L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le lundi 31 décembre 2018 - mis à jour le 01.01.19

 

 

Les cinq séquences à retenir des vœux d'Emmanuel Macron

 

 

 

Le président de la République a notamment formulé trois vœux à l'adresse des Français pour cette nouvelle année

 

 

 

16750471.jpg

 

Le président de la République, Emmanuel Macron, adresse ses vœux aux Français depuis l'Elysée, le 31 décembre 2018. (MICHEL EULER / AFP)

 

 

 

La forme était peu commune, le fond un peu moins. Debout dans le salon d'angle à l'Elysée, Emmanuel Macron a adressé, lundi 31 décembre, ses vœux aux Français pour l'année 2019. Le président de la République a formulé trois vœux pour cette nouvelle année : un premier vœu de "vérité", un second de "dignité" et un troisième "d'espoir". S'il a, de nouveau, dit avoir entendu la colère des Français lors de la crise des "gilets jaunes", le chef de l'Etat a aussi martelé un message de fermeté face aux violences. Emmanuel Macron a fait très peu d'annonces mais a cependant annoncé qu'il écrira aux Français "dans quelques jours", pour préciser les contours du grand débat national. Franceinfo vous résume les vœux du chef de l'Etat. 

 

 

 

Il évoque "la colère, qui venait de loin" et qui a "éclaté"

"Nous avons vécu de grands déchirements et une colère a éclaté, qui venait de loin", a d'abord analysé Emmanuel Macron, sans jamais citer le nom des "gilets jaunes". Et le chef de l'Etat de citer les différentes formes de cette colère : "Colère contre les injustices, contre le cours d'une mondialisation parfois incompréhensible, colère contre un système administratif devenu trop complexe et manquant de bienveillance, colère aussi contre des changements profonds qui interrogent notre société sur son identité et son sens". 

 

 

"Cette colère a dit une chose à mes yeux (...) : nous ne sommes pas résignés, notre pays veut bâtir un avenir meilleur(...) telle est à mes yeux la leçon de 2018", a affirmé Emmanuel Macron.

 

 

 

Il assure que"l'ordre républicain sera assuré sans complaisance"

Exprimer sa colère oui, se livrer à des violences non. Emmanuel Macron a affiché sa fermeté concernant les débordements et les heurts qui ont eu libre cours ces dernières semaines. Le président a ainsi rappelé que "nous vivons libres dans notre pays" et que "cette liberté" requiert un "ordre républicain" qui "sera assuré sans complaisance". Il a ciblé ceux qui "prennent pour prétexte de parler au nom du peuple" mais qui ne sont "que les porte-voix d'une foule haineuse" et qui 

 


"s'en prennent aux élus, aux forces de l'ordre, aux journalistes, aux juifs, aux étrangers, aux homosexuels". "C'est tout simplement la négation de la France", a-t-il lancé.

 

 

 

Il entend poursuivre les réformes 

Le président de la République n'entend pas changer de ligne. Face aux "bouleversements" qui traversent le monde, la France a "une place, un rôle à jouer, une vision à proposer". "Remettre l'homme au cœur du projet contemporain, explique Emmanuel Macron, c'est la ligne que je trace depuis le premier jour de mon mandat et que j'entends poursuivre"

 

 

 

Il proposera bientôt son projet européen

Emmanuel Macron a annoncé qu'il proposerait "dans les prochaines semaines" son "projet européen renouvelé" censé en finir avec le "sentiment d'impuissance" et "mieux protéger les peuples".

 

 

A cinq mois des élections européennes - son premier test électoral depuis son accession à l'Elysée en mai 2017 -, le chef de l'Etat a une nouvelle fois livré un plaidoyer en faveur d'une refonte de l'Europe à l'heure où "montent les partis extrémistes" et les "égoïsmes nationaux".

 

 

 

Macron demande que l'on "cesse de nous déconsidérer"

Le président a également tenu à souligner la place de la France dans le monde. "Nous vivons dans l'une des plus grandes économies du monde, nos infrastructures sont parmi les meilleurs au monde, on ne paye pas ou presque la scolarité de nos enfants, on se soigne à un coût parmi les plus faibles des pays développés (...) alors cessons de nous déconsidérer ou de faire croire que la France est un pays où les solidarités n'existent pas", a-t-il demandé, avant toutefois de nuancer : "Nous pouvons faire mieux et nous devons faire mieux".

 

 

A la fin de son discours, Emmanuel Macron a assuré qu'il était "au travail, fier de notre pays, fier de tous les Français, déterminé à mener tous les combats présents et à venir". "Je crois en nous", a-t-il conclu.

 



02/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres