la France, mais aussi avec l'Aragon en Espagne et en Angleterre. Cathare, il ne l'était pas, pas plus que juif ou musulman. A l'image du Languedoc, il cultivait la tolérance, acceptait la diversité, ca qui lui vaudra le reproche de protéger les cathares. Il mourut excommunié en août 1222.

 

 

 

► 1207 Geoffroi de Villehardouin écrit 'Conquête de Constantinople'. Geoffroi de Villehardouin était un historien et chevalier croisé du moyen âge. De 1207 à 1213 il rédige ses Mémoires intitulées 'Histoire de la conquête de Constantinople' ou 'Chronique des empereurs Baudouin et Henri de Constantinople' y décrivant les événements survenus entre 1198 et 1207. Il y expose en français et non en latin, les événements de la croisade dans un style remarquable. Néanmoins, son point de vue est partial car il a pour objectif de faire l'apologie des chefs croisés. Il laisse donc de côté certains détails dont les raisons du détournement des objectifs initiaux de l'expédition.

 

 

 

► 1208 janvier Assassinat du légat du pape Pierre de Castelnau par un écuyer du comte de Toulouse. Pierre de Castelnau, cistercien français, légat du pape Innocent III en Languedoc, il tenta vainement d'endiguer l'hérésie cathare. Son assassinat, sur l'ordre Raymond V de Toulouse qu'il avait excommunié, fut la cause du début de la Croisade des Albigeois.

 

 

 

► 1208 Le pape ordonne la croisade contre les Albigeois sous la conduite de Simon de Montfort.

 

 

 

► 1208 Robert de Clari écrit Chronique. Robert De Clari, chroniqueur de la conquête de Constantinople.

 

 

 

► 1209 Commencement de la croisade contre les Albigeois (qui ne prendra fin qu'en 1229). Les Albigeois étaient une secte hérétique, fondée aux environs d'Albi et dont les doctrines se propageaient rapidement dans tout le Midi de la France : on les appelait aussi cathares, d'un mot grec qui signifie purifiés. Les Albigeois comptaient parmi leurs plus puissants protecteurs Raymond VI, comte de Toulouse, Roger, vicomte de Béziers et le propre roi d'Aragon, Pierre.

 

 

En 1208, quelques-uns de ces hérétiques assassinèrent, sur les terres de Raymond VI, un moine de Cîteaux, légat du pape, nommé Pierre de Castelnau ; chargé d'enquêter sur leurs doctrines qui d'ailleurs étaient jugées hérétiques et dangereuses pour l'État. Le pape Innocent III ordonna une croisade contre eux. Ce fut surtout le Nord qui fournit le personnel volontaire de l'expédition ; l'antipathie des gens de langue d'oil contre ceux de langue d'oc vint renforcer le sentiment religieux des rudes barons du Nord.

 

 

La croisade avait à sa tête Simon de Montfort, un des hommes de guerre les plus cruels de son temps, et son fils Amaury. Les croisés s'emparèrent de Béziers dont les habitants furent passés au fil de l'épée, saccagèrent Carcassonne, battirent les Albigeois à Muret (1213) et mirent le siège devant Toulouse; Simon de Montfort y fut tué d'une pierre lancée du haut des remparts par une femme, et qui lui enleva le sommet du crâne. Les femmes en effet contribuèrent vaillamment à la défense, en accablant de pierres les assiégeants (1218).

 

 

Son fils Amaury lui succéda et continua la guerre; plus tard, il céda ses droits et ses conquêtes à Louis VIII, fils de Philippe Auguste, qui vit là une occasion de réunir effectivement sous son sceptre des provinces qui jusqu'alors ne tenaient à la couronne que par un lien assez lâche de vassalité. Cette guerre ne se termina que pendant la régence de Blanche de Castille. Cathares, adeptes d'un mouvement religieux dualiste médiéval. Les adeptes de ce mouvement se nommaient eux-mêmes "Bons Hommes", "Bonnes Femmes" ou "Bons Chrétiens", mais étaient appelés "Parfaits" par l'Inquisition, qui désignait ainsi les "parfaits hérétiques", c'est-à-dire ceux qui étaient ordonnés et faisaient la prédication, par opposition aux simples "fidèles" hérétiques.

 

 

Principalement concentré dans le Midi de la France, le catharisme subit une violente répression armée à partir de 1209 lors de la croisade contre les Albigeois puis, durant un siècle, la répression judiciaire de l'Inquisition. La théologie cathare n'est qu'un travail de recherche scripturaire, centré sur l'Évangile selon Jean, dont les rapports avec la gnose et le docétisme sont manifestes. Les cathares poussent à l'extrême le sens du message des Écritures. Ils formulent la croyance dans l'existence de deux mondes, l'un bon et l'autre mauvais. Le premier, le monde invisible, attribué aux créatures éternelles, est l'oeuvre de Dieu le Père ; le second, visible et corruptible, est l'oeuvre du diable.

 

 

Désirant exempter Dieu du mal constaté dans le monde matériel, les cathares échafaudent leur propre système de croyances, variable selon les périodes et les aires culturelles d'implantation. Catharisme. Doctrine des cathares. Dualiste, elle oppose le Bien (Dieu) et le Mal (la matière). L'homme, soumis à une vie chaste et austère, doit se détacher des biens matériels pour se rapprocher de Dieu. Cette doctrine apparue au XIe siècle dans le Limousin se diffuse bientôt dans le midi de la France. Jugé hérétique au XIIIe siècle, le catharisme est âprement combattu et décimé lors de la "croisade des Albigeois" (1208-1244). 

 

 

Croisade des Albigeois. Cathares de la région d'Albi – d'où leur nom –, les Albigeois prônent une vie austère détachée des biens matériels, ce qui, au début du XIIIe siècle, tranche avec l'opulence du clergé catholique. En 1208, le pape Innocent III prend prétexte de l'assassinat du légat Pierre de Castelnau par un officier de Raymond VI, comte de Toulouse, pour prêcher la croisade contre les Albigeois. Simon de Montfort en prend la tête. Les massacres se multiplient : sac de Bézier (1209), tuerie de Pujols (1213), bataille de Muret (1213)… Après la mort de Raymond VI à Muret et celle de Simon de Montfort en 1218, leurs fils reprennent le flambeau. Il faudra l'intervention du roi Louis VIII et le traité de Paris en 1226 pour pacifier le Languedoc.

 

 

Les terres conquises par Simon de Montfort sont rattachées à la Couronne, tandis que l'hérésie est neutralisée par la prise de Montségur en 1244. Simon de Montfort, né en 1150, Simon IV le Fort, second fils de Simon III, se distingua en 1202 lors de la quatrième Croisade et, à la demande du pape Innocent III, il partit à la croisade contre les Albigeois, croisade dont il devint le chef en 1209. Il reçut du pape les domaines attenants à Carcassone et à Béziers qui appartenaient alors à Raymond Roger, vicomte de Carcassonne et de Béziers.

 

 

En 1212, à Castelnaudary, il battit Raymond VI, comte de Toulouse. En 1213, il gagna la célèbre bataille de Muret. Le 30 novembre 1215, le concile de Latran, décida la destitution de Raymond VI à son profit, le déclarant à cette occasion comte de Toulouse. C'est lors du siège de Toulouse que Simon de Montfort mourut en juin 1218 dont le flambeau fut repris par son fils Amaury de Montfort.

 

 

 

► 1209 - 22 juillet Prise de Béziers et de Carcassonne par les croisés. Massacre de Béziers. L'immense armée, conduite par Simon de Montfort pour réduire l'hérésie cathare, est devant la ville depuis la veille. Les croisés ont exigé de l'évêque Renaud de Montpeyroux que 222 bourgeois hérétiques leur soient livrés pour que la ville soit épargnée. La ville refuse ces conditions.

 

 

En ce 22 juillet, jour de la Madeleine, quelques soldats catholiques parviennent à forcer une porte. Les chevaliers se précipitent dans la brèche. Le massacre commence dans la ville que, selon un témoin, Pierre des Vaux-de-Cernay “rien ne peut sauver, ni croix ni autel, pas un seul en soit réchappé”. Aux croisés qui s'inquiètent de ne pouvoir distinguer les hérétiques de ceux qui ne le sont pas, Arnaud Amaury, abbé de Cîteaux, crie : “Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens”. Il y a au soir 7 000 morts dans Béziers.

 

 

carcassone-4659827_1920

 

 

Cité de Carcassonne - Image par hjrivas de Pixabay 

 

 

 

► 1210 Raoul de Houdenc écrit 'Méraugis de Portlesguez'. Raoul de Houdenc, trouvère probablement originaire du village de Houdenc en Bray, près de Beauvais. Disciple et imitateur de Chrétien de Troyes, il est semble-t-il devenu moine après une vie mondaine de jongleur. D'autres sources lui attribuent une vie pauvre et errante après des études de clerc. Connu à son époque comme moraliste, il est l'auteur de 'Méraugis de Portlesguez', roman arthurien qui marque le passage du roman épique au roman allégorique dont il contribua à faire le succès.

 

 

 

► 1210 Fondation de l'Ordre des FranciscainsL'ordre franciscain, ou ordre des frères mineurs (o.f.m. - ordo fratrum minorum), est né en Italie sous l'impulsion de François d'Assise en 1210. Franciscains. Moines de l'ordre mineur de frères laïcs mendiants fondé par saint François d'Assise en 1210, sur les principes rigoureux de l'humilité totale et de la pauvreté extrême. Les franciscains ont une mission de prédication itinérante.

 

 

Au XIIIe siècle, l'ordre se divise, malgré les tentatives de conciliation de saint Bonaventure, entre les adeptes de la règle de pauvreté originelle et les spirituels, qui jugent la mission d'enseignement incompatible avec la misère matérielle. Malgré ces dissensions, et les diverses branches qui en découlent, les franciscains poursuivent une lutte active contre les hérésies et se répandent rapidement au travers de la chrétienté.

 

 

 

► 1211 Début du siège de Toulouse par les armées de Simon de Montfort.

 

 

 

► 1211 Coalition des comtes de Flandre, de Boulogne et Jean Sans Terre contre Philippe Auguste.

 

 

 

► 1212 Victoire des armées catholiques contre le comte de Toulouse, Raymond VI, à Castelnaudary. Castelnaudary, commune française, située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon.

 

 

 

► 1212 Croisade des enfants français et allemands qui précède la cinquième croisade proprement dite. Des milliers de jeunes gens, qui suivent Étienne de Cloyes et le jeune Allemand Nicolas, affluent à Marseille. Ils sont dispersés ou vendus comme esclaves dans les pays musulmans du Maghreb. La Croisade des enfants est une croisade organisée en 1212. Deux croisades des enfants existent, une partie de Cloyes-sur-le-Loir en France sous la direction d'un adolescent d'origine modeste appelé Étienne et l'autre de Cologne sous la direction d'un jeune adolescent de 14 ans nommé Nicolas. La croisade est composée d'adolescents d'origine paysanne qui ont suivi les deux jeunes Étienne et Nicolas qu'ils prenaient pour des prophètes.

 

 

 

► 1213 mai Soumission de Jean Sans Terre au Pape. Abandon du projet d'invasion de l'Angleterre.

 

 

 

► 1213 - 12 septembre Victoire des armées catholiques contre le comte de Toulouse, Raymond VI, et le roi d'Aragon, Pierre II d'Aragon, lors de la bataille du Muret. Bataille de Muret eut lieu dans la plaine à 25 km au sud de Toulouse dans le cadre de la croisade des Albigeois entre les troupes du comte Raymond VI de Toulouse et ses alliés occitans comme Raymond-Roger de Foix avec son beau-frère Pierre II d'Aragon, comte de Barcelone opposés à l'ost des chevaliers du nord de la France sous les ordres de Simon IV de Montfort pour le compte de Philippe Auguste.

 

 

L'Aragon était l'un des royaumes chrétiens qui se partagèrent la Péninsule ibérique lors de la Reconquista. La première émanation de l'Aragon, le comté d'Aragon naquit dans les ruines de la Marche d'Espagne carolingienne, sous la dépendance du royaume de Navarre. Il devint au XIe siècle un royaume rassemblant outre l'Aragon proprement dit, les comtés de Sobrarbe et de Ribagorza. Les rois d'Aragon, participant à la Reconquista, développèrent le royaume hors de son réduit pyrénéen pour le porter sur l'Èbre.

 

 

Le roi Alphonse Ier le Batailleur conquit Saragosse qui devint la capitale du royaume. L'Aragon atteignit alors ses frontières actuelles, qui sont celles de l'actuelle communauté d'Aragon. Avec le mariage de la reine Pétronille d'Aragon et du comte Raymond Bérenger IV de Barcelone, il devint l'un des royaumes composant la Couronne d'Aragon. Il faut signaler à cet égard que le titre de "roi d'Aragon" désigne souvent non seulement le souverain du royaume d'Aragon, mais aussi et surtout le souverain de la couronne d'Aragon. L'Aragon conserva toutefois son particularisme à l'intérieur de la couronne d'Aragon, grâce à ses cortès (parlement général) et aux pouvoirs étendus de sa noblesse. De plus, l'Aragon était le seul royaume à l'intérieur de la couronne à parler le castillan et non le catalan.

 

 

 

► 1214 Obligé de suspendre ses préparatifs contre Jean sans Terre, Philippe Auguste s'était retourné contre le comte Ferrand de Flandre qui, quoique étant son vassal, s'était déclaré pour le roi d'Angleterre; Philippe arma pour cette campagne les milices communales grâce auxquelles il devait en sortir victorieux. Ferrand était soutenu par les Anglais et par l'empereur d'Allemagne Otton IV. Malgré ces alliés, Philippe remporta sur lui la célèbre victoire de Bouvines. Les Anglais avaient été, la veille même de ce jour, battus à la Roche-aux-Moines par le fils de Philippe Auguste. 

 

 

Ferrand de Flandre ou Ferdinand de Portugal ou de Bourgogne, dit Ferrand de Flandre (° 1188 - † Noyon, 27 juillet 1233). Comte de Flandre 1215 - 1233 par son mariage avec le comtesse Jeanne de Constantinople. Otton IV du Saint-Empire, Othon IV de Brunswick, né en Normandie en 1174 ou 1182, décédé à Harzburg en Saxe en 1218, empereur romain germanique de 1198 à 1218. Fils d'Henri le Lion duc de Bavière et de Saxe. En 1212, il épouse Béatrice de Hohenstaufen (1198-1212). En 1208, il assassine son rival Philippe de Souabe et se fait couronner par le pape Innocent III. Excommunié par Innocent III (1210), qui soutenait la candidature de Frédéric II du Saint-Empire, il fut défait à Bouvines (27 juillet 1214) par Philippe Auguste et ne conserva que le Brunswick.

 

 

 

► 1214 - 25 avril : naissance de Louis IX dit Saint Louis, futur roi de France. Louis IX de France, plus connu sous le nom de saint Louis, est né le 25 avril 1214 ou 1215 à Poissy Yvelines, et meurt le 25 août 1270 à Tunis. Il fut roi de France de 1226 à 1270, neuvième de la dynastie des Capétiens directs.

 

 

 

► 1214 - 2 juillet Victoire de Philippe Auguste sur Jean Sans Terre à la Roche-aux-Moines. Le prince Louis (futur Louis VIII), fils du roi de France Philippe Auguste pousse le roi d'Angleterre Jean Sans Terre à une retraite précipitée. Quelques jours plus tard, une nouvelle victoire française à Bouvines sonne la fin du conflit entre le roi de France et son vassal anglais. Bataille de la Roche-aux-Moines, en 1214, Jean Sans Terre, alors roi d'Angleterre, allié à l'empereur du Saint-Empire romain germanique Otton IV du Saint-Empire, attaque le royaume de France. Ils ont pour objectif Paris. Pendant que les Anglais attireraient les Français au sud, les impériaux auraient le champ libre et pourraient attaquer la capitale par le nord.

 

 

 

► 1214 - 27 juillet Victoire de Philippe Auguste à Bouvines sur la coalition Boulogne-Flandre-Othon. “Il est interdit d'assaillir son ennemi depuis la neuvième heure du samedi jusqu'à la première heure du lundi”, a décrété le concile d'Elne en 1027. En dépit de cet interdit, en ce dimanche 27 juillet 1214, Otton IV du Saint-Empire, empereur du Saint-Empire romain germanique attaque. Combat violent, acharné, intense. Philippe II de France, qui veut une victoire absolue s'engage lui-même dans la mêlée au risque d'être pris, blessé, tué peut-être. Sa fougue redouble l'ardeur de ses hommes.

 

 

En trois heures, tout est joué. La victoire est sans appel. Dans les rangs des chevaliers français, seuls dix sont morts. Le rex christiannissimus, le roi très chrétien Philippe II qui vient de l'emporter à Bouvines prend le titre de Augustus, Philippe Auguste. La bataille de Bouvines eut lieu le dimanche 27 juillet 1214. Elle opposa les troupes royales françaises de Philippe Auguste, renforcées par les milices communales soutenues par Frédéric II de Hohenstaufen, rival d'Othon IV pour la couronne impériale aux troupes coalisées d'Othon IV et les comtes de Flandre, Ferrand - fils cadet du roi de Portugal - et de Boulogne, Renaud de Dammartin et le comte de Frise Guillaume Ier, dit le Velu.

 

 

Les coalisés étaient principalement financés par l'Angleterre. Pourtant, le roi d'Angleterre Jean Sans Terre était absent lors la bataille. Il avait été mis en déroute à la bataille de la Roche-aux-Moines près d'Angers le 2 juillet 1214 par le prince Louis, fils du roi de France. Selon Jean Favier, Bouvines est "l'une des batailles décisives et symboliques de l'histoire de France". Pour Philippe Contamine, "la bataille de Bouvines eut à la fois d'importantes conséquences et un grand retentissement". Othon s'enfuit et perd sa couronne ; le Saint Empire romain germanique éclate en morceaux. Ferrand de Portugal passa quinze ans en prison au Louvre. Dépossédé de la Normandie, du Maine, de l'Anjou de la Touraine et de la Bretagne depuis 1206, Jean Sans Terre cesse les hostilités contre la France, et regagne l'Angleterre.

 

 

Pour sauver sa couronne, Jean Sans Terre est contraint d'accorder à ses barons la Grande Charte (1215). Du côté français, la dynastie capétienne sort renforcée tandis que les récentes acquisitions de Philippe Auguste sur Jean Sans Terre sont consolidées. Contrairement à Jean Sans Terre, Philippe Auguste est désormais l'arbitre incontesté au-dessus de ses barons. Le retour de Philippe Auguste à Paris est triomphal; ces festivités seront exploitées par la monarchie pour en faire, non sans abus, l'une des premières manifestations de l'unité nationale.

 

 

Après Bouvines, la paix dure en France jusqu'en 1337 ; C'est la "grande paix du XIIIe siècle". Frédéric II du Saint-Empire, Frédéric II de Hohenstaufen (26 décembre 1194 à Jesi près d'Ancône - † 13 décembre 1250 à Fiorentino près de San Severo) régna sur le Saint Empire romain germanique de 1220 à 1250. Son règne fut marqué par les conflits avec la papauté et il fut excommunié deux fois. Le pape Grégoire IX alla même jusqu'à l'appeler l'Antéchrist.

 

 

 

► 1214 - 18 septembre Traité de Chinon. Les possessions anglaises du nord passent au domaine royal. Bouvines, où le 27 juillet Philippe Auguste a défait les troupes d'Otton IV du Saint-Empire et du comte Ferrand de Flandre alliées à Jean Sans Terre, permet la signature de cette paix. Le roi d'Angleterre paye 60 000 livres au roi de France et renonce à l'Anjou, au Maine, à la Touraine, au Poitou. Il garde l'Aquitaine. Un chroniqueur déclare : “Jamais depuis ne fut personne qui osa faire la guerre au roi Philippe, mais il vécut depuis en grande paix et toute la Terre fut en grande paix un grand moment”. 

 

 

Le traité de Chinon est un traité signé entre le roi de France Philippe Auguste et le roi d'Angleterre Jean sans Terre le 18 septembre 1214 à Chinon, après la défaite des coalisés le 27 juillet à Bouvines. Lors de cette bataille, Philippe Auguste brisa une terrible coalition (Angleterre, Flandre, Allemagne), et remporta une victoire décisive sur l'Empereur germanique Otton IV du Saint-Empire, allié au roi d'Angleterre Jean Sans Terre, et au comte de Flandre Ferrand. Cette victoire va entraîner l'éclatement de l'empire angevin des Plantagenêts.

 

 

Jean Sans Terre dut évacuer le territoire français et fut contraint par le pape Innocent III d'accepter le traité de Chinon qui consacrait la perte de ses possessions au nord de la Loire : le Berry et la Touraine, avec le Maine et l'Anjou retournaient dans le domaine royal, qui couvrait désormais le tiers du territoire de la France actuelle. Il dut en outre payer 60 000 livres au roi de France. Il ne conservait que l'Aquitaine.

 

 

 

► 1214 Annexion du Poitou, la Bretagne passe dans le giron français.

 

 

 

► 1215 Juin : Simon IV de Montfort et Louis le Lion prennent Montpellier, Narbonne et Toulouse. Montfort est institué comte de Toulouse par le concile du Latran IV le 11 novembre. La garde du marquisat de Provence est confiée au pape pour le comte mineur, Raymond VII de Toulouse. Raymond VII de Toulouse, Raymond VII (IX) de Saint-Gilles, (né en juillet 1197 à Beaucaire - mort le 27 septembre 1249 à Millau), comte de Toulouse, duc de Narbonne et marquis de Provence.

 

 

 

► 1215 - 15 juin La Magna Carta. Les barons anglais imposent au roi d'Angleterre Jean Sans Terre un traité appelé Magna Carta ou Grande Charte. Par ce traité, la noblesse anglaise s'assure le respect des coutumes et des droits féodaux. Le roi s'engage notamment à ne pas lever d'impôts extraordinaires sans l'accord du Grand Conseil. La Grande Charte, première limitation imposée au pouvoir monarchique, est à la base de la tradition constitutionnelle anglaise.

 

 

Magna Carta, La Grande Charte est une charte de 63 articles arrachée par le baronnage anglais au roi Jean sans Terre le 15 juin 1215 après une courte guerre civile notamment marquée par la prise de Londres, le 17 mai, par les rebelles. Les barons étaient excédés des exigences militaires et financières du roi et de ses échecs répétés en France à Bouvines et à La Roche-aux-Moines. Ce texte limite l'arbitraire royal et établit en droit l'habeas corpus qui empêche, entre autres, l'emprisonnement arbitraire.

 

 

Il garantit les droits féodaux, les libertés des villes contre l'arbitraire royal et institue le contrôle de l'impôt par le Grand Conseil du Royaume. L'archevêque de Cantorbéry, Langton défend ardemment les barons, son nom restant le premier à avoir été apposé en qualité de témoin de la Grande Charte.

 

 

 

► 1215 - 1er novembre : Ouverture du concile du Latran IV après 2 ans et demi de préparation. Ce concile du Latran IV organise la cinquième croisade, impose aux chrétiens de se confesser et de communier une fois l'an et impose le port d'un vêtement particulier aux juifs et aux musulmans et leur interdit toutes charges publiques. Il consacre aussi la suzeraineté pontificale sur la Sicile et l'Angleterre et décrète la centralisation de l'administration de la papauté dont le prestige est à son zénith. Le quatrième concile oecuménique du Latran (souvent surnommé Latran IV) est le douzième concile oecuménique de l'Église catholique. Il est tenu à Latran en 1215 sur l'initiative du pape Innocent III.

 

 

 

► 1215 Fondation de l'Ordre des Dominicains. Dominicain, l'Ordre des Prêcheurs, plus connu sous le nom d'Ordre dominicain est né sous l'impulsion de Dominique de Guzman (saint Dominique) en 1215. Cet ordre catholique appartient, comme l'ordre franciscain, à la catégorie des ordres mendiants. Suivant en partie la règle d'Augustin d'Hippone, héritée des Prémontrés, il s'est donné pour mission l'apostolat et la contemplation. Sa devise est Veritas (la vérité). Une autre de ses devises, issue des Actes des Apôtres, et reprise par Thomas d'Aquin, est "annoncer ce que nous avons contemplé".

 

 

Les dominicains ne sont pas des moines mais des religieux : ils font voeu de pauvreté, de chasteté et d'obéissance, mais non de stabilité. Ils vivent dans des couvents et non dans des abbayes. Leur vocation étant de prêcher au monde, leurs couvents sont souvent dans des grandes villes. Dominicains. Frères prêcheurs de l'ordre catholique mendiant fondé par saint Dominique en 1215. Leur mission première est l'apostolat, par la prédication et l'enseignement, et, en ces temps d'hérésie, ils participent à l'Inquisition et à la lutte contre les Cathares. Au XIIIe siècle, saint Thomas d'Aquin, frère dominicain, élabore la doctrine de l'ordre. Supprimé par la Révolution, il est rétabli en 1843 par Lacordaire.

 

 

 

► 1216 - 19 octobre Mort de Jean Sans Terre et début du règne de Henri III d'Angleterre (fin en 1272). Le prince héritier du trône de France, Louis (futur Louis VIII), débarque en Angleterre et essuie une défaite à Lincoln. Lincoln est une cité et chef-lieu du comté de Lincolnshire, en Angleterre.

 

 

 

► 1216 Henri III est couronné roi d'AngleterreHenri III d'Angleterre, Henri III ou Henri III Plantagenêt (1207 - 1272), fils aîné du roi Jean-sans-Terre et d'Isabelle d'Angoulême fut un roi d'Angleterre au règne long, agité et peu glorieux. Il faut cependant rappeler qu'à cette époque, Louis, fils de Philippe Auguste et futur Louis VIII le Lion, avait été appelé en Angleterre par les barons anglais, qui ne reconnaissaient plus l'autorité de Jean Sans Terre. Mais, comme ce dernier mourut, les Anglais se rallièrent au jeune Henri III d'Angleterre. Henri III fut donc couronné à Westminster, en 1216, par les derniers fidèles des Plantagenêt.

 

 

 

► 1216 Guerre de Succession de Champagne. La guerre de succession de Champagne est un conflit qui opposa au XIIIème siècle deux nobles champenois, partagea la noblesse champenoise et déborda sur les duchés frontaliers. En 1190, le comte de Champagne Henri II quitta son comté pour partir en croisade avec ses deux oncles Philippe Auguste et Richard Coeur de Lion (sa mère est en effet fille de Louis VII de France et d'Aliénor d'Aquitaine, donc soeur de Philippe par son père et de Richard par sa mère). Il fit jurer aux barons de Champagne de rendre hommage à son frère Thibaud au cas où il mourait pendant la croisade.

 

 

En Terre Sainte, Henri fut couronné roi de Jérusalem et pour asseoir sa légitimité, épousa la reine Isabelle, veuve de Conrad de Montferrat son second mari, mais son premier mari, duquelle elle avait été contrainte de se séparer, vivait toujours. Henri II mourut en 1197, après avoir eu trois filles, et son frère devint le comte Thibaud III de Champagne. Ce dernier mourut en 1201 sans enfant, laissant sa veuve Blanche de Navarre, enceinte d'un fils posthume, Thibaut IV.

 

 

De son côté, un noble champenois vivant en Terre Sainte, Erard de Brienne, seigneur de Ramerupt, cousin de Jean de Brienne, roi de Jérusalem, épousa en 1215 Philippine de Champagne, la troisième fille d'Henri II de Champagne. Il se mit en tête de réclamer le comté de Champagne. Erard et Philippine débarquent en France au début de l'année 1216. De passage au Puy-en-Velay, il est mis en arrestation par les agent du roi de France, mais parvient à s'échapper et se rend en Champagne.

 

 

Tout de suite, le duc de Lorraine Thiébaud Ier prit fait et cause pour lui. Blanche de Navarre assiège Noyers en avril 1216, où Erard et ses partisans se sont retranchés. Erard accepte la trêve et s'en remet à l'arbitrage du roi de France. Celui-ci ordonne en octobre d'attendre la majorité de Thibaud IV pour faire valoir ses droits. Mais la guerre reprit peu de temps après, et les barons champenois, tous plus ou moins apparentés aux Brienne, abandonnent Blanche pour se rallier à Erard.

 

 

Il fallu l'intervention du roi de France Philippe Auguste, du duc de Bourgogne Eudes III et de l'empereur Frédéric II du Saint-Empire, pour ramener la paix en Champagne. Frédéric II envahit la Lorraine, prend et incendie Nancy en 1218, fait prisonnier le duc de Lorraine, et l'oblige à retirer son soutient envers Erard de Brienne. Erard renonça à la Champagne le 2 novembre 1221 et Philipine en avril 1222. Henri II de Champagne, (° 29 juillet 1166 † 10 septembre 1197), comte de Champagne (Henri II 1181-1197) et roi de Jérusalem (1192-1197), fils d'Henri Ier, comte de Champagne et de Marie de France.

 

 

 

► 1217 Simon de Montfort, devenu comte de Toulouse est chassé de la ville par une révolte.

 

 

 

► 1217 2 - 4 août Défaite de la flotte de Louis (futur Louis VIII). Vaincu et pris par les Anglais lors de la Bataille de Sandwich (encore appelée Bataille de South-Foreland), près de Douvres, au cours de laquelle la flotte anglaise battit la flotte française, Eustache le moine, l'un des plus célèbres pirates du XIIIe siècle, eut la tête tranchée.

 

 

 

► 1217 - 1er septembre Traité de Kingston. Quelques mois plus tôt, Blanche de Castille est intervenue auprès de son beau-père pour lui demander les sommes nécessaires au Dauphin, son mari Louis VIII, auquel des barons anglais en révolte contre Jean Sans Terre ont proposé le trône d'Angleterre. Elle en est presque arrivée au chantage en lui lançant cette menace : “J'ai de beaux enfants, par la Sainte Mère de Dieu ! Je les mettrai en gage, car je trouverai bien quelqu'un qui me prêtera dessus”. Ce à quoi Philippe Auguste a répondu : “Gardez vos enfants et puisez à votre gré dans mon trésor”. Par le traité signé ce jour, Louis (futur Louis VIII), dauphin de France, fils de Philippe Auguste, renonce au trône d'Angleterre contre la somme de 10 000 marcs.

 

 

 

► 1217 - 11 septembre Traité de Lambeth mettant fin aux prétentions de Louis (futur Louis VIII) sur le trône d'Angleterre.

 

 

 

► 1217 à 1221 - Cinquième croisade, à laquelle le roi de France resta étranger. Jean de Brienne, héritier du titre de roi de Jérusalem et André II de Hongrie, menèrent contre les Sarrasins d'Égypte une expédition sans résultat. La cinquième croisade, entreprise sous le pontificat d'Honorius III (1217-1221), eut pour chefs Jean de Brienne, roi titulaire de Jérusalem, et André, roi de Hongrie. André fut rappelé dans ses États par la révolte de ses magnais; Jean de Brienne prit Damiette, qu'il fut bientôt forcé de rendre. 

 

 

Jean de Brienne, né vers 1148, décédé vers 1237, roi de Jérusalem (1210-1225), empereur latin de Constantinople (1229-1237), fils cadet d'Erard IV, comte de Brienne et d'Agnès de Nevers (fille de Guillaume III de Nevers). André II de Hongrie, roi de Hongrie (né en 1176– mort le 21 octobre 1235), de la dynastie d'Arpad. Il anima la Ve croisade en 1217. Il s'est autoproclammé roi de Galicie-Volhynie. Un de ses enfants est sainte Élisabeth de Hongrie née en 1207.

 

 

 

► 1218 - 25 juin Mort de Simon de Montfort, lors du second siège de Toulouse.

 

 

 

► 1220 Sacre de Frédéric II du Saint-Empire. Frédéric II du Saint-Empire, Frédéric II Hohenstaufen (26 décembre 1194 à Iesi près d'Ancône - † 13 décembre 1250 à Fiorentino près de Lucera) régna sur le Saint Empire romain germanique de 1220 à 1250. Son règne fut marqué par les conflits avec la papauté et il fut excommunié deux fois. Le pape Grégoire IX alla même jusqu'à l'appeler l'Antéchrist. Il fut le dernier empereur de la famille des Hohenstaufen et après sa mort, il devint légendaire, la stupor mundi (l'émerveillement du monde), au point qu'on attendait même son retour après sa mort (son personnage était alors confondu avec celui de son grand-père Frédéric Barberousse).

 

 

 

► 1220 Trouvère inconnu écrit 'Huon de Bordeaux'. Chanson de geste qui fait partie des romans carolingiens. Elle a été composée par un trouvère dont on ne connaît ni le nom ni le pays, à une époque où la veine héroïque commençait à s'épuiser, où les contes bretons s'emparaient de la faveur jusque-là réservée aux oeuvres françaises, et où les poèmes d'aventures allaient remplacer. les poèmes dits historiques ou chansons de geste.

 

 

 

► 1222 à 1282 - naissance et mort de Nichiren, fondateur de la religion bouddhisme japonais, Zennichi-maro dit Nichiren est né le 16 février 1222 dans le village de pêcheurs de Kominato, dans l'actuelle préfecture de Chiba au Japon. Ordonné moine Tendaï à l'âge de 16 ans, il prend le nom de Zesho-bo Renchô. Son voeu d'alors est de devenir la personne la plus sage du Japon. Par ses idées, il est le fondateur du bouddhisme Nichiren appellé aussi parfois école du lotus.

 

 

Dans un texte célèbre le Risho Ankuko Ron, il envoie des remontrances au gouvernement, lui demandant de supprimer si besoin par la force les nouvelles sectes bouddhistes amidistes et zen, responsables selon lui de la dégénérescence et des calamités survenus au Japon. La loi s'enseigne selon le temps et les capacités des auditeurs, et Renchô estima en cet période de Mappo (dégénérescence de la loi) qu'il fallait revenir à la vénération du sutra du lotus pour donner un enseignement valable pour les périodes modernes.

 

 

Il mit en avant la seule pratique invocatoire du titre du Sutra du lotus le Daimoku sur le modèle de l'amidisme qui repète le nom du Boudha Amida inlassablement, dans le meme temps il fit un objet de vénération le Gohonzon mandala créé sur le modèle de l'ésoterisme. Le Sutra du Lotus ou Sutra sur le Lotus Blanc du Dharma Sublime est l'un des sutras Mahayana les plus populaires et influents en Extrême-Orient ; il est le fondement des écoles bouddhistes Tiantai et Nichiren. Comme tous les textes bouddhiques, il fut écrit plusieurs siècles après la mort du Bouddha. Selon le traducteur Burton Watson, le Sutra du Lotus pourrait avoir été à l'origine écrit dans un dialecte prâkrit avant d'être plus tard traduit en sanskrit pour lui accorder une plus grande respectabilité.

 

 

 

► 1222 Proclamation de la Charte du Manden. La Charte du Manden a été conçue par la confrérie des chasseurs du Mandé (au sud de Bamako). Cette déclaration, solennellement proclamée le jour de l'intronisation de Sundjata Keïta comme empereur du Mali, à la fin de l'année 1222. Elle affirme l'opposition totale de la confrérie des chasseurs à l'esclavage qui était devenu courant en Afrique de l'ouest. L'abolition de l'esclavage fût une oeuvre maîtresse de Soudjata Keïta et de l'Empire du Mali. Cette charte peut être considérée comme la première déclaration des Droits de l'Homme.

 

 

 

► 1223 - 14 juillet Mort de Philippe Auguste à Mantes. Accablé de fièvres tenaces depuis près d'un an, le roi, âgé de quarante-trois ans, prend, parce qu'il se sent mieux, un copieux repas. Le lendemain, il est au plus mal. On lui administre les derniers sacrements. Le roi veux mourir à Paris. Il meurt sur la route, à Mantes. Pour la première fois dans l'histoire de la royauté, de grandes funérailles sont faites au roi qui vient de mourir.

 

 

Cet excellent roi avait considérablement fortifié la monarchie; il agrandit le domaine royal de sept provinces: Normandie, Maine, Anjou, Touraine, Poitou, Valois et Vermandois. Il établit en France, divisée par lui dans ce but en bailliages et prévôtés, l'administration directe par la couronne; il adoucit les moeurs violentes du temps, en instituant la trêve appelée quarantaine-le-roi, en vertu de laquelle on ne pouvait tirer vengeance d'une injure avant quarante jours écoulés; il embellit Paris, dont il bâtit les premiers remparts, bâtit l'Hôtel-Dieu et acheva Notre-Dame. Philippe Auguste fut marié trois fois: 1° avec Isabelle de Hainaut; 2° avec Ingeburge de Danemark qu'il répudia pour épouser; 3° Agnès de Méranie, ce qui le fit excommunier.

 

 

 

► 1223 Louis VIII succède à son père Philippe Auguste qui l'a eu en 1187 d'Isabelle de Hainaut. Il avait guerroyé en Angleterre contre Jean sans Terre, au profit des barons de ce pays, qui l'avaient élu pour leur roi. Mais il fut ensuite défait et rentra en France. Roi de France, il conquit sur les Anglais un certain nombre de places, et prit part à la croisade contre les Albigeois. Il fut surnommé le Lion et mourut en 1226

 

 

 

► 1223 - LOUIS VIII le Lion (1223-1226)

 

 

 

► 1223 Louis VIII le Lion. Avant d'accéder au trône, il participe à la lutte contre les Plantagenêts. Il remporte sur Jean Sans Terre une victoire à La Roche Aux Moines en 1214. Il poursuit celui-ci jusqu'en Angleterre (1216) où il se voit offrir la couronne par les barons révoltés. Vaincu à Lincoln (1217) il renonce à ses prétentions par le traité de Kingston et se retire avec une forte somme. Il succède à son père, Philippe Auguste, en 1223 et poursuit la lutte contre les Plantagenêts auxquels il enlève le Poitou et une partie de la Gascogne. Après la mort de Simon de Montfort (1218) et la renaissance du Catharisme, il reprend la croisade contre les Albigeois, il s'empare d'Avignon mais ne va pas jusqu'à Toulouse. Malade il meurt sur le chemin du retour.

 

 

 

► 1223 - 6 août Louis VIII le Lion est couronné à Reims.

 

 

 

► 1224 - 15 juillet Siège de La Rochelle par Louis VIII. Louis VIII, soutenu par Hugues de Lusignac, répond à la demande du roi Henri III d'Angleterre qui exigeait la restitution des biens Plantagenêts en envahissant le Poitou, en prenant Niort, et en assiégeant La Rochelle qu'il va prendre le 3 août.

 

 

 

►1224 Louis VIII conquiert le Poitou et le Saintonge.

 

 

 

► 1225 à 1274 - naissance et mort de Saint Thomas d'Aquin. Théologien italien est le plus connu des philosophes de l'époque médiévale. Alors qu'à la suite des croisades, l'Occident retrouve les oeuvres perdues d'Aristote qu'avaient conservées la civilisation arabe, le chrétien Thomas d'Aquin va tenter de faire la synthèse de la philosophie d'Aristote et du christianisme. Il influencera profondément la scolastique, doctrine qui dominera la philosophie occidentale jusqu'au XVII° siècle, époque où le système s'effondrera avec la naissance des sciences expérimentales.

 

 

Considéré comme l'un des principaux maîtres de la scolastique et de la théologie catholique, il a été proclamé docteur de l'Église en 1568. Il est aussi appelé "Docteur Angélique" par le clergé. Après saint Augustin (354-430) - et en filiale continuité avec la pensée de l'évêque d'Hippone - Thomas d'Aquin a réalisé au XIIIe siècle la grande synthèse de la raison et de la foi, tentant de concilier la philosophie d'Aristote et la pensée chrétienne. Pour concilier les contradictions entre la philosophie aristotélicienne et la doctrine chrétienne, il sépare les vérités de la raison de celles de la foi, définie comme une adhésion inconditionnelle à la parole de Dieu.

 

 

La philosophie doit cependant demeurer la servante de la théologie. De son nom dérivent thomisme et thomiste, qualifiant, entre autres, sa philosophie. Le thomisme est devenu la doctrine officielle de l'Église. Le thomisme est un courant philosophique faisant référence à Saint Thomas d'Aquin. Thèses philosophiques défendues par les thomistes : Dieu est acte pur ; l'homme peut saisir l'existence de Dieu à partir des choses visibles ; En philosophie de matière et de forme ; une seule forme substantielle actualise chaque corps physique ; l'individualisation d'un corps est réalisée par une matière déterminée ; les substances séparées sont dépourvues de tout principe d'individuation ; chaque créature est divisée en existence et essence ; Conception de l'homme : distinction dans les substances crées entre nature essentielle et activités de l'étant ; l'âme rationnelle est l'unique forme substantielle de l'être humain individuel. Ces thèses forment un réalisme métaphysique qui s'oppose nettement à l'idéalisme et au positivisme.

 

 

 

► 1226 - 9 septembre Louis VIII prend Avignon, et conquit le Languedoc. Avignon, assiégée depuis trois mois par les troupes du roi de France Louis VIII capitule. Le roi reçoit la soumission du Languedoc.

 

 

 

► 1226 - 8 novembre Mort de Louis VIII à Montpensier (Auvergne), son fils Louis IX (12 ans) lui succède. C'est une dysenterie aiguë qui emporte le roi en ce jour à Montpensier. Il rentre de la troisième croisade des albigeois. Les médecins, convaincus qu'une trop longue continence sexuelle est la cause du mal du roi, resté fidèle à la reine Blanche de Castille, mettent dans son lit une jeune fille. Lorsqu'au réveil il la découvre, il lui dit : “Non, ma fille, j'aime mieux mourir que de sauver ma vie par un péché mortel”. Louis IX est son successeur.

 



07/02/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres