L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

RDCongo


le Progrès du lundi 2 janvier 2017

 

 

 

ANNÉE DE TRANSITION - POUVOIR ET OPPOSITION VONT COGÉRER LE PAYS

 

 

L'année 2017 se présente comme une année de transition historique en République démocratique du Congo : pouvoir et opposition sont parvenus in extremis, ce week-end, à conclure un accord de cogestion du pays jusqu'à l'élection d'un successeur au président Joseph Kabila, dont le mandat a expiré le 20 décembre.

 

 

 

Des conflits depuis 1960

 

L'accord négocié sous l'égide de l'épiscopat vise à sortir le pays de la crise politique née du maintien de M. Kabila, 45 ans, à la tête de la RDC après l'expiration de son mandat. Il devait organiser des élections... ce qu'il n'a pas fait.

 

 

Après un premier accord conclu en octobre entre le pouvoir et une frange minoritaire de l'opposition, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Genco) avait réussi à la réunir tout l'éventail politique à partir du 8 décembre.

 

 

Dans l'accord du 31 décembre, les parties ont convenu de maintenir M. Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la constitution interdit de briguer un troisième mandat, à la tête du pays jusqu'à la tenue d'une présidentielle prévue à "fin 2017".

 

 

Pendant cette période de transition de douze mois, l'accord prévoit la création d'un Conseil national de transition (CNT) présidé par l'opposant historique Étienne Tshisekedi. Un nouveau Premier ministre issu du "Rassemblement", coalition regroupant la majeure partie de l'opposition et présidé par M. Tshisekedi.

 

 

Mais l'accord ne précise pas à quelle date la CNT doit être mis en place, ni dans quel délai ce Premier ministre doit être désigné.

 

 

La RDC n'a jamais connu de transition pacifique du pouvoir depuis son indépendance de la Belgique en 1960. Ce pays a été ravagé entre 1996 et 2003 par deux guerres qui ont fait au moins trois millions de morts.

 


04/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 27 décembre 2016

 

 

 

ATTAQUES MEURTRIÈRES CONTRE LES HUTUS CE WEE-END

 

 

Pas moins de 35 civils ont été tués pendant un week-end de Noël sanglant au Nord-Kivu, dans l'Est de la République démocratique du Congo. Au moins 13 civils hutus ont notamment été attaqués mortellement, dimanche, par une milice d'ethnie nande sur le village de Nyanzale, dans le sud de la province. Trois assaillants sont morts lors de l'intervention des militaires, l'armée faisant état de six miliciens tués. Les Hutus, rwandophones, sont largement tenus pour des étrangers par les communautés comme les Nande ou les Hunde.

 


27/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 26 décembre 2016

 

 

 

AFRIQUE CENTRALE - GUERRE CIVILE. RD CONGO : ENCORE DES MASSACRES

 

 

Les armes sont plus fortes que les négociations en République démocratique du Congo. Plus de vingt civils ont été massacrés à l'arme blanche et à la machette samedi et hier dans l'Est de la République démocratique du Congo. Ce nouveau drame s'est produit dans le territoire de Beni, zone du nord du Nord-Kivu ensanglantée depuis plus de deux ans par une vague de massacres qui ont fait plus de 700 tués.

 

 

L'attaque est imputée aux Forces démocratiques alliées, la rébellion ougandaise musulmane installée dans la région depuis plus de vingt ans et accusée par les autorités congolaises d'être responsables des tueries en série dans la région. Quatre rebelles ont été abattus par l'armée congolaise qui menait une autre opération hier soir dans une zone plus au sud.

 

 

Outre les multiples conflits qui déchirent la partie orientale de cet État-continent de plus de 70 millions d'habitants, le pays traverse actuellement une grava crise politique liée au président Joseph Kabila au pouvoir depuis 2001. La Constitution lui interdit de se représenter. Après le report sine die de la présidentielle, son second mandat s'est achevé mardi dans un climat de violences politiques et interethniques meurtrières.

 

 

Samedi, les discussions entre le pouvoir et l'opposition ont échoué. L'Église, qui mène ces négociations, promet un accord d'ici à la fin de l'année pour organiser un scrutin présidentiel fin 2017. Mais de nombreux désaccords persistent entre les deux camps. Depuis son indépendance de la Belgique en 1960, la RDC n'a jamais connu de transition pacifique.

 

 

 

carte-congo-(rdc).gif


26/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du dimanche 25 décembre 2016

 

 

 

RD CONGO - PAS D'ACCORD SUR LA TRANSITION

 

 

L'espoir d'un accord avant Noël pour sortir la République Démocratique du Congo de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila s'est évanoui hier. Après 48 heures d'intenses négociations à Kinshasa, pouvoir et opposition ne sont pas parvenus à surmonter leurs divergences. Les discussions, entamées le 8 décembre à l'initiative de l'Église catholique, doivent reprendre après la pause de Noël. L'objectif est d'organiser un nouveau scrutin "fin 2017" pour éviter le risque d'une nouvelle descente aux enfers du Congo après deux guerres entre 1996 et 2003.

 


26/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 21 décembre 2016

 

 

 

VIOLENCES À KINSHASA

 

 

Des violences ont éclaté hier à Kinshasa et dans plusieurs villes de la République Démocratique du Congo, où l'opposant historique Étienne-Tshisekedi a appelé à ne plus "reconnaître" le président Joseph Kabila, qu'il accuse de "coup d'État". La date du 20 décembre 2016 hante la vie politique congolaise depuis des mois : elle marque la fin du mandat de M. Kabila, à qui la Constitution interdit de se représenter.

 


23/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 20 décembre 2016

 

 

 

LE PAYS SOUS HAUTE TENSION

 

 

Pas de consensus, pas d'élection. C'est la crise politique que traverse actuellement la République démocratique du Congo (RDC). Une situation explosive. Le président depuis 15 ans Joseph Kabila, dont le mandat s'achève aujourd'hui, refuse de quitter le pouvoir alors que la Constitution lui interdit de se représenter. La présidentielle devait avoir lieu cette année mais a été reportée à... 2018.

 


21/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 9 novembre 2016

 

 

 

EXPLOSION MORTELLE AU PASSAGE DE CASQUES BLEUS

 

 

Une fillette a été tuée, 31 Casques bleus indiens et un civil blessés hier à Goma dans l'est de la République Démocratique Du Congo, par une explosion qui pourrait être d'origine criminelle. L'explosion a eu lieu au passage de Casques bleus indiens qui faisaient du sport, et pourrait provenir d'un engin artisanal.

 

 

Congopeacekeepers.jpg


10/11/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 21 septembre 2016

 

 

INCENDIES - NOUVELLES VIOLENCES MEURTRIÈRES À KINSHASA

 

 

Le siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), premier parti de l'opposition à l'Assemblée nationale de la République Démocratique du Congo (RDC), brûlait vivement. Des témoins ont vu deux corps carbonisés, deux autres personnes en train de brûler vives. Dans l'enceinte du bâtiment, situé dans le centre-ouest de Kinshasa, des bidons d'essence renversés témoignaient du caractère criminel de l'incendie. Deux autres sièges de partis ont également été incendiés pendant la nuit : celui des Forces novatrices pour l'union et la solidarité (Fonus) et celui du Mouvement lumumbiste progressiste (MLP). Cela fait suite aux violences de lundi, qui ont causé la mort de 50 personnes selon l'opposition, 17 selon les autorités.

 

 

Hier était la date limite pour convier les électeurs aux urnes pour la présidentielle, qui apparaissait impossible à tenir dans le temps. La loi fondamentale interdit à M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se représenter, mais celui-ci ne donne aucun signe de vouloir quitter son poste.

 


22/09/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 20 septembre 2016

 

 

CONGO - 50 PERSONNES TUÉES, SELON L'OPPOSITION

 

 

Cinquante personnes ont été tuées lundi par les forces de l'ordre à Kinshasa, selon le "Rassemblement" de l'opposition qui avait appelé à manifester dans toue la République démocratique du Congo pour exiger le départ du président Joseph Kabila au terme de son mandat, le 20 décembre.

 

 

index.jpg

 

Joseph Kabila

 


21/09/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 15 août 2016

 

 

36 CIVILS TUÉS DANS LE NORD

 

 

36 civils (22 hommes, 14 femmes), selon un bilan officiel, ont été tués dans la nuit de samedi à hier à Beni, dans l'est de la République Démocratique Du Congo, provoquant la colère de la population contre une succession de massacres qui ont déjà fait plusieurs centaines de morts en moins de deux ans. Le gouvernement a décrété un deuil national de trois jours à partir d'aujourd'hui.

 


15/08/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 22 juin 2016

 

 

DIX-HUIT ANS DE PRISON POUR L'ANCIEN PRÉSIDENT BEMBA

 

 

La Cour pénale internationale a condamné hier l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba à 18 années de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Riche homme d'affaires devenu chef de guerre, Bemba, 53 ans, a été condamné pour la vague de meurtres et de viols commis par sa milice, le Mouvement de libération congolais (MLC), en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003.

 

 

 jean-pierre-bemba-gombo.jpg


23/06/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 5 avril 2016

 

 

CONGO - VIOLENTS HEURTS À BRAZZAVILLE

 

Situation tendue au Congo. Dans le sud de Brazzaville, des combats ont opposé des assaillants non identifiés aux forces de l'ordre, dans la nuit de dimanche à hier. Des échanges de tirs à l'arme automatique émaillés de détonations d'armes lourdes, ont été entendus. Un commissariat de police a été incendié. Les autorités n'ont fourni aucun bilan en pertes de vies humaines. La situation restait difficile à évaluer, mais semblait être revenue au calme le matin. En revanche, des milliers d'habitants ont fui les quartiers de Brazzaville touchés.

 

 

La présidentielle contestée

 

Ces violences surviennent alors que la Cour constitutionnelle doit valider les résultats de la présidentielle du 20 mars, lors de laquelle le président Denis Sassou Nguesso a été réélu dès le premier tour avec plus de 60 % des voix. Rejetant ces résultats comme une "forfaiture", cinq candidats d'opposition ont appelé la population à les contester par des voies pacifiques.

 


06/04/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 21 mars 2016

 

 

CONGO - Présidentielle : le vote coupé du monde. Coupés du reste du monde, les Congolais votaient hier pour une élection présidentielle opposant huit candidats au chef de l'Etat sortant Denis Sassou Nguesso. Les autorités ont annoncé samedi la coupure de toutes les télécommunications (téléphoniques, internet, SMS) dans le pays hier et aujourd'hui "pour des raisons de sécurité et de sûreté nationales".

 

 

congo-brazzaville-rdc-president-DENIS-SASSOU-NGUESSO.jpg

 

Denis Sassou Nguesso


22/03/2016
0 Poster un commentaire