L'AIR DU TEMPS

L'AIR DU TEMPS

Franceinfo - le vendredi 22 février 2019

 

 

Mort de Fabien Clain : quels sont les principaux jihadistes pistés par la justice française ?

 

 

avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

 

 

Plusieurs sont aux mains des forces kurdes et pourraient être remis prochainement à la France

 

 

 

17073463.jpg

Des hommes identifiés comme des combattants du groupe terroriste Etat islamique dans un camion, le 20 février 2019, à Baghouz (Syrie). (BULENT KILIC / AFP)

 

 

 

Vétérans, propagandistes, recruteurs... Alors que le jihadiste français Fabien Clain a été tué, mercredi 20 février, et que son frère Jean-Michel est gravement blessé, d'autres figures françaises restent dans le collimateur de la justice. 

 

 

Plusieurs Français font ainsi partie des quelque 900 jihadistes étrangers aux mains des Unités de protection du peuple (YPG), branche armée du mouvement kurde en Syrie. Et certains pourraient bientôt être remis aux autorités françaises.

 

 

 

Thomas Barnouin, 37 ans, le vétéran du jihad

Objet d'un mandat de recherche, Thomas Barnouin a été arrêté en décembre 2017 par les YPG, avec cinq autres jihadistes français qui prétendaient fuir l'organisation terroriste Etat islamique (EI) en déroute.

 

 

 

17073439.jpg

 

Une photo de Thomas Barnouin, diffusée le 10 janvier 2018 par les Unités de protection du peuple (YPG),

branche armée du mouvement kurde en Syrie. (YPG PRESS OFFICE / AFP)

 

 

 

Cet Albigeois s'est converti à l'islam vers l'an 2000. Il est apparu dans la filière dite d'Artigat, du nom d'un village en Ariège, lieu de réunion d'une importante nébuleuse jihadiste, dans laquelle ont gravité Mohamed Merah, auteur des tueries de Toulouse et Montauban en 2012, et les frères Clain, les deux voix dans la vidéo de revendication des attentats du 13-Novembre par l'EI. Condamné à cinq ans de prison en 2009 dans le cadre du procès sur cette filière, tout comme Fabien Clain, après une première tentative pour rejoindre le jihad en Irak, il est reparti en Syrie avec sa femme et ses enfants, vraisemblablement en février 2014.

 

 

 

Adrien Guihal, 33 ans, voix de l'attentat de Nice

Capturé en mai 2018 par les Forces kurdes à Raqqa, considérée un temps comme la capitale de l'EI en Syrie, Adrien Guihal avait rejoint la région trois ans plus tôt et faisait depuis l'objet d'une enquête préliminaire en France. Il a été identifié comme la voix qui a revendiqué l'attentat de Nice le 14 juillet 2016. Cette revendication de l'EI a été jugée opportuniste.

 

 

 

17073407.jpg

 

Une photo diffusée d'Adrien Guihal, diffusée par les Forces démocratiques de Syrie le 24 mai 2018. (SYRIAN DEMOCRATIC FORCES / AFP)

 

 

 

Connu sous le nom d'Abou Oussama Al-Faransi, il a œuvré au sein des organismes médiatiques de l'organisation, dont l'agence de propagande Amaq. C'est aussi par sa voix que l'EI a revendiqué l'assassinat d'un couple de policiers en juin 2016 à Magnanville (Yvelines).

 

 

Il avait été arrêté en 2008 pour un projet d'attentat contre les renseignements généraux à Paris. A sa sortie de prison en 2012, celui qui se faisait aussi surnommer Hamza avait codirigé un garage automobile dans le Val-d'Oise fréquenté par d'autres islamistes.

 

 

 

Emilie König, 34 ans, la Bretonne qui recrutait pour l'EI

Retenue au camp de Roj, dans le nord de la Syrie, avec d'autres femmes et des enfants, elle est accusée d'avoir recruté pour l'EI et appelé à commettre des attaques en Occident. Régulièrement apparue dans des vidéos de propagande, elle avait été placée par l'ONU sur sa liste noire des combattants les plus dangereux.

 

 

 

14094595.jpg

 

Capture d'écran d'une vidéo diffusée le 8 janvier 2018, montrant la Française Emilie König. (YPG PRESS OFFICE / YOUTUBE)

 

 

 

Au printemps 2012, elle refuse de retirer son niqab au tribunal et provoque une altercation qu'elle diffuse sur YouTube. Dans la foulée, elle laisse ses deux enfants en France et rejoint son nouveau compagnon en Syrie, où elle aura trois autres enfants.

 

 

 

Hayat Boumedienne, 30 ans, épouse d'Amedy Coulibaly

Hayat Boumedienne est accusée d'avoir participé à des escroqueries aux véhicules afin de financer les projets terroristes d'Amedy Coulibaly, qu'elle a épousé religieusement. Elle a été renvoyée aux assises dans ce dossier en son absence.

 

 

 

6063153.jpg

 

Photo d'Hayat Boumeddiene diffusée le 9 janvier 2015 par la police française. (POLICE FRANCAISE / AFP)

 

 

 

Omar Diaby, 42 ans, jihadiste rallié à Al-Qaïda

Surnommé "Omar Omsen", Omar Diaby, né à Dakar (Sénégal) vers 1976, est visé par un mandat d'arrêt. Il est considéré comme le recruteur de dizaines de jihadistes. La katiba (cellule combattante) qu'il commande, un temps estimée à une trentaine de jeunes Français, la plupart originaire comme lui de la région de Nice, a prêté allégeance au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda. Cet ancien délinquant affirme combattre l'armée syrienne à l'écart de l'EI.

 

 

En août 2015, il avait fait circuler l'annonce de sa mort "afin de pouvoir sortir de Syrie pour subir une importante opération chirurgicale dans un pays voisin", sans être repéré par les services de renseignements, avait-il expliqué dans une interview à France 2 neuf mois plus tard.

 

 

 

9200831.jpg

 

VIDEO. Complément d'enquête. Omar Omsen légitime l'attentat contre "Charlie Hebdo" (COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2)

 

 

 

S'il n'est pas directement soupçonné d'avoir organisé des attentats, Omar Diaby n'en a pas moins approuvé celui contre la rédaction de Charlie Hebdo. "Ceux qui ont insulté le prophète ont été exécutés. Il fallait faire ce que les frères Kouachi ont fait. J'aurais voulu être choisi pour faire cela", avait-il déclaré.

 

 

 

Abdelilah Himich, 29 ans, le légionnaire

"Le sort de l'ex-légionnaire Abdelilah Himich est également incertain", relève Le JDD de son côté. Né le 16 novembre 1989, ce ressortissant marocain, originaire de Lunel (Hérault), a servi dans la Légion étrangère en Afghanistan pendant six mois. "En 2010, il a déserté l'armée, s'est radicalisé et est devenu l'émir d'un petit groupe de personnes qui sont partis en Syrie", précise l'hebdomadaire. Il a rejoint les rangs de l’EI en Syrie en février 2014, où il aurait dirigé une brigade "forte de trois cents combattants", selon  Le Monde.

 

 

 

Surnommé "Abdel le légionnaire" et Abou Souleyman Al-Faransi (le Français), il a eu des responsabilités opérationnelles dans les combats en Syrie et aurait pris part à la formation du commando responsable des attentats de Paris puis de Bruxelles. Les services de renseignement américains le décrivent comme "responsable des opérations extérieures de l'Etat islamique". Aujourd'hui, on ne sait pas s'il est mort ou s'il a été fait prisonnier par les Kurdes sans que son identité n'ait été connue. 

 



22/02/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres