L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

ESPACE - AERONAUTIQUE

Traversons le ciel, allons voir au-delà..... Frayons-nous un chemin entre les étoiles et les galaxies et vagabondons de planètes en planètes. Osons un voyage spacial. N'est-il pas incroyable, à l'heure d'aujourd'hui, de pouvoir avoir des photos de l'espace comme celles de cette catégorie dues à la technologie et au savoir faire de l'Homme...


le Progrès du samedi 3 juin 2017

 

 
 
    ESPACE - RETOUR. OBJECTIF TERRE RÉUSSI POUR PESQUET

 

 

 

Thomas Pesquet et Oleg Novtski ont touché terre hier après-midi après 197 jours passés dans l'ISS, la station spatiale internationale. "Je vais bien", a déclaré le Français de 39 ans, quelques minutes après son atterrissage.

 

 

Sains et saufs. Après près de 200 jours dans l'espace, le spationaute français Thomas Pesquet et le cosmonaute russe Oleg Novtski sont revenus sur Terre hier, atterrissant à 16 h 11 (heure de Paris) dans les steppes du Kazakhstan. La capsule des deux astronautes s'est posée à l'heure prévue, non loin de la ville de Jeskazgan. Les vaisseaux russes Soyouz sont le seul moyen d'acheminer et de rapatrier les équipages de la station orbitale depuis l'arrêt des navettes américaines.

 

 

 

■ 3 h 20 de descente

 

La capsule a touché le sol à une vitesse d'environ 5 km/h alors que la vitesse de départ était de 28 000 km/h. À une dizaine de kilomètres d'altitude, les parachutes se sont déployés, freinant encore le Soyouz. À moins d'un mètre du sol, des rétrofusées se sont allumées pour ralentir davantage la vitesse du module. Thomas Pesquet et Oleg Novitski ont réalisé en 3 h 20 la descente sur Terre, alors qu'il leur avait fallu plus de deux jours pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS), située à 400 km de la Terre.

 

 

 

7011048_landing_1000x625.jpg

 

 

 

■ "L'ISS va me manquer"

 

Le périple de Pesquet et son collègue russe pour revenir sur Terre avait commencé en début de matinée, par une série d'adieux, puis par le désamarrage du vaisseau Soyouz de l'SS. Les deux astronautes ont procédé à la mise hors orbite de leur vaisseau, qui s'est ensuite séparé en trois parties. Le module orbital et le module de service, devenus inutiles, se sont alors détachés du vaisseau embarquant les deux astronautes et ont brûlé en entrant dans l'atmosphère

 

 

Avant de quitter l'ISS, Thomas Pesquet avait confié sur Twitter que l'ISS "va me manquer". C'est "l'aventure la plus intense de ma vie", avait-il ajouté. "Ils vont bien sûr nous manquer, ce sont des astronautes exceptionnels", avait déclaré selon des images en direct diffusées par la NASA l'astronaute américaine Peggy Whitson, les larmes aux yeux, avant de passer le commandement de l'ISS au Russe Fiodor Iourtchikhine.

 

 

 

■ Et la suite ?

 

Quelques heures après son atterrissage, son état de santé étant satisfaisant, Thomas Pesquet s'est envolé pou le Centre européen des astronautes à Cologne (Allemagne), tandis qu'Oleg Novitski a rejoint Moscou. L'équipe médicale de l'ESA surveillera la réadaptation à la gravité du Français, qui sera également soumis à une batterie de tests et d'examens médicaux à visée scientifique.

 

 

 

9b29e33cd483c8a6a0983a0388736ca182374c3ada39a3ee5e6b4b0d3255bfef95601890afd80709da39a3ee5e6b4b0d3255bfef95601890afd80709775f09255a0039cdf1bea9a3a1b8cde7.png

 

 

■ Des expériences réussies

 

► Benjamin des astronautes européens, dixième Français à aller dans l'espace, Thomas Pesquet, 39 ans, effectuait son premier vol dans l'espace. Ingénieur aéronautique et pilote de ligne, il a mené au total 60 expériences scientifiques et réalisé deux sorties pour des opérations de maintenance de l'ISS.

 

 

► Son collègue et commandant de bord du Soyouz, Oleg Novitski, 45 ans, est pour sa part un ancien pilote de l'armée de l'air russe, père de deux petites filles. Il avait déjà passé cinq mois sur l'ISS en 2012 et 2013. Il a cette fois effectué une cinquantaine d'expériences scientifiques pour l'agence spatiale russe Roskosmos.

 


07/06/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 2 juin 2017

 

 
 
    RETOUR SUR TERRE

 

 

 

Après plus de six mois à bord de la station spatiale internationale, le spationaute normand Thomas Pesquet a fait ses valises. Il devrai se poser ce soir dans les steppes du Kazakhstan.

 

 

Avec 196 jours passés à bord de l'ISS, Thomas Pesquet a déjà battu le record français de séjour continu dans l'espace. Et rien ne dit que le spationaute normand ne repartira pas un jour. Vers Mars, désignée comme la prochaine étape de la conquête spatiale ? "Je rêverais d'y aller", a avoué le Français. Mais "si ce n'est pas moi, ce ne sera pas très grave". Thomas Pesquet compte toutefois apporter d'une façon ou d'une autre sa contribution à la conquête de la planète rouge. Jean-Michel Lahire (avec Avec AFP)

 

 

 

 

L'INFO EN +

 

 

► L'espace transforme le corps

 

Comme tous les astronautes ayant séjourné longtemps dans l'espace, Thomas Pesquet s'est probablement allongé de quelques centimètres. Libérées du poids du corps, les vertèbres prennent leurs aises durant le séjour en impesanteur. Une fois rentrés sur Terre, les astronautes reprennent leur taille normale en l'espace de quelques semaines. Aussi, le visage a tendance à gonfler, le coeur s'arrondit. La masse osseuse diminue, augmentant les risques de fractures.

 


05/06/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 6 mai 2017

 

 
 
    L'AVION CHINOIS RIVAL D'AIRBUS ET BOEING A BIEN DÉCOLLÉ

 

 

 

Le C919, un moyen-courrier conçu par l'entreprise publique chinoise Commercial Aircraft Corporation of China (Comac) dans l'espoir de bousculer le duopole Airbus-Boeing, a réussi hier son premier vol d'essai. L'appareil a volé à environ 3 000 mètres d'altitude à la vitesse de 300 km/h. Il a ensuite atterri à l'aéroport international de Shanghai d'où il avait décollé une heure vingt plus tôt, sous les cris et les applaudissements de milliers de personnes rassemblées le long de la piste. L'appareil est capable de transporter 168 passagers sur 5550 km.

 

 

 

le-premier-avion-moyen-courrier-chinois-devoile-shanghai.jpg


08/05/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 7 avril 2017

 

 

 
    ESPACE - LE 19 AVRIL, UN ASTÉROÏDE GÉANT FRÔLERA LA TERRE

 

 

 

Le 19 avril, un astéroïde de 1 kilomètre de diamètre, baptisé du doux nom de "2014 J025", va frôler la Terre. Un croisement "potentiellement dangereux", selon la Nasa. Mais pas de panique, "2014 J025" ne doit pas heurter notre planète, mais passer à environ 1 900 000 km. L'événement reste toutefois rare, puisque la prochaine fois qu'un astéroïde de cette taille nous frôlera, ce sera en août 2027, soit dans dix ans.

 

 

Illust-1-Asteroid-2014JO25-at-340am-April-19-2017-e1491651674492.jpg


11/04/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 3 mars 2017

 

 

 

LA CONSTELLATION DE LA BALEINE, PLUS VASTE QUE LA VOIE LACTÉE

 

 

L'immense télescope de l'Observatoire européen austral a capturé cette de la constellation de la Baleine ou Cetus. Elle est 15 % plus vaste que la voie lactée, mais contient peu d'étoiles brillantes. Elle est donc, difficilement observable depuis la terre.

 

 

 

c3517655a4c9cf5e59a9167fcbc2840e.jpg


05/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 1er mars 2017

 

 

 

ESPACE - SPACE X. DEUX TOURISTES AUTOUR DE LA LUNE DÈS 2018 ?

 

 

Partir en vacances à Cuba, en Islande, en Floride ou en Australie ? Elon Musk propose mieux ! Le fondateur de l'entreprise spatiale Space X a annoncé hier son intention d'envoyer deux touristes autour de la Lune d'ici fin 2018. Ce projet fou, porté par un coup de communication mondial, serait une première : aucune mission habitée n'est retournée dans l'orbite lunaire depuis décembre 1972 et la mission Apollo 17 de la Nasa.

 

 

 

Les volontaires ont déjà réglé un acompte

 

Le quotidien américain précise que ce voyage exceptionnel durerait environ une semaine. Les deux touristes se sont déjà déclarés et devront payer le modique ticket 150 millions de dollars pour ce séjour en orbite autour du satellite de la Terre, a précisé le chef d'entreprise d'origine sud-africaine. Ils ont déjà d'ailleurs payé une partie de la somme.

 

 

un-voyage-prive-autour-de-la-lune_95872_w460.jpg

 

 

La préparation pour ce voyage autour de la Lune doit démarrer d'ici la fin de l'année. Les voyageurs de l'espace prendront place à bord d'une capsule Dragon Version 2 qui ravitaille déjà actuellement la Station spatiale internationale dans la cadre d'un partenariat avec la Nasa.

 

 

La capsule Dragon qui enverra les touristes autour de la Lune devrait décoller du centre spatial Kennedy, près de Cap Carnaveral, en Floride, d'où étaient déjà parties les missions Apollo dans leur conquête de la Lune.

 

 

Ces missions représenteront aussi "une étape importante en vue de la préparation pour notre but de transporter des humains vers Mars", pointe la société californienne. L'objectif d'Elon Musk, qui a également fondé la société de voiture électrique Tesla, est d'organiser un vol habité vers la planète rouge dès 2024. Il ambitionne, à terme, d'y installer des colonies.

 

 

daadf663bd_99590_etageeus-orion-nasa.jpg


04/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 12 février 2017

 

 

 

ASTROPHYSIQUE - POURQUOI NOTRE GALAXIE AVANCE-T-ELLE À TOUTE ALLURE

 

 

À 630 kilomètres par seconde ou à plus de 2 millions de km/h, notre galaxie surfe dans l'immensité. On se demande pourquoi depuis quarante ans. Une équipe internationale, impliquant le CEA, l'Université Claude-Bernard Lyon 1 et le CNRS vient de découvrir que ce n'est pas le Grand Attracteur, ni un amas de galaxies qui expliquent ce mouvement. C'est une immense région vide, le Dipole Repeller, qui exercerait une force de répulsion sur notre voie lactée.

 

 

galaxie-Andromede_CNRS_INSU.jpg


13/02/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 6 février 2017

 

 

 

14 535 KM : QUATAR AIRWAYS LANCE LE VOL LE PLUS LONG DU MONDE

 

 

Qatar Airways a lancé hier le vol commercial le plus long du monde reliant Doha à Auckland. Le vol QR920 a quitté la capitale du Qatar à 5 h 02 locales (3 h 02 en France) et a atterri à Auckland à 7 h 30 locales (19 h 30 en France).

 

 

Le Boeing 777 a effectué la liaison en 16 heures et 20 minutes, traversé dix fuseaux horaires, survolé cinq pays et parcouru une distance de 14 535 km avant d'atteindre la Nouvelle-Zélande. Au retour, le vol mettra 17 heures et 30 minutes en raison de vents contraires.

 

 

 

1bec881bccbe58b0dc926aab089ca.JPG

 

 

Qatar Airways n'a pas précisé le nombre de membres d'équipage à bord, mais ce genre de vol requiert quatre pilotes et une quinzaine de stewards et d'hôtesses.

 

 

En mars 2016, Emirates avait lancé ce qui était alors considéré comme le vol le plus long du monde en reliant Dubaï à Auckland sur 14 200 km.

 


09/02/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 14 janvier 2017

 

 

 

ESPACE - SCIENCES. SORTIE RÉUSSIE POUR THOMAS PESQUET

 

 

Quand il ne poste pas de superbes photos sur les réseaux sociaux, Thomas Pesquet répare la Station spatiale internationale. Tout simplement.

 

 

5 H 58. C'est le temps durant lequel Thomas Pesquet, l'astronaute français, 38 ans, et son homologue américain, Shane Kimbrough, 48 ans, ont flotté hier dans le vide intersidéral. Les deux hommes n'étaient rattachés à la vie que par une corde, comme des alpinistes ou des plongeurs. Autour d'eux, alternaient le jour et la nuit, toutes les 45 minutes, au rythme des révolutions de la Station spatiale internationale (ISS).

 

 

Un spectacle somptueux, dont les deux hommes n'ont pu profiter. Affairés dans leurs lourds scaphandres, ils devaient remplacer trois batteries de lithium-ion, chargées de stocker l'énergie des panneaux solaires de l'ISS. Mission réussie.

 

 

 

Sortie-espace-ISS-Cnes-630x0.jpg

 

 

 

 

"Un grand succès !"

 

Au sol, des milliers d'internautes ont assisté en direct à leur exploit. À Houston, siège de la Nasa, ainsi qu'à Cologne, siège de l'Agence spatiale européenne, des dizaines de personnes les couvaient des yeux. Lionel Ferra, instructeur d'astronautes, était l'un deux.

 

 

À peine Peggy Whitson, leur collègue, avait-elle débarrassé les deux héros du jour de leurs combinaisons - une opération énergique - qu'il se réjouissait : "C'était vraiment une très belle journée ! On avait prévu une sortie de 7 heures pour remplacer les batteries, mais ils avaient terminé en trois heures. C'est un grand succès !"

 

 

Le temps restant, les deux astronautes n'ont pas musardé : "Ils ont repositionné certains équipements en vue des prochaines sorties, ils ont prépositionné des couvertures de protection et photographié des équipements qui ont des comportements suspects".

 

 

La prouesse de Thomas Pesquet et de Shane Kimbrough a aussi été physique. "La combinaison, c'est comme un vaisseau spatial autour du corps, explique Lionel Ferra. Il faut aussi se battre contre ses gants. Imaginez que vous faites un geste avec des gants de vaisselle gonflés d'hélium..." Thomas Pesquet avait lui aussi décrit l'expérience :  "Fermer le poing avec des gants, c'est comme écraser une balle de tennis". Ajoutez à cela des mouvements contraints et un champ de vision réduit - vous aurez alors une idée de ce que peu ressentir un astronaute en sortie extravéhiculaire. On comprend que lors d'une telle mission, on peut perdre jusqu'à 4 litres de sueur. Peu importe, à peine déshabillé, Thomas Pesquet arborait un sourire désarmant.

 

 

 

Cazeneuve salue "une grande journée"

 

Il peut être fier de lui. "C'est une grande journée de fierté pour notre pays", s'est félicité le Premier ministre, Bernard Cazeneuve. Thomas Pesquet n'est que le 4e Français - et le 11e Européen - à participer à une sortie extravéhiculaire. Avant lui, de glorieux aînés : Jean-Loup Chrétien, Jean-Pierre Haigneré et Philippe Perrin. Mais la sortie de Thomas Pesquet était la première d'un Français depuis l'ISS.

 

 

Dès aujourd'hui, il a repris "l'ordinaire" de ses activités dans l'espace : expériences scientifiques et maintenance du système. Cela risque presque de lui paraître fade. Ryad Benaidji

 


15/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 31 décembre 2016

 

 

 

UNE SECONDE DE PLUS POUR RÉVEILLONNER CE SOIR

 

 

La longue nuit de la Saint-Sylvestre durera une seconde de plus cette année, un rab de temps offert gracieusement aux fêtards du monde entier ! Dans la plupart des pays, cette seconde supplémentaire, dite "intercalaire", se faufilera entre 23 h 59 et 1 h du matin.

 

 

 

26 fois depuis 1972

 

Sur le très long terme, la planète à tendance à ralentir sous l'effet de l'attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil, rallongeant imperceptiblement les journées des terriens.

 

 

Résultat : de temps en temps il est indispensable de retarder nos montres d'une petite seconde pour "attendre" la nature. Cela a déjà été fait 26 fois depuis 1972, soit tous les 18 ans.

 

 

L'ajout de la seconde supplémentaire est décidé par le Service international de la rotation de la Terre et des systèmes de référence (IERS), basé à l'Observatoire de Paris. Mais une seconde de plus, il faut bien l'avouer, personne ne verra la différence.

 

 

Par contre, les systèmes de navigation par satellites ou de synchronisation des grands réseaux d'ordinateurs devront être à nouveau réglés.

 


02/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 25 décembre 2016

 

 

 

ESPACE - ISS. LES VOEUX DE NOËL DE THOMAS PESQUET

 

 

L'astronaute français a dévoilé le menu du réveillon de Noël qu'il devait déguster à 400 kilomètres au-dessus e la Terre. Un repas concocté par le chef Thierry Marx. "En entrée, on aura de la langue de boeuf façon Lucullus, un plat que ma grand-mère cuisinait quand j'étais petit. Ensuite, en plat de résistance, du poulet au vin jaune et aux morilles. Et enfin, au dessert, du pain d'épices aux pommes", a raconté Thomas Pesquet dans une vidéo postée sur Internet. Un menu qui lui rappelle ce qu'il avait l'habitude de déguster pendant ses réveillons.

 

 

Et l'astronaute français espère que la période de Noël permettra aux gens de prendre du recul (même s'il est difficile d'en prendre autant que lui depuis l'espace !) : "Quand on regarde à travers nos vitres et qu'on voit la Terre défiler sous nos pieds, on ne voit pas les frontières, tout le monde a l'air d'être uni. Il faut essayer de vivre ensemble en bonne intelligence". Un beau message de Noël.

 

 

 

les-voeux-de-noel-de-thomas-pesquet-1482625184.jpg


26/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 9 décembre 2016

 

 

 

ESPACE - DISPARITION. LE PREMIER AMÉRICAIN DANS L'ESPACE JOHN GLENN EST MORT

 

 

En février 1962, John Glenn est devenu le premier astronaute américain à effectuer un vol en orbite autour de la Terre, à bord de la minuscule capsule Friendship 7, rejoignant ainsi le Soviétique Youri Gargarine qui avait réussi l'exploit l'année précédente. L'astronaute est mort hier soir à l'âge de 95 ans.

 

 

 

Il a été le plus vieil astronaute

 

 

M. Glenn a récidivé en 1998 à l'âge de 77 ans, devenant cette fois le plus vieil astronaute dans l'espace.

 

 

Après sa carrière d'astronaute, l'ancien pilote de chasse était en effet devenu sénateur démocrate de l'Ohio de 1974 à 1999.

 

 

"Nous sommes attristés par la perte du sénateur John Glenn, le premier Américain à orbiter la Terre. Un vrai héros américain", a réagi l'Agence spatiale américaine sur Twitter.

 

 

Barack Obama l'a décoré en 2012 de la médaille présidentielle de la Liberté, plus haute récompense civile aux États-Unis, décrivant John Glenn comme un "héros dans tous les sens du terme".

 

 

johnglenn.jpg

 

 

John Glenn était hospitalisé depuis quelques jours. Sa santé avait décliné ces dernières années après une opération en 2014 liée à une valve cardiaque puis un accident vasculaire cérébral.

 


09/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 2 décembre 2016

 

 

 

ESPACE - ACCIDENT. PAS DE RAVITAILLEMENT POUR L'ISS

 

 

Le Français Thomas Pesquet et ses "collègues" de l'Agence spatiale internationale devront se passer (provisoirement) du ravitaillement qui devrait être livré samedi. Hier, le vaisseau-cargo non habité, chargé d'acheminer 2,4 tonnes de matériel - dont l'eau, des produits alimentaires, des vêtements et des médicaments - s'est consumé dans l'atmosphère. L'accident s'est produit peu après son décollage de Baïkonour au Kazakhstan. Le Progress MS-04 a été perdu à quelque 190 km au-dessus de la région isolée et montagneuse de Tuva, et la plupart des fragments ont brûlé dans les couches denses de l'atmosphère.

 

 

"Le contact a été perdu 383 secondes après le décollage du lanceur Soyouz avec le vaisseau-cargo Progress MS-04", a précisé l'agence spatiale russe Roskosmos. Hier, ses spécialistes tentaient de comprendre l'origine du problème. En avril 2015, la perte d'un vaisseau Progress avait provoqué une profonde crise dans l'industrie spatiale russe, la Russie ayant dû suspendre tous ses vols spatiaux pendant près de trois mois.

 


04/12/2016
0 Poster un commentaire