L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le lundi 26 août 2019

 

 

Hong Kong : le recours aux canons à eau et au tir de semonce justifié par la violence des manifestants, selon la police

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

Pour la première fois dimanche, les policiers ont fait usage de canons à eau et ont tiré un coup de semonce à l'arme à feu

 

 

 

19923143

 

Des policiers sortent leurs armes lors d'une manifestation, à Hong Kong (Chine), le 25 août 2019. (LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP)

 

 

 

Les forces de l'ordre ont dénoncé des manifestants "extrêmement violents." La police de Hong Kong (Chine) a justifié, lundi 26 août, le recours pour la première fois à des canons à eau et au tir d'un coup de semonce à l'arme à feu la veille, après plus de deux mois de contestation prodémocratique. Les affrontements de dimanche dans la banlieue de Tsuen Wan ont été parmi les plus violents depuis le mois de juin, marquant le début du mouvement antigouvernemental dont les manifestations quasi-quotidiennes secouent Hong Kong.

 

 

A la tombée de la nuit dimanche, un groupe d'officiers de police s'est retrouvé coincé par des manifestants armés notamment de briques qui les menaçaient, a expliqué la police lundi dans un communiqué. Un policier est tombé au sol sous une pluie de coups, incitant six de ses collègues à dégainer leurs armes de poing et à "tirer un coup de semonce en l'air", a précisé la police dans le communiqué.

 

 

 

"La police appelle le public à se dissocier des manifestants violents"

C'est la première fois qu'une balle réelle est tirée depuis le début de crise, faisant craindre qu'elle ne s'envenime davantage et prenne une tournure de plus en plus violente. La police a également confirmé le recours, pour la première fois, à deux véhicules dotés de canons à eau, pour disperser les manifestants.

 

 

Quinze policiers ont été blessés au cours des affrontements de dimanche, selon la police. Des dizaines de manifestants, dont un âgé de 12 ans, ont été interpellés pour rassemblement illégal, possession d'armes et agression de la police.

 

 

"La police appelle le public à se dissocier des manifestants violents", a ajouté la police dans un communiqué, promettant "des mesures implacables" afin de traduire les auteurs de ces actes en justice. Le tir d'une balle réelle a provoqué la colère du public et enflammé les réseaux sociaux, où un porte-parole de la police était tourné en dérision pour avoir vanté le comportement "courageux et la retenue" de la police anti-émeute dimanche.

 

 

 

Franceinfo - le lundi 19 août 2019 - mis à jour le 25.08.2019

 

 

"L'été du mécontentement va se poursuivre" : à Hong Kong, Joshua Wong se bat pour la démocratie et la liberté

 

 

Une foule impressionnante a défilé dimanche, sous une pluie battante, lors d'une manifestation se voulant "pacifique", à Hong Kong. L’un des piliers du mouvement, Joshua Wong, explique sa lutte pour plus de libertés

 

 

Il était le visage du mouvement des parapluies en 2014. Joshua Wong, étudiant de 22 ans, est un jeune homme pressé et fatigué. Sorti de prison en juin 2019, il se bat désormais avec son groupe Demosisto, pour la démocratie et la liberté à Hong Kong.

 

 

Aujourd'hui, Joshua est déterminé à aller jusqu’au bout de son combat, quoi qu’il lui en coûte : "'L'été du mécontentement' va se poursuivre. En septembre, il y aura un boycott des cours à l’université, et je pense qu’il y aura des manifestations monstres le 1er octobre, le jour de la fête nationale chinoise, pour défendre notre cause pour des élections libres et la démocratie."

 

 

>> L'article à lire pour comprendre la crise qui secoue Hong Kong depuis deux mois

 

 

Dimanche 18 août, une nuée de parapluies a envahi le parc Victoria, au coeur de la ville. Des dizaines de milliers de personnes ont défilé en soutien au mouvement pro-démocratie. C'est la crise la plus grave que traverse la région semi-autonome depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des manifestations et des actions quasi quotidiennes pour demander, notamment, le suffrage universel.

 

 

 

Nous exhortons le gouvernement à retirer le projet de loi d'extradition qui existe toujours, d'arrêter la brutalité policière, et d'entendre notre cause pour des élections libres

Joshua Wong

à franceinfo

 

 

 

Selon lui, la cheffe de l’exécutif local Carrie Lam, devenue la bête noire des manifestants, devrait démissionner. Il a d'ailleurs une demande spéciale à adresser aux autorités françaises. Carrie Lam a été élevée au rang d’officier de la légion d’honneur en 2015 avant d’être nommée à son poste par Pékin : "Carrie Lam, avec sa réputation déplorable, a autorisé la police anti-émeute à réprimer le combat des gens pour leur liberté, et cela viole les principes et valeurs du gouvernement français. Il est donc temps de révoquer cette mention honorifique." Une pétition a été lancée, elle a déjà obtenu plus de 170 000 signatures.

 



26/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres