L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le lundi 9 avril 2018

 

 

Les Français veulent des conditions de détention plus sévères pour les détenus et moins de moyens pour les prisons

 

avatar
Juliette Campionfranceinfo France Télévisions

 

 

 

Une étude réalisée par l'Ifop et révélée par franceinfo lundi matin montre un net durcissement de la population vis-à-vis des conditions d'incarcération des détenus

 

 

 

14746122.jpg

 

La prison des Baumettes, à Marseille, le 6 novembre 2017.  (BORIS HORVAT / AFP)

 

 

 

Ils estiment que les détenus sont "trop bien traités" en prison en France. Une étude de la Fondation Jean-Jaurès menée en partenariat avec l'Ifop* révèle que 50% des Français jugent que les détenus bénéficient de trop bonnes conditions de détention. C'est 32 points de plus qu'un sondage CSA qui avait été réalisé pour le journal Libération en 2000. Ils sont 17% à penser que les détenus ne sont "pas assez bien traités" et 21% jugent qu'ils sont "traités comme il faut"

 

 

Cette enquête, que révèle franceinfo lundi 9 avril, montre un durcissement des Français vis-à-vis des conditions de détention des prisonniers. A un peu plus d'une semaine de la présentation de la loi de programmation sur la justice en Conseil des ministres, elle permet de dresser un état des lieux des connaissances de la population française sur le monde pénitentiaire. 

 

 

Pour une grande partie de la population, la prison est vue comme un lieu qui doit être synonyme de souffrance et de punition.Chloé Morin, directrice de l'Observatoire de l'opinion à la Fondation Jean Jaurès à franceinfo

 

 

"Une large part de l'opinion considère qu'il ne faut pas seulement que les détenus soient mis à part de la société : il faut, en plus, que leur quotidien soit dur", commente Chloé Morin qui a pilotée l'étude avec Adrien Taquet, député LREM des Hauts-de-Seine. 

 

 

La prison vue d'abord comme lieu d'enfermement 

 

Pour 49% des Français, la prison doit avant tout "priver de liberté" - ils n'étaient que 21% à partager cet avis en 2000 - alors que 45% jugent que la prison doit prioritairement préparer la réinsertion des détenus dans la société. Si ce chiffre paraît conséquent, il est bien moins élevé qu'en 2000 où ils étaient 72% à placer la réinsertion en priorité.

 

 

Dans l'imaginaire des Français, la prison doit être un lieu éloigné de l'extérieur, où la souffrance participe légitimement de la peine.Chloé Morinà franceinfo

 

 

Un chiffre de l'enquête traduit cette vision punitive de la prison : seuls 37% des Français soutiennent l'idée d'offrir un droit de visite plus large aux détenus. Ils étaient 77% en 2000 en faveur de cette mesure, soit un écart de 40 points. 

 

 

Autre évolution notable depuis le sondage CSA mené il y a dix-huit ans : si la majorité des Français attribuent l'essentiel des difficultés dans les prisons à la surpopulation (79%), ils placent "l'attitude des détenus" en seconde position, soit 41% de répondants au total, contre 24% des personnes interrogées en 2000. L'état des locaux arrivait alors en seconde position.

 

 

Si la population française est plutôt sévère à l'égard des conditions de détention, elle n'est pas moins réaliste sur la dégradation des prisons et notamment sur la surpopulation carcérale, puisque la France comptait au 1er janvier 2018, 68 974 prisonniers pour 59 765 places d'après l'Observatoire International des Prisons (OIP)

 

 

Les Français se montrent réalistes sur les conditions de détention

 

Parmi les personnes interrogées, 58% pensent que les détenus ont accès à de la drogue et 50% à un téléphone portable. Chloé Morin constate : "A chaque fois qu'il y a une polémique, où on se rend compte par exemple que de la drogue circule dans les prisons ou que des détenus se sont photographiés avec leur portable, c'est enregistré par les Français et ça participe à la création d'une image de la prison qui ne serait pas suffisamment dure". Concernant le quotidien des détenus, 66% des personnes interrogées déclarent qu'ils ne devraient pas avoir accès à un ordinateur et 79% se disent opposés à un accès internet. 

 

 

Toutefois, la grande majorité des personnes interrogées se dit consciente des difficultés engendrées par la surpopulation carcérale, que l'OIP qualifie de "mal chronique des prisons françaises". L'opinion est bien informée de l'étroitesse des cellules : 64% des Français estiment que la superficie d'une cellule individuelle en prison est de 5 à 9 m2 et 14% de moins de 5 m2. Une minorité imagine des cellules de plus de 10 m2 (10%). 

 

 

Parmi les personnes interrogées, très peu croient qu'il n'y a qu'un seul détenu par cellule (5%) : la majorité estime qu'ils sont en moyenne 2 (40%) ou 3 détenus (31%). La Cour européenne des droits de l’homme a statué dans un arrêt du 20 octobre 2016 que chaque détenu doit avoir au minimum 3 m² de surface au sol. Les conditions de détention des prisonniers s'avèrent parfois bien plus précaires, notamment dans les maisons d'arrêt, comme le note un rapport sénatorial sur "les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires en France" qui parle de "deux détenus, voire trois ou quatre, dans 9 m2"

 

 

Pas de volonté d'amélioration des conditions de vie des détenus

 

Malgré le constat largement partagé de la surpopulation carcérale, seuls 47% des Français souhaitent voir diminuer le nombre de personnes en détention provisoire, contre 64% en 2000.

 

 

Il y a un glissement évident de l'opinion en faveur des mesures sécuritaires. Et même si les experts clament que la prison n'est pas la solution à tout, les Français restent très attachés à l'enfermement.Chloé Morin à franceinfo

 

 

Sur les dépenses en faveur des détenus, la population se montre également plutôt réticente. Seules 40% des personnes interrogées (contre 68% en 2000) défendent une hausse du budget des prisons pour améliorer les conditions de vie des détenus. "La plupart des Français considèrent qu'ils font déjà énormément d'efforts financiers et ne trouvent pas légitimes d'en faire pour les détenus",  analyse Chloé Morin.

 

 

Signe, selon Chloé Morin, des "crispations sur le religieux", une majorité des sondés (53%) juge que l'intervention de représentants religieux en prison n'est pas justifiée. "Aucune religion n'est mentionnée en particulier, mais j'émets l'hypothèse que si on avait parlé d'islam, il y aurait eu encore moins de soutien de la population" pressent-elle. 

 

 

* L’enquête a été réalisée par questionnaire auto-administré en ligne, les 27 et 28 mars, auprès d’un échantillon de 1 013 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. 

 



04/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres