L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

PEOPLE


Franceinfo - le samedi 9 décembre 2017

 

 

Chants, larmes, et roses blanches : à Paris, une marée humaine a rendu un hommage historique à Johnny

 

 

Simon GourmelletPierre GodonFrance Télévisions

 

Après l'émotion suscitée par la mort de Johnny Hallyday, mercredi, un hommage populaire a été rendu à la star nationale, samedi 9 décembre à Paris

 

 

Trois jours après la mort de Johnny Hallyday, c'est un hommage d'une ampleur inédite que la France a rendu au rockeur, samedi 9 décembre, à Paris. De l'Arc de triomphe à l'église de la Madeleine, et du petit matin au milieu de l'après-midi, des dizaines et des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour saluer une dernière fois l'icône de la musique française

 

 

 

>> VIDEOS. Huit moments marquants de l'immense hommage populaire rendu à Johnny

 

 

 

 

13907593.jpg

 

Le cortège funéraire de Johnny Hallyday descend les Champs-Elysées à Paris, le 9 décembre 2017. (GONZALO FUENTES / REUTERS)

 

 

 

 

Un cortège funéraire suivi de bikers. Dès midi, le cercueil de Johnny Hallyday, suivi de centaines de bikers, a descendu l'avenue des Champs-Elysées, noire de monde, en direction de la place de la Concorde, puis de l'église de la Madeleine. "Il faut que ça reste rock'n'roll, très axé sur la musique, qu'il y ait des motos et des bikers qui l'accompagnent, et qu'il soit proche de son public et de ses fans", avait justifié jeudi le manager du chanteur, Sébastien Farran.

 

 

 

Une cérémonie religieuse à la Madeleine. Après ce cortège, une cérémonie religieuse s'est tenue vers 13 heures en l'église de la Madeleine, en présence de nombreuses personnalités françaises. L'artiste Line Renaud, le chanteur Patrick Bruel, l'acteur Jean Reno ou encore les actrices Marion Cotillard et Carole Bouquet ont notamment pris la parole pour rendre hommage à Johnny. Le président de la République, Emmanuel Macron, s'est quant à lui exprimé juste avant l'office, et à l'extérieur de l'église. "Johnny, c'était la vie", a-t-il déclaré face à la foule. "Johnny était à vous. Johnny était à son public. Johnny était à son pays", a-t-il ajouté. Des écrans avaient été installés à l'extérieur de l'église, et ont retransmis en direct l'ensemble de la cérémonie.

 

 

 

D'importantes mesures de sécurité. Un large périmètre, allant de la place de l'Etoile au Carrousel du Louvre, avait été mis en place, interdisant notamment la circulation des véhicules dès samedi 8 heures. Cinq stations de métro ont également été fermées, par mesure de sécurité. Les forces de l'ordre étaient présentes en nombre sur le parcours que doit emprunter le cortège : 1 500 policiers et gendarmes avaient été mobilisés pour l'occasion. 

 

 

 

Une inhumation lundi à Saint-Barthélémy. Johnny Hallyday sera inhumé lundi au cimetière de Lorient, sur l'île de Saint-Barthélemy, où le chanteur possédait une propriété. Sa dépouille arrivera dimanche soir sur l'île.

 


11/12/2017
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 6 décembre 2017

 

 

Johnny Hallyday est mort

 

Johnny Hallyday est mort dans la nuit de mardi à mercredi 6 décembre, à l’âge de 74 ans, des suites d’un cancer du poumon. L’artiste laisse derrière lui une vie XXL et une carrière démesurée

 

 

 

 

Mort de Johnny Hallyday : "Il s'est battu comme un lion" contre la maladie, selon son médecin

 

 

Un monument s'en est allé. Johnny Hallyday, de son vrai nom Jean-Philippe Smet, est mort dans la nuit de mardi à mercredi 6 décembre, à l'âge de 74 ans. Le rocker a été emporté par un cancer du poumon. La maladie, qu'il avait lui-même révélée sur les réseaux sociaux, le tourmentait depuis le mois de mars.

 


Johnny Hallyday restera l'homme qui a popularisé le rock'n'roll en France au cours d'une carrière de plus d'un demi-siècle, de son premier titre, T'aimer follement, sorti en mars 1960, au dernier album qu'il préparait, comme il l'avait annoncé sur Twitter le 22 octobre.

 

 

 

13839435.jpg

 

 

Né le 15 juin 1943 dans le 9e arrondissement de Paris, Jean-Philippe Smet est le fils unique de Léon Smet et Huguette Clerc. Après le départ de son père alors qu'il est encore bébé, il passe son enfance avec sa tante paternelle, Hélène Mar. Sous la houlette de cette femme et de ses deux cousines, des danseuses classiques qui l'emmènent en tournée, il devient un enfant de la balle et découvre la guitare. Dans le même temps, il prend des cours de danse.

 

 

C'est à cette période qu'il devient "Johnny", un surnom que lui donne Lee Hallyday, le mari américain de sa cousine Desta. C'est en voyant Elvis Presley dans le film Loving You que le garçon a une révélation : il sera chanteur de rock. Nous sommes en 1957 et sa carrière va bientôt décoller. Après un passage remarqué dans l'émission de radio "Paris-Cocktail" en 1959, il sort son premier EP en mars 1960. Quelques mois plus tard, le titre Souvenirs, souvenirs devient son premier tube.

 

 

 

Des chiffres de vente phénoménaux

 

Cinquante-sept ans plus tard, Johnny compte 52 albums studio, 29 albums live, un millier de titres, 42 disques d'or (soit 50 000 ventes ou plus depuis 2009), 25 disques de platine (100 000 ventes ou plus depuis 2009), huit disques double platine (200 000 ventes ou plus depuis 2009), trois disques triple platine (300 000 ventes depuis 2009) et six disques de diamant (500 000 ventes depuis 2009). Si les chiffres diffèrent selon les sources, Johnny est l'un des plus gros vendeurs français de l'industrie musicale avec des estimations qui vont de 65 à 110 millions de disques écoulés.

 

 

 

Ses titres phares se ramassent à la pelle : Retiens la nuit (1962), L'idole des jeunes (1962), Le Pénitencier (1964), Noir c'est noir (1966), Que je t'aime (1969), Ma gueule (1979), L'Envie (1986), Allumer le feu (1998) ou encore Marie (2002), son plus gros single avec près d'un million d'exemplaires vendus. Selon le site Hallyday.com, l'artiste aurait donné plus 3 000 concerts partout dans le monde et rassemblé plus de 29 millions de spectateurs.

 

 

 

>> VIDEOS. Votez pour votre chanson préférée de Johnny Hallyday

 

 

 

 

Du succès dans la musique, moins au cinéma

 

 

Révélé et starifié par le rock'n' roll, Johnny Hallyday a su durer en se renouvelant. Ses collaborations avec d'autres grands artistes ont diversifié son style : il a travaillé avec Charles Aznavour (Retiens la nuit), Michel Berger, qui écrit, compose et réalise l'album Rock'n Roll Attitude (1985), ou Jean-Jacques Goldman, à la manœuvre sur Gang (1986)... En 1998, c'est au tour de Pascal Obispo et Zazie de lui offrir Allumer le feu. Johnny sait aussi travailler en famille puisqu'il signe avec son fils David Sang pour sang (1999), un album de ballades vendu à plus de deux millions d'exemplaires.

 

 

 

Si le succès est incontestable en musique, ses incursions sur les plateaux de cinéma ne suivront pas toutes la même voie. Sa première apparition à l'écran ? Un petit rôle d'élève dans un film d'Henri-Georges Clouzot, Les Diaboliques. Il a alors 12 ans. Une trentaine d'autres suivront. Certaines plus marquantes que d'autres, notamment chez Claude Lelouch (Salaud, on t'aime, 2013 ; Chacun sa vie, 2017), Jean-Luc Godard (Détective, 1984), Patrice Leconte (L'homme du train, 2002), ainsi que son rôle dans Jean-Philippe (2005), où, face à Fabrice Luchini, il fait preuve d'autodérision en incarnant Jean-Philippe Smet, dans un monde où Johnny n'existe pas.

 

 

 

 

>>  L'émouvant communiqué de Laeticia Hallyday qui a annoncé la mort de Johnny

 

 

 

Quatre mariages et quatre enfants

 

 

Devenu une star dans les années 1960, Johnny Hallyday a pourtant dû mettre sa carrière entre parenthèses le temps de son service militaire. Il l'effectue en Allemagne et à son retour se marie, en 1965, avec Sylvie Vartan, rencontrée en 1963 sur le tournage du film D'où viens-tu Johnny ? De cette première union naît David, en 1966, le premier de ses quatre enfants. Après son histoire tumultueuse avec Sylvie Vartan, il épouse l'actrice Babette en 1981, dont il divorce l'année suivante. Suit une plus longue histoire avec une autre actrice, Nathalie Baye, avec qui il a une fille, Laura, née en 1983. Les deux stars se séparent trois ans plus tard.

 

 

 

Dans les années 1990, il épouse, deux fois, l'actrice Adeline Blondieau (Les Filles d'à côté, Sous le soleil), en 1990 et 1994, avant leur séparation définitive en 1995. L'année suivante, il épouse la mannequin Læticia Boudou, de trente-deux ans sa cadette, avec qui il adopte deux petites filles, Jade et Joy, d'origine vietnamienne. La jeune femme a accompagné le rocker jusqu'à la fin de sa vie, partageant sur les réseaux sociaux des photos de leur couple et de moments intimes vécus en famille ces derniers mois.

 

 

 

DNEXxCtXUAMmqB7.jpg

 

 

 

Ses combats pour la vie

 

Avant d'être emporté par le cancer, Johnny Hallyday a aussi mené une vie d'excès, qu'il évoquait lui-même dans un portrait du Monde publié en 1998. "La cocaïne, j'en ai pris en tombant du lit. Maintenant, j'en prends pour travailler, relancer la machine. Je n'en suis pas fier, c'est ainsi, c'est tout", confessait-il à l'époque, comme le rappelait Le Point. Il a également plusieurs fois échappé à la mort. "Son entourage a toujours cherché à minimiser la vérité sur son état de santé", constatait en 2010 Jean-Pierre Pasqualini, directeur de la rédaction du mensuel Platine.

 

 

Le Figaro publiait en 2012 une longue liste des épisodes où la santé du chanteur a été menacée. De sa tentative de suicide en 1966 – son mariage avec Sylvie Vartan battait de l'aile – à ses multiples accidents de la route ou son hospitalisation en urgence durant l'été 2012, la santé de Johnny était devenue un sujet sensible. En annonçant lui-même sa lutte contre son deuxième cancer en mars, après celui du côlon en 2009, le chanteur s'était voulu rassurant. Il est mort neuf mois après et laisse derrière lui une œuvre gigantesque et des millions de fans éplorés.

 

 

>> DOCUMENT FRANCE 2. "La maladie c’est dans la tête, moi je ne suis pas malade" : quand Johnny Hallyday se confiait après l'annonce de son cancer

 


08/12/2017
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 5 décembre 2017

 

 

Neuf fois où l'Immortel Jean d'Ormesson a évoqué la mort

 

De son vivant, le doyen de l'Académie française n'a cessé de réfléchir et de s'exprimer sur la mort, dans ses livres comme dans ses interventions médiatiques

 

 

L'Immortel s'en est allé. Jean d'Ormesson est mort, mardi 5 décembre à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), à l'âge de 92 ans. De son vivant, le doyen de l'Académie française n'a cessé de réfléchir à la mort. "J'ai tant aimé la vie que j'accepte la mort comme son accomplissement", écrivait-il dans l'un de ses nombreux romans. Retour en citations sur ce sujet maintes fois évoqué dans ses livres comme dans ses interventions médiatiques.

 

 

13871175.jpg

 


06/12/2017
0 Poster un commentaire

La fiancée du Prince Harry

 

 

 

10675055.jpg

 

 

 

Chevelure de rêve et beauté naturelle, la fiancée du prince Harry mérite toute notre attention

 

 

 

10672912.jpg


05/12/2017
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 4 décembre 2017

 

 

"Nous ne sommes pas des has been, nous sommes des evergreen [toujours verts]." Patrick Hernandez, auteur-compositeur-interprète de Born to Be Alive, a le sens de la formule. Pas étonnant que l'auteur de ce tube planétaire, sorti en 1979, continue de chanter dans tous les Zénith de France grâce à "Stars 80", cette tournée rassemblant les artistes qui ont rythmé toutes les soirées dans les années 1980. Le 2 décembre, le spectacle, qui draine des milliers de spectateurs à chacune de ses dates, fêtera ses dix ans à la U Arena de Nanterre (Hauts-de-Seine), lors d’un concert retransmis en direct sur France 2. Un succès construit parfois dans la douleur, grâce à des stars qui ne boudent pas leur plaisir de retrouver une seconde jeunesse.

 

 

 

13849511.jpg

 

La troupe de "Stars 80" à Montbéliard (Doubs), le 10 novembre 2016. (MAXPPP)

 

 

 

"Le monde est fou, fou, fou, voyez-vous !"

 

A l’origine de cette success-story, deux hommes : Olivier Kaefer et Hugues Gentelet. Au début des années 2000, ils produisent des artistes qui ont connu, vingt ans plus tôt, une gloire éphémère. Lio, Emile et Images, Sabrina, Jean-Luc Lahaye, Cookie Dingler… "Ils avaient encore du succès car leurs chansons génèrent toujours des droits d’auteur, mais on écumait les salles des fêtes pour des galas", se souvient Olivier Kaefer.

A l'époque, Emile et Images font, par exemple, entre 120 et 130 concerts par an, le plus souvent pour participer à des animations municipales. De quoi vivre correctement, surtout si on ajoute les droits d'auteur, mais "rien à voir avec le confort ou la technique que nous apporte Stars 80. Aujourd'hui, c'est le grand luxe !", sourit Jean-Louis Pujade, le batteur du groupe. 

 

 

C’est Nicolas Pernikoff, alors directeur de l'unité "variétés et divertissements" de France 2, qui souffle l’idée aux deux producteurs, en 2006 : "Il nous a dit de réunir tous les artistes ensemble sur les scènes des Zénith." Le pari est risqué.

 

 

Hugues Gentelet hypothèque sa maison, moi je signe des chèques en bois.

Olivier Kaefer

 

Quatre dates sont finalement programmées. "Je pensais qu’on allait faire deux concerts et qu’on allait devoir rembourser les producteurs", se souvient Jean-Pierre Mader. L’auteur-compositeur-interprète de Macumba n’en revient toujours pas : "On a fait le 'Top 50', on a été passés de mode et on remplit de nouveau des Zénith. Je n’aurais jamais cru que le train passerait une deuxième fois…"

 

 

 

Dix ans plus tard, la tournée a vendu plus de trois millions de billets, un record, en remplissant les plus grandes salles de concert de l’Hexagone et même le Stade de France à deux reprises. Et le second film consacré à l’aventure de cette troupe, Stars 80, la suite, dans lequel de nombreux artistes jouent leurs propres rôles, sort le 6 décembre au cinéma. Près de deux millions de spectateurs avaient vu le premier opus, sorti en 2012 et réalisé par Frédéric Forestier et Thomas Langmann. 

 

 

 

Jamais je n’aurais imaginé l’ampleur de ce succès, ni même sa longévité.

Patrick Hernandez

 

 

"Chacun fait, fait, fait c'qui lui plaît, plaît, plaît"

 

Si le succès est de retour, l’époque a changé. "La crise économique de 2008, les attentats… On traverse une période noire", souligne Olivier Kaefer. Le temps d’un concert, Stars 80 "permet de repartir dans l’insouciance d’une décennie où tout était permis", pointe le producteur. Il se souvient "des premières boîtes de nuit, des whisky-coca, des rencontres sur Minitel, de l’évolution des mœurs…" 

 

 

 

A la télé, Stéphane Collaro mettait une playmate, les seins à l’air, juste avant le journal de 20 heures. Tout cela serait impossible aujourd'hui.

Olivier Kaefer

 

 

Des années de fêtes, de fric, de frime... "Un moment hédoniste où les excès étaient perçus comme du romantisme. Cela représente des années de liberté au regard de la période anxiogène que l’on traverse, résume Jean-Pierre Mader. Au moment où on le vivait, on n'avait évidemment pas conscience qu’un jour, on se dirait : 'C’était ça les années 1980'", confie le chanteur.

 

 

 

Julie Pietri, elle, considère que Stars 80 fait figure de thérapie pour le public. "Cela doit rassurer les gens. On représente la stabilité dans un monde instable", raconte à franceinfo celle à qui l’on doit le tube Eve, lève-toi. "Les premières années, les gens nous disaient 'bravo'. Maintenant, ils nous disent 'merci, vous nous faites du bien'. Il y a un côté 'grande messe'", s’étonne Cookie Dingler.

 

 

 

Mais la nostalgie n’explique pas tout. "Dans le public, il y a beaucoup d’ados et de trentenaires qui n’ont pas vécu cette période, c’est incroyable", s’enthousiasme celui qui chante sa Femme libérée depuis trente-trois ans. "Des gamins de 20 ou 25 ans, l’âge de ma fille", confirme Julie Pietri. Pour la chanteuse, les tubes des parents sont devenus ceux de leurs enfants. 

 

 

 

Les jeunes dansent sur nos chansons dans leurs soirées, sans avoir baigné dans cette époque.

Julie Pietri

 

 

Pauline Ester, Cookie Dingler, et Julie Pietri à Monbéliard (Doubs), le 28 mars 2015.

 

 

Pauline Ester, Cookie Dingler, et Julie Pietri à Monbéliard (Doubs), le 28 mars 2015. (MAXPPP)

 

 

 

"Et tu chantes, chantes, chantes, ce refrain qui te plaît"

 

Les Démons de minuit, Les brunes comptent pas pour des prunes, Voyage voyage, Confidence pour confidence… Autant de tubes synonymes de machines à cash : dans le cas de Patrick Hernandez, Born to Be Alive lui rapporte en droits d’auteur "entre 800 et 1 500 euros par jour, selon les années".

 

 

 

Mais ces titres sont aussi des "madeleines de Proust" pour un public qui les connaît par cœur. "Ce sont les chansons qui sont les vraies stars dans Stars 80", affirme Cookie Dingler. Sa chanson, Femme libérée, ne lui "appartient plus"

 

 

 

 

Quand tout un Zénith la chante du début à la fin, c’est qu’elle fait partie du patrimoine. C’est peut-être la chanson d’un anniversaire, d’un mariage, d’un départ à la retraite. Les gens en détournent les paroles.

Cookie Dingler

 

 

 

Boîtes à rythmes, synthés, refrains entêtants... La patte des chansons des années 1980 est immédiatement reconnaissable. "C’était une période très créative par rapport à aujourd’hui où tout est plus uniformisé et parfois jetable", regrette Julie Pietri. "On a fait la nique aux pop stars anglo-saxonnes : c’était des Français qui régnaient sur le dancefloor à l’époque ! Mis à part David Guetta, il n’y a pas d’équivalent aujourd'hui", s’amuse Jean-Pierre Mader. 

 

 

 

Ces "Stars 80" ne sont-elles pas lassées de chanter leur tube en boucle ? "Si vous ne chantez pas les chansons que le public attend, vous ne servez plus à rien !", tranche Julie Pietri.

 

 

 

Quand bien même j'aurais chanté ma chanson un million de fois, ce serait bien bégueule de ne pas le faire quand on voit le bonheur que cela peut procurer.

Cookie Dingler

 

 

Pour éviter l’aspect répétitif et continuer d’attirer le public, la tournée évolue chaque année. Bien sûr, chaque artiste interprète ses tubes. Mais les membres du spectacle forment aussi des duos ou des trios, qui reprennent d’autres standards de la décennie ou chantent des medleys. "On a amélioré les décors, les chorégraphies, la mise en scène… On a de vrais musiciens, ç'en est fini des bandes-son des débuts. On se perfectionne", raconte Jean-Louis Pujade, batteur de Emile et Images.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Un peu plus près des étoiles, au jardin de lumière et d'argent"

 

 

Depuis dix ans, une quinzaine d’artistes, âgés de 55 à 74 ans, se partagent la même scène, à raison d’une centaine de spectacles par an. Une cohabitation dans une atmosphère de franche camaraderie, assurent tous les artistes interrogés.

 

 

"On a tous notre carrière derrière nous", lâche Patrick Hernandez, qui se veut "lucide". "Alors, on est là pour s’amuser et passer un bon moment, poursuit le chanteur. S’il y avait eu des grosses têtes ou des antagonismes, cela n’aurait pas pu durer dix ans."

 

 

 

 

Il est trop tard pour mener des ego, il n’y a que du plaisir.

Cookie Dingler

 

 

Le producteur Olivier Kaefer nuance un peu cette vision idylique : "Quinze artistes, c’est quinze ego à gérer !" Dans son livre, Mes étoiles 1980 (Ed. Pygmalion), il relate quelques anecdotes piquantes sur les coulisses de la tournée.

 

 

 

"Il y a parfois des disputes à gérer ou des artistes mécontents d’avoir moins de titres [à chanter] que leurs camarades", détaille-t-il. Aucun caprice de stars ne lui échappe : un chanteur "pas toujours facile à gérer car il n’a pas l’alcool gai" ; Sabrina (interprète de Boys) qui joue la "diva" ; "Julie Pietri qui achetait les fleurs, qu’elle demandait ensuite à un fan de lui offrir" ; "Jean-Luc Lahaye, le couche-tard qui voyage en voiture car il n’est pas réveillé quand le bus de la tournée se met en route vers le prochain Zénith..."

 

 

 

Dans le bus, "c’est la colonie de vacances", assure de son côté le batteur de Emile et Images. "Dès que la tournée s’arrête, il nous tarde de recommencer", poursuit Jean-Louis Pujade. "L’ambiance est potache, abonde Cookie Dingler. Par exemple, Sabrina est celle qui fait toujours des blagues dans la troupe."

 

 

 

C’est comme si on jouait dans une équipe de foot, chacun est à son poste et c’est rassurant.

Patrick Hernandez

 

 

"Quand l’un d’entre nous ne va pas bien, on s’inquiète et on prend soin de lui", raconte le chanteur de Born to Be Alive. Julie Pietri se montre plus mesurée : "On a des affinités avec certains et un peu moins avec d’autres, c’est normal."

 

 

 

"Juste une mise au point"

 

Mais les coups peuvent voler bas dans Stars 80. Hugues Gentelet (incarné au cinéma par Richard Anconina) et Olivier Kaefer (dont le rôle est joué par Patrick Timsit) ont attaqué en justice le producteur des films Stars 80, Thomas Langmann. "Je l'ai attaqué car j'ai collaboré au scénario du premier film et mes droits d'auteur n'ont toujours pas été payés, enrage Olivier Kaefer dans Le Parisien. Je l'attaque aussi sur le deuxième film, pour violation de mon droit moral."

 

 

La réponse de Thomas Langmann est cinglante. "J'ai payé Olivier Kaefer 200 000 euros pour qu'il me fasse rencontrer les artistes de leur tournée, qui s'appelait alors RFM Party 80, et pour qu'il organise des concerts au moment de la sortie du film. Il n'a même pas honoré cette deuxième partie du contrat puisqu'il a déposé le bilan", regrette le réalisateur et producteur, toujours dans les colonnes du Parisien.

 

 

 

J'ai ensuite salarié Kaefer pendant des années pour un boulot qui était en fait un placard... Parce que, avec Claude Cyndecki, le coproducteur, on a transformé un spectacle qui ressemblait à la foire à la saucisse en un énorme show.

Thomas Langmann

 

 

Olivier Kaefer dément les accusations de Thomas Langmann, à qui il reproche également un "mépris et une forme d’humiliation" vis-à-vis "des artistes et du public" des premières tournées. Présente en 2008, 2009 et 2010, Jeanne Mas dévoile aussi des tensions en coulisses. Des frictions qui l'avaient poussée à quitter l'aventure au bout de trois ans. "Je n'étais pas bien (...) Ma place n'était pas là-bas", confie l'interprète de En rouge et noir et de Johnny Johnny à RTL

 

 

 

Les personnes qui géraient ça étaient très, très dures avec les artistes. Pas avec moi, car je sais me défendre, mais avec d'autres. Il y avait un manque total de respect.

Jeanne Mas

 

 

De son côté, Hugues Gentelet, également en procès contre le cinéaste, lance sa propre tournée Les Années 80 : la tournée, à partir du 12 janvier. Avec Lio, Jean-Luc Lahaye, François Feldman… ils vont "parcourir les villes mises de côté depuis quelques années par Stars 80, avec un spectacle à taille humaine et festif."

 

 

Quant aux "stars 80", après un "break" prévu début 2018, elles reprendront la route des Zénith pour une tournée qui doit s’étaler jusqu’en 2019. Cette année-là, Born to Be Alive fêtera ses 40 ans.

 


04/12/2017
0 Poster un commentaire

L'Internaute - Élection MISS UNIVERS 2018 - le lundi 27.11.2017

 

 

Miss Univers 2018 : le sacre de Miss Afrique du Sud en images

 

 

 

10672588.jpg

 

 

 

 

La cérémonie du concours de beauté Miss Univers 2018 s'est déroulée ce dimanche 26 novembre au Casino Planet Hollywood de Las Vegas. Les 92 candidates ont arboré leur plus beau sourire pour tenter de remporter la couronne. Cette année, ce n'est malheureusement pas la Française Alicia Aylies qui a remporté le titre de Miss Univers, mais la Sud-Africaine Demi-Leigh Nel-Peters. Iris Mittenaere, qui a rendu son écharpe, a transmis sa couronne à Demi-Leigh, les larmes aux yeux. Sacrée Miss Univers 2018, la Sud-Africaine de 22 ans n'a pas su cacher son émotion.

 

 

Cette diplômée en gestion des affaires à l'Université du Nord-Ouest est la deuxième représentante de son pays à obtenir le statut de plus belle femme de l'Univers, la première était Magaret Gardiner, sacrée en 1978. Le titre était loin d'être gagné d'avance pour Miss Univers 2018 : la jolie blonde était en étroite compétition avec Miss Colombie (Laura González), Miss Jamaïque (Davida Bennett), Miss Thaïlande (Maria Poonlertlarp) et Miss Venezuela (Keysi Sayago). La Sud-Africaine repart donc couronnée avec en guise de premier cadeau un appartement de luxe en plein cœur de New York.

 


L'élection de Miss Pérou a inspiré les candidates cette année : Miss Jamaïque et Miss Afrique du Sud ont abordé les questions de l'égalité salariale et du harcèlement sexuel. "Dans certains endroits, les femmes perçoivent 75 % de ce que gagnent les hommes pour faire le même travail. Je ne crois pas que cela soit juste. Je pense que nous devrions avoir un travail égal pour un salaire égal partout dans le monde", a déclaré la lauréate peu après son sacre. Une tendance féministe chez les Miss qui devrait prochainement arriver chez nous : Sylvie Tellier a confirmé au Parisien que l'élection Miss France 2018 dénoncera les violences faites aux femmes. Preuve que l'adage "sois belle et tais-toi" est révolu ?


28/11/2017
0 Poster un commentaire

France Info le jeudi 19.10.2017

 

 

L'actrice Danielle Darrieux est morte à l'âge de 100 ans

 

 

Elle est connue pour avoir joué notamment dans Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy, ou Huit femmes de François Ozon.

 

 

 

 

L'actrice Danielle Darrieux est morte à l'âge de 100 ans à son domicile de Bois-le-Roi (Eure), mardi 17 octobre, annonce son compagnon. La comédienne était entrée dans le cercle des actrices centenaires le 1er mai dernier. 

 

 

Son état s'était "un peu dégradé récemment après une petite chute", a indiqué son compagnon Jacques Jenvrin. L'actrice a tourné plus de cent films et est connue pour avoir joué notamment dans Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy, ou Huit femmes de François Ozon.

 

 

 

13546269.jpg

 

L'actrice Danielle Darrieux invitée de "Vivement dimanche" sur France 2, le 29 janvier 2003. (MAXPPP)

Un Molière pour "Oscar et la dame rose"

 

 

Née le 1er mai 1917 à Bordeaux, elle tourne à 14 ans son premier film, Le Bal de  Wilhelm Thiel. Appréciée pour sa fraîcheur, elle joue dans des comédies avant d'aborder des rôles plus dramatiques et de triompher dans Mayerling aux côtés de Charles Boyer (1935). Parallèlement, elle mène dès 1932 une carrière internationale qui la conduira à Hollywood et à Broadway. Egérie d'Henri Decoin, "DD", comme on l'appelait, elle tournera une demi-douzaine de films sous sa direction.

 

 

A partir de 1969, Danielle Darrieux commence à se produire au théâtre, interprétant Feydeau, Guitry ou Marcel Aymé. En 2003, seule en scène, elle crée Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt, qui lui vaut un Molière. Elle a encore travaillé pour le cinéma et la télévision en 2010.

 


19/10/2017
0 Poster un commentaire

jeudi 12 octobre 2017

 

 
    DISPARITION DE JEAN ROCHEFORT

 

 

Jean Rochefort est mort dans la nuit de dimanche à lundi, à l'âge de 87 ans. Tout au long de sa vie, il a voué une admiration sans limite au cheval. Cavalier, éleveur et propriétaire, il ne se lassait jamais de parler des chevaux. C'est également grâce aux chevaux que Jean Rochefort avait lancé la carrière au cinéma d'un certain Guillaume Canet.

 

 

15194762148_ec5c7a0d3d_b.jpg


Jean Rochefort dans Angélique

 

 

Jean Rochefort était un passionné. De cinéma bien sûr avec plus de 120 films à sa filmographie, et de théâtre avec de nombreux rôles. Mais il l’était avant tout d’équitation.

 

 

roche.jpg


12/10/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 29 août 2017

 

 
 
    DISPARITION - ELLE AVAIT 79 ANS. LE CINÉMA PERD MIREILLE DARC

 

 

 

Elle parlait couramment le Audiard et le Lautner qui paraissaient avoir inventé pour elle, silhouette sexy longiligne, la grande sauterelle, ce personnage de femme libre qui riait, qui chantait, qui était vivante.

 

 

Elle était icône, muse, grande dame. Mireille Darc s'est éteinte, hier, à Paris, à l'âge de 79 ans, son époux et son ami de toujours, Alain Delon à son chevet. Elle avait fait rêver le cinéma des années 70 et 80, image classe d'une actrice à l'élégance folle, à l'allure affolante.

 

 

Durant quinze ans, Mireille Darc a été la compagne d'Alain Delon, rencontré en 1968, sur le tournage de Jeff de Jean Herman. Le couple, l'un des plus médiatisés, devient culte.

 

 

18842542.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg    La-douloureuse-enfance-de-Mireille-Darc.jpg


02/09/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 25 août 2017

 

 
 
    À 93 ANS, CHARLES AZNAVOUR EN HAUT DE L'AFFICHE À HOLLYWOOD

 

 

 

Le nom de Charles Aznavour brillait en haut de l'affiche à  Hollywood hier : le légendaire auteur-compositeur-interprète a reçu son étoile sur le "Walk of Fame", au milieu d'une constellation d'autres stars. Le chanteur de 93 ans a par ailleurs annoncé qu'il sera en tournée en France début 2018 après 7 ans d'absence.

 

 

 

charles-aznavour-obtient-son-etoile-sur-le-walk-of-fame-284205.jpg


26/08/2017
0 Poster un commentaire

Dimanche 20 août 2017 - Décès de Jerry Lewis

 

Décès de l'humoriste et acteur américain Jerry Lewis

 

 

 

960x614_humoriste-acteur-americain-jerry-lewis-eteint-20-aout-2017-age-91-ans.jpg

 

 

 

L’humoriste et acteur américain Jerry Lewis, aussi à l’aise sur scène que devant ou derrière la caméra, est décédé dimanche à l’âge de 91 ans, a annoncé son agent. Artiste complet, inlassable créateur de gags au comique essentiellement visuel, Jerry Lewis est décédé à son domicile de Las Vegas, précise le magazine américain Variety.

 

 

Acteur dans plus de 60 films, Jerry Lewis fut aussi producteur et metteur en scène. Sa rencontre avec le chanteur Dean Martin, en 1946, fut déterminante. Après leur participation au fameux Ed Sullivan Show (1948), ils furent engagés par la Paramount et, dès leur premier film, « My friend Irma » (Ma bonne amie Irma), ils séduisirent un large public. Dix ans plus tard, ils décidèrent de faire carrière en solo.

 


26/08/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 1er août 2017

 

 
 
    CINÉMA - L'ACTRICE EST DÉCÉDÉE HIER À L'ÂGE DE 89 ANS

 

 

 

JEANNE MOREAU S'EST ÉTEINTE, À JAMAIS INSOUMISE

 

 

Elle a tant chanté et joué la vie, que son tourbillon a fini par l'emporter. Actrice, moue de légende, chanteuse, réalisatrice, militante, femme libre surtout, Jeanne Moreau s'est éteinte lundi. "La mort, c'est l'ultime curiosité" disait-elle. Depuis hier, le cinéma est en noir.

 

 

       Jeanne-Moreau-est-decedee-aujourd-hui.jpg   jeanne-moreau.jpg


05/08/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 22 juillet 2017

 

 
 
    DISPARITION - IL ÉTAIT ÂGÉ DE 88 ANS - CLAUDE RICH TIRE SA RÉVÉRENCE

 

 

 

Claude Rich, homme de théâtre et de cinéma, immense et facétieux acteur, amoureux de la langue française est décédé jeudi soir des suites d'une longue maladie.

 

 

rich_cotillarde.jpg

 

 

Il était devenu au fil des décennies l'une des figures les plus familières du théâtre et du cinéma français sans pour autant tenir toujours le premier rôle. Acteur élégant et malicieux, Claude Rich est décédé jeudi soir, à l'âge de 88 ans. Le comédien est mort des suites d'une longue maladie à son domicile, en région parisienne entouré des siens. Connu pour son sourire gourmand, son regard malicieux et sa voix subtile, limite nasillarde, Claude Rich a joué au total dans une cinquantaine de pièces et près de 80 films.

 

 

 

          153522-claude-rich-637x0-1.jpg


26/07/2017
0 Poster un commentaire