L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le vendredi 24 août 2018

 

 

"J'ai fait tout ce que j'ai voulu faire" : à 74 ans, elle a programmé la date de sa mort

 

avatar
Brut.France Télévisions

 

 

 

Jacqueline Jencquel a 74 ans. Et elle a déjà programmé la date de sa mort

 

 

 

portrait-jacqueline-jencquel-vice-presidente-de-l-associatio_2870406.jpeg

 

 

Âgée de 74 ans, Jacqueline Jencquel souhaite décider de la date de sa mort. Elle a annoncé qu’elle mettrait fin à ses jours en Suisse, en janvier 2020. "J’ai fait tout ce que j’ai voulu faire, c’est pour ça que je vous dis que maintenant, bon, maintenant quoi ? C’est du rab'", estime-t-elle.

 

 

 

Je me suis battue pour l'IVG. Maintenant, je me bats pour ce que j'appelle l'IVV, l'interruption volontaire de vieillesse

Jacqueline Jencquel

à Brut.

 

 

Jacqueline Jencquel est catégorique : elle ne veut pas vivre dans la souffrance et la maladie. "Quand on est vieux, on n'est jamais en pleine forme. Jamais. On est plus ou moins bien, mais on a des trucs. On a ce que l’on appelle les polypathologies de la vieillesse, explique-t-elle. Moi, par exemple, j'ai trois vertèbres qui sont fracturées à cause de l'ostéoporose."

 

 

"J'ai la trouille, poursuit-elle. Parce que [si] j'ai un AVC, [si] j'ai un truc, j'atterris dans un hôpital en France, tout ce qu'on me propose, c'est la sédation profonde et terminale jusqu'à la mort. Ça veut dire que je serai là, comme un légume pendant quatre semaines jusqu'à ce que j'ai le droit de mourir ? Bah non !"

 

 

"Mes enfants souffriraient beaucoup plus de voir une maman malade"

 

A ceux qui l'accusent de ne pas penser à ses trois enfants, elle répond : "Je crois que mes enfants souffriraient beaucoup plus de voir une maman malade, dans un plumard, dont il faudrait qu’ils s’occupent, dont ils ne sauraient pas quoi faire parce qu’elle est malade, qui serait malheureuse parce qu’elle est malade."

 

 

 

Je crois que ce que je laisserai à mes enfants, au contraire, c’est l’image d’une femme libre, déterminée, qui n’a pas peur.

Jacqueline Jencquel

à Brut.

 

 

Depuis dix ans, elle milite pour que la législation française change et autorise le suicide assisté. Elle dit désormais "profiter de chaque instant""d'autant plus intense" maintenant qu'elle a choisi la date où elle souhaite mettre fin à ses jours : "Si vous ne pensez pas à la mort, alors la vie est monotone."

 



28/08/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres