L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

ASIE


le Progrès du dimanche 19 mars 2017

 

 

 

DÉFENSE - CHINOIS ET AMÉRICAINS UNIS FACE À LA MENACE NUCLÉAIRE NORD-CORÉENNE

 

 

"Nous allons travailler ensemble pour voir si nous ne pourrions pas amener le gouvernement de Pyongyang à changer de position [...] et s'écarter du développement d'armes nucléaires". Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson s'est efforcé d'adopter un ton conciliant, hier, à l'issue de conversation avec son homologue chinois Wang Yi, lors de sa première visite à Pékin.

 

 

"Nous sommes d'accord pour dire que la tension dans la péninsule est très élevée et que les choses ont atteint un niveau dangereux", a ajouté le chef de la diplomatie américaine. La veille en Corée du Sud, il avait même souligné que l'option militaire était "sur la table" face à la Corée du Nord.

 

 

 

_95216970_mediaitem95216967.jpg

 

 

En réponse, le ministre chinois a réaffirmé la position traditionnelle de Pékin en faveur d'un retour aux négociations, tout en assurant que son gouvernement souhaitait aussi la dénuclérisation de la péninsule. L'"entente cordiale" des deux ministres des Affaires étrangères contraste avec l'escalade diplomatique entre les deux pays sur ce dossier. Vendredi, le président Trump accusait la Chine de ne pas suffisamment mettre la pression sur son allié nord-coréen, tandis que la Chine reprochait aux États-Unis d'alimenter la tension par des exercices militaires en Corée du Sud.

 


24/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 8 mars 2017

 

 

 

ASIE - TENSIONS DIPLOMATIQUES. LA CORÉE DU NORD SE DIT PRÊTE À FRAPPER

 

 

Alors que la Corée du Nord a affirmé hier que ses tirs de missiles balistiques étaient un exercice en vue de frapper les bases américaines au Japon, l'armée américaine a réagi en annonçant dans la nuit de lundi à mardi qu'elle avait installé à Séoul les premiers éléments de son système antimissile Thaad.

 

 

Trois engins nord-coréens lancés lundi sont tombés dangereusement près du Japon, dans sa zone économique exclusive (ZEE), dans un nouveau défi à la communauté internationale et au président américain Donald Trump. Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira aujourd'hui, à la demande de Tokyo et Séoul, pour discuter de la situation.

 

 

 

carte16221.gif

 

août 2008

 

 

 

La Chine entre deux feux

 

Dans le même temps, l'installation du Thaad provoque l'ire de Pyongyang mais aussi de Pékin qui considère que le système Thaad et son puissant radar sont susceptibles de réduire l'efficacité de ses propres systèmes de missiles. La Chine a annoncé qu'elle défendrait "résolument" sa sécurité après le déploiement du bouclier. Pékin prend cependant ses distances vis-à-vis des ambitions nucléaires de Pyongyang.

 

 

 

 

Conflit diplomatique Malaisie-Corée du Nord

 

Dans le même temps, Pyongyang a interdit hier aux Malaisiens de quitter la Corée du Nord, provoquant une riposte immédiate de Kuala Lumpur et faisant de ressortissants des deux pays les otages d'un conflit diplomatique qui s'envenime après l'assassinat de Kim Jong-Nam, demi-frère en exil du dirigeant nord-coréen.

 

 

11606960.jpg


12/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 7 mars 2017

 

 

 

CORÉE DU NORD - TROIS MISSILES DANS LES EAUX JAPONAISES

 

 

Hier, Pyongyang a tiré quatre missiles balistiques en mer du Japon. Trois d'entre eux, et pour la seconde fois, sont tombés en mer dans la zone économique exclusive du Japon, qui s'étend jusqu'à 370 kilomètres de ses côtes. "Les tirs répétés de la Corée du Nord sont un acte de provocation pour notre sécurité", selon le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

 


10/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 6 mars 2017

 

 

 

ASIE - PARLEMENT. POLLUTION, CORRUPTION, ÉCONOMIE : LA CHINE SE FIXE UN CAP

 

 

La guerre est déclarée. La Chine des grandes villes ne respire plus et le Premier ministre, Li Keqiang, promet de lui redonner de l'air, plus pur.

 

 

Dans son discours d'ouverture de la réunion de l'Assemblée nationale populaire, diffusé en direct à la télévision et suivi religieusement par les parlementaires, le Premier ministre a tenu un discours économique très volontariste aux accents écologiques. Dans son intervention, Li Keqiang a largement abordé les risques croissants qui assaillent le système financier, tout en promettant une guerre accrue contre la pollution.

 

 

 

Lutter contre la corruption, un enjeu majeur

 

Ainsi la Chine va-t-elle réduire de 150 millions de tonnes les capacités annuelles du secteur du charbon (une baisse de 800 millions est visée d'ici 2020), a assuré M. Li Keqiang. Cela fera les beaux jours de la vie quotidienne des Chinois, à qui le Premier ministre a promis de rendre "un ciel bleu".

 

 

 

121116093352-li-keqiang-story-top.jpg

 

Li Keqiang

 

 

 

Pour le Chinois ordinaire, cependant, le problème n° 1 n'est pas de redonner du souffle à l'économie ou de permettre au peuple de respirer mieux : le Parlement devrait s'occuper de la corruption des élites. Selon un sondage du Quotidien du Peuple, le porte-voix du Parti, cette question arrive en tête de leurs préoccupations, suivie de la sécurité sociale.

 

 

L'enjeu, pour Pékin, est de répondre à cette préoccupation tout en préservant la stabilité politique, avant le remplacement à l'automne d'une majorité des sept membres du Comité permanent du bureau politique du Parti communiste, l'organe tout puissant du régime, le vrai pouvoir chinois.

 

 

 

Croissance en baisse

 

Envolée de sa dette ; conjoncture mondiale morose; essor d'une "finance de l'ombre" non régulée : la Chine table sur une croissance de "seulement" 6,5 % en 2017. Cette année, la croissance avait été de 6,7 %, soit le plus mauvais chiffre depuis 26 ans. Le régime conduit un douloureux rééquilibrage vers les services et la consommation intérieure, avec la nécessité de préserver la stabilité sociale et l'emploi.

 


08/03/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 18 février 2017

 

 

 

JAPON - RECORD DE MARIAGES... SANS SEXE

 

 

Selon un sondage réalisé par l'association de planification familiale au Japon, 47,2 % des couples mariés au Japon de 16 à 49 ans n'ont pas eu de rapports sexuels depuis plus d'un mois, et ne projettent pas d'en avoir de sitôt. C'est 2,4 % de plus que lors du dernier sondage effectué en 2014, un record.

 

 

Plusieurs explications sont avancées : la culture de bourreau de travail des Japonais (plus de 35,2 % des hommes interrogés se disent trop fatigués pour les ébats sexuels), la décoration trop terne des chambres ou le fait que les Japonais ont tendance à voir leurs femmes comme une mère de substitution.

 


20/02/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 24 janvier 2017

 

 

 

SOUVERAINETÉ - L'EMPEREUR DU JAPON POURRA ABDIQUER

 

Akihito, l'empereur du Japon pourra sans doute abdiquer. Le souverain avait exprimé un souhait en ce sens, mais la loi de la Maison impériale le lui interdisait. Une commission qui devait étudier la possibilité de créer une législation en ce sens a rendu hier des conclusions favorables. Le choix définitif devrait être annoncé fin mars.

 

 

akihito-m.jpg


26/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 21 janvier 2017

 

 

 

CHINE - LA CROISSANCE RALENTIT

 

 

La croissance chinoise n'a jamais été aussi faible depuis 1990. Alors qu'en 2015 elle atteignait 6,9 %, cette année elle s'établit à 6,7 % et les prévisions 2017 ne s'annoncent pas meilleures. En cause : l'essoufflement de la production industrielle : + 6 % en 2016 contre 10 % en 2015. Les demandes mondiales en deçà des espérances et la hausse des prix de la main-d'oeuvre locale ont entraîné un net recul des exportations.

 


21/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 10 janvier 2017

 

 

 

AU JAPON, AVOIR 20 ANS, C'EST TOUTE UNE CÉRÉMONIE

 

 

Des neiges de Hokkaido à la végétation subtropicale d'Okinawa, de jeunes japonaises en kimonos étincelants, coiffées et maquillées pour des fortunes, ont afflué par milliers hier dans parcs et sanctuaires pour fêter le jour du passage à l'âge adulte. Observé le deuxième lundi de janvier, ce rituel marqué par des cérémonies rassemble filles et garçons dont le 20e anniversaire est tombé l'année précédente ou arrivera avant le 31 mars.

 

 

 

seijin_shiki_4.jpg


13/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 2 janvier 2017

 

 

 

CORÉE DU NORD - DISCOURS DU NOUVEL AN

 

 

La Corée du Nord finalise son "missile intercontinental"

 

 

Le leader nord-coréen, Kim Jong-un, a affirmé dimanche que son pays en était "aux dernières étapes avant le test d'un missile balistique intercontinental".

 

 

Kim Jong-un a démarré fort l'année 2017. Dans son discours de Nouvel An, le leader nord-coréen a déclaré hier que son pays était proche d'achever la conception d'un missile "intercontinental" : "Nous en sommes aux dernières étapes avant le lancement test d'un missile balistique intercontinental", a insisté le chef de l'État nord-coréen dans un message de 30 minutes diffusé à la télévision.

 

 

 

coree-20140504.jpg

 

 

 

Puissance nucléaire ?

 

Kim Jong-un a également affirmé que Pyongyang avait "acquis le statut de puissance nucléaire" au cours de l'année passée, avant de lancer un avertissement à ses ennemis : "La Corée du Nord est désormais une puissance militaire que même le plus puissant des ennemis ne pourra toucher".

 

 

Sans les citer, Kim Jong-un a visé directement les États-Unis et son président en fin de mandat, Barack Obama, qui avait promis de nouvelles sanctions à l'encontre de la Corée du Nord en septembre. Mais pour l'instant, ni Barack Obama ni son successeur, Donald Trump, n'ont réagi aux déclarations du dirigeant nord-coréen.

 

 

Courant 2016, Pyongyang a effectué deux essais nucléaires et lancé plusieurs missiles, dans le cadre de sa quête permanente visant à pouvoir frapper le sol américain avec une arme à tête nucléaire. Les analystes sont divisés quant à la capacité réelle de la Corée du Nord à se doter d'une arme nucléaire, précisément parce qu'elle n'a jamais réussi à lancer avec succès un missile balistique intercontinental.

 

 

Mais tous sont d'accord pour dire que Pyongyang a réalisé d'énormes progrès dans cette direction depuis que Kim Jong-un a succédé à son père, Kim Jong-il, mort en 2011.

 

 

Outre l'achèvement de ce missile, Kim Jong-un a déclaré que son pays allait "renforcer ses capacités défensives tant que la Corée du Sud et les États-Unis n'arrêteront pas leurs manoeuvres militaires".

 

 

Néanmoins, il s'est dit favorable à une amélioration des relations avec son voisin du sud, ce qui constituerait selon lui un "point de départ pour la paix et la réunification".

 


02/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 27 décembre 2016

 

 

 

ASIE - ÉLEVAGE. EN CHINE, DES FERMES À 10 000 VACHES

 

 

Pour répondre à une demande de lait toujours grandissante, l'industrie chinoise a développé des fermes géantes, dont les rejets chimiques provoquent une importante pollution.

 

 

Les Chinois raffolent du lait. Malgré l'intolérance au lactose d'une grande partie de la population, la consommation explose en Chine, sous l'impulsion de la classe moyenne. Pour répondre à cette demande, l'industrie laitière locale a augmenté sa production de plus de 12 % par an depuis 2000, et représente actuellement un chiffre d'affaires de 38 milliards d'euros pour 1,4 milliard de consommateurs.

 

 

Naguère assurée par de petites exploitations, la production est désormais confiée à des fermes géantes, qui peuvent rassembler jusqu'à 10 000 vaches. On en comptait jusqu'à 56 dans le pays en 2014. Problème : les déchets générés par cette surexploitation menacent l'environnement.

 

 

 

la-promiscuite-des-vaches-dans-ces-fermes-geantes-augmente-le-risque-de-maladies-comme-la-brucellose-photo-afp-1482792632.jpg

 

 

 

Plus faciles à gérer ?

 

En 2008, les petits producteurs chinois avaient été accusés d'ajouter de la mélamine à leur lait pour gonfler artificiellement le taux de protéines, après un vaste scandale de lai infantile frelaté qui avait fait six morts et plus de 300 000 malades parmi les enfants. "Le gouvernement a alors pensé que des fermes géante seraient plus faciles à gérer et inspecter", explique David Mahon, fondateur d'une société d'investissement spécialisée dans le secteur.

 

 

 

Des terres polluées

 

Pas si sûr. Les dizaines de milliers d'effluents en tout genre rejetés par ces fermes géantes ont entraîné des problème de pollution dans plusieurs provinces chinoises. Si des règlements imposent aux fermes d'utiliser leurs effluents comme engrais, ils sont souvent ignorés. La promiscuité des animaux dans ces fermes de 10000 vaches augmente aussi le risque de maladies comme la brucellose. Provoquée par la bactérie Brucella, cette dernière peut se transmettre à l'homme par contact ou par ingestion de produits laitiers, et provoquer de l'arthrite.

 

 

Le groupe agroalimentaire Feihe a ainsi été accusé de pollution des riverains dans le district de Gannan : "impossible" selon l'entreprise, qui reconnaît que ses employés ne consomment pas le maïs qui pousse dans les terres polluées mais que celui-ci est revendu. "La Chine est en train d'apprendre, et son manque d'expérience en matière d'élevage laitier aboutit à ce genre de choses, commente David Mahon. Les autorités sont en train de vraiment repenser la politique laitière et ciblent de plus en plus l'objectif de fermes limitées à 350 têtes".


27/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du lundi 19 décembre 2016

 

 

 

JORDANIE - ATTAQUES PRÈS D'UN SITE TOURISTIQUE : AU MOINS DIX MORTS

 

 

Au moins dix personnes ont été tuées hier dans une série de fusillades menées par des hommes armés contre des policiers près d'un site touristique en Jordanie. Parmi les victimes figurent sept policiers, deux civils jordaniens et une touriste canadienne. Vingt-sept personnes ont été blessées.

 

 

Une source de sécurité a indiqué que quatre assaillants qui s'étaient réfugiés dans la citadelle avaient été tués par les forces de sécurité après plusieurs heures de confrontation. Les attaques, qui n'ont pas été immédiatement revendiquées, ont eu lieu à Karak, une destination touristique connue pour son château croisé datant du XIIe siècle, à environ 120 kilomètres au sud de la capitale Amman.

 

 

carte-jordanie.gif


20/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 10 décembre 2016

 

 

 

CORÉE DU SUD - POLITIQUE. LA PRÉSIDENTE SANS POUVOIR

 

 

Les députés sud-coréens ont voté hier la destitution de la présidente Park Geun-Hye, qui se retrouve privée de ses pouvoirs. La conséquence d'un gigantesque scandale de corruption.

 

 

La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a été privée hier de ses vastes pouvoirs exécutifs à la suite d'un vote des députés, ce qui s'apparente à une destitution.

 

 

Mme Park conserve son titre le temps que la Cour constitutionnelle entérine ou non la destitution en bonne et due forme. Ce processus pourrait prendre jusqu'à six mois.

 

 

Le texte a été adopté par 234 voix contre 56, soit largement la majorité des deux tiers des 300 votes nécessaires, ce qui a déclenché des manifestations de joie parmi les opposants à la présidente rassemblés devant l'Assemblée. Ce vote signe une étonnante disgrâce. Park Geun-Hye est entrée à la Maison bleue, la présidence sud-coréenne, en affirmant ne rien devoir à personne et être "mariée à la nation".

 

 

Après un peu moins de quatre ans de mandat, elle affronte la perspective de devenir le premier chef de l'État sud-coréen démocratiquement élu à être mis dehors.

 

 

 

park-geun-hye-1.jpg

 

 

 

 

Elle tombe à cause de la "Raspoutine" sud-coréenne

 

Cette destitution s'explique en bonne partie par les manifestations monstres qui ont vu des millions de Sud-Coréens en colère exiger le départ de la présidente. Le scandale qui fascine le pays et l'étranger est centré sur Choi Soo-Sil, amie proche de la présidente. Arrêtée début novembre, cette confidente de l'ombre attend son procès pour extorsion et abus de pouvoir.

 

 

La "Raspoutine" sud-coréenne est accusée d'avoir utilisé ses relations d'amitié avec Mme Park pour forcer les groupes industriels comme Samsung à verser environ 70 millions de dollars à des fondations douteuses, et de s'être servie de ces dernières comme tirelire personnelle. Elle et aussi soupçonnée de s'être mêlée des affaires de l'État.

 

 

La présidente est accusée de complicité et pour la première fois, un chef de l'État en exercice a été qualifié de "suspect" par le parquet.

 

 

Les soupçons de corruption collent comme un sparadrap depuis des décennies à la classe politique sud-coréenne, et la Maison bleue n'est jamais apparue comme un sanctuaire de probité.

 

 

Depuis les premières élections libres en 1987, tous les présidents ont eu à répondre, après leur mandat, d'accusations de corruption touchant souvent leurs proches.

 

 

 

Autorité transféré au Premier ministre Hwang Kyo-Ahn

 

L'adoption par l'Assemblée nationale de cette motion de destitution transfère l'autorité de Mme Park au Premier ministre Hwang Kyo-Ahn, un ancien procureur qui n'a jamais été élu.

 

 

"Je suis tellement désolée pour tous les Sud-Coréens d'avoir créé ce chaos national par ma négligence", a conclu Park Geun-Hye, hier, dans une adresse télévisée.

 


11/12/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 9 décembre 2016

 

 

 

CORÉE DU SUD - UNE MOTION DE DESTITUTION CONTRE LA PRÉSIDENTE

 

 

Des députés sud-coréens ont déposé hier une motion de destitution contre la présidente Park Geun-Hye, empêtrée depuis de longues semaines dans un retentissant scandale de corruption qui secoue le pays et paralyse son gouvernement.

 


10/12/2016
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :