L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinhfo - le samedi 17 novembre 2018

 

 

Mobilisation du 17 novembre : Champs-Elysées, autoroutes, périphériques... Quels sont les principaux axes bloqués par les "gilets jaunes" ?

 

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions
 

 

 

 

Selon le ministère de l'Intérieur, plus de 124 000 "gilets jaunes" manifestent dans plus de 2 000 rassemblements, samedi, contre la hausse des prix des carburants. Franceinfo fait le point sur les principaux points de blocage à travers le pays

 

 

 

16176839.jpg


Des "gilets jaunes" bloquent l'autoroute A57, au niveau de Toulon (Var) le 17 novembre 2018, afin de protester contre la hausse des prix des carburants.  (FRANCK BESSIERE / HANS LUCAS / AFP)

 

 

 

Une mobilisation citoyenne inédite. A la mi-journée, samedi 17 novembre, environ 124 000 "gilets jaunes" manifestaient à travers le pays, dans plus de 2 000 rassemblements pour protester contre la hausse des prix des carburants, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Depuis samedi matin, cette large mobilisation est émaillée d'incidents : le ministère a fait état d'un mort et de 47 blessés. 

 

 

>> Dernières infos, réactions... Suivez dans notre direct la mobilisation des "gilets jaunes" dans toute la France

 

 

Au total, 445 points de blocage ont été recensés sur l'ensemble des réseaux routiers français, précise BFMTV. Le groupe Vinci annonçait, vers 11h30, des difficultés sur les autoroutes A10, A11, A50, A57 A9 et A709 et des opérations escargot toujours en cours en début d'après-midi, sur l'A8, l'A709, l'A61, l'A64, l'A9, l'A89 et l'A10.

 

 

 

Les Champs-Elysées en partie bloqués

A Paris, l'avenue des Champs-Elysées était partiellement bloquée samedi, car plusieurs centaines de manifestants du mouvement des "gilets jaunes" tentaient de se rendre au palais de l'Elysée. Une dizaine de camions de police ont été installés en travers de la chaussée, alors que des groupes de "gilets jaunes" venant de l'arc de triomphe descendaient les Champs-Elysées. Une centaine de manifestants se trouvaient par ailleurs en bas de l'avenue, près de l'Elysée.

 

 

Dans le reste de l'Ile-de-France, quelque 100 véhicules se sont rassemblés sur le parking d'un centre commercial de Meaux (Seine-et-Marne), relève BFMTV. Ils prévoyaient ensuite une opération péage gratuit à Coutevroult, sur l'A4, poursuit la chaîne. 

 

 

La circulation est également interrompue entre Roissy (Val-d'Oise) et Senlis (Oise), sur l'A1, précise France Bleu Paris. Des opérations sont en cours sur l'A4 et sur l'A12, au niveau de Saint-Cyr (Yvelines), et également sur l'A115 en direction de Paris, ajoute la radio. 

 

 

 

Des opérations escargot sur les autoroutes

Selon le groupe autoroutier APRR, l'autoroute A6 était complètement coupée dans les deux sens au niveau de la barrière de péage de Villefranche-Limas (Rhône).

 

 

D'après un point de Vinci de samedi à 14h15, des opérations escargot étaient toujours en cours sur l'A8, "entre la bifurcation A7/A8 et Aix, en direction de Nice", mais aussi sur l'A709 à Montpellier (Hérault) ; sur l'A61 entre Le Palays et Lasborde (Haute-Garonne), sur l'A64 au niveau du Muret-Nord et de la barrière de Muret, du Chapitre et de Bordelongue vers Toulouse ; et enfin sur l'A9, près de Perpignan en direction de Lyon, et entre Gallargues et Nîmes (Gard). Des opérations escargot ont été également recensées sur l'A10, à Blois (Loir-et-Cher), et sur l'A89, entre la barrière d'Arveyres et Libourne Nord (Gironde).

 

 

Dans le Sud, d'autres blocages sur les autoroutes A50 et A57 entraînent également des ralentissements, précise Vinci. "Certains échangeurs ont été fermés à la circulation sur décision préfectorale, notamment sur des axes à proximité de grandes agglomérations telles que Toulouse, Toulon, Montpellier, Narbonne, Bordeaux, Biarritz et Tours", annonce encore le réseau autoroutier dans un communiqué

 

 

Les forces de l'ordre ont également dû intervenir sur l'autoroute A16 au niveau de Grande-Synthe (Pas-de-Calais), sur l'A31 en Meurthe-et-Moselle et sur l'A9, à proximité de Nîmes, a annoncé le ministère de l'Intérieur, samedi. Des perturbations sont encore en cours sur une trentaine d'autoroutes, précise Vinci (la liste complète de ces ralentissements est à consulter ici).

 

 

 

Le tunnel du Mont-Blanc toujours bloqué

Samedi à 13 heures, le tunnel du Mont-Blanc, sur l'autoroute A40, était toujours bloqué par les "gilets jaunes", a annoncé Beauvau lors d'un nouveau point de situation effectué par Christophe Castaner.

 

 

Selon le directeur général de la police nationale, Eric Morvan, "la force a dû être employée", "une trentaine de grenades lacrymogènes ont dû être tirées". L'axe routier est en cours de déblocage, a ajouté le ministère. 

 

 

 

Une vingtaine de barrages à La Réunion

Quelque vingt barrages ont été recensés sur l'île de la Réunion, selon plusieurs sources concordantes. Quinze des 24 communes de l'île sont concernées par des barrages, selon la direction régionale des routes. 

 

 

Les premiers blocages ont été installés très tôt samedi matin : le rond-point donnant accès à l'aéroport international de Saint-Marie (Nord) a été bloqué dès 4 heures du matin. Les passagers ont dû marcher deux kilomètres pour passer le barrage. Dans certains quartiers de Saint-Denis (Nord) et de Saint-Benoît (Est), entre autres, des automobilistes sont restés bloqués parfois plus d'une heure.

 

 

Un conducteur a également tiré en l'air samedi devant des "gilets jaunes". L'automobiliste a utilisé un pistolet d'alarme, à Saint-Leu (Sud-Ouest), ce qui a entraîné un "moment de panique". Il a ensuite pris la fuite, ont précisé la préfecture et la gendarmerie. L'homme "a été identifié et est actuellement recherché", a précisé le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, à Paris.

 



17/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres