L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le dimanche 20 janvier 2019

 

 

INFO FRANCEINFO. Les entreprises du CAC 40 ont fait plus de bénéfices mais ont payé moins d'impôts entre 2010 et 2017

 

 

avatar
franceinfoRadio France

 

 

 

Selon l'association Attac, la moitié des entreprises du CAC 40 ont par ailleurs déclaré une hausse des émissions de gaz à effet de serre en 2017 par rapport à 2016

 

 

 

16863191.jpg

 

Vue du quartier de La Défense, à Paris, où se situent plusieurs sièges de grandes entreprises. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

 

 

 

Entre 2010 et 2017, les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté, selon un rapport publié dimanche 20 janvier par Attac et que franceinfo vous dévoile.

 

 

Ce rapport, intitulé Les grandes entreprises françaises, un impact désastreux pour la société et la planète, pointe du doigt les entreprises françaises du CAC 40 alors que le Forum mondial de Davos commence mardi 22 janvier et à la veille d'un autre sommet organisé lundi 21 janvier par Emmanuel Macron à Versailles avec des patrons du monde entier.

 

 

 

Les dividendes versés aux actionnaires en hausse de 44%

Dans ce rapport, Attac a passé au peigne fin les rapports annuels de ces 40 entreprises françaises depuis 2010, selon trois critères : social, climatique et fiscal et le bilan est sans appel. Selon l'association, les impôts versés par les entreprises ont baissé de 6,4% en valeur absolue entre 2010 et 2017, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté de près de 10%. Quant aux dividendes versés aux actionnaires, ils sont en hausse de 44% en valeur absolue également sur la même période. En revanche, leurs effectifs en France ont baissé de 20%.

 

 

En 2017, les entreprises du CAC 40 ont déclaré un peu plus de 16 000 filiales, dont 15% dans des territoires identifiés comme des "paradis fiscaux et judiciaires", soit près de 2 500. La présence de l'État français dans le capital des entreprises "n'a malheureusement pas d'effet sur leur comportement. Non seulement les entreprises dont l'État est actionnaire donnent la priorité au versement de dividendes, mais elles sont également parmi les plus actives en matière d'évitement fiscal", peut-on lire dans ce rapport. Attac se base alors sur un exemple, celui d'Engie, dont l'État est actionnaire à hauteur de 24%. Pourtant, l'entreprise possède 2 300 filiales, dont 327 basées dans des paradis fiscaux.

 

 

Toujours selon le rapport, côté environnement : sur les 40 entreprises du CAC 40, 22 déclarent des émissions de gaz à effet de serre en hausse en 2017 par rapport à 2016 : +5%.

 

 

 

Des entreprises qui "roulent pour leurs actionnaires"

Pour répondre à ces "injustices", l'association Attac fait trois propositions. Tout d'abord, plafonner les écarts de rémunérations au sein d'une même entreprise, par exemple de 1 à 10, y compris pour les plus hauts dirigeants, afin de tirer vers le haut la rémunération du travail.

 

 

Ensuite, l'association propose de remplacer le marché carbone européen par une fiscalité carbone réellement dissuasive sur les sites industriels polluants et par des régulations publiques, qui conduisent les entreprises à désinvestir massivement des énergies fossiles.

 

 

Enfin, Attac évoque l'obligation d'un "reporting public", pays par pays, des avoirs détenus par les grandes entreprises, notamment dans les paradis fiscaux et leur taxation selon les règles de législation française, seule méthode permettant de lutter efficacement contre l'évasion fiscale, selon l'organisation.

 

 

"Ces entreprises vont encore une fois dire qu'elles font tout pour lutter contre les inégalités, le réchauffement climatique, etc", explique Dominique Plihon, porte-parole d'Attac et co-auteur de ce rapport sur les multinationales. "Les données dans notre rapport montrent très clairement que ce n'est pas du tout ce qui se passe. Les entreprises roulent en réalité pour leurs actionnaires qu'elles gavent de dividendes et ne s'intéressent pas trop à la question de la justice sociale – qui est aujourd'hui au cœur du mouvement social en France – ni à la justice fiscale", dénonce-t-il.

 

 

En France, les 40 multinationales qui composent le CAC 40 pèsent aujourd'hui plus de 1 300 milliards d'euros de chiffre d'affaires, soir l'équivalent de plus de la moitié du PIB de la France.

 



20/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres