L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le mercredi 10 avril 2019

 

 

"On se dit qu'on a raté sa vie" : le difficile retour des "Tanguy" chez leurs parents après 40 ans

 

 

avatar
Guillemette JeannotFrance Télévisions

 

 

 

Le célèbre personnage d'Etienne Chatiliez revient au cinéma (et chez ses parents). Mais la réalité des quadras qui doivent vivre chez leurs parents est moins drôle que la fiction

 

 

17343783.jpg

 

Il est difficile de déterminer le nombre de personnes de plus de 40 ans qui retournent vivre chez leurs parents en raison de la honte qu'ils ressentent. (AWA SANE / FRANCE INFO)

 

 

 

"On ne veut pas que tu nous amuses, on veut que tu dégages !" lâchait, excédé, André Dussollier à son fils Tanguy, dans le film éponyme d'Etienne Chatiliez, sorti en 2001. Tanguy, le personnage principal du long-métrage, est même devenu l'illustration d'un phénomène social touchant les jeunes adultes qui tardent à quitter le cocon familial.

 

 

Mais seize ans plus tard, le fiston encombrant revient, à 44 ans, chez papa et maman avec sa fille dans une suite appelée Tanguy le retour, en salles mercredi 10 avril. Une situation qui peut être cocasse à l'écran mais beaucoup plus dramatique dans la réalité.

 

 

"A 46 ans je suis retourné vivre chez ma mère", souffle Paul*. Il y a cinq ans, ce papa de deux filles de 8 et 13 ans enchaîne les galères. Après une séparation compliquée et huit mois d'arrêt maladie pour dépression, il négocie son licenciement pour inaptitude. Le début d'une spirale infernale où entre loyer trop cher, pensions alimentaires et fin de droits au chômage le quadragénaire cumule les dettes. Acculé, il finit par sonner chez sa mère en octobre 2018. "J'ai même dû revendre les lits de mes filles, raconte ce père de famille. J'étais entré dans la mécanique du mec qui cumule."

 

 

Je n'avais plus le choix, c'était ça ou la rue. Paul à franceinfo

 

 

Un parcours qui ressemble à celui de Muriel. Cette femme frappe à la porte de sa mère de 81 ans en 2016. A cause d'un accident de la route, en juillet 2013, elle se retrouve lourdement handicapée. A 55 ans, déclarée invalide à 78%, Muriel ne touche pas l'allocation adulte handicapé qui est versée à partir d'un taux de handicap à 80%. Sans travail, elle perd tout et finit par être expulsée de sa maison. 

 

 

Contrainte et forcée, je suis allée vivre chez ma mère, avec mon fils et ma fille qui avaient 23 et 15 ans à l'époque. Muriel à franceinfo

 

 

Difficile de connaître le nombre exact de quadragénaires et plus qui sont retournés vivre chez leurs parents tant cette situation est souvent cachée parce que mal vécue. En janvier 2018, l'Insee notait que 2% des plus de 30 ans cohabitaient avec leurs parents. D'après une autre étude de 2014, réalisée par l'Institut national d'études démographiques (Ined), 4,4% des hommes de 40 ans cohabiteraient avec leurs parents, selon Le Monde. Côté femmes, elles seraient 2,4% à partager le nid familial à 40 ans.

 

 

 

"Je ne sais pas où je serais sans mes parents"

Des retours subis qui ont souvent la même origine : la crise économique "avec des loyers qui augmentent et des salaires qui ne suivent pas", grince Laurent. A 43 ans, après avoir travaillé dix ans à l'étranger, ce réceptionniste en hôtellerie est revenu  en France en 2017. Il se voit alors proposer des salaires inférieurs à ce qu'il gagnait avant de partir. 

 

 

Soit j'optais pour une totale indépendance mais avec des fins de mois dans le rouge et pas grand chose pour vivre le reste du temps. Soit je revenais chez mes parents.Laurent à franceinfo

 

 

Des difficultés économiques aggravées par les accidents de la vie. Comme des soucis de santé pour Sophie, 46 ans, qui cumulait deux emplois jusqu'à ce qu'elle soit licenciée en juin 2018. "Je ne pouvais plus payer mon loyer avec deux enfants à charge, raconte l'ancienne animatrice et agent d'entretien municipal. Mes parents m'ont proposé de venir chez eux. Je ne sais pas où je serais s'ils n'étaient pas là."

 

 

Pour le sociologue Louis Chauvel, ces cohabitations forcées sont le symptôme "d'une société qui ne va pas très bien". "C'est un élément de lecture d'une crise sociale et économique mais également du logement et de la famille, juge ce professeur à l'université du Luxembourg. C'est aussi un échec de la société car les gens ne peuvent pas être autonomes."

 

 

 

"Je fais l'effort de manger avec eux"

Une perte d'autonomie d'autant plus difficile qu'il faut réinventer un quotidien avec deux générations sous le même toit, chacune ayant goûté à l'indépendance, comme l'a constaté Laurent quand il a retrouvé la chambre de son petit frère.

 

 

Je dors au milieu des meubles de ma grand-mère. Le papier n'a pas changé depuis mon enfance. Laurent à franceinfo

 

 

Même inconfort pour Muriel. Lors de son retour au domicile parental, elle a dû dormir plus d'un an et demi sur le canapé du salon attendant que sa mère ait fini de regarder la télévision pour déplier le canapé. "Mais depuis que mon fils est parti dans son studio au bout de la rue, j'ai récupéré sa chambre et je dors enfin dans un vrai lit", sourit la mère de famille. Sophie, elle, a eu plus de chance. Elle a pu s'aménager un petit appartement avec une cuisine et deux chambres au premier étage de la grande maison de ses parents.

 

 

Chacun s'est adapté au rythme parental, partageant les repas comme avant. "Même si parfois je n'ai pas faim, je fais l'effort de manger avec eux", confesse Laurent qui s'est "refait une place dans le cocon familial". Ce retour est même salutaire pour Paul, qui dort actuellement dans la chambre d'amis.

 

 

Auprès de ma mère j'ai repris un rythme, avec deux repas par jour. Cela me permet de me réinscrire dans une journée avec des rendez-vous fixes.Paul à franceinfo

 

 

Tous assurent ne verser aucun un loyer à leurs parents mais expliquent les aider à la hauteur de leurs moyens. Un effort apprécié par les parents, car cette bouche en plus à nourrir est une charge financière, convient Solange*, la mère de Paul. Cette retraitée de 68 ans le nourrit, le blanchit, avouant même que "laver du linge en plus cela me gonfle". "Mais il passe l'aspirateur", ajoute-t-elle en riant.

 

 

 

"Vous êtes des immigrants chez maman"

Françoise a vu de son côté ses quatre enfants repasser par la case maison lorsqu'ils ont atteint la trentaine. Tous pour des raisons différentes : déménagement, séparation, retour en France ou encore travaux. Avec conjoints et enfants, ils ont posé leurs valises quelques mois voire plus d'un an. Françoise et son mari ont passé un accord avec chacun d'eux. "La maison leur est grande ouverte mais il fallait que chacun garde son indépendance, détaille cette retraitée de 65 ans. Je ne voulais pas me mêler de l'éducation de leurs enfants, ni être un obstacle. Je restais donc en retrait le plus possible, en retour j'attendais qu'ils me disent quand cela n'allait pas."

 

 

Une philosophie qui n'est pas partagée par tous les parents à écouter Muriel qui parle même de purgatoire en évoquant sa cohabitation avec sa mère. 

 

 

Elle me fait sentir que je lui suis redevable, elle me répète sans cesse : 'Je suis chez moi je fais ce que je veux.'Muriel à franceinfo

 

 

"C'est une intrusion dans tout, elle juge, critique tout de moi et de mes enfants", soupire-t-elle. 

 

 

Des situations difficiles à supporter surtout face au regard des autres. Muriel se rappelle ainsi avec amertume la petite phrase lâchée par son frère à son fils quand ils ont débarqué chez leur mère : "Vous êtes des immigrants chez maman." Une pique qu'elle a mal vécue même si elle s'entend bien avec lui, précise-t-elle. Du coup, certains, comme Laurent, préfère cacher leur situation.

 

 

On se dit qu'à plus de 40 ans vivre chez ses parents c'est qu'on a raté sa vie, qu'on est nul.Laurent à franceinfo

 

 

Il préfère expliquer qu'il vit en co-location "car les gens se moquent et sont peut-être un peu jaloux car ils se disent : 'Il a tout son salaire, il peut donc faire tout ce qu'il veut.'"

 

 

Un constat partagé Louis Chauvel, qui estime que vivre chez ses parents quand on est adulte est un modèle inacceptable pour une partie de la société "car c'est un fait inquiétant pour le devenir de la société. Cela montre que la jeune génération a été incapable de faire durablement sa place". Mais ce spécialiste du changement par génération se veut rassurant : "Quand le phénomène s'installe, il finit par être accepté puis banalisé."

 

 

 

"C'est l'aspect financier qui me fait rester"

Chacun, à sa manière, a mis entre parenthèses sa vie sociale et sa vie sentimentale. Laurent se débrouille pour se faire inviter. Paul n'amène personne chez sa mère. Sophie n'y pense même pas et Muriel n'a tout simplement plus de vie personnelle. "Vous vous repliez et vous vivez en fonction des uns et des autres. Physiquement et moralement pour éviter les problèmes. Vous vous enfermez. Vous me voyez dire : 'Coucou, j'habite chez maman, est-ce que tu veux venir ?'", glisse-t-elle dans un rire nerveux. Pour le sociologue, ce retour des 40 ans et plus chez leurs parents fait plus de mal que de bien car "ils renoncent alors à un avenir de long terme"

 

 

Ni Solange, ni Françoise n'ont envisagé à un moment de demander à leurs enfants de partir.

 

 

Je ne peux pas le laisser à la rue. Pour lui ce n'est pas normal de vivre chez sa mère mais pour moi c'est normal d'accueillir mon enfant.Solange à franceinfo

 

 

Pour ces parents, héberger leurs enfants est une évidence. "C'est un grand bonheur d'avoir partagé un chemin de vie avec eux, décrit Francoise. Et puis nous avons pu développer une connivence avec nos petits enfants en vivant avec eux. Ce que nous n'aurions pas pu faire autrement."

 

 

Bienveillante pour son fils mais lucide, Solange reconnaît qu'"à un moment il faudra que cela se termine". Pourtant, dans son étude, l'Insee remarque que "les velléités de départ diminuent avec l’âge, à la fois peut-être par réalisme financier, mais aussi à cause de contraintes supplémentaires, telles que leur état de santé ou celui de leurs parents". Muriel est en effet devenue petit à petit "aidante" pour sa mère à la santé fragile. Même démarche du côté de Laurent qui estime apporter son aide à ses parents, d'autant plus que son père est atteint de la maladie d'Alzheimer.

 

 

Reste que leur séjour prolongé chez leurs parents est surtout lié à l'aspect économique. "Je ne sais pas ce qu'il va se passer mais je ne suis pas prête de partir de chez ma mère", confesse Muriel, dont les droits à l'allocation handicap s'arrêtent en juin. "C'est le financier qui me fait rester", confirme Laurent. Sophie, elle, ne se voit pas quitter sa mère qui est rassurée de la savoir près d'elle depuis qu'elle est veuve. Quant à Nicolas, dans trois mois l'appartement de sa mère sera vendu. "Je ne sais pas ce que je vais faire, constate-t-il. Ma solution serait de trouver une chambre ou une colocation et surtout du boulot."

 

 

* Les prénoms ont été changés à la demande des intéressés.

 



12/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres