L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

CRISE IRAKIENNE

Pour comprendre ces crises, qui démarrent parfois comme des feux de paille et surtout pour voir où elles mèneront au fil du temps. Prenons l'histoire en marche !


le Progrès du vendredi 24 mars 2017

 

 

 

IRAK - PÉNURIES ALIMENTAIRES. 400 000 PERSONNES PIÉGÉES À MOSSOUL

 

 

Des centaines de milliers de civils sont coincés par Daech dans la vieille ville de Mossoul, en état de siège. Les forces irakiennes ne sont pas loin, mais peinent à entrer dans ce quartier encore tenu par les terroristes.

 


30/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 6 mars 2017

 

 

 

IRAK/SYRIE - BATAILLE DE MOSSOUL. LES CIVILS PRIS AU PIÈGE DES COMBATS

 

 

Les combats s'intensifient dans le nord de l'Irak, où les forces du régime tentent de reprendre la partie ouest de la ville de Mossoul des mains des djihadistes de Daech. Hier, les forces de Bagdad ont accentué leur pression sur Daech en attaquant quatre quartiers de Mossoul-Ouest. Parmi eux figure celui où sont installés d'importants bâtiments administratifs. L'opération a déjà provoqué l'exode de dizaines de milliers de civils, tant du côté irakien que dans le nord de la Syrie.

 

 

Depuis le 19 février, date de début de l'offensive, plus de 45 000 personnes ont fui Mossoul pour rejoindre les camps de déplacés, installés à la hâte dans les zones désertiques qui entourent la deuxième ville d'Irak. L'afflux a été particulièrement élevé le 28 février, avec plus de 17 000 déplacés, et le 3 mars avec 13 000 autres.

 

 

 

66 000 déplacés dans le nord de la Syrie

 

Dans le nord de la Syrie, le nombre de déplacés est évalué à 66 000. L'essentiel d'entre eux, des familles entières, a fui les environs d'Al-Bab, une ville prise le 23 février à Daech par les forces turques alliées à des groupes rebelles syriens, après des semaines de combat acharné. Dans le sud-est de la province d'Alep, les djihadistes défendent leurs positions face à l'avancée des troupes du régime de Barchar al-Assad soutenues par les aviations syrienne et russe. Résultat : de nombreux civils, en majorité des femmes et des enfants, cherchent refuge dans la grande ville de Minbej, aux mains des Forces démocratiques syriennes. Hier, ils formaient une queue immense aux checkpoints.

 

 

 

 


08/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 1er mars 2017

 

 

 

IRAK - LES HABITANTS DE MOSSOUL FUIENT LES COMBATS

 

 

Des centaines de civils ont trouvé refuge hier dans le désert au sud de Mossoul après avoir fui les combats opposant les forces irakiennes aux djihadistes, ainsi que les pénuries. Les forces irakiennes mènent depuis le 19 février une offensive pour reprendre Moussoul-Ouest.

 


03/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 28 janvier 2017

 

 

 

IRAK - CONFLIT. À MOSSOUL, DAECH FAIT DE LA RÉSISTANCE

 

 

Le 17 octobre 2016 était lancée la bataille de Mossoul, deuxième ville d'Irak, aux mains de Daech. Si les Irakiens et leurs alliés progressent, les djihadistes continuent de résister.

 

 

Combien de temps peut durer la bataille de Moussoul déclenchée mi-octobre par l'armée irakienne? Des jours, des mois ? "Le temps de la victoire est venu", déclarait à cette période le Premier ministre irakien Haider al-Abadi. Alors que les Irakiens consolident leurs positions avant de s'engager dans la bataille finale à l'ouest, le point avec Stéphane Mantoux, agrégé d'histoire et spécialiste des conflits irako-syriens.

 

 

 

Quel état des lieux dresser de la bataille de Mossoul ?

 

Ces dernières semaines, l'armée irakienne a libéré l'est de la ville, et s'apprête à traverser le fleuve Tigre. "Elle a progressé dans cette zone rapidement, avec la Golden division (troupes d'élite), toutes les forces devaient avancer en même temps, au nord avec les Kurdes, à l'est et au sud avec les Irakiens, décrit Stéphane Mantoux. Mais le contexte militaire et politique est très complexe : le pouvoir politique s'était emballé sur la durée de la bataille, il avait sous-estimé la résistance de l'organisation État islamique, et a dû réviser sa stratégie". Les tensions - et intentions divergentes - entre Kurdes, milices chiites et Irakiens ne favorisent pas la cohésion de l'offensive.

 

 

 A-Mossoul-l-etat-de-siege-s-invite-sur-les-ondes.gif

 

 

 

Le groupe État islamique est-il affaibli ?

 

Une porte de sortie avait été laissée à l'ouest de la ville, mais les combattants de l'EI ne l'ont pas empruntée. "Il était évident que l'EI allait tenir Mossoul", assure Stéphane Mantoux. Les djihadistes ont, selon lui, amplifié "durant le siège, le réseau de tunnels". Daech a aussi beaucoup misé ces derniers mois sur une "arme de masse", les VBIED (véhicules-suicides, "jusqu'à 50 par semaine"), mais des ateliers de fabrication ont pu être détruits par les bombardements de la coalition.  Alors le groupe terroriste s'est rabattu sur les drones armés, très efficaces. Les djihadistes seraient encore plusieurs milliers, "conservés pour la bataille finale". Les deux camps ont déjà subi "des pertes conséquentes", mais ce qui s'annonce à l'ouest, dans les ruelles de la vieille ville, "un combat urbain de fantassins, sera encore plus coûteux", prédit l'expert. "L'EI se battra jusqu'au dernier", pense-t-il.

 

 

 

Au milieu de cette bataille, comme vit la population ?

 

Plus de 130 000 civils (sur une population d'1,5 million) auraient déjà fui la ville, selon l'ONU. Il resterait 750 000 personnes dans la partie occidentale de Mossoul. En 2014, Daech avait été "plutôt bien accueillie" par la population. Il s'appuie d'ailleurs sur une grande partie de combattants (et de kamikazes) locaux, Irakiens, des étrangers (Marocains, Russes, Tchétchènes...), "mais peu d'Occidentaux", d'après Stéphane Mantoux. Le groupe d'Abou-Bakr al-Baghdadi a "élargi son vivier de recrutement forcé", utilise des Moussouliotes comme "bouclier humain" ou "de nombreux adolescents". Le plus grand défi de l'après-guerre sera de réconcilier ces populations à majorité sunnite avec le pouvoir central irakien chiite. Xavier Frère

 

 

2016

INFOGRAPHIE-Mossoul-les-points-cles-de-l-offensive-pour-vaincre-l-EI.jpg


29/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 19 janvier 2017

 

 

 

IRAK - L'EST DE MOSSOUL "LIBÉRÉ"

 

 

La partie est de Mossoul a été "libérée"  par les forces irakiennes, trois mois après le début de la vaste offensive pour reprendre la deuxième ville d'Irak à Daech. Il ne reste que quelques djihadistes à déloger. Cette annonce marque une étape importante dans la bataille de Mossoul (perdue en juin 2014) qui implique des dizaines de milliers de combattants des forces irakiennes et kurdes, appuyés par la coalition internationale anti-djihadistes menée par Washington.

 


20/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 6 janvier 2017

 

 

 

IRAK - NOUVELLE OFFENSIVE CONTRE DAECH, DANS L'OUEST

 

 

Les autorités irakiennes accentuent leur pression sur Daech en lançant une offensive pour reprendre les zones proches de la Syrie encore contrôlées par les djihadistes. Cette région, essentiellement désertique, est stratégiquement importante car située au centre du "califat" autoproclamé par Daech.

 


09/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 18 novembre 2016

 

 

 

IRAK - UN CHARNIER À MOSSOUL

 

 

Plus de 300 policiers irakiens ont probablement été exécutés par Daech il y a trois semaines, quelques jours après le début de l'assaut vers Mossoul. Les djihadistes auraient jeté les corps de leurs victimes dans une fosse commune, après les avoir abattues ou décapitées.

 


20/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 14 novembre 2016

 

 

 

IRAK - INTERVIEW EXCLUSIVE

 

 

 

"ÉLUE yésidie, d'un peuple victime de génocide, je salue la victoire de Trump"

 

 

 

 

Vian Dakhil, devenue mondialement célèbre après le rachat d'esclaves à "l'État islamique", a accordé une interview exclusive à notre journal. La députée irakienne vient donner une conférence exceptionnelle aujourd'hui à Lyon.

 

 

 

L'offensive de la coalition internationale dans la région de Mossoul (Irak) contre le prétendu État islamique (Daech) améliore-t-elle ou aggrave-t-elle le sort des populations yézidies ?

 

 

Nous n'avons pas d'informations précises sur le sort des civils présents en ce moment à Mossoul. Tout ce que nous savons, c'est que les yézidis subissent une tragédie depuis l'arrivée de l'État islamique il y a deux ans dans le nord-ouest de l'Irak. 400 000 d'entre eux, sur un total de 500 000 à 600 000, ont été déplacés (ndlr : ces chiffres sont sujets à d'importantes variations selon les sources). On estime que 3 000 hommes et garçons ont été tués. Quant aux femmes et aux fillettes, elles ont été kidnappées et violées, avant d'être parfois revendues comme esclaves sexuelles.

 

 

 

6 870 restent aujourd'hui aux mains de l'État islamique. Nous avons pu libérer 2 760 femmes et fillettes en versant des rançons à Daech. Elles vivent à présent dans des camps de personnes déplacées. Mais nous n'avons pas assez de médecins généralistes, de chirurgiens, de psychiatres et de psychologues pour prendre en charge les traumatismes dont elles souffrent".

 

 

Iraqi-Kurdish-mp-Vian-Dakhil-photo-epa.jpg

 

Vian Dakhil

 

 

 

Pourquoi le prétendu État islamique s'en est-il pris à cette minorité religieuse ?

 

Parce qu'ils considère les yézidis comme des mécréants.

 

 

 

La convention de l'ONU de 1948 définit ainsi le génocide : "Des actes commis dans l'intention de détruire, tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux". Les yézidis sont-ils victimes d'un génocide ou de crimes de guerre ?

 

Ils sont victimes d'un génocide, car visés parce que yézidis.

 

 

 

Avaient-ils des armes pour se défendre ?

 

Non, aucune ! Ce sont des populations très pacifiques et très pauvres. De petit paysans qui n'ont accès, dans leur région du Sinjar à aucune richesse. Cette montagne est dépourvue d'infrastructures routières. Les constructions modernes y sont inexistantes. L'accès aux ressources énergétiques y est impossible.

 

 

 

Avant l'arrivée de Daech, existait-il des tensions entre les yézidis et d'autres communautés ?

 

Non ! Les relations étaient excellentes depuis des centaines d'années, jusqu'à une période récente (ndlr : quatre attentats d'al-Qaïda avaient tué plus de 400 yézidis en 2007 au nord de l'Irak). Dès que Daech est entré au Kurdistan irakien, des Arabes musulmans venus de villages voisins ont brusquement changé d'attitude pour attaquer les yézidis. J'ignore pourquoi. je suppose que c'est par contagion idéologique.

 

 

337722-pour-sauver-leur-famille-les-yezidis-990x0-3.jpg

 

 

Votre famille a-t-elle été attaquée ?

 

Pas ma famille mais sans doute ma belle-famille, oui.

 

 

 

Vous réunissez des preuves de ce génocide pour les remettre à la Justice internationale...

 

Oui ! Je fais de mon mieux pour collecter documents et témoignages, que j'adresse ensuite à la Cour pénale internationale. Une enquête est en cours. Mon espoir est de faire traduire un jour al-Bagdadi, le prétendu "calife" de Daech, est ses sbires, devant la Justice internationale et d'obtenir leur condamnation.

 

 

 

Donald Trump vous y  aidera-t-il ?

 

Le nouveau Président des États-Unis a toujours exprimé sa détermination à éradiquer Daech. Je suis très heureuse de son élection. C'est une bonne nouvelle pour nous. Recueilli et traduit de l'anglais par Nicolas Ballet

 

 

 

 

Une minorité religieuse surtout implantée au nord de l'Irak

 

Pour les terroristes islamistes, ils incarnent le sheitan (diable) en personnes. Les yézidis vivent surtout au nord de l'Irak (Monts Sinjar, à l'ouest de Mossoul), mais aussi en Syrie, en Iran, en Turquie, en Arménie, en Géorgie et en Russie. On les trouve aussi en Allemagne, aux États-Unis et en France. Sont-ils 400 000, 600 000 ou 800 000 à travers le monde ? En raison de leur discrétion, de leur isolement et de cet éparpillement, leur nombre est difficile à évaluer.

 

 

Parlant le kurmandji, voire l'araméen et l'arabe, ce peuple revendique une Histoire vieille de plusieurs millénaires parfois lourds de persécutions. Le yézidisme plonge ses racines dans le zoroastrisme de la Perse antique. Il s'est nourri d'emprunts successifs au judaïsme, au christianisme et à l'islam. Ce monothéisme conçoit les divinités comme reliées à un seul Dieu, dont un "Ange Paon" est l'émanation terrestre. les yézidis baptisent leurs enfants. Et prient Jésus et la Vierge. Les musulmans voient leur religion comme une secte polythéiste contrevenant à "l'Unicité de Dieu".

 

 

 

 

Un site antique repris aux djihadistes

 

Sur la route de Mossoul, les forces irakiennes ont annoncé, hier, avoir repris le site antique de Nimrol, un joyau de l'Antiquité que le groupe État islamique (EI) avait saccagé après son implantation en Irak. Mais les djihadistes Daech opposent encore une forte résistance dans la deuxième ville d'Irak et leur dernier bastion.

 

 

s.yimg_.comuuapires1.2f1pwH0Dw2.iqrraE7n3ttw-aD00MzI7dz03Njg7c209MTthcHBpZD15dGFjaHlvbg-httpmedia.zenfs_.comfr-FRvideovideo.franceafp.comMMV960269_TFR-d79d4d57e6108d5ed1cd9ccbaafa759e13c87daa-696x392.jpg


17/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 12 novembre 2016

 

 

 

REPRISE DE L'OFFENSIVE À MOSSOUL

 

 

Les forces d'élite irakiennes ont relancé hier l'offensive dans la ville de Mossoul, dernier bastion du groupe État islamique (EI) en Irak, au moment où l'ONU faisait état de l'exécution par les djihadistes des dizaines de personnes pour "trahison". Entre 3 000 et 5 000 djihadistes se trouveraient encore à Mossoul.

 

 

 

 

 

 


15/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 9 novembre 2016

 

 

 

LES FORCES KURDES AUX PORTES DE MOSSOUL

 

 

Les combattants kurdes participant à l'offensive lancée par les forces irakiennes pour reprendre au groupe État islamique (EI) leur fief de Mossoul, ont conquis hier à l'est de la localité proche de Bachiqa. Cette avancée resserre encore l'étau sur les milliers de djihadistes qui défendent leur fief du nord de l'Irak, attaqué sur plusieurs fronts par les troupes irakiennes et leurs alliés depuis le 17 octobre.

 


10/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 7 novembre 2016

 

 

 

DAECH RÉSISTE À L'ARMÉE

 

 

Les forces irakiennes combattent toujours rue après rue les djihadistes à Mossoul, où des habitants prennent tous les risques pour fuir Daech. Plus au sud, deux attentats-suicides ont fait hier au moins 18 morts au nord de Bagdad.

 


08/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 4 novembre 2016

 

 

 

MOSSOUL - LE CHEF DE DAECH APPELLE SES TROUPES À TENIR

 

 

Le chef de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, est sorti d'un an de silence pour exhorter ses troupes à lutter jusqu'au martyre pour défendre Mossoul face à l'offensive de plus en plus pressante des forces irakiennes.

 

 

cdea71a5dd5f820254350cce7a622a364ff4f59a.jpg


05/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 3 novembre 2016

 

 

 

IRAK - L'INQUIÉTUDE GRANDIT POUR LES HABITANTS DE MOSSOUL

 

 

Le sort des civils pris au piège à Mossoul inquiète, maintenant que les forces irakiennes ont atteint la périphérie de ce bastion de Daech. "Les vies de 1,2 million de civils, dont 600 000 enfants sont en danger", a prévenu le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

 

 


03/11/2016
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :