L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le samedi 20 avril 2019

 

 

ENQUÊTE FRANCEINFO. Pourquoi "gilets jaunes" et black blocs ont fini par faire cause commune

 

 

avatar

Kocila MakdecheFrance Télévisions

 

 

 

A plusieurs reprises, "gilets jaunes" et militants de la gauche radicale ont manifesté côte à côte, donnant lieu à des affrontements d'une rare violence avec les forces de l'ordre. Mais comment ce rapprochement s'est-il opéré au fil des semaines ? 

 

 

 

19105367.jpg

 

Des manifestants cagoulés et des "gilets jaunes" sur les Champs-Elysées, le 16 mars 2019.  (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)

 

 

 

Une haie d'honneur. C'est sous les applaudissements des "gilets jaunes" que les militants du black bloc débarquent sur la place de l'Etoile, samedi 16 mars. "Ahou, ahou !", répond d'une seule voix le cortège de manifestants vêtus de noir, en référence au cri de guerre des Spartiates dans la Grèce antique. L'un d'eux se cache des objectifs des journalistes derrière un parapluie, tandis qu'un autre brandit un fumigène jaune en solidarité avec le mouvement de protestation. "Pendant longtemps, ça a été 'je t'aime, moi non plus' avec les 'gilets jaunes'", raconte à franceinfo Mathias*, un militant anarchiste parisien qui se trouvait sur les Champs-Elysées ce jour-là. "Il faut avouer qu'on ne s'attendait pas à un tel accueil."

 

 

Sebastian*, un "gilet jaune" suisse venu à Paris pour l'occasion, faisait partie de ceux qui ont applaudi le black bloc. "Dès qu'ils sont arrivés, on s'est fait gazer par la police. Mais eux, ils vont au front, ils dégagent les lacrymos", s'enthousiasme le quadragénaire. Le rassemblement tourne à la bataille rangée entre forces de l'ordre et manifestants, sans que l'on puisse réellement distinguer les militants du black bloc des "gilets jaunes".

 

 

Les façades de plusieurs commerces des Champs-Elysées en feront les frais, notamment le Fouquet's, le célèbre restaurant huppé, pillée puis incendiée. "Quand la vitrine du magasin Hugo Boss vole en éclats et que tout le monde applaudit, c'est bien la preuve qu'il y a une démocratisation de la radicalité", affirme auprès de franceinfo Anthony*, militant autonome et antifasciste francilien.

 

 

 

19105215.jpg

 

La façade incendiée de la brasserie Le Fouquet's, sur les Champs-Elysées à Paris, le 16 mars 2019.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

 

 

 

"Une menace constante"

Simple camaraderie émeutière ou véritable rapprochement politique ? Le spectre d'une "convergence des luttes" entre les "gilets jaunes" et la gauche révolutionnaire inquiète en tout cas les autorités. Trois jours après le saccage des Champs-Elysées, Christophe Castaner dénonce devant le Sénat l'"immense complaisance" des gilets jaunes vis-à-vis des "1 500 black blocs identifiés" sur "la plus belle avenue du monde". Selon le premier flic de France, il ne s'agit pas d'un "épiphénomène", mais bien d'"une menace constante, puissante et répétée".

 

 

Loin d'un groupe organisé et politiquement homogène, le mouvement "black bloc" désigne en réalité une tactique de manifestation insurrectionnelle usée par les militants de gauche anticapitaliste. Pour préserver leur anonymat, les participants se masquent le visage et s'habillent en noir. Réunis derrière des banderoles, ils forment alors un cortège éphémère qui leur permet d'affronter les forces de l'ordre. 

 

 

>> L'article à lire pour comprendre ce qu'est vraiment un black bloc

 

 

Leur présence lors des manifestations de "gilets jaunes" n'étonne pas Grégory Joron, CRS et secrétaire national du syndicat Unité SGP Police. "C'est leur technique  : s'infiltrer dans les cortèges de manifestants plus pacifistes pour semer le chaos, accuse-t-il. Ils viennent avec un gilet jaune, l'enlèvent, cassent, puis le remettent. Et ainsi de suite."

 

 

Mais ce qui change aujourd'hui, c'est que le manifestant lambda ne se désolidarise pas. Si on n'avait que des black blocs, on aurait réglé le problème depuis longtemps.Grégory Joron secrétaire national Unité SGP Police

 

 

Antifascistes, autonomes, marxistes révolutionnaires... Comment ces militants sont-ils parvenus à infiltrer les rangs des "gilets jaunes", censés être, à la base, un mouvement apolitique ? "Les antifas sont 'gilets jaunes' par essence, rétorque Sonia*, militante autonome et antifasciste, rencontrée dans un café parisien. Nous vivons tous dans des situations de précarité quotidienne et combattons les mêmes choses : une société capitaliste violente et inégalitaire, entretenue par les gouvernements. C'est logique qu'on soit là." A côté d'elle, Anthony enchaîne : "Il y a eu des appels à manifester, à organiser des blocages, des piquets de grève... C'est ce qu'on fait depuis toujours, alors évidemment qu'on y est allé." 

 

 

Isidore*, militant anarcho-communiste de l'Ouest de la France, accuse les médias de véhiculer des "fantasmes sur une supposée infiltration complotiste des black blocs, pensée en amontIl n'en est rienNous participons simplement à des manifestations que nous savons être des grands rendez-vous sociaux. Par expérience, nous savons que nous allons faire face à une répression policière importante, poursuit Isidore. Alors on vient avec quelques amis, équipés de façon à pouvoir se défendre. Une fois sur place, ces groupes s'agrègent spontanément."

 

 

 

19105343.jpg

 

 

 

Un manifestant cagoulé s'appretant à lancer une bouteille sur les forces de l'ordre, devant l'Arc de triomphe à Paris, le 16 mars 2019.  (YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)

 

 

 

 

"Il y a eu des débats dans nos cercles"

Cette participation n'allait pourtant pas de soi. Aux premières heures de la mobilisation, plusieurs militants de gauche radicale ont hésité à s'investir dans le mouvement, soupçonné d'être noyauté par des organisations d'ultra-droite, comme l'avait montré franceinfo en décembre"Il y a eu des débats dans nos cercles, se rappelle Mathias. Certains refusaient de défiler avec des gens considérés comme peu fréquentables, d'autres affirmaient qu'il fallait au contraire occuper le terrain."

 

 

Lors des premiers actes, plusieurs organisations – des cheminots, des collectifs féministes et LGBT ainsi que le Comité Adama Traoré – ont tenté timidement de mettre en place un "pôle progressiste". Au lieu de se réunir sur les Champs-Elysées, comme le reste des "gilets jaunes", le point de rendez-vous a été donné à quelques kilomètres de là, sur le parvis de la gare Saint-Lazare. 

 

 

"Ma ligne, c'était d'abord de participer de manière diffuse aux mobilisations, sans venir avec mes gros sabots de gauchistes, raconte Anthony. Mais lorsqu'on a vu des militants d'ultra-droite dans les cortèges, on les a chassés avec d'autres militants antifas. Il y a eu des affrontements et, aujourd'hui, ils ont quitté les manifs parisiennes." Pour Sonia, "ces groupes n'avaient de toute façon pas d'accroche idéologique au sein du mouvement, dès lors que certaines figures comme Eric Drouet ou Jérôme Rodrigues ont pris publiquement des positions antiracistes".

 

 

Il y a évidemment eu des agressions racistes ou antisémites, on ne peut pas le nier. Mais elles ont été surmédiatisées pour décrédibiliser le mouvement. Le gouvernement a voulu faire passer les 'gilets jaunes' pour des beaufs d'extrême-droite. Quand on est sur le terrain, on constate que ces opinions sont très minoritaires. Sonia militante autonome et antifasciste

 

 

Les relations entre les "gilets jaunes" et les militants des black blocs n'ont pourtant pas toujours été au beau fixe, les premiers accusant les seconds de donner une mauvaise image du mouvement. Certains "gilets jaunes" historiques, comme Fabrice Schlegel ont même quitté le mouvement, qu'il accuse d'être "noyauté" par "l'extrême gauche". "Les black blocs ont profité des manifestations pour mettre Paris à feu et à sang, dénonçait en mars le promoteur immobilier de Dole (Jura), auprès de franceinfo. Les casseurs ont fait perdre toute crédibilité aux jaunes."

 

 

 

Des "ennemis" devenus des "alliés"

"En qualifiant la violence politique de 'casse', le pouvoir tente de lui ôter toute finalité politique, toute légitimité", analyse Isidore, avant de concéder : "Force est de constater que ça a fonctionné au début puisque ça nous a d'abord rendu très impopulaires auprès des 'gilets jaunes'. Mais sur le terrain, ils ont appris à nous connaître au-delà de la propagande gouvernementale."

 

 

Un message signé des black blocs et adressé aux "gilets jaunes", lors du treizième samedi de manifestation à Bordeaux, illustre cette tentative de dialogue : "Chers 'gilets jaunes' qui ne souhaitez pas de nous, nous ne nous amusons pas (…) Nous faisons cela pour que nos vies et les vôtres deviennent supportables. Notre violence répond à la leur", pouvait-on lire sur la banderole.

 

 

Ces mains tendues ont fini par payer. Sur les groupes Facebook liés au mouvement, on constate une sympathie grandissante pour les black blocs. Ceux qu'on qualifiait les premières semaines de "racailles" ou d'"ennemis"sont désormais vus comme des "alliés" par beaucoup de "gilets jaunes".

 

 

 

19083169.jpg

 

 

 

"Au début, je considérais leur présence comme quelque chose de très mauvais. Je les classais en tant que casseurs, mais mon avis a évolué, explique Sebastian. J'ai vu qu'ils ne s'en prenaient pas aux petits commerçants mais uniquement aux symboles du pouvoir et du capitalisme." Même son de cloche pour Mary : "Je ne vais pas pleurer pour quelques vitrines cassées, alors que des milliers de manifestants ont été mutilés par la policeJ'ai 50 ans, mais j'imagine que le gamin qui a 20 ans, sa seule envie, c'est de prendre des pavés et de tout casser, renchérit cette "gilet jaune" originaire du Morbihan. Peut-être que si j'avais eu son âge, j'aurais fait la même chose."

 

 

Tous les "gilets jaunes" interrogés par franceinfo citent les premiers face-à-face avec la police comme un point de bascule. "Dans les manifs à Paris, j'ai vu les forces de l'ordre molester des femmes, des personnes âgées, des gens qui n'avaient rien fait. Ca m'a choqué", accuse Nicolas, un "gilet jaune" de l'Oise.

 

 

"Le 17 novembre, beaucoup d’entre eux dialoguaient naïvement avec les CRS, criaient : 'la police avec nous', se rappelle Anthony, militant antifasciste. Quand ils se sont rendu compte que la police n'était pas là pour les défendre, mais pour leur taper dessus, ils ont déchanté." Christophe, un militant de 32 ans à l'origine du site mouvement17novembre.fr abonde : "Les black blocs ont l'habitude de l'opposition frontale avec la police. Les 'gilets jaunes' pas du tout. Certains ont pété les plombs."

 

 

A Nantes, j'ai même vu des black blocs calmer des "gilets jaunes" qui cassaient, en leur expliquant que, s'ils agissaient de la sorte, ils allaient se faire arrêter. Christophe créateur du site mouvement17novembre.fr

 

 

De l'autre côté des barricades, Grégory Joron confirme cette tendance : "On constate que des gens sans antécédents judiciaires, des personnes modérées et intégrées dans la société, en viennent à dépaver les rues pour les jeter sur les forces de l'ordre. Plus ça va, plus la part de radicaux dans les cortèges va augmenter. C'est très inquiétant." 

 

 

 

"Reprendre la main sur la proposition politique"

Sur les réseaux sociaux, plusieurs messages appellent à de nouveaux épisodes insurrectionnels : le 20 avril, lors de la manifestation nationale des “gilets jaunes” à Paris, et le 1er Mai. Cet événement Facebook, intitulé "acte ultime : Paris, capitale de l'émeute" est le premier à s’adresser ouvertement aux "gilets jaunes" et aux black blocs.

 

 

Un rendez-vous attendu par certains militants de gauche révolutionnaire, comme Isidore, qui rêve d'un coup de force alliant "gilets jaunes et drapeaux noirs à Paris". Pour Mathias, "l'objectif n'est pas que l'extrême gauche récupère le mouvement, mais que le peuple reprenne la main sur la proposition politique." "Quoi qu'on en dise, les 'gilets jaunes' ont déjà rebattu les cartes du champ politique institutionnel, conclut de son côté Anthony. Et ça, c'est déjà une victoire."

 

 

* Les prénoms des personnes interrogées ont été modifiés à leur demande pour préserver leur anonymat. 

 



20/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres