L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

TERRORISME - Général


naissance de cet article en juillet 2016

 

 

Les heures sombres du terrorisme qui frappe l'Europe et le monde 

 

 

 

Des attentats qui s'intensifient en Europe et qui touchent le monde entier. Déjà un triste bilan, et une liste qui continue de s'allonger...

 

 

 

drapeau-Union-Europeenne-etoileb-014.gif

 

 

 

 

 

 CHRONOLOGIE - 2012

 

 

 

- 11 mars 2012 - Mohammed Merah abat le maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten sur un parking situé devant le gymnase du Château de l'Hers dans le quartier de Montaudran, au sud-est de Toulouse

 

 

 

- 15 mars 2012 - Deux militaires sont tués et un troisième grièvement blessé à proximité de la caserne où ils étaient cantonnés à Montauban

 

 

 

 

-

 

 


22/07/2016
0 Poster un commentaire

2014

 

 

 

 

- 24 mai 2014 - Mehdi Nemmouche abat quatre personnes à Bruxelles au  Musée juif de Belgique

 

 

 

 

- 20 décembre 2014 - Des policiers agressés au commissariat à Joué-Lès-Tours, en Indre-et-Loire

 

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2015

 

 

 

- 7 janvier 2015 - Vers 11 h 30, les frères Chérif et Saïd Kouachi commettent un attentat à Charlie Hebdo à Paris

 

 

 

 

- 8 janvier 2015 - Amedy Coulibaly, assassine une policière municipale à Montrouge

 

 

 

 

- 3 février 2015 - Agression de militaires de l'opération Sentinelle en faction hier à Nice devant un centre communautaire juif par un homme armé de deux couteaux. L'attaquant a été arrêté. Il avait été refoulé de Turquie une semaine plus tôt, alors qu'il tentait de se rendre en Syrie.

 

 

 

- 14 février 2015 - Une fusillade se produit lors d'une conférence publique dont le thème est « Art, blasphème et liberté d'expression » au Danemark à Copenhague

 

 

 

- 15 février 2015 - Le même assassin tue une personne et blesse deux policiers devant la grande synagogue de Copenhague au Danemark

 

 

 

 

- Avril 2015 - Sid ahmad Ghlam, un étudiant algérien de 24 ans soupçonné d'avoir voulu attaquer les églises de Villejuif (Val-de-Marne) mais aussi le Sacré-Coeur à Paris. Il a tué sur son passage, Aurélie Chatelain, professeur de fitness

 

 

 

 

- 26 juin 2015 - attaque terroriste islamiste perpétrée par Yassin Salhi. Les enquêteurs découvrent le corps décapité à l’aplomb du véhicule puis la tête de la victime accrochée au grillage de l'enceinte du site à Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère en région Rhône-Alpes.

 

 

 

 

- 13 novembre 2015 - Trois fusillades ont éclaté à trois endroits de la capitale avant 22 heures : devant la station de métro Charonne où un homme a ouvert le feu sur une terrasse de café depuis une voiture, dans un bar-restaurant du dixième arrondissement proche de la salle de spectacle Le Bataclan où deux hommes jaillis d'une voiture ont fait feu sur la foule qui assistait à un concert de rock californien qui se jouait à guichet fermé. Et enfin sur un boulevard du onzième arrondissement de PARIS. Les auteurs : Abdelhamid Abaaoud - Salah Abdeslam

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2016

 

 

 

- 1er janvier 2016 - Une voiture fonce sur quatre militaires de Sentinelle en surveillance devant la grande mosquée de Valence (Drôme). Les soldats ouvrent le feu après sommations, blessant grièvement le conducteur du véhicule. L'assaillant qui a crié "Allah est grand" a déclaré qu'il voulait tuer des militaires et mourir en martyr.

 

 

 

- 22 mars 2016 - Attaque de l'aéroport de Zaventem en Belgique et la station de métro de Maelbeek, où s'est produite la deuxième explosion mortelle.

 

 

 

- 13 juin 2016 - Larossi ABBALLA, tueur des deux fonctionnaires de police chez eux, à Magnanville - Yvelines

 

 

- 14 juillet 2016 - Attentat sur la promenade des Anglais à Nice, perpétré par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel -  84 morts et 331 blessés 

 

 

 

 

- 18 juillet 2016 - Un réfugié Afghan de 17 ans a attaqué lundi soir les passagers d'un train en Bavière avec une hache et un couteau.

 

 

 

 

- 24 juillet 2016 - Dans le centre l'Ansbach en Bavière. Un réfugié syrien de 27 ans s'est fait exploser à proximité d'un festival de musique accueillant 2 500 personnes. Le kamikaze a été tué dans la déflagration. Quinze personnes ont été blessées, dont quatre grièvement, mais aucune des victimes n'est en danger de mort.

 

 

 

 

- 26 juillet 2016 - Deux terroristes, dont l'un des deux Adel Kermiche, ont pénétré dans une église catholique située dans la banlieue de Rouen à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine Maritime). Le prêtre auxiliaire Jacques Hamel a été égorgé, un paroissien touché au thorax mais sa vie n'est pas en danger. Le deuxième terroriste vient d'être identifié il s'agit d'Abdel Malik Petitjean.

 

 

 

- 19 décembre 2016 - Un terroriste, Anis Amri au volant d'un 38 tonnes, a percuté des passants au niveau du marché de Noël, sur la Breitscheidplatz, face au Ku'Damm, l'équivalent des Champs-Élysées de la capitale allemande.

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2017

 

 

► 3 février 2017 : Un Égyptien armé d'une machette attaque une patrouille Sentinelle près d'une entrée du musée du Louvre à Paris en criant "Allah Akbar".

 

 

 

 

► 18 mars 2017 : Un homme de 39 ans est abattu après avoir pointé une arme sur une militaire en patrouille à l'aéroport d'Orly et tenté de s'emparer de son Famas. "Je suis là pour mourir par Allah. Je suis là pour mourir par Allah De toute faon, il va y avoir des morts", lance l'assaillant. La nuit précédant l'attaque, l'homme connu pour vols à main armée et trafic de drogue avait tiré sur un policier après avoir été arrêté pour excès de vitesse.

 

 

 

 

► 22 mars 2017, Royaume-Uni : Attentat de Westminster à Londres : un policier est poignardé devant le parlement, et une voiture fonce dans les jardins du Palais de Westminster. L'attaque fait 4 morts et 44 blessés. L'état islamique revendique l'attentat au lendemain de l'attaque. Son auteur : Khalid Masood. Attentat de Londres : une cinquième victime (le Progrès du samedi 8 avril 2017) - Scotland Yard a annoncé hier le décès de Andreea Cristea, une Roumaine de 31 ans qui était tombée dans la Tamise lors de l'attaque le 22 mars, portant à cinq le nombre de morts.

 

 

 

 

► 7 avril 2017, Suède : Attaque au camion bélier, dans une rue piétonne. 15 personnes blessées et 4 tuées. L'Ouzbek de 39 ans, identifié comme étant Rakhmat Akilov, a affirmé avoir reçu un ordre de Daech.

 

 

 

► 11 avril 2017, Allemagne : attaque du car transportant les joueurs de foot de l'équipe allemande de Dormund pour le match Dortmund-Monaco. La piste islamiste examinée. Ni islamiste, ni extrémiste. Un attentat pour spéculer.

 

 

 

 

► 20 avril 2017 - Attaque sur les Champs Élysées à Paris. Meurtre d'un policier.

 

 

 

 

► 22 mai 2017 - Attentat à la Manchester Arena, Angleterre, lors d'un concert de la star américaine Ariana Grande. L'attentat-suicide a fait au moins 22 morts et 59 blessés.

 

 

 

 

► 3 juin 2017 - Attentat sur le London Bridge en Angleterre à 22 h heures locale (23 h, heure française). 7 morts et 48 blessés perpétrés par trois hommes.

 

 

 

 

► 5 août 2017 - Un jeune homme de 18 ans armé d'un couteau est arrêté par une patrouille Sentinelle, alors qu'il vient de franchir un portique de sécurité de la Tour Eiffel à Paris en bousculant un agent de sécurité et en criant "Allah Akbar". Déjà condamné pour apologie du terrorisme et souffrant de problèmes psychiatriques, le jeune homme a expliqué en garde à vue qu'il voulait commettre un attentat contre un militaire et était en lien avec un membre de Daech qui l'aurait poussé à passer à l'acte.

 

 

 

 

► 9 août 2017 - Six soldats ont été renversés par une voiture qui a délibérément foncé sur un groupe de militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Le conducteur présumé, un Algérien de 36 ans, a été arrêté quelques heures plus tard près de Calais. L'homme a été grièvement blessé.

 

 

 

 

► 17 août 2017 - Attaque à Barcelone sur les Ramblas cet après-midi : toujours en cours à 19 h 46. Une camionnette blanche s'est engouffrée à 17 h dans las Ramblas. La police recherche l'auteur qui serait retranché dans un bar. Bilan provisoire : 1 mort, 32 blessés. Opération de police toujours en cours à 20 h30. Un suspect arrêté (on ne sait pas si c'était le conducteur de la camionnette). Le bilan augmente : 13 morts, 50 blessés dont 10 graves. Chasse à l'homme dans les rues de Barcelone. Bilan au lendemain de l'attentat : 14 morts plus d'une centaine de blessés. Le bilan est passé à 16 morts (le Progrès du lundi 28 août)

 

 

 

 

► 18 août 2017 - Minuit - Minuit et demi, attaque à Crambrils (Espagne), station balnéaire catalane à 120 km au sud de Barcelone. Une voiture a foncé sur la foule. Bilan : 6 blessés civils, un policier. Les 5 assaillants ont été tués. Ils portaient des ceintures d'explosifs factices.

 

 

 

 

► 18 août 2017 - Une attaque au couteau : 2 morts dans l'ouest de la Finlande à Turku perpétrée par un Marocain de 18 ans. Au total, deux hommes et huit femmes ont été attaqués.

 

 

 

 

► 15 septembre 2017 - Explosion à Londres, sur la ligne de métro de la District Line, à hauteur de la station de Parsons Green, dans le sud-ouest de la capitale britannique

 

 

 

 

► 1er octobre 2017 - Attaque au couteau sur le parvis de la gare à Marseille. Deux jeunes femmes tuées.

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2018

 

 

- Le vendredi 23 mars 2018 - Trois attaques meurtrières, près de Carcassonne, puis dans le Super U de Trèbes (Aude), ont fait quatre morts et quinze blessés. Radouane Lakdim, l'auteur de ces attaques qui s'est réclamé de Daech, a été abattu par les forces de l'ordre lors de l'assaut final dans le supermarché. Parmi les victimes figure le gendarme Aranud Beltrame, qui a volontairement pris la place de la dernière otage retenue par le terroriste. Il l'a payé de sa vie. Emmanuel Macron a décrété un hommage national et public le mercredi 28 mars.

 

 

 

- Le samedi 12 mai 2018 - Attaque au couteau qui a fait un mort et quatre blessés dans le quartier de l'Opéra, à Paris. Selon les informations de France 2, l'assaillant, Khamzat Azimov, avait été naturalisé français en 2010. Il est né en Russie en 1997. Il était fiché S mais sans antécédents judiciaires. "Il avait attiré l'attention des services de renseignement", a précisé une source judiciaire à France Inter.

 

 

 

- Le mercredi 30 mai 2018 - Une attaque qui a fait trois mort à Liège (Belgique). Benjamin Herman a tué deux policières et un étudiant, mardi, avant d'être abattu par les forces de l'ordre

 

 

 

- Le mardi 14 août 2018 - Un attentat à la voiture-bélier devant le Parlement à Londres. Salih Khater, un homme d'origine soudanaise habitant à Birmingham et accusé d'avoir précipité son véhicule sur des cyclistes et des policiers, comparaîtra lundi devant le tribunal de Westminster, à Londres, a précisé la police.

 

 

 

- Le mardi 11 décembre 2018 - Une fusillade à Strasbourg. Le suspect, âgé de 29 ans, est né dans la capitale alsacienne. Il est toujours en fuite. Il faisait l'objet d'une fiche S et devait être interpellé hier matin.

 


24/03/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 30 novembre 2019 - mis à jour le 01.12.2019

 

 

Le groupe Etat islamique revendique l'attentat de Londres

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

L'attaque a été commise "en réponse aux appels à cibler les habitants des pays de la coalition internationale", selon l'agence de propagande Amaq

 

 

20525143

 

Des policiers patrouillent à proximité du London Bridge après l'attaque au couteau ayant fait deux morts, le 30 novembre 2019.  (NIKLAS HALLE'N / AFP)

 

 

 

Le groupe Etat islamique a revendiqué, samedi 30 novembre, l'attaque au couteau ayant fait deux morts à Londres la veille, rapporte Amaq, l'agence de propagande de l'organisation jihadiste. "L'auteur de l'attaque menée hier à Londres fait partie des combattants de l'EI" et il l'a commise "en réponse aux appels à cibler les habitants des pays de la coalition internationale", selon un communiqué publié sur Telegram.

 

 

Le groupe n'a pour autant fourni aucune preuve. L'Etat islamique a multiplié ces derniers temps les revendications plus ou moins crédibles. Le groupe jihadiste a notamment revendiqué la mort des 13 soldats français au Mali.

 

 

La police britannique a abattu vendredi un homme portant une ceinture d'explosifs factice qui a tué deux personnes et blessé trois autres à l'arme blanche avant d'être maîtrisé par des passants. L'auteur de l'attaque, Usman Khan, 28 ans, était un ex-prisonnier condamné pour terrorisme.

 


02/12/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 1er décembre 2019

 

 

"Le gouvernement s'en est débarrassé" : le parcours du terroriste de Londres met en lumière les failles du système judiciaire britannique

 

 

avatar

Aude Soufi, à LondresfranceinfoRadio France
 

 

 

L'auteur de l'attaque du London Bridge, qui a fait deux morts vendredi, avait été condamné lourdement pour des infractions terroristes, puis remis en liberté quelques années plus tard sous bracelet électronique. Une procédure automatique, sans examen de son dossier, qui suscite le débat

 

 

20526535

 

Des policiers britanniques s'affairent sur le London Bridge, à Londres, fermé à la circulation après l'attaque où ont trouvé la mort deux personnes vendredi 29 novembre. (NIKLAS HALLE'N / AFP)

 

 

 

En condamnant Usman Khan à la prison illimitée en février 2012 pour plusieurs infractions terroristes, le juge l’avait qualifié de dangereux jihadiste. Mais après un changement de loi et un appel de sa condamnation, sa peine était révisée l’année suivante : seize ans ferme, assortis d’une période de sûreté de huit ans. En décembre dernier, à l’issue de cette période, l’homme était remis en liberté sous bracelet électronique. Une procédure automatique, sans examen de son dossier, qui suscite le débat, après l'attaque perpétrée par cet homme vendredi à Londres"A-t-on des peines assez lourdes pour les gens qui commettent les infractions les plus violentes dans notre pays ?" s’interroge ainsi le secrétaire d’Etat à la Sécurité, Brandon Lewis.

 

 

Je pense que nous devons étudier sérieusement la question pour s'assurer que nous avons les bonnes peines, longues et dures, pour les gens qui commettent ce genre de délits. Brandon Lewis à franceinfo

 

 

C'est le gouvernement de coalition, mené par les conservateurs, qui avait changé le système en 2012. Une erreur, selon les membres de l'opposition, comme le maire travailliste de la capitale, Sadiq Khan. "Quelqu'un condamné pour une infraction grave, comme du terrorisme, estime-t-il, ne pouvait pas être libéré avant qu'il n'ait prouvé au service de probation qu'il n'était plus un danger pour le public. Le gouvernement s'en est débarrassé…"

 

 

 

"Le système ne peut pas marcher"

Le débat porte aussi sur les coupes budgétaires dans le système judiciaire et carcéral, le suivi des prisonniers et leur accompagnement, une fois remis en liberté. En 2014, la gestion de la probation avait été partagée entre secteurs public et privé. Après cinq ans de mauvais résultats, le ministère de la Justice a annoncé en mai dernier l'abandon de cette réforme d'ici 2021. Pour Jonathan Black, de l'Association des avocats pénalistes de Londres, beaucoup de mal a déjà été fait. "Ce que nous avons vu au cours des dernières années, explique l’avocat, à cause de la privatisation des services de probation et de gestion des délinquants, c'est que le système ne peut pas marcher compte tenu du nombre de personnes qui doivent être suivies. Et finalement, le travail est réduit à des cases à cocher."

 

 

En parallèle de l'investigation sur les faits, le gouvernement a annoncé une enquête spécifique sur la remise en liberté d'Usman Khan, moins d'un an avant son attaque meurtrière, vendredi.

 


01/12/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 30 novembre 2019

 

 

Attaque de Londres : l'assaillant était un ex-prisonnier condamné pour terrorisme

 

avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

Le chef de l'antiterrorisme britannique, Neil Basu, a donné dans la nuit de vendredi à samedi l'idendité de l'assaillant du London Bridge

 

 

20521847

 

Des policiers londoniens sur les lieux de l'attaque, le 29 novembre 2019 à Londres (Royaume-Uni). (DANIEL SORABJI / AFP)

 

 

 

Il a été identifié. L'homme qui a tué deux personnes vendredi 29 novembre lors d'une attaque "terroriste" au couteau à London Bridge, avant d'être abattu par la police, était Usman Khan, 28 ans. C'est un ex-prisonnier condamné pour terrorisme, a annoncé samedi le chef de l'antiterrorisme britannique, Neil Basu.

 

 

"Cet individu était connu des autorités, ayant été condamné en 2012 pour des infractions terroristes. Il a été remis en liberté conditionnelle en décembre 2018", a indiqué le responsable policier dans un communiqué, précisant qu'une perquisition était en cours dans un lieu du comté de Staffordshire, dans le centre de l'Angleterre, où il résidait. "Nous sommes toujours à un stade précoce de l'enquête, mais en ce moment nous ne recherchons activement personne d'autre en lien avec cette attaque", a souligné Neil Basu.

 

 

 

Deux morts et trois blessés

Selon la police, l'homme a participé vendredi à une conférence organisée dans le Fishmonger's Hall, un bâtiment à l'extrémité nord du London Bridge à l'intérieur duquel l'attaque a commencé. Il a ensuite poursuivi sur London Bridge, avant d'être arrêté par des membres du public puis abattu par la police, cinq minutes après qu'elle fut appelée à 14H58, heure française.

 

 

Cette attaque, qualifiée de "terroriste" et survenue à l'endroit même où un attentat s'était déjà déroulé en 2017, à moins de deux semaines d'élections législatives anticipées au Royaume-Uni, a coûté la vie à un homme et une femme. Trois personnes, un homme et deux femmes, ont été blessées. L'une se trouvait vendredi soir dans un état "critique mais stable", une autre dans "un état stable" et une troisième a subi des "blessures moins graves", a précisé le patron du service public de santé britannique (NHS), Simon Steven.

 


30/11/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 29 novembre 2019

 

 

Attentats du 13-Novembre : le parquet national antiterroriste requiert un procès aux assises pour 20 personnes, dont Salah Abdeslam

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

La décision finale sur les contours de ce procès hors norme, prévu en 2021 à Paris, revient désormais aux juges d'instruction

 

 

20515415

 

Dessin d'audience réalisé le 5 février 2018, lors du procès du jihadiste Salah Abdeslam, à Bruxelles (Belgique).  (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

 

 

 

Le parquet national antiterroriste a annoncé, vendredi 29 novembre, avoir requis un procès aux assises contre 20 personnes dans l'enquête tentaculaire sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, dont six suspects sont toujours recherchés et visés par un mandat d'arrêt. 

 

 

Le seul membre encore en vie des commandos, Salah Abdeslam, et quatre membres présumés de la cellule jihadiste franco-belge à l'origine des attaques qui ont fait 130 morts sont notamment visés par ces réquisitions. Pour l'heure, il s'agit seulement des réquisitions du parquet national antiterroriste. La décision finale sur les contours de ce procès hors norme, prévu en 2021 à Paris, revient désormais aux juges d'instruction.

 

 

Après quatre ans d'investigations internationales, ces réquisitions de 562 pages ont été signées le 21 novembre et envoyées jeudi à plus de 1 740 parties civiles, précise le Pnat dans un communiqué. Dans ce dossier, quatorze suspects au total sont aux mains de la justice française ou de son homologue belge, dont onze placés en détention provisoire et trois sous contrôle judiciaire, a rappelé le parquet.

 


29/11/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 22 novembre 2019

 

 

Le détenu Bilal Taghi condamné à 28 ans de réclusion pour le premier attentat jihadiste en prison, commis en 2016

 

avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

La réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans, avait été requise

 

 

20476007

 

Bilal Taghi, lors de son procès devant la cour d'assises de Paris, le 19 novembre 2019.  (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

 

 

 

Le détenu jihadiste Bilal Taghi, qui avait tenté d'assassiner deux surveillants de la prison d'Osny (Val-d'Oise) en 2016, a été condamné par la cour d'assises spéciale de Paris, vendredi 22 novembre, à 28 ans de réclusion criminelle assortis d'une période de sûreté des deux tiers. Cette attaque, violente et déterminée, au cœur même d'une "unité dédiée" à la déradicalisation islamiste où l'accusé purgeait une peine de cinq ans après un départ avorté en Syrie, est considérée comme le premier attentat jihadiste en prison.

 

 

Dans la matinée, l'avocat général avait requis la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans. Il appelait à sanctionner l'"engagement irrémédiable dans une idéologie radicale" d'un homme qui "n'a cessé de mentir". "Ce qui s'est passé à Osny nous rappelle que la dissimulation fait partie de l'art du jihad", a-t-il asséné, rappelant que l'accusé s'était vanté d'avoir berné la pénitentiaire qui ne le croyait pas dangereux. Estimant que le jihadiste a agi seul –ce qui "est une fierté pour lui"–, le magistrat a demandé l'acquittement pour l'infraction "d'association de malfaiteurs terroriste".

 

 

 

Il a demandé pardon aux victimes

A l'audience, face à ses anciens surveillants qu'il avait tenté de tuer, Bilal Taghi a tenté, mardi, de formuler des excuses, secoué de sanglots. Vendredi, ses derniers mots ont été pour ses victimes à qui il a demandé "pardon". Jeudi, à nouveau en larmes, il avait salué le "cours d'humanité" adressé par l'une de ses victimes, comme "une claque dans la gueule".  

 

 

Bilal Taghi assure aujourd'hui avoir renoncé à l'idéologie du groupe Etat islamique. "Je pense que tout n'est pas perdu", lui avait lancé l'un des surveillants, Philippe X., le ramenant "au sens qu'il voulait donner à sa vie", pour ses enfants.

 


24/11/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 25 octobre 2019

 

 

La France a procédé à sa seizième déchéance de nationalité en dix-sept ans

 

avatar
franceinfoMatthieu MondoloniRadio France

 

 

Elle concerne un Franco-Marocain qui voulait rejoindre les rangs du groupe État islamique en Syrie

 

 

 

20299255

 

Un croquis de Fayçal Aït Messoud (assis à gauche), lors de son procès, le 24 février 2016 à Paris. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

 

 

 

Condamné à quatre ans de prison en 2016 pour avoir voulu rejoindre les rangs du groupe État islamique en Syrie, le Franco-Marocain Faycal Aït Messoud a été déchu jeudi 24 octobre de sa nationalité française. La procédure n’est pas si courante. C’est la seizième fois depuis 2002 qu’une personne est ainsi déchue de sa nationalité française.  

 

La plupart du temps, les raisons sont les mêmes, explique Jules Lepoutre, professeur à l’université de Nice-Sophia Antipolis, et spécialiste du droit de la nationalité : "C'est quasiment exclusivement des Français qui ont été condamnés pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte terroriste. Ce sont toujours des Français dits par acquisition, c'est-à-dire des Français qui ont obtenu la nationalité après leur naissance et pas ce que le code appelle les Français par attribution, qui sont les Français de naissance. Il faut aussi être binational puisque la France ne crée pas d'apatride lorsqu'elle déchoit de la nationalité."  

 

 

 

Aucun juge n’est consulté  

Cette décision est prise par le gouvernement, après avis du Conseil d’État. C’est une mesure administrative qui, en général, est suivie d’une expulsion du territoire. Aucun juge n’est consulté, ni d’ailleurs l’autre pays de la personne déchue.

 

 

Le problème de ces mesures de bannissement c'est qu'elles sont très unilatérales. Elles ne sont pas prises dans le cas d'une concertation internationale.Jules Lepoutre, spécialiste du droit de la nationalité à franceinfo

 

 

"Le but c'est de se 'débarrasser' d'un individu qu'on considère gênant sur son territoire, concède le spécialiste. C'est souvent pour ça que la France, et d'autres pays, procèdent à des déchéances de nationalité, pour renvoyer vers l'État d'origine la personne en question". Des pays qui voient en général d’un très mauvais œil l’arrivée sur leur territoire de ces ressortissants condamnés en France pour des faits de terrorisme.

 


25/10/2019
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 14 octobre 2019

 

 

Attaque à la préfecture de police de Paris : interpellation de cinq personnes dans l'entourage de Mickaël Harpon

 

avatar
franceinfoRadio France

 

 

Ces arrestations interviennent une dizaine de jours après l'attaque de la préfecture de police de Paris

 

 

 

20172919

 

Mickaël Harpon, un fonctionnaire de la préfecture de police de Paris qui a tué quatre de ses collègues, le 3 octobre 2019. (DR)

 

 

 

Cinq personnes ont été interpellées lundi 14 octobre au matin dans l'entourage de Mickaël Harpon, dans le Val d'Oise, a appris franceinfo de source proche du dossier.

 

 

>> Ce que l'on sait de l'homme qui a tué quatre personnes à la préfecture de police de Paris

 

 

Ces arrestations interviennent une dizaine de jours après l'attaque de la préfecture de police de Paris. Mickaël Harpon a tué quatre de ses collègues, dont trois policiers, jeudi 3 octobre, avant d'être abattu. Les motivations de l'homme se heurtent encore à de nombreuses zones d'ombre. Aucune revendication n'a été publiée.

 

 

La compagne de Mickaël Harpon a expliqué aux enquêteurs que son mari a eu des visions et a entendu des voix la nuit qui a précédé son passage à l'acte. Il était "incohérent et agité", a-t-elle confié aux policiers. Depuis le début de l'enquête, plusieurs éléments ont amené le parquet national antiterroriste (Pnat) à affirmer que Mickaël Harpon "aurait adhéré à une vision radicale de l'islam" et était en contact avec des individus de la "mouvance islamiste salafiste".

 


14/10/2019
0 Poster un commentaire