L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le samedi 6 octobre 2018

 

 

"Désolé, on n'a pas le temps pour ça" : témoins de violences conjugales, ils ont appelé la police et n'ont pas été entendus

 

 

avatar
Louis Boy France Télévisions

 

 

 

Le gouvernement lance dimanche une campagne de télévision appelant les témoins de violences conjugales à les dénoncer et à appeler les secours. Sur Twitter, certains ont raconté comment leurs interlocuteurs avaient minimisé le problème ou ne s'étaient pas déplacés

 

 

 

15919703.jpg


Une pancarte lors d'une manifestation à Lille (Nord), le 25 novembre 2017, journée de lutte contre les violences faites aux femmes. (MAXPPP)

 

 

 

"Des gens savent que ces violences conjugales se passent, et réagir peut tout changer." La secrétaire d'Etat en charge de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a placé les témoins au centre d'une des cinq mesures de son plan contre les violences conjugales, présenté lundi 1er octobre puis défendu en ces termes à l'Assemblée nationale, le lendemain. Concrètement, il s'agit d'un clip adressé aux témoins, qui va être diffusé à partir du dimanche 7 octobre à la télévision.

 

 

Mais cette initiative n'a pas rappelé que des bons souvenirs à certains : sur Twitter, en réponse au message d'un journaliste jeudi 4 octobre, des dizaines d'internautes ont raconté les fois où ils avaient tenté d'alerter la police ou les gendarmes. Interlocuteurs méprisants, interventions inefficaces, agents introuvables : pour la plupart des témoins, l'appel n'avait servi à rien, sinon à les faire douter de l'efficacité de joindre le 17.

 

 

Parmi eux, il y a Naouel, une habitante du 20e arrondissement de Paris. Un soir, à 1 heure du matin, elle est réveillée par des cris et des coups "très violents" provenant de l'appartement du dessous. Elle appelle alors le 17, une première puis une deuxième fois, à une heure d'intervalle : "On a pris mon témoignage, on m'a dit que quelqu'un allait venir, mais personne". En bas, les cris et les coups s'arrêtent et reprennent. Lors d'un nouvel accès de violence, "la voisine a ouvert la fenêtre et crié 'Aidez-moi, il va me tuer'".

 

 

Les policiers attendent devant la porte

"J'ai culpabilisé, je me suis dit que je n'avais pas dû être claire au téléphone". Craignant qu'il se passe quelque chose de grave, elle rappelle une troisième fois, et cette fois l'accueil est différent :

 

 

Agacé, le policier me dit : 'Oui, enfin bon vous savez, entre dispute de couple et violences conjugales, hein...'Naouel à franceinfo

 

 

"J'ai dû argumenter pour lui dire que c'était sérieux", explique la jeune femme. La police finit par arriver, mais 45 minutes plus tard, à un moment où les cris ont cessé. Les agents ne sonnent pas à la porte qu'elle leur a indiquée, mais chez elle. "Ils m'ont demandé si j'étais sûre de ce que j'avais entendu, et sûre que c'était bien dans mon immeuble". Surtout, ils lui expliquent qu'ils ne vont pas sonner chez les voisins, mais "attendre un peu dans le couloir, pour voir si ça reprenait".

 

 

Elle ne sait pas combien de temps ils sont finalement restés, mais suppose qu'ils n'ont jamais parlé au couple du dessous, puisqu'à 5 heures du matin, les violences ont repris. L'oreille collée au plancher, Naouel comprend, en entendant le conjoint violent appeler les secours, que sa compagne l'a poignardé. Elle n'avait pas osé rappeler la police : "Ce qui m'est revenu à l'esprit, c'est la voix de ce policier qui me jugeait pour avoir voulu rapporter un crime". Naouel affirme n'avoir jamais eu de nouvelles de la police au sujet de ce voisin. 

 

 

"Je ne sais pas s'ils ont vu la jeune femme"

Olivier, lui, témoigne d'une rencontre avec les policiers encore plus expéditive. Un soir où il sort d'un concert avec un ami, à Béthune (Pas-de-Calais), ils entendent "les cris apeurés d'une femme et les hurlements d'un homme. Le mec la tabassait". Son ami immobilise l'agresseur, qui tente de le frapper, pendant qu'Olivier se porte au chevet de sa victime et appelle la police. La patrouille, censée arriver dans les cinq minutes, tarde, et il rappelle : "La personne au bout du fil semblait vraiment concernée et inquiète que personne ne soit venu".

 

 

Trois agents finissent par apparaître en voiture. Mais, face aux deux amis stupéfaits, l'homme sur le siège arrière lance : "Vous nous faites vraiment chier avec des conneries de ce genre ? Désolé, on n'a pas le temps pour ça". Et le véhicule repart, "sans nous laisser le temps de répondre. Je ne saurais pas dire si ils ont vu la jeune femme". Olivier et son ami finiront par la raccompagner chez elle eux-mêmes.

 

 

Une discussion "sur un ton presque badin"

Aude*, elle, a cru que les gendarmes qu'elle avait appelés avaient agi de manière efficace, jusqu'à ce qu'elle ait la version de son amie, à qui ils devaient venir en aide. Très tôt un matin, il y a plusieurs années, elle découvre, sur un groupe Facebook, des messages laissés par celle-ci : "Elle expliquait que son mari était devenu fou et très violent, qu'elle s'était enfermée dans la salle de bains avec sa fille et qu'elle entendait son fils hurler au dehors". Aude, qui vit à 300 km de là, contacte la gendarmerie locale, en Normandie. "J'ai préféré mettre le paquet, en insistant beaucoup, notamment sur le fait qu'il y avait des enfants". Elle donne aussi le nom de famille du couple. Une heure plus tard, on la rappelle. "C'était une chamaillerie, il ne faut pas s'enflammer pour rien", lui explique-t-on dans un coup de fil "très bref".

 

 

Quelques jours plus tard, son amie, que son mari a finalement laissée partir, raconte une toute autre version. "Le mari a accueilli les gendarmes avec un couteau de boucher. Il pensait que c'étaient des amis à elle", raconte Aude. Les gendarmes envoyés sur place sont, en fait, des connaissances du mari. Enfermée dans la salle de bains, sa femme n'ose pas crier et entend une discussion "sur un ton presque badin, 'on se détend, ça va aller'", témoigne Aude. 

 

 

Personne n'a ne serait-ce que pris son arme, ou vérifié si sa femme était encore vivante.Aude à franceinfo

 

 

Un comportement qui étonne un membre de la cellule communication de la gendarmerie nationale, joint par franceinfo. "Il y a plusieurs années, les process n'étaient pas les mêmes", reconnaît-il, "mais de nos jours, les gendarmes reçoivent tous une formations sur la façon d'accueillir les victimes de violences intrafamiliales". Aude, elle, ne regrette pas son appel pour autant : l'intervention a mis fin à la folie du mari. Mais elle juge que le discours de Marlène Schiappa comporte une zone d'ombre : "Il y a souvent beaucoup de témoins et peu d'actions. Quand on parle, il faut que le reste suive après".

 

 

Le problème "des moyens qu'on alloue" aux policiers

C'est aussi l'avis de Loris Guémart, le journaliste dont le témoignage en a inspiré des dizaines d'autres : "J'ai peu apprécié d'entendre" la secrétaire d'Etat, sur RTL, "mettre sur le même plan la nécessité de prévenir [la police] d'un cambriolage et d'un cas de violences conjugales. Comme journaliste de presse locale, on constate que la police est très réactive sur les cambriolages. Quand il s'agit de violences, dans mon cas, elle ne l'a pas été..." 

 

 

Lundi 1er octobre, jour de la présentation du plan du gouvernement, il entend, avec toute sa rédaction, "des coups sourds, des cris d'hommes, puis de femmes, moins nombreux". Quand la correctrice du journal a appelé le 17, "on lui a indiqué qu'il ne serait pas possible d'intervenir, parce qu'il n'y avait pas de patrouille disponible". Cette fois, ce n'était pas une question de sensibilité aux violences conjugales, estime-t-il : les policiers "font en fonction des instructions qu'on leur donne et des moyens qu'on leur alloue". Les cris ont fini par cesser, mais il ne sait pas si la femme qu'il a entendue s'en est sortie indemne. "J'ai dissuadé un de mes journalistes qui voulait y aller, parce que je fais confiance à la police", explique-t-il. "Mais je ne laisserai plus une telle chose se reproduire sans intervenir directement."

 

 

(* Le prénom a été changé à la demande de la personne)

 



12/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres