L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le mardi 12 juin 2018

 

 

Intempéries : les précipitations ont été "caractéristiques des pluies tropicales", selon Météo France

 

 

En Ile-de-France, un RER a déraillé à la suite d'un glissement de terrain provoqué par les pluies

 

 

 

15227367.jpg

 

 

Le centre-ville de Sète (Hérault) sous une pluie battante, le 11 juin 2018. (MAXPPP)

 

 

En attendant "la fin des hostilités", promise par Météo France pour mercredi, la France continue de vivre au rythme des orages et des inondations avec 24 départements en alerte orange, mardi 12 juin au matin. Cette situation provoque d'importantes perturbations sur les routes, notamment en Ile-de-France où plus de 500 km de bouchons ont été recensés peu après 8 heures. Un RER a en outre déraillé à la suite d'un glissement de terrain provoqué par les pluies.

 

 

Une situation "exceptionnelle", où les précipitations observées sur l'Hexagone possèdent les "caractéristiques des pluies tropicales", estime François Jobard, prévisionniste à Météo France interrogé par franceinfo.

 

 

 

Franceinfo : Quelle est la situation ce matin ?

 

 

François Jobard : Il a beaucoup plu depuis hier soir sur un axe situé entre la Champagne, l'Ile-de-France, le sud de la Picardie, et qui s'étend jusqu'aux Pays de la Loire en passant par la Basse-Normandie. Les précipitations se sont concentrées sur cet axe, qui reste à peu près stationnaire.

 

 

Les pluies vont continuer sur ces régions qui ont recueilli énormément d'eau lors des dernières 24 heures. On a ainsi mesuré entre 40 et 90 mm de pluie entre l'Ile-de-France et la région nantaise, où les précipitations ont pour le moment cessé. On attend encore 10 à 20 mm de pluie d'ici le milieu de matinée entre le nord de l'Ile-de-France, la Mayenne et l'Orne. Il faut s'attendre à des bouchons importants sur les routes.

 

 

La pluie revient aussi sur le sud-ouest de la France, notamment dans Pyrénées-Atlantiques, les Landes, la Gironde, le Gers et le Tarn-et-Garonne. La situation est remarquable dans le Midi toulousain, où plusieurs cours d'eau sont placés en vigilance en raison du risque de crues.

 

 

 

La situation est-elle inédite ?

 

 

C'est exceptionnel, oui. Nous ne disposons pas encore des valeurs définitives, mais nous avons d'ores et déjà mesuré 78 mm de pluies en 24 heures à la station météorologique de Paris-Montsouris. C'est un record pour un mois de juin, d'autant qu'il continue à pleuvoir. Le précédent record remontait au 24 juin 1960, avec 58 mm.

 

 

On a même une situation encore plus exceptionnelle à Orly, où le record historique a été battu, tous mois confondus : le précédent était de 66 mm le 24 août 1987, et cette fois-ci, nous serons au moins à 70 mm.

 

 

On a notamment eu un gros orage hier, au cours duquel 36 mm de pluie sont tombés en une heure. C'est très rare, et plutôt caractéristique des pluies tropicales. Mais cette situation n'existe pas qu'en Ile-de-France : partout où on a pu assister ces dernières semaines à des crues-éclair, on a pu percevoir des précipitations de ce genre, durables et soutenues pendant une partie de la nuit.

 

 

 

Se dirige-t-on vers une amélioration ?

 

 

Les pluies resteront soutenues jusqu'en milieu de matinée dans le nord de l'Ile-de-France, le sud de la Picardie et la Normandie. C'est-à-dire sur un axe où les cumuls sont déjà importants.

 

 

Dans les régions du Sud-Ouest, on attend des cumuls de 30 à 50 mm en plaine, et localement vers le Pays basque vers 70 à 100 mm, ce qui devrait avoir des conséquences sur les cours d'eau, qu'il faudra surveiller.

 

 

Sur la majeure partie des régions, on aura une belle amélioration demain. Le temps devrait être quasiment sec, même si quelques averses sont à prévoir près des Pyrénées-Atlantiques et le sud des Alpes. La bonne nouvelle est pour les habitants du sud de la France, qui n'ont pas été gâtés en mai. Ils retrouveront dès demain une belle chaleur estivale.

 

 

En fait, depuis la mi-mai, la France est sous une masse d'air chaude et instable qui persiste, et qui n'a jamais été réellement balayée. Dès demain, on va retrouver des courants plus océaniques, avec une masse d'air moins humide et plus stable, et donc une situation plus classique pour la saison.

 



28/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres