L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le mardi 16 avril 2019

 

 

Baisse d'impôt, suppression de l'ENA, référendums... Voici les mesures qu'Emmanuel Macron prévoyait d'annoncer lors de son allocution annulée

 

 

avatar
Ilan CaroFrance Télévisions

 

 

 

Franceinfo a pu prendre connaissance des principales mesures qu'Emmanuel Macron s'apprêtait à annoncer avant l'incendie de la cathédrale Notre-Dame, lundi

 

 

 

19109031.jpg

 

Emmanuel Macron, le 12 avril 2019 à Paris. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

 

 

 

Cette allocution présidentielle devait être le point d'orgue du grand débat national mis en place en janvier pour répondre à la colère des "gilets jaunes". Une intervention télévisée annulée à la dernière minute, lundi 15 avril, en raison de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

 

 

Franceinfo a pu prendre connaissance des principales mesures qui devaient être annoncées par Emmanuel Macron et que l'Elysée refuse désormais de commenter. Des annonces que le chef de l'Etat a souhaité reporter pour "respecter un temps de recueillement et avoir la responsabilité qui s’impose dans ce moment de grande émotion nationale", a précisé l'Elysée dans un communiqué.

 

 

 

Un référendum d'initiative partagée plus accessible, des RIC locaux

Emmanuel Macron ne ferme pas totalement la porte au référendum d'initiative citoyenne (RIC). Le président avait prévu, lors de son allocution, de citer cette revendication phare des "gilets jaunes". Avec un bémol de taille : ces scrutins ne pourraient être organisés que pour des sujets d'intérêts locaux.

 

 

Le chef de l'Etat devait, en outre, se dire favorable au fait de faciliter l'organisation du référendum d'initiative partagée (RIP). Ce mécanisme, qui existe déjà dans la Constitution, n'est actuellement possible qu'avec l'obtention des signatures de 185 parlementaires, et de 10% du corps électoral. Enfin, Emmanuel Macron avait prévu d'annoncer la mise en place d'une convention de 300 citoyens tirés au sort pour travailler sur le thème de la transition écologique.

 

 

 

Une baisse de l'impôt sur le revenu

Autre mesure phare qu'Emmanuel Macron avait prévu d'annoncer : un moratoire sur des hausses d'impôts, ainsi qu'une baisse de l'impôt sur le revenu. Une baisse qui serait financée par la suppression de niches fiscales, la réduction de la dépense publique, mais aussi "la nécessité de travailler davantage", selon ce qu'avait envisagé le chef de l'Etat, sans plus de précisions.

 

 

En revanche, le président n'avait pas l'intention de revenir sur la réforme de l'impôt sur la fortune, depuis rebaptisé impôt sur la fortune immobilière (IFI). Comme il s'y était déjà engagé par le passé, une évaluation de cette réforme sera engagée afin, éventuellement, de la corriger.

 

 

 

La pérennisation de la prime exceptionnelle de fin d'année

En décembre, lors du dévoilement de la première batterie de mesures pour calmer la colère des "gilets jaunes", Emmanuel Macron avait annoncé la mise en place d'une prime exceptionnelle entièrement exonérée d'impôts et de charges, versée par les employeurs sur la base du volontariat. Le chef de l'Etat avait prévu d'annoncer lundi soir sa pérennisation. Elle pourrait donc être versée chaque année.

 

 

 

Les retraites de moins de 2 000 euros à nouveau réindexées sur l'inflation

Après le recul du gouvernement sur la hausse de la CSG, Emmanuel Macron avait prévu de donner de nouveaux gages aux retraités modestes, en réindexant les pensions de retraite sur l'inflation. Dans le budget 2019, une hausse de 0,3% des pensions était prévue, bien loin du niveau de l'inflation (estimée à 1,6%). Lundi soir, Emmanuel Macron avait prévu d'annoncer la réindexation des retraites inférieures à 2 000 euros.

 

 

Autre mesure de solidarité que comptait annoncer le président : la garantie par l'Etat des pensions alimentaires des mères isolées.

 

 

 

Un moratoire sur les fermetures d'écoles et d'hôpitaux

Ce devait être l'un des engagements forts de cette allocution présidentielle. Emmanuel Macron avait prévu d'annoncer la fin des fermetures d'écoles ou d'hôpitaux d'ici à la fin du quinquennat. Par ailleurs, le chef de l'Etat avait prévu d'annoncer l'intensification du dédoublement des classes en CP et CE1 dans les zones d'éducation prioritaire. Autre grande annonce qui aurait dû être faite lundi soir : des classes de 24 élèves maximum de la grande section de maternelle au CE1.

 

 

 

La suppression de l'ENA

Emmanuel Macron avait prévu d'annoncer une refonte profonde de la haute fonction publique, avec une mesure choc : la suppression de l'Ecole nationale d'administration (ENA), dont il est lui-même issu. Il entend ainsi favoriser l'égalité des chances et le mérite.

 



16/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres