L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

TERRORISME - Général


naissance de cet article en juillet 2016

 

 

Les heures sombres du terrorisme qui frappe l'Europe et le monde 

 

 

 

Des attentats qui s'intensifient en Europe et qui touchent le monde entier. Déjà un triste bilan, et une liste qui continue de s'allonger...

 

 

 

drapeau-Union-Europeenne-etoileb-014.gif

 

 

 

 

 

 CHRONOLOGIE - 2012

 

 

 

- 11 mars 2012 - Mohammed Merah abat le maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten sur un parking situé devant le gymnase du Château de l'Hers dans le quartier de Montaudran, au sud-est de Toulouse

 

 

 

- 15 mars 2012 - Deux militaires sont tués et un troisième grièvement blessé à proximité de la caserne où ils étaient cantonnés à Montauban

 

 

 

 

-

 

 


22/07/2016
0 Poster un commentaire

2014

 

 

 

 

- 24 mai 2014 - Mehdi Nemmouche abat quatre personnes à Bruxelles au  Musée juif de Belgique

 

 

 

 

- 20 décembre 2014 - Des policiers agressés au commissariat à Joué-Lès-Tours, en Indre-et-Loire

 

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2015

 

 

 

- 7 janvier 2015 - Vers 11 h 30, les frères Chérif et Saïd Kouachi commettent un attentat à Charlie Hebdo à Paris

 

 

 

 

- 8 janvier 2015 - Amedy Coulibaly, assassine une policière municipale à Montrouge

 

 

 

 

- 3 février 2015 - Agression de militaires de l'opération Sentinelle en faction hier à Nice devant un centre communautaire juif par un homme armé de deux couteaux. L'attaquant a été arrêté. Il avait été refoulé de Turquie une semaine plus tôt, alors qu'il tentait de se rendre en Syrie.

 

 

 

- 14 février 2015 - Une fusillade se produit lors d'une conférence publique dont le thème est « Art, blasphème et liberté d'expression » au Danemark à Copenhague

 

 

 

- 15 février 2015 - Le même assassin tue une personne et blesse deux policiers devant la grande synagogue de Copenhague au Danemark

 

 

 

 

- Avril 2015 - Sid ahmad Ghlam, un étudiant algérien de 24 ans soupçonné d'avoir voulu attaquer les églises de Villejuif (Val-de-Marne) mais aussi le Sacré-Coeur à Paris. Il a tué sur son passage, Aurélie Chatelain, professeur de fitness

 

 

 

 

- 26 juin 2015 - attaque terroriste islamiste perpétrée par Yassin Salhi. Les enquêteurs découvrent le corps décapité à l’aplomb du véhicule puis la tête de la victime accrochée au grillage de l'enceinte du site à Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère en région Rhône-Alpes.

 

 

 

 

- 13 novembre 2015 - Trois fusillades ont éclaté à trois endroits de la capitale avant 22 heures : devant la station de métro Charonne où un homme a ouvert le feu sur une terrasse de café depuis une voiture, dans un bar-restaurant du dixième arrondissement proche de la salle de spectacle Le Bataclan où deux hommes jaillis d'une voiture ont fait feu sur la foule qui assistait à un concert de rock californien qui se jouait à guichet fermé. Et enfin sur un boulevard du onzième arrondissement de PARIS. Les auteurs : Abdelhamid Abaaoud - Salah Abdeslam

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2016

 

 

 

- 1er janvier 2016 - Une voiture fonce sur quatre militaires de Sentinelle en surveillance devant la grande mosquée de Valence (Drôme). Les soldats ouvrent le feu après sommations, blessant grièvement le conducteur du véhicule. L'assaillant qui a crié "Allah est grand" a déclaré qu'il voulait tuer des militaires et mourir en martyr.

 

 

 

- 22 mars 2016 - Attaque de l'aéroport de Zaventem en Belgique et la station de métro de Maelbeek, où s'est produite la deuxième explosion mortelle.

 

 

 

- 13 juin 2016 - Larossi ABBALLA, tueur des deux fonctionnaires de police chez eux, à Magnanville - Yvelines

 

 

- 14 juillet 2016 - Attentat sur la promenade des Anglais à Nice, perpétré par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel -  84 morts et 331 blessés 

 

 

 

 

- 18 juillet 2016 - Un réfugié Afghan de 17 ans a attaqué lundi soir les passagers d'un train en Bavière avec une hache et un couteau.

 

 

 

 

- 24 juillet 2016 - Dans le centre l'Ansbach en Bavière. Un réfugié syrien de 27 ans s'est fait exploser à proximité d'un festival de musique accueillant 2 500 personnes. Le kamikaze a été tué dans la déflagration. Quinze personnes ont été blessées, dont quatre grièvement, mais aucune des victimes n'est en danger de mort.

 

 

 

 

- 26 juillet 2016 - Deux terroristes, dont l'un des deux Adel Kermiche, ont pénétré dans une église catholique située dans la banlieue de Rouen à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine Maritime). Le prêtre auxiliaire Jacques Hamel a été égorgé, un paroissien touché au thorax mais sa vie n'est pas en danger. Le deuxième terroriste vient d'être identifié il s'agit d'Abdel Malik Petitjean.

 

 

 

- 19 décembre 2016 - Un terroriste, Anis Amri au volant d'un 38 tonnes, a percuté des passants au niveau du marché de Noël, sur la Breitscheidplatz, face au Ku'Damm, l'équivalent des Champs-Élysées de la capitale allemande.

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

2017

 

 

► 3 février 2017 : Un Égyptien armé d'une machette attaque une patrouille Sentinelle près d'une entrée du musée du Louvre à Paris en criant "Allah Akbar".

 

 

 

 

► 18 mars 2017 : Un homme de 39 ans est abattu après avoir pointé une arme sur une militaire en patrouille à l'aéroport d'Orly et tenté de s'emparer de son Famas. "Je suis là pour mourir par Allah. Je suis là pour mourir par Allah De toute faon, il va y avoir des morts", lance l'assaillant. La nuit précédant l'attaque, l'homme connu pour vols à main armée et trafic de drogue avait tiré sur un policier après avoir été arrêté pour excès de vitesse.

 

 

 

 

► 22 mars 2017, Royaume-Uni : Attentat de Westminster à Londres : un policier est poignardé devant le parlement, et une voiture fonce dans les jardins du Palais de Westminster. L'attaque fait 4 morts et 44 blessés. L'état islamique revendique l'attentat au lendemain de l'attaque. Son auteur : Khalid Masood. Attentat de Londres : une cinquième victime (le Progrès du samedi 8 avril 2017) - Scotland Yard a annoncé hier le décès de Andreea Cristea, une Roumaine de 31 ans qui était tombée dans la Tamise lors de l'attaque le 22 mars, portant à cinq le nombre de morts.

 

 

 

 

► 7 avril 2017, Suède : Attaque au camion bélier, dans une rue piétonne. 15 personnes blessées et 4 tuées. L'Ouzbek de 39 ans, identifié comme étant Rakhmat Akilov, a affirmé avoir reçu un ordre de Daech.

 

 

 

► 11 avril 2017, Allemagne : attaque du car transportant les joueurs de foot de l'équipe allemande de Dormund pour le match Dortmund-Monaco. La piste islamiste examinée. Ni islamiste, ni extrémiste. Un attentat pour spéculer.

 

 

 

 

► 20 avril 2017 - Attaque sur les Champs Élysées à Paris. Meurtre d'un policier.

 

 

 

 

► 22 mai 2017 - Attentat à la Manchester Arena, Angleterre, lors d'un concert de la star américaine Ariana Grande. L'attentat-suicide a fait au moins 22 morts et 59 blessés.

 

 

 

 

► 3 juin 2017 - Attentat sur le London Bridge en Angleterre à 22 h heures locale (23 h, heure française). 7 morts et 48 blessés perpétrés par trois hommes.

 

 

 

 

► 5 août 2017 - Un jeune homme de 18 ans armé d'un couteau est arrêté par une patrouille Sentinelle, alors qu'il vient de franchir un portique de sécurité de la Tour Eiffel à Paris en bousculant un agent de sécurité et en criant "Allah Akbar". Déjà condamné pour apologie du terrorisme et souffrant de problèmes psychiatriques, le jeune homme a expliqué en garde à vue qu'il voulait commettre un attentat contre un militaire et était en lien avec un membre de Daech qui l'aurait poussé à passer à l'acte.

 

 

 

 

► 9 août 2017 - Six soldats ont été renversés par une voiture qui a délibérément foncé sur un groupe de militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Le conducteur présumé, un Algérien de 36 ans, a été arrêté quelques heures plus tard près de Calais. L'homme a été grièvement blessé.

 

 

 

 

► 17 août 2017 - Attaque à Barcelone sur les Ramblas cet après-midi : toujours en cours à 19 h 46. Une camionnette blanche s'est engouffrée à 17 h dans las Ramblas. La police recherche l'auteur qui serait retranché dans un bar. Bilan provisoire : 1 mort, 32 blessés. Opération de police toujours en cours à 20 h30. Un suspect arrêté (on ne sait pas si c'était le conducteur de la camionnette). Le bilan augmente : 13 morts, 50 blessés dont 10 graves. Chasse à l'homme dans les rues de Barcelone. Bilan au lendemain de l'attentat : 14 morts plus d'une centaine de blessés. Le bilan est passé à 16 morts (le Progrès du lundi 28 août)

 

 

 

 

► 18 août 2017 - Minuit - Minuit et demi, attaque à Crambrils (Espagne), station balnéaire catalane à 120 km au sud de Barcelone. Une voiture a foncé sur la foule. Bilan : 6 blessés civils, un policier. Les 5 assaillants ont été tués. Ils portaient des ceintures d'explosifs factices.

 

 

 

 

► 18 août 2017 - Une attaque au couteau : 2 morts dans l'ouest de la Finlande à Turku perpétrée par un Marocain de 18 ans. Au total, deux hommes et huit femmes ont été attaqués.

 

 

 

 

► 15 septembre 2017 - Explosion à Londres, sur la ligne de métro de la District Line, à hauteur de la station de Parsons Green, dans le sud-ouest de la capitale britannique

 

 

 

 

► 1er octobre 2017 - Attaque au couteau sur le parvis de la gare à Marseille. Deux jeunes femmes tuées.

 


27/03/2017
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mercredi 30 mai 2018

 

 

Le groupe Etat islamique revendique l'attaque qui a fait trois morts à Liège

 

 

Un homme a tué deux policières et un étudiant dans cette ville belge, mardi, avant d'être abattu par les forces de l'ordre

 

 

 

15136967.jpg

 

Des fleurs sont déposées devant le commissariat de Liège (Belgique), en hommage aux trois victimes d'une attaque terroriste, le 30 mai 2018. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

 

 

Le groupe Etat islamique a revendiqué, mercredi 30 mai, l'attaque qui a fait trois mort à Liège (Belgique). Benjamin Herman a tué deux policières et un étudiant, mardi, avant d'être abattu par les forces de l'ordre. Cet homme était un "soldat de l'Etat islamique", a affirmé Amaq, l'organe de propagande du groupe terroriste, dans un communiqué.

 

 

Agé de 31 ans, Benjamin Herman était incarcéré dans la prison de Marche-en-Famenne et avait été condamné pour vols avec violence, consommation de stupéfiants et rébellion. Selon le ministre de l'Intérieur belge Jan Jambon, il se serait radicalisé en prison. Il bénéficiait d'une permission de sortie au moment de l'attaque.

 

 

Benjamin Herman a poignardé deux policières dans une rue due Liège avant de s'emparer de leurs armes de service et a tiré à plusieurs reprises sur le passager d'une voiture stationnée dans la rue. Il a finalement été abattu par les forces de l'ordre dans l'enceinte d'un lycée où il s'était réfugié.

 


18/06/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 29 mai 2018 - Mis à jour le mercredi 30 mai 2018

 

 

Attaque à Liège : "L'objectif de l'assassin était de s'en prendre à la police"

 

Un homme a tué trois personnes mardi à Liège, dans l'est de la Belgique, avant d'être abattu

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

Un homme a tué trois personnes, dont deux policiers, mardi 29 mai à Liège (Belgique), avant d'être abattu par les forces de l'ordre, a annoncé à l'AFP une porte-parole du parquet de la ville. Une enquête a été ouverte pour "infraction terroriste", ont annoncé les autorités belges lors d'une conférence de presse.

 

 

Quatre morts, dont l'assaillant. "Un individu porteur d'une arme blanche a pris en filature deux policiers, les a agressés par l'arrière en leur donnant de multiples coups de couteau. Il s'est emparé de leurs armes de service et s'est servi des armes de service sur les policiers, lesquels sont décédés", a expliqué le procureur du roi lors d'une conférence de presse. L'homme a continué sa route et tué le passager d'une voiture, un jeune homme de 22 ans, toujours selon le procureur. L'assaillant a ensuite été abattu par des membres des forces de l'ordre.

 

 

La police visée. La fusillade s'est produite vers 10h30 sur une grande artère de la ville. Une enquête a été ouverte, de la "qualification d'infraction terroriste", ont annoncé les autorités belges lors d'une conférence de presse. "L'objectif de l'assassin était de s'en prendre à la police", a affirmé Christian Beaupère, chef de corps de la police de Liège.

 

 

Une femme de ménage prise en otage. Après avoir tiré sur les policiers, l'homme s'est réfugié dans l'enceinte d'un lycée, où il a pris une femme de ménage en otage, raconte la RTBF.

 

 

Le dossier confié au parquet fédéral. Le parquet de Liège a annoncé que le dossier était confié au parquet fédéral, qui est compétent en matière de terrorisme. "Il y a des éléments qui vont dans la direction d'un acte terroriste", a justifié Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral.

 

 

La réaction du président français. Après les faits, Emmanuel Macron a fait part de la "solidarité du peuple français à l'égard du peuple belge", après cette "terrible attaque".

 

 

 

Belgique : deux policiers tués à Liège lors d'une fusillade

 

Deux policiers belges ont été tués mardi matin par un individu qui a été "neutralisé" par les forces de sécurité

 

 

 

15123671.jpg

 

 Un homme a tué par balles deux policiers mardi matin à Liège, dans l'est de la Belgique, avant d'être "neutralisé" et interpellé par des membres des forces de l'ordre. (FREDERIC DE BIOLLEY / BELGA MAG / AFP)

 

 

Un homme a tué par balles deux policiers mardi 29 mai à Liège, dans l'est de la Belgique, avant d'être "neutralisé" par les membres des forces de l'ordre, a indiqué à l'AFP le parquet de la ville, confirmant des informations de presse. Selon plusieurs médias belges, un passant aurait également été tué par les coups de feu tirés. Une troisième personne a été tuée, a confirmé une porte-parole du parquet à l'AFP, qui ajoute qu'"on ne sait rien pour l'instant" des motivations de l'assaillant. 

 

 

La fusillade s'est produite vers 10h30 sur une grande artère de la ville. Les circonstances des tirs sont encore "floues", a souligné le parquet, tandis que la police de la ville a indiqué sur Facebook qu'il y avait eu une "prise d'otage".

 


14/06/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le jeudi 26 avril 2018

 

 

Financement du terrorisme : "416 donateurs" ont été identifiés en France et "320 collecteurs" en Turquie et au Liban, affirme François Molins

 

 

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a expliqué, jeudi sur franceinfo, que le financement du terrorisme passe notamment par les plateformes numériques de collectes de fonds

 

 

 

Dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme, "416 donateurs" basés en France et "320 collecteurs essentiellement basés en Turquie et au Liban" ont été identifiés ces deux dernières années, a affirmé François Molins, procureur de la République de Paris, jeudi 26 avril sur franceinfo.

 

 

 

Des organisations, comme Daech ou Al-Qaïda, ont besoin d'argent pour subvenir à un certain nombre de besoins

François Molins

à franceinfo

 

 

Le financement du terrorisme passe notamment par les plateformes numériques de collectes de fonds "qui mettent en relation des porteurs de projet et des particuliers qui voudraient investir, mais qui peuvent être détournés par des gens qui veulent blanchir de l'argent ou financer du terrorisme", a expliqué François Molins.

 

 

La surveillance accrue par les services de renseignement de ces circuits financiers a permis d'obtenir de bons résultats : "L'argent a permis de débusquer des terroristes puisque ces circuits ont permis d'identifier des jihadistes qui se trouvaient en Syrie et en Irak alors que jusque-là nous n'étions pas avisés de leur présence là-bas", a-t-il le procureur de la République de Paris.

 

 

Les astuces pour financer le terrorisme

 

François Molins a aussi listé les astuces utilisées par les organisations pour financer le terrorisme : "C'est à travers ces modes de financements, les cartes prépayées, les dons aux associations humanitaires, les dons aux collecteurs, le recours à certains modes virtuels de paiement, tout ça fait qu'au bout du compte des organisations peuvent recevoir ce type d'argent et préparer un certain nombre d'action en France ou à l'étranger", a énuméré le procureur de la République de Paris.

 

 

François Molins a également nuancé le terme d'attaques terroristes "low cost" souvent utilisé ces derniers temps, car "elles nécessitent un minimum d'argent". Dans sa démonstration, le procureur de la République de Paris s'est appuyé sur le coût des attentats qui ont frappé la France en 2015 : "On estimait l'argent nécessaire à la préparation des attentats de janvier 2015 à 25 000 euros, celle du 13 novembre 2015 à 80 00 euros."

Mercredi et jeudi se tient, à Paris, la conférence "No money for terror" (pas d’argent pour la terreur) à l’initiative de la France. Près de 500 experts et 80 ministres de 72 pays, dont la majorité est issue des pays arabes, y participent. Elle doit se conclure par un discours d’Emmanuel Macron et un texte commun.

 


24/05/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le vendredi 18 mai 2018

 

 

Attentat déjoué à Paris : l'un des deux Egyptiens interpellés a été mis en examen, l'autre relâché

 

 

Le suspect mis en examen était en possession de tutoriels pour fabriquer du poison, a précisé sur BFMTV le ministre de l'Intérieur

 

 

 

15046473.jpg

 

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, à la sortie de l'Elysée, le 16 mai 2018. (GERARD JULIEN / AFP)

 

 

 

La police ne relâche pas ses efforts dans la lutte contre le terrorisme. Gérard Collomb a annoncé, vendredi 18 mai, qu'un nouvel attentat a été déjoué en France avec l'arrestation de deux Egyptiens. L'une des deux personnes interpellées étaient en possession de tutoriels pour fabriquer du poison, a précisé sur BFMTV le ministre de l'Intérieur. Elle a été mise en examen. L'autre suspect a été relâché.

 

 

Repérés sur Telegram

 

"Il y avait deux jeunes gens d'origine égyptienne qui s'apprêtaient à commettre un attentat, avec soit de l'explosif, soit de la ricine, ce poison (...) très fort", a précisé le ministre. Les services de renseignement ont repéré les deux suspects sur l'application de messagerie cryptée Telegram. L'un d'eux avait un compte très actif, qui diffusait des contenus jihadistes.

 

 

Les suspects, âgés de 20 ans, ont été interpellés vendredi 11 mai dans le 18e arrondissement de Paris, soit la veille de l'attaque au couteau dans le quartier de l'Opéra, a précisé une source proche du dossier à franceinfo. Contrairement à l'information donnée par Gérard Collomb dans un premier temps, les deux hommes ne sont pas frères.

 

 

L'un des deux Egyptiens a été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et placé en détention provisoire le 15 mai, a indiqué une source judiciaire à franceinfo. Il est de nationalité égyptienne et est en situation régulière. L'autre suspect a finalement été mis hors de cause.

 


18/05/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le dimanche 13 mai 2018

 

 

Attaque au couteau à Paris : une perquisition a eu lieu à Strasbourg après l'interpellation d'un ami de l'assaillant

 

 

Une personne a été tuée, samedi soir, dans le quartier de l'Opéra, à Paris. Quatre autres ont été blessées. Le terroriste a été abattu par la police

 

 

 

15011511.jpg

 

 

Un homme a été interpellé à Strasbourg (Bas-Rhin), le 13 mai 2018, au lendemain d'une attaque au couteau à Paris. (PATRICK HERTZOG / AFP)

 

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

L'enquête s'accélère, au lendemain de l'attaque au couteau qui a fait un mort et quatre blessés dans le quartier de l'Opéra, à Paris. Selon les informations de France 2, l'assaillant, Khamzat Azimov, avait été naturalisé français en 2010. Il est né en Russie en 1997. Il était fiché S mais sans antécédents judiciaires. "Il avait attiré l'attention des services de renseignement", a précisé une source judiciaire à France Inter.

 

 

Né en Russie en 1997 et naturalisé français en 2010. L'homme, qui n'avait pas de papiers sur lui lorsqu'il a été abattu dans le 2e arrondissement, a fini par être identifié. Il s'agit de Khamzat Azimov, né en Tchétchénie en 1997 et naturalisé français en 2010, selon les informations de France 2. 

 

 

Trois personnes interpellées. Les parents de l'auteur ont été interpellés dans un hôtel du 18e arrondissement de la capitale, dimanche matin, et placés en garde à vue. Un troisième individu, qui serait un ami de Khamzat Azimov, a été interpellé à Strasbourg et également placé en garde à vue dimanche après-midi, selon une source judiciaire à France 3. 

 

 

Une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique. "L'auteur de cette attaque au couteau à Paris est un soldat de l'Etat islamique", a déclaré une "source sécuritaire" à Amaq, l'agence de presse du groupe terroriste. Selon le procureur de Paris, François Molins, l'assaillant a crié "Allah Akbar" lors de l'assaut.

 

 

La réaction d'Emmanuel Macron. "La France paye une nouvelle fois le prix du sang mais ne cède pas un pouce aux ennemis de la liberté", a écrit Emmanuel Macron sur Twitter. Le Premier ministre Edouard Philippe a salué "l'exceptionnelle réactivité des forces de police", dont l'intervention en quelques minutes a permis d'éviter "un bilan plus lourd".

 

 

L'auteur de l'attaque au couteau qui a fait un mort et quatre blessés hier soir à Paris était né en Tchétchénie (Russie). Une filière caucasienne qui a alimenté les rangs du groupe État islamique, note France 2.

 

 

"Il marchait, les mains pleines de sang." France 2 revient sur les faits qui ont figé le quartier très fréquenté de l'Opéra, hier soir, avec de nombreux témoignages.

 


14/05/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le samedi 12 mai 2018

 

 

Le groupe Etat islamique revendique l'attaque au couteau perpétrée dans le centre de Paris

 

 

 

 

 

Les circonstances de cette attaque survenue dans le centre de la capitale sont encore floues

 

 

15007191.png

 

Une attaque au couteau a été perpétrée près de la place de l'Opéra à Paris, dans la soirée du 12 mai 2018. (NICOLAS JOUBERT / AFP)

 

 

Un homme a attaqué des passants au couteau dans le quartier de l'Opéra à Paris, samedi 12 mai, ont appris France 2 et France 3 de sources policières. Selon le procureur de Paris, François Molins, l'assaillant a crié "Allah Akbar" en perpétrant son attaque. Selon un bilan communiqué par la préfecture de police de Paris peu avant 22h30, l'un des passants agressés a trouvé la mort, tandis que deux ont été blessées grièvement et deux autres plus légèrement. L'auteur de l'attaque, lui, a été abattu par la police. Dans la soirée, le groupe Etat islamique a revendiqué cette attaque, via son agence de propagande.

 

 

Une agression en plein cœur de Paris. Cette attaque est survenue peu avant 21 heures rue Monsigny, située entre la place de l'Opéra et la place de la Bourse, dans un quartier très fréquenté le samedi soir. 

 

 

Gérard Collomb salue "le sang froid" des forces de police. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a "salué" via son compte Twitter "le sang froid et la réactivité des forces de police qui ont neutralisé l'assaillant". "Mes premières pensées vont aux victimes de cet acte odieux", a-t-il ajouté.

 

 

Un homme seul. Selon les premières informations communiquées, l'agresseur a agi seul et aurait attaqué des passants au hasard. Le procureur de Paris, François Molins, s'est rendu sur place, et a annoncé en fin de soirée que la section antiterroriste du parquet de Paris était saisie.

 


14/05/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le mardi 29 mars 2018

 

 

Interdiction du salafisme, expulsion des étrangers fichés S... une large majorité de Français favorables à des mesures d'exception contre le terrorisme

 

 

Six Français sur dix se disent favorables à la mise en place de nouvelles mesures d'exception pour assurer leur sécurité face au terrorisme après les attentats de l'Aude, selon un sondage Odoxa-dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi

 

 

 

14702362.jpg

 

 

Le supermarché Super U de Trèbes (Aude) le lendemain de l'attentat, le 24 mars 2018. (ERIC CABANIS / AFP)

 

 

Après les attentats dans l’Aude vendredi, une large majorité des Français (61%) est favorable à la mise en place de nouvelles mesures d’exception pour assurer leur sécurité face au terrorisme, "quitte à limiter les libertés", selon un sondage Odoxa-dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro* publié jeudi 29 mars.

 

 

Les propositions les plus radicales, notamment proposées par le président du parti Les Républicains, sont "très largement soutenues". Mais pour autant, 59% des Français pensent que Laurent Wauquiez a eu tort de critiquer Emmanuel Macron après les attentats et 67% estiment que la droite ne ferait pas mieux si elle était au pouvoir.  

 

 

Les propositions "les plus radicales" sont "très largement soutenues"  

 

Dans le détail, les sympathisants du FN (68%) et les sympathisants de droite (78%) sont "très demandeurs" de nouvelles mesures d’exception. Les sympathisants de LREM sont 60% à être favorables à plus de fermeté, et un sympathisant de gauche sur deux est également favorable.  

 

 

Toutes les propositions "les plus radicales" sont "très largement soutenues" comme l’interdiction du salafisme (88%), l’expulsion des étrangers "fichés S" (83%), le placement en rétention administrative des "fichés S" jugés "les plus dangereux" (87%), et le rétablissement de l’état d’urgence (61%).  

 

 

Interrogés sur l'application de ces mesures, huit Français sur dix pensent que l’état d’urgence est une mesure "facile à appliquer". La seule mesure qui semble difficile à mettre en place pour 52 % des Français, c’est l’interdiction du salafisme, mesure avancée par l’ancien Premier ministre Manuel Valls. Les autres mesures sont proposées par le président du parti Les Républicains Laurent Wauquiez.  

 

 

Les critiques de Laurent Wauquiez vis-à-vis d'Emmanuel Macron rejetées

 

Les Français demandent plus de fermeté mais, paradoxalement, ils rejettent l'attitude de Laurent Wauquiez qui avait reproché au chef de l'État sa "naïveté coupable", après les attentats dans l'Aude. Six Français sur dix pensent que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a eu tort de critiquer Emmanuel Macron dont 44% de ses propres sympathisants. Seulement 41% des personnes interrogées pensent qu’il a eu "raison de dire cela s’il estime que tout n’a pas été fait pour éviter cet attentat". Et 72% des sympathisants du FN lui donnent raison. Les deux-tiers (67%) des Français pensent que la droite, si elle était au pouvoir, ne ferait "ni mieux, ni moins bien" qu'Emmanuel Macron. 15% pensent que la droite pourrait faire "mieux" que l’actuel président de la République et 18 % estiment que la droite ferait dans ce domaine "moins bien" qu’Emmanuel Macron.  

 

 

*Cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 1009 Français interrogés par Internet les 28 et 29 mars, parmi lesquelles 331 sympathisants de gauche, 126 sympathisants LREM, 111 sympathisants de droite hors FN et 173 sympathisants du FN.  

 


27/04/2018
0 Poster un commentaire

Franceinfo - le lundi 26 mars 2018

 

 

Attentats dans l'Aude : la compagne de Radouane Lakdim était fichée S et a crié "Allah akbar" lors de son interpellation

 

 

Un autre proche de Radouane Lakdim est lui aussi en garde à vue dans ce dossier

 

 

 

Ce qu'il faut savoir

 

 

Où en est l'enquête sur les attentats dans l'Aude ? Le procureur de la République de Paris, François Molins, s'est exprimé, lundi 26 mars, sur les avancées des investigations. Il a confirmé que la compagne de Radouane Lakdim, qui a assassiné quatre personnes, était fichée S. Cette dernière, interpellée vendredi, a crié "Allah akbar" lors de son interpellation et a posté, le 23 mars, une sourate du Coran disant que "les mécréants sont promis à l'enfer". Un testament "d'un homme prêt à mourir pour l'Etat islamique" a également été retrouvé au domicile de Radouane Lakdim. 

 

 

Les gardes à vue prolongées. La compagne du jihadiste a été interpellée vendredi soir tandis qu'un ami de Radouane Lakdim a, lui, été arrêté dans la nuit de vendredi à samedi. Les gardes à vue de ces deux personnes ont été prolongées. 

 

 

Un hommage national rendu mercredi à Arnaud Beltrame. Une cérémonie d'hommage national au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, tué après s'être substitué à une otage, aura lieu mercredi à partir de 11h30 aux Invalides. Le président Emmanuel Macron prononcera un éloge funèbre de l'officier de gendarmerie, qui a succombé samedi matin à ses blessures.

 

 

Les proches d'Arnaud Beltrame s'expriment"Il voulait toujours aller plus loin, plus vite, plus fort", a expliqué la mère d'Arnaud Beltrame dimanche. "Je souhaite que son geste puisse réunir tout le monde, qu'il ne soit pas mort pour rien", a-t-elle ajouté. "C'est le geste d'un gendarme et le geste d'un chrétien", a déclaré son épouse lundi.

 


26/04/2018
0 Poster un commentaire