L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Iran


le Progrès du jeudi 8 juin 2017

 

 
 
    DEUX ATTENTATS HIER À TÉHÉRAN, AU MOINS 13 MORTS. DAECH ATTAQUE
      L'IRAN : CRISE MAJEURE

 

 

 

Le double attentat contre le parlement iranien et le mausolée de l'imam Khomeiny s'inscrit dans un regain de tension entre musulmans chiites et sunnites, et entre l'Iran et l'Arabie saoudite.

 

 

C'est une première très inquiétante. Daech a revendiqué les deux attentats commis hier à Téhéran contre le Parlement et le mausolée de l'imam Khomeiny. Les attaques, lancées le matin de manière simultanée sur les deux sites distants d'une vingtaine de kilomètres, ont duré plusieurs heures, et fait au moins treize victimes.

 

 

 

Les Gardiens accusent l'Arabie saoudite

 

Un premier groupe de deux personnes a attaqué le mausolée de l'imam Khomeiny, lieu saint du chiisme iranien, cible éminemment symbolique pour les terroristes sunnites de Daech. "La première personne s'est faite exploser dans les jardins du mausolée et la seconde a été tuée par les forces de l'ordre", selon le ministère de l'Intérieur iranien.

 

 

Un second groupe de quatre assaillants, déguisés en femmes, a attaqué le Parlement. L'un s'est fait exploser, les trois autres ont été tués par les forces de sécurité, tandis que les députés poursuivaient leurs débats.

 

 

Cette première intervient alors que la tension n'a jamais été aussi forte entre l'Iran et l'autre puissance de la région, l'Arabie saoudite. Et entre les deux branches de l'islam dont ces pays se veulent les champions, le chiisme et le sunnisme.

 

 

Les Gardiens de la Révolution iranienne ont d'ailleurs accusé hier soir l'Arabie saoudite d'être à l'origine de ces attaques. Et ils établissaient un lien avec la récente visite du président américain à Ryad : Donald Trump y avait violemment attaqué Téhéran, rangé dans "l'axe du Mal" pour son soutien au terrorisme. Et le président américain maintient toujours le doute sur l'accord conclu avec l'Iran par Barack Obama : une levée de sanctions contre un arrêt du programme nucléaire militaire.

 

 

 

Un conflit "aux origines de l'islam"

 

Cette tension croissante entre les deux pays s'est également manifestée lundi au détriment du Qatar, avec lequel l'Arabie saoudite et ses alliés émiratis ont rompu toute relation. En cause : la volonté du Qatar de ménager l'Iran, qui exploite avec lui un champ gazier dans le Golfe. L'Arabie et l'Iran s'opposent aussi au Yémen et à Bahreïn, par factions interposées. Et bien sûr en Syrie, où l'Iran est très engagé aux côtés de Bachar el Assad, alors que l'Arabie finance les forces islamistes.

 

 

"Le conflit entre chiites et sunnites remonte aux origines de l'islam. Les sunnites, majoritaires, n'ont jamais accepté la prétention des chiites à incarner un islam légitime", explique Serge Lafitte, auteur de "Chiites et Sunnites" (Presses de la Renaissance). "Et ce conflit rejoint une opposition elle aussi très ancienne entre Persans et Arabes, les Iraniens se targuant aujourd'hui de porter la civilisation face aux "Bédouins saoudiens". Francis Brochet

 


12/06/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 21 mai 2017

 

 
 
    ROHANI ÉLU DÈS LE PREMIER TOUR

 

 

 

Le président iranien, Hassan Rohani, a été largement réélu pour quatre ans dès le premier tour, avec 57 % des voix "Le message de notre peuple a été clairement exprimé. Le peuple iranien a choisi la voie de l'entente avec le monde, loin de l'extrémisme", s'est-il félicité hier, peu après l'annonce des résultats. Ce triomphe est un feu vert pour la poursuite de sa politique d'ouverture au monde et de réformes.

 


23/05/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 15 avril 2017

 

 
 
    IRAN - ROHANI CANDIDAT À UN SECOND MANDAT

 

 

 

Le président modéré iranien Hassan Rohani s'est porté candidat à l'élection présidentielle du 19 mai avec l'espoir d'obtenir un second mandat malgré les critiques des conservateurs et un bilan économique en demi-teinte. Âgé de 68 ans, M. Rohani avait été facilement élu dès le premier tour en 2013.

 

 

 

6798071-10389717.jpg


18/04/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 1er février 2017

 

 

 

POUSSÉE DE TENSION AUTOUR D'UN TIR DE MISSILE

 

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence hier à propos d'un possible tir de missile iranien lundi, à la demande de Washington. Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault s'est dit inquiet face à cette éventualité. Le ministre iranien des Affaires étrangères  a pour sa part mis en garde les États-Unis de ne pas chercher de "prétexte" pour créer de "nouvelles tensions".

 


03/02/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 22 août 2016

 

 

DÉFENSE - UN NOUVEAU SYSTÈME ANTI-AÉRIEN DÉVOILÉ

 

 

Une démonstration de force : l'Iran a exhibé pour la première fois hier son nouveau système de défense anti-aérien Bavar 373, construit localement et témoignant de sa détermination à développer ses capacités militaires.

 

 

"Capable de détruire plusieurs cibles à la fois"

 

Le ministre de la Défense Hossein Dehghan avait annoncé en mai l'entrée en production du système Bavar 373 en expliquant qu'il était "capable de détruire plusieurs cibles à la fois", "des missiles de croisière, des drones, des avions de combat et des missiles balistiques".

 

 

L'Iran avait décidé de se lancer dans ce projet lorsque la Russie avait suspendu, en 2010, un contrat conclu trois ans plus tôt pour la livraison du système S-300, à cause des sanctions internationales. Celles-ci avaient été imposées par l'Occident et l'ONU pour pousser Téhéran, accusé de rechercher à se doter de l'arme nucléaire, à cesser ses activités nucléaires sensibles.

 

 

Le président Hassan Rohani a par ailleurs dévoilé le premier moteur turboréacteur construit par les ingénieurs de l'industrie de la Défense.

 


22/08/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 2 mai 2016

 

 

IRAN - LÉGISLATIVES : VICTOIRE DU CAMP DE ROHANI

 

Les législatives en Iran ont consacré le retour au Parlement des réformateurs qui, alliés aux modérés du président Hassan Rohani, y disposeront du groupe le plus important, sans atteindre la majorité. C'est la première fois depuis 2004 que l'Assemblée ne sera plus dominée par les conservateurs.

 


03/05/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 10 mars 2016

 

 

IRAN - Essais de missiles balistiques. L'Iran a procédé à plusieurs nouveaux essais de missiles balistiques à titre "dissuasif", des tests qui, s'ils sont avérés, ne resteront pas sans réaction de Washington qui regrette que Téhéran "n'ai pas changé de direction" après l'accord sur son programme nucléaire. Ces tirs, sont destinés à montrer que l'Iran est prêt à "affronter toute menace contre la révolution, le régime et son intégrité territoriale", selon l'agence de presse officielle Irna et le site des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne qui les a menés.

 


11/03/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 29 février 2016

 

 

LEGISLATIVES - Poussée des modérés : Rohani conforté. La politique d'ouverture défendue par Rohani se présente sous de bons auspices après les élections de vendredi. Aux législatives, les alliés réformateurs et modérés du président iranien regroupés dans le parti "Espoir" sont en tête face aux conservateurs, selon un décompte partiel des résultats.

 

 

 

Les chiffres définitifs sont attendus aujourd'hui ou demain. Mais le camp Rohani est d'ores et déjà assuré de disposer pour les quatre prochaines années de plus du double de ses 30 députés dans l'actuel Parlement, qui était dominé par les conservateurs avec 200 élus environ (sur 290). Le camp Rohani aurait déjà obtenu 73 élus dont 13 d'indépendants qui lui sont proches dont la totalité des 30 sièges à pourvoir pour Téhéran.

 

 

 

Les résultats des grandes villes de provinces, notamment Machhad (nord-est) et Ispahan (centre) où les conservateurs seraient en bonne voie de l'emporter, n'ont pas encore été annoncés officiellement. Un second tour devra être organisé en avril ou en mai dans au moins 31 circonscriptions.

 

 

 

"Une nouvelle atmosphère"

 

Autre motif de satisfaction pour le président iranien : son élection et celle de son allié le milliardaire Akbar Hachemi Rafsandjani à l'Assemblée des experts. Cette chambre, composée de 88 religieux élus pour huit ans, est chargée de nommer le guide suprême iranien. Elle pourrait être amenée à jouer un rôle déterminant durant son mandat puisque le guide actuel, Ali Khamenei, est âgé de 76 ans.

 


29/02/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 27 février 2016

 

 

Affluence aux urnes : le scrutin prolongé. Quelque 55 millions d'Iraniens étaient appelés hier à se prononcer pour renouveler deux instances dominées par les conservateurs, le Parlement et l'Assemblée des experts, des religieux chargés de nommer et au besoin de remplacer le guide suprême. Face au succès du scrutin, qui s'est déroulé dans le calme, le vote  été prolongé de quatre heures.

 


27/02/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 26 février 2016

 

 

ELECTIONS - Rohani espère une transition. C'est le premier scrutin après l'accord sur le nucléaire qui a rompu l'isolement de l'Iran sur la scène internationale. Les conservateurs se battent pour limiter l'influence des modérés. Les Iraniens sont appelés aujourd'hui aux urnes pour renouveler leur Parlement, le Majlis et l'Assemblée des experts, l'institution cléricale chargée de désigner le Guide suprême.

 

 

 

La succession de Khamenei

 

Ce scrutin est crucial car les 88 religieux de l'Assemblée des experts devront choisir le successeur d'Ali Khamenei, qui détient l'essentiel du pouvoir dans le pays depuis 1989. L'homme fort de la République islamique a 76 ans et souffre d'un cancer.

 

 

 

 

Quelle évolution politique ?

 

Aujourd'hui le parlement iranien comme l'Assemblée des experts sont dominés par les conservateurs. Mais le pays se trouve à un moment stratégique de son histoire. Avec la signature de l'accord sur le nucléaire, l'Iran vient de rompre son isolement sur le scène internationale. Le président modéré Hassan Rohani, qui s'est battu pour obtenir une levée des sanctions contre son pays, espère en tirer les fruits politiques. Il cherche a obtenir une majorité lors des législatives d'aujourd'hui pour relancer l'économie et mener à bien ses réformes. Le vote des électeurs va-t-il confirmer la volonté d'une ouverture politique et économique ou la rendre plus délicate ?

 

 

 

 

Difficultés économiques

 

Le président modéré se heurte à de nombreux obstacles. La récession économique est le premier d'entre eux. En grande partie due à la chute du prix du pétrole, elle se fait durement sentir dans le pays. L'entrée en vigueur de l'accord nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances et la levée des sanctions internationales, intervenues à la mi-janvier, n'ont pas encore apporté de résultats concrets dans la vie de tous les jours des Iraniens.

 

 

 

 

Un scrutin vérouillé

 

L'autre obstacle est politique. En Iran, les élections sont particulièrement verrouillées. Les candidatures doivent être validées par le Conseil des gardiens de la constitution. Sur les 12 000 candidats inscrits, seuls 4 700, soit 40 %, ont été approuvés. L'aval de l'Institution religieuse a été refusé à la majorité des réformateurs : "3 000 candidats réformateurs sur l'ensemble du pays, seuls 30 ont été approuvés, soit 1 % seulement"", selon un responsable de ce camp cité par le quotidien réformateur Shargh.

 

 

 

Pour soutenir Hassan Rohani, le camp des réformateurs et celui des modérés ont donc constitué une liste unique, afin d'obtenir le maximum de suffrages. Cette recomposition au centre droit pourrait servir la méthode d'Hassan Rohani qui a pour ligne de conduite de ne pas se couper du Guide et d'éviter une ouverture trop rapide dans un Iran divisé entre les partisans de l'ouverture et ceux qui refusent "l'infiltration" occidentale.

 


26/02/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 24 février 2016

 

 

IRAN - 600 000 dollars de prime en plus pour la tête de Rushdie. Plusieurs organes de presse iraniens ont ajouté 600 000 dollars à la prime offerte pour la tête de l'écrivain britannique Salman Rushdie, visé depuis 1989 par une fatwa (décret religieux) à la suite de la publication de son livre Les Versets sataniques.

 


24/02/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 28 janvier 2016

 

 

 

IRAN - Visite en France. La visite en France du président iranien Hassan Rohani, deuxième étape d'un voyage consacrant le rapprochement entre Téhéran et les Européens depuis la levée des sanctions liées au nucléaire, devrait donner lieu ce jeudi à la signature d'importants contrats commerciaux. Accueillir le président iranien en Europe a demandé quelques petites adaptations...

 

 

 

 

Statues rhabillées et repas sans vin

 

Hassan Rohani a commencé sa tournée en Europe par une visite de deux jours en Italie. Même si le président Rohani a assuré qu'aucune demande n'avait été formulée en ce sens, les statues dénudées du musée du capitole, qu'il a visité lundi soir, ont été dissimulées par des paravents pour ne pas l'indisposer. De plus, l'Italie a également accepté de bannir le vin du déjeuner du président iranien avec son homologue italien, Sergio Matterella, et du dîner entre Rohani et le Premier ministre Matteo Renzi. Rien de tout cela en France : alors que Téhéran demandait des repas halal et sans vin, la présidence française a tranché. Aucun dîner n'est ainsi prévu à l'agenda.

 

 

 

 

Accords avec la France

 

Téhéran a annoncé un vaste accord avec l'avionneur européen Airbus, qui porterait sur 114 appareils. Un autre portera sur le retour en Iran du constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën, via une co-entreprise avec le groupe local Iran Khodro qui produira à terme 200 000 véhicules par an.

 


28/01/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 25 janvier 2016

 

 

IRAN - Vers un achat de 114 Airbus. L'Iran va lancer l'achat de 114 Airbus lors de la visite ce mercredi du président Hassan Rohani en France, première annonce commerciale d'envergure depuis la levée des sanctions internationales intervenue avec l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire. L'annonce de ce contrat a été faite hier par le ministre iranien des Transports Abbas Akhoundi, alors que les représentants de 85 compagnies d'aviation étrangères sont réunies à Téhéran pour participer au sommet de l'aviation Iran 2016, organisé par CAPA (Centre for Aviation), un groupe de conseil et d'analyse en matière d'aviation.

 

 

 

9396-2-smalla380f-wweasfo2007-10-04c1-a1-l1-nr-sh.jpg

 

 

 

La visite de Rohani en France aura donc une forte dimension diplomatique, mais aussi économique car Rome et Paris affichent leur volonté de reprendre leur place de partenaires de premier plan de Téhéran qu'ils occupaient avant le renforcement des sanctions en 2012. Rohani sera accompagné de nombreux hommes d'affaires. L'aéronautique représente un secteur clé pour les Européens car l'Iran, peuplé de près de 79 millions d'habitants, doit renouveler et développer sa flotte vieillissante, notamment de la compagnie nationale Iran Air. "Nous avons besoin de 400 avions long et moyen courrier et de 100 avions court-courrier", a précisé hier le ministre des transports. Ce dernier a par ailleurs annoncé que l'Iran négociait aussi avec le constructeur américain Boeing, principal rival d'Airbus, pour l'achat d'avions.

 


26/01/2016
0 Poster un commentaire