L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le mercredi 25 juillet 2018

 

 

"J'ai été la première née d'une science qui a changé le monde" : Louise Brown, le premier "bébé-éprouvette", fête ses 40 ans

 

avatar
Louise HemmerléfranceinfoFrance Télévisions

 

 

 

La naissance de Louise Brown, le 25 juillet 1978, a ouvert la voie à la procréation médicalement assistée

 

 

 

15517479.jpg

 

Louise Joy Brown, le premier bébé né d'une fécondation in vitro, pousse ses premiers cris à l'hôpital d'Oldham (Royaume-Uni), le 25 juillet 1978. (KEYSTONE / HULTON ARCHIVE)

 

 

 

Dans son livre, Louise Brown raconte son "premier vrai souvenir d'enfance" : "Ma mère me passant par dessus la barrière derrière la maison à un voisin, pour essayer de me cacher d'un journaliste qui tentait de prendre ma photo." Son nom ne vous dit peut-être rien, mais sa naissance, le 25 juillet 1978, a été scrutée par les médias du monde entier. L'infirmière qui a préparé sa mère, Lesley Brown, pour la césarienne a même dû lui installer son cathéter à la lampe torche, en pleine nuit, pour éviter de trahir l'imminence de l'accouchement, les journalistes faisant le pied de grue devant l'hôpital d'Oldham, près de Manchester (Royaume-Uni). Car à l'époque, elle est l'incarnation d'une nouveauté mondiale : elle est la première à naître grâce à une fécondation in vitro.

 

 

Aujourd'hui, Louise Brown fête ses quarante ans. Un tournant majeur dans la vie de n'importe qui, mais pour elle, cela signifie surtout des heures passées à répondre aux nombreux journalistes qui la sollicitent chaque année à l'approche de son anniversaire. "Je viens de passer quatre heures à faire des interviews non stop à des médias du Royaume-Uni, de Russie, de Brésil, d'Allemagne, etc. J'ai eu plusieurs centaines demandes d'interviews", nous écrit Louise, qui a tout de même pris un peu de temps pour répondre, par e-mail, à nos questions. Franceinfo vous raconte son destin particulier de "premier bébé-éprouvette", comme l'ont surnommée à l'époque les journaux du monde entier.

 

 

De "Frankenbaby" à "bébé miracle" 

 

Pour Louise Brown, la vie a commencé dans une boîte de Petri. En laboratoire, les médecins Robert Edwards et Patrick Steptoe mettent en contact des ovocytes de sa mère, Lesley Brown, et des spermatozoïdes de son père, John Brown. Ils transplantent ensuite les embryons fécondés dans l'utérus de la future maman. Si cette méthode de procréation médicalement assistée est devenue banale, les travaux d'Edwards et Steptoe étaient décriés à l'époque par d'éminents biologistes et médecins. "L'enfer va se déchaîner, politiquement et moralement, partout dans le monde", prédisait par exemple James Watson, le co-découvreur de la structure de l'ADN, devant un comité du Congrès américain en 1974, rappelle The Atlantic (en anglais). Le Conseil de la recherche médicale britannique refuse de financer leurs recherches, raconte aussi le Guardian (en anglais).

 

 

"Ils étaient méprisés", raconte à franceinfo Martin Johnson, un professeur des sciences de la reproduction aujourd'hui retraité, qui a réalisé son doctorat auprès de Robert Edwards dans les années 1960. "Les gens ne voyaient pas l'utilité de chercher une solution aux problèmes d'infertilité et ne se rendaient pas compte que la fertilisation in vitro pouvait le régler", poursuit-il.

 

 

Les gens avaient peur qu'ils produisent des 'Frankenbabies'. Martin Johnson, professeur à franceinfo

 

 

C'est pourtant un bébé en parfaite santé, braillant à pleins poumons, qui naît par césarienne le 25 juillet 1978. "Glorieux. Elle était potelée, pleine de tonus musculaire. [...] Elle a pris une profonde inspiration. Puis elle a crié et crié et crié. Je l'ai couchée, toute rose et furieuse, et j'ai vu aussitôt qu'elle était parfaite extérieurement", se souvient Patrick Steptoe dans son livre A Matter of Life ("Une question de vie", en français). L'accouchement historique est filmé, ce qui immortalise les accomplissements des deux médecins. Dès ses premiers instants, la vie de Louise Brown lui échappe.

 

 

Je n'ai connu que ça, donc je ne sais pas ce que c'est de ne pas être l'objet de cet intérêt. Louise Brown à franceinfo

 

 

La naissance de Louise est une délivrance pour ses parents. Cela fait près de dix ans qu'ils essayent d'avoir un enfant, mais sans succès, car les trompes de Fallope de Lesley Brown sont bouchées. Pour des milliers de personnes qui sont dans leur cas, cet accouchement réussi est un rayon d'espoir. Le nouveau-né est ainsi accueilli très positivement par les journaux britanniques, comme le montre une étude publiée en 2017 : le Manchester Evening News parle de "miracle". D'où le deuxième prénom de Louise, suggéré par Patrick Steptoe : "Joy", pour célébrer la joie qu'allait apporter cette naissance aux couples infertiles.

 

 

 

15517727.jpg

 

 

Louise Brown dans les bras du physiologue Robert Edwards (gauche) à côté du gynécologue Patrick Steptoe (droite), à l'hôpital d'Oldham le 25 juillet 1978.  (KEYSTONE / GETTY IMAGES)

 

 

La famille Brown est inondée de lettres du monde entier. Grâce aux services postaux, même celles où l'adresse est simplement "Louise Brown, bébé-éprouvette, Bristol, Angleterre", parviennent à la famille, s'amuse Louise dans son livre autobiographique. À l'époque, les missives contiennent bien son lot de reproches à l'encontre de cette nouvelle pratique, mais surtout des remerciements et des témoignages de la douleur de ne pas réussir à avoir un enfant… et même une demande en mariage d'un homme de 21 ans, alors que Louise Brown n'avait que cinq jours.

 

 

Une vie dans le giron des médias

 

L'appétence des journalistes pour le premier "bébé-éprouvette" donne aux Brown un statut de célébrité. Lorsque Lesley Brown rentre de l'hôpital après son accouchement, elle doit se barricader dans sa maison, assiégée par les journalistes qui espèrent pouvoir capturer un visage imprudent qui se rapprocherait trop de la fenêtre. La famille Brown jongle avec les requêtes de médias, enchaîne les plateaux télé, esquive les photographes... 

 

 

Avant la naissance de Louise, la famille a même signé un contrat d'exclusivité avec le Daily Mail. Moyennant une généreuse rémunération, elle promet de ne pas accorder d'interview à d'autres médias jusqu'à 400 jours après l'accouchement, et de ne pas se laisser photographier. Le journal a ensuite pu allègrement monnayer ses contenus exclusifs avec des médias étrangers. C'est l'ère du "chequebook journalism", ("journalisme chéquier" en français), une pratique controversée qui consiste à payer des sources pour des informations exclusives.

 

 

 

15517551.jpg

 

 

 Louise Brown sur les genoux de son père, John Brown, lors de sa première apparition télévisée aux Etats-Unis, en 1979. (BETTMANN / GETTY IMAGES)

 

 

L'ambassadrice de la FIV

 

Louise Brown profite également de sa notoriété une fois adulte. Pour son mariage, en septembre 2004, elle accorde une exclusivité au magazine people OK!. "L'accord nous a permis d'avoir une belle lune de miel", raisonne-t-elle, interrogée à ce sujet par franceinfo. Elle cède aussi l'exclusivité de la naissance de son fils Cameron, en décembre 2006, au Daily Mail. Avec son statut de premier "bébé-éprouvette", Louise Brown est devenue le visage de cette méthode de la fécondation in vitro.

 

 

"J'ai été la première née d'une science qui a changé le monde" Louise Brown à franceinfo

 

 

Ce rôle d'ambassadrice lui permet de voyager, de participer à des conférences dans le monde entier, de rencontrer des médecins et d'autres enfants nées par cette méthode. Lundi, elle était par exemple invitée au Musée de la science à Londres pour célébrer son anniversaire et donc celui de la fécondation in vitro, à l'occasion d'une exposition intitulée "FIV : six millions de bébés plus tard". "Je me suis rendue sur quatre continents cette année grâce à la FIV, et je suis fière de faire partie de cette communauté, explique-t-elle à franceinfo. Avec la mort de maman, de papa, de Robert Edwards et de Patrick Steptoe, je pense que c'est important de garder vivant le souvenir de ce qu'ils ont accompli."

 

 

15517647.jpg

 

Louise Brown lors d'un événement pour marquer le 40e anniversaire de la fécondation "in vitro" au Musée de la science à Londres, le 23 juillet 2018. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

 

 

Mort en 1988, Patrick Steptoe n'était plus là au moment de la remise du prix Nobel de médecine à Robert Edwards, en 2010. "Louise Brown et d'autres enfants FIV ont eux-mêmes donné naissance à des enfants ; ceci est peut-être la meilleure preuve de la sûreté et du succès du traitement de FIV", détaille le communiqué publié à l'époque. "Aujourd'hui, salue l'académie Nobel, la vision de Robert Edwards est devenue une réalité et apporte de la joie à des personnes infertiles partout à travers le monde."

 



02/08/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres