L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

MYSTERES et LEGENDES d'aujourd'hui

Notre monde recelle de mystères... Partons à leur découverte


le Progrès du lundi 13 février 2017

 

 

 

NOUVELLE-ZÉLANDE - LE MYSTÈRE DES BALEINES ÉCHOUÉES

 

 

Plusieurs centaines de baleines-pilotes ont regagné la haute-mer hier après des échouages massifs et inexpliqués en Nouvelle-Zélande qui ont entraîné une vaste mobilisation pour sauver les cétacés.

 

 

Des centaines de baleines-pilotes ont péri ces derniers jours en s'échouant sur Farewell Spit, sur l'île du Sud.

 

 

Vendredi, 416 baleines-pilotes ont été découvertes sur la bande littorale dont environ 300 qui étaient déjà mortes. Près de 500 volontaires avaient alors afflué pour tenter de sauver la centaine de survivantes et les remettre à flot. Mais quelque 240 autres se sont à nouveau échouées samedi. La plupart ont réussi hier à se remettre à flot avec la marée montante. Hier soir, environ 300 baleines-pilotes nageaient vers la sortie de la baie.

 

 

Pas d'explication scientifique

 

Farewell Spit est régulièrement le théâtre d'échouages massifs de ces globicéphales. Neuf au moins se sont produits au cours des dix dernières années. Il n'existe pas d'explication scientifique certaine de ce phénomène. Certains scientifiques évoquent une erreur des baleines, d'autres un trouble de leur orientation à cause des sonars militaires, "qui font l'effet de gifles acoustiques pour ces animaux", selon l'océanologue Denis Ody, responsable du pôle Océan pour WWF France.

 

 

des-baleines-echouees-a-farewell-spit-en-nouvelle-zelande-le-11-fevrier-2017_5798585.jpg


16/02/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mercredi 18 janvier 2017

 

 

 

OCÉAN INDIEN - LE CRASH DU VOL MH370 RESTERA UN MYSTÈRE

 

 

L'un des plus grands mystères de l'aviation civile ne trouvera pas de réponse immédiate, et les théories du complot fleuriront encore : les gouvernements australien, malaisien et chinois, en charge de l'enquête, ont annoncé hier la suspension des recherches sous-marines pour retrouver le vol MH370 de Malaysia Airlines, après trois ans d'investigation sans résultat. Le Boeing 777 s'était volatilisé avec 239 personnes à bord, peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin.

 

 

 

mh-370-crash-630x315.png

 

 

 

Zone de recherche de 120 000 km2

 

L'appareil "n'a pas été localisé" dans la zone de recherches de 120 000 km2 dans le sud de l'océan Indien. En décembre, les autorités australiennes avaient jugé que l'épave ne se trouvait probablement pas là. Les experts ont identifié une autre zone probable de 25 000 km2, plus au nord. Mais l'Australie et la Malaisie avaient jugé que les probabilités d'y retrouver l'avion n'étaient pas suffisantes. Une vingtaine de débris découverts loin de la zone de recherche ont été identifiés comme appartenant probablement ou certainement au Boeing 777 de Malaysia Airlines. Le collectif de familles de victimes s'est dit "consterné" par la suspension des recherches. Les spéculations pour expliquer cette disparition demeurent : défaillance mécanique ou structurelle, prise d'otages, suicide ou acte terroriste ? Rien n'est jusqu'ici venu étayer l'un ou l'autre scénario.

 


18/01/2017
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 2 août 2016

 

 

MALAISIE - MH370 : LE PILOTE AURAIT SCIEMMENT PROVOQUÉ LE CRASH

 

 

Le pilote du vol MH370, disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, a-t-il volontairement précipité l'avion dans la mer ? C'est ce qu'affirme un expert cité par la BBC, Larry Vance. Selon lui, la taille et l'érosion d'un débris de l'avions, retrouvé près de l'Île de la Réunion, démontrent que le crash était volontaire. Le "bord dentelé" visible sur ce débris s'expliquerait par un atterrissage contrôlé. L'expert estime que quelqu'un pilotait l'avion jusqu'à la fin et a précipité l'appareil dans l'eau.

 


04/08/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du samedi 23 juillet 2016

 

 

OCÉAN INDIEN - CRASH. MH370 : VERS LA SUSPENSION DES RECHERCHES

 

 

L'espoir s'amenuise pour les proches des passagers du vol MH370, disparu en mars 2014. Hier, les ministres des transports de la Malaisie, de l'Australie et de la chine, les trois pays engagés dans les recherches, ont annoncé que ces dernières seraient bientôt suspendues. À moins de la découverte d'une nouvelle preuve crédible avant la fin des opérations en cours.

 

 

Réunis à Putrajaya, la capitale administrative de la Malaisie, les ministres ont indiqué que la probabilité de retrouver l'appareil diminuait, alors que moins de 10 000 kilomètres carrés restent à explorer dans la zone de recherches hautement prioritaire, située dans les profondeurs de l'Océan indien.

 

 

Les trois pays avaient déjà convenu de mettre fin à la campagne une fois que l'ensemble de la zone de recherche aurait été parcouru, si aucun indice n'était découvert. Théoriquement, cette "suspension" ne signifie pas l'abandon définitif des recherches. Mais la formulation semble surtout vouloir ménager les proches des passagers disparus, qui espèrent que les opérations se poursuivront tant que l'épave ne sera pas retrouvée. Jeudi, le collectif de familles de victimes Voice370 avait appelé les autorités à ne pas abandonner les recherches.

 

 

CcnGODsUkAAyIu1.jpg

 

 

Le mystère demeure sur les causes du crash

 

Le Boeing 777 de la compagnie aérienne malaisienne s'était volatilisé le 8 mars 2014, avec 239 personnes à bord, peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin, et se serait abîmé dans l'Océan indien. On ignore toujours les causes de sa disparition. La seule trace de l'avion est un fragment d'aile retrouvé en juillet dernier à la Réunion.

 

 

Une autre aile d'avion, découverte le 1er juillet dernier par des pêcheurs à Zanzibar, en Tanzanie, doit être analysée afin de déterminer si elle appartenait à l'appareil.

 


24/07/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du mardi 8 mars 2016

 

AERONAUTIQUE - Plusieurs débris potentiels retrouvés récemment. MH370 : le vol de tous les mystères. Deux ans après sa disparition, le Boeing 777 de la Malaysia Airlines avec ses 239 personnes à bord, dont quatre Français, reste introuvable. C'est le plus grand mystère de l'aviation civile. Un accident ?, un détournement ? Un attentat ? Deux ans après la disparition, le 8 mars 2014, du vol de la Malaysia Airlines, toutes les hypothèses restent ouvertes pour ce qui constitue le plus grand mystère de l'aéronautique contemporaine. Les recherches sur une zone maritime de 120 000 km2 sont restées infructueuses, laissant prospérer d'innombrables thèses sur cette disparition inexpliquée.

 

 

Un rapport d'enquête intermédiaire mené par les autorités malaisiennes doit être diffusé aujourd'hui, alors que les familles s'inquiètent de la fin des recherches, programmée en juillet prochain. Fera-t-il mention du débris retrouvé au Mozambique remis hier aux enquêteurs australiens pour analyse ? Et du tout dernier, à nouveau découvert à la Réunion, huit mois après un flaperon authentifié comme appartenant à l'avion disparu ?

 

 

 

PHOd24a1512-b0da-11e3-95c0-509332885479-805x453.jpg

 

 

 

Ghyslain Wattrelos - Mari de Laurence et père de Hadrien (17 ans) et Ambre (14 ans), tous trois disparus dans la catastrophe du MH370

 

 

 

Deux ans après la disparition du MH370, où en est l'enquête ?

 

On est toujours dans le flou total. Elle n'a pas du tout avancée. Du côté des Malaisiens, comme du côté des Français. On a eu un espoir avec le débris retrouvé à La Réunion, mais il a été vain. Les juges français ont mis vingt mois pour se rendre en Malaisie (décembre 2015), ils sont revenus avec des documents, qui aujourd'hui ne donnent rien. Ils ont un temps d'étude qui ne me convient pas : en vingt mois, beaucoup de preuves peuvent disparaître. Après je comprends, un juge anti-terroriste français à autre chose à faire en ce moment...

 

 

 

Pour vous, la thèse du détournement reste à privilégier ?

 

Oui. On a coupé délibérément les communications de l'avion, il a ensuite changé de trajectoire. Il y a un détournement, mais après ils se passe autre chose. Quoi ? Je sais depuis peu que les radars malaisiens ont suivi l'avion jusqu'au bout. Pourquoi ne veut-on pas nous le dire ? Je ne sais pas. Une fois détourné, il reste plusieurs hypothèses : soit il est contrôlé à distance pour être emmené quelque part, soit il est abattu.

 

 

 

Concernant le profil des passagers, la Malaysia Airlines a-t-elle fait le nécessaire ?

 

Non. Elle n'a pas apporté la preuve d'une enquête approfondie. D'après moi, les pilotes n'ont rien à voir là-dedans. Les deux clandestins iraniens ont été écartés, et on ne nous parle de rien d'autre. Qu'en est-il de tous les Chinois, les Malaisiens, les Ukrainiens ? On ne sait rien. Je demande aux juges français une enquête véritable sur l'ensemble des passagers. Ca a peut-être été fait, mais ça n'a pas été rendu public.

 

 

 

Comment réagissez-vous au débris retrouvés au Mozambique ?

 

J'attends de voir. Je n'y attache pas beaucoup d'importance. Le personnage qui l'a retrouvé est bizarre. Ne profite-t-il pas de l'histoire, comme beaucoup, pour être dans les journaux, se faire connaître ? Pourquoi fait-on autant d'histoires de ce débris alors que des dizaines de choses ont été retrouvées en Malaisie et au Vietnam ? La Malaisie réagit immédiatement, l'Australie aussi, qui mène l'enquête alors qu'elle n'a rien à voir... Tout ça est très bizarre.

 

 

 

Vous menez votre propre enquête ?

 

Au départ, avec les familles, on avait lancé une équipe privée grâce au financement participatif. Depuis, je me suis moi-même entouré d'une équipe pour trouver des indices, poser des questions.On va y arriver. Un avion comme ça ne peut pas disparaître dans un endroit aussi surveillé. Des personnes connaissent la vérité. Quelqu'un nous donnera un indice un jour !

 

 

 

Connaîtrez-vous la vérité un jour ?

 

Oui, je la saurai. Par notre réseau, ça va finir par marcher. Je vais continuer, mais cela prendra du temps car on se bat contre plus forts que nous. Recueilli par X.F

 


09/03/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du jeudi 3 mars 2016

 

 

b.PNG

 

 

Un débris du Boeing du vol MH370 retrouvé au Mozambique ? Un débris d'avion, sans doute un morceau d'aile, a été retrouvé au large du Mozambique au sud est de l'Afrique. Et selon le ministre des Transports malaisien, il est "très possible" que ce débris provienne d'un Boeing 777, le même modèle que l'appareil du vol MH370 de la Maysia Airlines, disparu le 8 mars 2014. Cette découverte dans l'Océan indien serait cohérente avec le précédente puisqu'un bout d'aile avait été retrouvé sur un rocher de l'île de la Réunion dans la même région.

 

 

MH370-map-debris.jpg


04/03/2016
0 Poster un commentaire

le Progrès du vendredi 4 septembre 2015

 

 

MH370 - Le débris retrouvé est celui de l'appareil. Les experts ont rendu leur verdict : le fragment d'aile trouvé en juillet à la Réunion provient avec certitude du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, disparu mystérieusement en mars 2014 avec ses 239 passagers. Ce morceau d'aile est à ce jour le seul débris formellement identifié de l'appareil. Après sa découverte, la France a lancé pendant dix jours une campagne de recherches au large de l'île, en vain.

 

 


06/09/2015
0 Poster un commentaire

la Tribune du samedi 7 mars 2015

 

 

 

CATASTROPHE - MH370 : an après, le mystère plane toujours. 239 passagers étaient à bord du Boeing 777, qui disparaissaient des des écrans radar le 8 mars 2014. Le 8 mars 2014, l'avion reliant Kuala Lumpur à Pékin n'a plus donné signe de vie. Après des mois de recherche et de fausses pistes, une multitude d'hypothèses et rumeurs, le mystère reste entier.

 

 

 

"On n'a pas encore fait notre deuil, on ne l'a même pas commencé. On est dans un combat pour savoir ce qui s'est réellement passé ce jour-là". Anne-Sophie Gillet, Présidente du comité de soutien MH 370 et soeur de Ghyslain Wattrelos, mari et père de trois disparus.

 

 

 

MH370-sky-vector.jpg

 


07/03/2015
0 Poster un commentaire

la tribune du vendredi 2 janvier 2015

 

 

7 - Va-t-on retrouver le Boeing 777 du vol MH370 ?

 

 

C'est l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'aviation civile. Où est passé le B777 de la Malaysia Airlines qui assurait la liaison Kuala-Lumpur Pékin ce 8 mars 2014 avec 227 passagers et 12 membres d'équipage à son bord ? Pourquoi serait-il parti vers le sud, s'abîmer au large de l'Australie dans les profondeurs de l'Océan ? Détournement? Folie du pilote ? Les thèses les plus folles circulent sur internet. "Tant qu'on n'a pas l'épave, on ne peut rien savoir", estime Pierre Sparacco, expert en aéronautique. La société néerlandaise Furgo, chargée des recherches affirme être capable de localiser l'épave avec des capteurs de grande profondeur. Reste à trouver le point d'impact dans une zone de 10 000 km2.

 

 


03/01/2015
0 Poster un commentaire

la Tribune du samedi 23 août 2014

 

 

INSOLITE - Polémique autour d'une maison hantée. Phénomène para- normal en Moselle. La soirée vécue mercredi par des retraités amnévillois reste inexpliquée. Le propriétaire de la maison, où les objets se seraient mis à voler, n'en est toujours pas revenu...

 

 

 

Une immense benne, mise à disposition par la municipalité, trône devant le 5 rue Général Kellerman à Amnéville, en Moselle. Hier, Dominique Hachette, dont la maison a été dévastée, mercredi, par des objets qui se seraient déplacés seuls avant de se fracasser au sol, a commencé à nettoyer son pavillon.

 

 

 

Dans cette maison de 100 m2, aucune pièce n'a été épargnée par ce que d'aucuns appellent d'ores et déjà un esprit frappeur. "C'est à n'y rien comprendre ! Il n'y a pas une marque au sol ! Pourtant il y a eu tellement d'objets qui se sont brisés partout", s'étonne le sexagénaire qui ne s'explique toujours pas comment, en l'espace de quelques heures, sa maison a pu être mise sens dessus dessous alors qu'il s'y trouvait avec son épouse. Pour preuve, il désigne cette lourde statue en pierre qui s'apparente désormais à la Vénus de Milo. Son bras a été brisé. Là encore, pas la moindre trace à l'endroit où l'objet, pesant plusieurs kilos, s'est fracassé !

 

 

 

Un ballet curieux

 

Toujours incrédule face à cette soirée inexpliquée de mercredi, l'homme a, également, entamé les démarches nécessaires. Auprès de son assurance tout d'abord en faisant une déclaration de sinistre. Un expert devrait se rendre sur place. Mais aussi auprès de la police en déposant plainte, au commissariat, pour dégradations volontaires. "J'ai été entendu jeudi après-midi pendant plus de deux heures", raconte le retraité. "Mon beau-frère, Pierre Rudomi, également témoin des faits, est actuellement en cours d'audition".

 

 

 

Pendant ce temps, aux abords du pavillon, le ballet des curieux se poursuit. Riverains, habitants de la commune ou même des alentours, ils se pressent pour apercevoir ce pavillon qui aurait été le cadre d'un phénomène paranormal. Curieux mis à part, c'est aussi toute une horde de chasseurs de fantômes, radiesthésistes et autres spécialistes ès paranormal qui veulent proposer leurs services, gratuits ou moyennant espèces sonnantes ou trébuchantes, au couple.

 

 

 

Hier, dans le quartier, les riverains étaient peu prolixes. Ailleurs, dans les cafés du centre-ville, les langues y allaient bon train sur cet "épisode paranormal". Certains y voyant un effondrement progressif du sol, d'autres un rapport avec un camp de prisonniers russes durant la guerre... Delphine Dematte.

 

 

 

 

photo-gilles-wirtz.jpg

 

 


29/08/2014
0 Poster un commentaire

Disparition d'avion

 

 

 

 

 

Vendredi 29 août 2014 - La Tribune - le Progrès

 

 

 

A SUIVRE - Le MH370 dérouté plus tôt que prévu ? Le vol MH370 de Malaysia Airlines disparu en mars pourrait avoir fait cap sur le sud, à l'opposé de son plan de vol, plus tôt qu'estimé, ce qui modifie la zone de recherches, a annoncé hier l'Australie. Ces conclusions résultent d'un "affinement" de l'examen des données satellitaires réalisé par les enquêteurs en vue de localiser le Boeing, volatilisé le 8 mars avec 239 personnes à bord.

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, 19 juillet 2014 : toujours sans nouvelles de cet avion.... Le mystère demeure.

 

 

 

Ce fait divers, que nous vivons en direct, va-t-il faire partie des mystères et de ces évènements inexplicables ?

 

 

 

 

Article de la Tribune - Le Progrès du samedi 15 mars 2014

 

 

 

FAITS DIVERS - Toujours sans nouvelles du vol de Malaysia Airlines. Disparitions d'avion : pas une première. Malgré le déploiement de dizaines de navires, d'avions et de satellites, le Boeing de la Malaysia Airlines n'avait toujours pas été retrouvé hier. Le vol MH370 rejoindra-t-il la liste des disparitions inexpliquées d'aéronefs ?

 

 

La Malaisie a étendu hier la zone de recherche déjà immense du Boeing de Malaysia Airlines, qui s'est volatilisé il y a près d'une semaine, et a reconnu n'avoir toujours aucune idée du sort de l'appareil.

 

 

Des médias américains, citant des enquêteurs, affirment que le vol MH370, avec 239 personnes à bord, a continué de transmettre un signal automatique pendant quatre heures après avoir disparu des radars. Les recherches mobilisent 42 navires, 39 avions de douze pays, dans une zone étendue à 90 000 km2.

 

 

Les autorités malaisiennes critiquées pour leur gestion jugée chaotique de cette crise, ont à nouveau souligné le caractère exceptionnel de la disparition du vol MH370, avec une absence presque totale d'indices.

 

 

Retrouvera-t-on un jour sa trace ? D'autres disparitions, jamais élucidées, ont marqué l'histoire de l'aviation. Rares ont été les disparitions complètes, même si le site de référence "Aviation Safety Network", en retient tout de même 83 depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, s'agissant d'avions de plus de 13 passagers et dont on n'a jamais retrouvé ni corps ni débris.

 

 

On n'en recense pas en France (un seul en Méditerranée) mais une dizaine par exemple dans les Caraïbes, et notamment dans le fameux Triangle des Bermudes :

 

 

 

  • Le 5 décembre 1945, cinq avions militaires avaient totalement disparu des écrans radars.

 

 

Durant  la guerre du Vietnam, au milieu des années 60, plusieurs autres aéronefs n'ont jamais été retrouvés :

 

 

  • Le 22 mars 1957, un Boeing C97, avec 67 personnes à bord, s'est "évaporé" au large de Tokyo

 

 

  • Le 31 octobre 1999, un Boeing 767 reliant New York au Caire s'est écrasé avec 217 passagers dans l'Atlantique. L'appareil ne sera jamais retrouvé.

 

 

  • Un autre 747  effectuant le vol Taipei-Ile Maurice a disparu en 1987 dans l'Océan indien, et en Embraer dans la jungle brésilienne en 1991.

 

 

Si le Boeing de la Malaysian Airlines s'est abîmé en mer, il s'agirait de la catastrophe aérienne la plus meurtrière d'un avion de ligne depuis 2001, date de l'accident d'un Airbus A300 d'Américan Airlines qui avait fait 265 morts aux Etats-Unis.

 

 

 

7076719.jpg

 

 

Fin du mystère :

 

 

Article de la Tribune - le Progrès du mardi 25 mars 2014

 

 

ASIE - MH370 : fin de l'espoir, début de l'enquête. Les débris du Boeing 777 ont enfin été localisés avec certitude. Tous les passagers et membres d'équipage du Boeing 777 disparu sont morts. Des restes de l'appareil ont été repérés dans le sud de l'océan Indien. L'enquête s'annonce longue et difficile.

 

Triste dénouement hélas...

 

 


15/03/2014
0 Poster un commentaire

 

 

 

Site touristique parmi les plus fréquentés de France, l'histoire de l'Abbaye du Mont-Saint-Michel commence par une légende, celle du songe de Saint Aubert. Témoin d'un combat victorieux de saint Michel sur un dragon, l'évêque d'Avranches, Saint Aubert, reçoit en songe l'ordre de l'archange de lui construire un lieu de dévotion...

 

 


29/10/2013
0 Poster un commentaire

 

 

 

Rue de Montmorency dans le IIIe arrondissement de Paris, se trouve encore la maison de Nicolas Flamel, qui dit-on, détenait le secret de la pierre philosophale et changeait le plomb en or. Cette demeure était destinée à accueillir les miséreux de l'époque auxquels Nicolas Flamel offrait le gîte et le couvert.
©  Alain Roy

 


29/10/2013
0 Poster un commentaire