L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le vendredi 20 juillet 2018

 

 

Du service d'ordre du PS au premier cercle de Macron : l'ascension express d'Alexandre Benalla, ce collaborateur de l'Elysée qui a frappé un manifestant

 

 

Cet adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron a été filmé en train de s'en prendre à un jeune homme lors d'une manifestation, le 1er mai. D'anciens collègues et un membre de la campagne d'En marche ! reviennent, pour franceinfo, sur les années avant son arrivée à l'Élysée

 

 

 

15507015.jpg

 

Alexandre Benalla accompagne Emmanuel Macron lors d'une balade à vélo, le 17 juin 2017, dans les rues du Touquet (Pas-de-Calais). (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

 

 

Il y a quelques jours, seuls les proches de l'Elysée connaissaient son nom et son visage. L'adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, est au cœur d'un scandale après des révélations par Le Monde, mercredi 18 juillet. Le journal a révélé que cet homme a été mis à pied pendant deux semaines au mois de mai pour avoir été filmé en train de frapper un jeune homme lors d'un rassemblement du 1er-Mai, à Paris. "J'ai vu monsieur Benalla saisir une femme par le cou puis l'emmener. Un jeune homme a essayé de s'interposer et a été frappé à plusieurs reprises", affirme à franceinfo Nicolas Lescaut, militant de La France insoumise, auteur d’une des vidéos. Sur les images, Alexandre Benalla, 26 ans, porte une veste noire, des gants et un casque de CRS. Il n'est pourtant pas policier.

 

 

"Un type sympa"

 

La carrure imposante, la barbe brune soignée et les cheveux plaqués en arrière, le jeune homme impose par sa stature tout autant que par sa "grande discrétion". "Il a des capacités physiques autant qu'intellectuelles. C'est un bon athlète et c'est loin d'être un idiot", décrit, pour franceinfo, Christan Werner, un ancien collègue. En 2010, il se fait remarquer par Éric Plumer, l'ancien responsable du service d'ordre (SO) national du Parti socialiste.

 

 

Il n'a que 19 ans mais impressionne déjà par "sa volonté". "Il s'était déplacé directement à Solférino avec quelques photos, il avait déjà assuré la sécurité d'acteurs, raconte l’ancien chef de 60 ans à franceinfo. Au début, j'étais un peu sceptique car beaucoup de personnes cherchent à intégrer nos services de sécurité. Vu la façon dont on avait parlé, son comportement, j'ai eu envie de le tester. Il faisait très stable psychologiquement."

 

 

En pleines primaires socialistes, Alexandre Benalla fait ses premières preuves auprès de Martine Aubry, dont il est chargé de la protection. Interrogée par l’AFP, l'ancienne première secrétaire du PS (2008-2012) assure ne pas avoir "de souvenir particulier" de son ancien agent. 

 

 

Sur le terrain, il faisait toujours ce que je disais, il rechignait parfois à certaines tâches comme la surveillance auprès des portes, car on ne voyait rien du tout, mais ce n’était pas méchant. C’est un très bon professionnel, je ne peux en dire que du bien.Éric Plumerà franceinfo

 

 

"Alexandre, je le voyais souvent, c'était pas un excité à cette époque, loin de là, reprend Philippe Bialski, membre du SO du PS pendant quarante-quatre ans. On était tous très respectueux entre nous, on sait qu'on doit bien faire. Pendant le travail, chacun a sa tâche, mais ensuite on se lâchait, on mangeait ensemble."  Yann Werner, 46 ans, ancien membre du SO du PS, se souvient d’un "type sympa, professionnellement et humainement très bien".

 

 

Je ne l'ai jamais vu s’emporter ou quoi que ce soit. Pourtant, on est sous pression en permanence, on reçoit des insultes, l'agressivité des gens. Il a parfois entendu des insultes racistes.Yann Wernerà franceinfo

 

 

À l'issue des primaires, Éric Plumer, surnommé "Jaurès" par les socialistes, garde son jeune poulain sous son aile et l'embauche pour assurer la sécurité de la campagne de François Hollande. Son travail discret et efficace attire l'œil. Le cabinet d'Arnaud Montebourg le fait venir à Bercy en 2012 pour lui proposer d’assurer la sécurité du ministre du Redressement productif. "J'étais en colère après Bercy quand j'ai appris ça. Je trouvais que c'était beaucoup trop tôt. Alexandre n'avait que 21 ans, on brûlait les étapes, raconte le chargé de sécurité d’une voix ronde. Mais bon, je ne peux pas lui en vouloir. Quand vous êtes gamin et qu'on vous fait miroiter un poste dans un ministère..."

 

 

15507535.jpg

 

 

Martine Aubry en campagne pour la primaire socialiste, accompagnée d'Alexandre Benalla (à sa gauche, à droite sur la photo), le 9 octobre 2011 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

 

 

Pendant quatre ans, les deux hommes, devenus amis, ne se parlent plus. Alexandre Benalla intègre le SPHP [le service de protection des hautes personnalités] d'Arnaud Montebourg en tant que chauffeur. "Je m'en suis séparé au bout d'une semaine après une faute professionnelle d'une première gravité : il avait provoqué un accident de voiture en ma présence et voulait prendre la fuite", assure l'ancien ministre au Monde. Une version confirmée par l'entourage d'Arnaud Montebourg à franceinfo. Christian Werner, père de Yann et ancien responsable du SO du PS, pose sur son ancien collègue un regard différent de celui de son fils. Pour lui, ce passage éphémère auprès de l'ancien ministre a été un tournant pour le jeune agent. "Chez Montebourg, il est devenu incontrôlable, il a abusé de sa position. Et je pense que c'est la même chose qui s'est passée là, il s'est senti poussé des ailes…" 

 

 

Déjà au PS, il n'était pas vraiment posé, il avait tendance à s'emporter très vite, il m'est arrivé d'intervenir pour temporiser.Christian Wernerà franceinfo

 

 

Diplômé de droit et réserviste de la gendarmerie

 

Alexandre Benalla parvient rapidement à se trouver une nouvelle occupation. Selon les informations de La Lettre A et de Maghreb Confidentiel, il intègre entre 2012 et 2015 le groupe Velours, une société de sécurité et de management des risques fondée par d'anciens policiers. Il devient même, en octobre 2015, codirigeant d'une antenne de l'entreprise à Casablanca, mais cette dernière stoppe rapidement son activité, indique Le Monde. Réserviste à la gendarmerie, il poursuit en parallèle des études de droit et obtient un master 2. La même année, il est admis à la session régionale "Jeunes" de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), comme le prouve un arrêté au Journal officiel. Une formation de cinq jours qui vise à sensibiliser les étudiants "aux problématiques de sécurité et de justice", selon la plaquette.

 

 

Un an plus tard, en avril 2016, il crée la Fédération française de la sécurité privée. Selon La Lettre A, il s'agit d'une coquille vide aux yeux des professionnels du secteur. Il fonde cette structure avec une connaissance, Vincent Crase, un officier de réserve de la gendarmerie basé dans l'Eure. Les deux hommes vont d'ailleurs tous les deux jouer un rôle dans la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron, comme le révèlent les "MacronLeaks", ces nombreux échanges de mails des membres d'En marche ! mis en ligne par des hackers anonymes sur la plateforme WikiLeaks.

 

 

 

Alexandre Benalla assure la protection d\'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, le 26 avril 2017, sur le site de l\'usine Whirlpool à Amiens (Somme).

 

Alexandre Benalla assure la protection d'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, le 26 avril 2017, sur le site de l'usine Whirlpool à Amiens (Somme). (ERIC FEFERBERG / AFP)

 

 

Le 16 novembre 2016, le fondateur d'En marche ! annonce sa volonté de conquérir l'Elysée. Trois semaines plus tard, le 5 décembre, Alexandre Benalla intègre l'équipe chargée de la sécurité du candidat en signant un CDD avec une rémunération net de 3 500 euros ("primes de précarité et frais de transport intégrés"), toujours selon les "MacronLeaks".

 

 

Il est arrivé dans la campagne, je ne sais plus trop comment. Il travaillait surtout sur la sécurisation des meetings et il était assez pro, je n'ai jamais été témoin d'un souci particulier.un membre de la campagne à franceinfo

 

 

Un Flash-Ball et des boucliers anti-émeutes

 

Les révélations de WikiLeaks montrent tout de même une curieuse demande de la part d'Alexandre Benalla concernant de l'achat de matériel avec, notamment, deux pistolets GC27 luxe, cinq boucliers anti-émeutes et un Flash-Ball. "Je n'ai jamais entendu dire que les partis politiques avaient des vigiles armés. Je trouve même ça dangereux", réagit alors dans un mail Cédric O, trésorier de la campagne. "J'ai trouvé ça totalement inhabituel et, au final, on a bloqué la commande", ajoute un responsable de la campagne, à franceinfo.

 

 

Plus troublant que cette commande d'armes, le responsable de la sécurité a, à plusieurs reprises, joué les gros bras au cours de la campagne. Lors d'un meeting du candidat à Caen en mars 2017, des témoins affirment au Monde qu'Alexandre Benalla a soulevé un photographe local qui s’était approché un peu trop près du candidat Macron. Interrogé par Buzzfeed, un militant communiste accuse aussi le gendarme réserviste de l'avoir frappé lors d'un autre meeting : "Alexandre Benalla m'a donné un coup sur la tête et une béquille. (...) Il n'y avait rien qui justifiait cela, je n'étais pas violent." En 2017, l'homme est filmé en train de violenter un journaliste de Public Sénat lors d'un meeting. "Il avait arraché l'accréditation d'un journaliste de la rédaction avant de l'évacuer d'un meeting d'Emmanuel Macron", raconte Public Sénat.

 

 

 

En ski ou à vélo, il suit Macron 

 

 

Au cours de la campagne, le chargé de la sécurité du candidat se montre aussi ingénieux. Il imagine un dispositif de secours sur la scène du grand meeting d'Emmanuel Macron, en avril à Bercy, en raison de la menace terroriste, indique Le Midi libre. "Une trappe avait été sciée. En cas de tir, le pupitre devait basculer et Emmanuel Macron se retrouver dans la partie creuse de la scène où avait été placés un kit de secours et un gilet pare-balles", raconte au quotidien Ludovic Chaker, coordinateur des opérations de campagne.

 

 

Après son accession à l'Elysée, Emmanuel Macron confie un rôle de "chargé de mission" au jeune homme. Alexandre Benalla accompagne le chef de l'Etat sur des déplacements publics, mais aussi lors d'escapades privées, comme une balade à vélo lors d'un week-end au Touquet (Pas-de-Calais) ou juste après Noël pour des vacances au ski à La Mongie (Hautes-Pyrénées), détaille L'Express.

 

 

DieJv0_W4AAL7R3.jpg

 

 

 

Après les deux semaines de sanction liées aux coups portés lors du 1er-Mai, il continue de jouer un rôle de premier plan. Il est présent sur plusieurs événements importants, comme lors de l'entrée au Panthéon de Simone Veil ou lors du retour des Bleus en France après leur victoire en Coupe du monde, lundi dernier. Des photos le montrent ainsi à bord du bus de l'équipe de France. 

 

En attendant les explications de l'Elysée, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a saisi l'Inspection générale de la police nationale. Elle devra notamment se pencher sur les règles encadrant la présence "d'observateurs" au sein des forces de l'ordre.

 



20/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres