L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

CRISE LIBYENNE


le Progrès du vendredi 20 janvier 2017

 

 

 

LIBYE - FRAPPES AMÉRICAINES : 80 DJIHADISTES TUÉS

 

 

Les États-Unis ont bombardé mercredi soir deux camps de Daech en Libye, près de Syrte, une frappe qui a coûté la vie à "plusieurs dizaines" de combattants, environ 80 djihadistes, a indiqué hier un responsable américain de la Défense. Selon le Pentagone, le bombardement n'a pas fait de victimes civiles.

 


21/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 6 décembre 2016

 

 

 

LIBYE - LES FORCES LOYALISTES REPRENNENT SYRTE À DAECH

 

 

Les forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) ont annoncé hier avoir repris le contrôle total de Syrte à Daech. Cette victoire est proclamée plus de six mois après le lancement, le 12 mai, de l'offensive pour reprendre la ville portuaire conquise en 2015 par Daech.

 


07/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 29 novembre 2016

 

 

 

LE CHEF DJIHADISTE MOKHTAR BELMOKHTAR ABATTU ?

 

 

Le djihadiste d'origine algérienne Mokhtar Belmokhtar, rallié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a été visé par une récente frappe aérienne française en Libye, et est probablement mort, a indiqué hier un responsable américain. Mokhtar Belmokhtar, chef du groupe Al-Mourabitoune qui a mené de nombreuses attaques sanglantes dans la région du Sahel, a déjà été donné pour mort à plusieurs reprises, notamment en juin 2015 lors d'une frappe américaine en Libye, et en 2013. Mokhtar Belmokhtar est surnommé "Monsieur Malboro", en raison d'un vaste trafic de cigarettes qu'il mène sur le continent africain, et grâce auquel il finance ses actions terroristes. Il est aussi surnommé "Belaouer" (le borgne) en raison d'une blessure à l'oeil, causée par un éclat d'obus, lorsqu'il avait 17 ans en Afghanistan.

 


30/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 12 septembre 2016

 

 

LIBYE - COMBATS POUR LE CONTRÔLE DES TERMINAUX PÉTROLIERS

 

 

Les forces des autorités parallèles en Libye ont lancé hier une attaque surprise pour prendre le contrôle des principaux terminaux pétroliers du pays, infligeant un revers au gouvernement d'union soutenu par la communauté internationale. L'offensive s'est produite dans le Croissant pétrolier, une région du nord-est qui regroupe l'essentiel des infrastructures économiques de la Libye. Les combats se poursuivraient et auraient fait des morts et des blessés.

 

 

 

arton37045.jpg


15/09/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 31 août 2016

 

 

LIBYE - LES ARMES CHIMIQUES TRANSFÉRÉES EN LIEU SÛR

 

 

La Libye a expédié ses dernières armes chimiques, s'assurant ainsi qu'elles ne puissent tomber entre les mains de groupes extrémistes actifs dans ce pays rongé par l'instabilité et la violence. Sous la supervision de l'ONU, un navire danois a quitté samedi le port de Misrata pour transporter les stocks issus du régime Kadhafi vers l'Allemagne.

 


01/09/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 3 août 2016

 

 

GUERRE CIVILE - À SYRTE, DAECH RECULE

 

 

Les forces pro gouvernementales progressaient hier dans le centre de Syrte, principal fief de Daech en Libye, resserrant davantage l'étau autour des djihadistes. Lundi, les avions de combat américains ont mené leurs premiers raids contre des positions du groupe islamiste à Syrte à la demande du gouvernement d'union nationale (GNA) dont les forces peinent à reconquérir le bastion djihadiste situé à 450 km à l'est de Tripoli.

 

 

carte-syrte.jpg

 

 

Les forces libyennes "ont besoin d'un appui aérien"

 

Bénéficiant des frappes américaines, les forces pro-GNA ont annoncé avoir pris le contrôle total du quartier al-Dollar et ont fait état de cinq morts dans leurs rangs.

 

 

Les forces libyennes "ont besoin d'appui car même si elles disposent d'une force aérienne, elle n'est pas comparable au soutien que peuvent fournir les États-Unis", a expliqué Mattia Toaldo, du groupe de réflexion European Council ou Foreign Relations. Sans critiquer directement les frappes américaines, le ministère russe des Affaires étrangères a appelé à agir "en stricte conformité avec le droit international" et à une "coordination étroite" dans la lutte contre l'EI.


04/08/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 21 juillet 2016

 

 

LIBYE - CONFLIT. TROIS MILITAIRES FRANÇAIS TUÉS EN MISSION

 

 

Le ministère de la Défense a reconnu officiellement hier le décès des trois sous-officiers du renseignement. Jusqu'à présent, la France avait toujours nié la présence de ses soldats sur le sol libyen.

 

 

 

I

l n'y avait officiellement pas de "guerre" en Libye, impliquant des forces occidentales. Il n'y avait officiellement pas de soldats français sur le territoire libyen. Jusqu'à hier... La donne a changé avec la mort, dimanche, "en service commandé" de trois sous-officiers français du service Action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

 

 

L'information, révélée mardi soir par les Américains, a été confirmé hier par le ministère de la Défense. Jean-Yves le Drian a "salué le courage et le dévouement de ces militaires engagés au service de la France, qui accomplissent, tous les jours, des missions dangereuses contre le terrorisme". Le président François Hollande a évoqué des "opérations périlleuses de renseignement" durant lesquelles les Français seraient morts dans "un accident d'hélicoptère". Si les circonstances exactes de leur disparition n'ont pas été précisée par la voix officielle, plutôt qu'un "accident", leur hélicoptère aurait été frappé par un missile sol-air et des armes lourdes, vraisemblablement utilisés par une milice islamiste, "Saraya Defend Benghazi", proche de Daech.

 

 

 

Auprès du général Haftar

 

La présence d'éléments militaires français en Libye, aux côtés des forces spéciales américaines, était un secret de polichinelle. Le ministère français admettait survoler le pays pour du renseignement, mais il niait jusqu'à présent la participation directe des Français aux opérations. Des manifestations se sont déroulées hier à Tripoli pour "dénoncer la présence française en Libye". La présence française est "une violation du territoire libyen", s'est d'ailleurs insurgé hier soir le gouvernement libyen d'union nationale dans un message sur son compte Facebook, estimant que rien ne "justifie une intervention" sans qu'il en soit informé.

 

 

Les trois militaires français agissaient vraisemblablement en tant que "conseillers" des troupes du général Khalifa Haftar, chef proclamé de l'Armée nationale libyenne (ANL) soutenu par les États-Unis, l'Égypte et les Émirats, et basé dans l'est de la Libye. Problème : celui-ci s'oppose encore à l'autorité du gouvernement d'union nationale du Premier ministre Fayez el-Sarraj, soutenu par les ... Occidentaux.

 

 

Ironie du sort, le crash a eu lieu à quelques dizaines de kilomètres de la ville de Benghazi, là même où l'offensive aérienne franco-britannique a démarré en 2011. L'initiative de MM. Sarkozy et Cameron avait permis de chasser Mouammar Kadhafi du pouvoir, mais avait rapidement engendré le chaos. L'État islamique a étendu depuis deux ans son influence, prenant le contrôle de zones stratégiques comme celle de Syrte.

 

 

 

Pour combattre Daech, qui compterait quelques milliers d'hommes, le gouvernement libyen ne veut pas d'une intervention militaire des Occidentaux, "contraire à ses principes", mais accepte "une aide logistique". Sera-t-elle revue à la hausse, voire réorientée dans les mois qui viennent, alors que la menace djihadiste n'a pas faibli ? Le sujet sera abordé aujourd'hui à Washington, avec notamment le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, dans le cadre de la "stratégie globale" de la coalition internationale contre Daech. Xavier Frère

 


23/07/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 20 juillet 2016

 

 

CONFLIT - DEUX SOLDATS FRANÇAIS TUÉS EN LIBYE

 

 

Les membres d'une milice islamiste auraient réussi à abattre un hélicoptère près de la ville de Benghazi, dans l'est du pays. Deux soldats des forces spéciales françaises ont été tués lorsque l'hélicoptère qui les transportait a été abattu. Selon les militaires libyens, c'est un missile sol-air et des tirs d'armes lourdes qui ont touché l'appareil. Le ministère de la Défense français n'a pas commenté l'information.

 


23/07/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 12 juin 2016

 

 

LES FORCES ANTI-DAECH AVANCENT RAPIDEMENT À SYRTE

 

 

Les forces gouvernementales libyennes ont progressé rapidement dans leur offensive à Syrte contre Daech en s'emparant du port de de plusieurs quartiers ces dernières 24 heures malgré la résistance des djihadistes dans leur fief en Libye.

 


13/06/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 17 mai 2016

 

 

DIPLOMATIE - TERRORISME. ARMER LA LIBYE CONTRE LA MENACE DJIHADISTE

 

Les grandes puissances et les pays voisins de la Libye ont décidé hier de soutenir les efforts de réarmement du gouvernement d'union nationale à Tripoli qui tente d'asseoir son autorité dans ce pays miné par les divisions politiques et la menace djihadiste.

 

 

Dans cette perspective, les diplomaties américaine et de 24 délégations nationales ou régionales réunies à Vienne ont annoncé qu'elles "soutiendraient totalement les efforts" du nouvel exécutif libyen qui va demander la levée de l'embargo sur les ventes d'armes à la Libye en vigueur depuis 2011.

 

 

Les participants à la rencontre, présidée par le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni et le secrétaire d'État américain John Kerry, se sont également dit prêts à répondre aux demandes du gouvernement libyen en vue d'entraîner et d'équiper la garde présidentielle et les forces autorisées.

 

 

La France signe

 

La Russie, l'Arabie saoudite, la Chine, l'Égypte, la Tunisie, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie sont notamment signataires de cet engagement pris à l'issue d'une rencontre à Vienne qui a duré moins de deux heures dans un palace de la capitale.

 

 

L'embargo de l'ONU sur les ventes d'armes à la Libye a été imposé au début de la révolte contre le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, mais a été violé à maintes reprises. Les demandes de levée de cet embargo ont jusqu'ici reçu des fins de non-recevoir.

 


18/05/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 18 avril 2016

 

 

LIBYE - LE RETOUR DE L'ONU

 

L'émissaire des Nations unies pour la Libye, Martin Kobler, a annoncé hier le retour de la mission de l'ONU dans ce pays qu'elle avait quitté à l'été 2014 en raison de violences. Par ailleurs, le gouvernement d'union nationale que soutient l'ONU a annoncé qu'il prendrait aujourd'hui le contrôle de ses premiers ministères à Tripoli, quel que soit le résultat du vote crucial du Parlement libyen aujourd'hui.

 


19/04/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 1er avril 2016

 

DEUX GOUVERNEMENTS FACE À FACE

 

 

Le gouvernement soutenu par la communauté internationale est arrivé mercredi dans la capitale. Problème : celui déjà installé à Tripoli le considère comme illégal. Et il y en un troisième dans l'est du pays. La population redoute des affrontements.

 

 

Hier matin, Tripoli est calme. Le trafic reprend lentement et les commerçants rouvrent peu à peu les magasins dans la capitale. "C'était très tendu mercredi après-midi mais on s'attendait à pire", dit un père de famille. Un militant qui soutient la mise en place du gouvernement d'union nationale indique : "Tout est tranquille. Fayez al-Sarraj (ndlr : le Premier ministre de ce gouvernement) est en train de négocier avec les récalcitrants pour entrer dans la ville de façon pacifique". Pourtant les habitants redoutent encore une reprise des combats.

 

 

Mercredi, après l'annonce de l'arrivée dans la ville du gouvernement d'union nationale, l'ambiance était beaucoup plus tendue. Les autorités de la capitale avaient conseillé aux habitants de rester chez eux. Ce qu'ils ont fait, apeurés. Les artères principales ont été bloquées. Des tirs sporadiques ont été entendus. Une télévision a été fermée par des hommes armés : elle avait retransmis la conférence de presse du Premier ministre du gouvernement de Tripoli, non reconnu par la communauté internationale et opposé au gouvernement d'union nationale. Khalifa Ghwell a sommé Fayez al-Sarraj de quitter le pays ou de se rendre, qualifiant son cabinet d'illégal.

 

 

000_777L6_0.jpg

 

32 ministres représentant les différentes parties et régions composent le gouvernement d'union dirigé par l'homme d'affaires de Tripoli, Fayez el-Sarraj. (Photo de Fayez el-Sarraj lors d'une conférence de presse à Tunis, le 8 janvier 1016). © FETHI BELAID / AFP

 

 

Trois dans le pays...

 

Né des accords de Skhirat menés sous l'égide de l'Onu, le gouvernement d'union nationale a pour mission de réconcilier les Libyens. Or le pays est déjà divisé en deux gouvernements - celui de Beida (à l'est) et celui de Tripoli - depuis l'été 2014. La mission de al-Sarraj s'annonce compliquée : aucun des deux clans rivaux ne le reconnaît.

 

 

Ainsi Fayez al-Sarraj et les six membres de son cabinet resserré ont finalement rejoint la capitale, pour la première fois depuis leur nomination en octobre, par la mer. Les ministres sont pour le moment confinés dans la base navale militaire d'Abu Sitta, à l'est du centre-ville. Ils y ont été accueillis par des hauts gradés de la marine et des responsables. Parmi eux, Aref el-Khoja, ministre de l'Intérieur... du gouvernement de Tripoli. Sa présence prouve que les différents clans libyens sont divisés. Maryline Dumas


01/04/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 25 février 2016

 

 

LIBYE - Des forces spéciales françaises sur le terrain ? Le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian a lancé hier une "enquête pour compromission" du secret-défense après la publication d'un article du Monde faisant état de la présence de forces spéciales françaises et d'agents secrets en Libye. Il ne s'est pas prononcé sur le contenu de l'article, mais l'entourage du ministre a tout de même rappelé que "quand des opérations secrètes ont lieu, le but n'est pas qu'elles soient révélées".

 


25/02/2016
0 Poster un commentaire