L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

L'AMOUR

Un joli sujet de réflexion. A méditer....

 


Une Malaisienne compte bien épouser son 23e mari

"Quand on aime on ne compte pas" ou "l'amour frappe plusieurs fois à la porte"...

Ces adages populaires ne s'appliquent malheureusement ou heureusement pas à tout le monde.

Une centenaire de Malaisie compte bien convoler pour la 23e fois.

Cette femme de 107 ans a épousé son plus récent mari, le 22e, en 2005.

Mais elle en a divorcé à la suite du départ de ce dernier en cure de désintoxication. La femme d'un certain âge reste discrète sur les raisons des échecs de ses précédentes unions. Elle se justifie par le souhait de ne pas vieillir toute seule.


16/06/2011
0 Poster un commentaire

L'amour peut durer... 80 ans

Qui a dit que les histoires d'amour finissent toujours mal ? Celle de Steve et Vickie dure depuis 80 printemps.

Steve Wrubel, 100 ans, et Vickie, un an de moins, sont deux américains qui vivent en Floride dans la même maison depuis 1978.

80 ans de mariage : un chiffre qui n'est pas loin d'être un record sur Terre. Les deux tourtereaux se sont rencontrés à l'église et après une cour assidue, monsieur a demandé sa main à la demoiselle.

Ils se sont mariés le 28 septembre 1929. Ils ont travaillé dans leur ferme jusqu'à leur retraite et n'ont jamais eu d'enfants.

Aux Etats-Unis, il y aurait 1000 couples mariés depuis plus de 75 ans


16/06/2011
0 Poster un commentaire


26/01/2011
0 Poster un commentaire


16/01/2011
0 Poster un commentaire

"SAVOIR DIRE NON EST UN ACTE D'AMOUR"

 

Le docteur Chambry, pédopsychiatre ne manque pas d'humour :

"Si tu n'as pas encore d'enfant, sache que ce sont de petits êtres merveilleux qui feront ta joie et ton bohneur au quotidien. Si tu en as, bien sûr, tu sais que je mens. Mais il n'y a aucune raison qu'on soit les seuls à se faire avoir".

 

C'est quoi l'autorité ?

C'est "tuteur", ce qui aide à se construire et à grandir. Le problème c'est que pour certains adultes, cette notion d'autorité renvoie à la notion de force, à l'arbitraire.

Avec l'idée que la contrainte est un frein à l'épanouissement personnel ou que poser des limite c'est violent.

Dire "non" peut se dire sans violence. Les limites c'est quelque chose qui contient. Dire "Non" est un acte d'amour.

On explique ce qui est bon à l'enfant, pas pendant trois heures, et on donne du sens.

Bien sûr il faudra recommencer, répéter. Et bien sûr lui ne sera pas d'accord parce qu'il a juste "envie".

On peut aussi faire des exceptions : exceptionnellement une pizza ce soir devant la télé.


22/03/2010
0 Poster un commentaire

 

 
 
 
Ah l'amour avec un grand A, existe-t-il vraiment ? Comment tombe-t-on amoureux ? L'amour rime-t-il avec toujours ? Autant de questions auxquelles les scientifiques tentent de répondre en gardant la tête froide.
 
 
 
 
 "C'est l'état naissant d'un mouvement collectif à deux" dixit le sociologue Francesco Alberoni dans son livre "Le Choc amoureux ". Il existe toute forme d'amour : amour-amitié, amour-complicité, amour-maternel, amour-fraternel...  Mais celui qui nous importe le plus est bien évidemment le grand Amour. Ce lien si fort qui vous lie à une personne ; cette envie de tout partager, de construire un foyer, de vieillir à ses côtés.
 
 
 

Les scientifiques se sont mêlés de ce sujet et ont tenté de comprendre ce qu'est véritablement l'amour et ce qui nous différencie ainsi des autres animaux.

 

 

 

 
 

Un cerveau très émotif

 

 

Les neurobiologistes ont réussi à cerner les régions cérébrales qui s'activent pendant le processus amoureux. Les scientifiques parlent du cerveau "émotionnel" qui se situe essentiellement dans le système limbique. Il comprend différentes régions du cortex cérébral, des régions sous corticales comme l'amygdale, mais aussi l'hippocampe, la région ventrale du striatum, etc.

 

 

Bref, ces différentes zones cérébrales libèrent différentes molécules qui vont jouer un rôle très important dans le processus amoureux, à savoir le désir, le plaisir/souffrance et l'attachement. C'est ce dernier paramètre qui nous distingue des autres Vertébrés.

 

 

Au commencement : la passion...

 

 

La toute première sensation à se manifester est le désir soit de manière immédiate et explosive, le coup de foudre, soit au fur et à mesure, de manière progressive. A qui doit-on cette décharge d'excitation, de joie ? A l'adrénaline et à la dopamine bien sûr. Elles augmentent le rythme cardiaque, la vasodilatation des vaisseaux, d'où les rougissements embarrassants, ainsi que la sudation.  Son action est renforcée par la phenyléthylamine, une amphétamine naturelle, qui accentue l'euphorie et l'excitation. Certains la qualifient d'hormone de la passion. 

 

 

 

... Ensuite vient l'attachement

 

Comme beaucoup de gens en ont fait l'expérience, la passion ne dure pas. Elle est fugace. La faute à notre cerveau ; les récepteurs spécifiques à la phenyléthylamine se saturent et perdent toute action. L'hypophyse, une glande du cerveau prend le relai et secrète deux autres neurotransmetteurs-hormonaux : la vasopressine et l'ocytocine. En plus de la dopamine, hormone du bonheur, ces deux molécules provoquent l'attachement.

 

 

L'ocytocine est l'hormone du premier attachement qui lie l'enfant à sa mère. Elle se déclenche à nouveau lors du premier rapport sexuel. Les neurobiologistes ont clairement établi le lien entre sa sécrétion et ses répercussions physiologiques et surtout émotionnelles.

 

 

 

Vous avez les mains moites, le cœur qui bat la chamade, vous ne pensez qu'à l'autre en permanence, pas de doute vous êtes en train de tomber amoureux. Les magazines féminins font beaucoup de Une sur le coup de foudre, l'amour parfait ou encore les moyens de trouver son "âme sœur". Bref, un programme fort réjouissant et surtout très intemporel. L'amour gouverne nos vies, qu'on le veuille ou non. Mais pourquoi un tel besoin d'aimer et d'être aimé ?

 

 
Pour maintenir l'espèce, le cerveau va associer le plaisir aux rapports sexuels pour favoriser la reproduction.
 

 

 

 

 

Aimer pour survivre

 

 

Pourquoi cette quête perpétuelle et parfois douloureuse de l'amour ? Alors les scientifiques ont une réponse toute trouvée : c'est inscrit dans nos gènes. Nous voilà bien avancé. Nous avons tendance à oublier que nous sommes des animaux et que notre fonction première est de nous reproduire et d'assurer la pérennité de notre espèce.

 

 

La neurobiologiste Lucy Vincent parle carrément de programme génétique dans ses nombreux ouvrages consacrés à ce sujet. Les hommes et les femmes assurent leur descendance mais doivent surtout protéger les bébés, très vulnérables. Pour cela, il faut que les deux parents restent auprès de leur progéniture d'où le besoin d'un lien fort entre eux : l'amour.

 

Aimer pour le plaisir

 

Les neurobiologistes ont constaté que les Vertébrés, dont nous faisons partie, doivent éprouver des émotions comme le  plaisir. Cela est un moyen de survivre dans leur environnement. Comme la nature est bien faite,  ils ont mis en place des mécanismes automatiques comme celui de la récompense. Et l'évolution au cours du temps a conservé ce système.

 

 

Le circuit de la récompense est un mécanisme conservé par l'évolution

 

 

 

Ce processus fournit la motivation nécessaire aux organismes pour que ceux-ci fassent ce qu'il faut pour pérenniser leur espèce ; Par exemple, manger, boire sont des actions qui donnent du plaisir à l'homme. Et bien il en est de même pour la reproduction. Le désir est le facteur déclenchant de ce circuit de récompense. L'Homme sait que cette émotion va lui provoquer du bien être, de la joie et donc il va vouloir le reproduire un maximum de fois. Le cerveau est complètement conditionné. Sa partie moyenne, le mésencéphale, secrète en quantité de la dopamine qui anticipe le plaisir de la sexualité. Quant à l'hypothalamus, centre du comportement (entre autres), il libère aussi de la dopamine qui elle va fournir du plaisir.

 

 

Aimer pour se construire

 

La biologie n'a pas réponse à tout et ne peut pas expliquer le pourquoi du comment  de l'amour. Les psychiatres, psychanalystes, psychothérapeutes apportent leur pierre à l'édifice. Le sentiment amoureux serait un besoin purement égoïste. Les humains l'utilisent pour combler un manque aussi bien matériel qu'immatériel qu'ils sont incapables d'assouvir eux-mêmes.

 

L'homme ne sait pas vivre seul et nécessite la présence d'autrui à ces côtés pour vieillir avec lui. L'amour rassure, d'où cette recherche effrénée par l'Homme.

 

 

L'amour dès les premières secondes

 

"Au premier regard, j'ai su que c'était lui/elle". Ah le fameux coup de foudre ! Ce sentiment incroyable qui vous envahit et ne vous lâche plus. Ce n'est en rien un passage obligé pour connaître l'amour. Nous ne sommes pas égaux face à ça. Oui, c'est injuste mais certaines personnes sont plus "sensibles et réceptives" à cette explosion de désir. Que se produit-il en nous ?

 

 

Les corps disent plus que nous le pensons dès la première rencontre

 

 

Deux corps qui se parlent

 

 

Comme dirait une célèbre publicité pour un déodorant " Laissez le charme agir " et bien là c'est un peu pareil. Inutile de parler, l'homme et la femme communiquent. Comment ? Le langage du corps. Il est totalement inconscient, les protagonistes ne s'en rendent absolument pas compte.

Un regard, des échanges de sourires, des mains qui se frôlent... Tout ceci est visible pour les observateurs assidus. On qualifie ces moments de complicité. Des chercheurs américains sont allés plus loin et expliquent que les hommes sont capables de détecter inconsciemment le désir qu'ils suscitent chez leur partenaire. Comment ? La pupille des femmes se dilate, c'est l'expression de leur désir et l'homme le "voit".

 
 
 

Un odorat très fin

 

 

Les scientifiques ont trouvé que le nez jouait un rôle crucial dans cette communication. En effet, les deux sexes libèrent des molécules parfaitement inodores, les phéromones. Celles-ci sont secrétées par des glandes disposées au niveau des aisselles, des mamelons et des organes génitaux. Ces molécules chimiques sont perçues non pas par le nez mais par l'organe voméronasal, une glande logée sous le nez et reliée au bulbe rachidien, partie du cerveau de l'Homme.

 

 

Ces phéromones constituent notre carte génétique et semble apporter toutes les informations dont notre partenaire a besoin pour faire son choix. A l'heure actuelle, les scientifiques n'ont toujours pas réussi à démontrer leur mode d'activation, ainsi que leur mode d'action. Une chose est sûre, les odeurs corporelles -à ne pas confondre avec les phéromones- sont elles aussi sources de renseignements pour le partenaire

 

 

Chercher son âme sœur, son alter ego avec qui vous avez envie de construire votre vie et avoir des enfants. Et bien, ce n'est pas si facile. Là encore, notre choix n'est pas si libre que ça quoi qu'on en pense. Les hormones guident notre préférence, mais aussi notre niveau social ainsi que la société dans laquelle nous évoluons. Pas facile de se retrouver dans tout ça.

 

 

Donner les meilleures chances à sa descendance

 

 

Les odeurs corporelles jouent un rôle prépondérant dans le choix du ou de la conjoint(e). Lucy Vincent, neurobiologiste, explique bien dans son livre "Petits arrangements avec l'amour" que ces odeurs émises par notre organisme traduise des informations génétiques concernant notre système immunitaire.

 

Qu'est-ce que cela vient faire dans l'amour ? Et bien, les scientifiques pensent que le cerveau tend à chercher inconsciemment une complémentarité chez l'autre. Des études ont montré que majoritairement chez les couples, les deux individus ont un système immunitaire opposé et complémentaire. Pourquoi ? Ils offrent un patrimoine génétique extrêmement varié à leurs enfants leur permettant ainsi d'être immunisés contre un grand nombre de microbes. Ainsi, ils seront mieux armés pour survivre et aussi procréer. On revient toujours à cette notion de maintien de l'espèce.

 

 

Un choix guidé par la société

 

 

"Tu es célibataire, ma (mon) pauvre". Oui, on vous l'a déjà faite sentir cette pression-là. Cette obligation d'être en couple, d'avoir des enfants, de fonder une famille. Alors mieux vaut se mettre rapidement en quête de l'être aimé.

 

 

Michel Bozon, directeur de recherche à l'Institut national d'études démographique, a effectué de nombreux travaux sur l'amour contemporain. Il en ressort que les jeunes gens ont tendance à chercher leur moitié auprès de leurs semblables, en d'autres termes, dans leur milieu social.

 

 

Michel Bozon explique que les femmes privilégient le statut social dans leur choix. Les femmes venant d'un milieu populaire auront plus tendance à choisir un homme musclé symbole de force, de stabilité et de sérieux. Alors que celles de milieux plus aisés cherchent essentiellement des hommes grands, minces, gage d'intelligence, d'assurance et de sécurité financière pour subvenir aux besoins de la famille.

 

 

Quant au sexe masculin, les critères physiques rentrent en ligne de compte. La beauté est le premier facteur sur lequel porte le choix des hommes. Contrairement à la mode actuelle de la minceur, voire de la maigreur, les jeunes hommes aiment les femmes ayant des formes, symboles de fertilité et de maternité. Leur objectif est de trouver une femme capable de porter leur enfant.

 

 

Est-ce la bonne personne ? Est-ce que notre amour va durer pour toujours ? Généralement, les futurs mariés se posent cette question cruciale avant de sauter le pas devant monsieur le Maire. Certains sont plus fatalistes et n'hésitent pas à comparer l'amour à une roulette russe. Ça passe ou ça casse !

 

Les scientifiques ont un avis sur la question. Pour les âmes romantiques, abstenez-vous de lire la suite, cela risque de vous déprimer pour un bon moment.

 

 

Le temps de l'amour est compté

 

 

Comme nous l'avons vu dans le premier chapitre, le cerveau secrète un cocktail hormonal : dopamine, adrénaline/sérotonine, endorphines, ocytocine. Ces molécules sont respectivement responsables de l'excitation, de la joie, du bonheur et de l'attachement.

 

 

Le cerveau va peu à peu se désensibiliser à la dopamine et à l'adrénaline. C'est là où les choses se compliquent pour le couple. La neurobiologiste Lucy Vincent avance que ces molécules agissent sur le cerveau pendant trois ans, pas plus.

 

 

La scientifique explique que cette durée est pile le temps imparti pour que l'enfant du couple soit viable, c'est-à-dire qu'il est capable de se débrouiller seul avec un seul parent. Dès lors le couple n'a plus raison d'être. Cette date de péremption colle avec notre fonction première : maintenir l'espèce en se reproduisant. L'évolution reste très terre à terre et a mis en place des mécanismes simples dont le bonheur n'est pas le but ultime.

 

 

Un amour condamné ?

 

Heureusement que l'amour n'est pas uniquement une histoire d'hormones. Les chercheurs sont loin d'avoir fait toute la lumière sur ce sujet et assurent eux-mêmes que la biologie n'est pas seulement à l'origine de ce sentiment.

 

 

L'épanouissement intellectuel est crucial pour la survie du couple

 

 

 

Heureusement des couples durent pendant des décennies et l'ocytocine y est pour quelque chose. Elle va continuer à procurer du bien être chez les deux partenaires. Mais tout le secret de longévité est de cultiver sa complicité, comme le préconisent bon nombre de thérapeutes. La communication, la surprise... sont les ingrédients pour cultiver l'amour du couple. Il n'y a plus cette addiction l'un envers l'autre due aux hormones- mais juste de la sérénité et du bonheur. De nombreuses études ont prouvé que les couples où la parole est d'or durent plus longtemps que les autres.

 

 

Le cap difficile de la rupture

 

Certains duos malheureusement ne durent pas et la rupture est alors inévitable. La personne qui se fait quitter est souvent cent pieds sous terre. Perte d'appétit, apathie, perte d'envie, dépression. Tous ces symptômes sont comparables à un drogué en état de manque.

 

Le début d'une relation est essentiellement passionné car nous libérons beaucoup de dopamine et d'endorphine. Dès qu'il y a rupture, le cerveau ne reçoit plus sa dose, le corps le manifeste. Et oui, l'amour est une drogue ! Une bonne cure de désintoxication permet de reprendre le cours de sa vie amoureuse et de s'ouvrir à de nouvelles rencontres.

 

 

EN SAVOIR PLUS

 

 

 
 

L'amour est nécessaire, vital, indispensable pour l'Homme. Personne ne peut s'en passer. On a beau en souffrir, on retombe systématiquement dans le panneau. Pourquoi cet appel effréné ? Certes, nous sommes programmés pour nous reproduire et pérenniser notre espèce, et nous avons de nombreux mécanismes physiologiques qui tendent à nous pousser vers cette voie là. Mais l'amour n'est pas uniquement une histoire de cocktail chimique. D'autres paramètres entrent en ligne de compte.  L'éducation, le niveau social, la pression sociétale jouent un rôle crucial dans notre manière d'envisager l'amour et surtout guident notre choix de partenaire.

 

 

Les critères ne sont pas figés ; ils évoluent en même temps que les mœurs. A l'époque de nos arrière-grands-parents, il y avait peu de mariage d'amour mais surtout des unions de convenance. Maintenant la donne a changé. Les femmes contrôlent leur sexualité et surtout leur désir d'enfanter. Elles sont indépendantes et actives dans la vie. Indéniablement, cela a des répercussions sur le couple, le choix du conjoint(e)...

 

 

A terme,  ces changements vont modifier le génome. Pas moins de vingt générations sont nécessaires pour y arriver. Qui sait, les femmes n'aimeront plus les hommes costauds mais au contraire, ceux qui développent leur instinct paternel. Il en est de même pour les hommes. Personne n'a la recette miracle pour filer le parfait amour !

 

 


09/10/2009
0 Poster un commentaire