L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le mercredi 31 octobre 2018

 

 

Vous pensez que votre pouvoir d'achat a baissé mais les chiffres disent le contraire ? Un économiste vous explique pourquoi

 

 

avatar
Propos recueillis parClément ParrotFrance Télévisions
 
 

 

Dans un contexte social tendu où des consommateurs dénoncent la hausse des prix des carburants, franceinfo a interrogé l'économiste Pierre Madec pour tenter de comprendre le décalage entre le sentiment des Français et les données sur le pouvoir d'achat

 

 

 

16067703.jpg

 

 En 2017, le pouvoir d'achat des Français a augmenté de 1,3%, selon l'Insee. (image d'illustration) (KLAUS OHLENSCHLAGER / PICTURE ALLIANCE)

 

 

 

Un décalage en forme de casse-tête pour Emmanuel Macron. Selon une enquête Ifop réalisée pour le JDD du dimanche 28 octobre, les Français sont 72% à considérer que leur pouvoir d'achat a baissé depuis mai 2017. Face à la forte augmentation des prix du carburant, un mouvement de protestation a même émergé, allant jusqu'à un appel à bloquer les routes le 17 novembre.

 

 

 

Pourtant, en regardant les chiffres de plus près, les choses ne sont pas si simples. Selon l'Insee, le pouvoir d'achat a augmenté de 1,3% en 2017 et, après une baisse au 1er trimestre 2018 (-0,5%), il est reparti à la hausse au deuxième trimestre (+0,7%). Pour tenter de comprendre cette divergence entre les chiffres avancés par le gouvernement et l'humeur des Français, franceinfo a interrogé Pierre Madec, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). 

 

 

 

Franceinfo : Peut-on mesurer l'impact des mesures prises par le gouvernement sur le pouvoir d'achat des Français ?

 

 

Pierre Madec : Plusieurs choses influent sur le pouvoir d'achat. Il y a les mesures mises en place par le gouvernement, à l'image de la suppression de la taxe d'habitation ou de la baisse des cotisations sociales, mais aussi d'autres évolutions, comme par exemple la situation de l'emploi. Cependant, concernant les mesures lancées par Emmanuel Macron, on constate un effet plutôt neutre sur le pouvoir d'achat en 2018. On prévoit en revanche un effet plutôt positif en 2019, avec notamment la suppression de la deuxième tranche de la taxe d'habitation et la suppression de la seconde et dernière partie des cotisations salariales d'assurance-chômage, intervenue en octobre.

 

 

Toutefois, selon les ménages, on va se retrouver avec des ressentis très différents. Par exemple, si vous êtes un citadin et que vous vous déplacez en métro, vous n'avez pas été touché par la hausse de la fiscalité écologique. A l'inverse, si vous habitez en pleine campagne, vous êtes pénalisé par l'augmentation des prix à la pompe. 

 

 

 

Quels sont les gagnants et les perdants en termes de pouvoir d'achat ?

 

 

Il y a de grands gagnants avec les ménages les plus aisés, qui ont à la fois bénéficié de la transformation de l'ISF [impôt sur la fortune] en impôt sur la fortune immobilière et de la mise en place du prélèvement forfaitaire unique [la fameuse "flat tax" qui s'applique aux revenus du capital]. Il y a d'autres gagnants, comme les ménages qui profitent de la suppression partielle de la taxe d'habitation, s'ils ne sont pas touchés par ailleurs par d'autres mesures comme la hausse de la fiscalité écologique ou l'augmentation du prix du tabac.

 

 

Mais on a aussi des ménages extrêmement perdants. D'abord les retraités, pénalisés par la hausse de la CSG, mais aussi en 2019 le quasi-gel des pensions de retraite. Il existe d'autres perdants, notamment ceux qui subissent la hausse de la fiscalité écologique ou ceux concernés par la baisse des APL [aide personnalisée au logement]. Globalement, les retraités sont perdants et les actifs plutôt gagnants, si l'on prend en compte l'exonération des cotisations sur les heures supplémentaires ou la revalorisation de la prime d'activité.

 

 

 

Comment expliquer le décalage entre les chiffres avancés par l'Insee, et mis en avant par le gouvernement, et le sentiment des Français ?

 

 

Effectivement, d'un côté, le gouvernement communique sur une hausse du pouvoir d'achat de 6 milliards en 2019, qui est en réalité plutôt de 3 milliards d'euros, et, de l'autre, les Français estiment à 80%, dans les sondages, que leur pouvoir d'achat va baisser l'an prochain. 

 

 

D'abord, il y a une question de calendrier dans l'application des mesures. Par exemple, la suppression de la taxe d'habitation, une mesure qui représente quand même 10 milliards d'euros de gains pour les ménages, met du temps à être mise en place avec une baisse en trois fois, sur trois ans, alors même qu'on en a beaucoup parlé pendant la campagne présidentielle. A l'inverse, quand vous allez faire votre plein à la pompe toutes les semaines, vous voyez immédiatement l'augmentation des prix – il faut rappeler que la hausse est également liée à celle du coût du baril de pétrole.

 

 

Ensuite, quand vous baissez les impôts, vous faites payer moins les contribuables, mais ce n'est pas perçu de la même façon que lorsque vous augmentez des prestations sociales. Quand on vous prend un euro de moins, vous n'avez pas forcément l'impression de gagner un euro. Autrement dit, l'euro qu'on ne vous prend pas, vous n'avez pas l'impression de le gagner. Le gouvernement apparaît donc doublement perdant avec ce choix d'une baisse de la fiscalité financée par des baisses de prestations sociales. Il ne parvient pas à capter l'effet positif des baisses et il subit de plein fouet l'effet négatif des Français pénalisés. 

 

 

 

Ces inégalités entre les perdants et les gagnants ne renforcent-elles pas le décalage entre l'impression des Français et les statistiques ?

 

 

C'est un peu le problème. Pour les salariés du secteur privé, vous avez une baisse d'environ 3,15 points des cotisations sociales, pour une hausse de 1,7 point de CSG, donc un gain de 1,45 point au final. En face, vous avez juste la hausse de 1,7 point de CSG pour les retraités, donc le gain pour les actifs est moins important que la hausse pour les retraités, puisque ces derniers sont moins nombreux. Vous allez avoir des actifs qui vont se dire que oui, leur pouvoir d'achat a peut-être un peu augmenté, alors qu'en face les retraités se rendent compte rapidement de leur perte de pouvoir d'achat.

 

 

 

L'économiste Philippe Herlin remet aussi en cause la hausse du pouvoir d'achat, en affirmant que l'inflation est sous-estimée par l'Insee. Les données disponibles sont-elles fiables ?

 

 

Je n'ai pas lu sa démonstration, mais j'accorde plutôt de la confiance à l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), qui a le mérite d'être objectif. Certes, c'est toujours compliqué de raisonner en moyennes, parce qu'il y a de grandes disparités dans la population, notamment entre les catégories aisées et les plus défavorisées. On peut sans doute apporter des améliorations, notamment dans le calcul des prix du logement, mais pour l'instant personne n'a réussi à faire mieux.

 



12/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres