L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le lundi 24 juin 2019

 

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les Outre-mer, sans oser le demander

 

 

 

 

Que se cache-t-il derrière "les Outre-mer" ? De quels territoires s'agit-il ? Quels sont les réalités géographiques, démographiques et socio-économiques qui se trouvent derrière la carte postale ? La1ere.fr vous propose un gros plan pour mieux comprendre.  

 

 

 

 

Captureom.PNG

 

 

Géographie

Les Outre-mer, qu'on appelait autrefois les Dom-Tom, sont douze territoires répartis dans trois océans (Atlantique, Indien, Pacifique). Cliquez sur la carte interactive ci-dessus pour accéder à la fiche d'identité de chacun des territoires. Pour les territoires situés dans la Caraïbe, cliquez sur la carte agrandie ci-dessous :

 

 

 


Chômage, inégalité

Les départements et collectivités d’Outre-mer comptent environ 2,75 millions d’habitants, soit 4,1 % de la population française. Mal connus dans l’Hexagone, les Outre-mer possèdent de nombreux atouts (climat, biodiversité, culture, jeunesse) mais aussi de nombreux handicaps.

 
 
 
 
Le chômage y est globalement beaucoup plus élevé que dans l’Hexagone. Il se monte à 24% en Guadeloupe, 21,8 % en Polynésie et 22,4% à La Réunion contre 8,5 % dans l’Hexagone. Les sociétés Outre-mer sont marquées par de très fortes inégalités. Depuis 1950, les agents de la fonction d’Etat, des collectivités territoriales et de plusieurs entreprises publiques bénéficient d’une majoration de salaires pour les inciter à vivre dans ces collectivités et départements. Aujourd’hui, ces sur-rémunérations sont justifiées par le coût de la vie globalement plus élevé Outre-mer que dans l’Hexagone. Un argument qui tient difficilement alors que les bas salaires sont eux plus faibles que dans l’Hexagone. 
 
 
 

Conflits sociaux

La question de la vie chère est d’ailleurs un thème qui revient régulièrement Outre-mer et qui a entrainé des mouvements sociaux, parfois explosifs. Mouvements de protestation aux Antilles et à La Réunion en 2009, en 2017 en Guyane, en 2018 à Mayotte et à La Réunion avec les gilets jaunes très actifs dans l’île de l’océan Indien. Retrouvez ici notre grand format "2008-2018 : les Outre-mer en colère. 10 ans de colère contre la vie chère
 
 
Selon l’IEDOM (Institut d’émission des départements d’Outre-mer), les écarts de prix entre l’Outre-mer et la métropole restent très élevés. A La Réunion, les prix sont globalement plus élevés de 7,1% par rapport à l’Hexagone, de 38,5% en Polynésie et de 12,5% en Guadeloupe.
 
 
 
 

Démographie

En un peu plus d’un siècle, la population de la France d’Outre-mer a explosé. En 1900, on comptait 600 000 habitants. En 2018, les départements et collectivités d’Outre-mer abritent 2,75 millions d’habitants. Mais cette croissance démographique est très hétérogène.
 

 

 
 
Aujourd’hui, la Guyane et Mayotte, considérées comme des îlots de richesses entourées de pays pauvres, font face à des arrivées massives de migrants. Une immigration difficilement contrôlable qui provoque de nombreux problèmes sociaux. La population de ces deux départements a fortement progressé et elle est particulièrement jeune. Dans les années 50, la Guyane comptait 27.000 habitants et Mayotte, 23.000. Selon l’INSEE, la Guyane devrait être aussi peuplée que la Martinique en 2030, de même que Mayotte.
 
 
 


 
La Réunion devrait compter près d’un million d’habitants, en 2030. En revanche, les populations de la Martinique et de la Guadeloupe stagnent et sont même en diminution. Ces deux départements ainsi que la Polynésie et Saint-Pierre et Miquelon ont bien du mal à faire revenir leurs jeunes chez eux après les études dans l’Hexagone. Les retours des retraités ne compensent pas les départs des jeunes.
 
 
 
Captureom3.PNG
 
 
La Nouvelle-Calédonie bénéficie, elle, de l’immigration des jeunes de Wallis et Futuna. L’archipel a perdu un cinquième de sa population en 10 ans. On compte désormais plus de Wallisiens et Futuniens en Nouvelle-Calédonie que sur leur archipel. 

 

Urbanisaton massive

Par ailleurs, on assiste Outre-mer à un exode rural massif. Les habitants des Outre-mer se concentrent dans les grandes villes. Papeete en Polynésie attire les jeunes des îles en quête de travail. La moitié de la population de cet immense archipel de 118 îles se concentre dans cette ville. Deux tiers des habitants de la Nouvelle-Calédonie vivent dans le grand Nouméa qui attire aussi les habitants des îles Loyauté. Respectivement un Martiniquais, un Guadeloupéen et un Guyanais sur deux habitent à Fort-de-France, Pointe-à-Pitre et à Cayenne.
 
 
 
img_7496-min-1082657.jpg
 
© Martine Nollet
 
 
Cette urbanisation massive Outre-mer s’est faite de manière chaotique. L’outre-mer manque cruellement de transports en commun et la construction de logements n’a pas suivi. On trouve à Cayenne, à Mamoudzou, à Nouméa, à Papeete, de nombreux logements de fortune qui au moindre cyclone sont dévastés.
 
 

 

Histoire

La conquête des territoires qui constituent aujourd’hui l’Outre-mer français s’est faite en deux temps. De 1536 à 1664, la France s’est emparée de la Guadeloupe (1635), la Martinique (1635), la Guyane (1664), La Réunion (1638), Saint-Martin (1648), Saint-Barthélemy (1648) et Saint-Pierre et Miquelon (1536). De 1840 jusqu’au début du 20e siècle, la Polynésie (entre 1842 et 1889), la Nouvelle-Calédonie (1853), Wallis et Futuna (1887) sont devenues progressivement des territoires français.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Cette histoire a été mouvementée, parfois sanglante. Le lourd passé de l’esclavage a marqué à jamais des îles telles que la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion ainsi que le vaste département de la Guyane.En 1685, le code noir légalisait les châtiments corporels et stipulait que les enfants d’esclave naissaient esclaves. Les Indiens Caraïbes n’ont pas résisté aux maladies importées par les Européens. Le même phénomène s’est produit en Polynésie ou les populations des nombreuses îles des cinq archipels polynésiens ont été décimées. Les Polynésiens n’étaient pas immunisés contre ces nouveaux microbes venus de France ou d’ailleurs.

 

 

 

043_mc_lc15_france_mc_1342-744471.jpg

 

© MCOHEN/AFP Image d'archives du pont d'un bateau négrier, où des esclaves sont fouettés devant l'équipage (Musée d'Aquitaine, Bordeaux)

 

 

 

En Nouvelle-Calédonie, les Kanak ont vécu de manière brutale les spoliations de terres. Des clans ont été déracinés, obligés de quitter leurs lieux de vie. Certains kanak se sont même retrouvés en France dans des zoos humains lors d’expositions coloniales.

L’exploitation de ces nouveaux territoires s’est faite au bénéfice de la métropole. L’Outre-mer servait à alimenter la France en matières premières : canne à sucre, coton, tabac, café, coprah, vanille puis banane.

 

 

 

000_sapa981215067270-674425.jpg

 

© AFP Essais nucléaires en Polynésie

 

 

 

A partir de 1864, le nickel a commencé à être extrait en Nouvelle-Calédonie. Cent ans plus tard, le centre spatial guyanais a vu le jour en Guyane. La Polynésie a, de son côté, servi de centre d’expérimentation pour les essais nucléaires de 1966 à 1996 : 181 explosions nucléaires se sont déroulées dont 41 aériennes.

 

 

 

 

000_was8980823.jpg

 

© JODY AMIET / AFP

 

 

 

Statuts

À partir de 1946, la France compte quatre départements d’Outre-mer : la Guadeloupe (971), la Martinique (972), la Guyane (973) et La Réunion (974). En 2011, Mayotte est devenu le 5e département d’Outre-mer et le 101e département français. 

Depuis la révision constitutionnelle de 2003, les collectivités d‘Outre-mer bénéficient de "statuts à la carte". Terminés, les "DOM-TOM". Exemple depuis 2015, la Guyane et la Martinique ont fusionné leurs conseils régionaux et généraux. Localement, on parle désormais de la CTG, Collectivité Territoriale de la Guyane et de la CTM, Collectivité Territoriale de la Martinique. 

 

 

 

 

congres_du_21_juillet_2011_en_region_1-735151.jpg

 

 © COM La salle de délibérations de la CTG

 

 

 

La Polynésie est une collectivité d’Outre-mer qui jouit de beaucoup d’autonomie. Elle a son président, Edouard Fritch, son gouvernement, son assemblée élue tous les cinq ans, ses propres signes identitaires (drapeau, hymne).

 


La Nouvelle-Calédonie dispose d’un statut tout à fait particulier qui relève de l’article XIII de la Constitution. Cette singularité trouve son origine dans l’histoire du caillou. Les événements de 1988 opposant les indépendantistes aux loyalistes ont conduit aux accords de Matignon puis de Nouméa. Ces derniers ont introduit des innovations telles que la citoyenneté néo-calédonienne et la possibilité de prendre des lois de pays.



Wallis et Futuna, Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Martin et Saint-Bartélemy sont également des collectivités d’Outre-mer. Ces deux dernières îles ont choisi de se détacher de la Guadeloupe lors du référendum du 7 décembre 2003. Les Terres australes et antarctiques française (TAAF) ont été agrandies en 2007 avec le rattachement des îles Eparses (Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa, et Bassas da India). Ces terres non peuplées sont administrées depuis Saint-Pierre de La Réunion.


 

Environnement et biodiversité

Grâce aux Outre-mer, la France possède le deuxième domaine maritime mondial. C’est à la fois une chance au niveau économique, mais c’est aussi une lourde responsabilité.

 

 

 

picmonkey_collage_6.jpg

 

© GREGORY BOISSY / AFP L'atoll Toau dans l'archipel des Tuamotu (Polynésie)

 

 

 

Avec ses Outre-mer, la France abrite 10% des récifs coralliens (4e rang mondial avec 55 000 km2) répartis dans dix collectivités (Guadeloupe, Martinique, Mayotte, La Réunion, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Wallis-et-Futuna et les îles Éparses). Or les coraux sont particulièrement malmenés ces dernières années du fait du réchauffement climatique et des activités humaines. Une mission comme "Tara expéditions" a mis en évidence cette fragilité.

 

 

Avec la Polynésie, la France est aussi l’un des Etats qui possèdent le plus d’atolls. Or ces îles très basses sont particulièrement vulnérables à la montée du niveau des mers. En rassemblant 80 % de la biodiversité française, les Outre-mer sont un formidable atout pour le pays. Elles font de la France la seconde Zone Economique Exclusive au monde. 

 



24/06/2019
0 Poster un commentaire

A dcouvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres