L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

ECONOMIE - Démographie

Encore des informations intéressantes - On en apprends tous les jours...


le Progrès du mercredi 22 mars 2017

 

 

 

RISQUES SELON LES PAYS - POPULISME : LES INVESTISSEURS REDOUTENT

 

 

Quels sont les pays du monde les plus risqués pour un investisseur ? L'Afghanistan, l'Irak, la Libye, le Nigeria... répond Coface, groupe qui assure les entreprises dans leurs engagements internationaux. "Le risque politique s'accroît", poursuit le Panorama publié hier. Et il concerne d'avantage les pays avancés, dont la France.

 

 

La première raison en est évidemment le terrorisme. Car l'indice 2016 publié hier porte sur les événements de l'année précédente, qui placent la France en tête des pays frappés par le fléau. L'autre raison, moins attendue, tient à l'évolution politique et social. À leur degré de "populisme", résume Coface, qui étudie quatre données dans les programmes des partis, selon l'audience électorale qu'ils recueillent : protectionnisme, valeurs nationales, multiculturalisme et ordre public.

 

 

Selon ce classement, le Royaume-Uni arrive en tête des pays à risque politique populiste, avec un score de 73,2 % devant la France (70,9 %). Royaume-Uni et France "subissent l'incidence de la part relativement importante révervée au thème de l'ordre public dans les programmes politiques", selon Coface.

 

 

Ce biais rend la France aussi "risquée" pour les investisseurs que l'Espagne ou la Grèce, qui connaissant pourtant des tensions sociales bien plus prononcées. Et c'est bien ainsi qu'il faut entendre ces analyses : discutables sur le plan politique, elles n'en ont pas moins des conséquences sur le business des pays, à travers le degré de sécurité qu'elles leur attribuent. F.B.

 


26/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 24 janvier 2017

 

 

 

ÉCONOMIE - ENTRETIEN AVEC SÉBASTIEN JEAN. RISQUONS-NOUS UNE GUERRE COMMERCIALE ?

 

 

Oui répond Sébastien Jean, directeur du Centre d'Études prospectives et d'informations internationales : la menace protectionniste, personnifiée par l'élection de Donald Trump, peut déboucher sur une escalade États-Unis-Chine.

 

 

 

Risquons-nous une "guerre commerciale" ?

 

L'élection de Donald Trump crée une conjoncture spécifique, après une campagne dominée par le protectionnisme, et après le Brexit. Cela annonce des initiatives protectionnistes. Et l'histoire nous enseigne que ce genre de politique provoque le plus souvent de représailles, qui débouchent sur une escalade.

 

 

 

Le protectionnisme, ce serait le diable ?

 

Nous sortons d'une époque de libéralisme triomphant, qui mettait souvent, en effet, un jugement moral dans sa condamnation du protectionnisme...

 

 

 

protectionnisme.jpg

 

 

 

D'où un retour de bâton ?

 

Disons que cette époque a créé des problèmes économiques et sociaux graves, qu'on a sous-estimés, et qui sont en train de revenir par la voie politique. C'est une colère contre le libre-échange qu'on ne peut plus ignorer. mais le libre-échange endosse beaucoup de choses : certaines justifiées, comme l'impact très brutal de la concurrence internationale dans certaines régions, par exemple en Lorraine dans la sidérurgie ; et d'autres moins, comme les effets du progrès technologique, qui ont un impact beaucoup plus important. On estime qu'en France, la concurrence internationale n'entre que pour 15 % dans la diminution des emplois industriels. Mais il est plus facile pour le pouvoir d'accuser le concurrence internationale, car elle est plus visible.

 

 

 

On aurait désormais la Chine en champion du libre-échange avec l'Europe, face aux États-Unis et à la Russie protectionnistes... C'est crédible ?

 

J'étais récemment en Chine, où tout le monde parle du "win-win" (gagnant-gagnant) du libre-échange ! Et l'Europe, qui s'est construite sur le principe de la libre circulation des biens, peut nouer une alliance avec la Chine, tout en défendant ses propres intérêts : elle n'a pas à être variable d'ajustement des produits industriels chinois, dans les panneaux solaires ou la sidérurgie. D'un autre côté, je pense que Trump va faire une bonne partie de ce qu'annonce son slogan, "l'Amérique d'abord". Mais je ne vois pas d'alliance sur ce point avec la Russie, qui est un nain économique.

 

 

 

Alors, guerre ou pas ?

 

Dans l'histoire longue, le protectionnisme est plutôt la règle, y compris entre régions à l'intérieur des États, et le libéralisme commercial, l'exception, correspondant à des périodes de paix. On a aujourd'hui une menace protectionniste. Mais la guerre peut venir avec Trump, dans une escalade avec la Chine. Recueilli par Francis Brochet

 


25/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 15 janvier 2017

 

 

 

ÉCONOMIE - CHUTE HISTORIQUE DE LA RÉCOLTE D'ORANGES

 

 

Le jus d'orange sera-t-il bientôt un produit de luxe ?

 

 

La chute drastique de la récolte d'oranges au Brésil en 2016, tombée à un niveau historiquement bas depuis 28 ans, fait craindre aux professionnels français une "pénurie" de jus d'orange dès le mois d'avril.

 

 

En 2016, la récolte du premier producteur mondial d'oranges et de jus est tombée à 244 millions de caisses de 44,8 kilos contre 300 millions en 2015, un recul de 18,6 %, selon Ibiapaba Netto, directeur exécutif de CitrusBr, l'association nationale des exportateurs d'agrumes. En cause, une sécheresse inhabituelle. Dans l'État de São Paulo, les orangers ont "laissé tomber" leurs fruits sous l'effet d'une forte hausse des températures, alors que la récolte débutait en avril 2016.

 

 

 

201608101757-full.jpg

 

 

 

Les prix ont quadruplé

 

En cause également, la réduction du parc agrumicole ces dernières années au Brésil, où de nombreux exploitants ont préféré privilégier des cultures rentables plus rapidement. Un oranger commence à produire au bout de cinq ans, contre un an seulement pour la canne à sucre.

 

 

Selon un rapport récent du Centre d'études avancées en économie appliquée (Cepea), l'avancée du "greenging" - une maladie qui s'attaque aux orangers en les flétrissant, explique aussi la chute des volumes. Cette maladie originellement appelée aussi "dragon jaune", vient d'Asie. Transmise par des insectes, elle accélère le dépérissement des rameaux, jusqu'à la morte de l'arbre. Les arbres malades ont un retard de croissance, les fruits deviennent vite amers et tombent prématurément.

 

 

Cette bactérie mortelle est observée depuis 2005 au Brésil, mais aussi en Floride, en pointe également sur la production d'oranges. L'État américain consacre 20 millions de dollars par année à la lutte contre ce fléau.

 

 

Il n'existe pas à ce jour, de traitement préventif. Les stocks étant à un niveau historiquement bas, les prix de l'orange et du jus ont quasiment quadruplé en 2016. La hausse des prix est renforcée par le maintien d'une demande mondiale soutenue auprès du Brésil, qui produit à lui tout seul 80 % du jus d'orange de la planète, au travers de trois grandes sociétés familiales : Cutrale, Citrosuco/Citrovia et Louis Dreyfus Commodities, d'origine française.

 

 

 

624.jpg

 

Le dragon jaune


16/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 5 janvier 2017

 

 

 

ÉCONOMIE - IMMOBILIER. C'EST ENCORE LE MOMENT D'ACHETER

 

 

Le marché de l'immobilier a tourné la page de la crise. En 2016, environ 840 000 transactions ont été enregistrées. Un record. Ce regain d'activité, qui a suivi plusieurs années d'atonie, a été accompagné d'une augmentation des prix.

 

 

Mais cela signifie pas qu'il n'est plus temps de se lancer. En 2016, les prix de l'immobilier ont augmenté (entre 1 et 2 %). C'était la première fois depuis 2011. En 2017, ça va continuer. Dans le même temps, le taux des crédits immobiliers se redresse : 1,34 % en moyenne en décembre (contre presque 5 % en 2008). Reste que le pouvoir d'achat immobilier reste confortable. En moyenne, depuis 2011, les acheteurs ont gagné 23,5 % de pouvoir d'achat, a calculé la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

 

 

 

augmentation-prix-immobilier-paris.jpg

 

 

Très attractives métropoles

 

Si globalement l'activité augmente, la géographie du marché est bien différente, selon les villes et les régions (Chiffres Century 21). Ainsi, les prix augmentent fortement dans les grandes métropoles

 

 

- comme à Paris + 4,9 %, 8 447 euros le m2

 

- Lyon + 5 %, 2 620 euros le m2

 

- ou Marseille + 2,4 %, 2 625 euros le m2

 

 

Et les régions perçues comme attractives :

 

 

- l'Alsace + 3,9 %, 1 958 euros le m2

 

- l'Aquitaine + 6,6 %, 2 184 euros le m2

 

- ou la Bretagne + 6,5 %, 2 082 euros le m2

 

 

À l'inverse, ils chutent dans des régions où la reprise se fait attendre :

 

 

- Poitou-Charentes - 6,6 %, 1 553 euros le m2

 

- Nord-Pas-de-Calais-Picardie - 0,5 %, 1 488 euros le m2

 

- ou Limousin - 8,3 %, 1 175 euros le m2

 


08/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 3 janvier 2017

 

 

 

ÉCONOMIE - VENTES AUTOMOBILES. LE DIESEL POURSUIT SON RECUL

 

 

Il s'est encore vendu davantage de voitures diesel qu'à essence en France en 2016 mais la fin de "l'âge d'or" du gazole se profile, vu la disparition programmée d'avantages fiscaux dont il bénéficiait jusqu'ici.

 

 

Selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), 52,12 % des acheteurs de voitures particulières neuves ont choisi un modèle fonctionnant au gazole l'année dernière, une baisse de 5,1 points par rapport à 2015.

 

 

 

Moins séduisant pour les petits rouleurs

 

L'érosion de la part du diesel est continue depuis 2012, année où elle avait atteint 73 %. Elle s'effectue sur fond d'études quant à la nocivité des émissions, de scandale aux moteurs truqués chez Volkswagen et de resserrement des normes et des taxes, rendant ce carburant moins séduisant pour les pour les petits rouleurs.

 

 

"On perd à peu près cinq points par an régulièrement, mais la tendance baissière va se confirmer, peut-être même s'accélérer en 2017", déclare Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile.

 

 

Le gazole a vu son prix croître d'environ 4 centimes à la pompe au 1er janvier, sous l'effet d'une hausse de la taxe sur les carburants (TICPE) et de la contribution climat-énergie, sans oublier la TVA. L'essence a moins augmenté car la TICPE sur ce carburant a baissé.

 

 

En outre, les entreprises pourront à terme déduire 80 % de la TVA appliquée sur l'essence, comme c'est le cas actuellement pour le gazole. La mesure se fera de façon progressive : en cinq ans  pour les véhicules particuliers, et en six ans pour les utilitaires légers, comme adopté dans le budget 2017.

 


06/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 3 janvier 2017

 

 

 

DÉMOGRAPHIE - INSEE. LES GRANDES VILLES ATTIRENT MOINS

 

 

Entre 2009 et 2014, la population a continué de progresser moins vite dans les grandes villes que dans les communes moins peuplées, selon une étude de l'Insee publiée hier.

 

 

Dans les grandes villes, y compris Paris, le nombre d'habitants a augmenté moins vite que la moyenne nationale estimée à + 0,5 % par an (+ 0,3 % par an dans les 100 communes les plus peuplées). Dans la majorité des plus petites communes, cette augmentation a été supérieure à la moyenne. Sur 2009-2014, les 100 premières communes ont ainsi contribué pour 13 % à la croissance démographique nationale (+ 216 000 habitants), alors que celles classées entre le 1 000e et le 10 000e rang y ont contribué pour 48 % (+ 768 000 habitants).

 

 

 

Baisse de la prépondérance de Paris

 

En 2014, les cent communes les plus peuplées abritaient un habitant sur cinq, soit une proportion en net retrait par rapport à 1962 (27,2 %). Ce phénomène s'explique principalement par la baisse de la prépondérance de Paris (qui abritait 3,4 % de la population française en 2014 contre 5,9 % en 1962) et par celle des communes suivantes les plus peuplées (13 % de la population en 2014 contre 15,7 % en 1962), qui ont profité aux communes de taille intermédiaire.

 

 

Au 1er janvier 2014, les 35 868 communes françaises (hors Mayotte) rassemblaient 65,9 millions d'habitants, soit 1,6 million de plus qu'en 2009.

 


06/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 20 décembre 2016

 

 

 

ÉCONOMIE - L'ENTREPRISE DE NOUVEAU MISE EN CAUSE

 

 

Uber : les clients plébiscitent, les chauffeurs n'en peuvent plus

 

 

Après avoir provoqué la colère des taxis, Uber affronte la fronde de ses propres chauffeurs. Et pourtant, la plateforme américaine a dynamisé le secteur du transport en France.

 

 

Rarement entreprise aura provoqué tant de remous. Après cinq ans d'activité en France, la société de transport de personnes à la demande de Uber affronte une nouvelle crise. Cette fois, ce sont ses propres chauffeurs qui dénoncent leur condition de travail. Rien ne dit qu'ils seront entendus. Dans le passé, Uber n'a jamais vraiment pris en compte les critiques de ses détracteurs. Au contraire, l'entreprise a joué un rôle du David - qui pèse 50 milliards de dollars, tout de même - venu bouleverser le Goliath des corporatismes. Le point sur ce qu'il faut savoir sur Uber.

 

 

 

■ Les Français sont séduits

 

Avec Uber, tout est simple : on télécharge l'application sur son téléphone, on se géolocalise, on tape l'adresse de destination et on commande. Quelques minutes plus tard, le chauffeur arrive. Maintenant, le prix de la course est même fixé à l'avance. Une facilité d'usage qui séduit les Français : ils apprécient la qualité du service (77 %) et la disponibilité (68 %) dans les voitures de transport avec chauffeur (VTC). Cela bien avant les prix (39 %). Leader du marché, Uber revendique 1,5 million d'usagers.

 

 

 

■ Des emplois créés

 

Évidemment, les taxis sont furieux. Leur monopole a volé en éclat, le prix des licences (accordées gratuitement par les préfectures, mais dont la revente est tolérée entre professionnels) a baissé et le nombre de "défaillances" a explosé (224 entre mi-2015 et mi-2016). Mais il faut bien admettre que si Uber et consort (chauffeurprive, allocab, etc.) marchent si fort, c'est parce que la demande n'était pas satisfaite.

 

 

Exemple : entre 1397 et 2010, seulement 4 000 licences de taxis ont été émises dans l'agglomération parisienne ; dans le même temps, la population a augmenté de 4,8 millions d'habitants. Depuis, Uber a changé la donne. Début 2016, l'entreprise assurait faire travailler 12000 chauffeurs. Au total, environ 20 000 chauffeurs travaillent actuellement avec une plateforme de VTC.

 

 

 

blog-novin-fr.jpg

 

 

 

■ Les utilisateurs gagnants

 

Le très long monopole des taxis a freiné l'amélioration de la qualité du service. En 2014, au zénith de la querelle taxis/VTC, nombre de témoignages ont dessiné un portrait peu flatteur de la profession... La concurrence et une évolution de la réglementation ont contraint les taxis à se reprendre. Côté prix, les utilisateurs ont aussi bénéficié de l'arrivée des VTC qui ont tiré les prix vers le bas. Ainsi, les taxis dans les villes mettent progressivement en place des forfaits aéroports, aux tarifs fixes.

 

 

 

■ Les chauffeurs mal lotis

 

L'arrivée d'Uber a permis a des personnes plutôt jeunes et peu diplômés d'accéder à l'emploi. Mais être chauffeur VTC n'est plus le bon filon des premiers mois. Contraints de travailler sous le statut précaire de travailleurs indépendants, les chauffeurs Uber subissent les aléas de la politique de rémunération de la plateforme. Il y a un an, celle-ci baissait ces prix pour attirer davantage d'utilisateurs. Depuis, coup de volant inverse : les prix ont été réévalués. Entre-temps, la plateforme a augmenté sa commission de 20 à 25 %. Résultat, les revenus des chauffeurs de VTC ont considérablement régressé. Certains assurent ne plus gagner que 4 euros par heure. Une situation intenable, dénoncent plusieurs syndicats de VTC. Ryad Benaidji

 

 

 

 

REPERES

 

 

 

L'"Ubérisation", c'est quoi ?

 

La généralisation des smartphones permet à des plateformes de mettre en lien des consommateurs avec des professionnels - ou non - à même de fournir ces services. Pionnier du genre et réussite emblématique à l'échelle mondiale, Uber a donné son nom à ce nouveau modèle économique.

 

 

Tourisme, bricolage, service à la personne, etc. Peu à peu, tous les secteurs économiques sont touchés. Ce qui a valu à ces start-up, ce mot outragé de Pierre Gattaz, le patron du Medef : "Les nouveaux barbares attaquent les entreprises qui vivaient jusqu'ici d'une rente".

 


21/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 17 décembre 2016

 

 

 

ÉCONOMIE - L'EURO FAIBLIT, LA FRANCE S'INQUIÈTE

 

 

L'Euro n'a jamais été aussi bas face au dollar : autour de 1,046 hier soir, en légère reprise après le 1,0386 de la veille, plancher jamais atteint depuis treize ans. La cause ? Avant tout la hausse mercredi des taux d'intérêt aux États-Unis, hausse justifiée par la bonne santé de l'économie américaine, et la promesse d'une politique de relance de Donald Trump. Un euro faible est une bonne nouvelle pour les entreprises françaises qui exportent aux États-Unis, mais aussi dans le reste du monde, encore largement dominé par le dollar. Mais il renchérit le pétrole que nous payons en monnaie américaine. Et cela rend plus cher l'ensemble des produits que nous importons, avec un risque : une inflation qui rogne le pouvoir d'achat, d'autant qu'un chômage élevé limite les hausses de salaires. Résultat, la croissance patine.

 


18/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 1er décembre 2016

 

 

 

ÉNERGIE - OPEP. LE PRIX DU PÉTROLE VA REMONTER

 

 

"Historique", a osé le ministre qatari de l'Énergie : pour la première fois depuis huit ans, les pays producteurs de pétrole de l'Opep sont tombés d'accord hier à Vienne pour réduire leur production, afin de faire remonter les prix. Mieux, ils sont réussi a entraîner dans ce mouvement la Russie, qui n'est pas membre de l'organisation.

 

 

L'accord sera effectif au 1er janvier. Les pays de l'Opep réduiront leur production de 1,2 million de barils par jour, comme ils l'avaient déjà promis en septembre à Alger. Avec une telle réduction, "on finira l'année autour de 60 dollar le baril", nous expliquait hier l'économiste Philippe Chalmin. Le prix, de 45 dollars mardi, était déjà remonté à près de 50 dollars hier soir.

 

 

 

Petit impact à la pompe

 

Cette hausse aura inévitablement des effets sur le prix de l'essence à la pompe. Mais dans une proportion limitée : le coût du pétrole brut (avant raffinage) ne compte que pour un quart dans le prix payé par les automobilistes. Il faut aussi rappeler qu'à 60 dollars, il resterait très éloigné des sommets à plus de 100 dollars.

 

 

En négatif, une hausse des prix viendra peser sur la balance commerciale française, déjà mal en point. En positif, elle fera remonter l'inflation mondiale à un "taux plus sain", pour citer le ministre qatari Mohammed Saleh al-Sada. Elle contribuera ainsi à une reprise économique plus équilibrée, perspective saluée hier par une hausse des bourses. Reste cependant un point d'interrogation : à quelle vitesse remonteront les taux d'intérêt ? Tangages à prévoir... F.B.

 


02/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 12 novembre 2016

 

 

 

CRÉDITS IMMOBILIERS : LES TAUX BAISSENT ENCORE !

 

 

Les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques continuent de baisser. En octobre, le taux moyen s'est établi à 1,33 % (contre 1,41 % en septembre), selon les chiffres de l'Observatoire Crédit Logement/CSA. La durée moyenne des prêts accordés diminue également à 210 mois en octobre, contre 211 en septembre.

 


16/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 12 novembre 2016

 

 

 

FINANCE - RÉMUNÉRATIONS. GRANDS PATRONS : SALAIRES TOUJOURS PLUS HAUTS

 

 

Après deux années de repli, entre 2011et 2013, la rémunération des dirigeants des 120 plus grosses entreprises de France ignore les problèmes de croissance : selon le cabinet d'études Proxinvest, en 2015, leurs émoluments ont bondi de près de 20 % par rapport à l'année précédente, soit un revenu annuel moyen de 3,5 millions d'euros. Et même de 5 millions pour les seuls patrons du CAC40, contre 4,2 millions en 2014 (+ 18%), en comprenant aussi bien les salaires que les bonus, stock-options et autres actions gratuites.

 

 

Des montants "qui excèdent désormais la rémunération maximale socialement acceptable définie à 240 Smic" définie par Proxinvest. Et ce, alors même que les "performances économiques observées en 2015 semblent justifier certaines réserves sur l'ampleur de l'augmentation", note le rapport, qui fait état de chiffres d'affaires cumulés et de bénéfices nets respectivement en baisse de 3 et 11 %.

 

 

Au classement Proxinvest, on trouve dans l'ordre,

 

 

- Olivier Brandicourt (Sanofi, 16,8 millions)

 

- Gilles Gobin (Rubis, 16,4 millions)

 

- Carlos Ghosn (Renault,15,6 millions)

 

- Bernard Charlès (Dassault Systèmes, 14,5 millions) et

 

- Jean Pascal Tricoire (Schneider Electric, 10,4 millions)

 

 

Mais pourront-ils encore s'augmenter malgré la grogne d'actionnaires, comme ce fut le cas pour Patrick Kron (Alstom) ou Carlos Ghosn (Renault), à l'avenir ? Pas si sûr. Grâce aux députés, le vote des actionnaires validant ou non les rémunérations des dirigeants va devenir contraignant dès l'an prochain.

 


16/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 9 novembre 2016

 

 

 

ÉCONOMIE - ÉTUDE DE L'INSEE. LES COMMERCES FUIENT LES CENTRES-VILLES POUR LA PÉRIPHÉRIE

 

 

Les départs sont les plus nombreux dans les villes petites et moyennes, au profit de la périphérie, alors que les commerces continuent de se développer dans les centres des métropoles.

 

 

Lentement, mais sûrement, les magasins en périphérie gagnent du terrain sur les commerces de centre-ville : si l'emploi dans les commerces de centre-ville est quasi stable (- 1%) sur dix ans (2004-2014), il est "en moyenne beaucoup plus dynamique hors des centres-villes" (+ 14 %), constate une étude de l'Insee publiée hier.

 

 

Cela vient corroborer un récent rapport de l'inscription des finances (IGF), qui dressait un état préoccupant des vacances de locaux commerciaux en centre-ville : avec un taux de vacances ayant bondi d e6 % en 2001 à plus de 10 % en 2014, "la dévitalisation commerciale de nombreux centres-villes en France se confirme", insistait le rapport.

 

 

 

prog_3.jpg

 

 

Les petites et moyennes villes accusent le coup

 

En réponse, le gouvernement a mis en question au menu de la Commission de concertation du commerce, qui sera réunie à la fin du mois. La secrétaire d'État Martine Pinville a évoqué, parmi les mesures possibles, une aide au commerce en ligne de proximité, avec le développement de sociétés mutualisées de livraison. Rappelons que les centres-villes abritent un tiers de magasins et un quart des emplois du commerce, pour seulement 7 % des habitants. Le constat de "dévitalisation" doit cependant être relativisé, souligne Corentin Trevien (Insee) : forte dans les villes petites et moyennes, elle laisse place à une belle croissance dans les très grandes villes.

 

 

L'emploi de commerce en centre-ville diminue de 5 à 10 % dans les communes de moins de 200000 habitants, mais augmente de plus de 5 % dans les aires urbaines de plus de 500 000 habitants (hors Paris).

 

 

D'autres facteurs que la taille contribuent à la bonne santé de son commerce de centre-ville : "Le patrimoine, le tourisme et le niveau de vie", énumère l'Insee. Grandes villes et communes touristiques : les mêmes sont les premières concernées par l'augmentation du nombre de dimanches avec ouverture des commerces. La probabilité est donc que les deux phénomènes se renforcent, au détriment des commerces des villes moyennes et petites - ce que l'Insee se refuse à confirmer, faute de données.

 

 

 

Les bistrots résistent

 

Un mot encore sur l'évolution par secteurs. Toutes tailles de commune confondues, les centres-villes voient encore se développer l'emploi dans les débits de boisson, les grandes et petites surface alimentaires, la restauration rapide ou traditionnelle, les banques, les commerces de technologie de l'information (téléphonie)...

 

 

À l'inverse, l'emploie diminue fortement dans les blanchisseries, les équipements de la maison, la réparation auto, les commerces liés à la culture et au sport, les magasins de jouets, les agences de voyages... Francis Brochet

 


11/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 1er novembre 2016

 

 

 

ÉCONOMIE - CARBURANTS : LES PRIX AUGMENTENT

 

 

Les prix des carburants ont continué leur hausse la semaine passée. Le plus vendu, le gazole valait en moyenne 1,11682 euro le litre, en légère hausse de 0,29 centime par rapport à la semaine précédente. Le litre d'essence sans plomb 95 (SP95) s'est apprécié de 0,11 centime à 1,3393 euro. Le SP98 valait pour sa part 1,3965 euros, en hausse de 0,10 centime.

 


01/11/2016
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :