L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le jeudi 25 avril 2019

 

 

Critique des médias, attaques sur Macron... On a lu "Crépuscule", le livre "censuré" de Juan Branco

 

 

avatar
Clément ParrotFrance Télévisions
 

 

 

Souvent présenté comme l'avocat des "gilets jaunes", l'ancien candidat de La France insoumise aux législatives signe un pamphlet ciblant avant tout Emmanuel Macron. Le livre, sorti fin mars, est devenu un succès d'édition en quelques semaines

 

 

 

19125591.jpg

 

Juan Branco, le 20 mars 2016, à Montpellier (Hérault). (MAXPPP)

 

 

 

"J'ai rarement vu un phénomène d'ostracisation aussi massif et marqué." Le 11 avril, sur Twitter, Juan Branco reproche aux grands médias une censure de son ouvrage Crépuscule (Au diable Vauvert, Massot Editions, 19 euros), publié le 21 mars. Cet avocat de 29 ans au CV très fourni s'est impliqué ces dernières semaines dans le mouvement des "gilets jaunes", en assurant notamment la défense d'un des leaders du mouvement, Maxime Nicolle.

 

 

Avec Crépuscule, le conseiller juridique de WikiLeaks et Julian Assange signe un virulent pamphlet, une charge en règle contre le "système", qui s'attaque notamment aux liens supposés entre Emmanuel Macron, "l'oligarchie" et les médias. "Ils ne sont pas corrompus, ils sont la corruption" : le bandeau jaune placé au pied du livre annonce la couleur.

 

 

 

Une publication dans la douleur

Denis Robert, qui a signé la préface de ce Crépuscule, revient sur la genèse du projet : "Il m'a demandé de lire le PDF. J'ai trouvé ça incroyablement fort et en même temps complètement nul. Les phrases à rallonge avec plusieurs propositions relatives, ce n'est pas mon truc. Mais il y avait une qualité : il faisait la synthèse de plein de choses que je n'avais jamais connectées." Le journaliste d'investigation, à l'origine notamment des révélations de l'affaire Clearstream, aide donc le jeune homme à trouver un éditeur, non sans mal. "Cela m'a vraiment perturbé. J'ai vu des copains dans des maisons d'édition être enthousiastes et puis, quand ça montait dans la hiérarchie, on nous disait que ce n'était pas possible. Et ça s'est répété à cinq reprises", affirme celui qui vient d'accepter de prendre la tête du Média.

 

 

 

Je pense qu'ils ne veulent pas déplaire au pouvoir. Denis Robert, journaliste à franceinfo

 

 

 

Une fois le livre sorti en librairie, Juan Branco a bien du mal à en faire parler. "Successivement, des journalistes de L'Obs, Paris Match, BFM, 'Quotidien' et 'C politique' ont voulu faire un sujet touchant à Crépuscule : tous ont annulé sur demande de leur direction", assure l'auteur. Du Figaro à LCI, en passant par France Inter, RMC, Franceinfo, Sud Radio ou encore BFMTV, plusieurs médias ont pourtant déjà donné la parole à Juan Branco, comme le détaille Libération. "Mais j'étais invité en tant qu'avocat d'Assange ! Aucune des interventions médiatiques que j'ai faites jusqu'à l'émission 'Balance ton post !' [du 19 avril] n'était à propos du livre", répond à franceinfo l'ancien candidat de La France insoumise aux dernières législatives.

 

 

 

Je comprends qu'on puisse détester le bouquin, mais à partir du moment où c'est un phénomène d'édition, on se doit d'en parler. Denis Robert à franceinfo

 

 

 

L'auteur reproche en outre aux journalistes de s'intéresser davantage au succès d'édition qu'au propos politique de son ouvrage. Il faut dire que Crépuscule a su rapidement rencontrer ses lecteurs, comme le prouve sa première place dans la catégorie "essais" du classement de Livres Hebdo. Selon son éditeur, l'ouvrage a déjà été facturé (c'est-à-dire vendu aux librairies) à près de 70 000 exemplaires. Un exploit pour un livre qui reste disponible en ligne, même si le texte a été étoffé et modifié pour la sortie en librairie.

 

 

 

L'engouement du public est donc apparu sans l'aide des médias dits "mainstream". C'est d'ailleurs la preuve, selon Juan Branco, de la véracité de sa thèse d'un contrôle de "l'oligarchie" sur la sphère médiatique : "Dès que vous êtes dans une posture critique, il y a un plafond de verre, même quand vous faites un phénomène d'édition." "Le fait que les médias n'en parlent pas donne au livre un label plus vrai que vrai", souligne Denis Robert.

 

 

 

Emmanuel Macron "placé" à la tête du pays

Que contient donc Crépuscule pour effrayer à ce point, selon son auteur, les médias comme les maisons d'édition ? Juan Branco résume la thèse de son livre en quelques mots dès les premières pages : "Emmanuel Macron a été 'placé' bien plus qu'il n'a été élu. Et la presse a agi en ce domaine avec complicité." L'avocat s'attache ensuite, au fil des 311 pages, à démontrer cette affirmation en égrenant notamment les liens qui unissent selon lui le chef de l'Etat à plusieurs grands patrons français, à commencer par Xavier Niel et Bernard Arnault, et qui seraient antérieurs aux velléités présidentielles de l'ancien banquier d'affaires.

 

 

Xaviel Niel et Emmanuel Macron sont amis de longue date. Le premier a mobilisé sa fortune et son réseau pour faire élire le second alors que celui-ci était encore un inconnu.Juan Branco dans "Crépuscule"

 

 

Juan Branco, passé par Sciences Po Paris et l'Ecole normale supérieure (ENS), a approché ces dernières années les élites parisiennes. Il raconte ainsi un déjeuner avec Xaviel Niel en janvier 2014. Le fondateur du groupe Iliad (maison mère de Free) se vante alors en fin de repas d'avoir reçu un message d'Emmanuel Macron, à l'époque secrétaire général adjoint de l'Elysée. Il le qualifie déjà de "futur président de la République". Juan Branco n'épargne pas dans cet extrait Xavier Niel qui est également, comme il le rappelle, le gendre de Bernard Arnault, patron du groupe LVMH : "La névrose de l'argent qui s'expose chez cet être aux failles marquées n'est pas partagée. Elle écrase tout rapport à l'autre."

 

 

Même s'il accuse les médias de soumission au pouvoir, Juan Branco s'appuie sur diverses révélations de presse pour démontrer sa thèse. Il convoque le magazine Capital pour évoquer les liens entre la famille Macron et celle de Bernard Arnault, qui remonteraient à avant 2014, contrairement au "storytelling" diffusé jusque-là : "Entre les Arnault et les Macron, c'est peut-être une longue amitié qui commence. Elle a démarré au lycée privé Franklin, dans le 16e arrondissement de Paris, où Brigitte fut la prof de français de Frédéric et Jean [les fils de Bernard Arnault]." Juan Branco assure avoir recoupé cette information et se plaît à rappeler à plusieurs reprises que Brigitte Macron porte des créations issues de l'empire du luxe créé par Bernard Arnault.

 

 

L'auteur détaille enfin une information sortie du livre Mimi (Grasset) concernant une rencontre organisée par Xavier Niel entre Emmanuel Macron et la fameuse "Mimi" Marchand. Selon cet ouvrage, la reine de la presse people aurait par la suite organisé de nombreuses couvertures de magazines pour mettre en valeur le couple Macron. Juan Branco estime que le livre ne raconte pas tout et que ces révélations permettent surtout de tenter de faire "sauter un intermédiaire [Mimi Marchand] pour ne pas montrer ce qu'il se joue derrière, c'est-à-dire l'appui de Lagardère à Macron". Il rappelle ainsi que le groupe Lagardère est propriétaire de Grasset, l'éditeur du livre Mimi.

 

 

 

Des médias "complices" des puissants

Juan Branco ne cesse de dénoncer un effet de système qui rendrait les journalistes complices. Il leur reproche de ne pas avoir enquêté pour dénoncer les liens unissant Emmanuel Macron et les puissants. Selon lui, cela fait le lit des complotistes. "Je tiens vraiment à ce bouquin comme à un outil anticomplotiste, explique-t-il à franceinfo. Il y a de grosses défaillances dans le système médiatique et politique en France qui font que des gens ne comprennent pas ce qu'il se passe. Et les complotistes leur donnent des explications super simplistes en créant des boucs émissaires."

 

 

Pour expliquer ces défaillances, il rappelle que quelques riches patrons détiennent la grande majorité des médias : "Aujourd'hui, dix d'entre eux [les Français les plus fortunés] possèdent en France 90% de la presse écrite." Il cite ainsi souvent Xavier Niel (Le Monde, L'Obs), Bernard Arnault (Les Echos, Le Parisien), Arnaud Lagardère (Europe 1, Le JDD, Paris Match) ou encore Patrick Drahi (Libération, L'Express, BFMTV, RMC). Sur le site Arrêt sur images, Daniel Schneidermann s'interroge sur les cibles choisies et se demande pourquoi Crépuscule semble laisser tranquilles Vincent Bolloré (patron du groupe Canal et de Cnews) et le groupe Dassault (propriétaire du Figaro), réputés bien plus interventionnistes dans leurs médias.

 

 

Juan Branco livre par ailleurs une anecdote censée démontrer la servilité des médias. En tant que fils du producteur de cinéma Paul Branco, le jeune homme a eu ses entrées dans de prestigieuses soirées parisiennes. Il raconte ainsi une soirée au Ritz présidée par Bernard Arnault et Xavier Niel. Au milieu des dorures, dans une ambiance animée par un concert privé de Will Smith, le conseiller juridique de WikiLeaks s'étonne de la présence de plusieurs membres de grandes rédactions parisiennes. "Dans la vanité de l'apparat et de l'asservissement, ils se sont rendus là, heureux d'être invités à un tel événement", commente-t-il.

 

 

 

Edouard Philippe et le recrutement de sa femme à Sciences Po

Juan Branco ne comprend toujours pas que les médias n'en parlent pas. "C'est plus gros que les affaires de Fillon, le type est Premier ministre", s'emporte-t-il. Selon lui, Edouard Philippe aurait favorisé le recrutement de sa femme, Edith Chabre, à un poste à responsabilités au sein de Sciences Po Paris. Il évoque ainsi le financement par la Ville du Havre d'une nouvelle antenne de cette grande école, alors qu'Edouard Philippe était maire. "Vous attribuez une subvention à une institution publique et votre femme se fait embaucher dedans, c'est le hasard cosmique ? Le conflit d'intérêts ce n'est que de l'apparence, selon la définition du Conseil d'Etat", détaille l'auteur à franceinfo.

 

 

Juan Branco affirme que la mairie a donné 1,5 million d'euros de subventions à Sciences Po rien que pour l'aménagement des locaux de la nouvelle antenne. Il s'appuie sur un article du site Actu.fr, dans lequel Edouard Philippe explique qu'il a dû convaincre en 2005 Richard Descoings de l'utilité d'implanter l'établissement dans sa ville, l'ancien directeur de Sciences Po semblant, au départ, circonspect. Juan Branco renvoie également au CV d'Edith Chabre, disponible sur LinkedIn, qui confirme que celle-ci a travaillé pour Sciences Po entre 2008 et 2015. Contacté par franceinfo, Matignon n'a pas encore réagi à ces accusations.

 

 

 

Gabriel Attal, l'ennemi intime

Autre "punching ball" de Juan Branco : Gabriel Attal, qui occupe de nombreuses pages de Crépuscule. Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse est devenu à 29 ans le plus jeune membre d'un gouvernement de la Ve République. Un parfait exemple de "népotisme" au sommet de l'Etat, selon l'auteur. Ce dernier revient ainsi sur l'arrivée de Gabriel Attal au cabinet de Marisol Touraine dès 2012 grâce, selon lui, à sa proximité avec la fille de l'ancienne ministre. Il ironise ensuite sur l'ascension du jeune député LREM au sein de la Macronie qui serait la conséquence, toujours selon l'auteur, de l'influence de son compagnon, un conseiller d'Emmanuel Macron. "Malgré (…) l'absence d'un quelconque fait de gloire, doté d'un charisme contestable et d'une éloquence incertaine, le jeune député est contre toute attente bombardé porte-parole du parti présidentiel en décembre 2017, par la grâce de celui-là même qui l'a fait député", tacle Juan Branco.

 

 

Le cas Attal est emblématique de ces trentenaires bourrés d'ambition autour de Macron, alors que lorsqu'on les écoute parler, c'est le vide intersidéral.Denis Robert à franceinfo

 

 

L'auteur ne s'arrête pas là et n'hésite pas à rentrer dans l'intimité familiale de Gabriel Attal, censée éclairer le parcours de cette jeune pousse de la Macronie. Pourquoi une telle acrimonie ? Selon plusieurs sources contactées par franceinfo, l'animosité entre les deux hommes remonterait au début du lycée. Juan Branco reprocherait à Gabriel Attal d'avoir tenté de le faire virer de l'Ecole alsacienne, un prestigieux établissement parisien, pour une histoire de Skyblog se livrant à des commentaires sur le physique des lycéens. Mais l'auteur de Crépuscule dément se livrer à un règlement de comptes : "C'est Gabriel qui a été traumatisé par ça (…) Il m'a menacé de procès, de me faire virer de l'école, mais moi je n'ai jamais été affecté par ça."

 

 

Je n'ai rien sur quoi me venger, il ne m'a rien fait de mal Gabriel. Je le vois juste comme quelqu'un qui représente des idées qui sont détestables pour moi.Juan Branco à franceinfo

 

 

"Il aligne les contre-vérités dans le livre", s'indigne un proche du secrétaire d'Etat qui a également fréquenté l'Ecole alsacienne. Il conteste par exemple le fait que le jeune homme ait fait ajouter une particule à son nom pour devenir Gabriel Attal de Couriss, comme affirmé dans le livre : "En fait, ses parents ont divorcé et sa mère a demandé qu'il porte son nom à côté de celui de son père. Ça arrive dans quasiment tous les divorces." De son côté, Gabriel Attal ne souhaite pas commenter cette affaire. "Il a choisi de traiter la calomnie par l'indifférence", indique son entourage à franceinfo.

 

 

 

Des accusations contestées

L'ouvrage souffre parfois d'un manque de rigueur, en ne sourçant pas toutes ses accusations, et en se permettant d'établir des liens de cause à effet douteux. "Ce n'est pas une œuvre journalistique précise, c'est vraiment un pamphlet, le livre d'une colère, défend Denis Robert. Il y a une juxtaposition de faits inquiétants et, à un moment, l'accumulation fait force."

 

 

Plusieurs passages ont d'ailleurs provoqué la colère des personnes visées. Juan Branco accuse ainsi Mediapart d'avoir été trop tendre avec le candidat Macron, en rappelant que Xavier Niel détient une petite part du capital de la Société éditrice du site d'information. Mediapart "ne s'[est] à aucun moment élevé contre lui comme il l'avait fait contre bien d'autres politiciens", affirme le livre. "Il s'agit d’un racontar, voire d'un bouteillon, autrement dit d'une fausse information", répond le site, qui précise que le propriétaire de Free "n’est pas actionnaire direct de Mediapart. Il est seulement l’un des 88 contributeurs de notre Société des Amis lors de sa création en 2008." Mais Juan Branco estime que le média ne répond pas aux accusations : "Je parle surtout de la sociologie de Mediapart qui est très proche de la sociologie macronienne (…) Niel, je n'en fais pas un facteur déterminant."

 

 

L'auteur évoque aussi une censure de Daniel Schneidermann, qui aurait refusé de dénoncer sur Arrêt sur images une censure du Monde concernant une enquête de Juan Branco sur l'affaire Uramin, en 2016. Une accusation "ridicule", selon Daniel Schneidermann, généralement très critique envers les médias : "Je m'étais estimé incapable de juger si le refus de publication par Le Monde était justifié ou non." De son côté, Juan Branco maintient que le site avait les preuves nécessaires pour publier cette information : "A mon avis, dans cette histoire, la direction du Monde s'est fait enfumer, quelqu'un a dû lui dire que WikiLeaks était de mèche avec les Russes (…) Et Schneidermann s'est rendu complice de cet enfumage…"

 

 

 

Un appel à la destitution de Macron

Le livre de Juan Branco pointe du doigt des problématiques essentielles, comme la reproduction sociale des élites françaises ou le phénomène de concentration des médias. Mais "l'avocat des 'gilets jaunes'" lance surtout un ultime avertissement à ses lecteurs. L'ouvrage se termine en appelant à une destitution d'Emmanuel Macron, seule porte de sortie de crise selon l'auteur. A défaut, Juan Branco craint de voir l'extrême droite s'installer au pouvoir dès 2022. Pour lui, "le Rassemblement national a déjà donné aux élites les gages qu'elles attendaient".

 



25/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres