L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Saint-Chamond - son histoire


Naissance de Saint-Chamond

 

 

 

O

N doit sans doute à la construction de l'aqueduc approvisionnant Lyon (lugdunum à cette époque romaine), la fondation de notre agglomération. En effet, le plus important de tous, (il y eu celui du Mont-d'Or, fait probablement par Plancus, et celui d'Iseron fait par Auguste) celui du Pilat, qui fut construit par l'empereur Claude, né à Lyon, a nécessité quantité d'ouvriers et de matériaux. Aussi, les ouvriers qui avaient dû s'établir dans la région pour travailler à cette construction s'y fixèrent et créèrent sans doute la ville.

 

 

 

4417c62091c111b19dd3edd880bd04e2--roman-emperor-the-emperor.jpg

 

Empereur Claude

 

 

 

D'après le livre ''Histoires de Saint-Chamond'', écrit par Stéphane Bertholon, une preuve sérieuse que notre ville était habitée dans ces temps reculés, c'est qu'en rebâtissant le château de Saint-Chamond en 1568, à la place de l'ancien château de Saint-Annemond, bâti lui-même sur les ruines d'un autre plus ancien, on trouva une pierre constatant qu'elle avait été placée là dans les premières années du règne d'Auguste (22 ans avant Jésus-Christ).

 

 

 

S'il y eut là un château, des maisons durent se grouper sous sa protection, et il existait à cette époque, au moins une bourgade. On n'a aucun détail à ce sujet, mais on sait que la colline de Saint-Ennemond était couronnée par une tour que les Romains y avaient construite pour veiller de là à la conservation de leur aqueduc.

 

 

 

Saint Ennemond, évêque de Lyon, qui vint au VIIe siècle évangéliser notre région, éleva près de cette tour la première chapelle catholique. Avant l'arrivée de cet apôtre, les habitants pratiquaient le culte druidique. Il y avait dans toute la vallée de grandes forêts de chênes.

 

 

 

photo-1429378989.jpg

 

saint Ennemond

 

 

 

Plus tard, une parcelle du corps de saint Ennemond fut apportée à Saint-Chamond et vénérée dans la chapelle qu'il avait fondée sur la colline et qui porta son nom : ''Oppidum Sancti Annemundi''. En 1274, ce nom était devenu ''Sanctus Chamond'' ; en 1301 : ''Sanchemont'', qui peu à peu devint ''Saint-Chamond''.

 

 

 

Jusqu'au Xe siècle, Saint-Chamond appartint aux comtes de Lyon. Il avait été englobé, dès l'origine,  dans le territoire lyonnais  par l'empereur Claude lui-même, qui tenait à ce que toute la région traversée par l'aqueduc du Pilat fit partie du territoire  de la ville.

 

 

112108593.jpg

En 977, Gérard  1er, comte de Lyon, fit porter à son fil Umfred, destiné à lui succéder, le nom de seigneur de Saint-Annemond, mais jusqu'au XIIe siècle, Saint-Chamond fit toujours partie du patrimoine des comtes de Lyon.


07/02/2018
0 Poster un commentaire